Premier débat – La gaffe de Romney… (celle que personne n’a vu venir)?

C’était mercredi soir. Mitt Romney était en forme. Barack Obama plutôt absent.

 C’est le premier débat de la saison. Et ce n’est traditionnellement pas une réussite pour le président sortant. Rien de nouveau sur ce front là. Mitt Romney a fait des étincelles. James Fallows l’avait prédit.

Par contre, lorsque Mitt Romney se tourne vers l’animateur Jim Lehrer (qui a été lui-même une des pierres angulaires du réseau) et l’interpelle personnellement pour ajouter  « I like PBS » (la télévision publique américaine) et « I love Big Bird » (le fameux personnage de Sesame Street – 1 rue Sésame) en ajoutant qu’il ne financera quelque chose (comme PBS) pour lequel il faut emprunter auprès de la Chine, il ne joue peut-être pas sa meilleure carte:

 

Pendant le débat, « Big Bird » est mentionné à raison de 17 000 tweets par minute. Très vite le compte twitter @FiredBigBird est créé et poste une image du célèbre personnage en plein coeur de la grande dépression :

Le lendemain, selon le National Post,  le compte twitter @FiredBigBird avait plus de 23 000 followers tandis que  @BigBirdRomney avait un peu plus de 8000 et @BlGBlRD un peu moins de 17,000.

L’acteur George Takei  poste d’ailleurs immédiatement une image qui fait référence au fameux blogue Tumblr sur les textos d’Hillary : « c’est confirmé, nous avons l’oiseau, nous le déménagerons demain en lieu sûr ».

Après le débat, le Super-Pac American Bridge 21rst Century (qui a déjà dépensé 6 millions de dollars en faveur des démocrates durant ce cycle électoral) lance une campagne sur le web critiquant Romney en mettant en scène Big Bird.

Les médias sociaux également se sont emparés de l’idée… et ce qui n’était qu’une réflexion anodine est devenu un buzz.

Pendant ce temps, le site Million Muppet March appelle d’ailleurs à une manifestation – sur le Mall à Washington – contre Mitt Romney, le 3 novembre prochain. Ainsi, ce qui appartient pour l’instant au monde télévisuel et virtuel pourrait connaître une traduction concrète.

Et les caricaturistes ont quelque chose à se mettre sous la dent, à la veille des débats qui toucheront la politique étrangère aussi – et au demeurant les points forts  d’Obama.

*

Ce n’est pas la première fois que le parti républicain propose l’idée de couper les fonds à la radiodiffusion publique. De  manière récurrente, les Républicains au Congrès proposent des amendements pour réduire ou supprimer ce financement.D’ailleurs l’un des plans de réduction du déficit de la commission Bowles-Simpson envisageait la suppression.

(L’ex-candidat à l’investiture républicaine) Rick Santorum avoue avoir déjà voté pour « tuer Big bird ».

 

Pourtant, vouloir occire Big Bird et la radio-télé-diffusion publique tient plus du symbole que de la nécessité budgétaire. PBS ne représente que 0,00014 % du budget fédéral. Big Bird est quant à lui est rentable,  depuis sa création en 1969 à la télévision.. L’organisation à but non lucratif qui produit le programme fait 46,9 millions de revenus et embauche 1320 salariés et les produits dérivés représentent pour la compagnie de jouet qui le distribue environ 75 millions de dollars par an. Big Bird dépend de PBS qui distribue l’émission. Des emplois et des petites entreprises en bénéficient également.

Au demeurant, le financement octroyé par le Congrès va à la Corporation for Public Broadcasting  qui est une organisation privée à but non lucratif. Les coupures préconisées par les Républicains  mettraient à mal le réseau des stations locales de NPR qui repose sur ce financement (72% du financement de PBS  va au réseau local de télévision et radio) et contribueraient à l’isolement d’un grand nombre de communautés rurales.

Là où Romney a probablement commis – inconsciemment – une erreur, c’est qu’il a donné à l’équipe de campagne de Barack Obama  un « moment » qui pourrait définitivement marquer ce premier débat, un outil facile à « spinner ». Il pourrait avoir créé une mascotte, qui parle de coupes budgétaires et de chômage, d’économie difficile, ce qui est au coeur des préoccupations des Américains à quelques semaines de l’élection.

L’instrumentalisation de cette déclaration par l’équipe d’Obama ne s’est d’ailleurs pas fait pas attendre. Le président-candidat déclare dans la foulée, à Denver, qu’Elmo (autre personnage célèbre de la série) doit faire attention à lui. Tandis que Big Bird apparaît à Abingdon en Virginie, dans une réunion électorale de Mitt Romney, portant la pancarte : “Crack down on Wall Street, not Sesame Street.”

La protection de Big Bird pourrait donc devenir le cri de ralliement du fameux 47% et des autres (au moins dans les campagnes publicitaires démocrates). D’autant plus aisé que Michèle Obama a déjà fait une apparition sur le plateau de l’émission:

 Comme le dit fort justement James Poniewozik du Time , toute la question n’est pas que Romney ait dit vouloir couper les vivres à PBS et NPR, mais la façon dont il l’a dit. En donnant un visage aux coupes budgétaires et à la rigueur, en utilisant un personnage enfantin donc vulnérable, en personnalisant le débat autour d’un personnage qui touche les enfants, en en faisant une icône.

Est-ce vraiment une gaffe ? Selon le journaliste du Time, la personnalisation du débat et le fait de rapporter les choses à lui (« moi aussi j’aime Big Bird, mais on n’a pas le choix ») est une formule à laquelle Romney recourt souvent car cela lui permet de sortir du registre des guerres culturelles (« les libéraux utilisent l’argent du contribuable pour altérer les valeurs américaines ») et d’être sur un terrain qui lui est plus familier (je vous comprends, on ne peut pas faire autrement).

Est-ce que ce sera payant? Au  Washington Post, Suzi Parker prévoit  que Romney pourrait regretter sa réflexion. Selon elle, d’après un sondage de 2008, «  77 millions de personnes ux États-Unis ont regardé Sesame Street lorsqu’ils étaient enfants. En période de crise économique, la nostalgie est une raison comme une autre d’aller voter…

 

 

Qu’attendre du premier débat Obama-Romney?

Une contribution spéciale de Julien Tourreille

À quelques heures du premier débat présidentiel qui se tiendra à Denver mercredi 3 octobre de 21h à 22h30 heure de l’Est, la dynamique de la campagne semble nettement favorable au président sortant. Les sondages nationaux donnent certes l’impression d’une course indécise (Obama est crédité d’une avance de 3,5 points en moyenne), mais les projections des voix au Collège électoral, clé véritable de l’accession à la Maison-Blanche, sont actuellement très favorables à Barack Obama. Selon les estimations du site RealClearPolitics.com, il flirte en effet avec la majorité des 270 voix requises pour remporter la présidentielle. À un mois de la tenue du scrutin et alors que le vote par anticipation a commencé en Iowa et dans l’Ohio, la course serait-elle donc déjà jouée ? Mitt Romney peut-il s’appuyer sur les débats pour relancer sa campagne ? Quels sont les stratégies et les atouts que devraient mettre en œuvre les deux aspirants à la présidence au cours de ces joutes oratoires ? Quelle est au final l’importance des débats ?

Un regain d’attaques à la veille du premier débat

Dans les deux jours précédents le premier débat présidentiel, les deux candidats ont délaissé le terrain afin de préparer leur premier face à face. Leurs équipes n’ont cependant pas délaissé la campagne. Au contraire, elles ont débuté la semaine en multipliant les attaques contre l’adversaire. Cherchant à profiter de la situation au Moyen-Orient pour déstabiliser Obama sur ce qui est un de ses points forts, Mitt Romney a publié dans le Wall Street Journal du lundi 1er octobre un article d’opinion dans lequel il attaque vigoureusement la politique étrangère mise en œuvre par l’administration Obama. Le candidat républicain soutient par exemple que les Etats-Unis subissent les évènements au lieu de les façonner en faveur des intérêts américains et de ceux de leurs alliés. Dès lors, soutient-il, cette politique est « dangereuse ». Lundi également, le parti républicain a ouvert un site internet, failedpromise.com, dans lequel sont dénoncées les promesses électorales formulées en 2008 et non tenues par le président Obama.

L’équipe de campagne de ce dernier a pour sa part annoncé que des responsables politiques et des fonctionnaires du Massachussetts se rendraient dans des États-clés tels que l’Ohio, la Floride, ou encore la Virginie, pour présenter un bilan négatif de l’expérience de Romney à la tête de cet État. De plus, des syndicats proches des démocrates multiplient les distributions de pamphlets dénonçant les propos du candidat républicain au sujet des « 47 % d’Américains » qui ne paient pas d’impôts sur le revenu, qui dépendent de l’aide gouvernementale, et qui ne voteront jamais pour lui.

Si les deux équipes de campagne multiplient les offensives en ce début de semaine, elles utilisent également une stratégie classique et identique pour présenter le premier débat. Tant dans le camp Romney que dans celui d’Obama, le mot d’ordre est à la diminution des attentes et à l’insistance sur les forces de l’adversaire. L’objectif est simple : mettre la pression sur le candidat de l’autre camp et préparer le terrain pour pouvoir affirmer, une fois le débat achevé, que celui-ci a été un succès car les attentes ont été atteintes, voire même dépassées. Pour autant, Barack Obama et Mitt Romney ne sont pas dans une situation identique à la veille de ce premier débat.

Source : Washington Post – ABC News Poll, 30 septembre 2012, http://www.washingtonpost.com/politics/decision2012/tight-race-nationally-as-first-debate-approaches/2012/09/30/82d0d402-0b28-11e2-a310-2363842b7057_story.html

Une dynamique positive pour Barack Obama

Le président Obama entame en effet la dernière ligne droite de cette campagne dans une position plutôt favorable. Avec un Américain sur deux qui se dit favorable à l’action du président, Barack Obama se situe à un niveau proche de ses trois derniers prédécesseurs ayant obtenu un second mandat à la Maison-Blanche. Il est en tout cas dans une situation bien plus favorable que celle des deux derniers présidents sortants, George H. W. Bush et Jimmy Carter, n’ayant pas été réélus.

Source : Washington Post – ABC News Poll, 30 septembre 2012, http://www.washingtonpost.com/politics/decision2012/public-opinion-ahead-of-first-debate/2012/09/30/f48ad37e-0b53-11e2-bb5e-492c0d30bff6_graphic.html

Un débat crucial pour Mitt Romney

Pour Mitt Romney, la situation est en revanche un peu plus compliquée. Sa campagne a connu des difficultés au cours des dernières semaines. Ses commentaires au sujet des « 47 % d’Américains » qui ne paient pas d’impôts sur le revenu et qui seraient dépendants de l’aide de l’État ont suscité une controverse que les Démocrates n’ont pas manqué d’exploiter. Alors qu’il a cherché à politiser les événements récents au Moyen-Orient, en particulier l’assassinat de l’ambassadeur américain en Libye, Mitt Romney n’est pas parvenu à renforcer sa crédibilité sur un sujet traditionnellement fort du parti républicain : la politique étrangère. Il devrait d’ailleurs prononcer la semaine prochaine un discours majeur sur celle-ci.

Ce premier débat est donc crucial pour un Mitt Romney qui doit saisir l’occasion pour relancer sa campagne. Des figures importantes chez les Républicains, par exemple le gouverneur du New Jersey Chris Christie ou l’ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich se sont montrés pessimistes lors des émissions politiques dominicales le 30 septembre. Gingrich a ainsi soutenu que Romney devait apparaître à l’issu du premier débat comme une alternative crédible afin de donner à sa « campagne une chance de vivre ».

Romney doit également convaincre des bailleurs de fonds influents. Eux aussi commencent à douter de ses chances de remporter la présidence. S’ils s’avéraient déçus de la performance de Romney au cours de ce débat, ils pourraient décider de réorienter leurs fonds vers la course au Congrès où les Républicains espèrent garder leur majorité à la Chambre des représentants et aimeraient faire des gains au Sénat.

Or, ces bailleurs de fonds, à travers les groupes d’action politique qu’ils financent (les PACs et les Super-Pacs), ont joué un rôle crucial au cours de l’été 2012 pour maintenir Mitt Romney dans la course à la Maison-Blanche. De mi-mai à fin juillet, la campagne de Barack Obama a ainsi dépensé 111 millions de dollars ; celle de Romney à peine 42 millions. Cet écart a été atténué, renversé même en faveur de Romney, grâce aux contributions de groupes d’action politique formellement indépendants des candidats, mais qui jouent un rôle de plus en plus important dans le processus électoral. Ces groupes proches des Démocrates ont dépensé au cours de la même période 18 millions de dollars contre 110 millions pour ceux proches des Républicains. L’ancien conseiller de George W. Bush, Karl Rove, dirige deux de ces groupes les plus importants : American Crossroads et Crossroads GPS. Le verdict qu’il portera sur le premier débat sera particulièrement attendu, à tel point que certains observateurs estiment qu’il pourrait décider du sort de la campagne de Mitt Romney.

Romney vs Obama : état des forces en présence

Dans un tel contexte, voici résumés les principaux atouts de Mitt Romney, les plus grands risques pour Barack Obama et leurs objectifs généraux pour le premier débat :

Les atouts de Mitt Romney :

–       Pratique intensive des débats au cours des derniers mois : il en a fait pas moins de 23 au cours de la primaire républicaine, alors que pour Barack Obama le dernier débat remonte à 2008.

–       Projette une image de calme et de confiance.

–       Habile dans l’utilisation de mots clés et de formules percutantes.

Les risques pour Barack Obama :

–       Apparaître ennuyé et condescendant. Lors des primaires démocrates de 2008, le propos qu’il a tenu à l’endroit d’Hillary Clinton, « you are likeable enough », avant le vote dans le New Hampshire avait nettement contribué à relancer la campagne de cette dernière qui l’avait remporté dans cet État.

–       La perception répandue chez une partie de l’électorat que la campagne de Romney est à la dérive et que par conséquent le président sortant pourrait remporter par K.O. ce premier débat.

–       Si Obama est reconnu pour être un grand orateur, ses performances lors des primaires démocrates en 2007-2008 et lors des débats présidentiels de 2008 ont mis en évidence qu’il n’est pas particulièrement à l’aise dans ce type d’exercice.

 

Ce que devrait faire Romney :

–       Etre précis sur les enjeux et sur les solutions qu’il entend apporter aux difficultés que connaissent les Etats-Unis. À cet égard, il lui faudra nettement rompre avec les propos vagues et les platitudes de ses discours.

–       Surprendre. Pour un nombre croissant d’électeurs et d’observateurs, la campagne de Romney est sur une pente descendante depuis quelques semaines, n’arrivant pas en particulier à ciseler son message ni à mener des attaques efficaces contre Obama.

–       Créer un sentiment de proximité avec l’électeur. Un peu d’autodérision permettrait à Romney de briser une image de distance avec l’Américain moyen, de donner un peu de sympathie.

 

Ce que devrait faire Barack Obama :

–       Être présidentiel : la phrase la plus efficace de son discours à la convention démocrate fut sans doute « je ne suis plus uniquement un candidat. Je suis le président ». En prenant ainsi de la hauteur, en rappelant le poids des responsabilités qu’il exerce depuis presque 4 ans dans un contexte pour le moins délicat, il fait apparaître par comparaison Mitt Romney comme inexpérimenté.

–       Être humble. S’il doit éviter d’être condescendant comme il l’a pu l’être à l’encontre de Hillary Clinton en 2008, Barack Obama doit surtout assurer les Américains qu’il a déjà établi les bases pour favoriser un regain économique qui pourra se concrétiser sous son second mandat.

–       Émuler Bill Clinton dont le discours à la convention de Charlotte a permis, selon les observateurs et analystes, de redonner un certain optimisme chez la population quant aux perspectives économiques du pays. En effet, fin août, 42 % des Américains estimaient que le pays irait dans une bonne direction en matière économique si Barack Obama était réélu. Ils sont 47 % fin septembre. (Si Romney était élu, les chiffres sont respectivement de 46 % et 51 %).

L’influence limitée des débats sur l’issue du scrutin

Il y a quelques jours, 69 % des Américains sondés par Gallup affirmaient que les débats n’influenceraient pas vraiment ou pas du tout leur choix. Les débats marquent l’entrée dans la dernière ligne droite de l’élection présidentielle. Ils peuvent donner lieu à des épisodes mémorables. Une étude portant sur la période 1960 – 2004 publiée par Gallup en 2008 tend cependant à démontrer que ceux-ci n’ont eu un impact décisif sur l’issue de la campagne qu’à deux reprises : en 1960 lors des débats entre John F. Kennedy et Richard Nixon, et en 2000 entre Al Gore et George W. Bush.

Mitt Romney peut essayer de garder espoir en se rappelant que le premier débat est habituellement défavorable au président sortant. Outre un bilan parfois délicat à défendre, le président en exercice a significativement moins de temps pour se préparer d’une part, et n’a pas eu l’occasion de pratiquer ce type d’exercice au cours des 4 dernières années d’autre part. Son adversaire a quant à lui un peu plus de latitude pour aménager des sessions de préparation tout au long de la campagne et a acquis une expérience pendant les primaires de son parti. Romney a participé à 23 débats lors de la course à l’investiture républicaine. Rien n’indique toutefois que cela soit suffisant pour inverser le cours de la campagne.

I am not a crook – Corruption, mensonges et élections

 

Dès 1796, c’est la cession d’un territoire de près de 142 000 kilomètres carrés (et couvrant à peu près les territoires de l’Alabama et du Mississippi)  qui secoue la vie politique américaine, aboutissant avec une décision en cour suprême (Fletcher v. Peck) : en effet le territoire du Yazoo a été cédé, sur fonds de corruption de tous les membres du Parlement de la Georgie, de deux sénateurs des États-Unis et d’un magistrat de la Cour suprême à un prix dérisoire. Si l’histoire du 19e siècle est ainsi émaillée d’affaires de corruption d’hommes politiques comme l’a fort bien expliqué par exemple l’américaniste Marie-France Toinet dans ses ouvrages.

Il faudra attendre la présidence de Theodore Roosevelt pour voir évoluer les choses pour la première fois. En effet, Teddy Roosevelt, inquiet de l’influence des grandes entreprises dans le processus électoral, est à l’origine d’une loi prohibant les dons des grandes entreprises dans les élections fédérales : l’interdiction formulée par le Tillman Act, adopté en 1907 par le Congrès, est étendue aux associations syndicales en 1947, avec la loi Taft-Hartley. En 1910, le Federal Corrupt Practices Act (dit Publicity Act) est la première loi fédérale contraignant les partis politiques à révéler l’origine des fonds qui leur sont versés pour des campagnes électorales au Congrès. Elle est amendée en 1911 pour imposer aux candidats de présenter des états financiers sur  « de manière à exiger que tous les candidats aux élections fédérales présentent les états financiers de leur campagnes électorales, incluant les primaires.

Cette loi ne parvient pourtant pas à prévenir le scandale du « Teapot Dome », une affaire de pots-de-vin de compagnies pétrolières à des officiels fédéraux. Le Federal Corrupt Practices Act de 1925 amende donc le Publicity Act en établissant des limites de dépenses pour les candidats aux élections congressionnelles et en renforçant les exigences de transparence. En 1939, le Hatch Act encadre l’implication politique des employés des gouvernements fédéral et du district de Columbia (Washington D.C.), des administrations fédérées et locales en lien direct avec des programmes financés par des subsides fédéraux : ils peuvent personnellement contribuer à la campagne d’un candidat en dehors de l’exercice de leurs fonctions, mais ne peuvent pas utiliser de fonds publics à cette fin, et ne peuvent utiliser leurs fonctions pour promouvoir un candidat ou convaincre des électeurs. Les restrictions sont considérables puisque l’affichage ostentatoire d’intentions partisanes dans l’exercice de leurs fonctions, prohibé par la loi, va jusqu’au port d’épinglettes ou de macarons partisans.

Toutefois, l’ensemble des restrictions mises en place n’affecte que très peu les élections présidentielles. Ce que vient changer l’adoption, en 1971, du Federal Election Campaign Act (FECA). Cette loi requiert que les candidats rendent publient leurs sources de financement et la nature de leurs dépenses électorales. En principe, le FECA encadre le financement public et privé de l’ensemble des campagnes électorales fédérales. Pour autant, la corruption est loin d’être éradiquée des élections présidentielles : ainsi, par exemple, en mars 1971, lors de la campagne électorale présidentielle de 1972, le prix du lait augmente de quelques cents pour le bénéfice (plusieurs centaines de millions de dollars) des coopératives laitières américaines qui viennent de promettre au président Nixon une contribution de plusieurs millions de dollars à sa campagne électorale. Tandis qu’il n’existe alors aucune limite aux dépenses que peut effectuer un candidat en vue de son élection, le scandale de Watergate, survenu quelques années plus tard, crée une onde de choc sans précédent.

Car le Watergate est d’abord un scandale électoral. En effet, quelque temps  avant la convention démocrate de 1972, cinq hommes sont arrêtés, alors qu’ils sont en train d’installer un système d’espionnage électronique dans les locaux du Comité national démocrate, au cœur d’un ensemble d’immeubles nommés le Watergate. À la  veille de la campagne électorale, le parti démocrate choisit d’instrumentaliser et de capitaliser sur l’événement. Mais c’est une commission d’enquête du Sénat qui, en 1973, obtient l’ensemble des éléments : les proches collaborateurs du président Nixon ont orchestré cette effraction et ont délibérément cherché à couvrir leurs traces. Nixon nie toute connaissance de l’affaire et « démissionne » ceux qui sont impliqués. Cependant, lorsque l’on découvre que toutes les conversations qui se tiennent dans le bureau ovale sont enregistrées, la justice demande les bandes ; Nixon invoque le privilège de l’exécutif et démet le procureur spécial qui devient trop insistant. Sommé par la Cour suprême de soumettre les bandes magnétiques, Nixon finit par les remettre et sonne le glas de sa présidence, puisque les enregistrements prouvent hors de tout doute que le président est impliqué dans ce délit. Dans le même temps, les bandes révèlent des financements électoraux dont on a voulu occulter l’origine. Le Congrès amorce une procédure de destitution (impeachment) mais Nixon démissionne avant que la chambre se prononce. C’est donc un besoin de purger la vie politique et de lui redonner une plus grande transparence qui conduit à l’amendement de la loi de 1971.

La fin de la présidence de Nixon permet de révéler un ensemble de pratiques électorales douteuses comme l’explique très bien John Blake :

Il cite des pratiques comme celle qui consistait à aller voir les grosses entreprises, et à leur dire de contribuer à la campagne électorale du président, car ces dernières ne pouvaient pas vouloir être « opposées à l’administration en place » (you don’t want to be against us) pour conclure : « ça s’appelle de l’extortion ». Au point où littéralement, des sacs d’argents étaient apportés au bureau de la campagne (il cite pour ce faire Gerry Keim, qui est à la tête du département de gestion de l’école de commerce de l’Université Arizona State), car les corporations étaient menacées d’audit fiscal. Le chantage fonctionnait bien, et Nixon renvoyait l’ascenseur.

C’est un électrochoc pour la société américaine qui éprouve le besoin de moraliser la vie politique. Et le Congrès, qui a retrouvé l’ascendant sur la présidence, décide de durcir les dispositions du FECA. Il enclenche une ère de réformes importantes pour la démocratie américaine en mettant en place, en 1974 et 1979, la Commission des élections fédérales (FEC) qui est chargée de la mise en œuvre effective des lois sur le financement électoral ainsi que de l’allocation des fonds publics aux élections présidentielles. L’idée était de limiter les montants donnés aux campagnes électorales. Ces mesures ont un but, celui d’intéresser de nouveau les citoyens aux élections et d’accroître le taux de participation.

 En 1976, par la décision Buckley v. Valeo, la Cour suprême précise les contours du FECA dans une décision qui préfigure celle de 2010. Elle a estime que les plafonds de dépenses définit par le FECA sont inconstitutionnels, à l’exception de ceux acceptés volontairement par les candidats, notamment parce qu’ils portent atteinte à la liberté d’expression, telle qu’elle est définie par la Constitution. Par contre, le plafonnement des contributions privées a été jugé conforme à la Constitution pour enrayer le clientélisme électoral. Par contre la Cour ouvre une brèche en autorisant l’usage de soft money pour les « communications électorales » que la loi de 1979 conforte en créant une niche permettant aux partis politiques d’obtenir des dons substantiels via les comités 527 pour financer indirectement la campagne électorale des candidats aux élections fédérales: il n’y a alors pas de limites à ce que les partis peuvent recueillir ni à la façon de le dépenser. La question de leur compatibilité avec le BCRA a d’ailleurs été posé à la FEC par les républicains, début 2004, un groupe d’organisations démocrates ayant indirectement appuyé John Kerry en attaquant le président Bush par le biais de publicités télévisées, au prix de plusieurs millions de dollars mais la décision de la FEC, rendue le 13 mai 2004, donne raison aux démocrates.

Ainsi le dispositif demeure imparfait et n’empêche pas l’explosion des dépenses électorales et le poids croissant des lobbies.

Preuve en est, en 1996, l’utilisation des résidences officielles pour accueillir les plus généreux des bailleurs de fonds électoraux. L’affaire est révélée par un article du New York Times en avril 1998 et porte sur l’élection de Clinton en 1996 : en effet, deux compagnies américaines auraient effectué des transferts illégaux de technologie au profit de la Chine tandis que le lien entre l’approbation par le président du lancement d’un satellite américain par les Chinois et le patron de l’entreprise en cause, Loral Space and Communications, et également l’un des généreux donateurs du parti démocrate, est probant. Il a très vite été établi par les journalistes, et notamment Jeff Gerth auteur du scoop : la campagne de Clinton aurait-elle été financée par la Chine ? Bien que le ministère de la Justice ait statué sur l’absence de corruption, des commissions d’enquête parlementaires et des journalistes ont continué à enquêter, sans résultat évident mais le parfum de corruption est toujours là. C’est également ainsi qu’en récompense de leur appui les plus gros contributeurs aux campagnes électorales ont pu voyager à bord de l’Air Force One, faire partie de missions commerciales à l’étranger, ou encore dormir dans la chambre Lincoln à la Maison-Blanche. La pratique est courante mais lorsque que les médias se sont emparés de l’affaire, la Maison Blanche a été obligée de publier la liste des personnes ayant été accueillies dans la chambre de Lincoln à la suite de l’entrée en fonction des présidents. De la même manière, en juillet 2002, la Maison Blanche a publié une liste des hôtes de la chambre de Lincoln depuis l’entrée en fonction du président Bush en 2001. C’est ainsi, selon l’Associated Press, que six gros donateurs de la campagne électorale (effectuant des levées de fonds supérieures à 100 000 dollars) sont dans cette liste. Rebelote en 2012, c’est cette fois-ci le Washington Post qui met le doigt sur le phénomène: les plus gros donateurs ont un accès garanti aux événements de la Maison-Blanche.

Il faut attendre 2002 pour que les choses évoluent de nouveau. En effet, au début de l’année, la 7e plus grosse entreprise américaine Enron fait faillite, sombrant dans deux scandales. Le premier était d’ordre financier : les dirigeants d’Enron trafiquaient des comptes pour augmenter leurs bénéfices et la cote de l’entreprise en bourse, engloutissant ainsi les fonds de pension de milliers de petits épargnants. Le deuxième scandale est politique. Enron finançait les deux principaux partis politiques américains dans le but d’accélérer la déréglementation du secteur de l’électricité et de gagner de nouveaux marchés. Enron versait de l’argent au président démocrate Bill Clinton d’un côté et au président républicain de la Chambre des représentants Tom Delay de l’autre. Le premier assurait la promotion de l’entreprise lors des missions à l’étranger et le second avait par exemple soumis un projet de loi visant à déréglementer le marché de l’électricité. C’est toutefois sous W. Bush que tout implose, et c’est lui qui est éclaboussé par le scandale ; or le 6 novembre 2002, pour que le Bipartisan Campaign Reform Act vienne compléter le dispositif. Connue sous le nom de ses géniteurs (deux sénateurs, le républicain d’Arizona John McCain et le démocrate du Wisconsin Russ Feingold), cette nouvelle loi réglemente substantiellement le financement électoral : le plafonnement des contributions électorales, l’encadrement des dépenses électorales, le financement public des élections présidentielles et la transparence des comptes de campagne.

Mais elle a un effet pervers et les candidats renoncent de plus en plus fréquemment au financement public de façon à ne pas se voir imposer de seuil de dépenses. Il faut dire que la limite imposée par l’utilisation du financement public ne correspond plus au coût réel des campagnes électorales. Ainsi John Connally (1980), Steve Forbes (1996 et 2000), John Kerry (2004) et George W. Bush (2000 et 2004), Barack Obama (en 2008) (ainsi que John McCain pour les primaires) ont renoncé au financement public. D’ailleurs George W. Bush a été le premier candidat à obtenir la magistrature suprême sans fonds publics.

Une série de décisions juridictionnelles, rendues entre 2009 et 2010, par la Cour d’appel fédérale du DC  et la Cour suprême (Emily’s List v. FEC, Citizens United v. FEC, SpeechNow.org v. FEC), auxquelles s’ajoutent deux avis de la FEC, viennent progressivement modifier le paysage électoral, même si, comme l’explique un rapport complet du CRS en date de 2011, un grand nombre de dispositions demeurent intactes.

En effet, la décision (5 contre 4) de la Cour suprême de janvier 2010, invalide les dispositions du FECA qui interdisent aux entreprises et syndicats de financer des dépenses indépendantes (independent expenditures) et des communications électorales. Ainsi ces personnes morales peuvent donc directement (alors qu’auparavant cela devait se faire par le biais des PACs) financer des publicités soutenant ou décriant tel ou tel candidat ou simplement évoquant leurs noms.

Les Super PACs – dont l’origine réelle demeure l’objet de débats – qui sont des PACs qui peuvent disposer de contributions non limitées (résultat de la décision SpeechNow) afin de financer des dépenses indépendantes seulement (résultat de la décision Citizens United) mais doivent théoriquement les divulguer à la FECthéoriquement car le détour des fonds par des groupes caritatifs relevant de la clause 501c(4) et (6) permet de contourner l’obligation.

Dépenses – Février 2012

Il faut cependant noter, à l’instar du Congressional Research Service, que ces arrêts ne touchent que les dépenses indépendantes et les communications électorales mais pas l’interdiction qui est faite aux corporations et syndicats de contribuer directement aux campagnes électorales fédérales:

Ce n’est pas dans le cadre des élections présidentielles que le pire est à craindre, selon Professeur Hasen,  puisque l’affluence des dépenses aura pour bénéfice d’informer la population, mais bien dans le cadre des législatives. Pour essayer de réduire l’influence extérieure dans le processus électoral que le président Obama redoutait dans son discours sur l’état de l’Union la même année, un projet de loi (Le Disclose Act) a été déposé durant l’été 2010 – mais a été au final rejeté par le Sénat : l’objectif était de limiter les influences étrangères notamment en renforçant la transparence des contributions électorales et en limitant la place de le « dark money » (dont on ne connaît pas la provenance).

L’opacité du processus électoral, le grand besoin de financement des candidats et le «vol» de l’élection de 2000 ont alimenté et attisent encore les théories du complot, à tel point que l’on imagine que certains groupes sont en mesure de «faire» l’élection et par voie de conséquence de monopoliser les canaux de communication une fois le président en place. Seul obstacle à cette thèse, les groupes soupçonnés de vouloir monopoliser l’acquisition et l’exercice du pouvoir (que l’on parle du pouvoir religieux ou de n’importe quel autre lobby) sont bien moins monolithiques qu’il n’appert, et leur division est un empêchement considérable à l’aboutissement d’un complot – sans parler d’une efficace stratégie de conquête. Cela n’empêche pas que ponctuellement, localement, républicains et démocrates s’accusent mutuellement – parfois à juste titre – de comploter pour écarter des pans entiers de l’électorat favorable à l’adversaire. En outre, en 2008 cependant, les plus riches des candidats au début de l’année ont perdu l’investiture: Mitt Romney, côté républicain, et Hillary Clinton, côté démocrate, ont tous deux amorcé l’année en favoris mais ne seront pas parvenus à remporter la nomination pour représenter leur parti. De surcroît, les scores peu reluisants de richissimes candidats comme Ross Perot ou Steve Forbes sont également un contre-exemple. Et la difficulté de Mitt Romney à prendre la tête de la course à l’investiture républicaine en 2012 abonde dans le même sens. L’argent ne ferait peut-être pas le bonheur… électoral.

PS: Yes. Nixon WAS a crook.

Un duel sans merci – Sous le soleil de Floride (Version longue)

(Version courte parue dans le Devoir du 24 janvier 2012)

Dix jours. C’est la première fois depuis le début de l’année électorale que les candidats du parti républicain ont autant de temps pour se repositionner et fourbir leurs armes. Direction la Floride. En effet, le rideau vient à peine de tomber sur la Caroline du Sud que tous les efforts de campagne sont déjà à l’œuvre dans l’État de l’Orange, tout au moins pour Gingrich et Romney. Santorum, moins bien placé dans les sondages, mettra peut-être moins d’énergie dans une primaire qui lui offre, compte tenu du mode de scrutin, peu de chances d’emporter des délégués, tandis que Paul a, quant à lui, annoncé qu’il renonçait à mener une bataille de grande envergure pour se concentrer sur la prochaine étape : les caucus du Nevada. En effet, à moins d’un nouveau revirement, le suspense pourrait bien durer jusqu’au Super Tuesday, le 6 mars prochain : en fait de blitz électoral, ce sera un marathon.

La Floride, cet État pas (tout à fait) comme les autres

Par sa diversité démographique, son étendue, son poids dans l’élection générale, la Floride se distingue des trois États précédents à avoir tenu des primaires. Par contre, elle rendra sans doute mieux compte de l’atmosphère de l’élection générale de novembre. Les Hispaniques représentent 22.5% de la population (les Blancs non hispaniques sont 57,9% des Floridiens), et en font le 3e État hispanophone aux États-Unis. Plus du quart des Floridiens parle une langue autre que l’anglais à la maison. Ce n’est donc pas tout à fait un hasard si, Mitt Romney, avec son histoire personnelle mexicaine, part avec un peu d’avance chez les Hispanophones et a lancé une campagne téléphonique de grande ampleur auprès d’eux ; tandis que dans le même temps, Gingrich a embauché d’anciens conseillers du très couru sénateur Marco Rubio. En outre, en Floride, les retraités représentent 17,3% de la population. On y trouve également 25% d’évangéliques, 15% de protestants traditionnels, 26% de catholiques, 16% de non-croyants et très peu de mormons. La population y a augmenté de 17,6% en 10 ans, pour atteindre 18,8 millions d’habitants. Le taux de chômage est supérieur de plus d’un point à la moyenne nationale (9,9%) pour atteindre dans certains comtés les deux chiffres (jusqu’à 12%). 15% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, ce qui est proche des chiffres nationaux. Par contre, le revenu familial moyen est inférieur de 5000$ à la moyenne nationale. Enfin c’est en Floride que l’on enregistre parmi les plus hauts taux de saisie de maison (avec une maison sur 360, elle figure parmi les  cinq États les plus touchés).

La Floride est donc un État difficile à saisir en une phrase, un slogan ou une publicité. Au nord-ouest (le fameux « panhandle) où se concentrent les conservateurs sociaux, ou autour de Miami, terre d’émigration, le portrait est radicalement différent, sans parler de l’afflux des retraités pour beaucoup venant du Nord-Est, plus modérés. Ajoutons à cela qu’il en coûte deux millions par semaine pour couvrir les dix gros marchés médiatiques de la Floride et arroser la totalité de l’État. Ce que Romney fait depuis plusieurs semaines tout en menant une campagne téléphonique active auprès de ceux qui votent par anticipation (200 000 ont déjà voté). Il reste donc à Gingrich, en rebondissant sur l’engouement généré par son succès en Caroline du Sud, de « créer la nouvelle » pour être présent dans les médias. Les deux débats sont donc l’occasion rêvée : d’une part il excelle dans cet exercice à l’inverse de Romney. D’autre part, la Caroline du Sud a montré que les débats comptent, au point d’éclipser le poids des publicités, et de déterminer le vote des indécis, de plus en plus nombreux.

En outre, les primaires de Floride sont fermées : seuls les 4 millions d’électeurs enregistrés comme républicains (il faut s’être déclaré comme républicain sur les listes électorales au moins 29 jours avant la primaire pour pouvoir voter) pourront se prononcer. Ce qui exclut 11 millions d’électeurs enregistrés auprès d’un tiers parti ou comme indépendants qui auraient pu voter dans le cadre d’une primaire ouverte et, ce faisant, assure le primat de la base – plus conservatrice.  Enfin le mode de scrutin est un winner-take-all, où tous les 50  délégués (et non 99 – la Floride étant sanctionnée pour avoir devancé sa date de primaire) vont à celui des candidats qui emporte la majorité des voix : le vote de mardi prochain est donc, sur le plan arithmétique, déterminant

L’entrée d’Obama dans la campagne électorale

Ce soir, devant un congrès divisé et sur fond d’année électorale, Barack Obama entrera pleinement dans l’année électorale. Il prononcera son discours sur l’état de l’Union. La reprise est lente, le chômage flirte avec les 8,5%, tandis que la crise européenne menace l’équilibre économique mondial. Les efforts de la présidence pour obtenir un accord bipartisan afin de réduire le déficit budgétaire se sont soldés par un échec. Et sur le plan de la politique étrangère, les mutations politiques profondes au Proche-Orient et en Corée du Nord, la résurrection de la Russie comme acteur mondial, les gesticulations iraniennes requièrent un leadership accru des États-Unis, le tout en période de restriction budgétaire – y compris pour la Défense. C’est donc un exercice délicat d’équilibriste qu’opèrera Barack Obama : il s’agira pour lui de blâmer le Congrès pour son immobilisme et son obstructionnisme, alors même qu’il parle devant les Congressmen dont il peut encore espérer une certaine collaboration d’ici novembre – car eux aussi sont en élection et doivent rendre des comptes à leur électorat dans neuf mois.

Profitant de cette  tribune exclusive pour lancer sa campagne électorale, Obama invoque déjà le crédo de la justice sociale, justice économique, justice fiscale, face à la croissance des inégalités de revenus, comme il l’a déjà annoncé dans une vidéo diffusée cette semaine. Pour accentuer la résonance de son entrée en campagne, il a prévu une tournée de trois jours dans cinq États pivots, quatre remportés par lui en 2008 (Iowa, Nevada, Colorado, Michigan) et un qu’il compte gagner en tablant sur l’augmentation de la population hispanique (l’Arizona). Cette tournée est d’autant plus importante que quatre des prochaines primaires républicaines s’y déroulent. C’est pour lui le moment de commencer à compter des points, alors que les Républicains s’entredéchirent et avant qu’ils ne s’intéressent à lui, dont le taux d’approbation sombre à 44%.

Ainsi la succession de rebondissements (l’Iowa à Santorum, le maintien de Romney au New Hampshire, la deuxième résurrection de Gingrich en Caroline du Sud, le retour des débats comme armes de campagne) a eu pour effet de révéler plus encore – et si besoin était – les profondes divisions du parti républicain. Gingrich pourtant l’homme de Washington, de l’époque Clinton, de Freddie Mac est parvenu à incarner la colère de la base et le mouvement anti-Obama mais ne convainc pas encore tout à fait. Toutefois, Gingrich a emporté en Caroline du Sud une petite majorité de l’électorat qui mettait en tête de ses critères de choix « l’éligibilité du candidat » : deux fois enterré, il est ressuscité et devenu présidentiable. Au point où de nouveaux sondages le placent en tête du scrutin de Floride, devant un Romney déclassé en quelques jours de plus de dix points tandis que sa levée de fonds prend un envol. C’est sans doute cette volatilité de l’électorat qui va expliquer l’évolution de la campagne en Floride et la radicalisation des slogans, la multiplication des inflexions populistes et des allusions racistes (un peu à l’image du « Food-Stamp President » de Gingrich qui n’était pas sans rappeler la « Welfare Queen » de Reagan dans des circonstances similaires). Le « Dirty South » de Lee Atwater a de beaux jours devant lui. Pendant ce temps, Barack Obama se frotte les mains.

 

par

Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David

Élisabeth Vallet, professeure associée au département de géographie et directrice de recherche à la chaire Raoul-dandurand, elle est l’auteure (avec Karine Prémont) de : Petit guide des élections présidentielles américaines, qui paraît aujourd’hui chez Septentrion

Charles-Philippe David, titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand et co-président de l’Observatoire sur les États Unis de l’UQAM.

Parlez-vous français? (ou « why do they hate us »)

 

Tour à tour libertine et frivole, corrompue, machiste, voire lubrique et vicieuse, mais aussi élitiste et intellectuelle, la France représente bien souvent aux États-Unis, l’archétype du monde latin, incontrôlable et désorganisée, face à l’univers anglosaxon, normé et froid.

Il y a toujours eu des heurts entre les deux puissances alors même qu’elles ne sont jamais entrées en guerre l’une contre l’autre. De Gaulle a incarné à lui seul cette arrogance, retrouvée à certains égards dans l’attitude du gouvernement français et incarnée dans le discours de Villepin au Conseil de sécurité des Nations Unies en 2003. Le clash est donc parfois inéluctable et repose sur une très grande proximité de fait, les deux États revendiquant la paternité de la déclaration des droits de l’homme (on ne peut pourtant pas mettre ceci au crédit de l’Hexagone), l’universalisme de leurs valeurs et l’exceptionnalisme de leur parcours national.

De là à faire du « français » un mot injurieux, il n’y avait qu’un pas, allégrement franchi par la droite américaine. Au point où le bureau du tourisme français, très inquiet des répercussions, avait mis sur pied une (ridicule) vidéo avec Woody Allen intitulée « Let’s fall in love again » et tout un programme de séduction, tandis que l’insulte suprême de l’élection de 2004 était ici:

Rebelote en 2012. Newt Gingrich avance la francophonie de Mitt Romney comme argument -massue, oubliant dans le même temps la sienne.

Et ce au mépris des presque 2 millions de francophones (de plus de 5 ans) des États-Unis, essentiellement concentrés en Louisiane (Acadiens), Maine, New Hamsphire et Vermont, mais aussi Floride (communauté haïtienne) et plus de dix millions de personnes d’ascendance française. Car le français est la quatrième langue parlée aux États-Unis après l’anglais, l’espagnol et le chinois. Il faut convenir qu’il ne s’agit pas là d’une frange importante de l’électorat, loin s’en faut.

S’il est de bon ton de se montrer francophobe au GOP, ou tout au moins de cacher sa francophonie/philie, c’est qu’il y a derrière cette vitrine une volonté de s’afficher comme une personne ordinaire, avec lequel le citoyen lambda irait boire une bière. Et derrière la méthode tout l’héritage de Lee Atwater, pour lequel (comme il l’a d’ailleurs mis en oeuvre en Caroline du Sud) la politique c’est la guerre et tous les arguments sont bons.