Débordés? Une génération d’Américains face à la conciliation travail-famille

Mis en avant

Billet presque sérieux sur un sujet très sérieux.

Explication: J’ai décidé de prendre exemple sur mon ami Arthur Charpentier, @freakonometrics, avec lequel je jase de cartographie, qui blogue sur des choses vraiment sérieuses (c’est un mathématicien qui met du R partout) mais y mêle parfois des anecdotes personnelles. On peut avantageusement lire son blogue ICI.

Bref, c’est à  l’occasion d’une chronique pour l’émission de Radio-Canada, Plus on est de fous plus on lit, @plusonlit, que j’ai eu à lire un livre qui traite de cette conciliation travail-famille aux États-Unis: Overwhelmed – Work, Love and PLay When No One Has the Time, de Brigid Schulte. Vous l’aurez compris, il s’agit d’une chronique légère sur un sujet qui en est un très sérieux aux États-Unis. (fin du préambule).

Dans un rapport paru au cours de l’automne 2013, l’organisme Child Care Aware affirme que, dans 31 des 50 États américains, le coût d’une garderie est plus élevé que celui des premières années d’université (le “College”). Sur la base de cette étude, le Washington Post a donc publié, le 9 avril 2014, cette carte :

gar

 

Le Pew Research Center, à son tour, reprend les données de l’organisme pour souligner le coût moyen (et très élevé en fait au regard de nos propres standards) des crèches:

ChildcareCosts_Map2-2

 

Ce qui, en chiffres, est quand même impressionnant:

ChildcareCosts_table2Et c’est, ajoute le Pew Research Center, dans cette étude, ce qui expliquerait, crise aidant, le fait que 29% des mères américaines demeurent désormais à la maison pour s’occuper des enfants. Mais pendant ce temps, un certain de nombre de mères demeure sur le marché du travail, et doit composer avec un droit du travail peu avantageux (congés payés non encadrés, prestations sociales variables, temps maximal travaillé par semaine non défini etc…). Ce qui mène donc un certain nombre d’auteur(e)s à écrire sur cette difficile conciliation.

Voici donc le texte que j’ai rédigé en lisant le livre qui m’avait été proposé.

Le constat à l’issue de cette lecture est simple : Je suis un hamster. En train de courir comme une dératée dans une roue. Le constat que fait Brigid Shulte, je le fais mien.

Je m’explique : j’ai commencé à lire ce livre en préparant le souper (un filet de porc à la bière, mais avec des légumes verts et une soupe parce que junior ne mange pas assez de fruits et de légumes). Je l’ai posé (le livre) pour aller chercher Fiston à l’école, manger ensemble à table, le coller dans le bain, préparer les vêtements du lendemain (et constater que cet enfant n’a plus un seul pantalon-pas-detrou-aux-genoux), faire les devoirs (en utilisant les méthodes de mémoire kinesthésique qui fonctionnent bien avec lui), lire l’histoire du soir, faire la vaisselle, retourner voir fiston une fois (il avait soif), deux fois (il avait froid), trois fois (il avait une question, qui a gagné la coupe Stanley l’année où il est né – j’en sais quoooooooi moiiiiiiii). J’ai continué ma lecture au fond de mon lit, à minuit, après avoir relu un texte que je devais corriger de toute urgence et rédigé une lettre de recommandation que j’avais com-plé-te-ment oubliée.

Avec ma lampe de camping sur le front pour ne réveiller personne, je me suis endormie sur le chapitre sur la maternité intensive. J’ai lu la suite le lendemain matin à 5h, lorsque je me suis réveillée parce que j’avais oublié de mettre une collation dans le sac à lunch de junior et que j’avais omis de renvoyer ce fameux texte en anglais que j’avais choisi d’enterrer ignorant les rappels incessants de l’éditeur.

 En lisant le chapitre 4, j’ai fait le synopsis de mon prochain livre et ma liste de course pour le brunch de Pâques. En lisant le chapitre 5, j’ai découpé une recette de jambon effiloché dans la Presse (d’ailleurs si quelqu’un l’a déjà essayée ça m’arrangerait car je n’aurais pas le temps de la tester avant pâques et mes cobayes en ont marre de manger des trucs indigestes). Et, bien évidemment, j’ai alors refait ma liste de courses.

Et j’ai pu finir le livre parce que j’ai interverti deux meetings sur mon agenda, et qu’après m’être excusée mille fois auprès des personnes que j’ai laissées en plan, j’ai enfin eu deux heures devant moi. J’ai donc pu rédiger mes notes en me demandant ce que j’ai bien pu oublier de faire – en-dehors du chapitre que je dois à un collègue dans 30 jours, des épreuves qui doivent atterrir sur mon bureau dans une semaine, et du compte-rendu de table-ronde qui était dû pour avant-hier.

 Voilà ce que Brigid Schulte appelle du « temps contaminé », qui fait que sous l’empire du multitasking, on finit par tout faire et ne rien faire en même temps. Où les fonctions se superposent et les tâches s’entremêlent sans qu’on n’ait plus de véritable pause entre chacune. 90% d’entre nous, parents canadiens, faisons preuve selon une étude que cite l’auteure, d’un certain état de débordement ou d’un débordement certain.

Donc ce livre m’a appris que je suis une victime. Victime de cette épidémie culturelle dont parle Brigid Schulte, celle du manque de temps. Nous sommes tous pris dans cette spirale infernale mais, explique-t-elle, en se basant sur des entrevues avec des neurologues, des sociologues, des coachs de vie, les femmes le sont un peu plus que les hommes. Les mères un peu plus que les autres.

Il est intéressant de savoir que Schulte a fait ce livre presque par accident. Elle s’était retrouvée sur un comité qui devait se pencher sur le déclin du lectorat féminin du Washington Post pour lequel elle travaille. Comité qui conclut naturellement (il n’y a que des femmes qui y siègent alors) que les femmes sont juste trop occupées pour lire le Post. Mais bon, il fallait transformer cette intuition en enquête journalistique et l’appuyer sur des données réelles et tangibles. C’est ainsi qu’elle s’est mise à travailler sur le sujet.

Elle a donc commencé en googlant « occupé, femmes, temps » : elle tombe alors sur un sociologue spécialisé sur l’emploi du temps. C’est John Robinson, dont on doit souligner d’entrée de jeu et de manière peut-être déloyale (mais justifiée), qu’il s’agit d’un homme. Donc Robinson, du haut de sa grande sagesse, explique à Brigid que cette sensation d’être débordée, overwhelmed, finalement n’est qu’un construit social : on le dit donc on s’en convainc. Ou autrement dit : c’esttoiquiladis-cesttoiquihiyest. Et d’Ajouter Robinson : c’est parce qu’on ne se rend pas compte de toooooooooooout le temps libre que l’on a dans une journée. Dans une semaine. Jusqu’à 40 heures de temps libre par semaine, oui.

Comment comptabilise-t-il cela ? Exemple d’une matinée ordinaire.

  • 10 minutes à attendre devant la porte en essayant de ne pas s’énerver tandis que Junior tente vainement de mettre sa botte gauche et alors-qu’il-braille-sa-vie-parce-que-ce-matin-justement-il-veut-mettre-les-mitaines-rouges-qui-sont-raides-de-crasse-trempées-et-au-lavage ? Ces 10 minutes là ? Du temps de loisir.
  • 5 minutes à attendre l’ascenseur au travail parce qu’il n’y en a qu’un qui fonctionne ce jour là et finalement prendre l’escalier pour ne pas arriver en retard avec l’ordinateur et 15 livres sur le dos ? 10 minutes de temps libre.
  • 5 minutes dans la ligne pour aller-s’acheter-un-café-et-renoncer, puis 5 minutes devant l’imprimante pendant qu’elle daigne se réveiller ? 10 minutes de bon-heur.

Bref, il n’est même pas 9h et on a déjà eu 30 minutes. UNE DE-MI-HEU-RE. De loisir. Bande de fainéants de quoi vous plaignez vous !!!! Cessez de vous sentir opprimés et profitez.

Schulte fait également référence à Ann Burnett (historienne de l’université de North Dakota State) qui étudie le « busyness », jeu de mots entre le business et le fait d’être busy, débordé. Bref, l’industrie du débordement. Et oui, on est toujours prompte à rire de « Madame parfaite » qui vient en semaine au parc avec sa mallette et son tailleur haute couture pour promener Choupette après son travail. Qui revient en fin de semaine au parc en joggant dans un pantalon seyant et tendance et fait son yoga avec Petite-Poulette car chaque moment est précieux. Ce sont les « bragging rights » qui vont avec le « busyness ». En d’autres termes, il est de bon ton de se vanter d’être débordée – ça prouve que l’on existe, et que l’on peut tout faire. SI je suis occupée-je suis quelqu’un. Et pas n’importe qui. Quelqu’un qui ré-us-sit.

J’ai arrêté de rire le jour où je suis arrivée à un conseil d’école en sortant d’un panel et que j’en suis repartie avant la fin pour me rendre à une réunion de préparation d’un colloque qui se déroulait le lendemain, tout en ayant vérifié au préalable avec la gardienne si elle pouvait rester plus longtemps avec Junior parce que j’allais finir plus tard que prévu. En fait, je n’étais pas mieux que Madame parfaite. Je me roulais dans mon débordement comme un cochon dans sa fange, et l’espace d’un instant, j’étais sortie de mon double syndrome chronique de culpabilité et d’imposture, puisque j’étais devenue « The Master of the Working Moms », Obi-Wan-hyper-mère.

Las. Ça n’a duré que quelques heures. Et je me suis rendue compte, avant qu’Anakin/Luke/Junior ne passe du côté de la force obscure que ce n’était qu’une illusion…celle d’une vie où je pourrais tout faire et tout contrôler.

En effet, lorsque j’ai vu mon fils patiner pendant 15 minutes ce dimanche matin de manière vraiment déplorable jusqu’au moment où j’ai réalisé que, trop fatiguée de ma semaine/ de ma soirée de la veille /ou tout simplement de devoir me lever à 7 heures du matin un dimanche (Oui. Un Di-man-che. Chose que je m’étais promise de ne ja-mais faire), et que j’ai réalisé que j’avais inversé ses patins (pied droit-pied gauche), il a fallu me rendre à l’évidence : je vis dans un bassin de culpabilité constante.

Je suis débordée donc coupable de ne pas être à la hauteur de mes collègues-sans-enfants-dont-je-sens-parfois-l’exaspération-rampante, et je ne suis même pas capable d’être une mère concentrée-à-même-de-mettre-des-patins-correctement. C’est Schulte qui le dit. (Bon, moi un peu aussi).

Il existe, explique Schulte, des études, sur cette profonde ambivalence des mères travaillantes. Qui veulent travailler et réussir (ou au moins avancer) leur carrière mais vont persister à cuisiner ELLES-MÊMES à 2 heures du matin le gâteau d’anniversaire de leur enfant pour amener dans la classe à l’école. Schulte se cite dans cet exemple. Mais comme je l’ai fait aussi je ne peux pas lui jeter la pierre (ou alors je me jette avec).

1016628_10151437265176651_52636247_n(parce que oui, ça donne ça, de cuisiner en pleine nuit)

 Mais revenons à nos fourneaux.

Les années 70-80 ont en effet été un moment clé du mouvement conservateur américain, qui a mené à l’abandon de toute idée de garderies universelles. Schulte fait d’ailleurs une entrevue avec le conseiller spécial de Nixon à l’époque, le très très TRÈS conservateur Pat Buchanan qui a été l’un des artisans du véto apposé par le président à la loi, adoptée par le Congrès, qui aurait permis cette avancée. Et qui 40 ans plus tard, se vante d’avoir permis de tuer cette disposition dans l’œuf et « pour toujours ». De fait, une étude de Child Care Aware America, parue début avril, explique que dans 31 des 50 États aux Etats-Unis, les coûts d’une garderie sont plus élevés que ceux des « Colleges » (Cégep).

L’argument de Buchanan ? Les garderies auraient constitué un repaire de propagande communiste. Et dans sa vision traditionnelle de la famille, les mères qui travaillent ne passeraient pas assez de temps avec leur progéniture et sacrifieraient leurs enfants sur l’autel de leur carriérisme. L’hyper-mère est donc née de ça : le besoin de compenser pour le manque  que l’on aurait généré.

Pire encore, dans notre volonté de tout embrasser, on ferait également des dommages à nos cerveaux et particulièrement au cortex préfrontal siège du raisonnement, de la mémoire et du langage qui, sous la pression, diminuerait.

Prefrontal1

Mais, dit Schulte pour nous décomplexer, tout est la faute du système capitaliste nord-américain qui nous renvoie à un traditionalisme rampant qui s’imprime aussi bien à la cellule familiale qu’au milieu de travail. Schulte raconte d’ailleurs ce matin de Thanksgiving où, en train de cuisiner le repas, elle voit son mari ouvrir le frigo (pour y prendre la dinde et la mettre au four croit-elle) et en sortir un pack de 12 bières, puis traverser la rue pour aller chez le voisin ‘pour lui donner un coup de main’, la laissant, elle et sa cuisine, face à sa volaille farcie. Cet homme stéréotypé, qui ne sait pas où est le carnet de vaccination des enfants ni le nom de leur dentiste, représente selon une étude que cite l’auteure (de 2010), une réalité criante aux Etats-Unis où à situation égale, la femme prendrait en charge à la maison deux fois plus de tâches que l’homme.

 En utilisant par contraste le cas danois, Schulte montre que l’on perpétue en Amérique du Nord le mythe du travailleur idéal.  Celui qui n’a pas d’enfants, pas de contraintes. Un homme de préférence. Sans vie sociale, disponible 24h sur 24, 7/7. Elle ajoute à cela que ce que les coachs de vie et autres gourous tentent de nous faire passer comme une simple perception (celle du manque de temps) est en fait une réalité : aux Etats-Unis, un couple de parents travaille en fait 28 jours de plus au total et par année que leurs alter ego des années 60.

996516-gf

 

Donc oui. Les femmes ne peuvent visiblement pas tout avoir (Women can’t have it all). Elles sont condamnées à être des mères indignes avec la suce accrochée à un touilleur planté dans un verre de gin (en référence à la couverture du tome 2 des chroniques d’une mère indigne de Caroline Allard).

 

 

On peut donc conclure cette lecture en trois temps.

wwii___we_can_do_it_by_razornylon-d39vesr

Premièrement, soyons honnêtes. L’hypermère que décrit Schulte et qui transcende (un peu) les genres (pour toucher les super-pères), et ses questions existentielles ou le besoin de s’imposer et de briser le plafond de verre (le fameux Lean in de Sheryl Sandberg), ça ne transcende pas les classes sociales. Il s’agit là (encore) un livre écrit pour ces femmes diplômées, qui ont vu leur carrière ralentir par rapport à leurs alter ego masculins, et un peu plus lorsqu’elles ont eu leurs enfants. C’est une réflexion de nantie à usage des nanties, à des années lumières des réalités ouvrières.

Deuxièmement, les recettes que Shulte avance (Diviser le temps en tranche mono-focale, dédiée à UNE SEULE activité, relativement courte, réduire le temps de email/médias sociaux, prendre du temps pour des activités ludiques) ne permettront pas per se de vaincre les forces obscurantistes du traditionalisme (la reproduction des structures sociétales machistes, les réflexes traditionalistes, les stéréotypes de genre, instrumentalisés par le parti républicain dans sa guerre contre les femmes – War on Women) : on peut donc lui reprocher, à l’instar de ce qu’a fait une journaliste du New York Times, de tenter de combattre le commando d’élites des forces spéciales américaines (le fameux Seal Team six) avec une paire de ciseaux à ongles (ça c’était un exemple qui me parlait). Bref. À trop secouer le cocotier, on pourrait finir par prendre une noix de coco sur la tête.

Toutefois et dernièrement. Se faire dire des évidences n’est pas forcément néfaste. Donc on gagnerait sans doute à faire une chose à la fois. Dire et redire la condition de la femme travaillante, militer pour des aménagements du temps de travail (dont le besoin est particulièrement criant puisque un quart de la population active américaine n’a AUCUNE vacance) demeurent des nécessités. Et il faut reconnaître qu’il s’agit d’un livre qui est plus qu’un ouvrage de développement personnel, un livre intéressant, TRÈS documenté et agréable à lire.

Bon. C’est pas tout ça, mais j’ai des choses à faire, moi!

exwonderw

(une image de l’excellente illustratrice, Céline Théraulaz, dont on peut consulter le blogue ici et la page Facebook ici

La soif du Sud – un drame californien

Le climat est sec en Californie cette année. Très sec.

Bw0HutaIEAEKMA7.jpg-large

Au point où, après 13 mois d’une sécheresse sans précédent, les récoltes sont à certains endroits en péril, où certaines propriétés agricoles retournent en jachère, et l’eau est rationnée.

20140304_ca_trd-638x501

 

 

 

 

 

 

Les images tournées par l’équipe d’AC360 sur CNN sont d’ailleurs assez claires, ajoutant au pompage excessif des eaux souterraines, le risque accru de tremblements de terre :

Pourtant, explique le magazine Mother Jones, certaines marques, comme Aquafina et Dasani, ou Crystal Geyser et ArrowHead embouteillent leur eau en Californie, en pleine zone de sécheresse.

Final-CA-bottling-map_2

 

Même si les proportions d’eau ainsi pompées n’ont rien à voir avec les niveaux d’Eau utilisés pour l’irrigation (80% des ressources de l’État – conformémement à la moyenne du pays), le paradoxe méritait d’être soulevé.

La Californie fait partie de ces États dont le système de régulation de l’usage des nappes aquifères est plutôt laxe et tolère que lorsqu’une entreprise fore et trouve de l’eau, ce qui est ainsi pompé lui appartient.

Final-US-bottling-map_4 

Le droit de l’eau aux États-Unis

En-dehors de la legislation fédérale (Clean Water Act, Water Safe drinking Act), il y a trois grandes familles de droit de l’eau aux États-Unis:

  • Appropriative rights : le droit de “l’Appropriation”, en vertu duquel le premier à s’approprier une ressource en eau en devient le propriétaire légal
  • Traditional riparian rights: l’eau appartient à une “piscine commune”, disponible pour toute personne capable d’y accéder
  • Regulated riparianism: l’eau est propriété publique, gérée par le gouvernement local ou régional

D’après: P. GLEICK, Water: The Potential Consequences of Climate Variability and Change for the Water Resources of the United States – The Report of the Water Sector Assessment Team of the National Assessment of the Potential Consequences of Climate Variability and Change for the U.S. Global Change Research Program, September 2000, p.120.

 

Dead Line. 150 ans pour le camp confédéré de Andersonville en Géorgie

9782723489461-L

Pour les besoins de l’émission Plus on est de fous plus on lit, j’ai eu à lire la BD Deadline, un western graphique à mi-chemin entre Brokeback Moutain et Django Unchained avec des inflexions à travers le anti-héros, Louis, du lieutenant Blueberry.

L’histoire commence à la fin de la guerre de sécession et se termine en 1901. Le titre, « Deadline », fait référence en fait à la « dead line » (en deux mots) ou la « dead fence » comme on l’appelait dans les camps du Nord, du camp de Andersonville en Géorgie. Dans ce camp de prisonniers créé en février 1964 (il y a donc 150 ans), 45 000 prisonniers nordistes ont été incarcérés dans des conditions inhumaines.

deadline_image1

La « dead line » est cette clôture appelée limite de la mort qui marque le no man’s land entre l’espace où les prisonniers avaient le droit de se déplacer et la véritable clôture du camp où les prisonniers ne po,uvaient aller sous peine de se faire tirer dessus par les gardes perchés dans des miradors.

11img1bl

Alors qu’il était conçu pour héberger 10 000 personnes, il y en a eu jusqu’à 32 000, blessés, affamés, exposés aux maladies et contraints de boire de l’eau contaminée. En son sein, un groupe de prisonniers, les Raidiers, ajoute à la tragédie en organisant l’extorsion d’autres détenus: mais six d’entre eux, poursuivis par un groupe (les Regulators) constitué pour les punir, seront pendus en juillet 1864.

Andersonville est donc un camp de concentration, le plus meurtrier de la guerre civile puisque 13000 personnes y sont mortes, soit 40% des prisonniers de guerre de l’Union.

800px-Andersonvillesurvivor

Et contrairement au mythe véhiculé par les Confédérés, les prisonniers n’étaient pas mieux traités dans le Sud (voire, en l’occurrence, moins bien) qu’ils ne l’étaient au Nord.

À lire : Mark E. Neely, Jr. Southern Rights: Political Prisoners and the Myth of Confederate Constitutionalism. Charlottesville: University Press of Virginia, 1999. ISBN 978-0-8139-1894-5.

11map1lo

Débordée? Je suis un hamster…

Je suis un hamster. En train de courir comme une dératée dans une roue.

Version allégée, puisqu’on me l’a demandé, d’un billet presque sérieux sur un sujet très sérieux (lien). À l’occasion d’une chronique pour l’émission de Radio-Canada, Plus on est de fous plus on lit, j’ai eu à lire un livre traitant de la conciliation travail-famille aux États-Unis: Overwhelmed – Work, Love and PLay When No One Has the Time, de Brigid Schulte. Vous l’aurez compris, il s’agit d’une chronique légère sur un sujet qui en est un très sérieux aux États-Unis. En effet, dans un rapport paru au cours de l’automne 2013, l’organisme Child Care Aware affirme que, dans 31 des 50 États américains, le coût d’une garderie est plus élevé que celui des premières années d’université. Et c’est, ajoute le Pew Research Center, ce qui expliquerait, crise aidant, le fait que 29% des mères américaines demeurent désormais à la maison. Pour celles qui restent sur le marché du travail, il faut composer avec des conditions de travail parfois difficiles (congés payés non encadrés, prestations sociales variables, temps maximal travaillé par semaine non défini etc…). Ce qui mène donc un certain nombre d’auteur(e)s à écrire sur le sujet.

Voici donc le texte que j’ai rédigé en lisant le livre qui m’avait été proposé…

Le constat à l’issue de cette lecture est simple :

Je suis un hamster. En train de courir comme une dératée dans une roue. Et le constat que fait Brigid Schulte, je le fais mien.

Je m’explique : j’ai commencé à lire ce livre en préparant le souper (un filet de porc à la bière, mais avec des légumes verts et une soupe parce que junior ne mange pas assez de fruits et de légumes). Je l’ai posé (le livre) pour aller chercher Fiston à l’école, manger ensemble à table, le coller dans le bain, préparer les vêtements du lendemain (et constater que cet enfant n’a plus un seul pantalon-pas-de-trou-aux-genoux), faire les devoirs (en utilisant les méthodes de mémoire kinesthésique qui fonctionnent bien avec lui), lire l’histoire du soir, faire la vaisselle, retourner voir fiston une fois (il avait soif), deux fois (il avait froid), trois fois (il avait une question, qui a gagné la coupe Stanley l’année où il est né – j’en sais quoooooooi moiiiiiiii). J’ai continué ma lecture au fond de mon lit, à minuit, après avoir relu un texte que je devais corriger de toute urgence et rédigé une lettre de recommandation que j’avais com-plé-te-ment oubliée.

Avec ma lampe de camping sur le front pour ne réveiller personne, je me suis endormie sur le chapitre sur la maternité intensive. J’ai lu la suite le lendemain matin à 5h, lorsque je me suis réveillée parce que j’avais oublié de mettre une collation dans le sac à lunch de junior et que j’avais omis de renvoyer ce fameux texte en anglais que j’avais choisi d’enterrer ignorant les rappels incessants de l’éditeur.

 En lisant le chapitre 4, j’ai fait le synopsis de mon prochain livre et ma liste de course pour le brunch de Pâques. En lisant le chapitre 5, j’ai découpé une recette de jambon effiloché dans la Presse (d’ailleurs si quelqu’un l’a déjà essayée ça m’arrangerait car je n’aurais pas le temps de la tester avant pâques et mes cobayes en ont marre de manger des trucs indigestes). Et, bien évidemment, j’ai alors refait ma liste de courses.

Et j’ai pu finir le livre parce que j’ai interverti deux meetings sur mon agenda, et qu’après m’être excusée mille fois auprès des personnes que j’ai laissées en plan, j’ai enfin eu deux heures devant moi. J’ai donc pu rédiger mes notes en me demandant ce que j’ai bien pu oublier de faire – en-dehors du chapitre que je dois à un collègue dans 30 jours, des épreuves qui doivent atterrir sur mon bureau dans une semaine, et du compte-rendu de table-ronde qui était dû pour avant-hier.

