Des enfants et des armes

 

enhanced-11933-1414079155-5

À l’école secondaire de Broken Bow, une petite ville de 3500 habitants du Nebraska, il est interdit aux finissants de porter chapeaux et accessoires dans leur photo scolaire. Mais le conseil d’établissement a unanimement accepté que les étudiants, cette année, y posent avec leurs armes.

 Les Etats-Unis sont en effet un pays où il est parfois plus aisé d’acquérir une arme à feu d’un particulier, que d’obtenir en pharmacie un médicament utilisé pour le rhume, comme le Sudafed. Il n’est pas non plus très compliqué d’acquérir des armes à feu d’un distributeur, qu’il s’agisse d’expositions temporaires (Gun Show) voire de grands supermarchés.

Black Friday Sales – 23 au 25 novembre 2012
À gauche, un fusil à air comprimé en vente à 64$,
et à droite, un coffre sécurisé pour ranger les armes à feu en vente à partir de 149$
.

Sans titre1

 Pages 4 et 5 du dépliant R1-75, Palm Desert Ca – photographie : Élisabeth Vallet

 Le rapport que les Américains établissent entre les armes et leurs enfants s’inscrit dans une logique similaire.

De fait, dans la plupart des stands de tirs aux Etats-Unis, un enfant peut y pratiquer le tir à compter de l’âge de 8 ans en présence d’un adulte. Y compris avec des armes automatiques – comme en témoigne la mort de l’instructeur Charles Vacca, lundi 25 août, au stand Bullets and Burgers en Arizona, tué par les balles d’un pistolet-mitrailleur Uzi manié par une petite fille de 9 ans.

Sans titre2

En réalité, il existe un véritable marché du vrai-fusil-jouet : une compagnie de Pennsylvanie « Keystone Sporting Arms » commercialise, sous la marque Crickett près de 100 000 carabines pour enfant, roses, bleues ou colorées.

Ainsi, dès le plus jeune âge, les Américains sont désensibilisés à la question des armes à feu. Un enjeu de taille à l’occasion des élections de mi-mandat puisqu’il 300 millions d’armes à feu sont en circulation aux Etats-Unis.

My First Rifle, par An-Sofie Kesteylen
2013. World Press Photo

Sans titre3

Or paradoxalement, la multiplication des tueries de masse aux Etats-Unis (et une accélération depuis trois ans, à raison tous les deux mois en moyenne), particulièrement en milieu scolaire a conduit certains États à autoriser que des armes puissent être portées par les enseignants ou l’équipe administrative dans l’enceinte scolaire – parfois sans même devoir la déclarer. La logique étant que pour mieux se défendre contre un tireur fou, il faut être soi-même armé.

Cela vient servir les intérêts du puissant lobby des armes, la National Rifle Association. La NRA tente en effet de faire passer des lois plus permissives un peu partout aux Etats-Unis, arguant du fait que le port d’armes est un droit constitutionnel (2e amendement). Pour ce faire, elle dépense plusieurs millions de dollars dans des courses où les adversaires de sa cause sont susceptibles d’être élus.

Dans le cycle électoral actuel, elle a pour l’instant dépensé 14 millions contre des candidats démocrates, 21 millions pour des candidats républicains et a investi beaucoup des sommes importantes dans la course très compétitive du Kentucky par exemple, pour aider le républicain, Mitch McConnell – leader de la minorité au Sénat – à conserver son poste. Ce lobby tente également de faire avancer les élus qui lui sont favorables notamment en établissant des cartes de scores (de A+ à un élu qui s’affiche pro-armes et pousse des projets de lois qui vont dans ce sens, à F pour ceux qui s’y opposent, ouvertement et dans l’hémicycle), pour « informer » les électeurs.

Toutefois, devant la multiplication des tueries de masse – 2,75 en moyenne par an- et l’inaction politique, certains groupes tentent de nager à contre-courant et de faire adopter des lois plus restrictives.

À la suite des événements dans l’école primaire de Sandy Hook (où 20 enfants et 6 adultes sont décédés en décembre 2012), un groupe de pression a été mis en place, Moms Demand Action, pour faire influencer les élus, promouvoir le contrôle des armes à feu et contrer le travail de la NRA.

Publicité “Oeuf Kinder ou Arme à feu?”, Moms Demand Action

Sans titre4

Note: les oeufs Kinder sont interdits depuis 1938 aux Etats-Unis (en raison du risque d’ingestion des petits jouets qui sont à l’intérieur). Franchir la frontière avec l’un d’eux peut finir avec une amende salée .

Alors que les Etats-Unis viennent de connaître, avec la tuerie de Seattle il y a quelques jours, leur 87e incident impliquant des armes à feu en milieu scolaire (ce qui n’inclut pas seulement les tueries de masse) depuis 2 ans seulement, les choses ont peu évolué. L’inertie des législateurs demeure. Et les enfants continuent d’être parmi les premières victimes de cette léthargie.

Saviez-vous que?

Lorsque un touriste québécois se rend au Vermont pour acheter de la bière, faire du magasinage ou se promener, il entre en fait dans un des États les plus permissifs en termes d’armes à feu aux États-Unis. Nul besoin de permis pour en porter une, masquée ou à découvert – à l’exception des écoles et tribunaux et à la condition qu’elle ne soit pas équipée d’un silencieux. Cela inclut les fusils d’assaut – malgré une tentative du conseil municipal de Burlington d’éradiquer ces derniers du territoire de la municipalité.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *