L’Amérique violette…

Le mode de scrutin, qui fait apparaître au soir de l’élection une Amérique bleue et rouge, fausse la réalité du vote surle terrain…

Source : Yann Roche, sur usa2012.uqam.ca d’après Elisabeth Vallet, Comprendre les élections américaines. La course à la Maison-Blanche, Septentrion, 2012.
 Or l’Amérique est plus complexe comme en témoignent les clichés de cet atlas interactif:
C’est d’ailleurs ce que raconte également la carte de l’Ohio:
vue autrement par The Economist:

 

Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?

L’entrée en campagne de Barack Obama – côté people

Le livre de Jodi Kantor, The Obamas, ne décrit pas le stéréotype « d’une femme noire en colère » comme le laissait entendre la Première Dame, apparemment froissée. Mais brosse plutôt un portrait avantageux en année électorale d’un couple (presque) ordinaire, propulsé dans un environnement peu familier, amené à vivre, presque contre son gré dans le bocal de la Maison-Blanche.

Alors que Barack Obama paraît, avec son discours sur l’état de l’Union, entré en campagne électorale, et tandis que l’économie ne semble pas aller plus mal, les spin-doctors de la Maison-Blanche travaillent sur le message électoral, et sur le marketing du couple présidentiel, de la vie de la Maison-Blanche…


images abondamment relayées par les réseaux sociaux, et qui ont pour effet de  détourner quelque peu l’attention des chiffres qui font mal – c’est l’une des thèses de Jodi Kantor.

Source: Washington Post

Ainsi, « The Obama Diary », chaîne Youtube du POTUS, vient de diffuser – avec succès – une vidéo d’Obama fredonnant “Let’s Stay Together” de Al Green lors d’un discours. Dans le même esprit, et contribuant à la construction d’une image « ordinaire » , la mise en ligne d’images d’Obama calmant un bébé va dans ce sens. Le besoin de communication de la Maison-Blanche mène la Première Dame (#FLOTUS) à se risquer (la discussion en lien sur la BBC est très instructive) dans les shows de soirée, en évitant certains chausses-trappes.

 

Vous avez dit complexe? L’Iowa, un vote strictement symbolique

Le 3 janvier à 7 heures du soir s’ouvriront les caucus de l’Iowa. Puisque Barack Obama n’a pas d’adversaire côté démocrate, l’essentiel se jouera donc dans les caucus du GOP. Dans une salle communautaire, un sous-sol d’église, ou chez un particulier, les Républicains s’assembleront pour désigner leurs délégués. Alors que les médias ont déjà commencé le décompte vers le début des votations en Iowa, notamment parce qu’elles marquent le début du cycle électoral présidentiel mais aussi parce que l’Iowa est considéré comme un « État précurseur« , la complexité de la procédure  est passée bien souvent sous silence.

1. seuls les électeurs qui se sont enregistrés comme « républicain » pourront se prononcer dans les caucus républicains. Toutefois, ils pourront modifier ou déclarer leur affiliation au caucus même. C’est ce qui fait craindre à certains Républicains que des Démocrates soient tentés de changer d’allégeance le temps du caucus – alors qu’il pourrait simplement s’agir de défections.

2. les membres du caucus se prononceront deux fois. La première pour exprimer leurs préférences quant aux candidats du parti à l’investiture. La seconde pour désigner leurs délégués à la convention de leur comté. Chaque caucus local (precinct caucus) décide souverainement du lien entre les deux: il peut donc déterminer si les délégués sont liés ou non par le vote préférentiel. Toutefois, en principe, les délégués ne sont pas liés.

3. les délégués ainsi désignés se réuniront le 10 mars en conventions de comtés pour désigner leurs délégués aux conventions de districts (qui se tiendront le 21 avril) et surtout à la convention de l’État.

4. le 16 juin 2012, lors de la convention de l’État, les délégués désignés par ce processus en forme de poupées russes sélectionnent 25 des 28 délégués de l’Iowa qui seront présents à la convention nationale du parti à Tampa en août. 12 délégués sont choisis dans le cadre des caucus de districts qui se retrouvent réunis séparément à la convention de l’État. 13 sont choisis par la convention de l’État elle-même (ce que l’on nomme les délégués « at-large » et les délégués bonus). 3 représentent l’establishment républicain de l’État.

5. Ainsi le caucus de l’Iowa ne contrevient pas aux règles établies par le parti (pour éviter la compression du calendrier électoral – le « frontloading ») qui veut que tout État tenant ses primaires avant le 1er avril ne puisse recourir au système du Winner-take-all et se voit imposer un système de représentation proportionnelle. L’Iowa pourra donc éviter de diviser ses voix.

Peu démocratique puisqu’il s’agit d’un scrutin très très très indirect, très démocratique puisqu’il permet à chaque caucus local d’établir ses propres règles dans les balises assez larges fixées par le parti de l’État et le parti national, le vote du 3 janvier est surtout très très symbolique: le vote préférentiel n’a en effet été instauré qu’à compter du moment où l’Iowa a tenu ses caucus démocrates et républicains simultanément (1976), que les médias ont commencé à y voir une valeur prédictive, et que les retombées des dépenses électorales ont commencé à en faire un événement d’importance pour l’économie locale. Mais le symbole est d’importance car, selon les scénarios, l’Iowa pourrait être un État-pivot, une des clés de l’élection de novembre prochain.

L’argent investi dans les différents États tant par les candidats républicains que démocrate constitue à ce titre un excellent indicateur: peut-être plus encore que le New Hampshire, les scrutins de la Caroline du Sud (encore très disputée parmi les aspirants républicains) et la Floride (enjeu des primaires ET clé de l’élection générale) qui se déroulent d’ici la fin janvier devraient être déterminants.

Vous avez dit vice-président?

On commence à spéculer sur les possibles candidats à la vice-présidence côté républicain, histoire d’imaginer que le « ticket » du GOP puisse devenir un peu plus convaincant, un peu plus sérieux, un peu plus pétillant que ce que laisse supposer l’actuelle course… aux prises avec un candidat un peu usé mais riche, un peu mormon mais assez consensuel comme Romney, un politicien expérimenté mais tout à la fois affabulateur et assez égocentré comme Gingrich, un libertaire convaincant mais tout à la fois trop marginal et parfois trop extrême comme Ron Paul (pour ne citer que ceux qui caracolent en tête des sondages des trois premiers scrutins, les plus importants pour amorcer l’année électorale). Le florilège de Newsweek est particulièrement intéressant:

  • Susana Martinez, gouverneure du Nouveau Mexique, parce que femme et hispanique, elle permettrait de gagner les suffrages de minorités influentes et qu’elle a su faire sa marque dans le discours conservateur?
  • Marco Rubio, sénateur de Floride, dont les parents ont immigré de Cuba, qui est donc capable de drainer avec lui l’influente communauté cubaine de Floride, mais aussi les hispanophones. Il séduit globalement tant par sa stature que par son discours.
  • Nikki Haley, fille d’immigrants indiens, elle appartient au clan des « mamas grizzlis » et a pris remporté le poste de gouverneur en Caroline du Sud
  • La sénatrice du New Hamsphire Kelly Ayotte, incarne un tea party très « nouvelle angleterre » 2.0 – Romney la fait figurer dans sa liste de noms pour la vice présidence.

Par contre, il semble que des hommes comme Paul Ryan, leader – originaire du Wisconsin –  intellectuel du parti républicain, le gouverneur du New Jersey Chris Christie, tout comme l’ancien ambassadeur en Chine et ancien gouveneur de l’Utah Jon Hunstsman, ne soient pas envisagés pour jouer un rôle de second couteau mais bien une influence plus importante, et à plus long terme.