 Voilà ce que Brigid Schulte appelle du « temps contaminé », qui fait que sous l’empire du multitasking, on finit par tout faire et ne rien faire en même temps. Où les fonctions se superposent et les tâches s’entremêlent sans qu’on n’ait plus de véritable pause entre chacune. 90% d’entre nous, parents canadiens, faisons preuve selon une étude que cite l’auteure, d’un certain état de débordement ou d’un débordement certain.

Donc ce livre m’a appris que je suis une victime. Victime de cette épidémie culturelle dont parle Brigid Schulte, celle du manque de temps. Nous sommes tous pris dans cette spirale infernale mais, explique-t-elle, en se basant sur des entrevues avec des neurologues, des sociologues, des coachs de vie, les femmes le sont un peu plus que les hommes. Les mères un peu plus que les autres.

Il est intéressant de savoir que Schulte a fait ce livre presque par accident. Elle s’était retrouvée sur un comité qui devait se pencher sur le déclin du lectorat féminin du Washington Post pour lequel elle travaille. Comité qui conclut naturellement (il n’y a que des femmes qui y siègent alors) que les femmes sont juste trop occupées pour lire le Post. Mais bon, il fallait transformer cette intuition en enquête journalistique et l’appuyer sur des données réelles et tangibles. C’est ainsi qu’elle s’est mise à travailler sur le sujet.

Elle a donc commencé en googlant « occupé, femmes, temps » : elle tombe alors sur un sociologue spécialisé sur l’emploi du temps. C’est John Robinson, dont on doit souligner d’entrée de jeu et de manière peut-être déloyale (mais justifiée), qu’il s’agit d’un homme. Donc Robinson, du haut de sa grande sagesse, explique à Brigid que cette sensation d’être débordée, overwhelmed, finalement n’est qu’un construit social : on le dit donc on s’en convainc. Ou autrement dit : c’esttoiquiladis-cesttoiquihiyest. Et d’ajouter Robinson : c’est parce qu’on ne se rend pas compte de toooooooooooout le temps libre que l’on a dans une journée. Dans une semaine. Jusqu’à 40 heures de temps libre par semaine, oui.

Comment comptabilise-t-il cela ? Exemple d’une matinée ordinaire.

  • 10 minutes à attendre devant la porte en essayant de ne pas s’énerver tandis que Junior tente vainement de mettre sa botte gauche et alors-qu’il-braille-sa-vie-parce-que-ce-matin-justement-il-veut-mettre-les-mitaines-rouges-qui-sont-raides-de-crasse-trempées-et-au-lavage ? Ces 10 minutes là ? Du temps de loisir.
  • 5 minutes à attendre l’ascenseur au travail parce qu’il n’y en a qu’un qui fonctionne ce jour là et finalement prendre l’escalier pour ne pas arriver en retard avec l’ordinateur et 15 livres sur le dos ? 10 minutes de temps libre.
  • 5 minutes dans la ligne pour aller-s’acheter-un-café-et-renoncer, puis 5 minutes devant l’imprimante pendant qu’elle daigne se réveiller ? 10 minutes de bon-heur.

Bref, il n’est même pas 9h et on a déjà eu 30 minutes. UNE DE-MI-HEU-RE. De loisir. Bande de fainéants de quoi vous plaignez vous !!!! Cessez de vous sentir opprimés et profitez.

Schulte fait également référence à Ann Burnett (historienne de l’université de North Dakota State) qui étudie le « busyness », jeu de mots entre le business et le fait d’être busy, débordé. Bref, l’industrie du débordement. Et oui, on est toujours prompte à rire de « Madame parfaite » qui vient en semaine au parc avec sa mallette et son tailleur haute couture pour promener Choupette après son travail. Qui revient en fin de semaine au parc en joggant dans un pantalon seyant et tendance et fait son yoga avec Petite-Poulette car chaque moment est précieux. Ce sont les « bragging rights » qui vont avec le « busyness ». En d’autres termes, il est de bon ton de se vanter d’être débordée – ça prouve que l’on existe, et que l’on peut tout faire. SI je suis occupée-je suis quelqu’un. Et pas n’importe qui. Quelqu’un qui ré-us-sit.

J’ai arrêté de rire le jour où je suis arrivée à un conseil d’école en retard en sortant d’un panel où je faisais office de président et que j’en suis repartie avant la fin pour me rendre à une réunion de préparation d’un colloque qui se déroulait le lendemain, tout en ayant vérifié au préalable avec la gardienne si elle pouvait rester plus longtemps avec Junior parce que j’allais finir plus tard que prévu. En fait, je n’étais pas mieux que Madame parfaite. Je me roulais dans mon débordement comme un cochon dans sa fange, et l’espace d’un instant, j’étais sortie de mon double syndrome chronique de culpabilité et d’imposture, puisque j’étais devenue « The Master of the Working Moms », Obi-Wan-hyper-mère.

Las. Ça n’a duré que quelques heures. Et je me suis rendue compte, avant qu’Anakin/Luke/Junior ne passe du côté de la force obscure que ce n’était qu’une illusion…celle d’une vie où je pourrais tout faire et tout contrôler.

En effet, lorsque j’ai vu mon fils patiner pendant 15 minutes ce dimanche matin de manière vraiment déplorable jusqu’au moment où j’ai réalisé que, trop fatiguée de ma semaine/ de ma soirée de la veille /ou tout simplement de devoir me lever à 7 heures du matin un dimanche (Oui. Un Di-man-che), et que j’ai réalisé que j’avais inversé ses patins (pied droit-pied gauche), il a fallu me rendre à l’évidence : je vis dans un bassin de culpabilité constante.

Je suis débordée donc coupable de ne pas être à la hauteur de mes collègues-sans-enfants-dont-je-sens-parfois-l’exaspération-rampante, et je ne suis même pas capable d’être une mère concentrée-à-même-de-mettre-des-patins-correctement. C’est Schulte qui le dit. (Bon, moi un peu aussi).

Il existe, explique Schulte, des études, sur cette profonde ambivalence des mères travaillantes. Qui veulent travailler et réussir (ou au moins avancer) leur carrière mais vont persister à cuisiner ELLES-MÊMES à 2 heures du matin le gâteau d’anniversaire de leur enfant pour amener dans la classe à l’école. Schulte se cite dans cet exemple. Mais comme je l’ai fait aussi je ne peux pas lui jeter la pierre (ou alors je me jette avec).

1016628_10151437265176651_52636247_n(parce que oui, ça donne ça, de cuisiner en pleine nuit)

 Mais revenons à nos fourneaux.

Les années 70-80 ont en effet été un moment clé du mouvement conservateur américain, qui a mené à l’abandon de toute idée de garderies universelles. Schulte fait d’ailleurs une entrevue avec le conseiller spécial de Nixon à l’époque, le très très TRÈS conservateur Pat Buchanan qui a été l’un des artisans du véto apposé par le président à la loi, adoptée par le Congrès, qui aurait permis cette avancée. Et qui 40 ans plus tard, se vante d’avoir permis de tuer cette disposition dans l’œuf et « pour toujours ». De fait, une étude de Child Care Aware America, parue début avril, explique que dans 31 des 50 États aux Etats-Unis, les coûts d’une garderie sont plus élevés que ceux des « Colleges » (Cégep).

L’argument de Buchanan ? Les garderies auraient constitué un repaire de propagande communiste. Et dans sa vision traditionnelle de la famille, les mères qui travaillent ne passeraient pas assez de temps avec leur progéniture et sacrifieraient leurs enfants sur l’autel de leur carriérisme. L’hyper-mère est donc née de ça : le besoin de compenser pour le manque  que l’on aurait généré.

Pire encore, dans notre volonté de tout embrasser, on ferait également des dommages à nos cerveaux et particulièrement au cortex préfrontal siège du raisonnement, de la mémoire et du langage qui, sous la pression, diminuerait.

Prefrontal1

Mais, dit Schulte pour nous décomplexer, tout est la faute du système capitaliste nord-américain qui nous renvoie à un traditionalisme rampant s’imprimant aussi bien à la cellule familiale qu’au milieu de travail. Schulte raconte d’ailleurs ce matin de Thanksgiving où, en train de cuisiner le repas, elle voit son mari ouvrir le frigo (pour y prendre la dinde et la mettre au four croit-elle) et en sortir un pack de 12 bières, puis traverser la rue pour aller chez le voisin ‘pour lui donner un coup de main’, la laissant, elle et sa cuisine, face à sa volaille farcie. Cet homme stéréotypé, qui ne sait pas où est le carnet de vaccination des enfants ni le nom de leur dentiste, représente selon une étude que cite l’auteure (de 2010), une réalité criante aux Etats-Unis où à situation égale, la femme prendrait en charge à la maison deux fois plus de tâches que l’homme.

 En utilisant par contraste le cas danois, Schulte montre que l’on perpétue en Amérique du Nord le mythe du travailleur idéal.  Celui qui n’a pas d’enfants, pas de contraintes. Un homme de préférence. Sans vie sociale, disponible 24h sur 24, 7/7. Elle ajoute à cela que ce que les coachs de vie et autres gourous tentent de nous faire passer comme une simple perception (celle du manque de temps) est en fait une réalité : aux Etats-Unis, un couple de parents travaille en fait 28 jours de plus au total et par année que leurs alter ego des années 60.

996516-gf

 

Donc oui. Les femmes ne peuvent visiblement pas tout avoir (Women can’t have it all). Elles sont condamnées à être des mères indignes avec la suce accrochée à un touilleur planté dans un verre de gin (en référence à la couverture du tome 2 des chroniques d’une mère indigne de Caroline Allard).

 

 

On peut donc conclure cette lecture en trois temps.

wwii___we_can_do_it_by_razornylon-d39vesr

Premièrement, soyons honnêtes. L’Hyper-Mère que décrit Schulte et qui transcende (un peu) les genres (pour toucher les super-pères), et ses questions existentielles ou le besoin de s’imposer et de briser le plafond de verre (le fameux Lean in de Sheryl Sandberg), ça ne transcende pas les classes sociales. Il s’agit là (encore) un livre écrit pour ces femmes diplômées, qui ont vu leur carrière ralentir par rapport à leurs alter ego masculins, et un peu plus lorsqu’elles ont eu leurs enfants. C’est une réflexion de nantie à usage des nanties, à des années lumières des réalités ouvrières.

Deuxièmement, les recettes que Shulte avance (Diviser le temps en tranche mono-focale, dédiée à UNE SEULE activité, relativement courte, réduire le temps de email/médias sociaux, prendre du temps pour des activités ludiques) ne permettront pas per se de vaincre les forces obscurantistes du traditionalisme (la reproduction des structures sociétales machistes, les réflexes traditionalistes, les stéréotypes de genre, instrumentalisés par le parti républicain dans sa guerre contre les femmes – War on Women) : on peut donc lui reprocher, à l’instar de ce qu’a fait une journaliste du New York Times, de tenter de combattre le commando d’élites des forces spéciales américaines (le fameux Seal Team six) avec une paire de ciseaux à ongles (ça c’était un exemple qui me parlait). Bref. À trop secouer le cocotier, on pourrait finir par prendre une noix de coco sur la tête.

Toutefois et dernièrement. Se faire dire des évidences n’est pas forcément néfaste. Donc on gagnerait sans doute à faire une chose à la fois. Dire et redire la condition de la femme travaillante, militer pour des aménagements du temps de travail (dont le besoin est particulièrement criant puisque un quart de la population active américaine n’a AUCUNE vacance) demeurent des nécessités. Et il faut reconnaître qu’il s’agit d’un livre qui est plus qu’un ouvrage de développement personnel, un livre intéressant, TRÈS documenté et agréable à lire.

Bon. C’est pas tout ça, mais j’ai des choses à faire, moi!

exwonderw

(une image de l’excellente illustratrice, Céline Théraulaz, dont on peut consulter le blogue ici et la page Facebook ici

2016: Les États-Unis prêts pour “Madam President”?

wwii___we_can_do_it_by_razornylon-d39vesrEn 2008, elle avait, selon ses propres termes, étoilé le plafond de verre de 18 millions de fissures… sans toutefois parvenir à le fracturer. En 2016, selon toute probabilité, Hillary Clinton se lancera de nouveau à l’assaut de la Maison-Blanche. Pour ce faire, quatre super-PACs, ces monstres financiers issus de la décision de la Cour suprême « Citizens United », sont déjà sur le pied de guerre. Et jamais la « primaire invisible », celle où les candidats remplissent leur coffre de guerre, n’a été amorcée aussi tôt. Jamais l’Iowa, premier État à tenir traditionnellement les premiers caucus de l’année électorale, n’a reçu autant de visites de candidats putatifs… deux ans avant le début officiel du processus. Dans le même temps, le Parti républicain peine à trouver un candidat rassembleur depuis l’explosion en plein vol de la candidature de Chris Christie, et le parti démocrate semble de plus en plus convaincu de l’inévitabilité (73% des électeurs démocrates) de la candidature d’Hillary Clinton. Plus encore, John McCain, candidat défait en 2008 par Barack Obama, se dit persuadé de la réussite d’ « HRC » (Hillary Rodham Clinton). C’est dire.

L’Amérique serait-elle donc mûre pour sa première présidente?

Madame « le » Président ?

Les femmes représentent plus de la moitié de l’électorat aux États-Unis, et la majorité des électeurs inscrits. Depuis 1996, dans chaque élection présidentielle, elles sont plus nombreuses à voter que les hommes (l’écart est de 4 points en moyenne, près de 9 dans la communauté afro-américaine) et depuis 1980, elles penchent très nettement en faveur des démocrates. Le parti ne s’y trompe pas : il a abondamment utilisé le crédo de la « guerre contre les femmes » contre le parti républicain, et l’adoption de lois restreignant l’avortement comme récemment au Texas (ainsi que dans 26 autres États, ce qui touche au final 53% des femmes américaines) semble lui donner raison. Ainsi malgré la prégnance des « guerres culturelles, » la prochaine élection présidentielle pourrait être propice à une révolution. Mais le chemin peut encore être long : presqu’un siècle s’est écoulé entre la mention en 1920 de Laura Clay, première femme à recevoir un vote lors d’une convention nationale (Geraldine Ferraro fut la première en 1984 à figurer sur un Ticket démocrate comme vice-présidente, et Sarah Palin en 2008 côté républicain) et l’avènement en 2008 d’Hillary Clinton, première femme présidentiable, « presque » investie par un parti susceptible de conquérir le bureau ovale.

Les résistances du plafond de verre

Si l’idée d’une femme à la Maison-Blanche a fait son chemin, particulièrement au cours des vingt dernières années (selon un sondage de Emily’s list, 90% y sont favorables), il demeure que ces chiffres sont identiques à ce qu’ils étaient en 2008. À l’époque déjà, les Américains considéraient plus aisé de désigner un président de couleur (Obama) qu’un président septuagénaire (McCain) (si Hillary est élue, elle sera à 9 mois de son 70e anniversaire en janvier 2017). Et surtout, le vote des femmes n’est pas acquis : durant les primaires démocrates de 2008, les donateurs féminins ont été deux fois plus nombreuses pour Barack Obama que pour Hillary Clinton. Il n’y a pas eu d’effet direct Clinton-Palin sur le plafond de verre de la capitale fédérale : les femmes restent minoritaires au sein du pouvoir exécutif fédéral américain (27 femmes au Cabinet entre 1933 et 2014), et notamment dans les fonctions régaliennes (occupées par 5 femmes, sur 27, en 80 ans), encore souvent « des chasses gardées masculines ». Les femmes ne représentent que 19% des membres du Congrès, et même la culture populaire ne fait d’elles que des présidentes incidentes (conquérant le pouvoir à la suite d’un accident du président élu comme dans « Commander-in-Chief » de 2005, et toujours comme second(e) – comme dans « Veep », diffusée en 2012).

Le meilleur atout d’Hillary Clinton c’est… HRC

Or, face à un Barack Obama qui tergiverse et calcule, Hillary Clinton a un style présidentiel actif et engagé, que Robert Gates lui-même (Ministre de la défense de W. Bush puis Obama) louange dans ses Mémoires. Sa vision est moins définie par les déterminants de la politique intérieure mais plus par sa volonté d’affirmer le rôle central des États-Unis dans le monde. Bien sûr, les Républicains vont abondamment utiliser la mort de l’ambassadeur Stevens à Benghazi mais il demeure que l’appréciation de la candidate s’est améliorée dans la population américaine depuis 2008, 53% la jugeait « peu aimable » en 2008, 57% considère que cela ne s’applique pas. En ce sens, sa présidentiabilité, son leadership ne sont pas en doute : elle est à même d’assumer la masculinité de la tâche, telle qu’elle a été définie par l’Histoire exécutive.

En l’état actuel du parti républicain, c’est donc du côté du parti démocrate qu’il faut aller chercher ses vulnérabilités. Car les grandes lignes de fracture qui l’ont lacéré durant la campagne de primaires de 2008 n’ont pas disparu. En effet les grands partis aux États-Unis sont de grandes coalitions étirées sur plusieurs fuseaux horaires politiques. Si rien n’empêche que la candidature d’HRC soit consensuelle (mais l’illusion du consensus avait coûté cher à Nixon en 1960), le parti démocrate connait traditionnellement (lorsqu’il ne s’agit pas de reconduire le président sortant) des campagnes de primaires marquées par une pluralité de candidatures (3,5 en moyenne  depuis 1948 selon Larry Sabato). Et donc une pluralité de courants : les contestations pourraient ici venir de sa gauche, ou encore de la génération du Millénium qui pensait avoir déclassé celle des Babyboomers en élisant Barack Obama. Or, dans le « Hillaryland », ce monde centré autour de l’establishment clintonien et formé de cercles concentriques dont le degré de proximité est déterminé par les liens de loyauté, il y a tous les risques de l’insularité qui a tant nuit à Mitt Romney ou de l’étiquette passéiste qui s’attache à Bill. Dès lors, il reste à Hillary Clinton d’être moins Clinton et plus HRC et de s’assurer de conquérir ses troupes avant de partir à l’assaut du pays.

Article publié initialement par le Devoir, le 18 mars 2014

Obama et la malédiction du second mandat…

C’est un rituel désormais. Alors que la mer devient de plus en plus houleuse pour les présidents alors qu’ils naviguent à vue dans leur second mandat, tout en tentant de mettre le cap sur les livres d’histoires, les observateurs ne cessent d’invoquer la malédiction des seconds mandats.

Et de fait. Si la réélection d’un président sortant est souvent suivie d’un état de grâce, bien souvent, des scandales viennent entacher les «fins de règnes». Au point où Richard Nixon constatait, le lendemain de sa réélection en 1972, que «la plupart des seconds mandats sont désastreux» et qu’il ferait l’impossible «pour que le sien ne le soit pas»… Las. Il échouera: c’est en pleine tourmente du Watergate, déboulonné par la Cour suprême dont il a nommé quatre des neuf membres, désavoué par une population qui ne le soutient plus, qu’il quitte Pennsylvania avenue. Avec moins de retentissement, les seconds mandats de Jimmy Carter (avec, parmi d’autres, l’opération Eagle Claw), Ronald Reagan (frappé par l’affaire Iran-Contra) et de Bill Clinton (avec le Monicagate) ont été aussi   marqués par le «mauvais oeil» du second mandat.

En effet, si les seconds mandats sont théoriquement l’occasion pour un président sortant, (un peu) moins sensible aux pressions électorales,  de marquer l’Histoire, leur bilan décisionnel est souvent décevant.

En son temps, George W. Bush s’était heurté à de multiples écueils avec sa mauvaise gestion de l’ouragan Katrina, l’enlisement en Irak, les affaires de corruption (Delay et Abramoff) et les effets de l’affaire Valerie Plame tandis que son propre parti, à la veille des élections de mi-mandat se faisait plus frileux, le président s’est trouvé  coincé entre une opinion publique qui réclamait des têtes et un parti en campagne électorale. Au point où on pouvait se demander si la présidence impériale qu’il avait réhabilitée avait vécu.

Il y a ceci de commun entre  Obama et W. Bush que leur taux d’approbation réciproques sont particulièrement bas (De 10 points inférieurs à l’année même de leur réélection) au même stade de leur présidence, et tandis que Bush n’a été réélu que péniblement en 2004, Obama a figuré, selon le Pew Research Center, parmi les quelques présidents (à l’instar de Washington, Madison, Wilson, FDR) à remporter leur réélection avec une marge inférieure à leur première élection (et Michèle Obama est bien souvent plus populaire que lui).

L’annus horribilis de Barack Obama repose, à l’instar de Bush et de sa mauvaise gestion de Katrina, sur des erreurs de son administration qui ont été particulièrement perçues par l’opinion publique.

  • L’échange de contrats d’Assurance malade prévu par Obamacare a été plombé par un système informatique défaillant et par le sentiment chez les Américains qu’ils avaient été floués, lorsque beaucoup se sont retrouvés avec des plans de protection moins étendus et plus coûteux qu’auparavant.
  • Alors que Barack Obama jouissait en politique étrangère d’un avantage sans aucun doute lié à l’opération menée pour trouver et assassiner Ben Laden, ses atermoiements sur la Syrie semblent avoir érodé son capital politique dans ce domaine.
  • Son incapacité à faire avancer la réforme de l’immigration, tandis que la sécurisation de la frontière est de plus en plus dure, a ébranlé les Hispaniques qui sont de plus en plus défiants à son égard.
  • La désertion en juin dernier d’Edward Snowden, et surtout la diffusion du niveau de surveillance inégalé et insoupçonné de la NSA ont également fragilisé la confiance des Américains dans l’État fédéral (déjà mise à mal par le Tea Party) désormais devenu orwellien.
  • Les blocages avec le Congrès ont globalement (et aucun parti n’en est exempt) alimenté le cynisme des Américains, de plus en plus désabusés à l’égard de la politique.

Pour autant, statistiquement, il y a un grand risque que cela ne s’améliore pas. Les auteurs s’entendent sur le fait que c’est la sixième année que la malédiction s’abat sur les présidents. Le pire pourrait donc s’abattre sur la Maison-Blanche avec les élections de mi-mandat en novembre prochain. Barack Obama a encore 10 mois pour marquer l’histoire.

 

Dette d’honneur – Qui sera dans l’hémicycle ce soir?… et qui n’y sera pas.

On a tous lu ‘Dette d’honneur‘ de Tom Clancy. Roman dans lequel il imagine un attentat commis contre le Capitole pendant le discours sur l’état de l’Union (au moyen prémonitoire d’un avion de ligne projeté sur le Congrès) et décapitant littéralement Washington.

19515-gf

En effet, au cours de cet événement sont présents les trois branches de l’État fédéral: tous les sénateurs et représentants, les juges de la Cour suprême, le président, le vice président et 14 secrétaires d’État.

Ce qui n’était une fiction a cependant un fondement : assurer la continuité de l’État en cas de catastrophe. Ainsi, ce 28 janvier au soir, lorsque le président se présentera dans l’hémicycle pour prononcer son discours, un membre de son cabinet sera absent, désigné pour être l’éventuel survivant. 

Le service historique du Sénat affirme que cette pratique remonte aux années 60 voire un peu avant et établit la liste des absents du discours sur l’État de l’Union depuis 1984:

2013 Secretary of Energy Steven Chu
2012 Secretary of Agriculture Tom Vilsack
2011 Secretary of the Interior Ken Salazar
2010 Secretary of Housing and Urban Development Shaun Donovan
2009** Attorney General Eric Holder
2008 Secretary of the Interior Dirk Kempthorne
2007 Attorney General Alberto Gonzales
2006 Veterans Affairs Secretary Jim Nicholson
2005 Secretary of Commerce Donald Evans
2004 Secretary of Commerce Donald Evans
2003 Attorney General John Ashcroft
2002 Interior Secretary Gale Norton
2001** Veterans Affairs Secretary Anthony Principi
2000 Secretary of Energy Bill Richardson
1999 Secretary of Housing and Urban Development Andrew W. Cuomo
1998 Commerce Secretary Bill Daley
1997 Agriculture Secretary Dan Glickman
1996 Health and Human Services Secretary Donna Shalala
1995 Transportation Secretary Federico Pena
1994 Agriculture Secretary Mike Epsy
1993** Interior Secretary Bruce Babbitt
1992 Secretary of Agriculture Ed Madigan
1991 Interior Secretary Manuel Lujan
1990 Veterans Affairs Secretary Edward J. Derwinski
1989** Unknown
1988 Interior Secretary Donald P. Hodel
1987 Agriculture Secretary Richard Lyng
1986 Secretary of Agriculture John Block
1985 Commerce Secretary Malcolm Baldrige
1984 Secretary of Housing

1964-2014. Cinquante ans de guerre contre la pauvreté

Le 8 janvier 1964, LBJ prononçait son premier discours sur l’état de l’Union, et annonçait le début de la guerre contre la pauvreté: “we shall not rest until that war is won”.

Derrière ce discours, il y avait un programme déjà amorcé sous Kennedy. Mais surtout l’histoire personnelle d’un président qui avoue dans son discours n’avoir jamais imaginé qu’il pourrait un jour être là. D’un président qui, enfant, avait vécu la pauvreté et la misère. La honte de devoir dépendre de la charité. La haine de sa propre pauvreté. S’il devait y avoir un président parmi tous pour déclarer “la guerre” à la pauvreté, ça devait être lui.

La pauvreté touchait 1 Américain sur cinq à l’époque. 19% des Américains. Cinquante plus tard, il a baissé de quatre points (en fait il a été beaucoup plus bas à la fin du millénaire) pour revenir à son niveau de 1965.

us-poverty-rate-2

En janvier 2014, c’est donc un enjeu que devra considérer le président Obama dans son programme (qu’il présentera dans son discours sur l’état de l’Union), alors que le nombre de travailleurs pauvres augmente selon  le US Bureau of Labor Statistics.

working-poor

Notamment en raison du fait que la relance de l’économie s’est avant tout appuyée sur des emplois à temps partiel:

economix-08parttimeworkshare-blog480Et le bon de 40% observé entre 2007 et 2010, est particulièrement patent chez les femmes et les jeunes.

graph2

(Selon la définition officielle, le travailleur pauvre est celui qui a travaillé au moins 27 semaines dans une année mais dont les revenus demeurent au niveau ou en deçà du seuil de pauvreté).

Leur paupérisation est accrue par le fardeau fiscal que les États continuent à faire peser sur des foyers déjà au niveau de / en-deçà du seuil de pauvreté:

PovertyMap

Pour autant, le droit du travail demeure inadapté, ancré dans un dispositif datant de 1938 et répondant à des logiques d’un autre siècle. La précarisation et la paupérisation du travailleur doit donc être prise en compte dans une réforme de grande ampleur du salaire minimum notamment, comme l’avance l’Institute for Research on Poverty de l’Université de Wisconsin-Madison, dans un rapport complet en date de décembre 2013.

Ainsi, selon le Census Bureau, à la suite du dernier recensement décennal de 2012:

  • le taux de pauvreté officiel est de 15%.  Soit 46,5 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté (1,3 fois la population canadienne totale!). Certaines organisations élargissent la notion de pauvreté aux “presque pauvres”, qui passent péniblement le seuil de pauvreté, pour réévaluer le taux à 100 millions.

chart-census-poverty.top

  • le taux de 2012 représente une augmentation de 2,7% par rapport aux chiffres pré-récession (2007).
  • le taux est globalement constant dans la plupart des groupes sociaux observés, avec toutefois, une augmentation chez les personnes de plus de 65 ans, les personnes vivant dans le Sud et dans les zones rurales, comme l’illustre cette carte des Centers for Disease Control and Prevention:

07_0091_05lg

  • le taux de pauvreté en 2012 chez les enfants de moins de 18 ans est de 21,8%, alors qu’il est de 13,7 chez les 18-64 ans, et de 9,1% chez les plus de 65 ans.

Et a, bien entendu, une incidence manifeste sur l’accès à la nourriture:

food

Tandis que l’insécurité alimentaire conduit 6% de la population à avoir recours aux bons d’alimentation.food-stamp-record-2012

Et a, bien entendu, des incidences en termes de santé publique.

C’est sans doute la raison pour laquelle Barack Obama a commencé à tester, dans les jours précédant son discours sur l’état de l’Union, l‘idée d’une augmentation par décret du salaire minimum horaires dans les contrats fédéraux, de 7,25 à 10,10 dollars. Car la relance doit aussi, à terme, comporter une dimension keynésienne, la confiance des consommateurs représentant traditionnellement le moteur de la croissance américaine.

 

Les priorités des Américains à la veille du discours sur l’état de l’Union

Ce 28 janvier 2014, au soir, à l’heure de grande écoute, Barack Obama s’adressera au Congrès – et aux Américains – lors du rituel discours sur l’état de l’Union. Alors que sa cote de popularité se monte à 51% – ce qui correspond grosso modo à son niveau médian – le président des États-Unis va devoir faire oublier qu’il est un canard boiteux (lame duck president), qu’il vient de vivre la pire année de son mandat (la fameuse malédiction de la sixième année/ malédiction du second mandat), qu’à la veille des élections de mi-mandat en novembre prochain il a grandement décliné en popularité chez les Hispaniques (de 74% lors de sa réélection à 62% aujourd’hui). Bref, il va devoir se faire rassembleur et ferme.

Or, les priorités des Américains se sont ajustées.

Désormais, selon le Pew Research Center, le déficit n’est plus au sommet des priorités des Américains (ce qui, théoriquement, dessert les Républicains): l’économie et la relance, ainsi que la lutte contre le chômage, sont les premières priorités des Américains. Et en troisième position, dans des proportions comparables à 2011 (donc à la veille de la réélection de Barack Obama), arrive la lutte contre le terrorisme.

1-25-2014_01-2

 

Au Texas, la femme enceinte compte moins qu’un foetus à naître

 Aux États-Unis, une femme sur trois subit une interruption volontaire de grossesse avant l’âge de 45 ans. Pourtant, il y a moins de 1800 structures où se pratique l’avortement aux Etats-Unis, et dans 87% des comtés (circonscriptions de base) il n’y a aucune structure de cette nature. Plus encore, dans un accord conclu autour du Affordable Care Act, les États ont obtenu de pouvoir s’affranchir de l’obligation d’inclure dans les plans d’Assurance maladie une couverture des IVG. Ainsi 23 États ont, pratiquement en catimini, adopté des lois qui interdisaient la prise en charge de l’avortement dans les plans offerts dans le cadre de l’échange prévu par Obamacare. Et 8 de ces États interdisent la prise en charge de l’avortement quelle que soit la nature du contrat d’Assurance maladie (public comme privé).

clip_image002_000

En 1973, dans son arrêt Roe v. Wade, la Cour suprême a établi le fait qu’une femme avait un droit constitutionnel (reposant sur le 14e amendement) à choisir – avant que le fœtus ne soit viable – de mettre fin à sa grossesse. La Cour suprême a alors établi sur la durée de la grossesse la nature de l’équilibre juridique à maintenir entre le droit de la femme au contrôle de son propre corps et l’intérêt de l’État à préserver la vie prénatale, ce dernier augmentant proportionnellement avec l’avancée de la grossesse. C’est ainsi que l’IVG était librement permis au cours du premier semestre, autorisé dans une clinique approuvée au cours du second, et éventuellement interdit par les États fédérés au cours du 3e. En 1992, dans Planned Parenthood v. Casey, la Cour suprême a maintenu ce droit fondamental tout en reconnaissant aux États fédérés la capacité d’en restreindre l’exercice dans la limite de leurs compétences (comme par exemple, requérir un consentement parental pour une mineure, imposer des temps de réflexions ou des séances de consultation au préalable, ou encore limiter le financement). Ce jugement a également rapproché la date de viabilité du fœtus à 22 semaines, estimant qu’à ce stade l’intérêt du fœtus pouvait prévaloir sur les droits de la femme : ce qui, en d’autres termes, signifie qu’à ce stade l’État peut interdire l’avortement.

Dès lors, les États ont ajusté leur législation pour encadrer le droit à l’avortement – de manière directe, ou indirecte.

avo

Au cours de l’année 2013 seulement, 22 États ont mis en place 70 mesures différentes visant à restreindre le droit à l’avortement. Et 56% des femmes américaines vivent dans un des 27 États hostiles à l’avortement.

clip_image002

En 2013, les législatures des États fédérés ont véritablement fait reculer le droit à l’avortement dans le pays, en appliquant des restrictions, des conditions supplémentaires. À ce titre, le portrait des législateurs qui ont déposé des projets de lois allant dans ce sens est parlant:

sponsors

 

L’évolution en un peu plus de dix ans est substantielle, selon Mother Jones:

AbortionLawsMapAnimated-2AbortionLawsMapAnimated-1

Ainsi, au Texas, en 2014, la prise en charge du coût de l’avortement par l’État est subordonnée à la mise en danger de la vie de la mère, le viol, ou l’inceste. Une femme qui souhaite avorter doit rencontrer un travailleur social, attendre 24 heures avant que l’IVG ait lieu. Elle doit subir une échographie au cours de laquelle le technicien doit lui montrer et lui décrire l’image qu’il y voit. En d’autres termes, le dispositif mis en œuvre vise à dissuader les femmes d’avorter.

La dernière loi date de juillet 2013, est l’un des plus conservatrices aux États-Unis, et est depuis l’objet d’une saga juridictionnelle: elle interdit les IVG au-delà de 20 semaines, ainsi que la pilule abortive, et prévoit que les médecins doivent, pouvoir avoir le droit de pratiquer des avortements, être rattachés à un hôpital. Saisi de la question, un juge fédéral avait, en octobre, estimé que cette restriction n’avait aucun fondement médical et visait simplement à limiter l’accès des femmes à l’avortement.  La Cour d’Appel des États-Unis du 5e circuit  a invalidé cette décision et la Cour suprême, saisie de la question, s’est abstenue de renverser ce jugement en novembre. Ce faisant 12 des 34 cliniques d’avortement ont dû renoncer à pratiquer l’IVG selon le Texas Policy Evaluation Project.

sss

C’est dans ce contexte, résolument anti-avortement, que survient l’histoire de Marliz Munoz, victime d’une embolie pulmonaire, maintenue dans un état végétatif en raison du fait qu’elle est enceinte, et en dépit du fait qu’elle ait spécifié de son vivant qu’elle souhaitait que soit mis fin à ses jours dans un cas similaire. Alors qu’elle a manqué d’oxygène (et son foetus aussi, ce faisant) pendant de longues minutes, l’hôpital refuse de la débrancher, alors qu’elle est dans un état végétatif, en appliquant une loi qui interdit de mettre fin à la vie d’une personne (sic) enceinte. 

Tout remonte à  1990, lorsque dans sa décision Cruzan v. Director, Missouri Department of Health, 1990, la Cour suprême avait estimé , à 5 contre 4, qu’il fallait, pour débrancher une personne confinée à un état végétatif, de la clarté de son consentement préalable. Dans la foulée de cette décision, le Congrès avait adopté le Patient Self-Determination Act of 1991, requérant des institutions médicales financées via Medicare ou Medicaid d’informer les adultes de leur droit à formuler un document légal dans ce but (“advance directive”).

Or si dans Roe v. Wade il est clair que le foetus – au moins jusqu’à ce qu’il soit viable – n’est pas une personne au sens juridique du terme et ne peut donc pas bénéficier des droits qui s’y rattachent, il reste que , de facto, les États ont adopté des lois qui placent les droits du fœtus à naître au-dessus des droits fondamentaux de la femme (enceinte). Le Center for Women Policy Studies établit que, en 2012, 12 États (Alabama, Idaho, Indiana, Kansas, Kentucky, Michigan, Missouri, South Carolina, Texas, Utah, WashingtonWisconsin) ont promulgué des lois qui dépossède une femme enceinte de certains de ses droits fondamentaux : ces lois  invalident automatiquement la volonté d’une femme  (exprimée sous la forme d’un testament spécifiant les limites du traitement en fin de vie – living will – ou par le biais d’un intermédiaire, responsable de formuler les décisions lorsque la patiente ne sera plus capable – medical proxy) de rejeter l’acharnement thérapeutique, si elle est enceinte, et ce peu importe le stade de la grossesse. 

Ce qui signifie que la dignité de la femme en état végétatif est réduite à néant pour transformer son corps en incubateur. Cela peut, dans un pays où les coûts médicaux conduisent les gens à faire des choix (ne pas prendre la pilule contraceptive parce que trop chère, ou différer un projet de grossesse en raison du seul coût dissuasif du suivi obstétrique et de l’accouchement – on ne parle même pas d’élever l’enfant) peut signifier qu’une famille peut avoir à payer pour maintenir une femme cérébralement morte sous respirateur pour accoucher d’un fœtus qui, comme dans le cas des Munoz, ne sera au final pas viable parce qu’il aura manqué d’oxygène. Au point une levée de fonds a été mise en place pour soutenir financièrement la famille de M.Munoz.

Il aura fallu attendre le 24 janvier (deux mois après l’intubation de la patiente) pour qu’un juge impose qu’il soit un terme à la procédure estimant que Marlise Munoz était légalement morte et, ce faisant, ne pouvait être considérée comme étant “enceinte”.

Bref, au Texas, il vaut mieux être infertile et bien portante, qu’enceinte et invalide.

 

Recherche Darwin désespérément

Selon Slate, l’enseignement du créationisme dans les écoles prend une dimension particulière dans certains États… où il n’est plus relégué à de petites écoles confessionnelles rurales, mais bel et bien dispensé par le réseau d’écoles publiques. Ainsi, au Texas, les enseignants peuvent s’appuyer sur les standards définis par l’État pour l’éducation en science, qui permettent aux enseignants d’opter plutôt pour l’enseignement du créationnisme – entré en fanfare dans les manuels scolaires. Slate cartographie ici l’enseignement du créationisme financé par l’argent public (tax-funded creationism) :
- dans les écoles publiques qui le permettent de manière alternative à l’évolutionnisme (en vert)
- dans les écoles privées qui enseignent le créationisme mais bénéficient de subventions publiques (en jaune)
- dans les écoles publiques qui s’appuient sur un cursus et du matériel créationniste (en rouge)

schoo

Le Tea Party, à la veille des élections de mi-mandat

Le 21 janvier 2014, l’Institute for Research & Education on Human Rights publiait un rapport très complet sur l’état du Tea Party aux États-Unis. Cette mouvance, qui est devenue l’un des piliers du GOP, a été secouée au cours de l’année 2013 par des changements importants et des schismes: pour autant la polarisation induite par l’existence même du Tea Party n’a pas dissuadé les partisans (dans l’opinion publique, la fermeture du gouvernement à l’automne, a affecté le Tea Party, dont la cote de popularité a décliné) , dont le nombre augmente – même si la progression est désormais plus lente qu’au cours des années précédentes.

carttp

Les Tea partiers sont plutôt des hommes (2/3), vivant dans le Sud (42%), et plus actifs sur les médias sociaux (le rapport identifie  7 683 327 de partisans sur Facebook, et  382 240 sur twitter). 

Envergure nationale du Tea Party, par faction

Juin 2010

Juin 2011

Juin 2012

Juin 2013

Octobre 2013

Décembre 2013

FreedomWorks

13,615

94,541

144,265

195,179

208,499

229,936

Tea Party Patriots

64,267

85,753

152,572

97,815

97,728

97,832

Patriot Action Network

72,437

87,029

88,406

90,735

91,826

92,335

Tea Party Nation

29,298

40,022

46,532

52,315

52,785

52,893

1776 Tea Party

4,657

12,563

13,419

29,171

34,485

38,316

Tea Party Express*

1,508

2,321

3,051

2,390

2,390

2,390

Totaux

185,782

322,229

448,245

467,605

487,713

513,702

 

 

Cette Amérique qui ne veut pas de l’Autre – Record d’expulsions aux États-Unis

Ils auront été 419 384 à être reconduits à la frontière états-unienne en 2012, un record encore jamais atteint par les autorités américaines – et  diffusé par le  U.S. Department of Homeland Security. Et 1,6 millions entre 2009 et 2012. Le chiffre des expulsions est en hausse continue et doit être jumelé avec les résultats des arrestations à la frontière (qui ne compte donc pas dans les expulsions) et qui sont également en augmentation.

FT_DHS

Il faut également voir ce phénomène avec les chiffres du Pew Hispanic Center, qui montre l’inversion du flux de migrants entre les États-Unis et le Mexique.

 L’effet de la crise aux États-Unis, le ralentissement économique (et ce faisant la hausse du taux de chômage), le durcissement des politiques frontalières, l’effet du mur frontalier (poussant les migrants potentiels sur des routes beaucoup hasardeuses, dangereuses et coûteuses), l’évolution de la société mexicaine (notamment en termes démographiques) et la menace d’être expulsé (au vu de la hausse des chiffres) semblent dissuader de plus en plus de candidats à l’immigration.