Des États désunis?

* billet initialement publié dans le blogue Plus on est de fous, plus on blogue

L’automne 2000 s’annonçait chaud. L’élection présidentielle serrée. Venu du Texas, le gouverneur George W. Bush, avait d’ailleurs, pendant quelques semaines, paru plus sympathique que son adversaire aux yeux des Américains. C’est avec lui que le citoyen lambda se serait vu prendre une bière. Il menait donc dans les sondages, de peu. Puis quelques heures avant l’ouverture des bureaux de vote, comme si les indécis s’étaient ravisés, le démocrate et vice-président de Bill Clinton, Al Gore, était repassé devant son adversaire.

En ce soir de novembre, les médias procèdent comme l’accoutumée : les experts sont autour des tables, les grands réseaux ont mis en place leur système de décompte et de projection des voix. La routine électorale. Au fur et à mesure que ferment les bureaux de vote dans l’Est, on additionne les grands électeurs. Très vite, CNN annonce la victoire d’Al Gore en Floride : ce sera le prochain président car avec cet État-pivot dans son escarcelle, il est assuré de remporter la présidence.

 

http://www.mrmediatraining.com/index.php/tag/gabrielle-giffords/

Mais la soirée s’étire, les résultats se font incertains. CNN se ravise. Et avec elle, tous les grands médias. La nuit se termine avec une avance de… 2000 voix pour W. Le recomptage est automatique mais les médias couronnent le nouveau président… Puis se ravisent le lendemain lorsque l’écart tombe à 200. Ainsi, en ce mercredi matin de novembre, le candidat Gore a, à travers le pays, 200 000 voix de plus que son adversaire mais, parce que les grands électeurs de Floride ne sont pas attribués, le pays n’a toujours pas de président. Et ça va durer 36 jours.

La machine judiciaire s’emballe. Al Gore demande un recomptage manuel. Bush le conteste en cour. Les cours refusent de se prononcer. Sauf la Cour suprême de Floride qui autorise le recomptage.

 Photographies des bulletins de Floride: NORC, Florida Ballots Project, http://www2.norc.org/fl/ballot.asp (mai 2008).

  Les scrutateurs de tenter de déterminer l’intention de l’électeur, bulletin par bulletin.

AP Photo/Marta Lavandier – http://www.2000presidentialelection.com/

 

La Cour suprême des États-Unis finit par trancher : on arrête le recomptage, on prend les chiffres en l’état. Bush sera président.

*

Des États, réunis?

Ils avaient quitté l’Europe pour un monde meilleur. Ils rêvaient de liberté, d’une liberté absolue, sans censure, sans contrôle, sans tyran, sans Léviathan. Ils ont façonné du pays à cette image. Et les treize colonies qui ont choisi de se réunir pour faire face à l’ancienne puissance tutélaire ne voulaient pas sacrifier leur souveraineté. Lorsque le rêve s’est heurté à la réalité, ces États ont admis qu’ils devaient s’unir pour faire face à l’adversité. Sans perdre leur identité. Ces États «réunis» sont marqués par cette Histoire, celle de leur fondation. Cet idéal confédéral a survécu à l’épreuve du temps – et sous des formes diverses, comme en atteste le succès du Tea Party et de son discours anti-washingtonnien. Mais il en pâtit aussi.

 

Une union imparfaite

C’est en matière électorale que le prix de cette union imparfaite est le plus élevé. Au point d’atteindre, selon Rick Hasen, auteur de The Voting Wars, la démocratie américaine dans ses fondations, de vulnérabiliser la légitimité du gouvernement, de soulever des doutes quant à l’impartialité des juges. Malgré le séisme politique créé par la saga judiciaire autour de l’élection de George W. Bush face à Al Gore en 2000, le système électoral américain demeure étrangement hétérogène, fait de bric et de broc, sans cohérence ni logique d’ensemble : d’une région à l’autre, d’un État à l’autre, parfois même d’un comté à l’autre, les élections sont administrées différemment : 14 000 administrations ont ainsi leurs propres bulletins, machines de vote et règles de votation.  

http://www.texastribune.org/texas-politics/voter-id/about/

De fait, le système électoral américain est réellement imprécis, coûteux et inefficace :

*

Le prix de la différence

Le prix de ces distorsions est élevé : certains sont de facto exclus de l’isoloir. D’autres subissent parfois de l’intimidation. La représentante au Congrès, Tubbs Jones, avait ainsi montré que des preuves d’identité pourtant non requises par la loi avaient été exigées en 2004, mais aussi en 2008, dans les quartiers à forte population immigrée ou de couleur. Or ces manœuvres sont rendues possibles parce que les mécanismes électoraux ne sont pas uniformes à travers le pays: non seulement ils laissent une place importante à l’interprétation, mais ils rendent difficile l’information d’un électorat peu scolarisé. L’essentiel des “guerres du vote” repose sur l’accès au bureau de vote, sur l’exercice effectif du droit de vote et la complexité des bulletins ne fait que renforcer cette difficulté.

Des bulletins complexes

Le cas du bulletin établi par le secrétariat d’État de l’Ohio pour l’élection générale de 2008 – extraits de l’ouvrage « Comprendre les élections présidentielles américaines » à paraître, chez Septentrion 2012.

  Source : http://blogs.dixcdn.com/capitalblog/wp-content/uploads/2008/09/dir-2008-83-attachmentcorrected-general2008_finalno4.pdf

Le bulletin du Comté de Palm Beach, Floride – élection générale de novembre 2008

Source : http://bradfordschmidt.com/wp-content/uploads/2008/11/ballot.jpg

  Mais pour Rick Hasen, au-delà des incohérences du système, il y a la perversion de ses dysfonctionnements. Selon lui les partis ont instrumentalisé le processus électoral : le système de votation appartient désormais au vocable du stratège politique, entre fraudes massives (côté républicain) et intimidation des minorités (côté démocrate).

  Même si la Floride a été le point focal de l’élection de 2000, ce sont près de 4 à 6 millions de bulletins qui ont été indûment écartés, dont la plus grande partie… ailleurs qu’en Floride. La même chose est arrivée en 2004… en Ohio. À cette exception près que l’écart de voix entre les deux candidats à la présidence était suffisamment grand pour que les urnes controversées de l’Ohio ne fassent pas la différence. Rien n’est résolu. Et pour l’auteur de The Voting Wars, rien n’est réglé. Pire encore, avec la pression des médias sociaux, la démultiplication des litiges électoraux, et le désenchantement de la société, ce que dit Rick Hasen, c’est que la démocratie américaine qui vit dangereusement.

* Ce billet a été initialement publié dans le blogue Plus on est de fous, plus on blogue, à la suite d’une chronique à l’émission Plus on est de fous, plus on lit, sur l’ouvrage The Voting Wars publié chez Yale University Press, par le professeur Rick Hasen


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *