Obama gagnera le vote populaire: l’avenir est dans les cartes

L’avenir est au moins dans UNE carte, celle du Washington Post, qui montre que l’écart de voix entre les deux candidats en 2008 est tellement important (au profit d’Obama) que les cartographes de ce journal ne peuvent imaginer, malgré les prédictions des prophètes de malheur, que B. Obama emporte les 270 grands électeurs requis sans pour autant gagner la majorité des suffrages populaires.

La légitimité dont dispose un président est déterminante dans le système constitutionnel américain, car pour l’essentiel, sa capacité de gouverner réellement repose sur son pouvoir de persuader. Évidemment diminué si il part avec une légitimité amoindrie.

Le jour le plus long…


10-30-12

Le Pew Research Center on the States continue à marteler son message: la lisibilité des bulletins (leur « illisibilité » plutôt) sont un frein à l’exercice démocratique. Ainsi, les chercheurs du Pew expliquent que, comparé à d’autres textes de l’histoire américaine, les bulletins peuvent être longs. Trop longs. Comme ceux des comtés de Duval et Clay en Floride (et il y en beaucoup d’autres comme ça).

En Floride particulièrement, figureront sur le bulletin 11 amendements constitutionnels soumis à référendum. Or la seule lecture de ces questions prendrait jusqu’à 13 minutes selon le Florida Times Union. Et c’est sans prendre en compte le reste du bulletin:

Voici l’exemple de celui du comté de Duval:

Le directeur des élections du comté de Lee estime que pour comprendre l’intégralité de ces amendements, il faudrait être un juriste diplômé de Harvard (cité dans le Tampa Bay Times). Selon le directeur des élections du comté de Duval, comme le rapporte cette analyse du Pew, il faudra à un électeur 45 minutes pour voter le jour de l’élection, car l’électeur devra lire, puis voter puis passer toutes les pages du scrutin dans le scanner optique. Ce qui pourrait laisser présager de longues files d’attente.

 Combien de temps cela prendra-t-il pour lire chaque amendement
à une vitesse de 200 mots par minute:

Amendement 1 – 1:30′

Sur les services de santé – Interdit au gouvernement d’imposer que chaque individu dispose d’une police d’assurance maladie.

Amendement 2 – 0:27′

Sur un rabais d’impôt – Autorise certains vétérans handicapés à bénéficier d’un rabais sur leurs impôts fonciers

Amendement 3 – 1:00′

Limite les recettes de l’État en se fondant sur un calcul basé entre croissance et inflation

Amendement 4 – 3:30′

Coupe de moitié l’augmentation annuelle maximale des taxes sur les résidences secondaires.

Amendement 5 – 3:00′

Prescrit une confirmation sénatoriale pour la nomination des juges à la Cour suprême de l’État

Amendement 6 – 0:45′

constitutionnalise l’interdiction de financement de la plupart des avortements.

Amendement 8 – 0:22′

Autorise les établissements cultuels à recevoir du financement public (issu de l’impôt)

Amendement 9 – 0:39′

Exemption fiscale applicable sur l’impôt foncier pour le conjoint survivant d’un vétéran ou de quelqu’un travaillant pour les premiers secours.

Amendement 10 – 0:41′

Double l’exemption sur les biens meubles corporels .

Amendement 11 – 0:33′

Exemption additionnelle sur la propriété familiale pour les seniors à bas revenus qui résident dans la même maison depuis plus de 25 ans .

Amendement 12 – 0:24′

Change la manière dont l’État sélectionne un représentant étudiant pour siéger au Conseil des gouverneurs .

Total minutes = 12,85 minutes

C’est la combinaison, ajoute le journal, de ces bulletins particulièrement longs et de la diminution du nombre de bureaux de vote (il y en a 53 de moins dans le comté de Duval, 14 de moins dans le comté de Clay, pour faire des économies) qui pourraient conduire à de longues files d’attente devant les bureaux de scrutin le 6 novembre prochain.

 

Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?

Comme une odeur de soufre…

Le Pew Research Center vient de sortir un sondage étonnant à ce stade de la campagne: Romney passerait en avance d’Obama. Ce que confirme Real Clear Politics, avec une marge moindre.

Or l’histoire montre qu’en général, à cette époque ci de l’année, les inversions de tendance sont rares. Et en fait inexistantes depuis plusieurs cycles électoraux comme on peut le constater ci-dessous:

 

Une course serrée? Les États pivots au coeur de la campagne

Le système de scrutin (suffrage universel indirect, grands électeurs attribués par État, poids du Winner-take-all) a pour effet de figer le plus souvent la carte électorale qui présente en fait une grande stabilité d’une élection à l’autre, n’évoluant que de manière cyclique, lentement, presque de manière décennale.

 

Barack Obama a pourtant , en 2008, emporté des États qu’aucun Démocrate n’avait gagné (Virginie, Caroline du Nord, Indiana, Colorado) auparavant et il a obtenu les suffrages d’États traditionnellement volatiles comme la Floride et l’Ohio.

Ils appartiennent à la catégorie des États pivots, ces États remportés par une faible marge (en général et à quelques exceptions près inférieure à cinq points) lors des élections précédentes. Plus fragiles, moins stables, ils sont donc plus susceptibles de basculer d’un côté ou de l’autre. Ils ont également pour eux qu’ils représentent un large bassin de grands électeurs.

En 2012, une douzaine d’États entre dans cette catégorie. Sept États détiennent, ensemble, la clé de l’élection avec un total de 85 grands électeurs : le Colorado, la Floride, l’Iowa, le Nevada, le New Hampshire, l’Ohio et la Virginie. On ajoute le plus souvent le Michigan, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie, le Nouveau Mexique et l’Indiana.

Et au lendemain de la convention républicaine, à la veille de la convention démocrate, la course paraît serrée:

source: http://www.knowtex.com/nav/election-presidentielle-aux-etats-unis_36068

 Deux éléments viennent brouiller les cartes. D’un côté, la répartition des grands électeurs est proportionnelle à la démographie et, sur la base du recensement décennale cette redéfinition est véritablement favorable aux Républicains. D’autre part, la réforme de l’identification de l’électeur dans un grand nombre d’États pourrait avoir une incidence sur le taux de participation et le taux de votes valides. Comme le dirait le professeur Rick Hasen, le spectre de l’élection de 2000 n’est jamais très loin.

Des États désunis?

* billet initialement publié dans le blogue Plus on est de fous, plus on blogue

L’automne 2000 s’annonçait chaud. L’élection présidentielle serrée. Venu du Texas, le gouverneur George W. Bush, avait d’ailleurs, pendant quelques semaines, paru plus sympathique que son adversaire aux yeux des Américains. C’est avec lui que le citoyen lambda se serait vu prendre une bière. Il menait donc dans les sondages, de peu. Puis quelques heures avant l’ouverture des bureaux de vote, comme si les indécis s’étaient ravisés, le démocrate et vice-président de Bill Clinton, Al Gore, était repassé devant son adversaire.

En ce soir de novembre, les médias procèdent comme l’accoutumée : les experts sont autour des tables, les grands réseaux ont mis en place leur système de décompte et de projection des voix. La routine électorale. Au fur et à mesure que ferment les bureaux de vote dans l’Est, on additionne les grands électeurs. Très vite, CNN annonce la victoire d’Al Gore en Floride : ce sera le prochain président car avec cet État-pivot dans son escarcelle, il est assuré de remporter la présidence.

 

http://www.mrmediatraining.com/index.php/tag/gabrielle-giffords/

Mais la soirée s’étire, les résultats se font incertains. CNN se ravise. Et avec elle, tous les grands médias. La nuit se termine avec une avance de… 2000 voix pour W. Le recomptage est automatique mais les médias couronnent le nouveau président… Puis se ravisent le lendemain lorsque l’écart tombe à 200. Ainsi, en ce mercredi matin de novembre, le candidat Gore a, à travers le pays, 200 000 voix de plus que son adversaire mais, parce que les grands électeurs de Floride ne sont pas attribués, le pays n’a toujours pas de président. Et ça va durer 36 jours.

La machine judiciaire s’emballe. Al Gore demande un recomptage manuel. Bush le conteste en cour. Les cours refusent de se prononcer. Sauf la Cour suprême de Floride qui autorise le recomptage.

 Photographies des bulletins de Floride: NORC, Florida Ballots Project, http://www2.norc.org/fl/ballot.asp (mai 2008).

  Les scrutateurs de tenter de déterminer l’intention de l’électeur, bulletin par bulletin.

AP Photo/Marta Lavandier – http://www.2000presidentialelection.com/

 

La Cour suprême des États-Unis finit par trancher : on arrête le recomptage, on prend les chiffres en l’état. Bush sera président.

*

Des États, réunis?

Ils avaient quitté l’Europe pour un monde meilleur. Ils rêvaient de liberté, d’une liberté absolue, sans censure, sans contrôle, sans tyran, sans Léviathan. Ils ont façonné du pays à cette image. Et les treize colonies qui ont choisi de se réunir pour faire face à l’ancienne puissance tutélaire ne voulaient pas sacrifier leur souveraineté. Lorsque le rêve s’est heurté à la réalité, ces États ont admis qu’ils devaient s’unir pour faire face à l’adversité. Sans perdre leur identité. Ces États «réunis» sont marqués par cette Histoire, celle de leur fondation. Cet idéal confédéral a survécu à l’épreuve du temps – et sous des formes diverses, comme en atteste le succès du Tea Party et de son discours anti-washingtonnien. Mais il en pâtit aussi.

 

Une union imparfaite

C’est en matière électorale que le prix de cette union imparfaite est le plus élevé. Au point d’atteindre, selon Rick Hasen, auteur de The Voting Wars, la démocratie américaine dans ses fondations, de vulnérabiliser la légitimité du gouvernement, de soulever des doutes quant à l’impartialité des juges. Malgré le séisme politique créé par la saga judiciaire autour de l’élection de George W. Bush face à Al Gore en 2000, le système électoral américain demeure étrangement hétérogène, fait de bric et de broc, sans cohérence ni logique d’ensemble : d’une région à l’autre, d’un État à l’autre, parfois même d’un comté à l’autre, les élections sont administrées différemment : 14 000 administrations ont ainsi leurs propres bulletins, machines de vote et règles de votation.  

http://www.texastribune.org/texas-politics/voter-id/about/

De fait, le système électoral américain est réellement imprécis, coûteux et inefficace :

*

Le prix de la différence

Le prix de ces distorsions est élevé : certains sont de facto exclus de l’isoloir. D’autres subissent parfois de l’intimidation. La représentante au Congrès, Tubbs Jones, avait ainsi montré que des preuves d’identité pourtant non requises par la loi avaient été exigées en 2004, mais aussi en 2008, dans les quartiers à forte population immigrée ou de couleur. Or ces manœuvres sont rendues possibles parce que les mécanismes électoraux ne sont pas uniformes à travers le pays: non seulement ils laissent une place importante à l’interprétation, mais ils rendent difficile l’information d’un électorat peu scolarisé. L’essentiel des “guerres du vote” repose sur l’accès au bureau de vote, sur l’exercice effectif du droit de vote et la complexité des bulletins ne fait que renforcer cette difficulté.

Des bulletins complexes

Le cas du bulletin établi par le secrétariat d’État de l’Ohio pour l’élection générale de 2008 – extraits de l’ouvrage « Comprendre les élections présidentielles américaines » à paraître, chez Septentrion 2012.

  Source : http://blogs.dixcdn.com/capitalblog/wp-content/uploads/2008/09/dir-2008-83-attachmentcorrected-general2008_finalno4.pdf

Le bulletin du Comté de Palm Beach, Floride – élection générale de novembre 2008

Source : http://bradfordschmidt.com/wp-content/uploads/2008/11/ballot.jpg

  Mais pour Rick Hasen, au-delà des incohérences du système, il y a la perversion de ses dysfonctionnements. Selon lui les partis ont instrumentalisé le processus électoral : le système de votation appartient désormais au vocable du stratège politique, entre fraudes massives (côté républicain) et intimidation des minorités (côté démocrate).

  Même si la Floride a été le point focal de l’élection de 2000, ce sont près de 4 à 6 millions de bulletins qui ont été indûment écartés, dont la plus grande partie… ailleurs qu’en Floride. La même chose est arrivée en 2004… en Ohio. À cette exception près que l’écart de voix entre les deux candidats à la présidence était suffisamment grand pour que les urnes controversées de l’Ohio ne fassent pas la différence. Rien n’est résolu. Et pour l’auteur de The Voting Wars, rien n’est réglé. Pire encore, avec la pression des médias sociaux, la démultiplication des litiges électoraux, et le désenchantement de la société, ce que dit Rick Hasen, c’est que la démocratie américaine qui vit dangereusement.

* Ce billet a été initialement publié dans le blogue Plus on est de fous, plus on blogue, à la suite d’une chronique à l’émission Plus on est de fous, plus on lit, sur l’ouvrage The Voting Wars publié chez Yale University Press, par le professeur Rick Hasen

La vice-présidence, strapontin ou tremplin?

Jusqu’à la fin du 19 siècle, la vice-présidence est une institution accessoire, pratiquement insignifiante. À la mort de Franklin D. Roosevelt, le vice-président Harry Truman accède à la présidence: il n’a même pas été informé de l’existence du projet Manhattan sur la bombe atomique. Dans le même ordre d’idées, le vice-président Johnson n’est pas convié à assister aux réunions des conseillers de JFK qui, pendant treize jours (voir le film du même nom, très fidèle à la réalité), discutent de la résolution de la crise des Missiles en 1962. Il succède pourtant à J.F. Kennedy un an plus tard, à bord d’Air Force One qui ramène le corps du président assassiné de Dallas.

En fait, avec les problèmes de santé de Dwight Eisenhower en 1955 et de l’assassinat de Kennedy en 1963, le poids du vice-président s’accroît véritablement. Alors que l’on ne voyait dans en lui qu’un atout électoral (le complément du candidat à la présidence), il devient véritablement le second timonier de l’administration en place.

Cette évolution est particulièrement patente sous George W. Bush puisque son vice-président, Dick Cheney, a eu une influence déterminante sur les politiques gouvernementales, à commencer par l’intervention américaine en Irak.

Cette influence croissante du vice-président n’est toutefois pas complètement irréversible et l’on peut tout à fait imaginer qu’en raison de la personnalité du président et du vice-président, ou des circonstances, le vice-président soit moins influent sur le plan décisionnel que son prédécesseur. Mais il demeure celui qui devra prendre la présidence en cas d’empêchement du chef de l’État ou de vacance du poste. C’est pour cela que le choix exprimé à la convention – par le candidat à la présidence – est déterminant et c’est un des arguments – l’absence d’envergure présidentielle – qui a sans aucun doute nuit à Sarah Palin en 2008 malgré une entrée en scène remarquée.

De quelle expérience disposent ceux qui, si l’Histoire avait été autre, auraient pu prendre les rênes du pays en cas de vacance du pouvoir?

Le Washington Post a élaboré une infographie:

que l’on retrouve sous un angle différent dans le New York Times:

Et s’il ne fallait lire qu’une seule référence sur le sujet, ce serait le texte de Karine Prémont, primé, dans la revue canadienne de science politique:

Karine Prémont, «La vice-présidence américaine contemporaine: une école pour la présidence?», Revue canadienne de science politique, 41, 2008, p 953-972.

Et dans une version moins universitaire, ici.

 

Bilan de Floride – El Presidente?

La Floride est un État beaucoup plus conservateur qu’il y a 4 ans. Et le portrait de l’électorat d’une primaire républicaine est plus facile à dresser dans la mesure où il s’agit de la première vraie primaire fermée: 8/10 électeurs se disent conservateurs. 2/3 qu’ils appuient le Tea party.

Or Mitt Romney a gagné sans Jebb Bush et sans Marco Rubio. En faisant un meilleur score que prévu même chez les évangéliques. Sans l’establishment. Seul. Pas que cela aurait changé grand chose: le soutien de la gouverneure Nikki Haley en Caroline du Sud n’a pas vraiment changé l’issue du vote. Mais le symbole est fort. Il est (de nouveau) devenu inévitable.

Romney et son super PAC (Restore our future) ont littéralement enterré Gingrich et son super PAC (Winning our Future) sous une avalanche de publicités, dépensant 15,6 millions contre 3, 29. Sans tout à fait changer le profil électoral de l’État:

source: Google politics

Rien n’est arithmétiquement scellé, loin s’en faut, comme l’explique Josh Putman. Mais le symbole est fort et la « présidentiabilité » de Mitt Romney établie, inversement proportionnelle à la perte en crédibilité de Gingrich.

Or la présidentiabilité (oui le barbarisme est désagréable, mais il est efficace) de Romney importe à l’heure où, pour 12 États pivots, le taux d’approbation de Barack Obama est de 43%. Aujourd’hui, en termes absolus, aucun des candidats en lice (de part et d’autre de l’échiquier) ne peut en effet être assuré d’une victoire.

Il reste donc à Romney à faire son chemin dans les prochains caucus (Nevada, Colorado, Missouri), et primaires (Michigan, Arizona) pour éviter de devoir faire face – mais les risques sont-ils réels – à une convention divisée  (brokered convention) en août prochain.

source

Les prochains votes seront un test pour Romney, particulièrement dans une frange de l’électorat qui devrait lui être acquise mais a été échaudée par ses prises de position sur l’immigration. En effet si Mitt Romney a gagné le vote hispanique ce mardi (15% de la population de Floride) par 54% contre 28%, il demeure que, dans cet État, les politiques migratoires n’ont plus vraiment d’incidence sur une population hispanophone implantée de longue date.

Par contre dans les États qui vont se prononcer, les Hispanophones immigrants sont nombreux. Romney devrait avoir une facilité, puisqu’il parle espagnol, puisque son père est né au Mexique, à toucher cette communauté. Cela ne paraît, pour l’instant pas être le cas. Celui que Larry Kaplow décrit comme le (potentiel) premier président latino des États-Unis, « El Presidente« , navigue entre ses racines et sa quête d’une identité conservatrice, pro-mur, en faveur du durcissement des politiques migratoires, opposé au Dream America Act. Dans le même temps, son apologie de l’auto-déportation (self deportation) au cours du dernier débat républicain envoie peut-être le signal que cette position tranchée n’implique pas des décisions immédiates si il devait être élu. C’est sans doute la bonne attitude, alors que l’administration Obama perd des plumes dans la communauté, avec l’augmentation des reconduites à la frontière.


Ainsi, et dans ce contexte, si Romney devient le choix du GOP, le choix du colistier sera plus important encore…

Next Stop: South Carolina – portrait du premier État du Sud à se prononcer

La Caroline du Sud, l’État du Palmier, est un pilier du parti républicain : il n’a jamais depuis 1976 voté pour un autre parti aux élections présidentielles. Il a toujours, depuis 1980, voté pour le gagnant de l’investiture républicaine (mais cela pourrait changer).

McCain a emporté l’État lors des primaires de 2008, avec 33% des suffrages , mais seulement parce que l’ancien sénateur Tennessee Fred Thompson et l’ancien Gouverneur de l’Arkansas Mike Huckabee se sont partagés l’électorat conservateur.

Parce que la Caroline du Sud a devancé, au mépris des règles établies par le parti républicain au niveau national, sa primaire, elle est pénalisée et ne pourra envoyer à la convention de Tampa en août que 25 des 50 délégués auxquels elle a normalement droit. La répartition des délégués restant se fait sur la base du winner-take-all pour 11 délégués qui iront au gagnant, tandis que les autres sont répartis par district, à raison de deux par district emporté.


C’est ce qui explique d’ailleurs le positionnement des candidats autour des valeurs morales (plutôt que l’économie) et l’afflux (avec l’appui des Super PACs de publicités électorales – négatives souvent – sur les ondes de l’État).

Une carte du National Journal

Mitt Romney parie d’ailleurs sur une division du vote évangélique, dominant, entre Santorum et Gingrich et les erreurs de ce dernier – la qualification d’Obama de « food stamp president » n’étant pas dénuée d’inflexions racistes et touche une zone sensible de l’histoire de l’État.

car le fait qu’il soit mormon pourrait constituer un handicap.

La Caroline du Sud est le premier État du Sud à se prononcer. Et c’est un État qui pèse lourd: le recensement de 2010 enregistre d’ailleurs une forte croissance démographique  (Charleston + 24,2 %, North Charleston + 22,4 %, Mount Pleasant+ 42,5 %, Rock Hill +32,9 %, Greenville+18,9 %).

 



Au point où cela modifie la carte électorale de l’automne prochain, la Caroline du Sud gagnant un grand électeur. L’élection générale de l’automne prochain n’est donc pas tout à fait absente de l’esprit des équipes de campagne des candidats républicains.

 

Carte de Philippe Rekacewicz du Monde Diplo, réalisé pour le Petit guide des élections présidentielles américaines, 2012 chez Septentrion

Aujourd’hui, le taux de chômage y est de 9,9%, parmi les plus bas, à 8 rangs de la fin – dans certains comtés il est même plus proche de 12%. Or le contraste avec les deux premiers États du cycle électoral des primaires est substantiel : l’Iowa et le New Hamsphire figurent en tête de peloton, respectivement  6e et 4e .

L’essentiel des attaques de Gingrich porte sur les valeurs morales (une ironie!) et non l’économie. En effet, dans cet État conservateur où Romney fait figure de timoré, les personnes les plus touchées sur le plan économique ne se prononceront pas dans une primaire républicaine où nombre d’électeurs au 3e âge (en 2008 ils sont 24% de 65 ans et + à se prononcer lors de la primaire républicaine) et à l’abri des difficultés financières (et compte tenu du climat clément, la population de 65 ans et plus est en augmentation). Comme l’explique David Frum, tandis que les aînés de 65 ans et plus sont couverts par Medicare, 19,4% de la population ne sont pas assurés – or il s’agit là d’un des taux les plus élevés aux États-Unis.

Le taux de pauvreté et de 3 points supérieur à la moyenne nationale tandis que le revenu moyen est de 8000$ inférieur à la moyenne nationale.

 


Portrait démographique de la Caroline du Sud (census bureau)

   


Caroline du Sud

USA

Population, 2010

4,625,364

308,745,538

Population, augmentation en %, 2000 to 2010

15.3%

9.7%

Population, 2000

4,012,012

281,421,906

Personnes de moins de cinq ans, 2010

6.5%

6.5%

Personnes de moins de 18 ans, 2010

23.4%

24.0%

Personnes de 65 ans et plus, 2010

13.7%

13.0%

Pourcentage de femmes, 2010

51.4%

50.8%

Blancs, 2010 (a)

66.2%

72.4%

Afro-américains, 2010 (a)

27.9%

12.6%

Premières nations 2010 (a)

0.4%

0.9%

Asiatiques, 2010 (a)

1.3%

4.8%

Pacifique, 2010 (a)

0.1%

0.2%

Hispaniques 5.1% 16.3%
Blancs non hispaniques 64,1% 63.7%
White persons not Hispanic, percent, 2010
Revenu per capita sur 12 mois (2009 dollars) 2005-2009

$23,196

$27,041

revenu familial moyen, 2009

$42,580

$50,221

Personnes en dessous du seuil de pauvreté, 2009

17.1%

14.3%

 

Saisie de maisons 

Total 
% change  depuis Fev. 2007 % change  depuis  Mars 2006
Nevada 4,738 183 29.42 219.92
Colorado 6,267 292 18.02 16.23
California 31,434 389 35.49 183.88
Georgia 6,769 457 -7.2 -11.59
Arizona 4,476 489 43.65 118.45
Michigan 8,610 490 -7.4 11.43
Florida 14,303 511 -25.29 54.08
Ohio 8,222 582 9.95 74.23
Indiana 4,332 583 26 -12.18
Illinois 7,819 625 18.08 70.27
Texas 12,755 631 2.98 6.73
New Jersey 4,780 693 -4.53 28.91
Massachusetts 3,497 750 39.99 717.06*
Tennessee 3,178 772 -17.15 -6.53
Connecticut 1,517 913 2.99 83.21
Missouri 2,494 977 5.77 60.59
North Carolina 3,241 1,086 -3.71 56.34
Utah 636 1,208 -25 -55.74
Oklahoma 1,138 1,313 -18.25 -16.69
Washington 1,736 1,378 7.16 -5.86
Rhode Island 316 1,392 128.99 15700.00*
Idaho 355 1,481 21.16 66.67
Pennsylvania 2,921 1,797 47.82 -20.69
Oregon 747 1,949 3.03 28.13
Nebraska 357 2,013 21.43 144.52
New York 3,711 2,069 -18.48 -7.11
Alaska 98 2,094 20.99 -3.92
Iowa 580 2,125 -2.36 144.73*
Maryland 965 2,220 160.11 326.99
Arkansas 505 2,323 -61.86 -60.14
New Mexico 326 2,394 -32.08 27.84
Delaware 143 2,399 113.43 472.00*
Alabama 806 2,436 79.51 357.95
Kentucky 700 2,501 11.46 102.31
Kansas 447 2,523 5.67 126.90*
Minnesota 808 2,559 -13.02 44.54
Virginia 1,054 2,738 46.8 293.28
Wisconsin 827 2,785 -15.09 67.75
Louisiana 579 3,252 -24.51 382.50*
Montana 117 3,522 17 -16.43
New Hampshire 115 4,757 219.44 2200.00*
South Carolina 340 5,155 -1.16 -55.67
Hawaii 65 7,085 10.17 44.44
West Virginia 95 8,891 206.45 26.67
Maine 65 10,029 622.22 441.67
South Dakota 32 10,100 45.45 33.33
North Dakota 24 12,070 33.33 14.29
Mississippi 94 13,498 -34.72 28.77
Wyoming 10 22,385 -66.67 -67.74
District of Columbia 5 54,969            — -61.54
Vermont 1 294,382 0 -80
U.S. 149,150 775 6.6 46.81

 

 

Taux de chômage par État

Unemployment Rates for States
Monthly Rankings
Seasonally Adjusted
Nov. 2011p

Rank

State

Rate

1

NORTH DAKOTA

3.4

2

NEBRASKA

4.1

3

SOUTH DAKOTA

4.3

4

NEW HAMPSHIRE

5.2

5

VERMONT

5.3

6

IOWA

5.7

7

WYOMING

5.8

8

MINNESOTA

5.9

9

OKLAHOMA

6.1

10

VIRGINIA

6.2

11

UTAH

6.4

12

HAWAII

6.5

12

KANSAS

6.5

12

NEW MEXICO

6.5

15

LOUISIANA

6.9

15

MARYLAND

6.9

17

MAINE

7.0

17

MASSACHUSETTS

7.0

19

MONTANA

7.1

20

ALASKA

7.3

20

WISCONSIN

7.3

22

DELAWARE

7.6

23

PENNSYLVANIA

7.9

23

WEST VIRGINIA

7.9

25

ARKANSAS

8.0

25

COLORADO

8.0

25

NEW YORK

8.0

28

TEXAS

8.1

29

MISSOURI

8.2

30

CONNECTICUT

8.4

31

IDAHO

8.5

31

OHIO

8.5

33

ALABAMA

8.7

33

ARIZONA

8.7

33

WASHINGTON

8.7

36

INDIANA

9.0

37

NEW JERSEY

9.1

37

OREGON

9.1

37

TENNESSEE

9.1

40

KENTUCKY

9.4

41

MICHIGAN

9.8

42

GEORGIA

9.9

42

SOUTH CAROLINA

9.9

44

FLORIDA

10.0

44

ILLINOIS

10.0

44

NORTH CAROLINA

10.0

47

MISSISSIPPI

10.5

47

RHODE ISLAND

10.5

49

DISTRICT OF COLUMBIA

10.6

50

CALIFORNIA

11.3

51

NEVADA

13.0


Deux jours avant la Caroline du Sud: qui a (vraiment) gagné l’Iowa?

D’après le Des Moines Register:

 Les résultats: Santorum finit en tête, par 34 votes
Données manquantes: 8 circonscriptions dont les résultats ne seront jamais validés
Verdict du parti: c’est 50-50
 
Au final:
Rick Santorum: 29 839 voix: -168
Mitt Romney: 29 805 voix: -210
Suffrages exprimés: 121 503

En soi, on pouvait s’attendre à un revirement – 8 voix d’avance paraissaient minces. D’ailleurs Mitt Romney faisait figure d’exception puisque, s’il avait conservé sa victoire en Iowa, il aurait été le premier républicain depuis 1976 à avoir remporté consécutivement l’Iowa et le New Hampshire – reste à savoir si l’exception tient toujours. En effet, les 8 bureaux de vote manquants, les irrégularités dans la transmission des résultats (oubli de reporter les résultats sur le formulaire E, signatures manquantes, etc) semblent condamner l’Iowa à demeurer dans l’incertitude. Ce qui n’est pas vraiment une nouveauté non plus: chaque cycle voit ce type d’irrégularités, particulièrement durant les caucus, et par exemple, le caucus républicain de 1980 avait été particulièrement serré au final, avec un grand nombre de voix jamais décomptées.

Les 8 bureaux manquants

 

 Cerro Gordo County’s Mason City Ward 2, Precinct 3

 Emmet County’s Estherville Ward 2

Franklin County’s Geneva-Reeve

Lee County’s Fort Madison 4A

Lee County’s Fort Madison 4B

Lee County’s Franklin-Cedar-Marion

Lee County’s Washington-Green Bay-Denmark

Pocahontas County’s Center-South Roosevelt-North Lincoln

En 2012, Rick Santorum a peut-être gagné arithmétiquement – rien n’est en fait certain faute de pouvoir décompter les votes des huit bureaux manquants – mais il n’a pas véritablement emporté l’Iowa. Le concours de beauté (beauty contest, littéralement) de l’Iowa n’a pour autre but que de retenir l’attention des médias (une réussite!) sans attribuer de délégués aux candidats (pas encore!). Car Santorum, à l’instar de Mike Huckabee qui l’a précédé dans cette dynamique, n’a qu’une petite organisation de campagne, relativement mal financée, et qui sera sans doute bien en mal de soutenir l’effort nécessaire pour passer à travers le Super Tuesday du 6 mars prochain.

Il demeure cependant que deux jours avant que ne s’ouvre la primaire en Caroline du Sud, et quelques heures avant le débat républicain, la nouvelle pourrait rendre Mitt Romney plus vulnérable aux critiques de ses adversaires, devenus plus virulents et ce particulièrement alors que Jon Huntsman puis Rick Perry ont jeté l’éponge, Santorum tente de capitaliser sur ce momentum tandis que Gingrich se rapproche et talonne de nouveau Romney.


« Voting Wars » – Vote, fraude et discrimination aux États-Unis

NB. Voting Wars est un emprunt au titre de l’ouvrage de Rick Hasen à paraître cet été à Yale University Press.

Même si les primaires du New Hampshire ont donné lieu à de possibles fraudes (un groupe notamment a tenté d’en faire la démonstration en video, commentée ici et ici),il reste que globalement elles sont moins courantes que ne le veut la légende urbaine: un rapport du Brennan Center fait le point.

En réalité, l’essentiel des « guerres du vote » repose sur l’accès au bureau de vote, sur l’exercice effectif du droit de vote. 14 États ont désormais des lois en vigueur obligeant l’électeur à présenter une pièce d’identité officielle avec photo. D’autres États ont des projets allant dans le même sens à l’étude. Et 15 États requièrent une forme d’identification officielle. On trouvera une liste sur le site de la National Conference of State Legislatures.

Les trois États du Sud qui ont adopté des lois imposant la présentation d’une pièce d’identité avec photo – la Géorgie, le Texas et la Caroline du Sud où se déroule la prochaine primaire – doivent cependant obtenir l’aval préalable du département (fédéral) de la Justice avant de pouvoir les promulguer : cette manifestation du contrôle fédéral sur une compétence fédérée est un vestige de la (dé)ségrégation, fondé sur l’article 5 du Voting Rights Act qui vise à protéger  le droit de vote.

Or l’un des enjeux de la prochaine primaire, en Caroline du Sud, le 21 janvier prochain, est que le département de la Justice a refusé de valider la loi en question en se fondant sur le fait qu’alors que 8,4% des électeurs blancs inscrits sur les listes électorales n’ont pas de carte d’identité produites par le Department of Motor Vehicles (payantes, sauf exception) tandis que 10% des électeurs non-blancs inscrits sur les listes sont dans le même cas. Cette distorsion a paru suffisante au DOJ pour refuser d’apposer son sceau, considérant qu’il y avait bien discrimination au vote. Pour certains, le fait que le DOJ utilise une disposition mise en place pour enrayer les discriminations raciales pour invalider une loi dont l’objectif est de limiter la fraude électorale est la preuve de l’anachronisme de l’article 5 du Voting Rights Act.

Il reste néanmoins qu’obtenir une carte d’identité – payante – s’apparente dans certains cas au fameux « literacy test » de l’époque ségrégationniste.

La carte (interactive) de la NCSL est également disponible ici.

Et l’ACLU la voit ainsi:

Lorsque l’on parle de « guerres du vote », en réalité désormais les affrontements, lorsqu’ils quittent le terrain du militantisme comme on l’a vu au New Hamsphire, se déroulent en cour, comme le souligne cet article:

Caroline du Sud: La nouvelle loi est rejetée par le département de la Justice sur la base de la violation du Voting Rights Act, et d’une atteinte disproportionnée aux droits des minorités. Le gouverneur, républicain, menace de faire appel.

Mississippi: La nouvelle loi a été adoptée et est en attente de la décision du DOJ.

Texas: La loi préexistante sur l’identification des électeurs a été renforcée (l’élément d’identification doit désormais avoir une photo) mais cet État est également soumis à l’accord préalable du DOJ.

Dans la foulée d’une décision de la Cour suprême validant, en 2008, une loi imposant l’identification photo des électeurs en Indiana, de nouvelles lois ont également été adoptées au Kansas, au Rhode Island (applicable pour ce qui est de la photo à compter de 2014), au Tennessee (où une pétition circule pour appuyer l’abrogation de la loi),  et au Wisconsin (où l’American Civil Liberties Association a formé un recours, arguant de l’exclusion délibérée des minorités).

Alors que chaque vote compte, tandis que les candidats tenteront l’impossible durant l’automne pour mobiliser les électeurs et faire sortir le vote, il est évident, pour NPR, que certaines lois, en décourageant ou prévenant certaines franges de l’électorat d’aller voter, peuvent avoir un impact significatif, notamment dans les États pivots comme l’Indiana, le Colorado, l’Ohio (le bellwether par excellence, c’est-à-dire l’État qui vote pour le candidat gagnant depuis… 1944) ou la Floride. Ainsi par exemple en Floride, Obama n’avait gagné que par 2,5% et avait bénéficié notamment largement du vote par anticipation qui devrait être restreint en application d’une nouvelle loi.


New Hampshire – Boussole républicaine: plein sud

En une semaine, le décor vient de changer radicalement pour les candidats à l’investiture républicaine, tant en raison des résultats des caucus de l’Iowa, que du profil de l’État du New Hampshire qui tient la première primaire du cycle électoral présidentiel de 2012. L’État de granite n’est plus le point de passage obligé sur le chemin de la Maison-Blanche. En effet, si avant 1992, il était nécessaire de le gagner pour obtenir la nomination de son parti, ce n’est plus le cas : Bill Clinton, George W. Bush en 2000, Barack Obama en 2008 n’ont pas emporté le new Hampshire mais ont obtenu l’investiture. Par contre, tous ceux qui ont emporté simultanément l’Iowa et le New Hampshire ont été intronisés par leur convention nationale. C’est pour cela que le New Hampshire est encore considéré tour à tour comme le tremplin ou le cimetière des ambitions présidentielles.

Vivre libre ou mourir

Le paysage politique est en effet tout à fait différent dans cet État dont le moto est « vivre libre ou mourir ». Avec le New Hampshire, l’on passe de caucus fermés où seuls les électeurs dûment affiliés pouvaient voter, à une primaire (quasi)ouverte où les indépendants peuvent se prononcer. Or ces derniers, libres de toute affiliation, représentent 40% de l’électorat et supplantent largement les électeurs inscrits auprès de chacun des deux grands partis – et ce sont eux qui ont façonné la victoire de John McCain en 2008. La volatilité de l’électorat y sera grande puisque, selon le Public Policy Polling, 14% des électeurs qui se sont prononcés dans la primaire démocrate en 2008 se déplaceront cette fois-ci pour la primaire républicaine. Ces électeurs, déçus d’Obama ou simplement non intéressés par la primaire démocrate (qui, malgré la présence de 14 candidats sur le bulletin démocrate parmi lesquels David Richardson ou Randall Terry est sans suspense) pourraient représenter plus de 10% des suffrages exprimés côté républicain en 2008. En effet alors que le taux de chômage au New Hampshire est très inférieur (5,2%) à la moyenne nationale (8,6%), seule une minorité approuve le travail du président en exercice (41%). En outre, ils pourront être tentés par les candidatures de Ron Paul et Jon Huntsman. Tous deux (respectivement 19,8% et 11,2% des intentions de vote) figurent derrière Romney (à 39,8%). Le premier promeut de véritables politiques sociales. Le second, malgré son passé assez conservateur comme gouverneur de l’Utah, est par exemple en faveur des unions civiles de même sexe et a obtenu le soutien du très renommé Boston Globe. Car le New Hampshire, longtemps bastion républicain, ne se reconnaît pas dans le glissement à droite du parti républicain : le conservatisme fiscal y est traditionnel, le conservatisme social y est plus étranger. Dans le même temps, le court laps de temps entre les caucus et cette primaire n’a pas permis à Santorum (qui bénéficie quand même du rebond généré par les résultats de l’Iowa) d’opérer une levée de fonds conséquente et de mettre en place une structure efficace pour se positionner valablement.

Le Sud dans la ligne de mire

Pour autant, un gagnant, aux primaires, n’est pas tant celui qui emporte la victoire, que celui qui fait mieux que ce qui était attendu. La véritable victoire n’est donc pas un gain arithmétique mais un succès perceptuel. C’est la raison pour laquelle Romney a en réalité remporté l’Iowa avec les honneurs (il était, deux mois avant les caucus, loin derrière Gingrich). Du coup, au New Hampshire, qu’il devrait gagner aisément, l’attention sera rivée sur ceux qui arriveront derrière lui, et surtout à quelle distance. Car en réalité, c’est déjà vers le Sud que les regards sont tournés. Avec les primaires républicaines le 21 janvier en Caroline du Sud et le 31 en Floride, ce sont des poids lourds de l’électorat en général, et de la base républicaine en particulier qui vont être sollicités. Très différent du New Hampshire, la Caroline du Sud est un État très religieux : 66 % vont à l’église régulièrement (ils sont 35% au New Hampshire, 54% au niveau national). À grande majorité protestante (74%),  noire (27,9% alors que la moyenne nationale est de 12,6), la Caroline du Sud a un taux de chômage (10%) supérieur à la moyenne nationale. État très conservateur, il n’est pourtant pas insensible à la dynamique du moment. La Floride qui clora le mois de janvier présentera un autre panorama : il s’agit d’un État peuplé (le 5e dans l’Union), assez religieux (57% de pratique régulière), ethniquement hétérogène, où l’impression que laissera celui qui emportera au final l’investiture sera déterminante pour le mois de novembre : la Floride représente dès aujourd’hui un double enjeu car il s’agit d’un État pivot de l’élection de l’automne.

 

Le reflet des divisions du parti républicain

Les primaires ont ceci d’utile qu’elles permettent d’éliminer les candidats trop radicaux, ceux que l’on pourrait par euphémisme qualifier de trop fantaisistes, ceux qui ne sont pas présidentiables. Car au cours des primaires, et de ce cycle électoral en particulier, on ne parle pas que d’investiture. Comme l’a déclaré à plusieurs reprises Newt Gingrich, le nominé définira également le parti. Or le Grand Old Party est, depuis la déconfiture des néoconservateurs qui avaient en apparence phagocyté le parti, littéralement fracturé. Les trois factions traditionnelles se retrouvent désormais dans des candidats différents comme en ont témoigné les résultats de l’Iowa : les conservateurs sociaux se sont reconnus dans le discours doctrinaire de Santorum, le Tea Party a trouvé un certain charme aux propos isolationnistes et constitutionnalistes de Ron Paul tandis que les conservateurs classiques et l’establishment ont répondu à l’appel de Mitt Romney, le tout sur fond de glissement lexical de certains des candidats républicains dans les sables mouvants des distinctions raciales/racistes. Bien entendu, ces lignes de faille ne sont pas nouvelles, pas plus que les querelles intestines qui, durant les primaires, donnent le sentiment que le parti se délite (pour preuve, la guerre fratricide entre Clinton et Obama en 2008). Cependant, le conservatisme du Sud stimulé par les mouvements démographiques et porté par des tribuns reconnus donne du poids à des idéologues comme Santorum et Paul et oblige les candidats à faire du funambulisme électoral pour jongler avec les différentes franges, parfois antinomiques du parti républicain.

Or selon le Pew Research Center, la base républicaine est plus radicale qu’elle ne l’a jamais été. Elle est également plus volatile puisque 6% des électeurs aux primaires républicaines pensent voter pour un tiers parti si leur candidat n’obtient pas l’investiture. Dès lors, plus les primaires sont longues, plus celui qui sera finalement investi en août aura eu l’occasion de commettre des gaffes, d’accumuler un bagage négatif qui pourrait le pénaliser durant la campagne générale. En ce sens, Romney joue fort bien ses atouts puisqu’il concentre déjà ses attaques sur Obama, agissant comme s’il avait déjà été adoubé par la convention nationale du parti, laissant son Super PAC les mains dans le cambouis des publicités négatives et des manœuvres électoralistes. Pourtant, la réunion samedi prochain à Brenham au Texas, d’un groupe de leaders évangéliques, pour déterminer un consensus excluant (éventuellement) Mitt Romney alimente les querelles. Ainsi, les primaires du Sud, si elles parviennent à trancher, pourraient permettre au parti républicain de se doter d’une figure de proue derrière laquelle se regrouper. En ce sens, elles sont déterminantes.

Publié dans Le Devoir, le 10 janvier 2012

Par  Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David

Charles-Philippe David est titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand et co-président de l’Observatoire sur les États-Unis de l’UQAM.

Élisabeth Vallet est professeure associée au département de géographie de l’UQAM et publie en janvier un « Petit guide des élections présidentielles américaines » à paraître chez Septentrion.

Pour voter, il faut comprendre le bulletin de vote!

Le Pew Research Center a produit une infographie très parlante sur la lisibilité des bulletins de vote aux États-Unis, à partir d’un article de Shauna Reilly et Sean Richey, (« Ballot Question Readibility and Roll-Off: The Impact of Language Complexity ») publié dans Political Research Quarterly de mars 2011.

En effet, selon cet article des deux chercheurs de Georgia State University, la formulation des questions sur les buletins de vote est souvent tellement obscure qu’elle vient fausser la votation: les auteurs estiment que les électeurs ne se prononceront pas sur une question qu’ils ne comprennent pas ou mal.

Le Pew Research Center qui fait une série sur les élections a donc mis ces résultats en graphiques, afin de montrer à quel niveau chaque État plaçait ses bulletins de vote, en posant la question suivante: combien d’années de scolarité faut-il avoir pour répondre à toutes les questions figurant sur le bulletin.

Les résultats ainsi mis en forme sont particulièrement parlants:

Vous avez dit complexe? L’Iowa, un vote strictement symbolique

Le 3 janvier à 7 heures du soir s’ouvriront les caucus de l’Iowa. Puisque Barack Obama n’a pas d’adversaire côté démocrate, l’essentiel se jouera donc dans les caucus du GOP. Dans une salle communautaire, un sous-sol d’église, ou chez un particulier, les Républicains s’assembleront pour désigner leurs délégués. Alors que les médias ont déjà commencé le décompte vers le début des votations en Iowa, notamment parce qu’elles marquent le début du cycle électoral présidentiel mais aussi parce que l’Iowa est considéré comme un « État précurseur« , la complexité de la procédure  est passée bien souvent sous silence.

1. seuls les électeurs qui se sont enregistrés comme « républicain » pourront se prononcer dans les caucus républicains. Toutefois, ils pourront modifier ou déclarer leur affiliation au caucus même. C’est ce qui fait craindre à certains Républicains que des Démocrates soient tentés de changer d’allégeance le temps du caucus – alors qu’il pourrait simplement s’agir de défections.

2. les membres du caucus se prononceront deux fois. La première pour exprimer leurs préférences quant aux candidats du parti à l’investiture. La seconde pour désigner leurs délégués à la convention de leur comté. Chaque caucus local (precinct caucus) décide souverainement du lien entre les deux: il peut donc déterminer si les délégués sont liés ou non par le vote préférentiel. Toutefois, en principe, les délégués ne sont pas liés.

3. les délégués ainsi désignés se réuniront le 10 mars en conventions de comtés pour désigner leurs délégués aux conventions de districts (qui se tiendront le 21 avril) et surtout à la convention de l’État.

4. le 16 juin 2012, lors de la convention de l’État, les délégués désignés par ce processus en forme de poupées russes sélectionnent 25 des 28 délégués de l’Iowa qui seront présents à la convention nationale du parti à Tampa en août. 12 délégués sont choisis dans le cadre des caucus de districts qui se retrouvent réunis séparément à la convention de l’État. 13 sont choisis par la convention de l’État elle-même (ce que l’on nomme les délégués « at-large » et les délégués bonus). 3 représentent l’establishment républicain de l’État.

5. Ainsi le caucus de l’Iowa ne contrevient pas aux règles établies par le parti (pour éviter la compression du calendrier électoral – le « frontloading ») qui veut que tout État tenant ses primaires avant le 1er avril ne puisse recourir au système du Winner-take-all et se voit imposer un système de représentation proportionnelle. L’Iowa pourra donc éviter de diviser ses voix.

Peu démocratique puisqu’il s’agit d’un scrutin très très très indirect, très démocratique puisqu’il permet à chaque caucus local d’établir ses propres règles dans les balises assez larges fixées par le parti de l’État et le parti national, le vote du 3 janvier est surtout très très symbolique: le vote préférentiel n’a en effet été instauré qu’à compter du moment où l’Iowa a tenu ses caucus démocrates et républicains simultanément (1976), que les médias ont commencé à y voir une valeur prédictive, et que les retombées des dépenses électorales ont commencé à en faire un événement d’importance pour l’économie locale. Mais le symbole est d’importance car, selon les scénarios, l’Iowa pourrait être un État-pivot, une des clés de l’élection de novembre prochain.

L’argent investi dans les différents États tant par les candidats républicains que démocrate constitue à ce titre un excellent indicateur: peut-être plus encore que le New Hampshire, les scrutins de la Caroline du Sud (encore très disputée parmi les aspirants républicains) et la Floride (enjeu des primaires ET clé de l’élection générale) qui se déroulent d’ici la fin janvier devraient être déterminants.