Black Lives Matter – 2016

Les interventions policières musclées sont-elles en hausse? La militarisation de la police a-t-elle un impact sur la violence des interventions? Y a-t-il plus de morts et de blessés dans le cadre des interventions policières aux États-Unis?

Les chiffres sont difficiles à rassembler, puisqu’il s’agit de plusieurs paliers de gouvernements et de police (municipales, comtés, universitaires, États…) et ce faisant de méthodes de comptabilisation différentes, et que beaucoup ne reportent pas les morts de la même manière. Mother Jones a tenté de faire le point:

  • selon le FBI, 410 personnes ont été tuées par la police depuis 2012.
  • le département de la justice avance qu’entre 2003 et 2009, 2900 personnes sont mortes dans le cadre d’arrestations policières, soit 420 morts par année.
  • les Centers for Diseases Control avancent un chiffre de 460 morts dans le cadre d’interventions policières par an.

Toutefois, selon Mother Jones, il reste beaucoup d’approximations et le portrait est loin d’être clair. Ce qui l’est toutefois, est la disproportion avec laquelle la population noire est touchée – on se souviendra qu’elle représente moins de 13% de la population américaine mais 31,8% des morts par armes à feu selon les CDC.

Source:  http://www.bjs.gov/content/pub/pdf/ard0309st.pdf

Source:
http://www.bjs.gov/content/pub/pdf/ard0309st.pdf

Selon les données du groupe Fatal Encounters, et la carte qu’en a fait Vox, les polices auraient tué « au moins » 2614 personnes depuis le 9 août 2014 – date de la mort de Michael Brown à Ferguson au Missouri :Capture d’écran 2016-07-08 à 13.48.29

Et parmi ces morts, la population afro-américaine y est surreprésentée selon les données compilées par Mother Jones:

Capture d’écran 2016-07-08 à 15.02.52

 

 

La police en ligne de mire

Au cours des trente dernières années, il y a eu somme toute peu d’incidents de la nature des événements qui se sont déroulés à Dallas, le jeudi 7 juillet 2016 – la plupart des médias renvoie au 11 septembre 2001 – et les chiffres avancés sont parfois élevés mais ils incluent tous les policiers morts dans l’exercice de leurs fonctions. Mais en réalité, il faut remonter à l’affaire du tireur de la Nouvelle Orléans pour faire des analogies.

 UPI wire photographs January 8-9, 1973: Kummerlowe


UPI wire photographs January 8-9, 1973: Kummerlowe

Fin 1972, et pendant une semaine début 1973, Mark Essex, un ancien militaire et brièvement proche des Black Panthers, va viser et tuer 9 personnes dont 5 policiers,et en blesser 13 autres pour venger la mort de deux étudiants afro-américains de la Black Southern University, tués à Baton rouge: les policiers constituaient alors bien une cible définie.

Selon PBS, ce qui semble devoir être souligné aujourd’hui est que si les morts de policiers en exercice déclinent, le nombre d’officers de police tués par armes à feu augmente de manière importante (+17% en 2016).

Cm3vQpXUMAAxrnd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela s’inscrit selon le Brady Center dans une augmentation continue de la violence par armes à feu, particulièrement visible lorsqu’on regarde les morts dans le cadre des interventions policières.

En moyenne, par année, selon le Brady Center for the Prevention of Gun Violence:

32 964

personnes meurent de violence par armes à feu

75 062

personnes survivent à des blessures par armes à feu

11 184

sont assassinées

55 009

sont blessées dans une attaques

20 511

se sont suicidées

3791

survivent à une tentative de suicides

567

sont tuées accidentellement

16 334

survivent à un accident

440

sont tuées lors d’une intervention policière

827

sont blessées lors d’une intervention policière

261

sont tuées sans qu’on puisse déterminer les circonstances.

 

Mais de le cadre d’interventions policières,  les Afro-américains ont relativement plus de risque d’être tués que les autres franges de la population: le biais est toujours là et le mouvement Black Lives Matter est là pour durer.

Austin, Texas: Armes sur le campus, 50 ans plus tard

Le 1er août 1966, Charles Whitman se poste au sommet de la tour de l’Université d’Austin et tire, abattant 16 personnes et en blessant 32 autres. University_of_texas_at_austin_main_building_2014

50 ans plus tard, et jour pour jour, une loi autorisant le port d’armes dissimulées sur le campus, soit le 1er août 2016 , entrera en vigueur.

Déjà, plusieurs professeurs ont avancé le fait que cela aurait un impact sur leurs enseignements, puisque certains sujets jugés « trop délicats » seront parfois évités, voire exclus des syllabi.

Le président du Sénat facultaire de l’Université du Texas à Houston a d’ailleurs préparé un powerpoint pour expliquer ce qu’impliquait la loi et propose (15e diapositive) un code de conduite aux enseignants de l’Université, qui fait froid dans le dos:

Capture d’écran 2016-07-08 à 13.32.26

Des entrevues réalisées avec des professeurs du réseau de l’Université du Texas (réalisées par l’auteure de ce billet en juin 2016) rendent compte de pratiques, par exemple dans le domaine de la contestation des notes, qui seront altérées par la « possibilité » que le contestataire soit armé.

C’est sans doute la raison pour laquelle les professeurs Jennifer Lynn Glass, Mia Carter et Lisa Moore ont déposé un recours contre cette disposition, lundi dernier, en cour fédérale, afin, pour le moins, de faire en sorte que les salles de classe demeurent exemptes, ce qui n’est pas le cas au 1er août prochain.

Un nouveau front au Sénat : la nomination d’un nouveau juge à la Cour suprême

(10h30: En attendant la probable confirmation de la nomination de M. Garland, plus âgé que l’autre favori, et moins susceptible de servir de « piñata humaine » pour reprendre les termes de Rick Hasen en raison de son caractère modéré et de sa capacité à – très éventuellement – rallier quelques républicains)CarteEconomist1

L’annonce sera faite sous peu dans le Rose Garden à la Maison-Blanche par le Président Obama et en attendant, les spéculations vont bon train :

Capture d’écran 2016-03-16 à 10.15.27

En effet, dans le système de checks and balances, la Cour suprême constitue d’un des contrepoids de l’ordre constitutionnel. Et en application de la Charte fondamentale, le pouvoir judiciaire est dévolu à la Cour suprême (article III, section1 de la Constitution) qui chapeaute l’ordre juridictionnel et assure l’unité du droit américain. La composition de la Cour suprême a varié tout au long de son histoire : initialement composée de dix juges, elle a vu ce nombre réduit à sept par le Congrès qui ne voulait pas laisser au président Andrew Johnson la faculté de nommer de nouveaux juges, puis remonter à neuf lorsque le président Grant entre en fonctions. En vertu d’une loi de 1869, la Cour suprême est composée de neuf juges inamovibles nommés à vie par le président des États-Unis.

Capture d’écran 2016-03-16 à 10.13.03

Les neufs juges de la Cour suprême ont donc la lourde tâche d’incarner l’un des contrepoids du système américain, tout en étant eux-mêmes limités par les actes des pouvoirs exécutifs.

La Cour suprême a parfois été téméraire, délimitant à plusieurs reprises les pouvoirs du président mais globalement, les juges de la Cour suprême manoeuvrent avec une très grande prudence, évitant d’affronter directement le président. Car la Haute juridiction dépend également très largement de la bonne volonté des autres pouvoirs, notamment le président, pour la mise en œuvre de ses décisions, ce qui fait d’elle, selon Alexander Bickel, la « moins dangereuse » des institutions politiques américaines.

Le pouvoir de nomination du président
Le président a le pouvoir constitutionnel de nommer les juges fédéraux, notamment les juges à la Cour suprême. Toutefois ce pouvoir est subordonné à la confirmation sénatoriale. En prévoyant que le président exerce ce pouvoir « avec les conseils et le consentement du Sénat », la Constitution instaure un partage du pouvoir de nomination dont les modalités ont été débattues par les constituants, selon qu’ils souhaitaient conférer l’essentiel de ce pouvoir au président ou au Congrès. Ce faisant, la nomination des juges est un acte politique. D’ailleurs, compte tenu tant du poids du Sénat que de la volonté de choisir des juges en conformité avec leur idéologie, les Présidents ont progressivement développé tout un processus de filtrage des candidats, qui implique les sénateurs des États concernés mais aussi le ministère de la Justice et qui s’appuie de plus en plus sur un ensemble de critères idéologiques prédéfini pour évaluer les candidatures à un poste.

De surcroit, les auditions sont publiques pour les nominés à la Cour suprême depuis 1949; ils sont systématiquement auditionnés depuis 1955 et depuis 1981 les auditions sont retransmises par la télévision. C’est essentiellement sous la présidence Reagan que la nature même du processus a évolué. En effet, en juillet 1987, Reagan nomme le juge Robert H. Bork à la Cour suprême pour remplacer Lewis F. Powell qui était un des pivots, un des swing vote de la Cour suprême : le nouveau juge aurait donc le loisir d’influer sur la jurisprudence de la Haute juridiction. Or la jurisprudence conservatrice de Robert Bork à la Cour d’appel du District de Columbia et son rôle dans l’administration Nixon (il est celui qui a limogé le procureur spécial Cox, qui enquêtait sur ordre du Congrès sur le Watergate) ne convenaient pas au Sénat, qui au terme de quatre mois d’intenses débats, rejette cette nomination. Reagan nomme alors Douglas H. Ginsburg, qui retirera sa candidature après qu’ait été rendue publique sa consommation récente de marijuana. C’est alors Anthony Kennedy, juge conservateur modéré, siégeant à la Cour d’appel du neuvième circuit, qui sera nommé et confirmé. Toutefois, les débats autour de ce houleux processus de nomination constituent une nouveauté : depuis lors, le processus de confirmation est de plus en plus complexe et contesté.
Or, la politisation du processus de nomination des juges est généralement accrue en période de cohabitation, ce qui est le cas actuellement. Et il sera d’autant plus ralenti que la polarisation et l’absence de coopération bipartisane est manifeste..

Ce qui importe est que, puisque le président nomme ces juges à vie, il a la possibilité d’orienter, voire de définir le visage de la nation pour près d’un quart de siècle après la fin de son mandat. Si Barack Obama parvient à obtenir la confirmation du juge qu’il va nommer, 5 dans 9 juges à la cour suprême auront été nommés par un président démocrate. Ce qui est important, jusqu’à un certain point. Il faut savoir que si la majorité des juges s’inscrivent dans la ligne politique et idéologique des présidents qui les ont nommés, il demeure qu’un quart d’entre eux en ont dévié. Les juges tendent en effet à s’émanciper de la tutelle idéologique de l’autorité qui les a nommé. Le fait qu’ils soient nommés à vie est d’ailleurs, dans l’esprit des Pères fondateurs, la garantie de leur indépendance. Ainsi, lorsque l’on demandait à Dwight Eisenhower s’il avait commis des erreurs durant ses mandats, sa réponse était « oui, deux, elles siègent toutes les deux à la Cour suprême » (Il évoquait là le juge en chef Earl Warren et l e juge William J. Brennan, qui se sont avérés très libéraux, une fois à la Cour. Dwight Eisenhower cité par Henry J. Abraham (1999), Justices, Presidents and Senators : A History of U.S. Supreme Court Appointments from Washington to Clinton, Lanham, Rowman and Littlefield, p.200).
Truman tenait des propos similaires, ajoutant que « lorsque vous nommez quelqu’un à la Cour suprême, il cesse d’être votre ami ». Or c’est cette indépendance qui a permis à la Cour suprême de progressivement définir et délimiter l’étendue du pouvoir présidentiel.

Une année pas comme les autres…

Une fois ces éléments précisés, compte tenu d’un contexte extrêmement tendu entre le Congrès et le Président et du fait qu’un sénateur républicain comme Orrin Hatch du Utak ait même nié au Président le « droit » de nommer un candidat, les spéculations vont bon train.

De toute évidence Barack Obama a depuis longtemps souligné la sous-représentation des minorités notamment asiatiques dans le milieu judiciaire.

La juge Ginsburg a quant à elle été claire, il faudrait plus de femmes :

Mais ça devrait être l’un de ces trois juges

  •  Sri Srinivasan, 49 ans, de la Cour d’appel fédérale du District de Columbia;
  •  Merrick Garland, 63 ans, de la Cour d’appel fédérale du District de Columbia;
  • Judge Paul Watford, 48, de la 9e cour d’appel de circuit de San Francisco

via GIPHY

Vers une convention nationale républicaine divisée?

Le résultat du 15 mars, côté républicain, rebat une fois de plus les cartes du Grand Old Party : la probabilité d’une convention divisée, contestée existe.

La victoire de Kasich…

Deux candidats dans la course se devaient de remporter leur État ce soir: John Kasich dans l’Ohio (dont il a été le gouverneur et le représentant) et Marco Rubio en Floride (dont il est le sénateur). Le premier a transformé l’essai et le second a complètement échoué :

CdoU6s2WAAE-zRZ

Et cette carte du New York Times montre à quel point il s’agit d’une défaite de grande ampleur, qui montre au passage que Donald Trump est loin de plafonner , qu’il est susceptible d’aller chercher un électorat plus diversifié au-delà des Angry White Men, et que ce serait une erreur de le sous-estimer encore à ce stade.

Par contre, la victoire de Kasich dans l’Ohio selon Gender Watch 2016 , qui est un État pivot de l’élection générale, se fait avec le vote des femmes républicaines (46-43, 3 points de différence), et nécessairement avec la classe ouvrière dans la ceinture de l’acier.

Cela signifie aussi que la probabilité d’une convention contestée existe… (comprenez que puisque la science politique et les modèles ont failli en cette année exceptionnelle, on cherche à être plus prudent…d’où la formule alambiquée)

Et de toute évidence, le fait que, dans la foulée de sa victoire en Ohio, l’équipe de Kasich se soit élargie pour inclure Stu Spencer, stratège principal de Ronald Reagan (tant au niveau gouverneurial que présidentiel, de 1966 à 1984), Charlie Black (qui a conseillé Reagan, G.H. et G. W. Bush, ainsi que McCain en 2008), Vin Weber (qui a conseillé les candidats Dole, W.Bush, Romney et Gingrich) en soulignant notamment le rôle central de Spencer lors de la dernière convention contestée de l’histoire du parti républican (en 1976) n’est pas un hasard…

Marco Rubio a suspendu sa campagne…

Ce qui veut dire qu’il abandonne l’idée d’être président (il l’a dit clairement) mais qu’il reste légalement dans la course, ce qui permet de continuer le cas échéant à lever des fonds pour payer des dettes de campagne, honorer les contrats

Il conserve également (comme Jeb avant lui) ses délégués jusqu’à la convention. Si jamais il abandonnait, ses délégués seraient redirigés en fonction des normes établies par chaque État. Au Kentucky par exemple, les délégués de Marco Rubio devront se réunir pour voter à bulletin secret sur la réallocation de leurs votes. Le New Hampshire quant à lui libère les délégués de leur lien et ils sont libres de se prononcer. Bref, il y a autant de règles qu’il y a d’États et les délégués ne peuvent pas être redistribués à l’heure où ces lignes sont écrites.

Vers une convention divisée, contestée, ouverte?

Par contre, on parle de plus en plus de « contested », « brokered », « open » convention. C’est là aussi un peu complexe.

  1. D’abord, si aucun candidat n’arrive à Cleveland avec la majorité des délégués plus un, on parle de convention contestée – comme en 1976 côté républicain entre Reagan et Ford ou en 1984 entre Mondale et Hart côté démocrate.
  2. Ensuite, si après le premier tour, il n’y a toujours pas de majorité, on parle alors de convention ouverte, négociée (brokered) en référence au temps où les caciques du parti négociaient un candidat à leur convenance – la dernière a eu lieu côté républicain en 1948 (Dewey contre Taft) et en 1952 côté démocrate (Stevenson contre Kefauver).
    Le « twist » c’est que 72% des délégués qui sont liés par le choix des électeurs à leur arrivée à Cleveland, seront libérés de leur mandat impératif après le 1er tour. Trois tours plus tard, ce sont 90% des délégués qui seront des agents libres. Et la durée du mandat impératif est là aussi déterminée par… les États. Ainsi les 40 délégués de la Géorgie sont libérés de toute allégeance après le 1er tour tandis que les 36 délégués de l’Alabama sont liés impérativement et jusqu’au bout. En Pennsylvanie, seuls 17 des 71 délégués sont liés jusqu’au premier tour.

Et là, il faut ajouter un élément additionnel : dans certains États (pas tous) la liste des délégués est établie par… l’establishment. Ce dernier peut tout à fait parier sur la probabilité d’une convention ouverte et placer des « agents doubles » dans les délégations d’État, prêts à changer d’allégeance après le 1er tour. Car dans 44 États sur 50 (sans compter les territoires), le candidat n’intervient pas dans la sélection des personnes qui vont être déléguées. Ainsi comme l’explique Sasha Issenberg à propos de la Caroline du Sud, pour en être un délégué, il faut avoir été délégué de la convention nationale de 2015  – la probabilité d’être issu du sérail est d’autant plus élevée .

Qui a la haute main sur la convention?

Mais tout n’est pas si simple (!). La convention nationale, dont on ne retient souvent que le dernier jour, est une grand-messe qui se déroule en fait sur 4. Le 2e jour pourrait être déterminant : c’est là que le comité des règles de la convention se réunit et détermine les normes applicables à la désignation des candidats à la présidence et vice-présidence. Il a été crucial en 2012, lorsqu’il a adopté la fameuse règle 40, imposant qu’un candidat, pour être considéré, ait emporté la majorité des délégués dans 8 États, afin de favoriser Mitt Romney. À l’heure actuelle, seul Donald Trump atteint ce seuil, mais le comité qui se réunit le 2e jour (et qui est en principe une émanation, majoritairement, de l’establishment) peut tout à fait modifier les règles pour changer le déroulement prévu de la convention.

Mais voilà, au vu de la manière dont la campagne de Donald Trump se déroule, ça ne devrait pas se dérouler calmement.

Et à quel point les caciques du parti (ou simplement sa frange modérée ou non populiste) sont prêts à confronter cette classe blanche, moins diplômée, plus vulnérable financièrement, qui formule clairement son insécurité économique et parait encore affectée par la crise de 2008 alors que les indicateurs nationaux sont à la hausse? À quel point est-il possible d’alimenter plus encore le cynisme de ces désenchantés de la politique? Le Parti républicain a joué avec le feu depuis plusieurs cycles électoraux, en alimentant la polarisation d’une part et en jouant avec les règles de l’investiture d’autre part. Or, en matière de fracture profonde, de divisions raciales et économiques, de polarisation idéologique, et de violence, l’histoire des conventions nationales a établi des précédents

En attendant…

Capture d’écran 2016-03-15 à 23.57.44

 

 

 

 

 

 

Et il y a toujours une autre option: l’apparition d’un candidat indépendant (poussé par l’establishment républicain). Et non, il n’est pas trop tard, dit Richard Winger: L’histoire, avec John Anderson en avril Robert  La Follette en juillet 1924, Strom Thurmond comme Dixiecrat en juillet 1948, Ross Perot en mars 1992, ont tous plutôt bien réussi. D’autant que les dates limites dans les États pour apparaître sur le bulletin, s’étalent de juin à septembre (à l’exception du Texas pour lequel la date est mai). Et la structure du Constitution Party, déjà présent dans plusieurs États, pourrait être idéale pour ce faire.

(et un grand merci pour sa relecture avisée à Vincent Boucher... il ne fait jamais bon écrire trop tard dans la nuit 😉 )

Jouer la primaire aux dés? Check.

Tout comme un jeu à pile ou face avait donné un comté à Hillary Clinton en Iowa, c’est un jeu de cartes qui a été déterminant… dans deux comtés pour Hillary Clinton.

Car les caucus du Nevada ont toujours fait l’objet d’âpres discussions et contestations au point où les deux partis envisagent de lui substituer un autre État de l’Ouest (raison pour laquelle le Nevada apparaît si tôt dans le calendrier) d’ici 2020.

En attendant, dans une semaine, c’est au tour des Républicains de « caucusser »….

Hillary rebat ses cartes. Ain’t I a Woman?

La vidéo annonçant la candidature à la présidence d’Hillary Clinton est très largement tournée sur les femmes, la famille, les enfants.

2016 marque donc un véritable tournant dans le marketing d’Hillary Clinton, qui s’inscrit dans la lignée de son discours de défaite, tenue à la convention démocrate de 2008 et connu pour ses « 18 millions de fissures » dans le plafond de verre :

Moins agressive, moins « commandant en chef des forces armées » (critère qui était redevenu, après le 11 septembre, déterminant pour l’élection), H.R. Clinton veut se muer en Hillary. Moins carriériste, plus à l’écoute. On en veut d’ailleurs pour preuve le fait qu’elle évite les grands rassemblements dans les jours qui suivent l’annonce de sa campagne pour leur préférer une campagne « au détail », de proximité, sur le modèle de celle qui avait fait son succès pour son élection au Sénat (le fameux « listening tour » de 1999).

L’objectif est de faire ce qu’elle avait refusé de faire en 2008 car elle le voyait alors comme une tare et non comme un atout : assumer, voire embrasser son genre. Elle a donc décidé de redistribuer les cartes et de jouer celle du genre. En témoigne la manière dont elle s’identifie sur twitter : « épouse, mère, grand-mère… »

Capture d’écran 2015-04-14 à 08.40.25

Il faut dire qu’elle se présente à l’heure où la démographie est favorable à ce type de discours. En effet, alors que la majorité des citoyens en âge de voter sont des femmes (53% en 2012), elles ne détiennent que 19% des sièges au Congrès et ne représentent que 17% du fameux Fortune 500. Dès lors, les préoccupations des femmes (qui travaillent de plus en plus tout en ayant des enfants, qui sont de plus en plus les premiers soutiens de famille, et de plus en plus fréquemment mères célibataires) demeurent peu prises en considération par des législateurs majoritairement masculins.

Les femmes sont encore parmi les acteurs les plus vulnérables de l’économie. D’abord en raison de l’inégalité salariale (il en est pour dire que le nombre de mères célibataires vivant sous le seuil de la pauvreté se réduirait de moitié avec la simple mise en place de l’équité salariale).

Ensuite parce que, alors que dans 6 ménages sur 10 les deux parents travaillent, les coûts de garderie sont prohibitifs. Or un tiers des votants en 2012 avait des enfants de moins de 18 ans .
Dès lors, certains enjeux devraient devenir cruciaux en 2016.

Par exemple, dans un rapport paru au cours de l’automne 2013, l’organisme Child Care Aware établit que, dans 31 des 50 États américains, le coût d’une garderie est plus élevé que celui des premières années d’université (le « College »). Le Pew Research Center, à son tour, avait repris les données de l’organisme pour souligner le coût moyen (et très élevé en fait au regard de nos propres standards) des crèches:

ChildcareCosts_table2

Si cela explique, crise aidant, le fait que 29% des mères américaines demeurent désormais à la maison pour s’occuper des enfants, il reste qu’une majorité demeure sur le marché du travail, et doit composer avec un droit du travail peu avantageux (congés payés non encadrés, prestations sociales variables, temps maximal travaillé par semaine non défini etc…).

Le parti républicain ne s’y trompe pas : le label, forgé en 2012, de la « guerre contre les femmes » continue à affecter son vivier de votes. Hillary Clinton a saisi la balle au bond : et c’est une offensive qu’elle se prépare à mener.

Hillary v. Clinton. Version 2016.0

Dans une vidéo dans laquelle elle met l’accent sur les femmes, les minorités, les familles, l’inégalité, et l’esprit entrepreneurial américain, sur fond d’accomplissement du rêve américain, et où elle n’apparaît qu’à la fin, Hillary Clinton a annoncé sa candidature:

deux jours après que son directeur de campagne, Podesta, ait annoncé qu’Hillary Clinton se lançait dans la course.
Capture d’écran 2015-04-12 à 21.57.19

Avec des nuances intéressantes, et notamment un appel tout particulier à la communauté hispanique:

Capture d’écran 2015-04-12 à 22.05.03

Elle est déjà sur les routes. Direction Iowa, New Hampshire (ce sont les caucus et primaires qui peuvent changer la campagne – elle a tiré les leçons de 2008), la Caroline du Sud et le Nevada. Une annonce en catimini ou presque, une campagne de proximité, tout est axé pour éviter les écueils de 2008 et tabler sur les grandes forces d’Hillary – qui ne s’expriment jamais dans de larges amphithéâtres.

Capture d’écran 2015-04-12 à 22.53.33

 

 

 

 

 

C’est une nomination qu’elle ne devrait pas perdre, et une élection qu’elle seule peut perdre.

Il n’y a pas, comme en 2008, un candidat susceptible de lui ravir l’adoubement de la convention démocrate. Cela ne va pas dire que rien n’ira pas sans soubresauts. Bien sûr, il y aura, comme toujours des candidats locaux, ou présents dans quelques États. Et au niveau national, si quelques uns peuvent la chatouiller, la plupart demeurera dans les starting blocks.

Elizabeth Warren, sénateur du Massachusetts, ancienne professeur de droit à Harvard, est une « libérale », connue pour ses critiques acérées à l’égard de Wall Street. À la gauche du parti démocrate, elle est peut-être « trop » à gauche pour ratisser large, y compris à la convention du parti. .

Martin O’Malley, ancien gouverneur du Maryland. On parle parfois de lui, car il a son charisme pour lui. Mais ça ne suffit pas à compenser pour son manque d’expérience nationale.

Jim Webb, à peine plus âgé qu’Hillary, est un héros du Vietnam, ancien secrétaire à la Marine de Reagan et ancien sénateur de Virginie. Mais certaines prises de positions un peu rétrogrades torpillent son éventuelle candidature.

Joe Biden est un vieux routier des élections présidentielles (il a essayé en 1988 et en 2008). À 72 ans, il est désormais plus vieux que le plus âgé des présidents jamais élus (Ronald Reagan), et il faut se souvenir que, dans les sondages de 2008, les Américains paraissaient plus prêts à élire un président noir qu’un président septuagénaire. Et c’est sans parler du fait que sa crédibilité laisse parfois à désirer.

Bernie Sanders, sénateur du Vermont se présente comme indépendant, socialiste, et même si il est intéressant, ne peut pas à 73 ans, concurrencer sérieusement Hillary Clinton.

Problème réglé.

D’ailleurs, déjà, des 796 super délégués , nombreux sont ceux qui lui apportent leur soutien pour la convention nationale. Donc dans l’esprit au moins, Hillary Clinton est déjà en septembre 2016.

111

SOURCE: Washington Post-ABC News poll . March 26-29, 2015. | The Washington Post April 2

C’est un retour vers le Future. Comme en 1992. Bush v. Clinton. Le retour.

Ferguson, symptôme d’un mal d’Amérique

Mise à jour du billet posté le 24 novembre

Le grand jury a tranché : le policier blanc Darren Wilson ne fera lobjet d’aucune poursuite judiciaire pour avoir abattu en août dernier le jeune Michael Brown. Déçus, furieux, mais surtout inquiets pour leur avenir, les manifestants ont exprimé hier soir leur rage dans les rues de Ferguson, comme le craignaient les autorités et les parents de Michael Brown.

 Par Zoé Barry – @ZoeBarryBeylotFile0004

Le 9 août dernier, accompagné d’un ami, le jeune Afro-Américain de 18 ans, Michael Brown, croise un véhicule de police avec à son bord, Darren Wilson. Suite à une altercation dont les tenants restaient jusqu’alors incertains, Michael Brown se retrouve à terre, quatre balles dans le bras, deux dans la tête. S’en sont suivi quatre mois d’attente et de manifestations.

Hier soir, les habitants de Ferguson retenaient leur souffle. Puis le verdict est tombé. Dénonçant d’abord la recherche de sensationnalisme des médias, le procureur McCulloch a annoncé qu’au regard des nombreux témoignages, rapports et documents, le grand jury a conclu que Darren Wilson avait agi en légitime défense.

Barricadés dans le commissariat de Ferguson, les parents du jeune défunt ont exprimé leur déception, priant les manifestants d’exprimer «leur frustration par des moyens qui apporteront un changement positif». Malgré leurs appels au calme, Ferguson s’est embrasée et les manifestations initialement pacifiques ont dégénéré. Bâtiments incendiés,  coups de feu, gaz lacrymogènes, équipements et véhicules anti-émeutes, une véritable colère s’est exprimée hier soir dans la petite ville du Missouri.

Une fois de plus, les policiers avaient sorti l’artillerie lourde. Quelques jours plus tôt, l’état d’urgence avait déjà été déclaré et la Garde nationale déployée. Désormais, le gouverneur Jay Nixon prévoit ainsi d’envoyer des troupes supplémentaires pour faire face à des manifestations qui pourraient être d’une violence inédite.

 enhanced-buzz-2228-1416580394-19

Symbole d’un combat mené par toute une communauté contre la discrimination raciale, la mort de Michael Brown n’est pas sans rappeler les émeutes à Los Angeles en 1991 après le passage à tabac de Rodney King par des officiers du LAPD. Loin d’être un acte isolé, ces événements mettent effectivement l’accent sur la brutalité et l’impunité policière aux Etats-Unis.

Données de Mother Jones – Morts dans le cadre d’arrestations policières:

Sans titre1

Sans titre

Cette lutte prend à nouveau tout son sens après qu’un enfant afro-américain de 12 ans ait été abattu avant-hier par la police de Cleveland (Ohio) alors qu’il jouait avec un pistolet à billes. Par-dessus tout, Ferguson lève le voile sur une Amérique rongée par la discrimination raciale et par une ségrégation toujours bien présente dans les faits, comme l’a souligné en août dernier le Comité onusien pour l’élimination de la discrimination raciale. Ferguson en est emblématique : 3/4 des habitants sont Noirs, le taux de pauvreté s’élève à 22% et le Comté de Saint-Louis, dont Ferguson fait partie, se place au 15e rang des villes américaines les plus ségréguées.

 20101

La décision laisse ainsi planer un sentiment d’injustice pour la communauté afro-américaine. D’autant qu’au niveau fédéral, sur 162 300 cas soumis à un grand jury, seuls 11 ont conduit à une inculpation. Et au cours des 10 dernières années, 10 des 13 cas (excluant celui dont on parle ici) d’homicide impliquant des policiers n’ont pas fait l’objet de procédure judiciaire et les 3 autres ont donné lieu au même résultat: aucune inculpation. Ferguson semble donc faire la démonstration, si besoin était, de la prégnance de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Mais cela pourrait également alimenter l’émergence d’un nouveau mouvement et de nouveaux leaders d’une communauté qui peine encore, 150 ans après l’abolition de l’esclavage et 50 ans après les mouvements de lutte pour les droits civiques à obtenir l’égalité raciale.

 

La longue attente de Ferguson

Par Zoé Barry – @ZoeBarryBeylot

File0004Dans l’attente du verdict du grand jury, les habitants de Ferguson retiennent leur souffle. Se réunissant à nouveau ce lundi, le grand jury doit en effet déterminer si le policier blanc Darren Wilson doit ou non être poursuivi en justice pour avoir abattu en août dernier le jeune Michael Brown. Les autorités craignent que la décision ne donne lieu à des affrontements encore plus musclés entre manifestants et policiers.

Le 9 août dernier, accompagné d’un ami, le jeune Afro-Américain de 18 ans, Michael Brown, croise un véhicule de police avec à son bord, (l’officier) Darren Wilson. Suite à une altercation dont les tenants restent incertains, Michael Brown se retrouve à terre, quatre balles dans le bras, deux dans la tête.

Dès le lendemain, une conférence de presse est organisée. Le chef de la police de Saint-Louis, Joe Belmar, livre alors sa version des faits : Michael Brown n’était pas armé, mais aurait attaqué le policier afin d’attraper son arme, lequel aurait agi en légitime défense. Les témoins affirment pourtant qu’il se serait rendu les mains en l’air, avant d’avoir été abattu de sang-froid par le policier. Il n’en fallait pas moins pour mettre le feu aux poudres. Dans la soirée, une veillée à la bougie pour honorer la mémoire du jeune garçon dégénère et donne naissance à un véritable soulèvement populaire. Les manifestations durent désormais depuis presque quatre mois[1].

enhanced-buzz-2228-1416580394-19

Déjà les policiers sortent l’artillerie lourde : équipements et véhicules anti-émeutes, gaz lacrymogènes… En plus de mettre la lumière sur le profilage racial et la brutalité policière, les manifestations dénoncent la militarisation de la police américaine. Malgré les appels au calme de la famille de Michael Brown, les violences continuent. En guise de réponse, le gouverneur du Missouri, Jay Nixon News (Dem) instaure un couvre-feu, déclare pour la première fois l’état d’urgence, puis envoie la Garde nationale à Ferguson. En parallèle, un grand jury commence à se réunir. Mais quelques mois plus tard, les enquêtes piétinent. Les manifestants luttent toujours, la petite ville de Ferguson vit au ralenti[2], et une fois de plus, le 18 novembre, l’état d’urgence a été déclaré et la Garde nationale déployée[3].

20101

Symbole d’un combat mené par toute une communauté contre la discrimination raciale, la mort de Michael Brown n’est pas sans rappeler les émeutes à Los Angeles en 1991 après la mise à tabac par la police de l’Afro-Américain Rodney King[4]. Loin d’être un acte isolé, ces événements mettent effectivement l’accent sur la brutalité et l’impunité policière aux Etats-Unis. Cette lutte prend à nouveau tout son sens après qu’un enfant afro-américain de 12 ans ait été abattu hier soir par la police de Cleveland (Ohio) alors qu’il jouait avec un pistolet à billes[5].

Screen Shot 2014-08-12 at 10.43.28 PM_0

Par-dessus tout, Ferguson lève le voile sur une Amérique rongée par la discrimination raciale et par une ségrégation toujours bien présente dans les faits, comme l’a souligné en août dernier le Comité onusien pour l’élimination de la discrimination raciale[6]. Ferguson en est emblématique : 3/4 des habitants sont Noirs, le taux de pauvreté s’élève à 22%[7] et le Comté de Saint-Louis, dont Ferguson fait partie, se place au 15e rang des villes américaines les plus ségréguées[8].

À quelques minutes du verdict, deux scénarios sont envisageables. Si le grand jury répond par la positive, cette décision constituera une grande avancée pour la communauté afro-américaine qui fait généralement peu confiance au système judiciaire. En revanche, une décision négative générera sûrement des émeutes d’une violence inédite. Quoiqu’il en soit, mise en accusation ou non, la décision du grand jury aura alors des conséquences très importantes pour la communauté.


[1] Emily Wax-Thibodeaux, «Ferguson timeline: What’s happened since the Aug. 9 shooting of Michael Brown», The Washington Post, 21 novembre 2014 <http://www.washingtonpost.com/news/post-nation/wp/2014/11/21/ferguson-timeline-whats-happened-since-the-aug-9-shooting-of-michael-brown/> Consulté le 24 novembre 2014

[2] Yanik Dumont Baron, «Ferguson craint le pire dans l’attente de la décision du grand jury», ICI Radio-Canada, 23 novembre 2014 <http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2014/11/23/007-ferguson-attent-decision-grand-jury-dimanche.shtml> Consulté le 24 novembre 2014

[3] AFP, «L’état d’urgence déclaré à Ferguson, dans l’attente de la décision du grand jury», Le Monde, 18 novembre 2014 <http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/11/18/l-etat-d-urgence-declare-a-ferguson-dans-l-attente-de-la-decision-du-grand-jury_4524955_3222.html> Consulté le 24 novembre 2014

[4] Natasha Bash, «Police Violence Has Been Going On Forever. No Wonder People Are Fed Up With It», 23 août 2014 <http://www.huffingtonpost.com/2014/08/23/police-brutality-michael-brown_n_5700970.html>

[5] AFP, «Cleveland: un garçon de 12 ans possédant un faux pistolet abattu par la police», Libération, 24 novembre 2014 <http://www.liberation.fr/monde/2014/11/24/cleveland-un-garcon-de-12-ans-possedant-un-faux-pistolet-abattu-par-la-police_1149570> Consulté le 24 novembre 2014

[6] AFP, «L’ONU demande aux Etats-Unis de renforcer leurs lois antiracistes», La Presse, 29 août 2014 <http://www.lapresse.ca/international/dossiers/ferguson/201408/29/01-4795655-lonu-demande-aux-etats-unis-de-renforcer-leurs-lois-antiracistes.php> Consulté le 24 novembre 2014

[7] Max Ehrenfreud, «Your Complete Guide to What’s Happening in Ferguson», The Washington Post, 24 novembre 2014 <http://www.washingtonpost.com/blogs/wonkblog/wp/2014/11/24/your-complete-guide-to-whats-happening-in-ferguson/?tid=sm_fb> Consulté le 24 novembre 2014

[8] Danielle Cadet, Braden Goyette, Nick Wing, «21 Numbers That Will Help You Understand Why Ferguson Is About More Than Michael Brown», Huffington Post, 22 août 2014 <http://www.huffingtonpost.com/2014/08/22/ferguson-black-america_n_5694364.html> Consulté le 20 octobre 2014

Ce 4 novembre, Dieu sera-t-il démocrate?

 

P7323-09a

Avec 88 % d’Américains qui se disent croyants et 84 % qui se réclament d’une confession, les Églises constituent un acteur-clé représentant plus de 100 milliards de dollars aux États-Unis et un pilier de la politique nationale. Or, si la société américaine évolue rapidement (travail des femmes, augmentation du taux de divorce, du nombre des couples non mariés ou de même sexe) et minore la prégnance du fondamentalisme, il reste que les 26 % d’évangéliques et les 40 % de pratiquants américains ont un rôle électoral déterminant…

1qle48qBTd2IS8xTuSSC_dollar-bill-in-god-we-trust.jpg

La mobilisation du fait religieux  ne s’opère pas uniquement à droite. Depuis 2008, le parti démocrate a compris l’intérêt de séduire la gauche religieuse. Il faut dire que pendant longtemps, le Parti démocrate a choisi de confiner la question religieuse à la sphère privée, se résignant à voir partir traditionalistes et pratiquants dans le camp républicain, faute d’assimiler l’existence d’un véritable réveil religieux accompli par les télévangélistes comme Jerry Falwell, Pat Robertson et Billy Graham. Or Obama a tranché avec cette démarche, dès 2004, dans son discours congrès national démocrate. De même la présence remarquée de Leah Daughtry, la prédicatrice pentecôtiste de Brooklyn, à la tête du congrès démocrate de 2008 s’est inscrite dans ce sens. Or, les guerres culturelles et les valeurs morales ayant perdu de leur lustre, le socle religieux du Parti républicain s’érode au profit d’un crédo plus sécuritaire et économique, correspondant en réalité aux priorités des Américains. Du coup, à la droite religieuse, qui a pour fer de lance la lutte contre l’avortement et les droits des gais, fait face une gauche religieuse qui promeut la justice sociale et la protection de l’environnement. Hétérogène, la gauche religieuse est pourtant  insaisissable: elle compte dans ses rangs des évangéliques, des protestants, des catholiques, mais aussi des juifs réformateurs et des noirs protestants…

Mais dans le cadre des votations locales de mi-mandat, le facteur géographique est sans doute le plus criant. Particulièrement marqué dans la Bible Belt, le facteur religieux risque tout de même de jouer dans l’isoloir.

6_g

 Pour aller plus loin: Robert N. Bellah. Civil Religion in America. Daedalus, 96 (1), 1967. Julien Tourreille, Charles-Philippe David. Le conservatisme Américain. Presses de l’Université du Québec, 2007. Elisabeth Vallet, Dieu vote-t-il démocrate, Le Devoir, 24 octobre 2008.

De l’Argent et des votes

par Marc-André Laferrière

Un projet pédagogique du cours POL8245 à l’UQAM

Durant la course à l’investiture démocrate de 2008, une organisation conservatrice a produit un documentaire des plus acerbes qui visait personnellement Hillary Clinton.  Accusé de contrevenir à la loi électorale, le film – Hillary : The movie – fut l’objet d’une saga judiciaire afin d’en interdire la diffusion. En janvier 2010, la cour a tranché,[1] et suite à sa décision, un tribunal fédéral d’appel a jugé inconstitutionnels les plafonds imposés aux dons octroyés aux Comités d’action politique (PAC – Political Action Committee).[2] Désormais, ils pourraient amasser autant de fonds qu’ils le désirent pour financer politiciens, partis politiques et campagnes électorales.

Un milliard et demi. C’est l’argent accumulé jusqu’ici par les différents Comités d’action politique durant la période électorale de 2013-2014 aux États-Unis.[3]

 $

OpenSecrets.org, « PAC Summary: Total Raised/Total to Candidates », Center for Responsive Politics, en ligne : http://www.opensecrets.org/pacs/, [page consultée le 30 octobre 2014].

Nés dans la foulée de cette décision judiciaire, les Super-PACs sont les derniers venus sur le marché des Comités d’action politique. De leur vrai nom Independant Expenditure Groups, les Super-PACs peuvent amasser des sommes illimitées provenant d’entreprises, de syndicats, d’associations diverses ou d’individus. Ils doivent divulguer à la Federal Election Commission (FEC) la liste de leurs donateurs, mais ils n’ont pas l’obligation de le faire avant la tenue des élections.

 $$

OpenSecrets.org, « PAC Summary: Total Raised/Total to Candidates | Party Split », Center for Responsive Politics, en ligne : http://www.opensecrets.org/pacs/index.php?chart=P, [page consultée le 30 octobre 2014].

 Avantage Républicain ou Démocrate?

Si en 2010 les Républicains ont dépensé 34,7$ millions en publicité pour influencer les élections de mi-mandat, soit 1,24 dollar par dollar dépensé chez les Démocrates,[4] ces derniers ont vite rattrapé leur retard pour les élections de 2014. Aux milliardaires conservateurs comme les frères Koch qui avaient donné plus de 100 millions de dollars à des causes reliées à la droite (leurs cibles principales étant les changements climatiques et l’Obamacare),[5] on oppose maintenant des milliardaires libéraux comme l’ex-maire de New York Michael Bloomberg, ou l’homme d’affaires et activiste Thomas Steyer. Ce dernier a injecté cette année plusieurs millions de dollars dans des campagnes pour attaquer les candidats républicains qui nient les changements climatiques.[6] En 2013, il avait déjà donné 11,1 millions à deux Super-PACs, tandis que l’ancien maire de New York avait quant à lui fait don de 8,7 millions de dollars aux Super-PACs qui supportaient le contrôle accru des armes à feu.[7] En réponse, les frères Koch ont fondé un nouveau Super-PAC appelé Freedom Partners Action Fund dont l’objectif déclaré est d’amasser plus de 15 millions de dollars pour les élections de mi-mandat de 2014. Cet effort s’inscrit dans un processus plus large dont l’objectif viserait les 300 millions de dollars.[8]

Mais si en général les Républicains récoltent plus d’argent via les Super-PACs, les Démocrates se rattrapent via d’autres comités. Par exemple, sur les dix plus grandes organisations ayant contribué aux comités 527s en 2014, neuf étaient en faveur des Démocrates.[9]

 $$$

OpenSecrets.org, «Top 20 PAC Contributors to Candidates, 2013-2014 », Center for Responsive Politics, en ligne : http://www.opensecrets.org/pacs/toppacs.php, [page consultée le 30 octobre 2014].

Un Super-PAC pour mettre fin aux Super-PACs

Ironiquement, des Super-PACs se forment pour lutter contre l’influence des Super-PACs. C’est le cas du Mayday PAC, créé par Lawrence Lessig, professeur de droit à Harvard, et qui a pour but de mettre fin à l’influence de l’argent dans le système démocratique américain. « Embrassez l’ironie », peut-on lire sur son site Internet, « Nous voulons utiliser l’argent pour vaincre l’argent (celle amassée par plusieurs contre l’argent amassée par quelques-uns). De mai à septembre 2014, le Mayday PAC a reçu près de 8 millions en dons.[10] Et comme l’a soulignée Vicki S. Heyman, ambassadrice des États-Unis à Ottawa : « Un milliardaire qui injecte huit millions de dollars dans le processus électoral ne rapporte pas nécessairement huit millions de votes ; tandis que huit millions d’individus qui donnent un dollar chacun se traduit par huit millions de votes. »[11]


[1] Supreme Court of the United States, « Citizens United v. Federal Election Commission (Docket No. 08-205) », 21 janvier 2010, http://www.supremecourt.gov/opinions/09pdf/08-205.pdf, [page consultée le 20 septembre 2014].

[2] Tom Murse, « SpeechNow.org v. Federal Election Commission. Learn About the Case That Led to the Creation of Super-PACs », About.com, http://uspolitics.about.com/od/Money-In-Politics/fl/SpeechNoworg-v-Federal-Election-Commission.htm, [page consultée le 23 septembre 2014].

[3] OpenSecrets.org, « PAC Summary: Total Raised/Total to Candidates », Center for Responsive Politics, en ligne : http://www.opensecrets.org/pacs/, [page consultée le 30 octobre 2014].

[4] Michael Beckel, « Led by Karl Rove-Linked Groups, ‘Super PACs’ and Nonprofits Significantly Aid GOP in Election 2010 », The Center for Public Integrity, 5 novembre 2010, http://www.opensecrets.org/news/2010/11/led-by-karl-rove-linked-groups-nonp/, [page consultée le 20 septembre 2014].

[5] Pascal Riché, « Argent et politique : l’Amérique des frères Koch », Le Nouvel Observateur, 06 août 2014, http://rue89.nouvelobs.com/2014/06/08/argent-politique-lamerique-cuite-a-koch-252774, [page consultée le 21 septembre 2014].

[6] Kelley Beaucar Vlahos, « Liberal billionaire Tom Steyer’s campaign ads get weird », Fox News, 25 août 2014, http://www.foxnews.com/politics/2014/08/25/liberal-billionaire-tom-steyer-campaign-ads-get-weird/, [page consultée le 21 septembre 2014].

[7] Michael Beckel, « Billionaires use super PACs to advance pet causes », The Center for Public Integrity, 5 février 2014, http://www.publicintegrity.org/2014/02/05/14210/billionaires-use-super-pacs-advance-pet-causes, [page consultée le 21 septembre 2014].

[8] Kenneth P. Vogel et Darren Goode, « Kochs launch new super PAC for midterm fight », Politico, 16 juin 2014, http://www.politico.com/story/2014/06/2014-elections-koch-brothers-super-pac-107926.html#ixzz3B9Ra1VXk, [page consultée le 21 septembre 2014].

[9] OpenSecrets.org, « Top Organization Contributions to 527 Committtes, 2014 Election Cycle », Center for Responsive Politics, 4 août 2014, http://www.opensecrets.org/527s/527contribs.php, [page consultée le 20 septembre 2014].

[10] Mayday.us, « The Race Is On », https://mayday.us/, [page consultée le 21 septembre 2014].

[11] Paroles prononcées lors d’une causerie portant sur les élections américaines et organisée par la Chaire Raoul-Dandurand, le 23 septembre 2014, à l’Université du Québec à Montréal.