CFP – Borders and Borders Walls, A New Era? (In)security, Symbolism, Vulnerabilities

International conference organized by the Raoul Dandurand Chair

at the University of Quebec in Montreal

September 27-28, 2018

Montreal, Quebec, Canada

 

The fall of the Berlin Wall and the following redefinition of international relations were meant to open an age of globalization in which states and sovereignty were to become obsolete and borders irrelevant. However, in the wake of 9/11, borders came back into focus and new ones were drawn. With this trend, border barriers, fences, and walls that were expected to be a historical symbol of a collapsed bipolar system were erected at a pace that defied all predictions. Many of them are armored, cemented, monitored, filmed, and patrolled. In this new environment, walls, razor wire, sensors, helicopters, barriers, (wo)men, border guards and drones have become the accessories of hard borders in an open world, complemented and reinforced by policies oriented towards the double movement of externalization and internalization of borders and the hardening of visa and asylum policies.

Border walls though trigger quasi automatically a circumvention reflex, from a form of resistance through art, border projects, civil disobedience to the digging of tunnels and smuggling stratagems. With their bodies, through their presence, migrants resist as well. Walls lead to redrawn migration routes; they don’t deter crossings as shown by data from humanitarian and government agencies. Walls are not impermeable: there are no fortresses, solely control points, that owe much of their efficiency to their symbolic power, which does not hold much when migrants fear so much that nothing discourage them anymore, or when the economic disequilibrium between two neighboring countries works as a magnet for underground economy.

Often represented as way to gain security, border walls also impact daily life in the borderlands, redefining the surroundings and the lives of borderland communities, from the economic relations to the environment and wildlife. Through the process of internalized borders, individuals become sites of control and the experience of borders become individualized.

This redefinition of borderlands goes beyond the geographical border zone, impacting the regional system through the modification of political ties, economic relations and socio-cultural exchanges. Transborder flows, both commercial and human, are now front and center in international relations and interstates negotiation. Border walls shape interaction between states, organizations and individuals.

It is now clear that walls have become a normalized response to insecurity. Border walls redefine borderlines around the world, sealing and hardening what used to be porous soft borders. Thus, if globalization is blurring borders, walls emphasize them. These infrastructures need to be assessed in terms of efficiency, economic, environmental and humane costs. Why build border barriers if they do not solve the issues they have been erected for? What should be done instead? What is the role of academia and border scholars? And where does the civil society come in? Border walls tangible impact on local societies, economies, and ecosystems, on world migrations, on national policies will be assessed too.

Fields:Political Science, Geography, Anthropology, Sociology, Law, Economics, Art, Design, Biology, Environmental studies, Area Studies, Gender studies, Zoology, Medical studies (this list is intended to be suggestive rather than inclusive).

Organizers/Scientific Committee:Élisabeth Vallet (Raoul Dandurand Chair, UQAM – Canada), Anne-Laure Amilhat-Szary (Geography, Université Joseph Fourier – France), Andréanne Bissonnette (Raoul Dandurand Chair, UQAM – Canada), Emmanuel Brunet- Jailly (Borders in Globalization, University of Victoria – Canada), Irasema Coronado (Political Science, University of Texas at El Paso – USA), Cristina Del Biaggio (Geography, Université Grenobles Alpes – France), Reece Jones (Geography, University of Hawaii – USA), Kenneth D. Madsen (Geography, The Ohio State University – USA), Said Saddiki (Law, Al-Ain University of Science and Technology – UAE).

Students are encouraged to submit a proposal.

Theme 1. Why Border walls
Theme 2. Impacts of border walls
Theme 3. Legal aspects of border walls
Theme 4. Costs and economies of border walls
Theme 5. Violence of border walls
Theme 6. Alternatives to border walls
Theme 7. Border walls and borderlands
Theme 8. Border walls and international relations/regional systems

Deadline for abstract submission: March 31, 2018

(for both panel sessions and poster sessions)
Please note that papers may be considered for both panel sessions AND poster sessions.

Proposal: please include the following information (300 words)

· Name of authors/contributors
· Institutional affiliations, titles
· Contact: telephone, fax, email, mailing address
· Title of the paper
· Abstract: Subject, empirical frame, analytical approach, theme (approx. 300 words) Languages: Proposals can be submitted in French, English and Spanish. However the conference will be held in English and French.

Conference Dates and Deadlines:

§ March 31, 2018 : deadline for submitting abstracts and proposals
§ May 15, 2018 : proposals selection and notification sent to presenters § August 15, 2018 : submission of papers to discussants
§ September 27-28, 2018 : Conference to be held in Montreal.

Send your proposals via email in Word format to UQAM: BordersandWalls@gmail.com

Les femmes au pied du mur

Les pièces de Teresa Margolles, exposées au musée d’art contemporain, rendent compte d’une réalité morbide. Aux portes des États-Unis. Au cœur de l’Amérique du Nord. Des femmes. Disparues. Dépecées. Autopsiées. Car à Ciudad Juarez, depuis plus de vingt ans, les femmes meurent. À un rythme si élevé et dans de teslles proportions que l’on y parle de « féminicide ». Les meurtres, les mutilations, les fosses communes appartiennent à la réalité de cette zone frontalière, ville jumelle de l’agglomération texane d’El Paso, dont l’histoire récente est attachée à l’ALENA, à l’implantation des maquiladoras, au désengagement de l’État mexicain et à l’emprise des cartels de la drogue.

 

 

 

 

 

 

La féminisation des flux migratoires (de plus en plus de femmes seules ou avec leurs enfants entreprennent le voyage vers le nord), l’impunité des criminels et l’inaction gouvernementale expliquent en partie l’ampleur du phénomène.

Dans ce contexte, le durcissement graduel de la frontière américaine ne fait qu’accroître cette vulnérabilité puisqu’elle force des passages plus dangereux, impose de recourir à des passeurs. Car face à la violence au Sud, il y a, en miroir celle plus insidieuse, qui croît au nord de la ligne frontalière.


Les bulles de Teresa Margolles – Témoignage du féminicide à Ciudad Juarez

D’ailleurs, Kathleen Staudt, de l’Université du Texas à El Paso, établit le lien entre cet univers plus militarisé où les femmes sont prises en étau, et l’exacerbation de la violence qu’elles y subissent. D’un côté, au sud, 80% des femmes et jeunes filles venues d’Amérique centrale rapportent avoir été agressées sexuellement pendant leur migration – les chiffres réels sont probablement plus élevés – au point où les ONG qui jalonnent leur parcours migratoire proposent la prise systématique d’un contraceptif (la question n’est pas de savoir « si » les femmes vont être agressées mais « quand » elles le seront).

US – Mexico Border project by Susan Harbage Page

De l’autre côté, au Nord, une fois la frontière franchie, la présence des « rape trees », ces arbres à la frontière hérissés de sous-vêtements de femmes, portent en eux-mêmes une violence symbolique – celle du viol des migrantes -, instrumentalisée par les milices frontalières qui dénoncent les exactions des passeurs en omettant du même souffle les exactions que commettent les agents frontaliers et les Minutemen. De fait, les dénonciations sont rares, le sentiment d’impunité réel, comme en témoignent les rares condamnations d’agents frontaliers ou d’immigration. Au point où une des tâches de Mark Morgan, ex-patron des Border Patrol nommé par Barack Obama, était de remédier à cette zone sombre où les patrouilles frontalières n’avaient que peu de compte à rendre – il a dû démissionner en janvier dernier. Au point où la Cour suprême des Etats-Unis entendra mardi prochain les arguments des avocats des familles (mexicaines) qui souhaitent pouvoir poursuivre les agents qui tirent – et tuent – à travers la barrière, en sol mexicain.

Car il s’agit aussi d’une violence d’État. Celle qui préconise l’incarcération des femmes violentées sans traitement, dans des cellules glaciales. Celle qui laisse ces femmes donner naissance menottées. Celle qui prévoirait (selon un projet du Département du Homeland Security) que l’on sépare les femmes des enfants qui traverseraient clandestinement la frontière : les premières seraient incarcérées, les seconds placés. La violence est également celle qui nie l’accès aux services de gynécologie, de planning familial, d’avortement aux femmes. Qu’elles soient migrantes ou pas. Qu’elles aient été agressées ou pas.

Car les guerres culturelles ont quitté le terrain du mariage gay, de la marijuana médicinale pour se centrer sur les utérus, cibles de choix des législateurs américains, fédéraux comme fédérés. Désormais, aux Etats-Unis, le droit à l’avortement est progressivement éviscéré, vidé de son sens par des lois fédérées : les législatures ont adopté, depuis 2010, 338 mesures de limitation de l’avortement, qui vont des délais de « réflexion » toujours plus longs et des examens invasifs, à la limitation du financement, en passant par la largeur des couloirs de la clinique ou la proximité d’un hôpital. Les chiffres du Guttmacher Institute sont sans ambigüité : les États-Unis ont perdu 140 cliniques depuis 2011, le Texas – État frontalier s’il en est un – la moitié des siennes. À quoi sert un droit si on ne peut l’exercer?

Il faut voir le cas de ces migrantes privées d’accès à des services de santé gynécologique comme le reflet d’une réalité plus large : désormais, plus de la moitié des femmes en âge de procréer vit dans des États aux législations hostiles à l’avortement. Et aux Etats-Unis, le corps des femmes ne leur appartient plus tout à fait : le législateur d’Oklahoma Humphrey les dépeint comme les « hôtes » de futurs embryons. Ce qui n’est pas sans évoquer, le film de Ridley Scott, « Alien ». Parfois, la politique est sinistrement ironique.

Et s’il arrivait quelque chose à l’un des deux candidats à la présidence?

Non, on ne veut pas ici être prophète de malheur.
Mais un constitutionnaliste averti en vaut deux.

Les Républicains de Trump ont mené une campagne  contre Hillary Clinton, axée sur  sa santé fragile. Le but étant de démontrer qu’elle état inapte à devenir le commandant en chef des forces armées.

Il s’agissait là de l’instrumentalisation d’un troisième épisode  de thrombose (après 1998 puis 2009) au cerveau cette fois-ci, qui lui avait valu une hospitalisation fin 2012.

Le fait que l’équipe de campagne de cette dernière ait déclaré qu’elle avait eu un coup de chaud ce 11 septembre à New York, pour finalement annoncer qu’elle avait une pneumonie depuis vendredi, a donc relancé la polémique. Et Fox News s’est chargé de « spinner » l’information.

capture-decran-2016-09-11-a-17-36-25

La question mérite d’être posée, alors que les États-Unis sont en passe d’élire soit le plus vieux candidat de leur histoire (Trump, 70 ans) ou tout proche (Hillary Clinton, 68 ans – soit une année de moins que Reagan, lorsqu’il été élu).

En réalité, la question  est soulevée régulièrement (on se souvient des questions touchant à l’âge de John McCain et à l’inaptitude de sa colistière – Sarah Palin – à prendre le relais). Elle a refait surface cet été et dans un autre contexte. En effet, début août dernier, à la suite des conventions, les caciques du parti républicain se sont réunis pour envisager l’hypothèse du désistement de Trump… et donc son remplacement.

Que se passe-t-il si un des deux candidats décède (ou se désiste) d’ici le 20 janvier prochain?

Il y a trois cas de figures.

  1. si un candidat à la présidence ou à la vice-présidence meurt ou se désiste de la campagne entre son investiture à la convention nationale et la désignation officielle du ticket gagnant par les grands électeurs en décembre, c’est aux partis qu’il incombe de trouver des remplaçants. Ainsi, le règlement intérieur des partis démocrate et républicain prévoit que ce sont leurs exécutifs (les comités nationaux) qui devront se prononcer.
    Du côté républicain il est prévu que le RNC peut y remédier directement par un vote de ses 168 membres: tous les États et les territoires ont chacun trois membres qui siègent au RNC. Ces trois membres ont entre leurs mains le même nombre de voix que l’État en avait à la convention (b) et en cas de désaccord leurs voix sont divisées également (c). Le RNC peut aussi choisir de convoquer une nouvelle convention nationale, ce qui, tant logistiquement, financièrement que politiquement ne paraît pas viable à sept semaines du scrutin.capture-decran-2016-09-11-a-22-20-00Rule 9 RNC RulesDu côté du parti démocrate, c’est également au Comité national démocrate (DNC) que revient le pouvoir de « combler les postes de candidats en cas de vacance » (1-c) en tenant une réunion extraordinaire (7-c), et en se prononçant à la majorité des membres du DNC.capture-decran-2016-09-11-a-22-37-12Le problème, à ce stade, se situe au niveau local car il est parfois difficile (voire impossible selon les États) de pouvoir faire figurer les nouveaux candidats sur les bulletins de vote, qui doivent être approuvés (certifiés) État par État (c’est d’ailleurs ce qui explique que malgré le foisonnement de candidats de partis de toutes sortes, on ne retrouve que deux grands partis au final, au niveau national). En ce 11 septembre par exemple, les listes des grands électeurs et des candidats doivent déjà avoir été certifiées dans 30 États sur 50.
    Et c’est d’autant plus important que, dans certains États, le vote par anticipation (comme l’Illinois) le commence avant même la fin du mois de septembre. Plus on approche de la date de l’élection, plus le cadre est rigide: les bulletins sont imprimés, les 20 États qui le pratiquent ont amorcé le vote par anticipation.
  2. Les choses se corsent après l’élection générale du 8 novembre. Notamment parce que l’élection du président est une élection au suffrage universel indirect, qui se déroule en trois temps: le vote populaire le 8 novembre, le vote des grands électeurs le 19 décembre, le décompte du congrès le 6 janvier; et la passation de pouvoirs n’a lieu que le 20 janvier.
    capture-decran-2016-09-11-a-22-58-35

    Extrait de : Comprendre les élections américaines – La conquête de la Maison-Blanche, 2016, Septentrion.

    En 1872, le propriétaire du New York Tribune, candidat du parti libéral républicain , ridiculisé d’ailleurs allègrement par le célèbre caricaturiste Nast, meurt le 29 novembre, avant que les grands électeurs ne se soient prononcés. Toutefois, sa défaite ayant été cuisante, et puisqu’il avait perdu le vote populaire, sa mort n’a rien changé et aucun enjeu n’est venu jeter le moindre doute sur l’élection de Ulysses Grant. Dans un cas moins facile à trancher, ce sont de nouveaux les règles des partis qui s’appliquent sans doute et ce sont donc les comités nationaux qui amèneraient un autre nom dans l’urne. Toutefois, selon le précédent de 1872, et en vertu des lois de plusieurs États, les grands électeurs sont dans certains États tenus de se prononcer soit pour le parti qu’ils représentent (ce qui résout le problème) soit dans d’autres de se prononcer pour la personne qu’ils représentent (donc leur bulletin devient de facto invalide puisqu’ils n’ont pas de possibilité de voter autrement), soit ne sont pas liés. Et ce sera au Congrès de démêler tout cela, lorsqu’il validera les bulletins, en janvier.

  3. Enfin, les juristes ne s’entendent pas sur ce qui se passerait si le président mourait avant que le résultat ne soit avalisé par le Congrès en janvier mais après que les grands électeurs se soient prononcés. Certains estiment que le vice-président en poste prendrait la succession au moment de la passation des pouvoirs, d’autres encore que ce serait à la Chambre des représentants de désigner le président, d’autres enfin que ce serait au vice-président nouvellement élu de prendre la tête du pays – ce qui serait également le cas si le président avalisé par le Congrès le 6 janvier mourrait avant le 20. Et une grande partie du débat repose sur le choix de valider ou pas les votes en faveur du candidat décédé: c’est ce qui permet de déterminer en théorie la personne à qui revient le siège, et par conséquent son substitut.

Mais ce ne sont bien entendu que des hypothèses d’école.

Black Lives Matter – 2016

Les interventions policières musclées sont-elles en hausse? La militarisation de la police a-t-elle un impact sur la violence des interventions? Y a-t-il plus de morts et de blessés dans le cadre des interventions policières aux États-Unis?

Les chiffres sont difficiles à rassembler, puisqu’il s’agit de plusieurs paliers de gouvernements et de police (municipales, comtés, universitaires, États…) et ce faisant de méthodes de comptabilisation différentes, et que beaucoup ne reportent pas les morts de la même manière. Mother Jones a tenté de faire le point:

  • selon le FBI, 410 personnes ont été tuées par la police depuis 2012.
  • le département de la justice avance qu’entre 2003 et 2009, 2900 personnes sont mortes dans le cadre d’arrestations policières, soit 420 morts par année.
  • les Centers for Diseases Control avancent un chiffre de 460 morts dans le cadre d’interventions policières par an.

Toutefois, selon Mother Jones, il reste beaucoup d’approximations et le portrait est loin d’être clair. Ce qui l’est toutefois, est la disproportion avec laquelle la population noire est touchée – on se souviendra qu’elle représente moins de 13% de la population américaine mais 31,8% des morts par armes à feu selon les CDC.

Source:  http://www.bjs.gov/content/pub/pdf/ard0309st.pdf

Source:
http://www.bjs.gov/content/pub/pdf/ard0309st.pdf

Selon les données du groupe Fatal Encounters, et la carte qu’en a fait Vox, les polices auraient tué « au moins » 2614 personnes depuis le 9 août 2014 – date de la mort de Michael Brown à Ferguson au Missouri :Capture d’écran 2016-07-08 à 13.48.29

Et parmi ces morts, la population afro-américaine y est surreprésentée selon les données compilées par Mother Jones:

Capture d’écran 2016-07-08 à 15.02.52

 

 

La police en ligne de mire

Au cours des trente dernières années, il y a eu somme toute peu d’incidents de la nature des événements qui se sont déroulés à Dallas, le jeudi 7 juillet 2016 – la plupart des médias renvoie au 11 septembre 2001 – et les chiffres avancés sont parfois élevés mais ils incluent tous les policiers morts dans l’exercice de leurs fonctions. Mais en réalité, il faut remonter à l’affaire du tireur de la Nouvelle Orléans pour faire des analogies.

 UPI wire photographs January 8-9, 1973: Kummerlowe


UPI wire photographs January 8-9, 1973: Kummerlowe

Fin 1972, et pendant une semaine début 1973, Mark Essex, un ancien militaire et brièvement proche des Black Panthers, va viser et tuer 9 personnes dont 5 policiers,et en blesser 13 autres pour venger la mort de deux étudiants afro-américains de la Black Southern University, tués à Baton rouge: les policiers constituaient alors bien une cible définie.

Selon PBS, ce qui semble devoir être souligné aujourd’hui est que si les morts de policiers en exercice déclinent, le nombre d’officers de police tués par armes à feu augmente de manière importante (+17% en 2016).

Cm3vQpXUMAAxrnd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela s’inscrit selon le Brady Center dans une augmentation continue de la violence par armes à feu, particulièrement visible lorsqu’on regarde les morts dans le cadre des interventions policières.

En moyenne, par année, selon le Brady Center for the Prevention of Gun Violence:

32 964

personnes meurent de violence par armes à feu

75 062

personnes survivent à des blessures par armes à feu

11 184

sont assassinées

55 009

sont blessées dans une attaques

20 511

se sont suicidées

3791

survivent à une tentative de suicides

567

sont tuées accidentellement

16 334

survivent à un accident

440

sont tuées lors d’une intervention policière

827

sont blessées lors d’une intervention policière

261

sont tuées sans qu’on puisse déterminer les circonstances.

 

Mais de le cadre d’interventions policières,  les Afro-américains ont relativement plus de risque d’être tués que les autres franges de la population: le biais est toujours là et le mouvement Black Lives Matter est là pour durer.

Austin, Texas: Armes sur le campus, 50 ans plus tard

Le 1er août 1966, Charles Whitman se poste au sommet de la tour de l’Université d’Austin et tire, abattant 16 personnes et en blessant 32 autres. University_of_texas_at_austin_main_building_2014

50 ans plus tard, et jour pour jour, une loi autorisant le port d’armes dissimulées sur le campus, soit le 1er août 2016 , entrera en vigueur.

Déjà, plusieurs professeurs ont avancé le fait que cela aurait un impact sur leurs enseignements, puisque certains sujets jugés « trop délicats » seront parfois évités, voire exclus des syllabi.

Le président du Sénat facultaire de l’Université du Texas à Houston a d’ailleurs préparé un powerpoint pour expliquer ce qu’impliquait la loi et propose (15e diapositive) un code de conduite aux enseignants de l’Université, qui fait froid dans le dos:

Capture d’écran 2016-07-08 à 13.32.26

Des entrevues réalisées avec des professeurs du réseau de l’Université du Texas (réalisées par l’auteure de ce billet en juin 2016) rendent compte de pratiques, par exemple dans le domaine de la contestation des notes, qui seront altérées par la « possibilité » que le contestataire soit armé.

C’est sans doute la raison pour laquelle les professeurs Jennifer Lynn Glass, Mia Carter et Lisa Moore ont déposé un recours contre cette disposition, lundi dernier, en cour fédérale, afin, pour le moins, de faire en sorte que les salles de classe demeurent exemptes, ce qui n’est pas le cas au 1er août prochain.

Un nouveau front au Sénat : la nomination d’un nouveau juge à la Cour suprême

(10h30: En attendant la probable confirmation de la nomination de M. Garland, plus âgé que l’autre favori, et moins susceptible de servir de « piñata humaine » pour reprendre les termes de Rick Hasen en raison de son caractère modéré et de sa capacité à – très éventuellement – rallier quelques républicains)CarteEconomist1

L’annonce sera faite sous peu dans le Rose Garden à la Maison-Blanche par le Président Obama et en attendant, les spéculations vont bon train :

Capture d’écran 2016-03-16 à 10.15.27

En effet, dans le système de checks and balances, la Cour suprême constitue d’un des contrepoids de l’ordre constitutionnel. Et en application de la Charte fondamentale, le pouvoir judiciaire est dévolu à la Cour suprême (article III, section1 de la Constitution) qui chapeaute l’ordre juridictionnel et assure l’unité du droit américain. La composition de la Cour suprême a varié tout au long de son histoire : initialement composée de dix juges, elle a vu ce nombre réduit à sept par le Congrès qui ne voulait pas laisser au président Andrew Johnson la faculté de nommer de nouveaux juges, puis remonter à neuf lorsque le président Grant entre en fonctions. En vertu d’une loi de 1869, la Cour suprême est composée de neuf juges inamovibles nommés à vie par le président des États-Unis.

Capture d’écran 2016-03-16 à 10.13.03

Les neufs juges de la Cour suprême ont donc la lourde tâche d’incarner l’un des contrepoids du système américain, tout en étant eux-mêmes limités par les actes des pouvoirs exécutifs.

La Cour suprême a parfois été téméraire, délimitant à plusieurs reprises les pouvoirs du président mais globalement, les juges de la Cour suprême manoeuvrent avec une très grande prudence, évitant d’affronter directement le président. Car la Haute juridiction dépend également très largement de la bonne volonté des autres pouvoirs, notamment le président, pour la mise en œuvre de ses décisions, ce qui fait d’elle, selon Alexander Bickel, la « moins dangereuse » des institutions politiques américaines.

Le pouvoir de nomination du président
Le président a le pouvoir constitutionnel de nommer les juges fédéraux, notamment les juges à la Cour suprême. Toutefois ce pouvoir est subordonné à la confirmation sénatoriale. En prévoyant que le président exerce ce pouvoir « avec les conseils et le consentement du Sénat », la Constitution instaure un partage du pouvoir de nomination dont les modalités ont été débattues par les constituants, selon qu’ils souhaitaient conférer l’essentiel de ce pouvoir au président ou au Congrès. Ce faisant, la nomination des juges est un acte politique. D’ailleurs, compte tenu tant du poids du Sénat que de la volonté de choisir des juges en conformité avec leur idéologie, les Présidents ont progressivement développé tout un processus de filtrage des candidats, qui implique les sénateurs des États concernés mais aussi le ministère de la Justice et qui s’appuie de plus en plus sur un ensemble de critères idéologiques prédéfini pour évaluer les candidatures à un poste.

De surcroit, les auditions sont publiques pour les nominés à la Cour suprême depuis 1949; ils sont systématiquement auditionnés depuis 1955 et depuis 1981 les auditions sont retransmises par la télévision. C’est essentiellement sous la présidence Reagan que la nature même du processus a évolué. En effet, en juillet 1987, Reagan nomme le juge Robert H. Bork à la Cour suprême pour remplacer Lewis F. Powell qui était un des pivots, un des swing vote de la Cour suprême : le nouveau juge aurait donc le loisir d’influer sur la jurisprudence de la Haute juridiction. Or la jurisprudence conservatrice de Robert Bork à la Cour d’appel du District de Columbia et son rôle dans l’administration Nixon (il est celui qui a limogé le procureur spécial Cox, qui enquêtait sur ordre du Congrès sur le Watergate) ne convenaient pas au Sénat, qui au terme de quatre mois d’intenses débats, rejette cette nomination. Reagan nomme alors Douglas H. Ginsburg, qui retirera sa candidature après qu’ait été rendue publique sa consommation récente de marijuana. C’est alors Anthony Kennedy, juge conservateur modéré, siégeant à la Cour d’appel du neuvième circuit, qui sera nommé et confirmé. Toutefois, les débats autour de ce houleux processus de nomination constituent une nouveauté : depuis lors, le processus de confirmation est de plus en plus complexe et contesté.
Or, la politisation du processus de nomination des juges est généralement accrue en période de cohabitation, ce qui est le cas actuellement. Et il sera d’autant plus ralenti que la polarisation et l’absence de coopération bipartisane est manifeste..

Ce qui importe est que, puisque le président nomme ces juges à vie, il a la possibilité d’orienter, voire de définir le visage de la nation pour près d’un quart de siècle après la fin de son mandat. Si Barack Obama parvient à obtenir la confirmation du juge qu’il va nommer, 5 dans 9 juges à la cour suprême auront été nommés par un président démocrate. Ce qui est important, jusqu’à un certain point. Il faut savoir que si la majorité des juges s’inscrivent dans la ligne politique et idéologique des présidents qui les ont nommés, il demeure qu’un quart d’entre eux en ont dévié. Les juges tendent en effet à s’émanciper de la tutelle idéologique de l’autorité qui les a nommé. Le fait qu’ils soient nommés à vie est d’ailleurs, dans l’esprit des Pères fondateurs, la garantie de leur indépendance. Ainsi, lorsque l’on demandait à Dwight Eisenhower s’il avait commis des erreurs durant ses mandats, sa réponse était « oui, deux, elles siègent toutes les deux à la Cour suprême » (Il évoquait là le juge en chef Earl Warren et l e juge William J. Brennan, qui se sont avérés très libéraux, une fois à la Cour. Dwight Eisenhower cité par Henry J. Abraham (1999), Justices, Presidents and Senators : A History of U.S. Supreme Court Appointments from Washington to Clinton, Lanham, Rowman and Littlefield, p.200).
Truman tenait des propos similaires, ajoutant que « lorsque vous nommez quelqu’un à la Cour suprême, il cesse d’être votre ami ». Or c’est cette indépendance qui a permis à la Cour suprême de progressivement définir et délimiter l’étendue du pouvoir présidentiel.

Une année pas comme les autres…

Une fois ces éléments précisés, compte tenu d’un contexte extrêmement tendu entre le Congrès et le Président et du fait qu’un sénateur républicain comme Orrin Hatch du Utak ait même nié au Président le « droit » de nommer un candidat, les spéculations vont bon train.

De toute évidence Barack Obama a depuis longtemps souligné la sous-représentation des minorités notamment asiatiques dans le milieu judiciaire.

La juge Ginsburg a quant à elle été claire, il faudrait plus de femmes :

Mais ça devrait être l’un de ces trois juges

  •  Sri Srinivasan, 49 ans, de la Cour d’appel fédérale du District de Columbia;
  •  Merrick Garland, 63 ans, de la Cour d’appel fédérale du District de Columbia;
  • Judge Paul Watford, 48, de la 9e cour d’appel de circuit de San Francisco

via GIPHY

Vers une convention nationale républicaine divisée?

Le résultat du 15 mars, côté républicain, rebat une fois de plus les cartes du Grand Old Party : la probabilité d’une convention divisée, contestée existe.

La victoire de Kasich…

Deux candidats dans la course se devaient de remporter leur État ce soir: John Kasich dans l’Ohio (dont il a été le gouverneur et le représentant) et Marco Rubio en Floride (dont il est le sénateur). Le premier a transformé l’essai et le second a complètement échoué :

CdoU6s2WAAE-zRZ

Et cette carte du New York Times montre à quel point il s’agit d’une défaite de grande ampleur, qui montre au passage que Donald Trump est loin de plafonner , qu’il est susceptible d’aller chercher un électorat plus diversifié au-delà des Angry White Men, et que ce serait une erreur de le sous-estimer encore à ce stade.

Par contre, la victoire de Kasich dans l’Ohio selon Gender Watch 2016 , qui est un État pivot de l’élection générale, se fait avec le vote des femmes républicaines (46-43, 3 points de différence), et nécessairement avec la classe ouvrière dans la ceinture de l’acier.

Cela signifie aussi que la probabilité d’une convention contestée existe… (comprenez que puisque la science politique et les modèles ont failli en cette année exceptionnelle, on cherche à être plus prudent…d’où la formule alambiquée)

Et de toute évidence, le fait que, dans la foulée de sa victoire en Ohio, l’équipe de Kasich se soit élargie pour inclure Stu Spencer, stratège principal de Ronald Reagan (tant au niveau gouverneurial que présidentiel, de 1966 à 1984), Charlie Black (qui a conseillé Reagan, G.H. et G. W. Bush, ainsi que McCain en 2008), Vin Weber (qui a conseillé les candidats Dole, W.Bush, Romney et Gingrich) en soulignant notamment le rôle central de Spencer lors de la dernière convention contestée de l’histoire du parti républican (en 1976) n’est pas un hasard…

Marco Rubio a suspendu sa campagne…

Ce qui veut dire qu’il abandonne l’idée d’être président (il l’a dit clairement) mais qu’il reste légalement dans la course, ce qui permet de continuer le cas échéant à lever des fonds pour payer des dettes de campagne, honorer les contrats

Il conserve également (comme Jeb avant lui) ses délégués jusqu’à la convention. Si jamais il abandonnait, ses délégués seraient redirigés en fonction des normes établies par chaque État. Au Kentucky par exemple, les délégués de Marco Rubio devront se réunir pour voter à bulletin secret sur la réallocation de leurs votes. Le New Hampshire quant à lui libère les délégués de leur lien et ils sont libres de se prononcer. Bref, il y a autant de règles qu’il y a d’États et les délégués ne peuvent pas être redistribués à l’heure où ces lignes sont écrites.

Vers une convention divisée, contestée, ouverte?

Par contre, on parle de plus en plus de « contested », « brokered », « open » convention. C’est là aussi un peu complexe.

  1. D’abord, si aucun candidat n’arrive à Cleveland avec la majorité des délégués plus un, on parle de convention contestée – comme en 1976 côté républicain entre Reagan et Ford ou en 1984 entre Mondale et Hart côté démocrate.
  2. Ensuite, si après le premier tour, il n’y a toujours pas de majorité, on parle alors de convention ouverte, négociée (brokered) en référence au temps où les caciques du parti négociaient un candidat à leur convenance – la dernière a eu lieu côté républicain en 1948 (Dewey contre Taft) et en 1952 côté démocrate (Stevenson contre Kefauver).
    Le « twist » c’est que 72% des délégués qui sont liés par le choix des électeurs à leur arrivée à Cleveland, seront libérés de leur mandat impératif après le 1er tour. Trois tours plus tard, ce sont 90% des délégués qui seront des agents libres. Et la durée du mandat impératif est là aussi déterminée par… les États. Ainsi les 40 délégués de la Géorgie sont libérés de toute allégeance après le 1er tour tandis que les 36 délégués de l’Alabama sont liés impérativement et jusqu’au bout. En Pennsylvanie, seuls 17 des 71 délégués sont liés jusqu’au premier tour.

Et là, il faut ajouter un élément additionnel : dans certains États (pas tous) la liste des délégués est établie par… l’establishment. Ce dernier peut tout à fait parier sur la probabilité d’une convention ouverte et placer des « agents doubles » dans les délégations d’État, prêts à changer d’allégeance après le 1er tour. Car dans 44 États sur 50 (sans compter les territoires), le candidat n’intervient pas dans la sélection des personnes qui vont être déléguées. Ainsi comme l’explique Sasha Issenberg à propos de la Caroline du Sud, pour en être un délégué, il faut avoir été délégué de la convention nationale de 2015  – la probabilité d’être issu du sérail est d’autant plus élevée .

Qui a la haute main sur la convention?

Mais tout n’est pas si simple (!). La convention nationale, dont on ne retient souvent que le dernier jour, est une grand-messe qui se déroule en fait sur 4. Le 2e jour pourrait être déterminant : c’est là que le comité des règles de la convention se réunit et détermine les normes applicables à la désignation des candidats à la présidence et vice-présidence. Il a été crucial en 2012, lorsqu’il a adopté la fameuse règle 40, imposant qu’un candidat, pour être considéré, ait emporté la majorité des délégués dans 8 États, afin de favoriser Mitt Romney. À l’heure actuelle, seul Donald Trump atteint ce seuil, mais le comité qui se réunit le 2e jour (et qui est en principe une émanation, majoritairement, de l’establishment) peut tout à fait modifier les règles pour changer le déroulement prévu de la convention.

Mais voilà, au vu de la manière dont la campagne de Donald Trump se déroule, ça ne devrait pas se dérouler calmement.

Et à quel point les caciques du parti (ou simplement sa frange modérée ou non populiste) sont prêts à confronter cette classe blanche, moins diplômée, plus vulnérable financièrement, qui formule clairement son insécurité économique et parait encore affectée par la crise de 2008 alors que les indicateurs nationaux sont à la hausse? À quel point est-il possible d’alimenter plus encore le cynisme de ces désenchantés de la politique? Le Parti républicain a joué avec le feu depuis plusieurs cycles électoraux, en alimentant la polarisation d’une part et en jouant avec les règles de l’investiture d’autre part. Or, en matière de fracture profonde, de divisions raciales et économiques, de polarisation idéologique, et de violence, l’histoire des conventions nationales a établi des précédents

En attendant…

Capture d’écran 2016-03-15 à 23.57.44

 

 

 

 

 

 

Et il y a toujours une autre option: l’apparition d’un candidat indépendant (poussé par l’establishment républicain). Et non, il n’est pas trop tard, dit Richard Winger: L’histoire, avec John Anderson en avril Robert  La Follette en juillet 1924, Strom Thurmond comme Dixiecrat en juillet 1948, Ross Perot en mars 1992, ont tous plutôt bien réussi. D’autant que les dates limites dans les États pour apparaître sur le bulletin, s’étalent de juin à septembre (à l’exception du Texas pour lequel la date est mai). Et la structure du Constitution Party, déjà présent dans plusieurs États, pourrait être idéale pour ce faire.

(et un grand merci pour sa relecture avisée à Vincent Boucher... il ne fait jamais bon écrire trop tard dans la nuit 😉 )

Jouer la primaire aux dés? Check.

Tout comme un jeu à pile ou face avait donné un comté à Hillary Clinton en Iowa, c’est un jeu de cartes qui a été déterminant… dans deux comtés pour Hillary Clinton.

Car les caucus du Nevada ont toujours fait l’objet d’âpres discussions et contestations au point où les deux partis envisagent de lui substituer un autre État de l’Ouest (raison pour laquelle le Nevada apparaît si tôt dans le calendrier) d’ici 2020.

En attendant, dans une semaine, c’est au tour des Républicains de « caucusser »….

Hillary rebat ses cartes. Ain’t I a Woman?

La vidéo annonçant la candidature à la présidence d’Hillary Clinton est très largement tournée sur les femmes, la famille, les enfants.

2016 marque donc un véritable tournant dans le marketing d’Hillary Clinton, qui s’inscrit dans la lignée de son discours de défaite, tenue à la convention démocrate de 2008 et connu pour ses « 18 millions de fissures » dans le plafond de verre :

Moins agressive, moins « commandant en chef des forces armées » (critère qui était redevenu, après le 11 septembre, déterminant pour l’élection), H.R. Clinton veut se muer en Hillary. Moins carriériste, plus à l’écoute. On en veut d’ailleurs pour preuve le fait qu’elle évite les grands rassemblements dans les jours qui suivent l’annonce de sa campagne pour leur préférer une campagne « au détail », de proximité, sur le modèle de celle qui avait fait son succès pour son élection au Sénat (le fameux « listening tour » de 1999).

L’objectif est de faire ce qu’elle avait refusé de faire en 2008 car elle le voyait alors comme une tare et non comme un atout : assumer, voire embrasser son genre. Elle a donc décidé de redistribuer les cartes et de jouer celle du genre. En témoigne la manière dont elle s’identifie sur twitter : « épouse, mère, grand-mère… »

Capture d’écran 2015-04-14 à 08.40.25

Il faut dire qu’elle se présente à l’heure où la démographie est favorable à ce type de discours. En effet, alors que la majorité des citoyens en âge de voter sont des femmes (53% en 2012), elles ne détiennent que 19% des sièges au Congrès et ne représentent que 17% du fameux Fortune 500. Dès lors, les préoccupations des femmes (qui travaillent de plus en plus tout en ayant des enfants, qui sont de plus en plus les premiers soutiens de famille, et de plus en plus fréquemment mères célibataires) demeurent peu prises en considération par des législateurs majoritairement masculins.

Les femmes sont encore parmi les acteurs les plus vulnérables de l’économie. D’abord en raison de l’inégalité salariale (il en est pour dire que le nombre de mères célibataires vivant sous le seuil de la pauvreté se réduirait de moitié avec la simple mise en place de l’équité salariale).

Ensuite parce que, alors que dans 6 ménages sur 10 les deux parents travaillent, les coûts de garderie sont prohibitifs. Or un tiers des votants en 2012 avait des enfants de moins de 18 ans .
Dès lors, certains enjeux devraient devenir cruciaux en 2016.

Par exemple, dans un rapport paru au cours de l’automne 2013, l’organisme Child Care Aware établit que, dans 31 des 50 États américains, le coût d’une garderie est plus élevé que celui des premières années d’université (le « College »). Le Pew Research Center, à son tour, avait repris les données de l’organisme pour souligner le coût moyen (et très élevé en fait au regard de nos propres standards) des crèches:

ChildcareCosts_table2

Si cela explique, crise aidant, le fait que 29% des mères américaines demeurent désormais à la maison pour s’occuper des enfants, il reste qu’une majorité demeure sur le marché du travail, et doit composer avec un droit du travail peu avantageux (congés payés non encadrés, prestations sociales variables, temps maximal travaillé par semaine non défini etc…).

Le parti républicain ne s’y trompe pas : le label, forgé en 2012, de la « guerre contre les femmes » continue à affecter son vivier de votes. Hillary Clinton a saisi la balle au bond : et c’est une offensive qu’elle se prépare à mener.

Hillary v. Clinton. Version 2016.0

Dans une vidéo dans laquelle elle met l’accent sur les femmes, les minorités, les familles, l’inégalité, et l’esprit entrepreneurial américain, sur fond d’accomplissement du rêve américain, et où elle n’apparaît qu’à la fin, Hillary Clinton a annoncé sa candidature:

deux jours après que son directeur de campagne, Podesta, ait annoncé qu’Hillary Clinton se lançait dans la course.
Capture d’écran 2015-04-12 à 21.57.19

Avec des nuances intéressantes, et notamment un appel tout particulier à la communauté hispanique:

Capture d’écran 2015-04-12 à 22.05.03

Elle est déjà sur les routes. Direction Iowa, New Hampshire (ce sont les caucus et primaires qui peuvent changer la campagne – elle a tiré les leçons de 2008), la Caroline du Sud et le Nevada. Une annonce en catimini ou presque, une campagne de proximité, tout est axé pour éviter les écueils de 2008 et tabler sur les grandes forces d’Hillary – qui ne s’expriment jamais dans de larges amphithéâtres.

Capture d’écran 2015-04-12 à 22.53.33

 

 

 

 

 

C’est une nomination qu’elle ne devrait pas perdre, et une élection qu’elle seule peut perdre.

Il n’y a pas, comme en 2008, un candidat susceptible de lui ravir l’adoubement de la convention démocrate. Cela ne va pas dire que rien n’ira pas sans soubresauts. Bien sûr, il y aura, comme toujours des candidats locaux, ou présents dans quelques États. Et au niveau national, si quelques uns peuvent la chatouiller, la plupart demeurera dans les starting blocks.

Elizabeth Warren, sénateur du Massachusetts, ancienne professeur de droit à Harvard, est une « libérale », connue pour ses critiques acérées à l’égard de Wall Street. À la gauche du parti démocrate, elle est peut-être « trop » à gauche pour ratisser large, y compris à la convention du parti. .

Martin O’Malley, ancien gouverneur du Maryland. On parle parfois de lui, car il a son charisme pour lui. Mais ça ne suffit pas à compenser pour son manque d’expérience nationale.

Jim Webb, à peine plus âgé qu’Hillary, est un héros du Vietnam, ancien secrétaire à la Marine de Reagan et ancien sénateur de Virginie. Mais certaines prises de positions un peu rétrogrades torpillent son éventuelle candidature.

Joe Biden est un vieux routier des élections présidentielles (il a essayé en 1988 et en 2008). À 72 ans, il est désormais plus vieux que le plus âgé des présidents jamais élus (Ronald Reagan), et il faut se souvenir que, dans les sondages de 2008, les Américains paraissaient plus prêts à élire un président noir qu’un président septuagénaire. Et c’est sans parler du fait que sa crédibilité laisse parfois à désirer.

Bernie Sanders, sénateur du Vermont se présente comme indépendant, socialiste, et même si il est intéressant, ne peut pas à 73 ans, concurrencer sérieusement Hillary Clinton.

Problème réglé.

D’ailleurs, déjà, des 796 super délégués , nombreux sont ceux qui lui apportent leur soutien pour la convention nationale. Donc dans l’esprit au moins, Hillary Clinton est déjà en septembre 2016.

111

SOURCE: Washington Post-ABC News poll . March 26-29, 2015. | The Washington Post April 2

C’est un retour vers le Future. Comme en 1992. Bush v. Clinton. Le retour.

Ferguson, symptôme d’un mal d’Amérique

Mise à jour du billet posté le 24 novembre

Le grand jury a tranché : le policier blanc Darren Wilson ne fera lobjet d’aucune poursuite judiciaire pour avoir abattu en août dernier le jeune Michael Brown. Déçus, furieux, mais surtout inquiets pour leur avenir, les manifestants ont exprimé hier soir leur rage dans les rues de Ferguson, comme le craignaient les autorités et les parents de Michael Brown.

 Par Zoé Barry – @ZoeBarryBeylotFile0004

Le 9 août dernier, accompagné d’un ami, le jeune Afro-Américain de 18 ans, Michael Brown, croise un véhicule de police avec à son bord, Darren Wilson. Suite à une altercation dont les tenants restaient jusqu’alors incertains, Michael Brown se retrouve à terre, quatre balles dans le bras, deux dans la tête. S’en sont suivi quatre mois d’attente et de manifestations.

Hier soir, les habitants de Ferguson retenaient leur souffle. Puis le verdict est tombé. Dénonçant d’abord la recherche de sensationnalisme des médias, le procureur McCulloch a annoncé qu’au regard des nombreux témoignages, rapports et documents, le grand jury a conclu que Darren Wilson avait agi en légitime défense.

Barricadés dans le commissariat de Ferguson, les parents du jeune défunt ont exprimé leur déception, priant les manifestants d’exprimer «leur frustration par des moyens qui apporteront un changement positif». Malgré leurs appels au calme, Ferguson s’est embrasée et les manifestations initialement pacifiques ont dégénéré. Bâtiments incendiés,  coups de feu, gaz lacrymogènes, équipements et véhicules anti-émeutes, une véritable colère s’est exprimée hier soir dans la petite ville du Missouri.

Une fois de plus, les policiers avaient sorti l’artillerie lourde. Quelques jours plus tôt, l’état d’urgence avait déjà été déclaré et la Garde nationale déployée. Désormais, le gouverneur Jay Nixon prévoit ainsi d’envoyer des troupes supplémentaires pour faire face à des manifestations qui pourraient être d’une violence inédite.

 enhanced-buzz-2228-1416580394-19

Symbole d’un combat mené par toute une communauté contre la discrimination raciale, la mort de Michael Brown n’est pas sans rappeler les émeutes à Los Angeles en 1991 après le passage à tabac de Rodney King par des officiers du LAPD. Loin d’être un acte isolé, ces événements mettent effectivement l’accent sur la brutalité et l’impunité policière aux Etats-Unis.

Données de Mother Jones – Morts dans le cadre d’arrestations policières:

Sans titre1

Sans titre

Cette lutte prend à nouveau tout son sens après qu’un enfant afro-américain de 12 ans ait été abattu avant-hier par la police de Cleveland (Ohio) alors qu’il jouait avec un pistolet à billes. Par-dessus tout, Ferguson lève le voile sur une Amérique rongée par la discrimination raciale et par une ségrégation toujours bien présente dans les faits, comme l’a souligné en août dernier le Comité onusien pour l’élimination de la discrimination raciale. Ferguson en est emblématique : 3/4 des habitants sont Noirs, le taux de pauvreté s’élève à 22% et le Comté de Saint-Louis, dont Ferguson fait partie, se place au 15e rang des villes américaines les plus ségréguées.

 20101

La décision laisse ainsi planer un sentiment d’injustice pour la communauté afro-américaine. D’autant qu’au niveau fédéral, sur 162 300 cas soumis à un grand jury, seuls 11 ont conduit à une inculpation. Et au cours des 10 dernières années, 10 des 13 cas (excluant celui dont on parle ici) d’homicide impliquant des policiers n’ont pas fait l’objet de procédure judiciaire et les 3 autres ont donné lieu au même résultat: aucune inculpation. Ferguson semble donc faire la démonstration, si besoin était, de la prégnance de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Mais cela pourrait également alimenter l’émergence d’un nouveau mouvement et de nouveaux leaders d’une communauté qui peine encore, 150 ans après l’abolition de l’esclavage et 50 ans après les mouvements de lutte pour les droits civiques à obtenir l’égalité raciale.