Le Mississippi et l’abolition de l’esclavage… en 2013.

«  Neither slavery nor involuntary servitude, except as a punishment for crime whereof the party shall have been duly convicted, shall exist within the United States, or any place subject to their jurisdiction.
Congress shall have power to enforce this article by appropriate legislation. »

 

Le 13e amendement portant abolition de l’esclavage a été adopté par le Congrès en janvier 1864. Pour acquérir sa valeur constitutionnelle, il lui fallait être ratifié par les trois-quarts des États, ce qui est le cas lorsque la Géorgie devient le 27e État (sur 36) à le faire en décembre 1865.

Date de ratification, État par État

  État Date
1 Illinois Fév. 1, 1865
2 Rhode Island Fév. 2, 1865
3 Michigan Fév. 3, 1865
4 Maryland Fév. 3, 1865
5 New York Fév. 3, 1865
6 Pennsylvanie Fév. 3, 1865
7 Virginie occidentale Fév. 3, 1865
8 Missouri Fév. 6, 1865
9 Maine Fév. 7, 1865
10 Kansas Fév. 7, 1865
11 Massachusetts Fév. 7, 1865
12 Virginie Fév. 9, 1865
13 Ohio Fév. 10, 1865
14 Indiana Fév. 13, 1865
15 Nevada Fév. 16, 1865
16 Louisiane Fév. 17, 1865
17 Minnesota Fév. 23, 1865
18 Wisconsin Fév. 24, 1865
19 Vermont Mars 8, 1865
20 Tennessee Avril 7, 1865
21 Arkansas Avril 14, 1865
22 Connecticut Mayi 4, 1865
23 New Hampshire Juil. 1, 1865
24 Caroline du Sud Nov. 13, 1865
25 Alabama Déc. 2, 1865
26 Caroline du Nord Déc. 4, 1865
27 Georgie Déc. 6, 1865
28 Oregon Déc. 8, 1865
29 Californie Déc. 19, 1865
30 Floride Déc. 28, 1865
31 Iowa Janv. 15, 1866
32 New Jersey Janv. 23, 1866
33 Texas Fév. 18, 1870
34 Delaware Fév. 12, 1901
35 Kentucky Mars 18, 1976
36 Mississippi Mars 16, 1995 *

* ratification non officielle jusqu’en 2013.

Bien sûr, l’histoire ne se termine pas là.

Ce n’est que le début de cette profonde scission entre le Nord et le Sud, cristallisée autour des fameuses lois Jim Crow. C’est le chaos qui va marquer les familles enfin libérées, mais décomposées, comme l’illustre le roman « Freeman » de Leonard Pitts; La longue lutte pour les droits civiques, incarnée par Rosa Parks, et mise à jour par le Freedom Summer et surtout le meurtre de trois étudiants blancs venus du Nord, immortalisé par le film Mississippi Burning.

 

Mais malgré tout un certain nombre d’États fédérés tardent – encore –  à ratifier cet amendement.

 

D’ailleurs, au Mississippi, il se pratique encore une forme de servage jusque dans les années 60 – et dont on ne connaîtra l’existence que bien plus tard – où, malgré l’abolition de l’esclavage un siècle plus tôt, un certain nombre de familles afro-américaines, sont maintenues dans l’ignorance et continuent à être asservies, battues, terrorisées et à travailler gratuitement. Plus d’un siècle plus tard.

Mais en 1995, bon dernier, l’État du Mississippi vote – enfin – la ratification.

L’histoire aurait pu se terminer là…

Mais en réalité, parce que le Mississippi n’a pas notifié officiellement les archives officielles fédérales, la ratification n’a aucune valeur juridique.

Il faudra un film (Lincoln – axé sur la bataille politique autour de l’adoption du 13e amendement), deux chercheurs qui constatent cette incongruité (Ranjan Batra et Ken Sullivan), et la confirmation de la réception par le registre fédéral des papiers requis pour qu’enfin, le 7 février dernier, on puisse dire que « L’État du Mississippi a ratifié le 13e amendement à al Constitution des Etats-Unis ».

L’histoire se terminerait-elle là?

Pour ce qui est de l’esclavage oui.

Pour ce qui est des mentalités, il en va autrement. La discrimination demeure très élevée au Mississippi, que ses fondements soient socio-économiques ou encore raciaux. Bien sûr il n’est plus question d’esclavage. Mais de traitements dégradants, auxquels les Afro-américains sont plus souvent assujettis que les Blancs. L’exemple le plus criant est celui des châtiments corporels à l’école.

Ils sont autorisés dans un certain nombre d’États de la Bible Belt, aujourd’hui, encore, en 2013.

Et ce procédé, dont les étudiants afro-américains souffrent plus souvent comme le montrent les témoignages, confinent les minorités (économiques et raciales) dans une logique de reproduction de la violence. Et dessine, si l’on s’en tient aux pourcentages, les contours du Dixieland. Un exemple parmi d’autres que l’Histoire n’est pas encore tout à fait parvenue à son terme…


2 réflexions au sujet de « Le Mississippi et l’abolition de l’esclavage… en 2013. »

  1. Ping : « I have a dream »… 50 ans plus tard. | À la Maison-Blanche

  2. Ping : « I have a dream »… 50 ans plus tard | Nouvelles de Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *