Ferguson, symptôme d'un mal d'Amérique

Mise à jour du billet posté le 24 novembre

Le grand jury a tranché : le policier blanc Darren Wilson ne fera lobjet d’aucune poursuite judiciaire pour avoir abattu en août dernier le jeune Michael Brown. Déçus, furieux, mais surtout inquiets pour leur avenir, les manifestants ont exprimé hier soir leur rage dans les rues de Ferguson, comme le craignaient les autorités et les parents de Michael Brown.

 Par Zoé Barry - @ZoeBarryBeylotFile0004

Le 9 août dernier, accompagné d’un ami, le jeune Afro-Américain de 18 ans, Michael Brown, croise un véhicule de police avec à son bord, Darren Wilson. Suite à une altercation dont les tenants restaient jusqu’alors incertains, Michael Brown se retrouve à terre, quatre balles dans le bras, deux dans la tête. S’en sont suivi quatre mois d’attente et de manifestations.

Hier soir, les habitants de Ferguson retenaient leur souffle. Puis le verdict est tombé. Dénonçant d’abord la recherche de sensationnalisme des médias, le procureur McCulloch a annoncé qu’au regard des nombreux témoignages, rapports et documents, le grand jury a conclu que Darren Wilson avait agi en légitime défense.

Barricadés dans le commissariat de Ferguson, les parents du jeune défunt ont exprimé leur déception, priant les manifestants d’exprimer «leur frustration par des moyens qui apporteront un changement positif». Malgré leurs appels au calme, Ferguson s’est embrasée et les manifestations initialement pacifiques ont dégénéré. Bâtiments incendiés,  coups de feu, gaz lacrymogènes, équipements et véhicules anti-émeutes, une véritable colère s’est exprimée hier soir dans la petite ville du Missouri.

Une fois de plus, les policiers avaient sorti l’artillerie lourde. Quelques jours plus tôt, l’état d’urgence avait déjà été déclaré et la Garde nationale déployée. Désormais, le gouverneur Jay Nixon prévoit ainsi d’envoyer des troupes supplémentaires pour faire face à des manifestations qui pourraient être d’une violence inédite.

 enhanced-buzz-2228-1416580394-19

Symbole d’un combat mené par toute une communauté contre la discrimination raciale, la mort de Michael Brown n’est pas sans rappeler les émeutes à Los Angeles en 1991 après le passage à tabac de Rodney King par des officiers du LAPD. Loin d’être un acte isolé, ces événements mettent effectivement l’accent sur la brutalité et l’impunité policière aux Etats-Unis.

Données de Mother Jones - Morts dans le cadre d'arrestations policières:

Sans titre1

Sans titre

Cette lutte prend à nouveau tout son sens après qu’un enfant afro-américain de 12 ans ait été abattu avant-hier par la police de Cleveland (Ohio) alors qu’il jouait avec un pistolet à billes. Par-dessus tout, Ferguson lève le voile sur une Amérique rongée par la discrimination raciale et par une ségrégation toujours bien présente dans les faits, comme l’a souligné en août dernier le Comité onusien pour l’élimination de la discrimination raciale. Ferguson en est emblématique : 3/4 des habitants sont Noirs, le taux de pauvreté s’élève à 22% et le Comté de Saint-Louis, dont Ferguson fait partie, se place au 15e rang des villes américaines les plus ségréguées.

 20101

La décision laisse ainsi planer un sentiment d’injustice pour la communauté afro-américaine. D’autant qu’au niveau fédéral, sur 162 300 cas soumis à un grand jury, seuls 11 ont conduit à une inculpation. Et au cours des 10 dernières années, 10 des 13 cas (excluant celui dont on parle ici) d’homicide impliquant des policiers n’ont pas fait l’objet de procédure judiciaire et les 3 autres ont donné lieu au même résultat: aucune inculpation. Ferguson semble donc faire la démonstration, si besoin était, de la prégnance de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Mais cela pourrait également alimenter l’émergence d’un nouveau mouvement et de nouveaux leaders d’une communauté qui peine encore, 150 ans après l'abolition de l'esclavage et 50 ans après les mouvements de lutte pour les droits civiques à obtenir l’égalité raciale.

 

La longue attente de Ferguson

Par Zoé Barry - @ZoeBarryBeylot

File0004Dans l’attente du verdict du grand jury, les habitants de Ferguson retiennent leur souffle. Se réunissant à nouveau ce lundi, le grand jury doit en effet déterminer si le policier blanc Darren Wilson doit ou non être poursuivi en justice pour avoir abattu en août dernier le jeune Michael Brown. Les autorités craignent que la décision ne donne lieu à des affrontements encore plus musclés entre manifestants et policiers.

Le 9 août dernier, accompagné d’un ami, le jeune Afro-Américain de 18 ans, Michael Brown, croise un véhicule de police avec à son bord, (l’officier) Darren Wilson. Suite à une altercation dont les tenants restent incertains, Michael Brown se retrouve à terre, quatre balles dans le bras, deux dans la tête.

Dès le lendemain, une conférence de presse est organisée. Le chef de la police de Saint-Louis, Joe Belmar, livre alors sa version des faits : Michael Brown n’était pas armé, mais aurait attaqué le policier afin d’attraper son arme, lequel aurait agi en légitime défense. Les témoins affirment pourtant qu’il se serait rendu les mains en l’air, avant d’avoir été abattu de sang-froid par le policier. Il n’en fallait pas moins pour mettre le feu aux poudres. Dans la soirée, une veillée à la bougie pour honorer la mémoire du jeune garçon dégénère et donne naissance à un véritable soulèvement populaire. Les manifestations durent désormais depuis presque quatre mois[1].

enhanced-buzz-2228-1416580394-19

Déjà les policiers sortent l’artillerie lourde : équipements et véhicules anti-émeutes, gaz lacrymogènes... En plus de mettre la lumière sur le profilage racial et la brutalité policière, les manifestations dénoncent la militarisation de la police américaine. Malgré les appels au calme de la famille de Michael Brown, les violences continuent. En guise de réponse, le gouverneur du Missouri, Jay Nixon News (Dem) instaure un couvre-feu, déclare pour la première fois l’état d’urgence, puis envoie la Garde nationale à Ferguson. En parallèle, un grand jury commence à se réunir. Mais quelques mois plus tard, les enquêtes piétinent. Les manifestants luttent toujours, la petite ville de Ferguson vit au ralenti[2], et une fois de plus, le 18 novembre, l’état d’urgence a été déclaré et la Garde nationale déployée[3].

20101

Symbole d’un combat mené par toute une communauté contre la discrimination raciale, la mort de Michael Brown n’est pas sans rappeler les émeutes à Los Angeles en 1991 après la mise à tabac par la police de l’Afro-Américain Rodney King[4]. Loin d’être un acte isolé, ces événements mettent effectivement l’accent sur la brutalité et l’impunité policière aux Etats-Unis. Cette lutte prend à nouveau tout son sens après qu’un enfant afro-américain de 12 ans ait été abattu hier soir par la police de Cleveland (Ohio) alors qu’il jouait avec un pistolet à billes[5].

Screen Shot 2014-08-12 at 10.43.28 PM_0

Par-dessus tout, Ferguson lève le voile sur une Amérique rongée par la discrimination raciale et par une ségrégation toujours bien présente dans les faits, comme l’a souligné en août dernier le Comité onusien pour l’élimination de la discrimination raciale[6]. Ferguson en est emblématique : 3/4 des habitants sont Noirs, le taux de pauvreté s’élève à 22%[7] et le Comté de Saint-Louis, dont Ferguson fait partie, se place au 15e rang des villes américaines les plus ségréguées[8].

À quelques minutes du verdict, deux scénarios sont envisageables. Si le grand jury répond par la positive, cette décision constituera une grande avancée pour la communauté afro-américaine qui fait généralement peu confiance au système judiciaire. En revanche, une décision négative générera sûrement des émeutes d’une violence inédite. Quoiqu’il en soit, mise en accusation ou non, la décision du grand jury aura alors des conséquences très importantes pour la communauté.


[1] Emily Wax-Thibodeaux, «Ferguson timeline: What’s happened since the Aug. 9 shooting of Michael Brown», The Washington Post, 21 novembre 2014 <http://www.washingtonpost.com/news/post-nation/wp/2014/11/21/ferguson-timeline-whats-happened-since-the-aug-9-shooting-of-michael-brown/> Consulté le 24 novembre 2014

[2] Yanik Dumont Baron, «Ferguson craint le pire dans l’attente de la décision du grand jury», ICI Radio-Canada, 23 novembre 2014 <http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2014/11/23/007-ferguson-attent-decision-grand-jury-dimanche.shtml> Consulté le 24 novembre 2014

[3] AFP, «L’état d’urgence déclaré à Ferguson, dans l’attente de la décision du grand jury», Le Monde, 18 novembre 2014 <http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/11/18/l-etat-d-urgence-declare-a-ferguson-dans-l-attente-de-la-decision-du-grand-jury_4524955_3222.html> Consulté le 24 novembre 2014

[4] Natasha Bash, «Police Violence Has Been Going On Forever. No Wonder People Are Fed Up With It», 23 août 2014 <http://www.huffingtonpost.com/2014/08/23/police-brutality-michael-brown_n_5700970.html>

[5] AFP, «Cleveland: un garçon de 12 ans possédant un faux pistolet abattu par la police», Libération, 24 novembre 2014 <http://www.liberation.fr/monde/2014/11/24/cleveland-un-garcon-de-12-ans-possedant-un-faux-pistolet-abattu-par-la-police_1149570> Consulté le 24 novembre 2014

[6] AFP, «L’ONU demande aux Etats-Unis de renforcer leurs lois antiracistes», La Presse, 29 août 2014 <http://www.lapresse.ca/international/dossiers/ferguson/201408/29/01-4795655-lonu-demande-aux-etats-unis-de-renforcer-leurs-lois-antiracistes.php> Consulté le 24 novembre 2014

[7] Max Ehrenfreud, «Your Complete Guide to What’s Happening in Ferguson», The Washington Post, 24 novembre 2014 <http://www.washingtonpost.com/blogs/wonkblog/wp/2014/11/24/your-complete-guide-to-whats-happening-in-ferguson/?tid=sm_fb> Consulté le 24 novembre 2014

[8] Danielle Cadet, Braden Goyette, Nick Wing, «21 Numbers That Will Help You Understand Why Ferguson Is About More Than Michael Brown», Huffington Post, 22 août 2014 <http://www.huffingtonpost.com/2014/08/22/ferguson-black-america_n_5694364.html> Consulté le 20 octobre 2014

Ce 4 novembre, Dieu sera-t-il démocrate?

 

P7323-09a

Avec 88 % d'Américains qui se disent croyants et 84 % qui se réclament d'une confession, les Églises constituent un acteur-clé représentant plus de 100 milliards de dollars aux États-Unis et un pilier de la politique nationale. Or, si la société américaine évolue rapidement (travail des femmes, augmentation du taux de divorce, du nombre des couples non mariés ou de même sexe) et minore la prégnance du fondamentalisme, il reste que les 26 % d'évangéliques et les 40 % de pratiquants américains ont un rôle électoral déterminant...

1qle48qBTd2IS8xTuSSC_dollar-bill-in-god-we-trust.jpg

La mobilisation du fait religieux  ne s'opère pas uniquement à droite. Depuis 2008, le parti démocrate a compris l'intérêt de séduire la gauche religieuse. Il faut dire que pendant longtemps, le Parti démocrate a choisi de confiner la question religieuse à la sphère privée, se résignant à voir partir traditionalistes et pratiquants dans le camp républicain, faute d'assimiler l'existence d'un véritable réveil religieux accompli par les télévangélistes comme Jerry Falwell, Pat Robertson et Billy Graham. Or Obama a tranché avec cette démarche, dès 2004, dans son discours congrès national démocrate. De même la présence remarquée de Leah Daughtry, la prédicatrice pentecôtiste de Brooklyn, à la tête du congrès démocrate de 2008 s'est inscrite dans ce sens. Or, les guerres culturelles et les valeurs morales ayant perdu de leur lustre, le socle religieux du Parti républicain s'érode au profit d'un crédo plus sécuritaire et économique, correspondant en réalité aux priorités des Américains. Du coup, à la droite religieuse, qui a pour fer de lance la lutte contre l'avortement et les droits des gais, fait face une gauche religieuse qui promeut la justice sociale et la protection de l'environnement. Hétérogène, la gauche religieuse est pourtant  insaisissable: elle compte dans ses rangs des évangéliques, des protestants, des catholiques, mais aussi des juifs réformateurs et des noirs protestants...

Mais dans le cadre des votations locales de mi-mandat, le facteur géographique est sans doute le plus criant. Particulièrement marqué dans la Bible Belt, le facteur religieux risque tout de même de jouer dans l'isoloir.

6_g

 Pour aller plus loin: Robert N. Bellah. Civil Religion in America. Daedalus, 96 (1), 1967. Julien Tourreille, Charles-Philippe David. Le conservatisme Américain. Presses de l'Université du Québec, 2007. Elisabeth Vallet, Dieu vote-t-il démocrate, Le Devoir, 24 octobre 2008.

De l'Argent et des votes

par Marc-André Laferrière

Un projet pédagogique du cours POL8245 à l’UQAM

Durant la course à l'investiture démocrate de 2008, une organisation conservatrice a produit un documentaire des plus acerbes qui visait personnellement Hillary Clinton.  Accusé de contrevenir à la loi électorale, le film – Hillary : The movie – fut l’objet d’une saga judiciaire afin d’en interdire la diffusion. En janvier 2010, la cour a tranché,[1] et suite à sa décision, un tribunal fédéral d'appel a jugé inconstitutionnels les plafonds imposés aux dons octroyés aux Comités d’action politique (PAC – Political Action Committee).[2] Désormais, ils pourraient amasser autant de fonds qu’ils le désirent pour financer politiciens, partis politiques et campagnes électorales.

Un milliard et demi. C’est l’argent accumulé jusqu’ici par les différents Comités d’action politique durant la période électorale de 2013-2014 aux États-Unis.[3]

 $

OpenSecrets.org, « PAC Summary: Total Raised/Total to Candidates », Center for Responsive Politics, en ligne : http://www.opensecrets.org/pacs/, [page consultée le 30 octobre 2014].

Nés dans la foulée de cette décision judiciaire, les Super-PACs sont les derniers venus sur le marché des Comités d’action politique. De leur vrai nom Independant Expenditure Groups, les Super-PACs peuvent amasser des sommes illimitées provenant d’entreprises, de syndicats, d’associations diverses ou d’individus. Ils doivent divulguer à la Federal Election Commission (FEC) la liste de leurs donateurs, mais ils n’ont pas l’obligation de le faire avant la tenue des élections.

 $$

OpenSecrets.org, « PAC Summary: Total Raised/Total to Candidates | Party Split », Center for Responsive Politics, en ligne : http://www.opensecrets.org/pacs/index.php?chart=P, [page consultée le 30 octobre 2014].

 Avantage Républicain ou Démocrate?

Si en 2010 les Républicains ont dépensé 34,7$ millions en publicité pour influencer les élections de mi-mandat, soit 1,24 dollar par dollar dépensé chez les Démocrates,[4] ces derniers ont vite rattrapé leur retard pour les élections de 2014. Aux milliardaires conservateurs comme les frères Koch qui avaient donné plus de 100 millions de dollars à des causes reliées à la droite (leurs cibles principales étant les changements climatiques et l’Obamacare),[5] on oppose maintenant des milliardaires libéraux comme l’ex-maire de New York Michael Bloomberg, ou l’homme d’affaires et activiste Thomas Steyer. Ce dernier a injecté cette année plusieurs millions de dollars dans des campagnes pour attaquer les candidats républicains qui nient les changements climatiques.[6] En 2013, il avait déjà donné 11,1 millions à deux Super-PACs, tandis que l’ancien maire de New York avait quant à lui fait don de 8,7 millions de dollars aux Super-PACs qui supportaient le contrôle accru des armes à feu.[7] En réponse, les frères Koch ont fondé un nouveau Super-PAC appelé Freedom Partners Action Fund dont l’objectif déclaré est d’amasser plus de 15 millions de dollars pour les élections de mi-mandat de 2014. Cet effort s’inscrit dans un processus plus large dont l’objectif viserait les 300 millions de dollars.[8]

Mais si en général les Républicains récoltent plus d’argent via les Super-PACs, les Démocrates se rattrapent via d’autres comités. Par exemple, sur les dix plus grandes organisations ayant contribué aux comités 527s en 2014, neuf étaient en faveur des Démocrates.[9]

 $$$

OpenSecrets.org, «Top 20 PAC Contributors to Candidates, 2013-2014 », Center for Responsive Politics, en ligne : http://www.opensecrets.org/pacs/toppacs.php, [page consultée le 30 octobre 2014].

Un Super-PAC pour mettre fin aux Super-PACs

Ironiquement, des Super-PACs se forment pour lutter contre l’influence des Super-PACs. C’est le cas du Mayday PAC, créé par Lawrence Lessig, professeur de droit à Harvard, et qui a pour but de mettre fin à l’influence de l’argent dans le système démocratique américain. « Embrassez l’ironie », peut-on lire sur son site Internet, « Nous voulons utiliser l’argent pour vaincre l’argent (celle amassée par plusieurs contre l’argent amassée par quelques-uns). De mai à septembre 2014, le Mayday PAC a reçu près de 8 millions en dons.[10] Et comme l’a soulignée Vicki S. Heyman, ambassadrice des États-Unis à Ottawa : « Un milliardaire qui injecte huit millions de dollars dans le processus électoral ne rapporte pas nécessairement huit millions de votes ; tandis que huit millions d’individus qui donnent un dollar chacun se traduit par huit millions de votes. »[11]


[1] Supreme Court of the United States, « Citizens United v. Federal Election Commission (Docket No. 08-205) », 21 janvier 2010, http://www.supremecourt.gov/opinions/09pdf/08-205.pdf, [page consultée le 20 septembre 2014].

[2] Tom Murse, « SpeechNow.org v. Federal Election Commission. Learn About the Case That Led to the Creation of Super-PACs », About.com, http://uspolitics.about.com/od/Money-In-Politics/fl/SpeechNoworg-v-Federal-Election-Commission.htm, [page consultée le 23 septembre 2014].

[3] OpenSecrets.org, « PAC Summary: Total Raised/Total to Candidates », Center for Responsive Politics, en ligne : http://www.opensecrets.org/pacs/, [page consultée le 30 octobre 2014].

[4] Michael Beckel, « Led by Karl Rove-Linked Groups, ‘Super PACs’ and Nonprofits Significantly Aid GOP in Election 2010 », The Center for Public Integrity, 5 novembre 2010, http://www.opensecrets.org/news/2010/11/led-by-karl-rove-linked-groups-nonp/, [page consultée le 20 septembre 2014].

[5] Pascal Riché, « Argent et politique : l’Amérique des frères Koch », Le Nouvel Observateur, 06 août 2014, http://rue89.nouvelobs.com/2014/06/08/argent-politique-lamerique-cuite-a-koch-252774, [page consultée le 21 septembre 2014].

[6] Kelley Beaucar Vlahos, « Liberal billionaire Tom Steyer’s campaign ads get weird », Fox News, 25 août 2014, http://www.foxnews.com/politics/2014/08/25/liberal-billionaire-tom-steyer-campaign-ads-get-weird/, [page consultée le 21 septembre 2014].

[7] Michael Beckel, « Billionaires use super PACs to advance pet causes », The Center for Public Integrity, 5 février 2014, http://www.publicintegrity.org/2014/02/05/14210/billionaires-use-super-pacs-advance-pet-causes, [page consultée le 21 septembre 2014].

[8] Kenneth P. Vogel et Darren Goode, « Kochs launch new super PAC for midterm fight », Politico, 16 juin 2014, http://www.politico.com/story/2014/06/2014-elections-koch-brothers-super-pac-107926.html#ixzz3B9Ra1VXk, [page consultée le 21 septembre 2014].

[9] OpenSecrets.org, « Top Organization Contributions to 527 Committtes, 2014 Election Cycle », Center for Responsive Politics, 4 août 2014, http://www.opensecrets.org/527s/527contribs.php, [page consultée le 20 septembre 2014].

[10] Mayday.us, « The Race Is On », https://mayday.us/, [page consultée le 21 septembre 2014].

[11] Paroles prononcées lors d’une causerie portant sur les élections américaines et organisée par la Chaire Raoul-Dandurand, le 23 septembre 2014, à l’Université du Québec à Montréal.

Aux urnes Citoyens!

Papier paru antérieurement dans Le Devoir, le 3 novembre 2014

Demain, les citoyens américains désigneront leurs représentants, leurs juges, leurs shérifs, leurs maires, et des administrateurs municipaux, régionaux, étatiques. Ils pourront choisir de destituer un élu ou se prononcer, dans le cadre d’un des 147 référendums qui porteront sur le port d’armes, l’usage de la marijuana, l’émission d’emprunts obligataires ou… le piégeage des ours. Pourtant, à la veille du scrutin, les Américains sont désenchantés. Plus polarisé que jamais depuis l’avènement des Tea Partiers en 2010, divisé comme en témoigne la 12e fermeture partielle (shutdown) du gouvernement en 2013, le Congrès est tétanisé et mal aimé. Bien entendu, les élections de mi-mandat n’ont jamais galvanisé l’électorat. Mais cette fois-ci, deux décisions de la Cour suprême sont venues redessiner le paysage électoral et alimenter le cynisme ambiant.

Depuis le désastre floridien de 2000 et l’élection de George W. Bush, les Républicains crient à la fraude électorale qu’ils disent répandue. De leur côté, les Démocrates dénoncent l’exclusion délibérée de nombre d’électeurs pauvres ou issus des minorités. Désormais la bataille électorale ne se joue plus dans l’isoloir, mais dans les enceintes juridictionnelles. Dernier acte de cette « guerre du vote », la Cour suprême a, en 2013, littéralement éviscéré le Voting Rights Act : cette loi mettait depuis 1965 un terme à la ségrégation raciale dans le vote en subordonnant les lois électorales des États du Dixieland à une approbation fédérale. Or, suite à la décision de la Cour suprême, les États qui tentaient de modifier leurs lois électorales le font désormais sans obstacle. Le Texas, connu pour sa pratique du charcutage électoral (saucissonnage des circonscriptions électorales afin de diluer le vote minoritaire), est alors devenu un laboratoire politique en mettant en place l’une des lois les plus restrictives du pays. Lors du vote par anticipation, des électeurs munis d’une carte d’inscription électorale, d’un certificat de naissance et d’une pièce d’identité de l’État n’ont pas pu voter mais ceux qui pouvaient présenter un permis de port d’arme, oui. Et Dans cet État comme dans les 20 autres qui ont amendé leurs procédures depuis 2011, les électeurs déboutés hésiteront à faire les démarches pour restaurer leurs droits. Les raisons sont multiples : manque de temps, horaires inadaptés, démêlés avec l’administration, ou frais trop élevés pour obtenir un certificat de naissance, préalable nécessaire à la constitution d’une carte permettant de voter (quelques dizaines de dollars soit une demi-journée de travail au salaire minimum). Pourtant, les fraudes ne sont pas légion. Alors qu’au niveau national, les citoyens exclus du vote sont nombreux : près de 5 millions de détenus et d’anciens détenus déchus de leurs droits civiques, de même que les 11% de citoyens américains de plus de 18 ans qui n’ont pas les pièces d’identité nécessaires pour voter.

