Le mur qui ne servait à rien…

Une version plus courte de ce papier est parue la semaine dernière ici.

30 octobre 2012. Désert d’Arizona, Yuma.

Le Border Patrol l’a découverte,  accrochée en haut de la barrière frontalière de 4 mètres de haut. Une Jeep, laissée là par des passeurs, qui avaient imaginé conduire la voiture par-dessus au moyen de rails en métal. Les rampes ont cédé et, le temps que le Border Patrol arrive, les trafiquants avaient filé avec le contenu du coffre (plein de Marijuana si on en croit les tests).

photos USCBP – domaine public

Comme le signale Rodrigo Nieto-Gomez sur son blogue, ce n’est pas la première fois que les trafiquants testent ce procédé, loin s’en faut :

 mais le paradoxe est que l’agence frontalière américaine présente cet événement comme un de leurs succès (les photos ont été prises et diffusées par leurs services) alors qu’il représente une autre forme de contournement du mur frontalier.

Preuve, si besoin était  qu’un mur ne sert… à rien.

Toute l’ambivalence des murs frontaliers repose sur le fait quela mondialisation a cet étrange effet de pousser des États à ériger de véritables murs le long de leurs frontières, alors que tombent les barrières commerciales et économiques. Il s’agit de ces  murs frontaliers comme il y en a près de cinquante aujourd’hui. Et dont le nombre ne cesse d’augmenter depuis 2001 , (il a triplé depuis la fin de la guerre froide) pour fortifier désormais près de 30 000 kilomètres de frontières.

sous License wikicommons

L’évolution la plus significative est que certaines démocraties (et non des moindres : les États-Unis, l’Espagne, Israël, l’Inde et plus récemment la Grèce) ont estimé que leur sécurité reposait sur le blindage de leur territoire. Même la frontière américano-canadienne connaît des pressions similaires : au point où une étude d’impact diffusée il y a un an par le Homeland Security envisageait un scénario de  « barriérisation sélective » de la frontière parmi les scénarii de rénovation de la frontière.

Or, la frontière septentrionale des Etats-Unis ressemble à ça :

 

Frontière en Colombie-Britannique, Cultus Lake – Crédits photos : Élisabeth Vallet

Alors que la frontière méridionale des États-Unis est, pour sa part, protégée, clôturée, surveillée, armée  le long du Rio Grande, avec des check points, postes avancés de la frontière, positionnés à  l’intérieur des États d’Arizona et de Californie.

 

Surveillance distante – Check point en Arizona; zeppelin au-dessus du désert d’Arizona; barrière dans le désert de Sonora. Crédits photos : Élisabeth Vallet


Nogales, Arizona – Crédits photos : Élisabeth Vallet

Pourtant les murs ne servent généralement pas l’objectif pour lequel ils ont été construits (ex-murer l’Autre, repousser l’Étranger). Plus encore, ils finissent par générer des logiques de transgression, favorisant l’économie et les flux souterrains, les rendant plus difficiles encore à contrôler, et rendent les migrants considérablement plus vulnérables.

Ils multiplient certains effets pervers, allant par exemple aux États-Unis jusqu’à pérenniser une implantation durable des travailleurs clandestins alors que grand nombre d’entre eux suivaient des migrations saisonnières et temporaires – altérant le profil démographique du pays hôte, aboutissant à l’effet inverse de celui recherché.

La construction des murs stimule également une véritable industrie des tunnels, comme en témoigne leur foisonnement sous la ville de Nogales – à cheval sur la frontière de l’État d’Arizona et de Sonora – dont le sous-sol ressemble à l’emmenthal suisse, posant d’ailleurs de véritables problèmes de sécurité (en 2010, un bus s’était enfoncé dans le sol devenu meuble, juste en face du poste frontalier).

 source: http://www.tucsonnewsnow.com/Global/story.asp?S=13448184

 Les murs ont également un impact désastreux sur l’environnement. Ils contribuent à isoler des écosystèmes entiers au point d’altérer durablement leur environnement (comme l’a constaté en 2003 une équipe de l’Université de Pékin, en identifiant des évolutions génétiques différenciées de la flore de part et d’autre de la grande muraille de Chine), ils affectent immédiatement les migrations animales et mettent en danger la biodiversité comme le démontre une étude de 2011 conjointe de l’université du Texas à Austin et  de l’Université de Californie à San Diego. Dûment documentés, les impacts sont parfois très concrets comme par exemple dans le parc du  Organ Pipe National Monument où, en août 2011, lors de précipitations soudaines, la barrière avec la Mexique s’est improvisée d’abord en barrage hydrique, pour ensuite en cédant, littéralement lessiver une zone considérable (et fragile) du parc national.

En fait les gouvernements construisent moins ces murs pour véritablement se protéger que pour apaiser. Les frontières blindées traduisent simplement l’angoisse sécuritaire des États qui se sentent mis à mal par une mondialisation anxiogène.

source: Atlas du Monde diplomatique.

Et les murs frontaliers finissent en fait par être des murs d’argent : ils dissocient les riches des pauvres, le Nord du Sud, les nantis des exclus. Ils constituent également un luxe superfétatoire que seuls certains États peuvent se permettre et constituent plus une thérapie collective nationale qu’un ouvrage de défense au sens classique du terme.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

3 réflexions au sujet de « Le mur qui ne servait à rien… »

  1. Ping : Un mur ? Quel mur ? Quand les trafiquants se moquent des gardes frontières | Le blogue Géopolitique

  2. Ping : Frontière gréco-turque : une démocratie ajoute une fortification à sa porte | Le blogue Géopolitique

  3. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <div align="" class="" dir="" id="" lang="" style="" xml:lang=""> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <img alt="" align="" border="" class="" height="" hspace="" longdesc="" vspace="" src="" style="" width="" title="" usemap=""> <map name="" area="" id=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value=""> <pre style="" name="" class="" lang="" width="">