Obama gagnera le vote populaire: l’avenir est dans les cartes

L’avenir est au moins dans UNE carte, celle du Washington Post, qui montre que l’écart de voix entre les deux candidats en 2008 est tellement important (au profit d’Obama) que les cartographes de ce journal ne peuvent imaginer, malgré les prédictions des prophètes de malheur, que B. Obama emporte les 270 grands électeurs requis sans pour autant gagner la majorité des suffrages populaires.

La légitimité dont dispose un président est déterminante dans le système constitutionnel américain, car pour l’essentiel, sa capacité de gouverner réellement repose sur son pouvoir de persuader. Évidemment diminué si il part avec une légitimité amoindrie.

Le jour le plus long…


10-30-12

Le Pew Research Center on the States continue à marteler son message: la lisibilité des bulletins (leur « illisibilité » plutôt) sont un frein à l’exercice démocratique. Ainsi, les chercheurs du Pew expliquent que, comparé à d’autres textes de l’histoire américaine, les bulletins peuvent être longs. Trop longs. Comme ceux des comtés de Duval et Clay en Floride (et il y en beaucoup d’autres comme ça).

En Floride particulièrement, figureront sur le bulletin 11 amendements constitutionnels soumis à référendum. Or la seule lecture de ces questions prendrait jusqu’à 13 minutes selon le Florida Times Union. Et c’est sans prendre en compte le reste du bulletin:

Voici l’exemple de celui du comté de Duval:

Le directeur des élections du comté de Lee estime que pour comprendre l’intégralité de ces amendements, il faudrait être un juriste diplômé de Harvard (cité dans le Tampa Bay Times). Selon le directeur des élections du comté de Duval, comme le rapporte cette analyse du Pew, il faudra à un électeur 45 minutes pour voter le jour de l’élection, car l’électeur devra lire, puis voter puis passer toutes les pages du scrutin dans le scanner optique. Ce qui pourrait laisser présager de longues files d’attente.

 Combien de temps cela prendra-t-il pour lire chaque amendement
à une vitesse de 200 mots par minute:

Amendement 1 – 1:30′

Sur les services de santé – Interdit au gouvernement d’imposer que chaque individu dispose d’une police d’assurance maladie.

Amendement 2 – 0:27′

Sur un rabais d’impôt – Autorise certains vétérans handicapés à bénéficier d’un rabais sur leurs impôts fonciers

Amendement 3 – 1:00′

Limite les recettes de l’État en se fondant sur un calcul basé entre croissance et inflation

Amendement 4 – 3:30′

Coupe de moitié l’augmentation annuelle maximale des taxes sur les résidences secondaires.

Amendement 5 – 3:00′

Prescrit une confirmation sénatoriale pour la nomination des juges à la Cour suprême de l’État

Amendement 6 – 0:45′

constitutionnalise l’interdiction de financement de la plupart des avortements.

Amendement 8 – 0:22′

Autorise les établissements cultuels à recevoir du financement public (issu de l’impôt)

Amendement 9 – 0:39′

Exemption fiscale applicable sur l’impôt foncier pour le conjoint survivant d’un vétéran ou de quelqu’un travaillant pour les premiers secours.

Amendement 10 – 0:41′

Double l’exemption sur les biens meubles corporels .

Amendement 11 – 0:33′

Exemption additionnelle sur la propriété familiale pour les seniors à bas revenus qui résident dans la même maison depuis plus de 25 ans .

Amendement 12 – 0:24′

Change la manière dont l’État sélectionne un représentant étudiant pour siéger au Conseil des gouverneurs .

Total minutes = 12,85 minutes

C’est la combinaison, ajoute le journal, de ces bulletins particulièrement longs et de la diminution du nombre de bureaux de vote (il y en a 53 de moins dans le comté de Duval, 14 de moins dans le comté de Clay, pour faire des économies) qui pourraient conduire à de longues files d’attente devant les bureaux de scrutin le 6 novembre prochain.

 

L’Amérique violette…

Le mode de scrutin, qui fait apparaître au soir de l’élection une Amérique bleue et rouge, fausse la réalité du vote surle terrain…

Source : Yann Roche, sur usa2012.uqam.ca d’après Elisabeth Vallet, Comprendre les élections américaines. La course à la Maison-Blanche, Septentrion, 2012.
 Or l’Amérique est plus complexe comme en témoignent les clichés de cet atlas interactif:
C’est d’ailleurs ce que raconte également la carte de l’Ohio:
vue autrement par The Economist:

 

Bulletins, Palm Beach County. La saga en fait que commencer

Voici un complément au papier sur les « fractures électorales de la démocratie américaine », publié sur le blog Visions Carto du Monde Diplomatique:

Dans le comté de Palm Beach, rendu célèbre en 2000 en raison des errements autour du recomptage du fameux bulletin papillon, deux erreurs d’impression pourraient de nouveau placer ces fameux bulletins de vote sous la loupe des scrutateurs, des médias et des armées d’avocats déployées sur le terrain par les deux partis.

Incertitude

Photo : Marta Lavandier (http://www.2000presidentialelection.com/)

 

Dans le premier cas, il manquait un entête dans le bulletin de vote par anticipation. Ce qui a conduit à un traitement manuel de 27 000 bulletins, puisque la machine de vote n’était pas en mesure de lire le bulletin en question.

Rebelote avec les nouveaux bulletins émis après que ce problème ait été rectifié. Dans la nouvelle version, une page a été imprimée deux fois, se substituant à une autre qui ne l’a pas été. Ainsi les électeurs risquent de voter deux fois pour de mêmes questions référendaires en l’occurrence (sur les amendements 1, 2, 3 à la Constitution de l’État), et de ne pas se prononcer sur celle qui manque (amendement 4 en partie, et surtout amendement 5 – ce dernier modifiant substantiellement l’équilibre des pouvoirs dans le système politqiue de Floride). Comme le souligne un journal local , les électeurs font donc face à un dilemme. Doivent-ils réclamer un bulletin corrigé (et courir le risque de ne pas le recevoir à temps) ou remplir malgré tout le bulletin partiel qu’ils ont entre les mains (au risque qu’il ne soit simplement pas compté).

La saga du recomptage ne fait que commencer…

Nixon, 1968, l’élection…. et des urnes pleines en vente sur Ebay !

« Ce qui est arrivé en 2000 n’a fait que révéler une réalité qui imprègne depuis longtemps le système électoral américain. Pendant près de cent ans, alors que la Constitution de 1787 donne aux Etats fédérés pleine compétence sur l’encadrement des élections, ce sont les partis politiques qui ont organisé les élections, fabriqué les bulletins de vote, s’assurant du taux de participation. Avec, en arrière-plan, des suspicions de corruption, de votes frauduleux, de disparition de bulletins. » extrait de : Les fractures électorales de la démocratie américaine, publié sur Visions Carto, le blog du Monde diplo.
Avec, en prime, une découverte faite sur ebay, en août 2008….

Ballot box with ballots from 1968 Nixon elections

Item number: 120286449505
Seller of this item? Sign in for your status
Bidding has ended for this item

Buyer or seller of this item? Sign in for your status.
Additional options:
   Sell an item like this one.
Previous Picture Stop Play Next Picture
1 of 3
Previous Picture Stop Play Next Picture
1 of 3
View larger picture
Starting bid: US $3,500.00 
No payments until 2009 – new eBay MasterCard

Ended: Aug-01-08 10:59:01 PDT
Shipping costs:
US $50.00
UPS Ground
Service to United States
Ships to: United States
Item location: phoenix, AZ, United States
History: 0 bids

You can also: Email to a friend 
Listing and payment details:  ShowShow
Meet the seller
Seller: mgrout1230 ) 
Member: since Feb-22-04 in United States
See detailed feedback
Add to Favorite Sellers
View seller’s other items
Buy safely
1.   Check the seller’s reputation
No feedback reviews at this time
2.   Check how you’re protected
Up to $200 in buyer protection.  See eligibility
Returns: Seller accepts returns.
7 Days Money Back
Description
This ballot box is filled with ballots from the Nov. 15 1968 general election in Washington County, Colorado, Precinct 10. The ballots alone are worth the price and would indicate that they may not have been counted. Ballots are still folded with a rubber bands holding them in folded as they were originally, with some 150 to 200 ballots. Detailed photos of the ballot and ballot box can be sent for interest parties only. The ballot box was manufactured by National Ballot Box mfn by Amos Pettie One from Chicago, Ill. The patents on the ballot box are register on June 17 1884. The top still has the glue for a covering placed over the slot to deposit ballots showing the system used in Washington County Co. Presidential Electors on this ballot are; Democrat Hubert H. Humphrey and Edmund S. Muckie, Republican Richard M. Nixon and Spiro T. Agnew. This is very collectible item with great political importance. The box has been in the family for well over almost 25 years and was discovered in Washington County Co. by my Father. There were only 3 of these ballot boxes when discovered.
Select a picture

 

01219

 

Shipping and handling
Ships to
United States
 Country:
Shipping and Handling To Service Insurance
US $50.00 United States UPS Ground

1 to 6 business days*
Loss/Damage protection included up to $100
*Sellers are not responsible for service transit time. This information is provided by the carrier and excludes weekends and holidays. Note that transit times may vary, particularly during peak periods.

Allo le Texas, ici l’OSCE… Bip. Bip. Bip.

Bon, pour une fois, la référence est… inhabituelle (Foxnews), mais la nouvelle en vaut la peine. Depuis 2002, l’OSCE (organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) envoie des observateurs aux élections américaines. À la suite de quoi elle rédige des rapports très riches, très intéressants sur les problèmes et les améliorations à apporter au système électoral. La vision comparatiste que l’OSCE est à même d’adopter offre un éclairage particulier et permet d’offrir des pistes pour modifier le système électoral.

En 2012, comme à l’accoutumée, la délégation américaine à l’OSCE a donc convié l’organisation à déployer des observateurs à travers le pays, le 6 novembre.

Mais voilà. Le Texas ne l’entend pas ainsi. Et ainsi que le rapporte Fox, le procureur général de l’État, Greg Abbott, menace de poursuivre tout observateur qui se tiendrait trop près d’un bureau de vote – contrevenant de ce fait à la loi de l’État. Sa lettre à l’OSCE est sans ambiguité:

 

Il faut savoir que Abbott envisage de se présenter comme gouverneur de l’État, ce qui pourrait laisser entendre qu’il a un agenda politique, et qu’il entend jouer sur la fibre souverainiste des Texans.

Et l’OSCE a produit un rapport intérimaire le 26 octobre dans lequel elle souligne les problèmes liés aux lois sur l’identification de l’électeur. Or la législature texane, à majorité républicaine, a adopté une loi en 2011 (imposant aux Texans de présenter une pièce d’identité avec photo – nommément un permis de conduire, un permis de port d’arme de poing, un passeport américain, un certificat de citoyenneté, une carte d’identité militaire) que la cour d’appel fédérale a invalidé en août, affirmant qu’elle privait de leurs droits les minorités et les pauvres.

De toute évidence, les Texans n’ont pas bien pris la critique. Même le gouverneur Perry s’en est mêlé sur Twitter:

Bref, la saga du comptage-décomptage-recomptage ne fait que commencer…

 

Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?

Arizona. D’autres bulletins, d’autres problèmes.

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.

On le sait en 2012 le vote latino est un facteur clef de défaite ou de victoire pour les candidats aux diverses élections. En Arizona, le vote latino est notamment crucial pour l’élection du Sénateur. Et dans le comté de Maricopa qui englobe la majeure partie de la ville de Phoenix, le vote latino est également déterminant puisque d’après dernier le recensement 30% des résidents sont hispaniques et 20% ne parlent qu’espagnol. Il est d’autant plus crucial lorsqu’il s’agit de reconduire (ou non) pour la sixième fois le shérif Joe Arpaio qui se définit lui-même comme le « shérif le plus dur d’Amérique » en matière de lutte contre les clandestins, et dont les pratiques sont jugées discriminantes envers les Latinos. Rappelons en effet que ACLU (American Civil Liberties Union) aide actuellement des associations du comté à attaquer en justice le shérif pour discriminations à leur égard et que celui-ci est également sous le coup d’un jugement pour pratiques discriminantes de la part du Ministère fédéral de la Justice américain. (J’y reviendrai dans un prochain article) Or, à deux semaines de l’élection, une erreur dans les dates sur des documents d’inscription au vote vient réveiller l’indignation si ce n’est la théorie du complot chez les défenseurs des droits des Hispaniques.

La semaine dernière, l’association PAZ-en Accion – Arizona a demandé aux autorités du Comté en charge de l’organisation du vote de corriger certaines erreurs formulées en espagnol sur des documents officiels au prétexte qu’elles peuvent désinformer les électeurs latinos. Une jeune femme hispanique est venue le 9 octobre demander auprès d’un des trois bureaux du Comté de Maricopa un document d’inscription en espagnol. Elle a notifié à ce même bureau le 15 octobre que la date sur la carte était erronée.  Une nouvelle carte corrigée lui a alors été remise.

Il semblerait donc que depuis Juin, les autorités du Comté de Maricopa distribuent des documents d’inscription aux votes (voter registration cards) mentionnant pour le jour de l’élection le 8 novembre dans la section en espagnol et le 6 novembre dans la section en anglais. Comme le suppose le titre de ce blog, l’élection générale américaine aura bien lieu le 6 novembre prochain.

Le 16 octobre dernier, le comté de Maricopa a annoncé par communiqué de presse qu’il avait envoyé de nouveaux bulletins d’inscription au vote corrigés et que seuls les bulletins distribués manuellement dans les bureaux du comté aux électeurs possédaient une date erronée. Il a également précisé que l’erreur a été modifiée dans les logiciels informatiques… L’administration du Comté estime qu’environ 50 documents comportant la mauvaise date ont été distribués.

Cet incident a indigné les leaders latinos du comté, mais aussi les militants démocrates pour qui il apparaît étrange qu’une erreur de frappe dans un chiffre soit à l’origine du changement de date sur un document où les sections en anglais et en espagnol sont côte à côte… Quoiqu’il en soit, cet incident vient raviver la tension déjà préexistante entre la communauté latino et les autorités du comté de Maricopa.

Exemple de bulletin de vote
Crédit Photo : Damien Simonneau

L’auteur: Damien Simonneau est un jeune chercheur rattaché au Centre Emile Durkheim –Sciences Po Bordeaux et à l’IRSEM, au beau milieu d’une thèse de sciences politiques financée par la DGA/CNRS. Il travaille sur les murs de séparation contemporains israélien et américain. Il est actuellement au NACTS à l’Arizona State University à Phoenix. Ce papier est d’abord paru sur son blogue: http://enattendantle6novembre.wordpress.com/

 

De premiers bulletins… des premiers problèmes.

C’est Rick Hasen, l’auteur des Voting Wars qui avait signalé le problème: une firme d’Arizona avait imprimé des bulletins de vote par anticipation en omettant une entête (voir ci-dessous, après la rubrique Tax Collector). Le problème est mineur en apparence. On comprend le bulletin, et le fait que l’on change de rubrique (le fait que les juges nommés restent ou non en poste).

50 000 bulletins ont été postés avant que l’erreur ne soit corrigée. Mais le problème est en fait substantiel : l’inclusion de l’entête manquant décale le reste du bulletin, et les machines de vote ne sont pas capables de les lire valablement. Ce qui suppose de traiter manuellement les bulletins de vote.

Comme une odeur de soufre…

Le Pew Research Center vient de sortir un sondage étonnant à ce stade de la campagne: Romney passerait en avance d’Obama. Ce que confirme Real Clear Politics, avec une marge moindre.

Or l’histoire montre qu’en général, à cette époque ci de l’année, les inversions de tendance sont rares. Et en fait inexistantes depuis plusieurs cycles électoraux comme on peut le constater ci-dessous:

 

Premier débat – La gaffe de Romney… (celle que personne n’a vu venir)?

C’était mercredi soir. Mitt Romney était en forme. Barack Obama plutôt absent.

 C’est le premier débat de la saison. Et ce n’est traditionnellement pas une réussite pour le président sortant. Rien de nouveau sur ce front là. Mitt Romney a fait des étincelles. James Fallows l’avait prédit.

Par contre, lorsque Mitt Romney se tourne vers l’animateur Jim Lehrer (qui a été lui-même une des pierres angulaires du réseau) et l’interpelle personnellement pour ajouter  « I like PBS » (la télévision publique américaine) et « I love Big Bird » (le fameux personnage de Sesame Street – 1 rue Sésame) en ajoutant qu’il ne financera quelque chose (comme PBS) pour lequel il faut emprunter auprès de la Chine, il ne joue peut-être pas sa meilleure carte:

 

Pendant le débat, « Big Bird » est mentionné à raison de 17 000 tweets par minute. Très vite le compte twitter @FiredBigBird est créé et poste une image du célèbre personnage en plein coeur de la grande dépression :

Le lendemain, selon le National Post,  le compte twitter @FiredBigBird avait plus de 23 000 followers tandis que  @BigBirdRomney avait un peu plus de 8000 et @BlGBlRD un peu moins de 17,000.

L’acteur George Takei  poste d’ailleurs immédiatement une image qui fait référence au fameux blogue Tumblr sur les textos d’Hillary : « c’est confirmé, nous avons l’oiseau, nous le déménagerons demain en lieu sûr ».

Après le débat, le Super-Pac American Bridge 21rst Century (qui a déjà dépensé 6 millions de dollars en faveur des démocrates durant ce cycle électoral) lance une campagne sur le web critiquant Romney en mettant en scène Big Bird.

Les médias sociaux également se sont emparés de l’idée… et ce qui n’était qu’une réflexion anodine est devenu un buzz.

Pendant ce temps, le site Million Muppet March appelle d’ailleurs à une manifestation – sur le Mall à Washington – contre Mitt Romney, le 3 novembre prochain. Ainsi, ce qui appartient pour l’instant au monde télévisuel et virtuel pourrait connaître une traduction concrète.

Et les caricaturistes ont quelque chose à se mettre sous la dent, à la veille des débats qui toucheront la politique étrangère aussi – et au demeurant les points forts  d’Obama.

*

Ce n’est pas la première fois que le parti républicain propose l’idée de couper les fonds à la radiodiffusion publique. De  manière récurrente, les Républicains au Congrès proposent des amendements pour réduire ou supprimer ce financement.D’ailleurs l’un des plans de réduction du déficit de la commission Bowles-Simpson envisageait la suppression.

(L’ex-candidat à l’investiture républicaine) Rick Santorum avoue avoir déjà voté pour « tuer Big bird ».

