Dust Bowl. Une tragédie environnementale contée par Ken Burns

 

 Le célèbre documentariste de l’histoire de la guerre civile américaine, Ken Burns, remet le couvert en ce début d’hiver pour mettre en perspective ce qu’il présente comme le plus grand désastre écologique d’origine humaine aux Etats-Unis.

L’histoire commence en 1932 avec une sécheresse comme n’en avait pas connu la région des plaines du Sud au cours de la décennie précédente. En effet au cours des dix années antérieures, en plein cœur du Mid-Ouest américain, on a défriché, labouré, ensemencé pour faire de cette terre peu fertile et guère accueillante le grenier des Etats-Unis. 36 témoins sont mis en scène par Ken Burns pour rendre compte de ce changement écologique qui va en fait durer plus d’une décennie, alors que la terre et le sable reprennent le contrôle d’une terre que l’on croyait définitivement soumise et que les prairies se transforment en désert.

Voir la galerie de photos ici

Ce sont les humains qui sont les acteurs principaux de cette tragédie. En effet, les plaines du Sud (Southern Plains) étaient à l’origine des prairies, où vivaient des Amérindiens nomades et paissaient les bisons. Aucune activité agricole n’y était menée en raison de l’inconstance des précipitations. Toutefois, dans les années 1900, la terre y est peu onéreuse, ce qui attire des immigrants, des fermiers en quête d’une vie meilleure, plus prospère.

C’est alors que plusieurs facteurs vont alors changer le cours de l’Histoire, comme l’explique Ken Burns. La première guerre mondiale, une période de précipitations importantes, les avancées technologiques en matière d’équipements agricoles,  vont mener à la conversion de millions d’hectares de prairies en champs céréaliers. Or, lorsque la Grande dépression frappe les Etats-Unis et finit par toucher la région, les agriculteurs, au lieu de réduire leur production afin d’appuyer une hausse des prix, décident de l’accroître pour compenser leurs pertes. Et ce faisant, le nombre de terres labourées augmente de manière exponentielle. Lorsque la sécheresse de 1932 arrive, elle laisse des terres à nu, exposées au soleil et aux vents. Ce sont ces vents qui vont soulever la terre séchée, la poussière pour former de véritables tempêtes de sable, toujours plus fréquentes, et de plus en plus meurtrières. En 1932, 14 balaient la région. L’année d’après, on en recense 38. À compter de 1934, selon un autre documentaire de PBS, les résidents savent d’où vient la tempête en fonction de la couleur des nuages : noire pour le Kansas, rouge pour l’Oklahoma, grise si les vents ont ramassé la poussière au Colorado ou au Nouveau Mexique.

Le cœur de ce théâtre tragique, c’est le Dust Bowl, ce bassin de poussière à cheval sur l’Oklahoma, le Kansas et le Texas.

source

 

Et c’est là que Ken Burns positionne ses témoins:

Là-bas, pendant près de vingt ans, les enfants meurent d’une pneumonie associée à ces particules fines (Dust Pneumonia), les familles finissent pas s’exiler, les commerces font faillite. Les fermiers de l’Oklahoma qui s’exilent en Californie sont les « okies », et subissent une ségrégation identique parfois à la ségrégation raciale (des panneaux signalent aux « Okies » et aux « Colored people » qu’ils ne peuvent consommer aux mêmes endroits que les autres dans certains bars).

Dust storm in Hooker, Oklahoma, June 4, 1937. Credit: Research Division of the Oklahoma Historical Society

 

La zone est sinistrée. Lorsque l’une de ces tempêtes finit, une journée, par toucher New York, enfin, au point d’assombrir la ville comme si on était en pleine nuit, la nation commence à comprendre l’ampleur du drame : en effet, au cours de cette tempete de mai 1934, ce sont 12 millions de tonnes de poussière qui sont déposées dans les grandes villes de l’Est comme New York et Washington, et même jusque sur des bateaux, au large, à 300 miles de la côte.

New York Times 12 mai 1934

 Le New Deal va permettre, avec un programme d’embauche des chômeurs pour revitaliser la terre, de soutenir des familles entières et de développer de nouveaux modèles agricoles.

(Département de l’agriculture – Domaine public)

 Vingt après le début de cette période, la pluie revient. Les labours sont mieux faits. Des arbres ont été plantés, en bocage, pour éviter que la terre ne soit léchée par les vents et réduire l’impact des tempêtes de sable. La leçon est apprise se dit-on.

Mais la conclusion de Burns, 4 heures plus tard, est affligeante. Il montre comment cette région est redevenue le maraîcher des Etats-Unis… en siphonnant cette fois-ci la nappe phréatique de l’Ogallala que les agriculteurs ont sous les pieds. Sans se rendre compte qu’ils sont en train de préparer le prochain désastre. Et avec lui le retour des tempêtes de poussières, et la résurrection du Dust Bowl.

 

source

 

À l’heure où le spectre de la sécheresse plane de nouveau sur les Etats-Unis, et alors que le changement climatique a été ignoré par les candidats à l’élection présidentielle, l’acuité du  documentaire de Ken Burns est indéniable.

 Du plus clair (arrosé) au plus foncé (sécheresse exceptionnelle)

Dust Bowl est un documentaire réalisé par Ken Burns et diffusé sur PBS actuellement. Il est disponible sur itunes (https://itunes.apple.com/us/tv-season/ken-burns-the-dust-bowl/id566368963) et en DVD (http://www.shoppbs.org/family/index.jsp?categoryId=12975260&utm_source=PBS&utm_medium=Link&utm_campaign=pbs_content_kenburns_dustbowl_buydvdmodule)


2 réflexions au sujet de « Dust Bowl. Une tragédie environnementale contée par Ken Burns »

  1. Bonjour,

    J’en profite pour signaler un livre sorti peu de temps avant cet article, intitulé « Les faiseurs de pluie. Dust Bowl, écologie, gouvernement (Etats-Unis 1930-1940) », par C. Masutti. Un livre passionnant et dense qui montre, à partir du Dust Bowl, comment le gouvernement Roosevelt a fait appel à des experts de l’environnement pour mettre en place une politique de conservation des ressources. Il y a une site web: http://dhvs.u-strasbg.fr/Faiseursdepluie/

  2. Merci pour cet article. Peut-être qu’un cinéma à Paris aura l’idée de le diffuser suivi d’une rencontre avec des agronomes.

    En fait, cette catastrophe était sans doute inévitable : l’entre-deux-guerres marque le début de l’agriculture dite « conventionnelle », à grand coup de tracteurs + engrais/pesticides synthétiques. Ça n’est qu’au bout de quelques années qu’on s’est rendu compte que c’était une très grave erreur.

    La solution, on la connait maintenant : ne pas labourer, toujours laisser le sol couvert (pour le protéger du soleil et du vent) et pratiquer la rotation des cultures en fonction du type de sol. Cette technique s’appelle le non-labour et semi-direct sous couvert (NL, SDSC). Plus d’informations ici: http://www.agriculture-de-conservation.com

    Mais c’est encore difficile d’expliquer aux agriculteurs que le labour est néfaste pour leur sol…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *