Laissez le bon temps rouler

Aujourd’hui en Louisiane, s’est déroulée  une des dernières grandes primaires du Deep South, ces États confédérés qui cultivaient le coton et qui sont restés marqués par leur histoire. La victoire, par près de 20 points, de Santorum y est massive. Rick Santorum a en effet emporté très largement l‘appui de toutes les couches de la société louisaniaise, à l’exception des plus riches et des moins croyants.

Pour autant la victoire de Santorum pourrait ne pas aisément se traduire en délégués. Sur les 46 délégués de Louisiane:

  • 25 délégués « at-large » dont cinq sont déjà désignés comme non-liés (uncommitted)
  • 18 délégués désignés par districts congressionnels (et qui le seront dans les semaines à venir et à compter du 28 avril) et qui pourront (ou pas) être liés
  • 3 délégués automatiques qui ne sont pas liés
Toute la question est de savoir si, une fois tous les résultats des bureaux de vote dépouillés, Mitt Romney atteint, ou non, les 25%. S’il se situe en deçà, il ne pourra pas obtenir une fraction des 20 délégués at-large et tous iront à Rick Santorum.
Quoiqu’il en soit, Rick Santorum continue à marquer sa différence, et l’incapacité de Mitt Romney à séduire la Bible belt, particulièrement en Louisiane où les Catholiques représentent un peu moins du tiers des électeurs et les Évangéliques un peu plus de la moitié de la population de la Louisiane.
Les résultats montrent également pour l’instant que les indécis ont finalement opté pour Santorum… (on peut au demeurant se demander si la fameuse gaffe d’Eric Fehrnstrom, conseiller d’Obama, sur l’écran magique « Etch A Sketch » des primaires qu’il suffirait d’effacer pour repartir à zéro après la convention, a eu une incidence).

À Milwaukee au Wisconsin où il fait déjà campagne, Santorum a appelé à sa rescousse les fantômes de la convention de 1976 arguant du fait qu’en nommant le modéré, le GOP perdrait (Ronald Reagan avait perdu l’investiture face à Gerald Ford, qui incarnait l’aile modérée du parti et ce dernier avait perdu l’élection générale face à Jimmy Carter).