 

Pourtant, vouloir occire Big Bird et la radio-télé-diffusion publique tient plus du symbole que de la nécessité budgétaire. PBS ne représente que 0,00014 % du budget fédéral. Big Bird est quant à lui est rentable,  depuis sa création en 1969 à la télévision.. L’organisation à but non lucratif qui produit le programme fait 46,9 millions de revenus et embauche 1320 salariés et les produits dérivés représentent pour la compagnie de jouet qui le distribue environ 75 millions de dollars par an. Big Bird dépend de PBS qui distribue l’émission. Des emplois et des petites entreprises en bénéficient également.

Au demeurant, le financement octroyé par le Congrès va à la Corporation for Public Broadcasting  qui est une organisation privée à but non lucratif. Les coupures préconisées par les Républicains  mettraient à mal le réseau des stations locales de NPR qui repose sur ce financement (72% du financement de PBS  va au réseau local de télévision et radio) et contribueraient à l’isolement d’un grand nombre de communautés rurales.

Là où Romney a probablement commis – inconsciemment – une erreur, c’est qu’il a donné à l’équipe de campagne de Barack Obama  un « moment » qui pourrait définitivement marquer ce premier débat, un outil facile à « spinner ». Il pourrait avoir créé une mascotte, qui parle de coupes budgétaires et de chômage, d’économie difficile, ce qui est au coeur des préoccupations des Américains à quelques semaines de l’élection.

L’instrumentalisation de cette déclaration par l’équipe d’Obama ne s’est d’ailleurs pas fait pas attendre. Le président-candidat déclare dans la foulée, à Denver, qu’Elmo (autre personnage célèbre de la série) doit faire attention à lui. Tandis que Big Bird apparaît à Abingdon en Virginie, dans une réunion électorale de Mitt Romney, portant la pancarte : “Crack down on Wall Street, not Sesame Street.”

La protection de Big Bird pourrait donc devenir le cri de ralliement du fameux 47% et des autres (au moins dans les campagnes publicitaires démocrates). D’autant plus aisé que Michèle Obama a déjà fait une apparition sur le plateau de l’émission:

 Comme le dit fort justement James Poniewozik du Time , toute la question n’est pas que Romney ait dit vouloir couper les vivres à PBS et NPR, mais la façon dont il l’a dit. En donnant un visage aux coupes budgétaires et à la rigueur, en utilisant un personnage enfantin donc vulnérable, en personnalisant le débat autour d’un personnage qui touche les enfants, en en faisant une icône.

Est-ce vraiment une gaffe ? Selon le journaliste du Time, la personnalisation du débat et le fait de rapporter les choses à lui (« moi aussi j’aime Big Bird, mais on n’a pas le choix ») est une formule à laquelle Romney recourt souvent car cela lui permet de sortir du registre des guerres culturelles (« les libéraux utilisent l’argent du contribuable pour altérer les valeurs américaines ») et d’être sur un terrain qui lui est plus familier (je vous comprends, on ne peut pas faire autrement).

Est-ce que ce sera payant? Au  Washington Post, Suzi Parker prévoit  que Romney pourrait regretter sa réflexion. Selon elle, d’après un sondage de 2008, «  77 millions de personnes ux États-Unis ont regardé Sesame Street lorsqu’ils étaient enfants. En période de crise économique, la nostalgie est une raison comme une autre d’aller voter…

 

 

Élections américaines: Montrer sa photo ou pas?

Le 6 novembre prochain, un des éléments qui va compter tant dans les discours que pour le nombre de suffrages exprimés est l’identité de l’électeur. Devenue un des enjeux clés des derniers cycles électoraux et l’un des fers de lance du parti républicain dans sa lutte contre la fraude électoral (il y a polarisation autour de cet enjeu, les Républicains s’opposant aux Démocrates qui eux voient dans toutes ces velléités de réforme une volonté de limiter l’accès au vote de certaines minorités), l’identification de l’électeur fait l’objet d’un grand nombre de lois à travers le pays (c’est un sujet qui est décentralisé). Trente États vont ainsi requérir une preuve d’identité. Dix-sept d’entre eux prévoient que cette pièce d’identité comporte une photo.

Et à ce titre, la Pennsylvanie s’est vue suspendre l’application de la loi qui imposait le contrôle de l’identité des électeurs au motif, selon le juge, que le nombre de cartes d’identité distribués, à cinq semaines de l’élection, demeurait trop faible pour garantir une votation juste et équitable.

Alors que le Département de la Justice a, conformément aux dispositions du Voting Rights Act, validé la loi de Virginie mais a, par contre, invalidé celles de Caroline du Nord, du Texas, tandis que celle du Mississippi est à l’examen – en attendant le Mississippi ne peut donc pas s’en prévaloir.

Toutes les informations sur ce sujet, tout comme la carte ci-après, sont disponibles sur le site de la National Conference of State Legislatures.

 

 

La convention, le rebond… l’élection.

Chaque convention nationale permet de donner (ou d’essayer de donner) une unité du parti, à travers la fédération, de toutes les factions du parti. Cela se fait notamment autour de l’adoption de la plate-forme du parti: l’exclusion des délégués contestataires de Ron Paul durant la convention républicaine, ou la réintégration de la place de Jérusalem dans la géopolitique moyen-orientale lors de la convention démocrate, témoignent de cette volonté de rallier toutes les franges du parti, ou  à défaut, de les éloigner pour qu’elles ne ternissent l’image unitaire du parti.

Les conventions nationales constituent un tremplin pour le Ticket officiellement désigné : en règle générale il fait un bond considérable dans les sondages. C’est d’ailleurs ce rebond qui a permis, en 2004, à George W. Bush de passer devant John Kerry, dont la crédibilité commençait de toute manière à s’éroder sous l’effet des premières campagnes publicitaires du Swift Boat Veterans for Truth. En 2008, John McCain a également bénéficié de cet effet-rebond, dans la foulée de la très médiatisée nomination de Sarah Palin comme colistière.

Le « rebond de convention » dans les sondages 1964-2012

Convention démocrate Convention Républicaine
Année Convention Candidat investi Rebond
%
Convention Candidat investi Rebond
%
2012 Sept. 3-6 Barack Obama xx Aug. 27-30 Mitt Romney xx
2008* Aug. 25-28 Barack Obama 4 Sept. 1-4 John McCain 6
2004 July 26-29 John Kerry -1 Aug 30-Sep 2 George W. Bush 2
2000 Aug. 14-17 Al Gore 8 Jul 31-Aug 3 George W. Bush 8
1996 Aug. 26-29 Bill Clinton 5 Aug. 12-15 Bob Dole 3
1992 July 13-16 Bill Clinton 16 Aug. 17-20 George Bush 5
1988 July 18-21 Mike Dukakis 7 Aug. 15-18 George Bush 6
1984 July 16-19 Walter Mondale 9 Aug. 20-23 Ronald Reagan 4
1980 Aug. 11-14 Jimmy Carter 10 July 14-17 Ronald Reagan 8
1976 July 12-15 Jimmy Carter 9 Aug. 16-19 Gerald Ford 5
1972 July 10-13 George McGovern 0 Aug. 21-23 Richard Nixon 7
1968 Aug. 26-29 Hubert Humphrey 2 Aug. 5-8 Richard Nixon 5
1964 Aug. 24-27 Lyndon Johnson 3 July 13-16 Barry Goldwater 5
 source: The American Presidency Project

Le Ticket Romney-Ryan espérait sans aucun doute surfer sur une vague similaire. La biographie et le discours d’acceptation de Romney, le discours de Marco Rubio ou celui de Jebb Bush, l’allocution remarquée de la seule « survivante » (politiquement s’entend) de l’Administration Bush Condoleezza Rice, ont été occultés par l’étrange prestation de Clint Eastwood, dont les médias et les émissions d’humour se sont emparés, aux dépens du rebond tant attendu.

Il y a bien eu un rebond dans les sondages pour le ticket républicain (voir ici) que Nate Silver a tenté d’extrapoler.

À la suite de la convention démocrate, dans la foulée d’un discours spectaculaire de Bill Clinton, en appui à Barack Obama, et d’un discours plus mitigé de Barack Obama lui-même, les sondeurs ont enregistré pratiquement immédiatement un rebond dans les sondages.

Et malgré des chiffres défavorables concernant l’emploi, Barack Obama paraît consolider son avantage:

source: http://www.gallup.com/poll/150743/Obama-Romney.aspx

 

Comme l’explique Nate Silver, un rebond ne garantit pas l’élection. Parfois, seule une semaine de couverture médiatique intensive permet au candidat concerné de bénéficier d’un léger avantage dans les sondages mais ne va pas au-delà. D’autres fois au contraire, l’avantage gagné à la suite de la convention est acquis: cela a été le cas pour George W. Bush en 2004, dont le rebond post-convention s’est maintenu jusqu’à l’élection.

 

————————————————————————

Sources :

Les élections américaines 2012, site web, http://www.usa2012.uqam.ca/
Élisabeth Vallet, Le Duel, Septentrion 2008, rééd. 2012
Élisabeth Vallet et David Grondin, Les élections présidentielles américaines, Presses de l’Université du Québec, 2004.

Des États désunis?

* billet initialement publié dans le blogue Plus on est de fous, plus on blogue

L’automne 2000 s’annonçait chaud. L’élection présidentielle serrée. Venu du Texas, le gouverneur George W. Bush, avait d’ailleurs, pendant quelques semaines, paru plus sympathique que son adversaire aux yeux des Américains. C’est avec lui que le citoyen lambda se serait vu prendre une bière. Il menait donc dans les sondages, de peu. Puis quelques heures avant l’ouverture des bureaux de vote, comme si les indécis s’étaient ravisés, le démocrate et vice-président de Bill Clinton, Al Gore, était repassé devant son adversaire.

En ce soir de novembre, les médias procèdent comme l’accoutumée : les experts sont autour des tables, les grands réseaux ont mis en place leur système de décompte et de projection des voix. La routine électorale. Au fur et à mesure que ferment les bureaux de vote dans l’Est, on additionne les grands électeurs. Très vite, CNN annonce la victoire d’Al Gore en Floride : ce sera le prochain président car avec cet État-pivot dans son escarcelle, il est assuré de remporter la présidence.

 

http://www.mrmediatraining.com/index.php/tag/gabrielle-giffords/

Mais la soirée s’étire, les résultats se font incertains. CNN se ravise. Et avec elle, tous les grands médias. La nuit se termine avec une avance de… 2000 voix pour W. Le recomptage est automatique mais les médias couronnent le nouveau président… Puis se ravisent le lendemain lorsque l’écart tombe à 200. Ainsi, en ce mercredi matin de novembre, le candidat Gore a, à travers le pays, 200 000 voix de plus que son adversaire mais, parce que les grands électeurs de Floride ne sont pas attribués, le pays n’a toujours pas de président. Et ça va durer 36 jours.

La machine judiciaire s’emballe. Al Gore demande un recomptage manuel. Bush le conteste en cour. Les cours refusent de se prononcer. Sauf la Cour suprême de Floride qui autorise le recomptage.

 Photographies des bulletins de Floride: NORC, Florida Ballots Project, http://www2.norc.org/fl/ballot.asp (mai 2008).

  Les scrutateurs de tenter de déterminer l’intention de l’électeur, bulletin par bulletin.

AP Photo/Marta Lavandier – http://www.2000presidentialelection.com/

 

La Cour suprême des États-Unis finit par trancher : on arrête le recomptage, on prend les chiffres en l’état. Bush sera président.

*

Des États, réunis?

Ils avaient quitté l’Europe pour un monde meilleur. Ils rêvaient de liberté, d’une liberté absolue, sans censure, sans contrôle, sans tyran, sans Léviathan. Ils ont façonné du pays à cette image. Et les treize colonies qui ont choisi de se réunir pour faire face à l’ancienne puissance tutélaire ne voulaient pas sacrifier leur souveraineté. Lorsque le rêve s’est heurté à la réalité, ces États ont admis qu’ils devaient s’unir pour faire face à l’adversité. Sans perdre leur identité. Ces États «réunis» sont marqués par cette Histoire, celle de leur fondation. Cet idéal confédéral a survécu à l’épreuve du temps – et sous des formes diverses, comme en atteste le succès du Tea Party et de son discours anti-washingtonnien. Mais il en pâtit aussi.

 

Une union imparfaite

C’est en matière électorale que le prix de cette union imparfaite est le plus élevé. Au point d’atteindre, selon Rick Hasen, auteur de The Voting Wars, la démocratie américaine dans ses fondations, de vulnérabiliser la légitimité du gouvernement, de soulever des doutes quant à l’impartialité des juges. Malgré le séisme politique créé par la saga judiciaire autour de l’élection de George W. Bush face à Al Gore en 2000, le système électoral américain demeure étrangement hétérogène, fait de bric et de broc, sans cohérence ni logique d’ensemble : d’une région à l’autre, d’un État à l’autre, parfois même d’un comté à l’autre, les élections sont administrées différemment : 14 000 administrations ont ainsi leurs propres bulletins, machines de vote et règles de votation.  

http://www.texastribune.org/texas-politics/voter-id/about/

De fait, le système électoral américain est réellement imprécis, coûteux et inefficace :

*

Le prix de la différence

Le prix de ces distorsions est élevé : certains sont de facto exclus de l’isoloir. D’autres subissent parfois de l’intimidation. La représentante au Congrès, Tubbs Jones, avait ainsi montré que des preuves d’identité pourtant non requises par la loi avaient été exigées en 2004, mais aussi en 2008, dans les quartiers à forte population immigrée ou de couleur. Or ces manœuvres sont rendues possibles parce que les mécanismes électoraux ne sont pas uniformes à travers le pays: non seulement ils laissent une place importante à l’interprétation, mais ils rendent difficile l’information d’un électorat peu scolarisé. L’essentiel des “guerres du vote” repose sur l’accès au bureau de vote, sur l’exercice effectif du droit de vote et la complexité des bulletins ne fait que renforcer cette difficulté.

Des bulletins complexes

Le cas du bulletin établi par le secrétariat d’État de l’Ohio pour l’élection générale de 2008 – extraits de l’ouvrage « Comprendre les élections présidentielles américaines » à paraître, chez Septentrion 2012.

  Source : http://blogs.dixcdn.com/capitalblog/wp-content/uploads/2008/09/dir-2008-83-attachmentcorrected-general2008_finalno4.pdf

Le bulletin du Comté de Palm Beach, Floride – élection générale de novembre 2008

Source : http://bradfordschmidt.com/wp-content/uploads/2008/11/ballot.jpg

  Mais pour Rick Hasen, au-delà des incohérences du système, il y a la perversion de ses dysfonctionnements. Selon lui les partis ont instrumentalisé le processus électoral : le système de votation appartient désormais au vocable du stratège politique, entre fraudes massives (côté républicain) et intimidation des minorités (côté démocrate).

  Même si la Floride a été le point focal de l’élection de 2000, ce sont près de 4 à 6 millions de bulletins qui ont été indûment écartés, dont la plus grande partie… ailleurs qu’en Floride. La même chose est arrivée en 2004… en Ohio. À cette exception près que l’écart de voix entre les deux candidats à la présidence était suffisamment grand pour que les urnes controversées de l’Ohio ne fassent pas la différence. Rien n’est résolu. Et pour l’auteur de The Voting Wars, rien n’est réglé. Pire encore, avec la pression des médias sociaux, la démultiplication des litiges électoraux, et le désenchantement de la société, ce que dit Rick Hasen, c’est que la démocratie américaine qui vit dangereusement.

* Ce billet a été initialement publié dans le blogue Plus on est de fous, plus on blogue, à la suite d’une chronique à l’émission Plus on est de fous, plus on lit, sur l’ouvrage The Voting Wars publié chez Yale University Press, par le professeur Rick Hasen

Cherchez la femme…

 

Les femmes élues aux États-Unis

 

Avec la ratification par le Tennessee du 19e amendement, le 16 août 1920, les femmes américaines ont enfin obtenu le droit de vote pour lequel elles avaient longuement milité. Depuis, des groupes de pression comme EMILY’s List, American Women Presidents ou le White House Project, appuient les candidatures des femmes aux législatures des États et au Congrès fédéral : le pouvoir législatif étant perçu comme un tremplin vers le pouvoir exécutif, l’objectif avoué de ces organisations est l’accession des femmes à des fonctions politiques toujours plus importantes, pour permettre – un jour – à l’une d’entre elles d’enfin se hisser à la présidence. En ce sens, le cycle électoral de2008 a marqué un tournant avec la présence, pour la première fois dans l’histoire électorale américaine, d’une femme « présidentiable » dans la course à l’investiture démocrate et d’une femme « investie » sur le ticket républicain. Et pourtant. Durant cette année électorale peu conforme aux us de la politique états-unienne, les Américains ont été de plus en plus favorables à l’avènement d’une femme présidente; s’il a paru y avoir un rejet de la gérontocratie, il est resté que, globalement, les sondages favorisent toujours l’homme – peu importe sa couleur – par rapport à la femme.

Il y a, semble-t-il, en partie, derrière ce réflexe traditionaliste, les stigmates de l’échec Mondale-Ferraro qui conduisent une partie de l’électorat ainsi que des délégués à la convention national, par simple calcul politique, à opter pour un homme essentiellementparce qu’il est plus présidentiable.

De ce fait, si les femmes sont présentes à Washington, et ce dans les trois branches de gouvernement, elles y sont toujours en minorité. Il n’y a pas eu – du moins directement – d’effet Clinton-Palin sur le plafond de verre de la capitale fédérale. L’univers politique dans lequel évoluent les femmes à Washington reste conforme aux usages sociaux et aux représentations de genre : les hautes fonctions de la République américaine ne demeurent qu’entr’ouvertes aux femmes dès lors qu’elles touchent à la dimension régalienne de l’État, et a fortiori à la fonction de commandant en chef. Ainsi, dans l’environnement sécuritaire qui a suivi le 11 septembre, les femmes en politique ont, semblerait-il, la tâche ardue de démontrer leur leadership sans pouvoir accéder aux fonctions qui en incarnent l’essence. Et même à l’ère Clinton-Palin, la lente progression des femmes dans l’appareil exécutif américain semble devoir plus relever d’une évolution des institutions politiques sous l’effet de la pression sociétale que d’une véritable révolution de genre au cœur du pouvoir.

Les femmes ont été présentes dès les années 1930 au niveauministériel, et comme membres du Cabinet, mais elles ont été, dès le départ, cantonnées à des fonctions définies par une rhétorique machiste. Frances Perkins a été la première femme nommée – par F. D. Roosevelt – à la tête d’un ministère, le secrétariat au Travail, qu’elle a dirigé de 1933 à 1945. Après elle, 24 femmes ont siégé au Cabinet (et 45 au total ont occupé des fonctions ministérielles ou de direction d’administration – dites « de niveau ministériel »). Pour autant, elles ont été le plus souvent cantonnées aux ministères “sociaux” : secrétariat d’État à l’éducation (2/25), à la santé (6/25), au transport (3/25) au logement (2/25), au travail (7/25) ou de l’Intérieur (1/25). Elles ont été également à la tête, mais dans une moindre mesure, de ministères économiques comme le secrétariat d’État à l’énergie (1/25), au commerce (2/25) ou à l’agriculture (1/25). Si depuis la nomination de Madeleine Albright en 1997 à la tête du secrétariat d’État, deux femmes l’y ont suivie (Condoleezza Rice nommée en 2005 et Hillary Rodham Clinton nommée en 2009), il demeure que les fonctions régaliennes sont largement réservées aux hommes : aucune femme n’a jamais dirigé le secrétariat à la Défense, celui des Anciens combattants, ou encore celui du Trésor. Janet Reno a été la seule femme (nommée en 1993 par Clinton) a tenir les clés duministère de la Justice (qui n’est d’ailleurs pas un ministère per se, puisque ce n’est pas un secrétariat car il s’agit du poste d’Attorney General).

On aurait pu penser que Barack Obama avait peut-être ouvert une brèche dans cet univers régalien exclusivement masculin en nommant, en 2009, à la tête du département du Homeland Security (l’équivalent du ministère de l’Intérieur dans la majorité des démocraties occidentales), la gouverneure de l’Arizona Janet Napolitano. Pour autant, le chemin est encore long puisque, depuis 1933, elle est la seule, avec Janet Reno, à avoir occupé des fonctions ministérielles régaliennes. Il y a d’autant moins lieu de parler de « virage Obama » pour les femmes que le nombre de nominations féminines par le dernier président élu est singulièrement ordinaire . Barack Obama s’inscrit en effet totalement dans la tradition présidentielle : en nommant quatre femmes au Cabinet, il se conforme à ce qu’avait fait George W. Bush en début de mandat (quatre nominations féminines), ne fait que doubler les scores de George H. Bush et de Ronald Reagan (deux nominations féminines) et se situe très en deçà de celui de Bill Clinton (cinq femmes en début de mandat et 9 sur 19 au plus haut de sa présidence) .

Ni notables, ni constants, les progrès des femmes au sein de l’appareil exécutif ne suffisent donc pas à inverser la machine. Plus encore, dans la prévalence des ministères sociaux, se retrouve l’essence même des stéréotypes de genre  qui contribuent à qualifier les femmes en les démarquant des hommes, notamment en ayant recours à un champ sémantique relevant de la maternité ou de la féminité , le « gouvernement » appartenant à une rhétorique plus masculine par exemple que celle de la « représentation ».

C’est la raison pour laquelle la présidence Obama se fait le reflet de l’état d’esprit qui a marqué l’après 11 septembre 2001 et la perpétuelle quête de sécurité. L’opposition entre le « sexe faible » et la masculinité des fonctions régaliennes a été renforcée par la logique et le discours sécuritaires du 11 septembre. En effet, les événements de l’automne 2001, en induisant un souci accru de sécurité et un besoin de leadership fort, ont marqué, selon certaines études, un recul pour les femmes en politique et un renforcement des stéréotypes traditionnels.

Ce recul est à mettre en lien avec la place réservée aux femmes dans l’armée. En effet, alors même qu’il y a de plus en plus de femmes aux postes d’amiraux et de généraux, ces dernières demeurent bien souvent cantonnées à des postes de soutien, réduisant d’autant leur capacité d’acquérir l’aura d’un héros de guerre et, ainsi, la légitimité d’un commandant en chef fondée sur l’expérience. C’est donc une expérience dont elles ne peuvent se prévaloir – à l’inverse de Ike Eisenhower qui avait pu arguer de son expérience dans l’Armée, de John Kerry durant les élections présidentielles de 2004 ou de John McCain en 2008 qui ont tous deux mis en avant leur statut de vétérans du Vietnam. Ce n’est pas la norme mais durant certaines périodes de l’histoire des États-Unis – comme au cours de la guerre du Vietnam ou dans la foulée du 11 septembre – la notion de « leader fort » a été cruciale pour l’issue des élections présidentielles, ce qui tend à survaloriser les candidatures masculines. De surcroît, même si le critère central des élections présidentielles a été, le plus souvent, « la compassion » des candidats – ce avec quoi l’image traditionnelle de la femme serait en conformité, il demeure qu’il ne se traduit pas dans les bureaux de vote : une femme candidate à la présidence « n’a d’autre choix que de générer la perception qu’elle est un leader fort , sous peine de devoir livrer une bataille perdue d’avance.  Il n’est d’ailleurs pas anodin que, même dans la fiction, l’accession d’une femme à la présidence (selon le scénariode la série diffusée par la chaîne ABC, Commander in Chief, qui mettait en scène, durant l’automne 2005, une femme présidente pour pratiquement la première fois depuis Kisses for My President) se fasse non pas par l’élection mais par la succession puisqu’il s’agissait d’une vice-présidente devenue chef d’État à la suite du décès du président en exercice. Dès lors, la femme-candidate doit parvenir à définir son leadership dans les balises que l’Histoire, tracée au masculin, a établies pour l’institution présidentielle. Les représentations traditionnelles de genre sont donc profondément ancrées dans la perception de l’institution présidentielle : elles expliquent en partie pourquoi les femmes y sont encore sous-représentées, et particulièrement lorsque l’on touche au cœur de l’État et de ses fonctions régaliennes. Le second volet de l’explication tient à la réalité électorale et donc à la capacité des femmes à accéder aux fonctions gouvernementales : ici encore la place des femmes n’a connu que peu de progrès, notamment à l’échelle des élections fédérales aux États-Unis.

 Longtemps, à Washington et au sein du pouvoir exécutif, le seul rôle reconnu et dévolu à une femme était celui de Première dame. Du rôle social de Lucy Hayes, à celui de First Lady moderne incarné par la redoutable Eleanor Roosevelt, puis à la mutation de ce rôle avec l’arrivée dans l’aile Ouest (West Wing) d’Hillary Clinton, les Premières dames ont été grandement étudiées, seul symbole du pouvoir féminin – restreint – à la Maison-Blanche (. En effet, les femmes de la Maison-Blanche ont souvent dû se satisfaire de ce strapontin qu’est le rôle de Première dame. Si le terme de First Lady a fait son apparition dans un éditorial de Mary Clemmer Ames, à propos de l’épouse du président Hayes en 1877, il semblerait qu’il soit devenu d’usage courant à la suite de la représentation à New York de la pièce The First Lady in the Land de Dolley Madison. Pendant longtemps, la Première dame a œuvré dans l’ombre du président. Toutefois, de la même manière que son époux a fait considérablement évoluer le rôle du président, Eleanor Roosevelt a ouvert la période moderne pour ce qui est du rôle de Première dame. En poursuivant sa carrière et en promouvant des causes comme la protection des droits civiques, elle a marqué le début d’une nouvelle ère dans laquelle se sont inscrites celles qui lui ont succédé, en particulier Lady Bird Johnson. Hillary Clinton a, quant à elle, irrémédiablement modifié la place de la Première dame. La nature même du tandem « Billary » est sans doute ce qui explique qu’elle ait été la première épouse de président à avoir son propre bureau dans l’aile Ouest (alors qu’auparavant la First Lady était installée, avec son équipe, dans l’aile Est) et à mener une politique gouvernementale, en l’occurrence sur le système de santé. Enfin, l’affrontement entre les épouses des deux candidats à la présidentielle de 2008 témoigne de l’entrée dans l’arène politique des Premières dames. Toutefois cette fonction, même politique, demeure dans l’ombre du président ( comme en témoigne le départ de Lady Bird Johnson de la scène politique à la suite du décès de son mari ou encore le travail de distanciation par rapport à son époux mené par Hillary Clinton lorsqu’elle a choisi de mener sa propre carrière politique).

En ce sens, la nomination de Nancy Pelosi, première femme leader de parti au Congrès en 2003, comme première femme présidente (speaker) de la Chambre des représentants en janvier 2007 aurait pu indiquer les prémisses d’une (r)évolution de genre à Washington. D’abord parce qu’ainsi, Nancy Pelosi inaugurait l’entrée d’une femme dans des fonctions traditionnellement masculines. Mais aussi et surtout, parce qu’en accédant au poste de speaker, elle devenait la première femme à figurer aussi haut dans l’ordre de succession en cas de décès du président – et du vice-président. Jamais femme ne s’était autant approchée de la magistrature suprême. Toutefois, il en est pour souligner que la montée en épingle de cette ascension dans les médias ne fait qu’occulter une réalité autrement plus « genrée » . Ainsi, à l’issue des élections de novembre 2008, au niveau fédéral, les femmes représentent 17 % des membres du Congrès (avec 76 femmes à laChambre des représentants et 17 au Sénat) et seules huit femmes occupent le poste de gouverneur d’État.

Ces données sont essentielles dans la mesure où tous les présidents élus depuis Harry Truman sont issus de ces institutions : cinq avaient été sénateur (Truman, Kennedy, Johnson, Nixon, Obama) deux avaient été représentant (Ford, G.H. Bush) et quatre, gouverneur (Carter, Reagan, Clinton, G.W. Bush) avant d’accéder à la magistrature suprême. Le passage par l’exécutif des États fédérés ou par la législature fédérale s’impose en effet comme un cap incontournable dans la carrière politique d’un aspirant à la Maison-Blanche – ce qui justifie d’ailleurs qu’Hillary Clinton ait choisi le poste de sénateur de New York comme tremplin politique . La sous-représentation des femmes dans ces fonctions électives d’importance qui constituent justement des étapes nécessaires vers de plus hautes fonctions explique en partie le fait qu’elles sont en minorité au sein du pouvoir exécutif, notamment à la Maison-Blanche et particulièrement dans l’exercice de charges régaliennes, traditionnellement perçues comme l’apanage du pouvoir masculin. Elle révèle les limites du phénomène observé avec l’ascension de Sarah Palin et la campagne d’Hillary Clinton en 2008.

En effet, au-delà même des incidences du gender gap et de la définition par leur genre des aspirantes à un poste électif, les candidatures féminines souffrent de deux handicaps récurrents.

En premier lieu, le fait que les femmes commencent leur carrière politique plus tard que les hommes – notamment en raison de la structure familiale traditionnelle et du phénomène d’incumbency (en vertu duquel un candidat sortant à toutes les chances d’être réélu – le taux de réélection au Congrès avoisinant les 90 %) – les amène trop tardivement aux postes qui leur permettraient d’aspirer à la présidence.

En second lieu, le coût des campagnes (pour les élections primaires d’abord, et l’élection générale ensuite) est si élevé que l’aspirant doit s’affirmer avant tout un redoutable opérateur en termes de financement. Et pour l’être, il faut disposer d’un réseau qui est d’autant plus dense qu’il a été constitué de longue date – dès lors, le fait d’entrer plus tardivement en politique est un inconvénient majeur.

En effet, le processus de nomination est sans cesse plus dense et compressé. Et c’est là où le bât blesse, puisque les femmes en arrivant tardivement en politique peinent à constituer un réseau durable et à réunir les fonds nécessaires pour mener une campagne ramassée dans le temps et très onéreuse. Pour autant, Hillary Clinton a infirmé cette norme, puisqu’elle avait dégagé, au cours de la « primaire invisible » qui précède l’ouverture de l’année électorale, plus d’argent que tous ses adversaires démocrates, montrant par là même la capacité d’une femme à mettre en place un réseau efficace de levée de fonds – les bailleurs de fonds du parti démocrate s’étant tournés vers elle dès le début de l’année 2005. Ce qui n’a pas suffit. En 2008, au cœur de l’année électorale et alors qu’Hillary Clinton est encore la favorite des primaires démocrates, les Américains pensaient qu’il serait plus difficile pour une femme de se faire élire à la Maison-Blanche que pour un Noir. Et cela s’est traduit, au cours de l’été 2008, par la désignation de Barack Obama (devant Hillary Clinton) à la tête du ticket démocrate : une plus grande réceptivité n’induisait pas la prévalence d’une candidature féminine.

Texte adapté d’un papier publié dans La Revue de Recherches féministes en mai 2010.

 

Les femmes au Congrès depuis 20 ans