Il sera donc, dans ce cycle électoral, plus difficile de voter. Mais pas d’investir. 4 milliards de dollars seront dépensés en 2014, en raison notamment de la décision de la Cour suprême de 2010 (Citizens United) qui a levé, sous conditions, les limites apposées au financement électoral. L’effet est triple.

Premièrement, certaines courses croulent sous un financement imprévu : un million de publicités ont été diffusées pour les seules courses sénatoriales – l’équivalent pour le Washington Post de deux fois le temps d’antenne dévolu à Jeopardy depuis les années 60. Cet argent redessine alors des élections théoriquement sans suspense : en Arkansas, en propulsant un candidat effacé, ou en Alaska, en revitalisant la campagne du sénateur démocrate sortant.

Deuxièmement, cet afflux a parfois peu à voir avec la réalité locale. Dans le comté de Cole au Missouri, le dernier juge démocrate à la cour de circuit fait face à un adversaire qui ne devait pas en être un, promu par le Republican State Leadership Committee basé à Washington. Ce groupe qui investit dans les courses judiciaires a un double objectif : modifier localement le profil de cette cour qui aura à statuer dans le domaine électoral et favoriser au niveau national l’élection de juges conservateurs.

Troisièmement, la condition de l’absence de synchronisation entre les candidats et les donateurs est une fiction. Le cas de la ville de Richmond en Californie est probant: dans cette localité, jusqu’à ce qu’une catastrophe industrielle et une alternance politique en décident autrement, un siège au conseil municipal était réservé à un représentant de l’entreprise Chevron. Exclue du pouvoir et confrontée aux demandes de la ville de se conformer aux normes environnementales, l’entreprise a décidé d’investir trois millions de dollars contre le maire sortant. Il est difficile d’imaginer qu’un candidat élu grâce à ce soutien puisse à son tour tenir tête à la corporation.

Pour autant, à court terme, bien que les Démocrates aient plus dépensé durant cette campagne, les Républicains devraient selon toute probabilité prendre le contrôle du Congrès avec pour effet… de ne pas changer grand-chose à la paralysie actuelle du système politique. Par contre, à plus long terme, la métamorphose du système électoral pourrait altérer durablement la légitimité de la démocratie américaine.

Des armes et des élections

Par Josselyn Guillarmou

Dans un pays où depuis la conquête de l’Ouest, en passant par la tuerie de l’école primaire Sandy Hook en 2013[1], ou encore le rejet par le Sénat de la réforme des lois sur les armes en 2013[2], la relation entre les armes à feu et l’identité citoyenne semble n’avoir jamais été aussi complexe. En effet, « le débat  intermittent[3] » de la relation du pays avec ses 300 millions de révolvers, pistolets et autres fusils d’assaut[4] pose la question de l’existence d’un « mal américain[5] ». On en viendrait à croire l’argument d’une polarisation extrême de la société américaine entre l’homme blanc républicain membre de la NRA et défendant le droit aux armes comme étant le véritable «idéal politique américain[6] » face au reste de la société, favorable à un contrôle plus important. En mai 2013, 48% de la population américaine estimait qu’il était plus important de protéger le droit de posséder des armes que de légiférer sur un contrôle de celles-ci. Environ 50% de la population estimait l’inverse[7]. De quoi y voir une division totale. Et pourtant, au-delà des données abondantes, parfois partisanes et donc difficilement analysables, il apparait que le droit hérité de la Constitution ne divise pas tant une société plus consensuelle qu’on ne le pense. En revanche, le profil des positions les plus extrêmes divise toujours des deux côtés de l’échiquier, expliquant généralement le manque d’action politique sur le sujet et l’immobilisme du Sénat notamment.

L'héritage historique et culturel américain des armes

 Fin du XVIIIe, début du XIXe siècle. Les capitaines Lewis et Clark sont en expédition à travers le continent. Aux prémices de la conquête de l’Ouest, les États-Unis commencent à définir leurs frontières. Déjà, les premiers arrivants s’emparent des armes à feu pour faire face à un « monde hostile[8]». Les institutions sont alors peu présentes et l’adoption en 1791 du Deuxième amendement de la Constitution prévoit pour le peuple le droit de détenir et de porter des armes. Ainsi, « le lien entre droit aux armes et américanité se fait-il dès les origines de la nation ». Cet héritage explique en partie l’attachement des citoyens américains à la notion de liberté individuelle, et surtout au droit à l’insurrection contre tout gouvernement devenu tyrannique ainsi qu’au droit à l’autodéfense, sorte de garantie de la participation des citoyens au maintien de l’ordre. Pourtant, plus deux siècles après l’adoption du Deuxième amendement, cette vision peut paraitre anachronique.

Source : Combeau, Didier. « Les Américains et leurs armes », droit indéniable ou maladie du corps social, Revue française d’études américaines, 2002/3 n°93, p. 95-109

Aujourd’hui, on dénombrerait environ 300 millions d’armes à feu en circulation dans le pays alors, que dans les années 1990, on en comptait près de deux fois moins[9]. Pour une partie de la population, le pays en subit les conséquences au regard du taux de suicide à l’arme à feu plus élevé qu’ailleurs, du bilan des meurtres de masse toujours plus lourd et du nombre croissant de victimes d’accidents liés à ces armes, victimes notamment mineures. Ainsi, le nombre de victimes de fusillades ne cesse-t-il de croitre, atteignant des niveaux records en 2012, année des fusillades d’Aurora et de l’école Sandy Hook[10]. Le taux d’homicide par armes à feu y est par ailleurs cinq fois plus élevé qu’au Canada[11].

Meurtres_zps1b7e1a42 ScreenShot2014-10-28at101441AM_zpsbeacc99f

(Meurtres de masse) «Gun Rights vs. Gun Control», Pew Research Center, 23 mai 2013. En ligne, http://www.people-press.org/2013/05/23/gun-rights-vs-gun-control/, page consultée le 5 octobre 2014; (Taux d'homicides) « Gun related homicides compared to other countries », Talking Points Memo,  En ligne, http://talkingpointsmemo.com/livewire/chart-u-s-gun-related-homicides-compared-to-other-countries, page consultée le 12 octobre 2014

Toutefois, ces données sont contestées par une partie de la population. Rejetant les analyses présentant les conséquences négatives des armes à feu, certains voient plutôt dans ces chiffres, une nouvelle justification à l’armement. C’est le cas notamment des groupes prônant l’armement en milieu scolaire[12]. Dès lors, il est intéressant de voir que ce sont les conséquences de ces armes (à savoir la sécurité ou l’insécurité) qui clivent la société[13]. Le débat sur les armes anime la nation américaine depuis plus d’un siècle, période d’apparition des premières lois restrictives[14]. Depuis les années 1970, la controverse s’est cristallisée autour de la place de plus en plus importante des données statistiques utilisées pour expliquer le phénomène. Loin d’apporter le consensus, ces données divisent et ne permettent généralement pas de rendre compte de la complexité de la question[15].

L’arme est-elle blanche, républicaine, et du Sud?

Sur 100 personnes penchant vers la défense des armes, 56 sont des hommes, alors que 40 sont des femmes. Sur le même échantillon, 57 sont blanches et 28 sont noires. 75 de ces 100 personnes sont républicaines alors que 23 sont démocrates. 60 habitent des zones rurales. Enfin, 54% des habitants du Mid-Ouest privilégient le droit aux armes à leur contrôle contre 48% des habitants du Sud, et 34% des habitants du Nord Est. Ainsi, tous ces chiffres semblent valider la thèse que le défenseur des armes est plus républicain, plus blanc, et plus Mid-Ouest que l’américain médian.

Source : «Gun Rights vs. Gun Control», Pew Research Center, 23 mai 2013, En ligne, http://www.people-press.org/2013/05/23/gun-rights-vs-gun-control/, page consultée le 5 octobre 2014

Si l’on superpose ces informations avec l’augmentation du nombre d’armes en circulation aux États-Unis, on pourrait croire que le sujet est devenu si polarisant que la société américaine est le terrain d’un affrontement. Et pourtant, il y aurait certes plus d’armes, mais de moins en moins de propriétaires d’armes[16]. Par ailleurs, il semblerait que plus de 70% de la population américaine se trouve en réalité dans une position intermédiaire, c’est-à-dire, en faveur du droit des armes dans un cadre restreint et limité[17]. Par exemple 81% de la population est en faveur de la vérification des antécédents légaux et médicaux avant la vente d’armes à des particuliers et 73% estime qu’une loi reflétant cette idée est nécessaire[18].

Spectre_zps8fed2ff5

Source : Pew Research Center, «Broad support for renewed background checks bill, skepticism about its chances» Dossier Gun control du Pew Research Center, En ligne, http://www.people-press.org/2013/05/23/broad-support-for-renewed-background-checks-bill-skepticism-about-its-chances/, page consultée le 5 octobre 2014.

Ainsi, il ne s’agit pas d’une véritable polarisation de la société, c’est-à-dire d’un processus de division croissante et d’un état de séparation extrême[19], mais plutôt d’une radicalisation des positions les plus marquées et les plus visibles dans le débat[20].

D’autant que le lobby pro-armes établit un classement et une notation des élus selon qu’ils défendent leurs causes ou non[21]. Les prochaines midterms représentent donc un enjeu, en ce que le Sénat devrait basculer côté républicain[22]. Certains Démocrates ne s’y sont d’ailleurs pas trompés au regard de leur prise de position en faveur des armes à feu. La candidate démocrate au Kentucky, Alison Lundgren Grimes, en a d’ailleurs fait un argument de campagne, en s’opposant publiquement à la politique du Président Obama sur les armes à feu[23].

vv v

Source : Extrait de la publicité négative de la candidate Alison Lundgren Grimes (D) au Kentucky contre le Républicain Mitch McConnell. Cette dernière déclare : « Je ne suis pas Barak Obama. Je m’oppose à lui sur sa vision des armes à feu. Et Mitch [McConnell], c’est pas comme ça qu’on tient une arme ».

Pour la NRA, ces élections de mi-mandat représentent ainsi une réelle opportunité, du fait notamment de son lien fort avec les Républicains. Jusqu’à présent, le lobby aurait dépensé plus de 19 millions de dollars dans des courses au Sénat[24]. Aussi, les candidats républicains en Arkansas et en Iowa, Tom Cotton et Joni Ernst, auraient-ils reçu respectivement 2,8 et 2,4 millions de dollars pour leurs seules campagnes. Cela n’a pas échappé aux autres lobbys, comme l’Independance USA PAC, un lobby pour le contrôle des armes, qui aurait quant à lui dépensé presque 1,6 million de dollars sur des candidats démocrates. Enfin, le groupe Americans for responsible solutions militant pour un droit aux armes plus responsable, aurait dépensé plus de 2,5 millions de dollars contre des Républicains trop engagés pour le droit aux armes.

De quoi invalider la thèse d’une véritable polarisation de la société américaine, tout en confirmant celle d’une impasse sociétale.

Les six courses à surveiller au Sénat dans le viseur de la NRA

La notation des élus établie par la NRA varie sur une échelle allant de A+, c’est-à-dire l’élu pro-armes ayant réussi à légiférer sur la question,à F, c’est-à-dire l’élu anti-armes ayant légiféré à l’encontre du droit aux armes. Tous les candidats pour les prochaines élections au Sénat ont ainsi été notés selon cette notation. Or, concernant les six courses à surveiller particulièrement cette année (Alaska, Arkansas, Caroline du Nord, Colorado, Iowa et Louisiane), les six candidats républicains sont appuyés par la NRA avec des notes allant de A+ (Thom Tillis en Caroline du Nord) à Aq (Dan Sullivan en Alaska). Les six candidats démocrates ont quant à eux été notés de A- (Mark Begich en Alaska) à F (Bruce Bradley en Iowa). On voit là tout l’enjeu que ces prochaines midterms représentent pour la NRA

 


[1] Caldwell, Maggie, «Sandy Hook Crime Report : Adam Lanza Obsessed With Mass Murder and Dance», Dance Revolution, Site internet Mother Jones, 26 novembre 2013, En ligne, http://www.motherjones.com/mojo/2013/11/what-we-learned-sandy-hook-crime-report, page consultée le 4 octobre 2014

[2] Silver, Nate, «Modeling the Senate’s vote on gun control. Site internet Five Thirty Eight», 18 avril 2013, En ligne, http://fivethirtyeight.com/features/modeling-the-senates-vote-on-gun-control/, page consultée le 4 octobre 2014.

[3] Combeau, Didier. «27 mots, 27 morts. Des Pères fondateurs aux parents éplorés», Le Débat : 2014, Issue 2, p.173

[4] Follman, Mark, Gavin Aronson et Deanna Pan, «A Guide to Mass Shootings in America», Mother Jones, 20 juillet 2012, En ligne, http://www.motherjones.com/politics/2012/07/mass-shootings-map, page consultée le 4 octobre 2014.

[5] Arte, «Les armes, un mal américain», En ligne, http://info.arte.tv/fr/les-armes-un-mal-americain, page consultée le 5 octobre 2014

[6] Pacoud, Renaud, « Didier Combeau, Des Américains et des armes à feu. Violence et démocratie aux États-Unis», Saul Cornell, A well-regulated militia : the Founding Fathers and the origins of gun control in America, Transatlantica, 1 : 2008, En ligne, http://transatlantica.revues.org/4033, page consultée le 5 octobre 2014.

[7] Pew Research Center for the People and the Press, «Broad support for renewed background checks bill, skepticism about its chances», Pew Research Center, En ligne, http://www.people-press.org/2013/05/23/broad-support-for-renewed-background-checks-bill-skepticism-about-its-chances/, page consultée le 5 octobre 2014

[8] Bellesiles, Michael, «Arming America : the origins of a national gun culture», Alfred A. Knopf, New York : 2000. 444p.

[9] Desilver, Drew, «A minority of Americans own guns, but just how many is unclear», Pew Research Center, 4 juin 2013, En ligne, http://www.pewresearch.org/fact-tank/2013/06/04/a-minority-of-americans-own-guns-but-just-how-many-is-unclear/, page consultée le 6 octobre 2014

[10] D’après Rapport du Federal Bureau Investigation Source : U.S. Department of Justice, «A study of active shooter incidents in the United Sates between 2000 and 2013», 16 septembre 2013, En ligne, http://www.fbi.gov/news/stories/2014/september/fbi-releases-study-on-active-shooter-incidents/pdfs/a-study-of-active-shooter-incidents-in-the-u.s.-between-2000-and-2013., page consultée le 5 octobre 2014 ; «America Under the Gun. A special report on gun laws and the rise of mass shootings», Mother Jones, En ligne, http://www.motherjones.com/special-reports/2012/12/guns-in-america-mass-shootings, page consultée le 5 octobre 2014

[11]«Gun related homicides compared to other countries», Talking Points Memo, En ligne, http://talkingpointsmemo.com/livewire/chart-u-s-gun-related-homicides-compared-to-other-countries, page consultée le 5 octobre 2014

[12] Siebold, Steve, «Every teacher in America should have a gun», Site The Huffington Post, 22 août 2013, En ligne, http://www.huffingtonpost.com/steve-siebold/every-teacher-in-america-_b_3797752.html, page consultée le 5 octobre 2014

[13] Braman, Donald et Dan Kahan, « Overcoming the fear of guns, the fear of gun control and the fear of cultural politics : constructing a better gun debate », Emory Law Journal, vol. 55 n°4 : 2006, pp. 571-607

[14] L’État de New York est le premier à adopter une loi restrictive sur les armes à feu, en 1911 - la loi Sullivan - qui instaure permis d’acquisition, de détention et de port. Source : Combeau, Didier. « Les Américains et leurs armes », Droit indéniable ou maladie du corps social, Revue française d’études américaines, 2002/3 n°93, p. 95.

[15] Braman, Donald ; Kahan, Dan et Grimmelman, James. « Modeling Facts, Culture, and Cognition in the Gun Debate», Social Justice Research, Vol. 18, N° 3, September 2005, pp. 283-304

[16] The Economist, «Fewer owners, more guns», 19 mars 2014, En ligne, http://www.economist.com/blogs/-graphicdetail/2014/03/daily-chart-12, page consultée le 4 octobre 2014

[17] Pew Research Center, « Gun control », chap. in Politicial polarization in the American public, 12 juillet 2014, En ligne, http://www.people-press.org/files/2014/06/6-12-2014-Political-Polarization-Release.pdf, page consultée le 4 octobre 2014

[18]Pew Research Center, «Broad support for renewed background checks bill, skepticism about its chances», Dossier sur le site internet du Pew Research Center, En ligne, http://www.people-press.org/2013/05/23/broad-support-for-renewed-background-checks-bill-skepticism-about-its-chances/, page consultée le 5 octobre 2014; Liebelson, Dana, « Map : most Americans support background checks for all gun buyers», Mother Jones, 11 avril 2013, En ligne, http://www.motherjones.com/politics/2013-/04/map-states-that-support-background-checks, page consultée le 5 octobre 2014

[19] DiMaggio, Paul ; Evans, John et Bryson, Bethany, « Have American’s social attitudes become more polarized? », American Journal of Sociology, Vol. 102, n°3, novembre 1996, pp. 690-755

[20] The Economist, « Fewer owners, more guns », 19 mars 2014, En ligne, http://www.economist.com/blogs/graphicdetail/2014/03/daily-chart-12, page consultée le 6 octobre 2014

[21] NRA Institute for Legislative Action, «Grades and Endorsements», Political Victory Fund, En ligne, https://www.nrapvf.org/grades/, page consultée le 7 octobre 2014

[22] Le parti républicain est en effet en moyenne plus favorable à la cause de la NRA. Source : Enten, Harry, «Senate Forecast», FiveThirtyEight, En ligne, http://fivethirtyeight.com/interactives/senate-forecast/>, page consultée le 6 octobre 2014

[23] Lamonica, Gabe, «Grimes ad blasts away at Obama and McConnell», CNN, 15 septembre 2014, En ligne, http://www.cnn.com/2014/09/15/politics/grimes-shoot-ad-kentucky-mcconnell/, page consultée le 23 octobre 2014

[24] Quinn, Melissa, «Gun show : issue fades, but groups aim to influence midterm races», The Daily Signal, 13 octobre 2014, En ligne, http://dailysignal.com/2014/10/13/gun-show-issue-fades-but-groups-aim-to-influence-midterm-races/, page consultée le 23 octobre 2014.

Et si on ne connaissait pas la couleur du Sénat avant le 6 janvier 2015?

par Josselyn Guillarmou

Un projet pédagogique du cours POL8245 à l’UQAM

L’issue de ces midterms pourrait en effet s’avérer incertaine au soir du 4 novembre. Dans 48 États, c’est la règle du scrutin uninominal majoritaire à un tour, qui est appliquée. Pour ces derniers, le candidat ayant obtenu le plus de suffrages le 4 novembre, sera désigné vainqueur. Toutefois, pour deux courses — la Louisiane et la Géorgie — c’est la règle du scrutin majoritaire uninominal à deux tours qui s’applique (ce sont des runoff elections). Est élu au premier tour le candidat qui obtient la majorité absolue (soit plus de 50% des votes) ; sinon un deuxième tour est organisé entre les deux candidats arrivés en tête au premier tour. Ces deux courses sont majeures pour les Républicains : il pourrait s’agir du cinquième voire sixième siège nécessaire pour le GOP afin d’atteindre la majorité. Or, la bataille qui oppose la sénatrice-candidate Mary Landrieu (D) au Républicain Bill Cassidy (R) en Louisiane ne devrait se régler qu’au terme d’un second tour, qui serait organisé le 6 décembre. Il en va de même en Géorgie où la bataille est serrée entre le sénateur-candidat David Perdue (D) et Michelle Nunn (R). Le second tour attendrait, quant à lui, le 6 janvier 2015. Soit deux mois durant lesquels la couleur du Sénat resterait indéterminée.

Ébola, pandémie électorale

Une version antérieure de ce papier est parue dans Le Devoir du 20 octobre 2014.

Avec Outbreak en 1995 et Contagion en 2011, Hollywood a imaginé une crise sanitaire où les États-Unis, confrontés à une épidémie aux allures d’Ébola, sombreraient dans le chaos. À la veille des élections de mi-mandat du 4 novembre, dans l’hystérie médiatique amorcée par CNN et relayée par Fox News, la peur est devenue le carburant de la campagne. Alors qu’une deuxième personne a contracté la maladie en sol américain, et tandis que des écoles en Ohio et au Texas ont pour cette raison fermé pour plusieurs jours, la pandémie est désormais un enjeu électoral, instrumentalisé par les deux camps.

La méthode républicaine : le « président-improvisateur »

Les Républicains ont déjà tenté de placer Ébola dans une optique très « 11 septembre » : au Kansas, le républicain Pat Roberts s’est fait le chantre de l’interdiction des vols vers les États africains touchés par l’épidémie. Au New Hampshire, Scott Brown a invoqué Ébola pour accuser son adversaire démocrate de négliger la frontière méridionale du pays. Mais l’annonce, le 15 octobre, d’un deuxième cas de contamination aux États-Unis a mis le feu aux poudres : les Républicains ont les cartes en main pour jouer, comme ils le font depuis une décennie, sur cette caricature d’un parti démocrate incapable de rassurer et d’un président qui n’endosse pas l’uniforme de commandant en chef.
Il faut dire que le début du deuxième mandat d’Obama a été un chemin de croix pour la Maison-Blanche. Les hoquets du système informatique d’Obamacare, le scandale (de l’absence) des soins aux vétérans, l’afflux et la détention d’enfants migrants, la gestion approximative de la crise syrienne, la réponse hésitante à l’avancée de l’Organisation de l’État Islamique, l’incapacité des services secrets à prévenir les intrusions à la Maison-Blanche, ont ouvert la voie.

À la veille du scrutin, un des conseillers senior de Ted Cruz y est même allé d'une déclaration rapprochant Obamacare et Ebola. Et même si c'était pour déclarer, face au tollé dans les médias sociaux, qu'il s'agit d'une blague, le dommage était fait.

vu

Le tout est couronné par la publication des mémoires de Leon Panetta (ancien secrétaire à Défense) qui décrit un président réfractaire à la confrontation et incapable de saisir les opportunités. Dès lors, la rhétorique du « président-improvisateur » renforce l’image que le Grand Old Party cherche à imprimer à la campagne.

La stratégie démocrate : « Les Coupes. Républicaines. Tuent. »
En période électorale, les candidats du parti au pouvoir sont partiellement tributaires de l’image du président et savent qu’ils peuvent sombrer avec lui. Les Républicains l’ont appris à leurs dépens avec la gestion désastreuse de l’ouragan Katrina en août 2005 : le président G.W. Bush, alors en vacances, avait tardé à se rendre en zone sinistrée. Un an plus tard, le verdict des urnes avait été sans appel. Ces erreurs, Obama cherche à les éviter: il a annulé plusieurs évènements publics lorsque la crise a été son apogée; et il a annoncé, dans la foulée, la  nomination d’un conseiller spécial pour gérer cette crise sanitaire.
Dans un cycle électoral où les dépenses publicitaires pourraient atteindre, selon le Center for Public Integrity, un milliard de dollars, les Démocrates qui investissent beaucoup plus que les Républicains en publicité (dont 70% sont négatives), ont saisi l’occasion. Avec pour crédo l’impact des coupes budgétaires : celles qu’ont réclamées à grands cris les Républicains (particulièrement les Tea Partiers), et celles imposées par le système des coupes automatiques, négocié lors de l’impasse politique de l’été 2011.
Ainsi, le groupe Agenda Project (libéral) a produit une vidéo qui est diffusée là où les courses sénatoriales sont serrées (Kentucky, Caroline du Nord, Dakota du Sud, Iowa, Kansas).

En toile de fond, le directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases explique les conséquences désastreuses des coupes budgétaires sur la gestion d’une pandémie. À ses propos se superpose de manière itérative le mot « cut » (coupures), prononcé par des républicains connus (Sarah Palin, Michele Bachman, Paul Ryan), occupant des postes de haut niveau (John Boehner) ou des candidats potentiels pour 2016 (Chris Christie, Rick Perry, Marco Rubio). La séquence s’achève sur une déclaration de Sam Stein, directeur du National Institute of Health, affirmant que « n’eût été le déclin continu du financement public sur dix ans, il y aurait sans doute aujourd’hui un vaccin contre Ébola ». La vidéo s’arrête. Sur fond noir, trois mots : Republican. Cuts. Kill. (Les coupes. Républicaines. Tuent.)

Dans un climat d’anxiété sur lequel les partis tentent de surfer, l’électorat est volatile : au point de déclarer du même souffle dans un sondage du Washington Post qu’il est majoritairement insatisfait (à 76%) de la gestion d’Ébola par le gouvernement, mais confiant (62%) dans les capacités de cette administration à gérer une pandémie. Ce virus ne changera peut-être rien à la défaite démocrate annoncée. Mais son instrumentalisation pourrait altérer durablement la relation des électeurs à leurs institutions. Si les États-Unis sont loin d’une véritable crise pandémique, ils sont à deux doigts, par contre, d’une profonde crise de confiance.

Publicité de: The Conservative Treehouse
e

L'avortement au coeur d'une Amérique fracturée

par Zoé Barry, Sarah de Chevigny-Cohen
William Grenier-Chalifoux
avec la collaboration d’Élisabeth Vallet

Un projet pédagogique du cours POL8245 à l’UQAM

 f

Lors de chaque cycle électoral fédéral, les cartographes des grands médias traditionnels conçoivent des cartes montrant une Amérique fracturée: bleue sur ses côtes, rouge en son coeur. Cette représentation de deux Amériques, l'une libérale, l'autre conservatrice, serait le reflet d'une société profondément polarisée, où le centrisme aurait de moins en moins sa place.

1

Pour autant, ces cartes sont le reflet du mode de scrutin majoritaire uninominal à un tour (Winnter-Take-All) qui oblitère, le temps du vote, les nuances s'exprimant à l'intérieur des entités fédérées. Certains affirment donc plutôt que la polarisation idéologique du public serait moins intense qu'il n'y parait, et qu'il s'agirait en réalité d'un mythe, caricaturée en réalité par les élites au Congrès, les campagnes électorales, et l'irruption des chaînes câblées éditoriales.

Et de fait, si le cartographe représente non plus le résultat transformé par le mode de scrutin mais celui exprimé par comtés (circonscriptions électorales locales) la carte est plus bigarrée:

22

L'Amérique n'est plus bicolore, mais violette:

carte2

Preuve en est, disent les partisans d'une Amérique-pas-si-polarisée, le fait que les votes démocrates et républicains se partagent assez également l'électorat politisé, tandis que le nombre d'indécis-indépendants ne cessent d'augmenter:

4

 

Source: D’après John F. Bibby (2003). « Republican and Democratic Percentages of the Popular Vote for President, 1896-2000 », dans Politics, Parties, and Elections in America, Fifth Edition, Belmont, Thomson Wadsworth, p. 55; Stephen Wayne (2008), The Politics of Presidential Elections, Wadsworth, p.74. 

Cela ne veut pas dire pour autant qu'il n'y pas d'enjeu polarisant. Si le mariage gay en paraît plus autant s'inscrire dans cette logique, l'avortement demeure par contre un véritable champ de bataille, celui des guerres culturelles, où les femmes sont les premières victimes, et où les politiciens tentent de l'instrumentaliser à leur profit.

En effet, entre mesures de restriction et fermetures en masse de cliniques[1], le Sud et le Mid-Ouest des États-Unis semblent bien partis en guerre contre l’avortement. De fait, plus de 50% des habitants de ces régions pensent que l’avortement devrait être illégal, contre 20% en Nouvelle-Angleterre[2]. Plus qu’une polarisation géographique, l’avortement révèle également une division partisane, aujourd’hui manifeste. Quand les Républicains brandissent l’importance des valeurs morales traditionnelles, les Démocrates se font quant à eux les défenseurs des droits reproductifs et sexuels des femmes. Enjeu politique donc, mais aussi moral, l’avortement cristallise et s’apparente presque à une impasse sociétale.

La décision de la Cour suprême Roe V. Wade en 1973 a littéralement changé le cours de la vie politique aux États-Unis. Elle a représenté, pour les conservateurs moraux, une raison centrale d’investissement dans la vie politique, une véritable croisade qui a mobilisé des groupes qui n’avaient jusque-là pas tous choisi cette voie-là.

De Roe v. Wade à Casey : l'encadrement jurisprudentiel de la règlementation du droit à l'avortement par les États

En 1973, la Cour suprême a accepté d’entendre une affaire portant sur une loi texane qui rendait l’avortement illégal, sauf si la santé de la mère était en danger. Dès lors, la Cour suprême devait déterminer si la Constitution prévoyait le droit de mettre un terme à la grossesse. Par un vote de 7 contre 2, la Cour suprême a déclaré inconstitutionnelle la loi en se basant sur le droit à la vie privée (Roe v. Wade [1973]). Si la Constitution ne prévoit pas explicitement de droit à la vie privée, la jurisprudence de la Cour suprême reconnaît l’existence de « zones d’intimité » (Griswold v. Connecticut [1969), s’étendant au mariage, à la contraception, aux relations familiales et enfin, à la maternité. Et la décision ne s’arrête pas là : reconnaissant le droit à l’avortement comme fondamental, la Cour déclare que l’État ne peut le restreindre que s’il a un intérêt certain et légitime à protéger la santé de la mère, voire de l’enfant à naître. Afin de définir la marge de manœuvre dont disposeront les États en matière d’avortement, le Juge Blackmun a ainsi établi un schéma tripartite, divisant les neuf mois de la grossesse en trois périodes :

avrot

Ne faisant pas l’unanimité, la décision Roe v. Wade a rapidement été mise à l’épreuve. Dans Planned Parenthood of Southeastern Pennsylvania v. Casey [1992], la Cour suprême a assoupli les critères permettant de déterminer si une mesure de réglementation de l’avortement est constitutionnelle ou non. Autrefois rigide, exigeant un intérêt certain et irréfutable, la Cour suprême a estimé que désormais, seules les mesures imposant un fardeau excessif au droit à l’avortement seront déclarées inconstitutionnelles. Si les opposants à l’avortement se sont réjouis de la marge de manœuvre conférée aux États par cette décision, Casey a tout de même consacré le statut de précédent de la Roe v. Wade.

Source : « A Key Abortion Rulings of the US Supreme Court », Pew Research Center, 16 janvier 2013, http://www.pewforum.org/2013/01/16/a-history-of-key-abortion-rulings-of-the-us-supreme-court/, page consultée le 12 octobre 2014

La décision Roe v. Wade n'a pas réellement fait changer les Républicains de camp. Mais dans la foulée de cet échec, les Républicains se sont tournés vers une autre stratégie : au lieu d’interdire l’avortement, il s’agissait désormais pour les Républicains de réduire au maximum le recours à l’interruption de grossesse, notamment par le biais du planning familial. Cependant, c’est à partir de Ronald Reagan que la position des Républicains s’est à nouveau durcie. Et les positions du président vont servir par la suite de base pour le parti républicain et le mouvement pro-life dans leur lutte contre l’interruption de grossesse[3].

 Depuis les années 90, la stratégie des États qui s’y oppose est de multiplier les normes et les contraintes : en plus d’interdire l’avortement au-delà d’une certaine durée, les États imposent aux hôpitaux et aux cliniques des conditions de plus en plus contraignantes pour pouvoir pratiquer l’avortement. Licences, matériel sophistiqué et standards rehaussés, toutes ces exigences coûteuses rendent la pratique de l’avortement difficile pour les cliniques aux moyens limités. Ainsi en raison de ces lois « TRAP» (Targeted Regulation of Abortion Providers)[4], les cliniques ne pouvant pas s’adapter aux nouvelles normes doivent, soit envoyer leurs patientes à l’hôpital le plus proche moyennant des frais supplémentaires, soit fermer leurs portes.

Le Texas et la restriction de l’accès à l’avortement

Le Texas en est un exemple probant. En 2011, 93% des comtés de l’État du Texas n’avaient pas de clinique d’avortement. En octobre 2014, cet État a d’ailleurs créé la panique quand, en une nuit, il a décidé de fermer treize de ses cliniques, pour n’en garder que huit ouvertes. Si la décision a été par la suite invalidée par la Cour suprême, il n’en reste pas moins que l’accès à l’avortement pour les femmes texanes est un véritable parcours du combattant. Une femme habitant à El Paso devrait en effet parcourir 922 kilomètres pour se faire avorter à Austin. En 40 ans, il n’a jamais été aussi difficile de recourir à l’avortement pour les femmes du Sud et du Mid-Ouest.

 

Répartition géographique des cliniques d’avortement restantes aux États-Unis
avvv

Légende : Chaque point mauve représente une clinique d’avortement.
Source : Keller, Michael et Allison Yarrow, «The Geography of Abortion Access», The Daily Beast, 22 janvier 2013, En ligne,  www.thedailybeast.com/articles/2013/01/22/the-geography-of-abortion-access.html

En 1992, les Républicains se sont donnés pour objectif de « restaurer la grandeur de l’Amérique » à travers la défense des valeurs morales traditionnelles[1]. Or environ 2/3 des Républicains se disent contre l’avortement, alors que la même proportion de Démocrates y est favorable[2]. L’avortement est donc devenu un enjeu politique, porteur en période d’élections. Quand, en 2010, les Républicains ont gagné la majorité à la Chambre des représentants, le Planning Familial a été vivement critiqué pour pratiquer l’avortement alors qu’il bénéficie de financements publics, un débat relancé ensuite avec Obamacare[3].

Mais là encore, des différences entre États du Sud et du Midwest et États côtiers sont perceptibles. En effet, que ce soit sur le plan moral ou légal, la polarisation géographique provoquée par l’avortement est flagrante. Deux extrêmes s’affrontent : d’un côté, le Sud central et le Mid-Ouest, profondément opposés à l’avortement et d’un autre, les États de la Nouvelle-Angleterre et de la côte Pacifique, leurs contraires. Déjà marquée il y a vingt ans, la polarisation géographique est aujourd’hui encore plus accentuée.

 Opposition croissante à la légalité de l'avortement

j

Source : Pew Research Center, http://www.people-press.org/2013/07/29/widening-regional-divide-over-abortion-laws/3-wide-regional-differences-in-attitudes-about-abortion/

Au-delà des sondages, cette polarisation grandissante se constate aussi dans les faits. En 2013, 22 États, pour la plupart dans le Sud et le Mid-Ouest, ont adopté 70 restrictions à l’avortement, un nombre considérable quand on sait qu’en quatre ans, entre 2011 et 2013, 210 mesures ont été adoptées en ce sens, soit plus qu’au cours de la décennie précédente (189, entre 2001 et 2011[8]).

 Répartition géographique des États les plus hostiles à l'avortement

b

Favorable : 0-1 mesure de restriction; Entre les deux : 2-3 mesures de restrictions;
Hostile : 4+ mesures de restriction.
Source : «A wave of restriction», Guttmacher Institute

Début 2014, le Comité national républicain a encouragé tous les Républicains pro-life à sortir du silence pour affronter les Démocrates sur la question de l’avortement[9]. En effet, ces derniers ont accusé les Républicains de mener une guerre contre les femmes («War on Women»). Les Républicains défendent désormais fièrement le droit à la vie de tous les Américains, dont les enfants à naître, susceptibles d’être victimes de l’avortement. Ce discours stratégique est justifié quand on sait que la majorité des électeurs vote en prenant en compte la position des candidats sur l’avortement[10].

Pour aller plus loin:

Gagnon, Frédérick, «Quelle guerre culturelle», Études internationales, Vol. 40, no 3, septembre 2009, p. 396

 


[1] Deprez, Esmé, «Abortion Clinics Close at Record Pace After States Tighgten Rules», Bloomberg, 3 septembre 2013, En ligne,  www.bloomberg.com/news/2013-09-03/abortion-clinics-close-at-record-pace-after-states-tighten-rules.html, page consultée le 12 octobre 2014

[2]«Growing Opposition to Abortion in the South» in «Widening Regional Divide over Abortion Laws», Pew Research Center, 29 juillet 2013, En ligne,  www.people-press.org/2013/07/29/widening-regional-divide-over-abortion-laws/, page consulté le 12 octobre 2014

[3] Joffe, Carole, «Roe v. Wade and Beyond: Forty Years of Legal Abortion in the United States», Dissent Magazine, Hiver 2013, En ligne, www.dissentmagazine.org/article/roe-v-wade-and-beyond-forty-years-of-legal-abortion-in-the-united-states, page consulté le 12 octobre 2014

[4] «Targeted Regulation of Abortion Providers (TRAP): Avoiding the TRAP», Center for Reproductive Rights, 7 janvier 2011, En ligne, reproductiverights.org/en/document/targeted-regulation-of-abortion-providers-trap-avoiding-the-trap, page consulté le 12 octobre 2014

[5] Fossett, Katelyn, «Abortion Sucked Into the Polarization Vortex», Washington Monthly, 7 août 2014, En ligne, www.washingtonmonthly-.com/ten-miles-square/2013/08/abortion_sucked_into_the_polar046261.php, page consultée le 12 octobre 2014

[6] Ferdous Al-Faruque, «Poll: US increasingly polarized on abortion», The Hill, 23 mai 2014, En ligne,  thehill.com/policy/healthcare/207080-poll-us-increasingly-polarized-on-abortion, page consultée le 12 octobre 2014

[7] Leigh Ann Caldwell, «Abortion: a polarizing, emotional debate 41 years after court ruling», CNN Politics,  22 janvier 2014, En ligne, www.cnn.com/2014/01/22/politics/abortion/, page consultée le 12 octobre 2014

[8]Lipka, Michael, «5 Facts about Abortion», Pew Research Center, 22 janvier 2014, En ligne,  www.pewresearch.org/fact-tank/2014/01/22/5-facts-about-abortion/, page consultée le 12 octobre 2014

[9] Hamby, Peter, «First on CNN: GOP urges candidates to stand ground on abortion», CNN Politics, 21 janvier 2014, En ligne, politicalticker.blogs.cnn.com/2014/01/21/first-on-cnn-gop-urges-candidates-to-stand-ground-on-abortion/?hpt=po_c2, page consultée le 12 octobre 2014

[10] Saad, Lydia, «Abortion is Threshold Issue for One in Six U.S. Voters», GALLUP, 4 octobre 2012 En ligne, www.gallup.com/poll/157886/abortion-threshold-issue-one-six-voters.aspx, page consultée le 12 octobre 2014

Le mariage entre personnes de même sexe: la fin d'un enjeu électoral?

par Vincent D'Amours
avec la collaboration d'Élisabeth Vallet

Un projet pédagogique du cours POL8245 à l'UQAM

Au cours de la campagne pour la réélection de George W. Bush, en 2004, et deux ans plus tard en 2006, la question du mariage gay a littéralement été instrumentalisée pour « faire sortir le vote » conservateur et évangélique. Des campagnes publicitaires aux questions référendaires, les Républicains avaient efficacement mobilisé leur base électorale autour du mariage homosexuel. Pour autant le procédé pourrait avoir vécu : la base électorale opposée au mariage gai s’affaiblit constamment.

gay11ii

La prise de position de Barack Obama en faveur du mariage gay en 2012 et la décision de la Cour suprême en 2014 semblent attester d’une évolution dans la société américaine qui se traduit par une évolution législative importante, tandis que le nombre d’États autorisant le mariage entre personnes de même sexe va croissant.

cartegay leg

Source: http://commons.wikimedia.org/wiki/File%3ASamesex_marriage_in_USA.svg

Preuve en est, ce 4 novembre 2014, l'essentiel des questions référendaires portent sur l'avortement, le port d'armes, les loteries ou le piégeage d'ours... mais pas le mariage entre personnes de même sexe.

D'après :Vallet, Élisabeth et David Grondin, « Les élections présidentielles américaines », L’influence des partis politiques dans une ère post-partisane conservatrice, Presses de l’Universités du Québec,  2004, p.114-115; Public Religion Research Institute, « A Shifting Landscape : A Decade of Change in American Attitudes about the Same-Sex Marriage and LGBT Issues », En ligne, http://publicreligion.org/research/2014/02-/2014-lgbt-survey/, page consultée le 14 octobre; Kiley, Jocelyn, « 615 of young Republicans favor same-sex marriage », Pew Research Center, En ligne, http://www.pewresearch.org/fact-tank/2014/03/10/61-of-young-republicans-favor-same-sex-marriage/, page consultée le 14 octobre. 

 

Des enfants et des armes

 

enhanced-11933-1414079155-5

À l’école secondaire de Broken Bow, une petite ville de 3500 habitants du Nebraska, il est interdit aux finissants de porter chapeaux et accessoires dans leur photo scolaire. Mais le conseil d’établissement a unanimement accepté que les étudiants, cette année, y posent avec leurs armes.

 Les Etats-Unis sont en effet un pays où il est parfois plus aisé d’acquérir une arme à feu d’un particulier, que d’obtenir en pharmacie un médicament utilisé pour le rhume, comme le Sudafed. Il n’est pas non plus très compliqué d’acquérir des armes à feu d’un distributeur, qu’il s’agisse d’expositions temporaires (Gun Show) voire de grands supermarchés.

Black Friday Sales – 23 au 25 novembre 2012
À gauche, un fusil à air comprimé en vente à 64$,
et à droite, un coffre sécurisé pour ranger les armes à feu en vente à partir de 149$
.

Sans titre1

 Pages 4 et 5 du dépliant R1-75, Palm Desert Ca – photographie : Élisabeth Vallet

 Le rapport que les Américains établissent entre les armes et leurs enfants s’inscrit dans une logique similaire.

De fait, dans la plupart des stands de tirs aux Etats-Unis, un enfant peut y pratiquer le tir à compter de l’âge de 8 ans en présence d’un adulte. Y compris avec des armes automatiques – comme en témoigne la mort de l’instructeur Charles Vacca, lundi 25 août, au stand Bullets and Burgers en Arizona, tué par les balles d’un pistolet-mitrailleur Uzi manié par une petite fille de 9 ans.

Sans titre2

En réalité, il existe un véritable marché du vrai-fusil-jouet : une compagnie de Pennsylvanie « Keystone Sporting Arms » commercialise, sous la marque Crickett près de 100 000 carabines pour enfant, roses, bleues ou colorées.

Ainsi, dès le plus jeune âge, les Américains sont désensibilisés à la question des armes à feu. Un enjeu de taille à l’occasion des élections de mi-mandat puisqu’il 300 millions d’armes à feu sont en circulation aux Etats-Unis.

My First Rifle, par An-Sofie Kesteylen
2013. World Press Photo

Sans titre3

Or paradoxalement, la multiplication des tueries de masse aux Etats-Unis (et une accélération depuis trois ans, à raison tous les deux mois en moyenne), particulièrement en milieu scolaire a conduit certains États à autoriser que des armes puissent être portées par les enseignants ou l’équipe administrative dans l’enceinte scolaire – parfois sans même devoir la déclarer. La logique étant que pour mieux se défendre contre un tireur fou, il faut être soi-même armé.

Cela vient servir les intérêts du puissant lobby des armes, la National Rifle Association. La NRA tente en effet de faire passer des lois plus permissives un peu partout aux Etats-Unis, arguant du fait que le port d’armes est un droit constitutionnel (2e amendement). Pour ce faire, elle dépense plusieurs millions de dollars dans des courses où les adversaires de sa cause sont susceptibles d’être élus.

Dans le cycle électoral actuel, elle a pour l’instant dépensé 14 millions contre des candidats démocrates, 21 millions pour des candidats républicains et a investi beaucoup des sommes importantes dans la course très compétitive du Kentucky par exemple, pour aider le républicain, Mitch McConnell – leader de la minorité au Sénat – à conserver son poste. Ce lobby tente également de faire avancer les élus qui lui sont favorables notamment en établissant des cartes de scores (de A+ à un élu qui s’affiche pro-armes et pousse des projets de lois qui vont dans ce sens, à F pour ceux qui s’y opposent, ouvertement et dans l’hémicycle), pour « informer » les électeurs.

Toutefois, devant la multiplication des tueries de masse - 2,75 en moyenne par an- et l’inaction politique, certains groupes tentent de nager à contre-courant et de faire adopter des lois plus restrictives.

À la suite des événements dans l’école primaire de Sandy Hook (où 20 enfants et 6 adultes sont décédés en décembre 2012), un groupe de pression a été mis en place, Moms Demand Action, pour faire influencer les élus, promouvoir le contrôle des armes à feu et contrer le travail de la NRA.

Publicité “Oeuf Kinder ou Arme à feu?”, Moms Demand Action

Sans titre4

Note: les oeufs Kinder sont interdits depuis 1938 aux Etats-Unis (en raison du risque d’ingestion des petits jouets qui sont à l’intérieur). Franchir la frontière avec l’un d’eux peut finir avec une amende salée .

Alors que les Etats-Unis viennent de connaître, avec la tuerie de Seattle il y a quelques jours, leur 87e incident impliquant des armes à feu en milieu scolaire (ce qui n'inclut pas seulement les tueries de masse) depuis 2 ans seulement, les choses ont peu évolué. L’inertie des législateurs demeure. Et les enfants continuent d’être parmi les premières victimes de cette léthargie.

Saviez-vous que?

Lorsque un touriste québécois se rend au Vermont pour acheter de la bière, faire du magasinage ou se promener, il entre en fait dans un des États les plus permissifs en termes d’armes à feu aux États-Unis. Nul besoin de permis pour en porter une, masquée ou à découvert – à l’exception des écoles et tribunaux et à la condition qu’elle ne soit pas équipée d’un silencieux. Cela inclut les fusils d’assaut – malgré une tentative du conseil municipal de Burlington d’éradiquer ces derniers du territoire de la municipalité.

 

 

Hollywoodistan? La campagne médiatique de recrutement de l'ÉI

Grenier_C_William2013_web

par William Grenier-Chalifoux
Chercheur- Observatoire de géopolitique
UQAM

 

La branche médiatique de l'État islamique (EI) a mis en marche une redoutable stratégie de communication à l'échelle mondiale visant à recruter des combattants étrangers. C'est par l'entremise de production médiatique de grande envergure, comme le dernier film «Flames of War : The fight has just begun», que le groupe tente de rallier à sa cause les jeunesses occidentales.

 

Plus de 15,000 combattants provenant de 80 nations auraient rejoint la Syrie afin de combattre le régime de Bashar al-Assad. Provenant principalement de l'Arabie-Saoudite, de la Jordanie, de la Tunisie et du Maroc, mais aussi de pays occidentaux tels que la France, l’Angleterre, l'Allemagne et les États-Unis, les combattants étrangers rejoindraient pour la plupart des sous-unités de l'État islamique.

enablers-w1-2Un régiment d'infanterie recruté dans 80 pays - The Washington Post

Si des dizaines de vidéos de recrutement ont été mises en ligne par l'EI depuis quelques mois, Flames of war : The fight has just begun détonne par la qualité de sa production. La vidéo comprend des superralentis de djihadistes au combat ainsi que des explosions de véhicules américains filmés à partir de multiples caméras, le tout en qualité HD. Des effets visuels similaires à ceux des jeux vidéos et films d'action rajoutent au caractère «hollywoodien» du film.

Certaines scènes sont présentées en mode first person shooter , un sous-genre de jeu vidéo très populaires chez les jeunes où le joueur voit l'action à travers les yeux du protagoniste. Certaines images sont d'ailleurs directement tirées de jeux vidéos de guerre tels que Call of Duty :

ecran2

L'exploitation de ce registre culturel ainsi que l'utilisation de l'anglais dans les vidéos semblent spécifiquement conçues pour faire appel aux jeunes recrues potentielles du monde occidental. En rupture avec l'image archaïque de groupes tels qu'Al Qaeda, l'EI propose une image moderne et rafraichissante à laquelle les musulmans occidentaux peuvent facilement s'identifier.

Les contenus vidéos de l'EI sont pour la plupart produits et diffusés par le Al Hayat Media Center, une entreprise moderne mise sur pied par l'EI en mai dernier et employant des professionnels du marketing.

Le Département d'État américain s'est lui aussi engagé dans une guerre de propagande sur les réseaux sociaux. Le projet ''Think Again, Turn Away'', visant à dissuader les ressortissants américains à joindre les rangs de l’EI, a son propre compte Twitter, son blogue Tumblr, sa page Facebook et sa chaîne YouTube.

Lancée en décembre 2013 par le Center for Strategic Counterterrorism Communications (CSCC), la campagne vise essentiellement à alimenter une guerre idéologique contre les djihadistes. La stratégie du CSCC consiste à publier de courts et percutants messages, parfois accompagnés d'images saisissantes ou d'articles de médias américains traitant de la menace djihadiste. Des communiqués du type «#ISIS not about Islam, only terror», «Girls marry jihadis, frequently widowed» ou bien «Grand theft innocence» en sont de bons exemples :

ecran4ecran3 Dans la même optique, une vidéo publiée par le CSCC intitulée «Welcome to Islamic State Land» montre des scènes de crucifixion, de décapitation et d'attentats suicides, encore une fois dans le but de dissuader les ressortissants américains à joindre les rangs de l'EI.

Si les vidéos de recrutement mis en ligne par l'EI ne peuvent expliquer à elles seules le flot de combattants occidentaux vers la Syrie, il n'en demeure pas moins que leur stratégie de communication innove en ce qu'elle est parfaitement adaptée à un jeune public international ayant grandi loin de la guerre. Si le combat semble attirer ces milliers de jeunes vers la Syrie, leur retour à la maison reste empreint d'incertitude. C'est que les séquelles physiques et psychologiques seront cette fois bien réelles, et non virtuelles.

NDR: William Grenier-Chalifoux a, à la suite de ce billet, été interviewé par Franco Nuovo à l'émission Dessine-moi un dimanche : "Quand les mouvements terroristes recrutent de jeunes Occidentaux" | Dessine-moi un dimanche - Pour écouter: http://ici.radio-canada.ca/emissions/dessine_moi_un_dimanche/2014-2015/chronique.asp?idChronique=353242

La soif du Sud - un drame californien

Le climat est sec en Californie cette année. Très sec.

Bw0HutaIEAEKMA7.jpg-large

Au point où, après 13 mois d’une sécheresse sans précédent, les récoltes sont à certains endroits en péril, où certaines propriétés agricoles retournent en jachère, et l’eau est rationnée.

20140304_ca_trd-638x501

 

 

 

 

 

 

Les images tournées par l'équipe d'AC360 sur CNN sont d'ailleurs assez claires, ajoutant au pompage excessif des eaux souterraines, le risque accru de tremblements de terre :

Pourtant, explique le magazine Mother Jones, certaines marques, comme Aquafina et Dasani, ou Crystal Geyser et ArrowHead embouteillent leur eau en Californie, en pleine zone de sécheresse.

Final-CA-bottling-map_2

 

Même si les proportions d’eau ainsi pompées n’ont rien à voir avec les niveaux d’Eau utilisés pour l’irrigation (80% des ressources de l’État – conformémement à la moyenne du pays), le paradoxe méritait d’être soulevé.

La Californie fait partie de ces États dont le système de régulation de l’usage des nappes aquifères est plutôt laxe et tolère que lorsqu’une entreprise fore et trouve de l’eau, ce qui est ainsi pompé lui appartient.

Final-US-bottling-map_4 

Le droit de l’eau aux États-Unis

En-dehors de la legislation fédérale (Clean Water Act, Water Safe drinking Act), il y a trois grandes familles de droit de l’eau aux États-Unis:

  • Appropriative rights : le droit de “l’Appropriation”, en vertu duquel le premier à s’approprier une ressource en eau en devient le propriétaire légal
  • Traditional riparian rights: l’eau appartient à une “piscine commune”, disponible pour toute personne capable d’y accéder
  • Regulated riparianism: l’eau est propriété publique, gérée par le gouvernement local ou régional

D'après: P. GLEICK, Water: The Potential Consequences of Climate Variability and Change for the Water Resources of the United States – The Report of the Water Sector Assessment Team of the National Assessment of the Potential Consequences of Climate Variability and Change for the U.S. Global Change Research Program, September 2000, p.120.

 

Dead Line. 150 ans pour le camp confédéré de Andersonville en Géorgie

9782723489461-L

Pour les besoins de l’émission Plus on est de fous plus on lit, j’ai eu à lire la BD Deadline, un western graphique à mi-chemin entre Brokeback Moutain et Django Unchained avec des inflexions à travers le anti-héros, Louis, du lieutenant Blueberry.

L’histoire commence à la fin de la guerre de sécession et se termine en 1901. Le titre, « Deadline », fait référence en fait à la « dead line » (en deux mots) ou la « dead fence » comme on l’appelait dans les camps du Nord, du camp de Andersonville en Géorgie. Dans ce camp de prisonniers créé en février 1964 (il y a donc 150 ans), 45 000 prisonniers nordistes ont été incarcérés dans des conditions inhumaines.

deadline_image1

La « dead line » est cette clôture appelée limite de la mort qui marque le no man’s land entre l'espace où les prisonniers avaient le droit de se déplacer et la véritable clôture du camp où les prisonniers ne po,uvaient aller sous peine de se faire tirer dessus par les gardes perchés dans des miradors.

11img1bl

Alors qu’il était conçu pour héberger 10 000 personnes, il y en a eu jusqu’à 32 000, blessés, affamés, exposés aux maladies et contraints de boire de l’eau contaminée. En son sein, un groupe de prisonniers, les Raidiers, ajoute à la tragédie en organisant l'extorsion d'autres détenus: mais six d'entre eux, poursuivis par un groupe (les Regulators) constitué pour les punir, seront pendus en juillet 1864.

Andersonville est donc un camp de concentration, le plus meurtrier de la guerre civile puisque 13000 personnes y sont mortes, soit 40% des prisonniers de guerre de l’Union.

800px-Andersonvillesurvivor

Et contrairement au mythe véhiculé par les Confédérés, les prisonniers n’étaient pas mieux traités dans le Sud (voire, en l’occurrence, moins bien) qu’ils ne l’étaient au Nord.

À lire : Mark E. Neely, Jr. Southern Rights: Political Prisoners and the Myth of Confederate Constitutionalism. Charlottesville: University Press of Virginia, 1999. ISBN 978-0-8139-1894-5.

11map1lo

Débordée? Je suis un hamster...

Je suis un hamster. En train de courir comme une dératée dans une roue.

Version allégée, puisqu'on me l'a demandé, d'un billet presque sérieux sur un sujet très sérieux (lien). À l'occasion d'une chronique pour l'émission de Radio-Canada, Plus on est de fous plus on lit, j'ai eu à lire un livre traitant de la conciliation travail-famille aux États-Unis: Overwhelmed - Work, Love and PLay When No One Has the Time, de Brigid Schulte. Vous l'aurez compris, il s'agit d'une chronique légère sur un sujet qui en est un très sérieux aux États-Unis. En effet, dans un rapport paru au cours de l'automne 2013, l'organisme Child Care Aware affirme que, dans 31 des 50 États américains, le coût d'une garderie est plus élevé que celui des premières années d'université. Et c'est, ajoute le Pew Research Center, ce qui expliquerait, crise aidant, le fait que 29% des mères américaines demeurent désormais à la maison. Pour celles qui restent sur le marché du travail, il faut composer avec des conditions de travail parfois difficiles (congés payés non encadrés, prestations sociales variables, temps maximal travaillé par semaine non défini etc...). Ce qui mène donc un certain nombre d'auteur(e)s à écrire sur le sujet.

Voici donc le texte que j'ai rédigé en lisant le livre qui m'avait été proposé...

Le constat à l’issue de cette lecture est simple :

Je suis un hamster. En train de courir comme une dératée dans une roue. Et le constat que fait Brigid Schulte, je le fais mien.

Je m’explique : j’ai commencé à lire ce livre en préparant le souper (un filet de porc à la bière, mais avec des légumes verts et une soupe parce que junior ne mange pas assez de fruits et de légumes). Je l’ai posé (le livre) pour aller chercher Fiston à l’école, manger ensemble à table, le coller dans le bain, préparer les vêtements du lendemain (et constater que cet enfant n’a plus un seul pantalon-pas-de-trou-aux-genoux), faire les devoirs (en utilisant les méthodes de mémoire kinesthésique qui fonctionnent bien avec lui), lire l’histoire du soir, faire la vaisselle, retourner voir fiston une fois (il avait soif), deux fois (il avait froid), trois fois (il avait une question, qui a gagné la coupe Stanley l’année où il est né – j’en sais quoooooooi moiiiiiiii). J’ai continué ma lecture au fond de mon lit, à minuit, après avoir relu un texte que je devais corriger de toute urgence et rédigé une lettre de recommandation que j’avais com-plé-te-ment oubliée.

Avec ma lampe de camping sur le front pour ne réveiller personne, je me suis endormie sur le chapitre sur la maternité intensive. J’ai lu la suite le lendemain matin à 5h, lorsque je me suis réveillée parce que j’avais oublié de mettre une collation dans le sac à lunch de junior et que j’avais omis de renvoyer ce fameux texte en anglais que j’avais choisi d’enterrer ignorant les rappels incessants de l’éditeur.

 En lisant le chapitre 4, j’ai fait le synopsis de mon prochain livre et ma liste de course pour le brunch de Pâques. En lisant le chapitre 5, j’ai découpé une recette de jambon effiloché dans la Presse (d’ailleurs si quelqu’un l’a déjà essayée ça m’arrangerait car je n’aurais pas le temps de la tester avant pâques et mes cobayes en ont marre de manger des trucs indigestes). Et, bien évidemment, j’ai alors refait ma liste de courses.

Et j’ai pu finir le livre parce que j’ai interverti deux meetings sur mon agenda, et qu’après m’être excusée mille fois auprès des personnes que j’ai laissées en plan, j’ai enfin eu deux heures devant moi. J’ai donc pu rédiger mes notes en me demandant ce que j’ai bien pu oublier de faire – en-dehors du chapitre que je dois à un collègue dans 30 jours, des épreuves qui doivent atterrir sur mon bureau dans une semaine, et du compte-rendu de table-ronde qui était dû pour avant-hier.

 Voilà ce que Brigid Schulte appelle du « temps contaminé », qui fait que sous l’empire du multitasking, on finit par tout faire et ne rien faire en même temps. Où les fonctions se superposent et les tâches s’entremêlent sans qu’on n’ait plus de véritable pause entre chacune. 90% d’entre nous, parents canadiens, faisons preuve selon une étude que cite l’auteure, d’un certain état de débordement ou d’un débordement certain.

Donc ce livre m’a appris que je suis une victime. Victime de cette épidémie culturelle dont parle Brigid Schulte, celle du manque de temps. Nous sommes tous pris dans cette spirale infernale mais, explique-t-elle, en se basant sur des entrevues avec des neurologues, des sociologues, des coachs de vie, les femmes le sont un peu plus que les hommes. Les mères un peu plus que les autres.

Il est intéressant de savoir que Schulte a fait ce livre presque par accident. Elle s’était retrouvée sur un comité qui devait se pencher sur le déclin du lectorat féminin du Washington Post pour lequel elle travaille. Comité qui conclut naturellement (il n’y a que des femmes qui y siègent alors) que les femmes sont juste trop occupées pour lire le Post. Mais bon, il fallait transformer cette intuition en enquête journalistique et l’appuyer sur des données réelles et tangibles. C’est ainsi qu’elle s’est mise à travailler sur le sujet.

Elle a donc commencé en googlant « occupé, femmes, temps » : elle tombe alors sur un sociologue spécialisé sur l’emploi du temps. C’est John Robinson, dont on doit souligner d’entrée de jeu et de manière peut-être déloyale (mais justifiée), qu’il s’agit d’un homme. Donc Robinson, du haut de sa grande sagesse, explique à Brigid que cette sensation d’être débordée, overwhelmed, finalement n’est qu’un construit social : on le dit donc on s’en convainc. Ou autrement dit : c’esttoiquiladis-cesttoiquihiyest. Et d’ajouter Robinson : c’est parce qu’on ne se rend pas compte de toooooooooooout le temps libre que l’on a dans une journée. Dans une semaine. Jusqu’à 40 heures de temps libre par semaine, oui.

Comment comptabilise-t-il cela ? Exemple d’une matinée ordinaire.

  • 10 minutes à attendre devant la porte en essayant de ne pas s’énerver tandis que Junior tente vainement de mettre sa botte gauche et alors-qu’il-braille-sa-vie-parce-que-ce-matin-justement-il-veut-mettre-les-mitaines-rouges-qui-sont-raides-de-crasse-trempées-et-au-lavage ? Ces 10 minutes là ? Du temps de loisir.
  • 5 minutes à attendre l’ascenseur au travail parce qu’il n’y en a qu’un qui fonctionne ce jour là et finalement prendre l’escalier pour ne pas arriver en retard avec l’ordinateur et 15 livres sur le dos ? 10 minutes de temps libre.
  • 5 minutes dans la ligne pour aller-s’acheter-un-café-et-renoncer, puis 5 minutes devant l’imprimante pendant qu’elle daigne se réveiller ? 10 minutes de bon-heur.

Bref, il n’est même pas 9h et on a déjà eu 30 minutes. UNE DE-MI-HEU-RE. De loisir. Bande de fainéants de quoi vous plaignez vous !!!! Cessez de vous sentir opprimés et profitez.

Schulte fait également référence à Ann Burnett (historienne de l’université de North Dakota State) qui étudie le « busyness », jeu de mots entre le business et le fait d’être busy, débordé. Bref, l’industrie du débordement. Et oui, on est toujours prompte à rire de « Madame parfaite » qui vient en semaine au parc avec sa mallette et son tailleur haute couture pour promener Choupette après son travail. Qui revient en fin de semaine au parc en joggant dans un pantalon seyant et tendance et fait son yoga avec Petite-Poulette car chaque moment est précieux. Ce sont les « bragging rights » qui vont avec le « busyness ». En d’autres termes, il est de bon ton de se vanter d’être débordée – ça prouve que l’on existe, et que l’on peut tout faire. SI je suis occupée-je suis quelqu’un. Et pas n’importe qui. Quelqu’un qui ré-us-sit.

J'ai arrêté de rire le jour où je suis arrivée à un conseil d’école en retard en sortant d’un panel où je faisais office de président et que j’en suis repartie avant la fin pour me rendre à une réunion de préparation d’un colloque qui se déroulait le lendemain, tout en ayant vérifié au préalable avec la gardienne si elle pouvait rester plus longtemps avec Junior parce que j’allais finir plus tard que prévu. En fait, je n’étais pas mieux que Madame parfaite. Je me roulais dans mon débordement comme un cochon dans sa fange, et l’espace d’un instant, j’étais sortie de mon double syndrome chronique de culpabilité et d’imposture, puisque j’étais devenue « The Master of the Working Moms », Obi-Wan-hyper-mère.

Las. Ça n’a duré que quelques heures. Et je me suis rendue compte, avant qu’Anakin/Luke/Junior ne passe du côté de la force obscure que ce n’était qu’une illusion…celle d’une vie où je pourrais tout faire et tout contrôler.

En effet, lorsque j’ai vu mon fils patiner pendant 15 minutes ce dimanche matin de manière vraiment déplorable jusqu’au moment où j’ai réalisé que, trop fatiguée de ma semaine/ de ma soirée de la veille /ou tout simplement de devoir me lever à 7 heures du matin un dimanche (Oui. Un Di-man-che), et que j’ai réalisé que j’avais inversé ses patins (pied droit-pied gauche), il a fallu me rendre à l’évidence : je vis dans un bassin de culpabilité constante.

Je suis débordée donc coupable de ne pas être à la hauteur de mes collègues-sans-enfants-dont-je-sens-parfois-l’exaspération-rampante, et je ne suis même pas capable d’être une mère concentrée-à-même-de-mettre-des-patins-correctement. C’est Schulte qui le dit. (Bon, moi un peu aussi).

Il existe, explique Schulte, des études, sur cette profonde ambivalence des mères travaillantes. Qui veulent travailler et réussir (ou au moins avancer) leur carrière mais vont persister à cuisiner ELLES-MÊMES à 2 heures du matin le gâteau d’anniversaire de leur enfant pour amener dans la classe à l’école. Schulte se cite dans cet exemple. Mais comme je l’ai fait aussi je ne peux pas lui jeter la pierre (ou alors je me jette avec).

1016628_10151437265176651_52636247_n(parce que oui, ça donne ça, de cuisiner en pleine nuit)

 Mais revenons à nos fourneaux.

Les années 70-80 ont en effet été un moment clé du mouvement conservateur américain, qui a mené à l’abandon de toute idée de garderies universelles. Schulte fait d’ailleurs une entrevue avec le conseiller spécial de Nixon à l’époque, le très très TRÈS conservateur Pat Buchanan qui a été l’un des artisans du véto apposé par le président à la loi, adoptée par le Congrès, qui aurait permis cette avancée. Et qui 40 ans plus tard, se vante d’avoir permis de tuer cette disposition dans l’œuf et « pour toujours ». De fait, une étude de Child Care Aware America, parue début avril, explique que dans 31 des 50 États aux Etats-Unis, les coûts d’une garderie sont plus élevés que ceux des « Colleges » (Cégep).

L’argument de Buchanan ? Les garderies auraient constitué un repaire de propagande communiste. Et dans sa vision traditionnelle de la famille, les mères qui travaillent ne passeraient pas assez de temps avec leur progéniture et sacrifieraient leurs enfants sur l’autel de leur carriérisme. L’hyper-mère est donc née de ça : le besoin de compenser pour le manque  que l’on aurait généré.

Pire encore, dans notre volonté de tout embrasser, on ferait également des dommages à nos cerveaux et particulièrement au cortex préfrontal siège du raisonnement, de la mémoire et du langage qui, sous la pression, diminuerait.

Prefrontal1

Mais, dit Schulte pour nous décomplexer, tout est la faute du système capitaliste nord-américain qui nous renvoie à un traditionalisme rampant s’imprimant aussi bien à la cellule familiale qu’au milieu de travail. Schulte raconte d’ailleurs ce matin de Thanksgiving où, en train de cuisiner le repas, elle voit son mari ouvrir le frigo (pour y prendre la dinde et la mettre au four croit-elle) et en sortir un pack de 12 bières, puis traverser la rue pour aller chez le voisin ‘pour lui donner un coup de main’, la laissant, elle et sa cuisine, face à sa volaille farcie. Cet homme stéréotypé, qui ne sait pas où est le carnet de vaccination des enfants ni le nom de leur dentiste, représente selon une étude que cite l’auteure (de 2010), une réalité criante aux Etats-Unis où à situation égale, la femme prendrait en charge à la maison deux fois plus de tâches que l’homme.

 En utilisant par contraste le cas danois, Schulte montre que l’on perpétue en Amérique du Nord le mythe du travailleur idéal.  Celui qui n’a pas d’enfants, pas de contraintes. Un homme de préférence. Sans vie sociale, disponible 24h sur 24, 7/7. Elle ajoute à cela que ce que les coachs de vie et autres gourous tentent de nous faire passer comme une simple perception (celle du manque de temps) est en fait une réalité : aux Etats-Unis, un couple de parents travaille en fait 28 jours de plus au total et par année que leurs alter ego des années 60.

996516-gf

 

Donc oui. Les femmes ne peuvent visiblement pas tout avoir (Women can’t have it all). Elles sont condamnées à être des mères indignes avec la suce accrochée à un touilleur planté dans un verre de gin (en référence à la couverture du tome 2 des chroniques d’une mère indigne de Caroline Allard).

 

 

On peut donc conclure cette lecture en trois temps.

wwii___we_can_do_it_by_razornylon-d39vesr

Premièrement, soyons honnêtes. L’Hyper-Mère que décrit Schulte et qui transcende (un peu) les genres (pour toucher les super-pères), et ses questions existentielles ou le besoin de s’imposer et de briser le plafond de verre (le fameux Lean in de Sheryl Sandberg), ça ne transcende pas les classes sociales. Il s’agit là (encore) un livre écrit pour ces femmes diplômées, qui ont vu leur carrière ralentir par rapport à leurs alter ego masculins, et un peu plus lorsqu’elles ont eu leurs enfants. C’est une réflexion de nantie à usage des nanties, à des années lumières des réalités ouvrières.

Deuxièmement, les recettes que Shulte avance (Diviser le temps en tranche mono-focale, dédiée à UNE SEULE activité, relativement courte, réduire le temps de email/médias sociaux, prendre du temps pour des activités ludiques) ne permettront pas per se de vaincre les forces obscurantistes du traditionalisme (la reproduction des structures sociétales machistes, les réflexes traditionalistes, les stéréotypes de genre, instrumentalisés par le parti républicain dans sa guerre contre les femmes – War on Women) : on peut donc lui reprocher, à l’instar de ce qu’a fait une journaliste du New York Times, de tenter de combattre le commando d’élites des forces spéciales américaines (le fameux Seal Team six) avec une paire de ciseaux à ongles (ça c’était un exemple qui me parlait). Bref. À trop secouer le cocotier, on pourrait finir par prendre une noix de coco sur la tête.

Toutefois et dernièrement. Se faire dire des évidences n’est pas forcément néfaste. Donc on gagnerait sans doute à faire une chose à la fois. Dire et redire la condition de la femme travaillante, militer pour des aménagements du temps de travail (dont le besoin est particulièrement criant puisque un quart de la population active américaine n’a AUCUNE vacance) demeurent des nécessités. Et il faut reconnaître qu’il s’agit d’un livre qui est plus qu’un ouvrage de développement personnel, un livre intéressant, TRÈS documenté et agréable à lire.

Bon. C’est pas tout ça, mais j’ai des choses à faire, moi!

exwonderw

(une image de l'excellente illustratrice, Céline Théraulaz, dont on peut consulter le blogue ici et la page Facebook ici