La religion et la politique

96% des Américains se disent croyants, 70% sont associés à une structure cultuelle, 47% sont pratiquants tandis que 46% sont évangéliques ou « born again ». Dès lors, la mort de Jerry Falwell, grand prédicateur évangéliste, homme d’affaires influent et communicateur sans égal, constitue un événement de la vie politique américaine et peut-être un tournant, dans le rôle qu’y occupe la religion. Jerry Falwell a longtemps été un personnage tout aussi flamboyant que controversé du fondamentalisme aux États-Unis. Pasteur baptiste de Virginie, il était, à la fin de sa vie, à la tête d’une congrégation de 22 000 fidèles (ils étaient 35 en 1956). Personnage polémique dont les propos sur Mahomet à la suite du 11 septembre, ou encore sur les gays et l’avortement n’ont pas manqué de susciter de vives réactions, il a réussi le tour de force d’unir les conservateurs religieux autour d’un agenda politique commun : la décision de la Cour suprême sur l’avortement (Roe v. Wade) a, en 1973, constitué l’électrochoc nécessaire pour fédérer autour de lui les aspirations d’une majorité morale hétérogène, pro-vie, nationaliste, basée sur la famille traditionnelle et les valeurs morales. Il a ainsi fondé un mouvement religieux aux visées politiques – la Moral Majority –, il a animé un programme télévisuel religieux national – le Old-Time Gospel Hour –, et il a établi une université chrétienne fondamentaliste désormais reconnue, la Liberty University. Enfin, en jouant un rôle clé au cours de l’élection du président Ronald Reagan, Jerry Falwell a irrémédiablement inscrit la religion et le fondamentalisme chrétien au cœur du politique.

On retrouve constamment des éléments religieux, tant dans le serment d’allégeance (One Nation Under God – depuis 1954), dans la prestation de serment sur la bible, dans le « In God We Trust » inscrit sur le billet vert depuis 1923, que dans le fait que des prières ouvrent les sessions parlementaires, tandis qu’inlassablement le président ponctue ses discours de « God Bless America ». La diversité cultuelle témoigne d’ailleurs de cette vitalité. La place des Amish ou des Mennonite en Pennsylvanie, des Mormons en Utah, des fondamentalistes dans la Bible Belt attestent de cette réalité et de ce foisonnement. Si, en nombre, le premier groupe religieux aux États-Unis est le mouvement catholique, c’est véritablement la mouvance évangéliste, pourtant protéiforme, qui a réussi à s’imposer de nouveau dans les foyers à compter des années 1950 : les télévangélistes ont alors compris le bénéfice qu’il y avait à utiliser les médias de masse pour poursuivre leur mission d’évangélisation. Billy Graham a ainsi accompli son premier succès télévisé avec Hour of Decision avec, à sa suite, Jim Baker avec Pray the Lord, et Jerry Falwell avec Old Time Gospel Hour. Leur influence atteint un point paroxystique au début des années 80, tandis qu’ils s’appuient sur des lobbies religieux comme la Moral Majority ou la Christian Coalition.

L’omniprésence des valeurs morales dans les campagnes électorales présidentielles récentes laisserait penser que le religieux a récemment envahi la vie politique américaine. Pourtant, la vie politique américaine est émaillée de précédents qui attestent en fait de sa constante présence que l’on évoque le retentissement médiatique et populaire du « procès du singe » en 1925 autour de l’enseignement de la théorie de l’évolution, l’arrivée d’un premier catholique à la Maison Blanche (J.F. Kennedy), d’un premier évangélique (J. Carter), puis d’un Born-again (G. W. Bush) ont également donné une autre dimension à la culture religieuse états-unienne. Avec Reagan, la place de la religion a pris une nouvelle amplitude, caractérisée par l’irruption de la Nouvelle Droite chrétienne et par exemple l’ouverture – pour la première fois – d’une représentation diplomatique au Vatican. Enfin, les Églises aux États-Unis sont un acteur-clé qui pèse désormais plus de 100 milliards de dollars, et elles jouent un rôle constant comme en témoignent la création du White House Office of Faith-Based and Community Initiatives, la récitation quotidienne de la prière à la Maison-Blanche sous George W. Bush ou encore le fait que le prédicateur Billy Graham ait prononcé les deux oraisons inaugurales de Clinton, en 1993 et en 1997 et celle de W. Bush en 2001. Il reste que « Dieu est à la Maison-Blanche » dès les débuts de la République (voir pour ce faire l’excellent reportage de PBS God in America)

La religion est un des éléments fondateurs de la nation américaine. Les Pilgrim Fathers ont jeté les bases de cette étrange alliance entre religion et république. Ils ont sans aucun doute fondé ce messianisme propre à l’Amérique, qui s’est laïcisé progressivement pour arriver jusqu’à porter des mouvements qui se sont résolument distanciés de la religion. L’exceptionnalisme de la république est un double héritage des Lumières et des persécutions religieuses. La supériorité morale des États-Unis est inhérente à cet héritage. Car les États-Unis étaient une Terre promise dont le mythe se confond étrangement au périple des Pélerins qui se sont établis en Virginie au 17e siècle. La religion n’est pourtant pas toujours aux origines de l’immigration car les préoccupations économiques la supplante souvent. La Terre promise n’est en fait qu’un Eldorado. Ainsi, à la fin du 18e siècle, seuls 5% des Américains appartiennent à une église. Mais à compter dès ce 18e siècle, l’Amérique connaît des sursauts de foi, des vagues de religiosité récurrentes, des réveils. L’extraordinaire prégnance de la religion dans la vie politique américaine transparaît dès les premières heures de la République, et transpire dans les textes fondateurs de la nation. Ainsi, les textes constitutionnels – dont on soulignera la quasi-sacralité – sont empreints de cette religiosité que l’on retrouve dans le serment d’allégeance (One Nation Under God – depuis 1954), dans la prestation de serment sur la bible, dans le « In God We Trust » inscrit sur le billet vert depuis 1923, dans le fait que des prières ouvrent les sessions parlementaires, tandis qu’inlassablement le président ponctue ses discours du God Bless America.

L’ethnicité et la religion se sont protégées l’une l’autre des influences extérieures et expliquent la fragmentation du peuple américain et la force des mythes fondateurs de la nation américaine. La cité sur la colline appartient à ces mythes fondateurs. Dès lors, l’appartenance à une église, quelle qu’elle soit, est un attachement à ce mythe fondateur et constitue l’une des caractéristiques communes fondatrices de la nation, tant dans sa conception subjective (car elle représente un des éléments du vouloir-vivre ensemble) qu’objective (en ce qu’elle constitue un dénominateur commun).

Il est certain que la religion a gagné de points à travers la présidence Bush dont on ne peut ignorer les photos de l’incontournable prière-prélude aux travaux du cabinet. Pour autant, comme l’explique Sébastien Fath, et à l’inverse de ce que semble croire le candidat à l’investiture Rick Santorum, « la religion soutient le système sans jamais se confondre avec lui ». Il reste qu’elle imprègne suffisamment la vie politique pour qu’on ne puisse en nier la religiosité. Toutefois, cette prégnance de la religion n’est pas intangible : elle résulte véritablement d’un construit social qui convertit les actes religieux en gestes politiques.

D’ailleurs la foi n’est pas absente de la rhétorique du président Obama, loin s’en faut. De la même manière que la religion est présente dans la formulation de la politique américaine depuis ses débuts. L’historien Andrew Preston, interviewé hier sur NPR, a donc écrit un ouvrage passionnant sur le lien entre religion et politique étrangère.
Sword of the Spirit, Shield of Faith
Dans son ouvrage « Sword of the Spirit, Shield of Faith – Religion in American War and Diplomacy », il examine l’emploi du vocable religieux en appui aux décisions de politique étrangère à travers l’histoire. De Lincoln à Bush fils, en passant par FDR, tous ont invoqué Dieu et la foi pour justifier, expliquer, étayer leurs décisions de politique étrangère. Les traits du style national américain, qu’Élise Marienstras avait étudié, sont là. L’exceptionnalisme américain, le sentiment d’être la nation choisie remonte à la création du pays sur fond de calvinisme. 

Selon Preston, Bush n’était pas une aberration mais correspondait bien à l’état des États-Unis d’aujourd’hui. Un livre à lire, donc.

 


2 réflexions au sujet de « La religion et la politique »

  1. Ping : La religion À la Maison blanche (et dans quelques autres séries politiques) (1/5) | A la table des chrétiens de gauche

  2. Ping : Les nouveautés de la rentrée 2012 | The politics of religion / Les politiques du religieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *