Une femme aux commandes de la Banque centrale américaine

Pour la première fois dans l’histoire américaine, une femme, Janet Yellen, occupera les fonctions de présidente de la banque centrale. Économiste de renom, professeure émérite à Berkeley, elle a fait partie de l’équipe de conseillers économiques de Bill Clinton à la Maison-Blanche et était jusqu’à présent vice-présidente de la banque centrale. Elle s’inscrit dans la continuité de la philosophie économique et monétaire de Bernanke. 

Alors que je suis en train de mettre à jour ces données, voici – en attendant – une version également disponible sur les bases de données, de la place des femmes dans les hautes fonctions exécutives aux États-Unis, publié initialement en 2010 dans la Revue de recherches féministes.

Nous demeurerons en-dehors de l’Union pendant 100 ans
s’il le faut, plutôt que de nous joindre à elle sans les femmes[i].

Avec la ratification par le Tennessee du 19e amendement, le 16 août 1920, les femmes américaines ont enfin obtenu le droit de vote pour lequel elles avaient longuement milité[ii]. Depuis, des groupes de pression comme EMILY’s List, American Women Presidents ou le White House Project, appuient les candidatures des femmes aux législatures des États et au Congrès fédéral : le pouvoir législatif étant perçu comme un tremplin vers le pouvoir exécutif, l’objectif avoué de ces organisations est l’accession des femmes à des fonctions politiques toujours plus importantes, pour permettre – un jour – à l’une d’entre elles d’enfin se hisser à la présidence. En ce sens, le cycle électoral de 2008 a marqué un tournant avec la présence, pour la première fois dans l’histoire électorale américaine, d’une femme « présidentiable » dans la course à l’investiture démocrate et d’une femme « investie » sur le ticket républicain[iii]. Et pourtant. Durant cette année électorale peu conforme aux us de la politique états-unienne, les Américains ont été de plus en plus favorables à l’avènement d’une femme présidente; s’il a paru y avoir un rejet de la gérontocratie, il est resté que, globalement, les sondages favorisent toujours l’homme – peu importe sa couleur – par rapport à la femme[iv]. Il y a, semble-t-il, en partie, derrière ce réflexe traditionaliste, les stigmates de l’échec Mondale-Ferraro[v] qui conduisent une partie de l’électorat ainsi que des délégués à la convention nationale[vi], par simple calcul politique, à opter pour un homme essentiellement parce qu’il est plus présidentiable (Barry C. Burden, 2005 : 18-41).

De ce fait, si les femmes sont présentes à Washington, et ce dans les trois branches de gouvernement, elles y sont toujours en minorité. Il n’y a pas eu – du moins directement – d’effet Clinton-Palin sur le plafond de verre de la capitale fédérale. Ce texte défend l’idée selon laquelle l’univers politique dans lequel évoluent les femmes à Washington reste conforme aux usages sociaux et aux représentations de genre : les hautes fonctions de la République américaine ne demeurent qu’entr’ouvertes aux femmes dès lors qu’elles touchent à la dimension régalienne de l’État, et a fortiori à la fonction de commandant en chef. Ainsi, dans l’environnement sécuritaire qui a suivi le 11 septembre, les femmes en politique ont, semblerait-il, la tâche ardue de démontrer leur leadership sans pouvoir accéder aux fonctions qui en incarnent l’essence. Et même à l’ère Clinton-Palin, la lente progression des femmes dans l’appareil exécutif américain semble devoir plus relever d’une évolution des institutions politiques sous l’effet de la pression sociétale que d’une véritable révolution de genre au cœur du pouvoir[vii].

Dans un premier temps, l’observation de la place des femmes au sein du pouvoir exécutif permet de voir qu’elles sont cantonnées à des rôles déterminés par leur genre, et ce faisant exclues des fonctions régaliennes. Cette tendance des représentations traditionnelles a été relativement renforcée, ou tout au moins, non invalidée, par le virage sécuritaire amorcé dans la foulée du 11 septembre. Dans un second temps, cette recherche permet de voir en quoi ces représentations de genre liées à la « fonction » exécutive trouvent leur traduction dans l’élection – ou non – de femmes à de hautes fonctions politiques fédérales. Dans le cas spécifique des élections présidentielles américaines, nous verrons que l’engouement suscité par les candidatures de Sarah Palin et d’Hillary Clinton en 2008 pourrait donc ne pas trouver de traduction évidente dans la politique américaine, en raison de cette identité entre le genre et la fonction.

 

La permanence des représentations traditionnelles de genre dans la branche exécutive

Traditionnellement et de façon assez répandue dans les démocraties occidentales, le pouvoir exécutif[viii] et particulièrement les fonctions régaliennes demeurent assez largement des chasses gardées masculines (Bard 2007). Les États-Unis n’y font pas exception, et le virage sécuritaire généré par les événements du 11 septembre a contribué à la perpétuation de cette logique dans les années récentes.

 

Les femmes, absentes des fonctions régaliennes

Les femmes ont été présentes dès les années 1930 au niveau ministériel, et comme membres du Cabinet, mais elles ont été, dès le départ, cantonnées à des fonctions définies par une rhétorique machiste (Marques-Pereira, 2007).

Frances Perkins a été la première femme nommée – par F. D. Roosevelt – à la tête d’un ministère, le secrétariat au Travail, qu’elle a dirigé de 1933 à 1945. Après elle, 24 femmes ont siégé au Cabinet (et 45 au total ont occupé des fonctions ministérielles ou de direction d’administration – dites « de niveau ministériel »). Pour autant, elles ont été le plus souvent cantonnées aux ministères “sociaux” : secrétariat d’État à l’éducation (2/25), à la santé (6/25), au transport (3/25) au logement (2/25), au travail (7/25) ou de l’Intérieur[ix] (1/25). Elles ont été également à la tête, mais dans une moindre mesure, de ministères économiques comme le secrétariat d’État à l’énergie (1/25), au commerce (2/25) ou à l’agriculture (1/25). Si depuis la nomination de Madeleine Albright en 1997 à la tête du secrétariat d’État, deux femmes l’y ont suivie (Condoleezza Rice nommée en 2005 et Hillary Rodham Clinton nommée en 2009), il demeure que les fonctions régaliennes sont largement réservées aux hommes : aucune femme n’a jamais dirigé le secrétariat à la Défense, celui des Anciens combattants, ou encore celui du Trésor. Janet Reno a été la seule femme (nommée en 1993 par Clinton) a tenir les clés du ministère de la Justice (qui n’est d’ailleurs pas un ministère per se, puisque ce n’est pas un secrétariat car il s’agit du poste d’Attorney General).

On aurait pu penser que Barack Obama avait peut-être ouvert une brèche dans cet univers régalien exclusivement masculin en nommant, en 2009, à la tête du département du Homeland Security (l’équivalent du ministère de l’Intérieur dans la majorité des démocraties occidentales), la gouverneure de l’Arizona Janet Napolitano. Pour autant, le chemin est encore long puisque, depuis 1933, elle est la seule, avec Janet Reno, à avoir occupé des fonctions ministérielles régaliennes. Il y a d’autant moins lieu de parler de « virage Obama » pour les femmes que le nombre de nominations féminines par le dernier président élu est singulièrement ordinaire (voir tableau 1). Barack Obama s’inscrit en effet totalement dans la tradition présidentielle : en nommant quatre femmes au Cabinet, il se conforme à ce qu’avait fait George W. Bush en début de mandat (quatre nominations féminines), ne fait que doubler les scores de George H. Bush et de Ronald Reagan (deux nominations féminines) et se situe très en deçà de celui de Bill Clinton (cinq femmes en début de mandat et 9 sur 19 au plus haut de sa présidence) (Kamen 2009).

 

Tableau 1 – Les nominations féminines de Barack Obama à des postes de direction d’administration, au Cabinet (*) et à la Cour suprême

Melody C. Barnes

Director of the Domestic Policy Council

Carol Browner

White House Coordinator of Energy and Climate Policy

Hillary Rodham Clinton (*)

Secretary of State

Karen Gordon Mills

Administor, Small Business Administration

Lisa P. Jackson

Administrator of the Environmental Protection Agency (*poste dit « de niveau » ministériel)

Valerie Jarrett

Senior Adviser

Dawn Johnsen

Assistant Attorney General for the Office of Legal Counsel

Elena Kagan[i]

Solicitor General

Ellen Moran

Communications Director

Janet Napolitano

Secretary of Homeland Security (*)

Susan E. Rice

U.N. Ambassador (*poste dit « de niveau » ministériel)

Christina D. Romer

Chairwoman of the Council of Economic Advisers (*poste dit « de niveau » ministériel)

Mary L. Schapiro

Chairwomen of the Securities and Exchange Commission

Sonia Sotomayor

Supreme Court Justice

Hilda L. Solis

Secretary of Labor (*)

Kathleen Sebelius

Secretary of Health and Human Services (*)

Nancy Sutley

Chairwoman of the White House Council on Environmental Quality

 


[i] Le président Obama a proposé, le 10 mai 2010, le nom d’Elena Kagan pour remplacer, à la Cour suprême des États-Unis, le juge John Paul Stevens. Cette nomination sera effective si elle est confirmée par le Sénat.

Ni notables, ni constants, les progrès des femmes au sein de l’appareil exécutif ne suffisent donc pas à inverser la machine. Plus encore, dans la prévalence des ministères sociaux, se retrouve l’essence même des stéréotypes de genre (Sapiro 1982 et Huddy, Terkildsen, 1993a et 1993b) qui contribuent à qualifier les femmes en les démarquant des hommes, notamment en ayant recours à un champ sémantique relevant de la maternité ou de la féminité (Fox et Oxley 2003), le « gouvernement » appartenant à une rhétorique plus masculine par exemple que celle de la « représentation » (Fraisse 1994).

C’est la raison pour laquelle la présidence Obama se fait le reflet de l’état d’esprit qui a marqué l’après 11 septembre 2001 et la perpétuelle quête de sécurité (David et autres 2006). Car, de fait, le poids de l’histoire des genres dans la politique américaine et l’avènement du « tout-sécuritaire » qui a suivi le 11 septembre continuent d’avoir un impact sur la définition du leadership et, ce faisant, sur la place des femmes au sein du pouvoir exécutif américain.

L’impact du virage sécuritaire sur les représentations

de genre au sein du pouvoir exécutif américain

L’opposition entre le « sexe faible » et la masculinité des fonctions régaliennes a été renforcée par la logique et le discours sécuritaires du 11 septembre (Coe et al. 2007). En effet, les événements de l’automne 2001, en induisant un souci accru de sécurité et un besoin de leadership fort, ont marqué, selon certaines études, un recul pour les femmes en politique (Clift et Brazaitis 2003 : ix; Bystrom, Banwart, Kaid, Robertson 2004 : 219)[xi] et un renforcement des stéréotypes traditionnels (Lawless 2004).

Ce recul est à mettre en lien avec la place réservée aux femmes dans l’armée, tandis que le pays s’enlise en Afghanistan et combat sur un second front en Irak. En effet, alors même qu’il y a de plus en plus de femmes aux postes d’amiraux et de généraux, ces dernières demeurent bien souvent cantonnées à des postes de soutien[xii], réduisant d’autant leur capacité d’acquérir l’aura d’un héros de guerre[xiii] et, ainsi, la légitimité d’un commandant en chef fondée sur l’expérience (Hansen et Otero 2006 : 41). C’est donc une expérience dont elles ne peuvent se prévaloir – à l’inverse de Ike Eisenhower qui avait pu arguer de son expérience dans l’Armée, de John Kerry durant les élections présidentielles de 2004 ou de John McCain en 2008 qui ont tous deux mis en avant leur statut de vétérans du Vietnam. Ce n’est pas la norme mais durant certaines périodes de l’histoire des États-Unis – comme au cours de la guerre du Vietnam ou dans la foulée du 11 septembre – la notion de « leader fort » a été cruciale pour l’issue des élections présidentielles, ce qui tend à survaloriser les candidatures masculines. Il semble que la notion de « leadership » puisse être corrélée avec celles de « guerre », de « fermeté », de « combat » et de « terrorisme », comme en atteste le décompte des termes employés par les présidents successifs dans leurs discours sur l’état de l’Union (SpeechWars 2010) : le discours présidentiel s’inscrit ainsi dans une sémantique guerrière, et habille le leader d’un uniforme scellant la fonction présidentielle dans un rôle masculin conforme à l’imaginaire social (Freedman 1997 : 282), soulignant, par delà les discours, le poids récurrent du genre dans la définition de la fonction exécutive (Lawless 2004 : 472).

De surcroît, même si le critère central des élections présidentielles a été, le plus souvent, « la compassion » des candidats – ce avec quoi l’image traditionnelle de la femme serait en conformité (Verba 1990 : 555; Jennings 1990 : 242), il demeure qu’il ne se traduit pas dans les bureaux de vote : une femme candidate à la présidence « n’a d’autre choix que de générer la perception qu’elle est un leader fort » (Hansen et Otero 2006 : 54-55), sous peine de devoir livrer une bataille perdue d’avance (Heldman 2007). À cela il faut ajouter que la perception qu’ont les électeurs des enjeux que présente un candidat tend à s’altérer avec le genre de ce dernier (Palmer et Simon 2008 : 144; Dolan 2006). Prévaut alors une logique socio-historique selon laquelle, puisque les hommes ont joué un rôle prédominant dans la création et l’évolution d’une institution, « il est logique que la préférence masculine devienne inhérente à sa représentation idéale […] Non seulement la masculinité est intrinsèque à la présidence mais les élections présidentielles elles-mêmes sont un espace masculin » (Duerst-Lahti 2006 : 22-23). Plus encore, la branche exécutive est « la plus masculine des trois branches de gouvernement en raison de sa structure hiérarchique, de son unité décisionnelle et de la nécessité s’imposant au président de pouvoir agir lorsque le besoin s’en fait sentir » (Han, 2006 : 106); la présidence obéit donc au modèle mâle de leadership, au point où la femme devient étrangère, « l’autre » dans cette norme définie par le masculin (Duerst-Lahti 1997 : 18-19). Et ce d’autant plus que la manière dont les médias véhiculent et alimentent les stéréotypes (Huddy et Terkildsen 1993a; Heldman, Carroll et Olson 2000) abonde dans ce sens[xiv], tandis que ces derniers pénètrent aisément certaines strates de la société qui y sont plus sensibles – et qui sont souvent corrélées avec l’âge, l’absence de diplôme et une affiliation républicaine (Sanbonmatsu et Dolan 2007 : 41)[xv] – les démocrates étant globalement plus enclins à soutenir les candidatures féminines (Kohut 2007). Il n’est d’ailleurs pas anodin que, même dans la fiction, l’accession d’une femme à la présidence (selon le scénario de la série diffusée par la chaîne ABC, Commander in Chief, qui mettait en scène, durant l’automne 2005, une femme présidente pour pratiquement la première fois depuis Kisses for My President) se fasse non pas par l’élection mais par la succession puisqu’il s’agissait d’une vice-présidente devenue chef d’État à la suite du décès du président en exercice (Alston 2008). Dès lors, la femme-candidate doit parvenir à définir son leadership dans les balises que l’Histoire, tracée au masculin[xvi], a établies pour l’institution présidentielle (McDonagh 2009 : 110). Les représentations traditionnelles de genre sont donc profondément ancrées dans la perception de l’institution présidentielle : elles expliquent en partie pourquoi les femmes y sont encore sous-représentées, et particulièrement lorsque l’on touche au cœur de l’État et de ses fonctions régaliennes. Le second volet de l’explication tient à la réalité électorale et donc à la capacité des femmes à accéder aux fonctions gouvernementales : ici encore la place des femmes n’a connu que peu de progrès, notamment à l’échelle des élections fédérales aux États-Unis.

Une évolution peu significative dans le cadre

des élections fédérales américaines

Washington demeure engoncée dans des représentations traditionnelles de genre, et la politique marquée du sceau de la masculinité (Brown 1988 : 4) dans une forme certes plus subtile, définie autour des « caractéristiques féminines » (Bystrom et al. 2004 : 15-17) et inscrivant irrémédiablement les femmes candidates dans un groupe qui les définit par défaut (Kahn 1996, Huddy et Terkildsen 1993a) aux yeux de l’électorat.

Un univers politique figé dans des représentations

traditionnelles de genre

Longtemps, à Washington et au sein du pouvoir exécutif, le seul rôle reconnu et dévolu à une femme était celui de Première dame. Du rôle social de Lucy Hayes, à celui de First Lady moderne incarné par la redoutable Eleanor Roosevelt, puis à la mutation de ce rôle avec l’arrivée dans l’aile Ouest (West Wing) d’Hillary Clinton, les Premières dames ont été grandement étudiées, seul symbole du pouvoir féminin – restreint – à la Maison-Blanche (Gould 1985 : 537 et suiv.; Guy 1995; Troy 2000). En effet, les femmes de la Maison-Blanche ont souvent dû se satisfaire de ce strapontin qu’est le rôle de Première dame. Si le terme de First Lady a fait son apparition dans un éditorial de Mary Clemmer Ames, à propos de l’épouse du président Hayes en 1877, il semblerait qu’il soit devenu d’usage courant à la suite de la représentation à New York de la pièce The First Lady in the Land de Dolley Madison. Pendant longtemps, la Première dame a œuvré dans l’ombre du président (Sferrazza 2008; Gould 1985 : 537 et 1986 : 528). Toutefois, de la même manière que son époux a fait considérablement évoluer le rôle du président, Eleanor Roosevelt a ouvert la période moderne pour ce qui est du rôle de Première dame. En poursuivant sa carrière et en promouvant des causes comme la protection des droits civiques, elle a marqué le début d’une nouvelle ère dans laquelle se sont inscrites celles qui lui ont succédé, en particulier Lady Bird Johnson (Hawkes 2004). Hillary Clinton a, quant à elle, irrémédiablement modifié la place de la Première dame. La nature même du tandem « Billary » est sans doute ce qui explique qu’elle ait été la première épouse de président à avoir son propre bureau dans l’aile Ouest (alors qu’auparavant la First Lady était installée, avec son équipe, dans l’aile Est) et à mener une politique gouvernementale, en l’occurrence sur le système de santé (Guy 1995 : 239-257). Enfin, l’affrontement entre les épouses des deux candidats à la présidentielle de 2008 témoigne de l’entrée dans l’arène politique des Premières dames (Hunter et Kucinich 2008; MacManus et Quecan 2008). Toutefois cette fonction, même politique, demeure dans l’ombre du président (Caroli 2003 : 288-308 et 354) comme en témoigne le départ de Lady Bird Johnson de la scène politique à la suite du décès de son mari (Caroli 2003 : 362) ou encore le travail de distanciation par rapport à son époux mené par Hillary Clinton lorsqu’elle a choisi de mener sa propre carrière politique (Bernstein 2008 : 641-652)[xvii].

En ce sens, la nomination de Nancy Pelosi, première femme leader de parti au Congrès en 2003, comme première femme présidente (speaker) de la Chambre des représentants en janvier 2007 aurait pu indiquer les prémisses d’une (r)évolution de genre à Washington. D’abord parce qu’ainsi, Nancy Pelosi inaugurait l’entrée d’une femme dans des fonctions traditionnellement masculines. Mais aussi et surtout, parce qu’en accédant au poste de speaker, elle devenait la première femme à figurer aussi haut dans l’ordre de succession en cas de décès du président – et du vice-président. Jamais femme ne s’était autant approchée de la magistrature suprême. Toutefois, il en est pour souligner que la montée en épingle de cette ascension dans les médias ne fait qu’occulter une réalité autrement plus « genrée » (Gibbons 2003). Ainsi, à l’issue des élections de novembre 2008, au niveau fédéral, les femmes représentent 17 % des membres du Congrès (avec 76 femmes à la Chambre des représentants et 17 au Sénat) et seules huit femmes occupent le poste de gouverneur d’État[xviii].

Ces données sont essentielles dans la mesure où tous les présidents élus depuis Harry Truman sont issus de ces institutions : cinq avaient été sénateur (Truman, Kennedy, Johnson, Nixon, Obama) deux avaient été représentant (Ford, G.H. Bush) et quatre, gouverneur (Carter, Reagan, Clinton, G.W. Bush) avant d’accéder à la magistrature suprême. Le passage par l’exécutif des États fédérés ou par la législature fédérale s’impose en effet comme un cap incontournable (Watson et Gordon 2003 : 6-10) dans la carrière politique d’un aspirant à la Maison-Blanche – ce qui justifie d’ailleurs qu’Hillary Clinton ait choisi le poste de sénateur de New York comme tremplin politique (Troy 2006 : 211; Bernstein 2008 : 641-661). La sous-représentation des femmes dans ces fonctions électives d’importance qui constituent justement des étapes nécessaires vers de plus hautes fonctions explique en partie le fait qu’elles sont en minorité au sein du pouvoir exécutif, notamment à la Maison-Blanche et particulièrement dans l’exercice de charges régaliennes, traditionnellement perçues comme l’apanage du pouvoir masculin. Elle révèle les limites du phénomène observé avec l’ascension de Sarah Palin et la campagne d’Hillary Clinton en 2008.

 

Les limites de l’effet Clinton-Palin

Dès qu’elles ont obtenu le droit de vote en 1920, les femmes ont été présentes dans la course à la présidence (voir le tableau 2). En effet, Laura Clay a été la première femme en 1920 à obtenir une voix dans le cadre d’une convention nationale, Geraldine Ferraro la première en 1984 à figurer sur un Ticket démocrate (comme vice-présidente de Walter Mondale), Sarah Palin la première en 2008 à être sur un Ticket républicain et Hillary Clinton la première en 2008 à pouvoir sérieusement briguer l’investiture pour la présidence. Alors qu’elles n’ont représenté, en moyenne, que 13 à 15 % des effectifs des conventions nationales des partis républicain et démocrate, à compter de 1972, leur nombre ne cesse d’augmenter pour approcher 50 % des membres de ces grand-messes politiques destinées à désigner les candidats à la présidence et à la vice-présidence (Jennings 1990 : 224). Désormais, les candidats à la présidence sont investis puis élus par des conventions puis un électorat à moitié féminin.

Tableau 2 – Les candidates ayant obtenu l’investiture de leur parti pour l’élection présidentielle
Année Nom Parti
1872 Victoria Woodhull (mais son nom n’a jamais figuré sur un bulletin de vote) Equal Rights Party
1884 Belva Ann Lockwood National Equal Rights Party
1888 Belva Ann Lockwood National Equal Rights Party
1940 Gracie Allen Surprise Party
1952 Ellen Linea W. Jensen Washington Peace Party
Mary Kennery American Party
Agnes Waters American Woman’s Party
1968 Charlene Mitchell Communist Party
1972 Linda Jenness Socialist Workers Party
Evelyn Reed Socialist Workers Party
1976 Margaret Wright People’s Party
1980 Ellen McCormack Right to Life Party
Maureen Smith Peace and Freedom Party
Deirdre Griswold Workers World Party
1984 Sonia Johnson Citizens Party
Gavrielle Holmes Workers World Party
1988 Lenora Fulani New Alliance Party
Willa Kenoyer Socialist Party, Liberty Union Party
1992 Lenora Fulani New Alliance Party
Helen Halyard Socialist Equality Party
Isabell Masters Looking Back Party
Gloria La Riva Workers World Party
1996 Monica Moorehead Workers World Party
Marsha Feinland Peace and Freedom Party
Mary Cal Hollis Socialist Party, Liberty Union Party
Diane Beall Templin The American Party
Isabell Masters Looking Back Party
2000 Monica Moorehead Workers World Party
Cathy Gordon Brown Independent
2004 Diane Beall Templin The American Party
2008 Diane Beall Templin The American Party
Gloria La Riva Party for Socialism and Liberation
Elvena Lloyd-Duffie Independent
Cynthia McKinney Green Party, Workers World Party

Selon le tableau 2, seuls les partis tiers ont pris le « risque » d’investir une femme comme candidate à la présidence. Et seules deux femmes ont été investies comme candidates à la vice-présidence, mais n’ont pas été élues : Geraldine Ferraro et Sarah Palin.

Pour autant, l’univers politique, et a fortiori lorsque l’on parle de politique fédérale et des plus hautes fonctions du pays, demeure très largement masculin. Qu’il s’agisse des appareils des partis, peu enclins à investir une femme pour porter leurs couleurs (voir les graphiques 1 et 2) et en particulier des deux grands partis traditionnellement détenteurs du pouvoir (voir le tableau 2), des équipes de campagnes, ou des grands médias[xix] puisque 75 % des éditorialistes sont des hommes (Carroll et Fox, 2006 : 2-3).

Graphique 1. Les candidates à l’investiture pour la vice-présidence et à la vice-présidence

22

Graphique 2. Les candidates à l’investiture de leur parti et les candidates à la présidence
11
Source : Jo Freeman (2008 : chap.5).

Le travail de groupes d’intérêt féministes comme Emily’s List, la National Federation of Republican Woman, American Women Presidents, Girls in Government, et, dans une certaine mesure des organisations non-partisanes comme Women’s Media Center, ou plus conservatrices comme la Susan B. Anthony List, est assurément déterminant mais l’évolution globale de la société[xx] explique que l’électorat soit de plus en plus réceptif à l’élection d’une femme à la tête du pays (voir le graphique 3)[xxi].

Graphique 3. La réceptivité de l’électorat à l’égard d’une candidature féminine à la Maison-Blanche

 33

Source : CBS News/NewYork Times Poll (2006)

Le graphique 3 montre en effet la progression, sur 70 ans, de la réceptivité de l’électorat à l’égard d’une candidature féminine. Même si la tendance n’a cessé d’aller croissant, il demeure que la mention « si elle était qualifiée pour le poste » peut minorer cette progression d’une part et cacher des préjugés[xxii], les personnes interrogées pouvant se prévaloir implicitement du fait qu’il n’y a, une fois dans l’isoloir, pas de « femme qualifiée[xxiii] ». Or, le gender gap, malgré son réalignement récent (Inglehart et Norris, 2000)[xxiv], demeure dans ce domaine un facteur important[xxv] : bien que Sarah Palin ait obtenu aisément l’investiture pour la vice-présidence alors qu’Hillary Clinton n’est pas parvenue à remporter l’investiture pour la présidence, la permanence de cet écart est réelle (voir le tableau 3) : il semble plus difficile, malgré l’effet Palin, pour une femme de conquérir l’investiture pour la présidence chez les républicains que chez les démocrates.

 

Tableau 3 – Le « Gender gap » dans les élections présidentielles américaines

Année Candidats Vote des femmes

(en %)

Vote des hommes (en %) Gender Gap

(en points de %)

2008 Barack Obama (D)

56

49

7

  John McCain (R)

43

48

2004 George W. Bush (R)

48

55

7

  John Kerry (D)

51

41

2000 George W. Bush (R)

43

53

10

  Al Gore (D)

54

42

  Ralph Nader (Vert)

2

3

1996 Bill Clinton (D)

54

43

11

  Bob Dole (R)

38

44

  Ross Perot (Réforme)

7

10

1992 Bill Clinton (D)

45

41

4

  George H. W. Bush (R)

37

38

  Ross Perot (Réforme)

17

21

1988 George H. W. Bush (R)

50

57

7

  Michael Dukakis (D)

49

41

1984 Ronald Reagan (R)

56

62

6

  Walter Mondale (D)

44

37

1980 Ronald Reagan (R)

46

54

8

  Jimmy Carter (D)

45

37

  John Anderson (Indép)

7

7

Source : Center for American Women and Politics (2008).

 

 

Source : Center for American Women and Politics (2008).

Et selon plusieurs études – dont certains aspects sont contestés par d’autres (Nelson 2005) – la candidature de Geraldine Ferraro ayant eu un effet d’entraînement sur les candidatures féminines, il y a fort à penser qu’un résultat similaire pourrait suivre la campagne inédite[xxvi] d’Hillary Clinton et la présence de Sarah Palin dans le ticket républicain (Atkeson 2003 : 1040-1061 et Brox 2009 :360-363)[xxvii]. Si Hillary Clinton paraît en mesure – si Barack Obama, ne se représente pas pour un second mandat – de remporter les primaires démocrates, Sarah Palin a, en prononçant une allocution à la convention du mouvement Tea Party[xxviii] en février 2010, choisi de se positionner pour 2012 (CNN 2010a), sans parvenir pour l’instant véritablement à creuser l’écart (CNN 2010b)[xxix]. D’autres femmes, côté républicain, sont pressenties pour 2012, comme la gouverneure du Kansas Kathleen Sibelius (elle était d’ailleurs sur la liste du candidat McCain en 2008), ou encore la gouverneure du Connecticut Jodi Rell. Pour autant, elles figurent souvent bien loin dans la liste des candidats potentiels, après une longue énumération d’hommes, à commencer par Ron Paul, Mitt Romney ou encore Bobby Jindal, et ne figurent même pas au nombre des personnes nommées dans les sondages (voir le tableau 4).

Tableau 4- « Qui serait le candidat idéal pour le parti républicain en 2012 ? »
Sondage Gallup parmi les électeurs républicains

 44

Source : Jones (2010)

Cependant, au-delà même des incidences du gender gap et de la définition par leur genre des aspirantes à un poste électif, les candidatures féminines souffrent de deux handicaps récurrents.

En premier lieu, le fait que les femmes commencent leur carrière politique plus tard que les hommes – notamment en raison de la structure familiale traditionnelle et du phénomène d’incumbency[xxx] (en vertu duquel un candidat sortant à toutes les chances d’être réélu – le taux de réélection au Congrès avoisinant les 90 %[xxxi]) – les amène trop tardivement aux postes qui leur permettraient d’aspirer à la présidence (Wayne 2007 : 61)[xxxii].

Comme le montre le tableau 5, 23 femmes occupent actuellement des fonctions électives susceptibles – en vertu de l’histoire électorale – de les mener à la magistrature suprême. En effet, occuper un poste au Congrès ou à la tête d’un État sont les deux marchepieds pratiquement incontournables vers la Maison-Blanche. Or sur les 236 femmes candidates[xxxiii], qui ne concourent que sur moins de 40 % des postes, un peu moins de la moitié ont une chance d’être élue, soit parce qu’elles se représentent (et bénéficient alors du phénomène susmentionné de l’incumbency) soit parce qu’elles n’ont pas d’adversaire (il s’agit des « sièges sans concurrence »).

Tableau 5 – Les femmes candidates aux élections « congressionnelles » et « gouverneuriales » de 2010

Nombre de femmes en poste

Nombre d’États concernés

Nombre de femmes candidates chez les démocrates

Nombre de femmes candidates chez les républicains

Nombre de femmes se représentant au même poste (incumbents)

Sièges sans concurrence

Candidatures face à un homme en poste

Femmes ayant perdu leur primaire au 15 février 2010

Sénat

17

36

12

14

6

8

12

2

Chambre des représentants

25

Tous + DC (District of Columbia)

113

68

72

27

82

7

Gouverneur

6

36

14

15

1

20

8

x

Source : d’après les données du Center for American Women and Politics (2010)

En second lieu, le coût des campagnes (pour les élections primaires d’abord, et l’élection générale ensuite) est si élevé (voir le graphique 4) que l’aspirant doit s’affirmer avant tout un redoutable opérateur en termes de financement. Et pour l’être, il faut disposer d’un réseau qui est d’autant plus dense qu’il a été constitué de longue date – dès lors, le fait d’entrer plus tardivement en politique est un inconvénient majeur.

Graphique 4. Les dépenses des candidats aux élections présidentielles

55Source : Center for Responsive Politics (2008).

En effet, le processus de nomination est sans cesse plus dense et compressé – et l’une des conséquences de ce phénomène de compression (frontloading) du calendrier électoral est de concentrer des dépenses massives en début d’année (Vallet 2005 : 37-38), avant même qu’un candidat inconnu du grand public n’ait véritablement le temps de se faire connaître[xxxiv], à moins qu’il n’ait les moyens de créer une image en recourant à toutes les techniques de campagne à sa disposition[xxxv]. Et c’est là où le bât blesse, puisque les femmes en arrivant tardivement en politique peinent à constituer un réseau durable et à réunir les fonds nécessaires pour mener une campagne ramassée dans le temps et très onéreuse. Or, les donateurs fortunés sont appelés à jouer un rôle déterminant dans les élections de 2012, reléguant dans le passé le modèle de campagne développé par Barack Obama et basé sur les petites donations (Hasen 2008).

C’est aussi le cas parce que les candidates dépendent plus largement des donateurs féminins (Lake 2009), dont le comportement diffère sensiblement de leurs alter ego masculins (Clift et Brazaitis 2003 : xviii-xix; Manza et Brooks 1998 : 1235-1236). Pour autant, Hillary Clinton a infirmé cette norme, puisqu’elle avait dégagé, au cours de la « primaire invisible » qui précède l’ouverture de l’année électorale, plus d’argent que tous ses adversaires démocrates, montrant par là même la capacité d’une femme à mettre en place un réseau efficace de levée de fonds – les bailleurs de fonds du parti démocrate s’étant tournés vers elle dès le début de l’année 2005 (Vallet 2008a : 73). Ce qui n’a pas suffit. En 2008, au cœur de l’année électorale et alors qu’Hillary Clinton est encore la favorite des primaires démocrates, les Américains pensaient qu’il serait plus difficile pour une femme de se faire élire à la Maison-Blanche que pour un Noir[xxxvi]. Et cela s’est traduit, au cours de l’été 2008, par la désignation de Barack Obama (devant Hillary Clinton) à la tête du ticket démocrate : une plus grande réceptivité n’induisait pas la prévalence d’une candidature féminine[xxxvii]. Le plafond de verre n’est donc que fissuré[xxxviii].

Ainsi, les représentations culturelles du leadership féminin demeurent absentes du modèle défini à travers le prisme du machisme présidentiel (DeConde 2002). Faute de référents alternatifs, l’institution reproduit le modèle antérieur, et ce qui l’a fondé : dès lors, échouant à atteindre les objectifs définis par le modèle idéal masculin, les femmes peinent à prendre leurs marques au sein du pouvoir exécutif. Ainsi, alors que l’année 2008 a été celle des évolutions de genre à Washington, avec la nomination d’une femme sur le ticket républicain (bien que la base électorale de ce parti ne soit pas nécessairement favorable à l’idée d’une femme présidente[xxxix]), la compétitivité inédite d’Hillary Clinton dans le cycle de primaires démocrates, ou encore les nominations effectuées par Barack Obama tant à des fonctions régaliennes (Janet Napolitano à la tête du Homeland Security) qu’à la Cour suprême des États-Unis (Sonia Sotomayor, première femme hispanique à siéger au sein de la Haute juridiction, et Elena Kagan, dont la nomination est pendante devant le Sénat), les symptômes de l’évolution qui se dessine dans les trois branches du pouvoir fédéral aux États-Unis n’ont rien des signes avant-coureurs d’une révolution (Watson et Gordon 2003 : 1) : la permanence du conservatisme social, la prégnance du rôle traditionnel de la femme dans les modèles véhiculés par les médias et les institutions publiques (David et Tourreille 2007), ainsi que l’arrivée tardive des femmes en politique constituent autant d’éléments qui paraissent assurer la pérennité du plafond de verre dans la politique washingtonienne. L’automne 2010 sera donc l’occasion de dresser un état des lieux, dans une ère post-bushienne, post-11 septembre, et une période de possible relance économique : d’une part, en prenant la mesure de la progression des femmes au niveau des élections fédérales car le déclin du discours sécuritaire au profit du discours économique pourrait leur être favorable. D’autre part, parce que certaines candidates accèderont peut-être, par la voie de l’élection « congressionnelle » ou « gouverneuriale » aux marches susceptibles de les mener à la Maison-Blanche… un jour. En effet, en-dehors de Sarah Palin et d’Hillary Clinton, les candidatures féminines à la présidence auront bien du mal à percer, puisque la course aux bailleurs de fonds a déjà commencé. Et à moins d’une contre-performance de Barack Obama, Hillary Clinton devrait renoncer à se présenter en 2012 tandis que Sarah Palin, fort en vue, est très exposée aux critiques et fait déjà face à de redoutables et riches candidats masculins, très établis dans le Parti républicain.

RÉFÉRENCES[xl]

ALSTON, Joshua

2008 « Diversity Training », Newsweek, 11 février.

Alvarez, Lizette

2009 « Women at Arms – G.I. Jane Breaks the Combat Barrier », The New York Times, 15 août.

Atkeson, Lonna Rae

2003 « Not All Cues Are Created Equal : The Conditional Impact of Female Candidates On Political Engagement », Journal of Politics, 65, 4 : 1040-1061.

Bard Christine, Christian Baudelot et Janine Mossuz-Lavau (dir.)

2007 Quand les femmes s’en mêlent. Genre et pouvoir. Paris, La Martinière.

Bard, Christine

2007 « Femmes de pouvoir », Histoire@Politique, 1, mai-juin, [En ligne], [www.histoire-politique.fr/index2.php?numero=01&rub=dossier&item=5] (22 février 2010).

Bernstein Carl

2008 Hillary Clinton – Une femme en marche. Paris, Bakerstreet, p. 641-652.

Brians, C. L.

2005 « Women for women? Gender and party bias in voting for female candidates », American Politics Research, 33, 3 : 357-375.

Brown, Wendy

1988 Manhood and Politics : a feminist reading in political theory. Totowa, N.J., Rowman & Littlefield.

Brox, Brian J.

2009 « The Contemporary Effects of Vice-Presidential Nominees: Sarah Palin and the 2008 Presidential Campaign », Journal of Political Marketing, 8, 4, octobre : 349 – 363

Burden, Barry C.

2005 « The Nomination : Technology, Money, and Transfer of Momentum » dans Michael Nelson (dir.), The Elections of 2004, Washington DC, CQ Press, p. 18-41.

Burns, James M., J. W. Peltason, Thomas E. Cronin et David B. Magleby

1993 Government by The People. Englewood, Prentice-Hall.

Bystrom, Dianne G., Mary C. Banwart, Lynda Lee Kaid et Terry A. Robertson

2004 Gender and Candidate Communication. New York, Routledge.

Carlin Diana B. et Kelly L. Winfrey

2009 « Have You Come a Long Way, Baby? Hillary Clinton, Sarah Palin, and Sexism in 2008 Campaign Coverage », Communication Studies, 60, 4, septembre-octobre: 326-343

Caroli, Betty Boyd

2003 « First Ladies ». Oxford, Oxford University Press.

Carroll, Susan J.

2009 « Reflections on Gender and Hillary Clinton’s Presidential Campaign : The Good, the Bad, and the Misogynic », Politics & Gender, 5, 1 : 1-20.

2006 Gender and Elections – Shaping the Future of American Politics. New York, Cambridge University Press.

CBS NEWS

2006 CBS News/NewYork Times Poll, A Woman For President – 20-25 janvier 2006, 5 février , http://www.cbsnews.com/htdocs/pdf/020306woman.pdf [8 janvier 2008].

Center for American Women and Politics

2008 The Gender Gap – Voting Choices in Presidential Elections, Eagleton Institute of Politics, Rutgers University. En ligne : http://www.cawp.rutgers.edu/fast_facts/voters/documents/GGPresVote.pdf (consulté le 9 février 2010)

2010 Summary of Potential Women Candidates, Eagleton Institute of Politics, Rutgers University. En ligne : http://www.cawp.rutgers.edu/fast_facts/elections/documents/CanSum10.pdf (consulté le 10 février 2010)

Center for Responsive Politics,

2008 2008 Presidential Election, en ligne: www.opensecrets.org/pres08/totals.php?cycle=2008 (consulté le 10 mars 2009)

Clift Eleanor et Tom Brazaitis

2003 Madam President : Women Blazing the Leadership Trail. New York, Routledge.

CNN

2006 « Laura Bush : Rice in ‘08? », CNN, 17 janvier 2006, [En ligne], [www.cnn.com/2006/POLITICS/01/13/laura.bush/] (9 février 2010).

2009 « GOP split over possible 2012 contenders », CNN, 27 février 2009, http://www.cnn.com/2009/POLITICS/02/27/gop.poll/index.html (consulté le 4 janvier 2010).

2010a « Palin says 2012 presidential bid a possibility », CNN, 8 février 2010, [En ligne], [www.cnn.com/2010/POLITICS/02/07/palin.presidential.run.tea.party/index.html] (10 février 2010).

2010b « Rep. Ron Paul surprise winner of CPAC presidential straw poll », CNN, http://www.cnn.com/2010/POLITICS/02/20/conservatives.meeting/index.html?iref=allsearch, 20 février 2010 (consulté le 22 février 2010).

Coe, Kevin, David Domke, Meredith Bagley, Sheryl Cunningham et Nancy Van Leuven

2007 « Masculinity as Political Strategy : George W. Bush, the ‘War on Terrorism,’ and an Echoing Press », Journal of Women, Politics & Policy, 29, 1 : 31-50.

Cook, Elizabeth Adell, Sue Thomas, et Clyde Wilcox (dir.)

1994 The Year of the Woman: Myths and Realities. Boulder, Westview.

Cooper Michael et Dalia Sussman,

2008 « Growing Doubts on Palin Take a Toll, Poll Finds », The New York Times, 31 octobre.

Coyle, Abigail M.

2009 « Gender and the Presidential “Horserace” : An Examination of Candidate Self-Presentation in the 2008 Democratic Primaries », CUREJ College Undergraduate Research Electronic Journal, University of Pennsylvania, printemps, p. 1-85.

Cushman, Clare

2000 Supreme Court Decisions and Women’s Rights : Milestone to Equality, Washington, CQ Press.

David, Charles-Philippe et autres

2006 Le 11 septembre, cinq ans plus tard. Québec, Septentrion.

David, Charles-Philippe et Julien Tourreille (dir.)

2007 Le conservatisme américain. Québec, Presses de l’Université du Québec.

DeConde, Alexander

2002 Presidential Machismo – Executive AUthority, Military Intervention and Foreign Relations, Boston, Northeastern University Press.

Dolan, Kathleen

2006 « Symbolic Mobilization? : The Impact of Candidate Sex in American Elections », American Politics Research, 34 : 687-704.

Duerst-Lahti, Georgia

2006 « Presidential Elections : Gendered Space and the Case of 2004 » dans Susan J. Carroll, Richard L. Fox (dir.), Gender and Elections : Shaping the Future of American Politics, New York, Cambridge University Press, p. 12-42.

1997 « Reconceiving Theories of Power : Consequences of Masculinism in the Executive Branch », dans Mary Anne Borrelli, Janet M. Martin (dir.), The Other Elites – Women, Politics and Power in the Executive Branch, Boulder, Lynne Rienner, p. 11-32.

Durieux, Catherine

2008 Les femmes américaines en politique. Paris, Ed. Ellipses.

Falk, Erika

2008 Women for President : Media Bias in Eight Campaigns. Urbana, University of Illinois Press.

FARLEY, James A.

1959 « Why We’ll Never Have A Woman President », This Week, 18 janvier.

Fox, Richard L. et Zoe M. Oxley

2003 « Gender Stereotyping in State Executive Elections : Candidate Selection and Success », The Journal of Politics, 65, 3, août : 833-850.

Fraisse, Geneviève

1994 « Quand gouverner n’est pas représenter », Esprit, 3-4, 200 : 103-114.

FREEMAN, Jo

We Will Be Heard : Women’s Struggles for Political Power in the United States, Rowman & Littlefield, 2008, chapitre 5 – données également disponible en ligne : « The Women who Ran For President » [http://www.jofreeman.com/ politics/womprez03.htm] (consulté le 6 février 2010).

Freedman, Jane

1997 Femmes politiques : mythes et symboles. Paris, L’Harmattan.

Gagnon, Frédérick (dir.)

2006 Le Congrès des Etats-Unis. Québec, Presses de l’Université du Québec.

Gardner, Amy

2009 « ’89 Thesis A different Side of McDonnell », The Washington Post, 30 août.

Gibbons, Sheila

2003 « Press Emphasized Pelosi’s Gender, Not Clout », Women’s eNews, 5 janvier. [En ligne], [www.womensenews.org/article.cfm/dyn/aid/ 1171/context/archive] (6 février 2010).

Gould, Lewis L.

1986 « First Ladies », The American Scholar, 55, automne : 528-535.

1985 « Modern First Ladies in Historical Perspective », Presidential Studies Quarterly, 15, 3, été : 532-540.

Guy, Mary Ellen

1995 « Hillary, Health Care and Gender Power », dans Georgia Duerst-Lahti et Rita Mae Kelly, Gender Power, Leadership and Governance, Ann Arbor, The University of Michigan Press, p. 239-257.

Han, Lori Cox

2006 Women and American Politics : The Challenges of Political Leadership. New York, McGraw-Hill.

2007 « Is the United States Really Ready for a Woman President? » dans Lori Cox Han et Caroline Heldman (dir.), Rethinking Madam President : Are We Ready for a Woman in the White House?, Boulder, Lynne Rienner Publishers, p. 1-16.

Hansen, Susan B. et Laura Wills Otero

2006 « A Woman for U.S. President? Gender and Leadership Traits Before and After 9/11 », Journal of Women, Politics and Policy, 28, 1 : 35-59.

Hasen, Richard L.

2008 « Electing the President in 2012: Three Predictions About How the Rules Might Differ Next Time Around », Findlaw, 4 novembre 2008, [En ligne], [writ.news.findlaw.com/commentary/20081104_hasen. html] (22 février 2010).

Hawkes, Ellen

2004 « Who Needs First Ladies? », MS magazine, printemps 2004, [En ligne], [www.msmagazine.com/spring2004/firstlady.asp.] (6 février 2010).

Heith, Diane J

2003 « The Lipstick Watch : Media Coverage, Gender, and Presidential Campaigns », dans Robert P. Watson et Ann Gordon (dir.), Anticipating Madam President, Boulder Co, Lynne Rienner, p. 123-130.

Heldman, Caroline

2007 « Cultural Barriers to a Female President in the United States » dans Lori Cox Han et Caroline Heldman (dir.), Rethinking Madam President : Are we Ready for a Woman in the White House?, Boulder, Lynne Rienner Publishers, p. 17-42.

Heldman, Caroline, Susan J. Carroll et Stephanie Olson

2000 Gender Differences in Print Media Coverage of Presidential Candidates : Elizabeth Dole’s Bid for the Republican Nomination, American Political Science Association, 15 pages, [En ligne], [www.capwip.org/readingroom/dole.pdf] (6 février 2010).

Heflick, Nathan A. et Jamie L. Goldenberg

2009 « Objectifying Sarah Palin: Evidence that objectification causes women to be perceived as less competent and less fully human » , Journal of Experimental Social Psychology, 45, 3, mai : 598-601

Huddy, Leonie et Nayda Terkildsen

1993 a « The Consequences of Gender Stereotypes for Women Candidates at Different Levels and Types of Office », Political Research Quarterly, 46, 3, septembre : 503-525.

1993 b « Gender Stereotypes and the Perception of Male and Female Candidates », American Journal of Political Science, 37, 1, février : 119-147.

Hunter Duncan et Dennis Kucinich

2008 « McCain vs Obama… Cindy vs Michelle, That is », Political Radar, ABCNews, 19 février, [En ligne], [http://blogs.abcnews.com/ politicalradar/2008/02/mccain-vs-obama.html] (6 février 2010).

Inglehart, Ronald et Pippa Norris

2000 « The Developmental Theory of the Gender Gap : Women’s and Men’s Voting Behavior in Global Perspective », International Political Science Review, 21, 4 : 441-463.

JALALZAI Farida et Mona Lena Krook

2010 « Beyond Hillary and Benazir : Women’s Political Leadership Worldwide », International Political Science Review, 31, 1 : 5-21.

Jennings, M. Kent

1990 « Women in Party Politics », dans Louise A. Tilly et Patricia Gurin (dir.), Women, Politics and Change, New York, Russell Sage Foundation, p. 221-248.

JONES, Jeffrey M.

2010 Voters Divided Over Obama vs. Republican Candidate in 2012, Gallup, 11 février 2010, en ligne : http://www.gallup.com/poll/125777/Voters-Divided-Obama-Republican-Candidate-2012.aspx (consulté le 19 février 2010).

Kahn, Kim Fridkin

1996 The Political Consequences of Being a Woman : How Stereotypes influence the Conduct and Consequences of Political Campaigns. New York, Columbia University Press.

Kamen, Al

2009 « Obama’s List Doesn’t Quite Match Emily’s », The Washington Post, 17 décembre.

Kohut, Andrew

2007 Are Americans Ready to Elect a Female President? Past Statewide Elections Suggest Gender Is Not an Obstacle – at Least for Democratic Candidates, New York, Pew Research Center, 9 mai, [En ligne], [http://pewresearch.org/pubs/474/female-president] (6 février 2010).

Kornblut, Anne E.

2009a « How to Shatter the ‘Highest, Hardest’ Glass Ceiling », The Washington Post, 27 décembre.

2009b Notes from a Cracked Ceiling – Hillary Clinton, Sarah Palin and What it will take for a Woman to Win, Crown, 2009, 288 p.

Lake, Celinda

2009 « Gender Gap in Politics Is Invite for More to Run », Women’s eNews, 3 avril, [En ligne], [www.womensenews.org/story/campaign-trail/090304/gender-gap-in-politics-invite-more-run] (6 février 2010).

Lawless, Jennifer

2004 « Women, War and Winning Elections : Gender Stereotyping dans le Post-September 11th Era », Political Research Quarterly, 57, 3, septembre : 479-490.

LE POINT

2009 « Coup de sang de Hillary Clinton : “Je suis secrétaire d’État, pas Bill!” », Le Point, 11 août 2009.

LIND JoEllen

2009 « The Clinton/Palin Phenomenon and Young Women Voters », Hamline Journal of Public Law & Policy, 30 : 513-548.

MacManus, Susan A. et Andrew F. Quecan

2008 « Spouses as Campaign Surrogates : Strategic Appearances by Presidential and Vice Presidential Candidates’ Wives in the 2004 Election », Political Science & Politics, 41, 2 : 337-348.

Manza, Jeff et Clem Brooks

1998 « The Gender Gap in U.S. Presidential Elections : When? Why? Implications? », American Journal of Sociology, 103, 5, mars : 1235-1266.

Marques-Pereira, Bérengère

2007 « Les femmes latino-américaines dans les exécutifs nationaux : le cas du Chili », Histoire@Politique, 1, mai-juin, [En ligne], [www.histoire-politique.fr/index2.php?numero=01&rub=dossier& item=8] (22 février 2010).

McDonagh, Eileen

2009 The Motherless State. Women’s Political Leadership and American Democracy. Chicago, University of Chicago Press.

MORRIS, Dick et Eileen McGann

2005 Condi vs. Hillary: The Next Great Presidential Race, New York, HarperCollins.

NATIONAL WOMEN HISTORY MUSEUM

« First but not the last – Women who ran for président » du National Women History Museum de Washington DC, [En ligne], [www.nwhm.org/president.html] (12 août 2009)

Nelson, Michael (dir.)

2005 The Elections of 2004. Washington DC, CQ Press, 213 p.

Norris, Pipa

1985 « The Gender Gap in Britain and America », Parliamentary Affairs, 38, 2 : 192-201.

PEW RESEARCH CENTER FOR THE PEOPLE & THE PRESS

2008 Obama Has The Lead, But Potential Problems Too, Washington DC, Pew Research Center for the People & the Press, 28 février.

Palmer, Barbara et Dennis Michael Simon

2008 Breaking the Political Glass Ceiling : Women and Congressional Elections. New York, Routledge.

Paul, David et Jessi L. Smith

2008 « Subtle Sexism? Examining Vote Preferences When Women Run Against Men for the Presidency », Journal of Women, Politics & Policy, 29, 4 : 451-476.

Rosin, Hanna

2010 « Is the Tea Party a Feminist Movement? It’s becoming an insta-network for aspiring female candidates », Slate, 12 mai.

Sanbonmatsu, Kira et Kathleen Dolan

2007 Gender Stereotypes and Gender Preferences on the 2006 ANES Pilot Study – A report to the ANES Board of Overseers, avril 2007. [En ligne], [www.electionstudies.org/resources/papers/Pilot2006/nes011883 .pdf] (6 février 2010)

Sapiro, Virginia

1982 « If U.S. Senator Baker Were a Woman : An Experimental Study of Candidate Images. », Political Psychology, vol. 3, no 2 : 61-83.

Seligson, Hannah

2008 « Sexim’s Coming Out Party », The Wall Street Journal, 21 novembre.

Sferrazza, Anthony Carl

2008 « The Role of the First Lady », America.gov, 26 septembre, [En ligne], [www.america.gov/st/elections08-english/2008/September/ 20080926162204naneerg0.8945886.html] (6 février 2010).

SpeechWars

2010 SpeechWars – The Words that Make a Nation, en ligne : http://www.speechwars.com/sou/index.php (consulté le 15 février 2010).

Tolleson-Rinehart Sue

2009 « Hillary Rodham Clinton, Sarah Palin, and the Valence of Gendered Reactions to Women Candidates », International Society of Political Psychology, Dublin, 14-17 juillet : 1-16.

Troy, Gil

2006 Hillary Rodham Clinton – Polarizing First Lady, Lawrence KS, University Press of Kansas.

2000 Mr and Mrs President – From the Trumans to the Clintons, Lawrence KS, University Press of Kansas, 2 édition.

U.S. National Center for Health Statistics

U.S. National Center for Health Statistics, National Vital Statistics Reports (NVSR), Vol.55, N° 1, 29 septembre 2006 et n° 11, 28 décembre 2006.

US Census Bureau

US Census Bureau fact Finder en ligne : http://factfinder.census.gov/home/saff/main.html?_lang=en&_ts= (consulté le 12 août 2009).

Vallet, Élisabeth

2008a Le duel. Les dessous de l’élection présidentielle américaine, Québec, Septentrion.

2008b « Pour qui sonnera le glas? », Le Devoir, 4 mars.

2005 « La désignation et le mandat du président », dans (dir), La présidence des États-Unis, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 31-59.

2004 « La sélection des candidats à la présidence », dans Élisabeth Vallet et David Grondin (dir.), Les élections présidentielles américaines, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 13-38.

Verba, Sidney

1990 « Women in American Politics », dans Louise A. Tilly et Patricia Gurin (dir.), Women, Politics and Change, New York, Russell Sage Foundation, p. 555-571.

Watson, Robert et Ann Gordon (dir.)

2003 Anticipating Madam President, Boulder Co., Lynne Rienner.

Wayne, Stephen J.

2007 Is this any way to run a Democratic Election?, Washington DC, CQ Press, 3 édition.

Witt, Linda, Karen M. Paget et Glenna Matthews

1994 Running as a Woman: Gender and Power in American Politics, New York, Free Press.


[i] Déclaration du Parlement du Wyoming, 1869, citée par Burns, Peltason, Cronin et Magleby, (1993 : 129). Les citations sont librement traduites de l’anglais par l’auteure.

[ii] Sans toutefois être véritablement les pionnières puisque les femmes de 26 pays avant elles avaient déjà acquis ce droit. Il est intéressant à ce titre de revisiter l’exposition « First but not the last – Women who ran for président » du National Women History Museum à Washington DC.

[iii] Sur l’évolution de la place des femmes en politique américaine, voir Durieux (2008 : 160).

[iv] Pew Research Center for the People & the Press (2008) et CBS News (2006).

[v] En 1984, un candidat démocrate « investi » par la convention nationale du parti, Walter Mondale, choisit, pour la première fois de l’histoire américaine, une femme : Geraldine Ferraro. Le ticket démocrate subit un échec cuisant – et parmi les plus retentissants – à l’élection générale, en ne remportant que 13 des 538 grands électeurs et à peine plus de 40% du vote populaire. On pourra consulter deux ouvrages qui abordent la question : Cook, Thomas et Wilcox (1994) ainsi que Witt, Paget et Matthews (1994).

[vi] Notamment les super-délégués dont le vote demeure libre. Voir Vallet (2004 : 21) et (2008a).

[vii] C’est d’ailleurs un constat qui transcende les frontières : voir l’analyse comparative de Jalalzai et Krook (2010 : 5-21).

[viii] À ce titre, Christine Bard souligne la spécificité de la place des femmes dans les exécutifs occidentaux mais aussi et surtout le fait que « le genre dans le pouvoir exécutif » demeure peu étudié, comparativement à la place des femmes dans les pouvoirs législatifs ou dans les partis politiques. Voir Bard, Baudelot et Mossuz-Lavau (2004 : 105-126).

[ix] Ce ministère qui n’a rien à voir avec ses homonymes occidentaux, supervise le Bureau of Land Management, le United States Geological Survey, and le National Park Service.

[x] Le président Obama a proposé, le 10 mai 2010, le nom d’Elena Kagan pour remplacer, à la Cour suprême des États-Unis, le juge John Paul Stevens. Cette nomination sera effective si elle est confirmée par le Sénat.

[xi] Alors que 1992 marque le doublement du nombre de femmes au Congrès et que depuis 1994, les femmes faisaient progressivement des gains lors de chaque élection législative, cela n’a pas été le cas en 2002. Sur ce point : Coyle (2009 : 19).

[xii] Les femmes représentent 6 % des postes militaires de haut rang, avec en 2008 parmi elles, 57 femmes générales et amirales de l’armée régulière. Parmi les « hommes » du rang, la Risk Rule mise en place par le ministère de la Défense en 1988 et amendée en 1994 exclut encore les femmes des unités dont la fonction première est le combat. En pratique, il arrive cependant que des femmes, bien que techniquement affectées à des missions de soutien, soient, de facto, au front. Les guerres en Afghanistan et en Irak, en accroissant les besoins en soldats au combat, semblent amorcer une véritable révolution de genre au sein de l’Armée américaine : Alvarez (2009).

[xiii] Seules deux femmes ont obtenu la décoration militaire la plus élevée, la Silver Star (Alvarez 2009).

[xiv] « Les médias peinent à parler du leadership sans tomber dans le travers de le caricaturer » selon Seligson (2008).

[xv] C’est là le fameux gender gap – que nombre d’auteurs francophones s’abstiennent de traduire – qui marque les résultats électoraux de manière très nette : Palmer et Simon (2008 : 28-29); Brians (2005 : 357-375).

[xvi] À la fin du 19e siècle encore, le juge Bradley exprimait, dans une opinion concurrente de la célèbre décision de la Cour suprême de 1872 (Bradwell v. Illinois, 16 Wall., 83 U. S., 130) en des termes fort clairs le fait que « hommes et femmes occupent des fonctions séparées dans la société », ces dernières devant « occuper l’espace domestique », notant « la délicatesse naturelle intrinsèque au sexe féminin qui leur interdit, de façon évidente, d’occuper bien des fonctions de la vie civile ». Voir sur cette décision, Cushman, (2001 :  2–3). Au début du 21e siècle, Laura Bush, alors Première dame, tout en soulignant les qualités de l’éventuelle candidature de Condoleezza Rice, relevait que son célibat pouvait constituer un handicap. (CNN 2006). Dans le même esprit, la question avait été posée, à l’automne 2008, par certains commentateurs de savoir si Sarah Palin pouvait sérieusement briguer le poste de vice-président et élever ses nombreux enfants. Cela s’inscrit dans la même veine que le cas de la républicaine Jane Swift, découragée par ses conseillers de se représenter au poste de gouverneur du Massachussetts, après avoir donné naissance à des jumeaux. Ces deux derniers exemples sont cités par Kornblut (2009a).

[xvii] L’incident récent au Kenya où un étudiant lui demandait l’avis du président Clinton en atteste. Voir Le Point (2009).

[xviii] Alors même que, selon les estimations 2008 du US Census Bureau, elles représentent 50,7 % de la population américaine et près de 52 % de la population en âge de voter.

[xix] La plupart des présentateurs vedettes sont en effet des hommes, et les stéréotypes ont encore du poids comme en attestent les remous suscités par la nomination de Diane Sawyer comme chef d’antenne de la chaîne ABC, en remplacement de Charlie Gibson en décembre 2009 – et ce malgré la présence de Katie Couric comme chef d’antenne de CBS Evening News. En outre, cette prédominance masculine dans les médias a un impact sur le traitement médiatique des candidates : l’étude « The Lipstick Watch » (Heith 2003 : 126) révèle que « 30 % de la couverture de la campagne de Geraldine Ferraro en 1984 et 40 % de la couverture de la campagne d’Elizabeth Dole en 2000 faisaient référence aux vêtements, au maquillage ou à la coiffure » des candidates (Coyle 2009 : 21). Le sexisme de la couverture médiatique a été tout aussi patent durant la campagne présidentielle de 2008, voir Carlin et Winfrey (2009 : 326-343).

[xx] Les mutations touchent toutes les couches de la société. Les célibataires – en nombre croissant – représentent près de 27 % de la population, et la moitié des Américains âgés de 25 à 29 ans ne sont pas mariés, plus de 26 % d’entre eux sont diplômés des universités (quatre années de collège), près de 46 % des femmes ont des enfants hors du mariage et dans le même temps le nombre de grossesses chez les adolescentes est à son taux le plus bas. U.S. National Center for Health Statistics (2006a et b). Les femmes sont également plus impliquées en politique : leur taux d’inscription sur les listes électorales ainsi que leur taux de participation aux élections sont désormais supérieurs à ceux des hommes. Voir figures 2.1 et 2.2 dans Carroll, Fox (2006 : 51 et 53). Sans oublier le poids de certains symboles culturels comme la série Commander in Chief de la chaîne ABC, qui ouvre dans une certaine mesure la voie en mettant en scène une femme à la tête de la Maison-Blanche. (Clift et Brazaitis : vi).

[xxi] Le temps paraît désormais loin où James A. Farley (alors à la tête du comité national démocrate) pouvait écrire en 1959 un éditorial retentissant “Why We’ll Never Have A Woman President”.

[xxii] D’autant que le lien entre le genre, l’apparence de la candidate et la perception de ses compétences par les électeurs semble établi par des études théoriques mais aussi empiriques, comme dans une étude de cas récente sur Sarah Palin. Voir Heflick et Goldenberg (2009 : 598-601).

[xxiii] Au demeurant, c’est bien cette absence de qualification (59 % des électeurs) de Sarah Palin pour la vice-présidence qui a sérieusement entamé le capital électoral de John McCain selon un sondage New York Times/CBS. Voir Cooper et Sussman (2008).

[xxiv] C’est à compter de 1980 que le gender gap est véritablement labellisé dans les élections présidentielles américaines. Selon Norris (1985 : 192).

[xxv] Sans pour autant en être l’unique critère, loin s’en faut : voir Tolleson-Rinehart (2009). Plus encore, les allégeances traditionnelles et les priorités économiques et sociales d’un groupe que l’on pourrait supposer favorable aux candidatures féminines comme les « jeunes électrices » prévalent sur le genre. Voir Lind (2009 :515-517).

[xxvi] Et l’on ne saurait oublier que Condoleezza Rice a caracolé en tête d’un grand nombre de sondages comme possible nominée du parti républicain avant que l’année électorale 2008 commence. Sur ce point Han et Heldman (2007 : 3). En témoigne également l’ouvrage, écrit en 2005, par deux stratèges politiques : Morris et McGann (2005).

[xxvii] Toutefois cette perspective est toujours débattue : voir Clift et Brazaitis (2003 : x) .

[xxviii] Ce mouvement se distingue d’ailleurs progressivement comme un parti majoritairement féminin, conjuguant différentes branches de l’activisme féministe et du conservatisme féminin.  Voir Rosin (2010).

[xxix]. Toutefois les sondages montrent en général un véritable gender gap au sein même du parti républicain CNN (2009).

[xxx] Han (2007 :7-8).

[xxxi] Voir Gagnon (2006 : 46). Nous avons choisi, à l’instar de ce spécialiste du Congrès des États-Unis, de définir ce terme plutôt que de le traduire.

[xxxii] C’est ainsi que des femmes qui en avaient l’envergure, comme Nancy Pelosi et Dianne Feinstein, ne pouvaient envisager à 66 et 68 ans de se présenter en 2008 voire en 2012 à la présidentielle, selon Hansen et Otero (2006 : 58).

[xxxiii] Il s’agit là des chiffres de février 2010, susceptibles de varier selon les primaires des États.

[xxxiv] La décision (disponible en ligne : http://www.supremecourtus.gov/opinions/09pdf/08-205.pdf) de la Cour suprême américaine, Citizens United v. Federal Election Commission, 558 U.S. ____(2010), en levant les plafonds de dépenses électorales imposés aux corporations, vient démultiplier le poids de l’argent dans l’année électorale et le lien entre la notoriété du candidat et sa capacité à attirer les bailleurs de fonds.

[xxxv] Et dans une certaine mesure, « l’argent fait le vote » : Wayne (2007 : 92).

[xxxvi] Pew Research Center for the People and the Press (2008). Ces chiffres sont confirmés par un sondage du Pew Research Center mené à la fin des primaires, entre le 16 juin et le 16 juillet 2008. Voir Vallet (2008a : 134-135).

[xxxvii] Clift et Brazaitis, (2003 : xiii et xvii). Voir également Carroll (2009) et Paul et Smith (2008).

[xxxviii] La journaliste Ann Kornblut (2009b) parle de « plafond fissuré », arguant du fait que Sarah Palin et Hillary Clinton auraient désormais fragilisé le fameux plafond de verre.

[xxxix] À ce titre, on ne peut manquer de signaler la thèse de maîtrise soutenue dans une université évangélique par le gouverneur républicain Robert McDonnell – celui-là même qui a répondu à Barack Obama lors du discours sur l’état de l’Union de 2010 – dans laquelle il avançait que les féministes et les travailleuses portaient atteinte à la structure familiale. Gardner (2009).

[xl] Les journaux et magazines étant désormais disponibles en format électronique par le biais des bases de données, les pages des versions papier ont été omises, et les hyperliens non inclus puisqu’ils correspondent le plus souvent à des bases spécifiques à chaque bibliothèque universitaire.