2016: Les États-Unis prêts pour « Madam President »?

wwii___we_can_do_it_by_razornylon-d39vesrEn 2008, elle avait, selon ses propres termes, étoilé le plafond de verre de 18 millions de fissures… sans toutefois parvenir à le fracturer. En 2016, selon toute probabilité, Hillary Clinton se lancera de nouveau à l’assaut de la Maison-Blanche. Pour ce faire, quatre super-PACs, ces monstres financiers issus de la décision de la Cour suprême « Citizens United », sont déjà sur le pied de guerre. Et jamais la « primaire invisible », celle où les candidats remplissent leur coffre de guerre, n’a été amorcée aussi tôt. Jamais l’Iowa, premier État à tenir traditionnellement les premiers caucus de l’année électorale, n’a reçu autant de visites de candidats putatifs… deux ans avant le début officiel du processus. Dans le même temps, le Parti républicain peine à trouver un candidat rassembleur depuis l’explosion en plein vol de la candidature de Chris Christie, et le parti démocrate semble de plus en plus convaincu de l’inévitabilité (73% des électeurs démocrates) de la candidature d’Hillary Clinton. Plus encore, John McCain, candidat défait en 2008 par Barack Obama, se dit persuadé de la réussite d’ « HRC » (Hillary Rodham Clinton). C’est dire.

L’Amérique serait-elle donc mûre pour sa première présidente?

Madame « le » Président ?

Les femmes représentent plus de la moitié de l’électorat aux États-Unis, et la majorité des électeurs inscrits. Depuis 1996, dans chaque élection présidentielle, elles sont plus nombreuses à voter que les hommes (l’écart est de 4 points en moyenne, près de 9 dans la communauté afro-américaine) et depuis 1980, elles penchent très nettement en faveur des démocrates. Le parti ne s’y trompe pas : il a abondamment utilisé le crédo de la « guerre contre les femmes » contre le parti républicain, et l’adoption de lois restreignant l’avortement comme récemment au Texas (ainsi que dans 26 autres États, ce qui touche au final 53% des femmes américaines) semble lui donner raison. Ainsi malgré la prégnance des « guerres culturelles, » la prochaine élection présidentielle pourrait être propice à une révolution. Mais le chemin peut encore être long : presqu’un siècle s’est écoulé entre la mention en 1920 de Laura Clay, première femme à recevoir un vote lors d’une convention nationale (Geraldine Ferraro fut la première en 1984 à figurer sur un Ticket démocrate comme vice-présidente, et Sarah Palin en 2008 côté républicain) et l’avènement en 2008 d’Hillary Clinton, première femme présidentiable, « presque » investie par un parti susceptible de conquérir le bureau ovale.

Les résistances du plafond de verre

Si l’idée d’une femme à la Maison-Blanche a fait son chemin, particulièrement au cours des vingt dernières années (selon un sondage de Emily’s list, 90% y sont favorables), il demeure que ces chiffres sont identiques à ce qu’ils étaient en 2008. À l’époque déjà, les Américains considéraient plus aisé de désigner un président de couleur (Obama) qu’un président septuagénaire (McCain) (si Hillary est élue, elle sera à 9 mois de son 70e anniversaire en janvier 2017). Et surtout, le vote des femmes n’est pas acquis : durant les primaires démocrates de 2008, les donateurs féminins ont été deux fois plus nombreuses pour Barack Obama que pour Hillary Clinton. Il n’y a pas eu d’effet direct Clinton-Palin sur le plafond de verre de la capitale fédérale : les femmes restent minoritaires au sein du pouvoir exécutif fédéral américain (27 femmes au Cabinet entre 1933 et 2014), et notamment dans les fonctions régaliennes (occupées par 5 femmes, sur 27, en 80 ans), encore souvent « des chasses gardées masculines ». Les femmes ne représentent que 19% des membres du Congrès, et même la culture populaire ne fait d’elles que des présidentes incidentes (conquérant le pouvoir à la suite d’un accident du président élu comme dans « Commander-in-Chief » de 2005, et toujours comme second(e) – comme dans « Veep », diffusée en 2012).

Le meilleur atout d’Hillary Clinton c’est… HRC

Or, face à un Barack Obama qui tergiverse et calcule, Hillary Clinton a un style présidentiel actif et engagé, que Robert Gates lui-même (Ministre de la défense de W. Bush puis Obama) louange dans ses Mémoires. Sa vision est moins définie par les déterminants de la politique intérieure mais plus par sa volonté d’affirmer le rôle central des États-Unis dans le monde. Bien sûr, les Républicains vont abondamment utiliser la mort de l’ambassadeur Stevens à Benghazi mais il demeure que l’appréciation de la candidate s’est améliorée dans la population américaine depuis 2008, 53% la jugeait « peu aimable » en 2008, 57% considère que cela ne s’applique pas. En ce sens, sa présidentiabilité, son leadership ne sont pas en doute : elle est à même d’assumer la masculinité de la tâche, telle qu’elle a été définie par l’Histoire exécutive.

En l’état actuel du parti républicain, c’est donc du côté du parti démocrate qu’il faut aller chercher ses vulnérabilités. Car les grandes lignes de fracture qui l’ont lacéré durant la campagne de primaires de 2008 n’ont pas disparu. En effet les grands partis aux États-Unis sont de grandes coalitions étirées sur plusieurs fuseaux horaires politiques. Si rien n’empêche que la candidature d’HRC soit consensuelle (mais l’illusion du consensus avait coûté cher à Nixon en 1960), le parti démocrate connait traditionnellement (lorsqu’il ne s’agit pas de reconduire le président sortant) des campagnes de primaires marquées par une pluralité de candidatures (3,5 en moyenne  depuis 1948 selon Larry Sabato). Et donc une pluralité de courants : les contestations pourraient ici venir de sa gauche, ou encore de la génération du Millénium qui pensait avoir déclassé celle des Babyboomers en élisant Barack Obama. Or, dans le « Hillaryland », ce monde centré autour de l’establishment clintonien et formé de cercles concentriques dont le degré de proximité est déterminé par les liens de loyauté, il y a tous les risques de l’insularité qui a tant nuit à Mitt Romney ou de l’étiquette passéiste qui s’attache à Bill. Dès lors, il reste à Hillary Clinton d’être moins Clinton et plus HRC et de s’assurer de conquérir ses troupes avant de partir à l’assaut du pays.

Article publié initialement par le Devoir, le 18 mars 2014

Obama gagnera le vote populaire: l’avenir est dans les cartes

L’avenir est au moins dans UNE carte, celle du Washington Post, qui montre que l’écart de voix entre les deux candidats en 2008 est tellement important (au profit d’Obama) que les cartographes de ce journal ne peuvent imaginer, malgré les prédictions des prophètes de malheur, que B. Obama emporte les 270 grands électeurs requis sans pour autant gagner la majorité des suffrages populaires.

La légitimité dont dispose un président est déterminante dans le système constitutionnel américain, car pour l’essentiel, sa capacité de gouverner réellement repose sur son pouvoir de persuader. Évidemment diminué si il part avec une légitimité amoindrie.

Le jour le plus long…


10-30-12

Le Pew Research Center on the States continue à marteler son message: la lisibilité des bulletins (leur « illisibilité » plutôt) sont un frein à l’exercice démocratique. Ainsi, les chercheurs du Pew expliquent que, comparé à d’autres textes de l’histoire américaine, les bulletins peuvent être longs. Trop longs. Comme ceux des comtés de Duval et Clay en Floride (et il y en beaucoup d’autres comme ça).

En Floride particulièrement, figureront sur le bulletin 11 amendements constitutionnels soumis à référendum. Or la seule lecture de ces questions prendrait jusqu’à 13 minutes selon le Florida Times Union. Et c’est sans prendre en compte le reste du bulletin:

Voici l’exemple de celui du comté de Duval:

Le directeur des élections du comté de Lee estime que pour comprendre l’intégralité de ces amendements, il faudrait être un juriste diplômé de Harvard (cité dans le Tampa Bay Times). Selon le directeur des élections du comté de Duval, comme le rapporte cette analyse du Pew, il faudra à un électeur 45 minutes pour voter le jour de l’élection, car l’électeur devra lire, puis voter puis passer toutes les pages du scrutin dans le scanner optique. Ce qui pourrait laisser présager de longues files d’attente.

 Combien de temps cela prendra-t-il pour lire chaque amendement
à une vitesse de 200 mots par minute:

Amendement 1 – 1:30′

Sur les services de santé – Interdit au gouvernement d’imposer que chaque individu dispose d’une police d’assurance maladie.

Amendement 2 – 0:27′

Sur un rabais d’impôt – Autorise certains vétérans handicapés à bénéficier d’un rabais sur leurs impôts fonciers

Amendement 3 – 1:00′

Limite les recettes de l’État en se fondant sur un calcul basé entre croissance et inflation

Amendement 4 – 3:30′

Coupe de moitié l’augmentation annuelle maximale des taxes sur les résidences secondaires.

Amendement 5 – 3:00′

Prescrit une confirmation sénatoriale pour la nomination des juges à la Cour suprême de l’État

Amendement 6 – 0:45′

constitutionnalise l’interdiction de financement de la plupart des avortements.

Amendement 8 – 0:22′

Autorise les établissements cultuels à recevoir du financement public (issu de l’impôt)

Amendement 9 – 0:39′

Exemption fiscale applicable sur l’impôt foncier pour le conjoint survivant d’un vétéran ou de quelqu’un travaillant pour les premiers secours.

Amendement 10 – 0:41′

Double l’exemption sur les biens meubles corporels .

Amendement 11 – 0:33′

Exemption additionnelle sur la propriété familiale pour les seniors à bas revenus qui résident dans la même maison depuis plus de 25 ans .

Amendement 12 – 0:24′

Change la manière dont l’État sélectionne un représentant étudiant pour siéger au Conseil des gouverneurs .

Total minutes = 12,85 minutes

C’est la combinaison, ajoute le journal, de ces bulletins particulièrement longs et de la diminution du nombre de bureaux de vote (il y en a 53 de moins dans le comté de Duval, 14 de moins dans le comté de Clay, pour faire des économies) qui pourraient conduire à de longues files d’attente devant les bureaux de scrutin le 6 novembre prochain.

 

L’Amérique violette…

Le mode de scrutin, qui fait apparaître au soir de l’élection une Amérique bleue et rouge, fausse la réalité du vote surle terrain…

Source : Yann Roche, sur usa2012.uqam.ca d’après Elisabeth Vallet, Comprendre les élections américaines. La course à la Maison-Blanche, Septentrion, 2012.
 Or l’Amérique est plus complexe comme en témoignent les clichés de cet atlas interactif:
C’est d’ailleurs ce que raconte également la carte de l’Ohio:
vue autrement par The Economist:

 

Bulletins, Palm Beach County. La saga en fait que commencer

Voici un complément au papier sur les « fractures électorales de la démocratie américaine », publié sur le blog Visions Carto du Monde Diplomatique:

Dans le comté de Palm Beach, rendu célèbre en 2000 en raison des errements autour du recomptage du fameux bulletin papillon, deux erreurs d’impression pourraient de nouveau placer ces fameux bulletins de vote sous la loupe des scrutateurs, des médias et des armées d’avocats déployées sur le terrain par les deux partis.

Incertitude

Photo : Marta Lavandier (http://www.2000presidentialelection.com/)

 

Dans le premier cas, il manquait un entête dans le bulletin de vote par anticipation. Ce qui a conduit à un traitement manuel de 27 000 bulletins, puisque la machine de vote n’était pas en mesure de lire le bulletin en question.

Rebelote avec les nouveaux bulletins émis après que ce problème ait été rectifié. Dans la nouvelle version, une page a été imprimée deux fois, se substituant à une autre qui ne l’a pas été. Ainsi les électeurs risquent de voter deux fois pour de mêmes questions référendaires en l’occurrence (sur les amendements 1, 2, 3 à la Constitution de l’État), et de ne pas se prononcer sur celle qui manque (amendement 4 en partie, et surtout amendement 5 – ce dernier modifiant substantiellement l’équilibre des pouvoirs dans le système politqiue de Floride). Comme le souligne un journal local , les électeurs font donc face à un dilemme. Doivent-ils réclamer un bulletin corrigé (et courir le risque de ne pas le recevoir à temps) ou remplir malgré tout le bulletin partiel qu’ils ont entre les mains (au risque qu’il ne soit simplement pas compté).

La saga du recomptage ne fait que commencer…

Nixon, 1968, l’élection…. et des urnes pleines en vente sur Ebay !

« Ce qui est arrivé en 2000 n’a fait que révéler une réalité qui imprègne depuis longtemps le système électoral américain. Pendant près de cent ans, alors que la Constitution de 1787 donne aux Etats fédérés pleine compétence sur l’encadrement des élections, ce sont les partis politiques qui ont organisé les élections, fabriqué les bulletins de vote, s’assurant du taux de participation. Avec, en arrière-plan, des suspicions de corruption, de votes frauduleux, de disparition de bulletins. » extrait de : Les fractures électorales de la démocratie américaine, publié sur Visions Carto, le blog du Monde diplo.
Avec, en prime, une découverte faite sur ebay, en août 2008….

Ballot box with ballots from 1968 Nixon elections

Item number: 120286449505
Seller of this item? Sign in for your status
Bidding has ended for this item

Buyer or seller of this item? Sign in for your status.
Additional options:
   Sell an item like this one.
Previous Picture Stop Play Next Picture
1 of 3
Previous Picture Stop Play Next Picture
1 of 3
View larger picture
Starting bid: US $3,500.00 
No payments until 2009 – new eBay MasterCard

Ended: Aug-01-08 10:59:01 PDT
Shipping costs:
US $50.00
UPS Ground
Service to United States
Ships to: United States
Item location: phoenix, AZ, United States
History: 0 bids

You can also: Email to a friend 
Listing and payment details:  ShowShow
Meet the seller
Seller: mgrout1230 ) 
Member: since Feb-22-04 in United States
See detailed feedback
Add to Favorite Sellers
View seller’s other items
Buy safely
1.   Check the seller’s reputation
No feedback reviews at this time
2.   Check how you’re protected
Up to $200 in buyer protection.  See eligibility
Returns: Seller accepts returns.
7 Days Money Back
Description
This ballot box is filled with ballots from the Nov. 15 1968 general election in Washington County, Colorado, Precinct 10. The ballots alone are worth the price and would indicate that they may not have been counted. Ballots are still folded with a rubber bands holding them in folded as they were originally, with some 150 to 200 ballots. Detailed photos of the ballot and ballot box can be sent for interest parties only. The ballot box was manufactured by National Ballot Box mfn by Amos Pettie One from Chicago, Ill. The patents on the ballot box are register on June 17 1884. The top still has the glue for a covering placed over the slot to deposit ballots showing the system used in Washington County Co. Presidential Electors on this ballot are; Democrat Hubert H. Humphrey and Edmund S. Muckie, Republican Richard M. Nixon and Spiro T. Agnew. This is very collectible item with great political importance. The box has been in the family for well over almost 25 years and was discovered in Washington County Co. by my Father. There were only 3 of these ballot boxes when discovered.
Select a picture

 

01219

 

Shipping and handling
Ships to
United States
 Country:
Shipping and Handling To Service Insurance
US $50.00 United States UPS Ground

1 to 6 business days*
Loss/Damage protection included up to $100
*Sellers are not responsible for service transit time. This information is provided by the carrier and excludes weekends and holidays. Note that transit times may vary, particularly during peak periods.

Allo le Texas, ici l’OSCE… Bip. Bip. Bip.

Bon, pour une fois, la référence est… inhabituelle (Foxnews), mais la nouvelle en vaut la peine. Depuis 2002, l’OSCE (organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) envoie des observateurs aux élections américaines. À la suite de quoi elle rédige des rapports très riches, très intéressants sur les problèmes et les améliorations à apporter au système électoral. La vision comparatiste que l’OSCE est à même d’adopter offre un éclairage particulier et permet d’offrir des pistes pour modifier le système électoral.

En 2012, comme à l’accoutumée, la délégation américaine à l’OSCE a donc convié l’organisation à déployer des observateurs à travers le pays, le 6 novembre.

Mais voilà. Le Texas ne l’entend pas ainsi. Et ainsi que le rapporte Fox, le procureur général de l’État, Greg Abbott, menace de poursuivre tout observateur qui se tiendrait trop près d’un bureau de vote – contrevenant de ce fait à la loi de l’État. Sa lettre à l’OSCE est sans ambiguité:

 

Il faut savoir que Abbott envisage de se présenter comme gouverneur de l’État, ce qui pourrait laisser entendre qu’il a un agenda politique, et qu’il entend jouer sur la fibre souverainiste des Texans.

Et l’OSCE a produit un rapport intérimaire le 26 octobre dans lequel elle souligne les problèmes liés aux lois sur l’identification de l’électeur. Or la législature texane, à majorité républicaine, a adopté une loi en 2011 (imposant aux Texans de présenter une pièce d’identité avec photo – nommément un permis de conduire, un permis de port d’arme de poing, un passeport américain, un certificat de citoyenneté, une carte d’identité militaire) que la cour d’appel fédérale a invalidé en août, affirmant qu’elle privait de leurs droits les minorités et les pauvres.

De toute évidence, les Texans n’ont pas bien pris la critique. Même le gouverneur Perry s’en est mêlé sur Twitter:

Bref, la saga du comptage-décomptage-recomptage ne fait que commencer…

 

Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?

Arizona. D’autres bulletins, d’autres problèmes.

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.

On le sait en 2012 le vote latino est un facteur clef de défaite ou de victoire pour les candidats aux diverses élections. En Arizona, le vote latino est notamment crucial pour l’élection du Sénateur. Et dans le comté de Maricopa qui englobe la majeure partie de la ville de Phoenix, le vote latino est également déterminant puisque d’après dernier le recensement 30% des résidents sont hispaniques et 20% ne parlent qu’espagnol. Il est d’autant plus crucial lorsqu’il s’agit de reconduire (ou non) pour la sixième fois le shérif Joe Arpaio qui se définit lui-même comme le « shérif le plus dur d’Amérique » en matière de lutte contre les clandestins, et dont les pratiques sont jugées discriminantes envers les Latinos. Rappelons en effet que ACLU (American Civil Liberties Union) aide actuellement des associations du comté à attaquer en justice le shérif pour discriminations à leur égard et que celui-ci est également sous le coup d’un jugement pour pratiques discriminantes de la part du Ministère fédéral de la Justice américain. (J’y reviendrai dans un prochain article) Or, à deux semaines de l’élection, une erreur dans les dates sur des documents d’inscription au vote vient réveiller l’indignation si ce n’est la théorie du complot chez les défenseurs des droits des Hispaniques.

La semaine dernière, l’association PAZ-en Accion – Arizona a demandé aux autorités du Comté en charge de l’organisation du vote de corriger certaines erreurs formulées en espagnol sur des documents officiels au prétexte qu’elles peuvent désinformer les électeurs latinos. Une jeune femme hispanique est venue le 9 octobre demander auprès d’un des trois bureaux du Comté de Maricopa un document d’inscription en espagnol. Elle a notifié à ce même bureau le 15 octobre que la date sur la carte était erronée.  Une nouvelle carte corrigée lui a alors été remise.

Il semblerait donc que depuis Juin, les autorités du Comté de Maricopa distribuent des documents d’inscription aux votes (voter registration cards) mentionnant pour le jour de l’élection le 8 novembre dans la section en espagnol et le 6 novembre dans la section en anglais. Comme le suppose le titre de ce blog, l’élection générale américaine aura bien lieu le 6 novembre prochain.

Le 16 octobre dernier, le comté de Maricopa a annoncé par communiqué de presse qu’il avait envoyé de nouveaux bulletins d’inscription au vote corrigés et que seuls les bulletins distribués manuellement dans les bureaux du comté aux électeurs possédaient une date erronée. Il a également précisé que l’erreur a été modifiée dans les logiciels informatiques… L’administration du Comté estime qu’environ 50 documents comportant la mauvaise date ont été distribués.

Cet incident a indigné les leaders latinos du comté, mais aussi les militants démocrates pour qui il apparaît étrange qu’une erreur de frappe dans un chiffre soit à l’origine du changement de date sur un document où les sections en anglais et en espagnol sont côte à côte… Quoiqu’il en soit, cet incident vient raviver la tension déjà préexistante entre la communauté latino et les autorités du comté de Maricopa.

Exemple de bulletin de vote
Crédit Photo : Damien Simonneau

L’auteur: Damien Simonneau est un jeune chercheur rattaché au Centre Emile Durkheim –Sciences Po Bordeaux et à l’IRSEM, au beau milieu d’une thèse de sciences politiques financée par la DGA/CNRS. Il travaille sur les murs de séparation contemporains israélien et américain. Il est actuellement au NACTS à l’Arizona State University à Phoenix. Ce papier est d’abord paru sur son blogue: http://enattendantle6novembre.wordpress.com/

 

Vos papiers! Le retour automnal de SB1070 en Arizona

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.

Deux Présidents se sont succédé à la Maison Blanche depuis 2000, et aucune nouvelle réforme globale du système légal migratoire n’a été adoptée faute d’accord entre Démocrates et Républicains au Congrès. Tel est le constat en 2012. Face à ce vide politique, les initiatives Pro ou Anti-immigrants sont venues des Etats de l’Union frustrés par l’immobilisme à Washington. C’est notamment ce que décrivent les recherches de Els de Graauw (Baruch College, New York) : les réponses des Etats de l’Union face au problème de l’immigration illégale varient entre ceux comme l’Arizona, la Géorgie, l’Alabama, la Caroline du Sud ou l’Utah et certaines villes qui ont adopté des mesures Anti-immigrants ; et ceux qui ont mis en place des programmes pour intégrer ces sans-papiers en leur attribuant une forme d’identification. L’Arizona se situe donc à la pointe du combat Anti-clandestin notamment depuis le passage en 2010 de la loi Senate Bill 1070 ou SB 1070, une des plus restrictives en la matière.

Histoire complexe d’une loi  controversée

Les lois fédérales américaines obligent les étrangers séjournant plus de 30 jours sur le territoire à s’enregistrer auprès des autorités et à disposer en permanence de leurs documents d’identification. Les législateurs de l’Arizona avec SB 1070 (Support Our Law Enforcement and Safe Neighborhoods Act) sont allez plus loin dans la criminalisation des sans-papiers. SB 1070 commence par définir comme acte criminel le fait d’être sans-papier en Arizona. Elle autorise les officiers de Police lors d’arrestations ou de contrôles à vérifier les papiers (et donc déterminer le statut migratoire) de la personne si celle-ci est « raisonnablement suspectée » (reasonable suspicion) d’être illégale. Une autre disposition de la loi interdit aux forces de l’ordre de restreindre l’application de cette disposition obligeant les agents à appliquer la loi. Enfin, une dernière disposition prévoit des sanctions pour ceux qui hébergent, embauchent ou transportent des clandestins. Les dispositions de la loi peuvent donc laisser place à l’appréciation des policiers pour estimer si une personne est suspectée d’immigration illégale ou non. Pour les opposants à la loi, il s’agit ni plus ni moins que d’une discrimination raciale (racial profiling) visant en premier lieu les immigrants Latinos ou citoyens américains Hispaniques.

Au cours des années 2000, et suite au blindage de la frontière mexicaine dans les zones urbaines et en Californie pendant les années 90, l’Arizona est devenu la porte d’entrée principale pour les clandestins vers les Etats-Unis. Les débats se sont multipliés sur la criminalité avérée des immigrants. Des projets de loi ont été adoptés par l’Arizona, comme des sanctions aux employeurs contre l’emploi d’illégaux, finalement bloqués par l’ancienne Gouverneure démocrate Janet Napolitano. En 2010, dans un contexte de crise économique, de changement démographique profond en Arizona avec l’augmentation du nombre de Latinos et l’absence d’initiative face à l’immigration illégale de la part de Washington, un sénateur de l’Arizona Russel Pearce élabore une loi avec l’aide d’un professeur de droit Kris Kobach associé à l’ONG conservatrice FAIR  Federation for American Immigration Reform. Dans ce contexte, un évènement est venu focaliser l’attention médiatique sur ce projet controversé : l’assassinat le 27 mars 2010 de Robert Kentz, un propriétaire de ranch. Rapidement, l’idée que le meurtrier soit un clandestin se propage. En avril, la loi est adoptée par la Chambre des Représentants de l’Arizona à 35 pour /21 contre, puis au Sénat à 17 pour /11 contre . Jusque-là un suspens demeurait : la nouvelle Gouverneure républicaine de l’Arizona, Jan Brewer, allait-elle signer la loi car jusqu’à présent, elle n’avait pas fait de l’immigration son cheval de bataille ? Elle la signa le 23 avril dans une fuite en avant Anti-immigration clandestine qui continue aujourd’hui de déterminer ses décisions contre les initiatives de l’Administration Obama (Voir l’article sur les DREAMers).

Ce type de loi a fait des émules dans d’autres Etats. Elle a suscité un très vif débat médiatique et politique en 2010 au niveau national ainsi que des manifestations dans de nombreux Etats et des appels au boycott économique contre l’Arizona. Aujourd’hui la tension est apaisée médiatiquement, mais pourtant sur le terrain, elle génère toujours de nombreuses formes de résistance.

Rencontre en pleine tourmente à Washington en juin 2010 entre la Gouverneure de l’Arizona Jan Brewer et le Président B. Obama
Crédit Photo : Arizona Republic / Associated Press

Résistances

La première vague de résistance a déferlé devant les tribunaux à l’été 2010. Plusieurs procèsont été  intentés contre l’Etat d’Arizona ou la Gouverneure Jan Brewer par des organisations, des policiers de l’Arizona attaquant l’applicabilité de la disposition concernant les contrôles d’identité  qui violeraient les droits des Hispaniques américains, puis par le Ministère Fédéral de la Justice. En juillet 2010 peu avant le début de son application, il attaqua l’Etat d’Arizona au motif que la loi ne respecterait pas la Constitution et que seul le gouvernement fédéral peut créer et appliquer des lois en matière d’immigration. Ces procès bloquèrent la mise en application de la plupart des dispositions de la loi.

Finalement, le contentieux entre Washington et l’Arizona s’est soldé par une décision mitigée le 25 juin 2012 de la Cour Suprême. La Cour a examiné la constitutionnalité de 4 dispositions de la loi. 3 d’entre elles ont été annulées au motif qu’elles contrecarraient les lois Fédérales. Toutefois, la disposition la plus controversée autorisant la Police a demandé les papiers de tout personne suspectée d’immigration illégale en Arizona a été maintenue.

Développements récents

C’est cette dernière disposition qui a fait ressurgir SB1070 au cœur de l’actualité en Arizona ce mois de septembre 2012. Le 18 septembre, une juge du District de l’Arizona Susan Bolton (celle-là même qui avait en Juillet 2010 bloqué l’application de la loi pensant que l’Administration Obama réussirait à démontrer qu’elle contrecarre les lois fédérales en la matière) a décidé que la loi présentait désormais toutes les conditions nécessaires pour que la Police puisse appliquer cette disposition mettant ainsi fin à 2 ans de procédures judiciaires. La Gouverneure de l’Arizona Jan Brewer s’est félicité de cette décision l’interprétant comme une victoire face à l’Administration Obama. Elle continue de faire appel contre les blocages d’autres dispositions mineures de la loi (comme l’interdiction pour les forces de l’ordre depuis le 5 septembre de sanctionner les citoyens suspectés d’héberger des clandestins).

Manifestation contre SB 1070 à Washington devant la Cour Suprême Crédits : Mandel Ngan/AFP/Getty Images

Une petite douzaine de manifestants devant le bâtiment de l’agence fédérale ICE (Immigration and Customs Enforcement) à Phoenix manifestait mercredi  19 septembre contre l’entrée en vigueur de cette disposition. Les actions de désobéissance civique se multiplient pour tenter localement de traîner de nouveau la disposition ‘show me your papers’ de la loi dans le circuit judiciaire et ainsi bloquer son application. Les associations de défense des immigrants ont par exemple décidé à Phoenix d’apprendre aux immigrants comment réagir et répondre lors d’un contrôle de police, comment utiliser un téléphone portable pour filmer l’interaction avec les policiers et ainsi repérer tout cas de discrimination. Les défendeurs de la loi estiment que la ‘race’, contrairement à la violation constatée, n’est pas un facteur déterminant pour contrôler l’identité du suspect. Ces associations attendent donc le premier cas de contrôle jugé discriminant pour entamer un nouveau cycle de combats devant les tribunaux…

L’auteur: Damien Simonneau est un jeune chercheur rattaché au Centre Emile Durkheim –Sciences Po Bordeaux et à l’IRSEM, au beau milieu d’une thèse de sciences politiques financée par la DGA/CNRS. Il travaille sur les murs de séparation contemporains israélien et américain. Il est actuellement au NACTS à l’Arizona State University à Phoenix. Ce papier est d’abord paru sur son blogue: http://enattendantle6novembre.wordpress.com/

Le débat des candidats à la Vice-Présidence… Vu autrement (songify this)

Parce que la politique américaine, c’est ça aussi:

The Gregory Brothers ( 3 frères et la femme de l’un d’eux) ont formé ce groupe Soul et R&B en 2007, connu notamment (mais pas seulement) pour ce type de vidéos (leur fameuse série « Songify This »), qui parodie notamment les hommes politiques.

Premier débat – La gaffe de Romney… (celle que personne n’a vu venir)?

C’était mercredi soir. Mitt Romney était en forme. Barack Obama plutôt absent.

 C’est le premier débat de la saison. Et ce n’est traditionnellement pas une réussite pour le président sortant. Rien de nouveau sur ce front là. Mitt Romney a fait des étincelles. James Fallows l’avait prédit.

Par contre, lorsque Mitt Romney se tourne vers l’animateur Jim Lehrer (qui a été lui-même une des pierres angulaires du réseau) et l’interpelle personnellement pour ajouter  « I like PBS » (la télévision publique américaine) et « I love Big Bird » (le fameux personnage de Sesame Street – 1 rue Sésame) en ajoutant qu’il ne financera quelque chose (comme PBS) pour lequel il faut emprunter auprès de la Chine, il ne joue peut-être pas sa meilleure carte:

 

Pendant le débat, « Big Bird » est mentionné à raison de 17 000 tweets par minute. Très vite le compte twitter @FiredBigBird est créé et poste une image du célèbre personnage en plein coeur de la grande dépression :

Le lendemain, selon le National Post,  le compte twitter @FiredBigBird avait plus de 23 000 followers tandis que  @BigBirdRomney avait un peu plus de 8000 et @BlGBlRD un peu moins de 17,000.

L’acteur George Takei  poste d’ailleurs immédiatement une image qui fait référence au fameux blogue Tumblr sur les textos d’Hillary : « c’est confirmé, nous avons l’oiseau, nous le déménagerons demain en lieu sûr ».

Après le débat, le Super-Pac American Bridge 21rst Century (qui a déjà dépensé 6 millions de dollars en faveur des démocrates durant ce cycle électoral) lance une campagne sur le web critiquant Romney en mettant en scène Big Bird.

Les médias sociaux également se sont emparés de l’idée… et ce qui n’était qu’une réflexion anodine est devenu un buzz.

Pendant ce temps, le site Million Muppet March appelle d’ailleurs à une manifestation – sur le Mall à Washington – contre Mitt Romney, le 3 novembre prochain. Ainsi, ce qui appartient pour l’instant au monde télévisuel et virtuel pourrait connaître une traduction concrète.

Et les caricaturistes ont quelque chose à se mettre sous la dent, à la veille des débats qui toucheront la politique étrangère aussi – et au demeurant les points forts  d’Obama.

*

Ce n’est pas la première fois que le parti républicain propose l’idée de couper les fonds à la radiodiffusion publique. De  manière récurrente, les Républicains au Congrès proposent des amendements pour réduire ou supprimer ce financement.D’ailleurs l’un des plans de réduction du déficit de la commission Bowles-Simpson envisageait la suppression.

(L’ex-candidat à l’investiture républicaine) Rick Santorum avoue avoir déjà voté pour « tuer Big bird ».

 

Pourtant, vouloir occire Big Bird et la radio-télé-diffusion publique tient plus du symbole que de la nécessité budgétaire. PBS ne représente que 0,00014 % du budget fédéral. Big Bird est quant à lui est rentable,  depuis sa création en 1969 à la télévision.. L’organisation à but non lucratif qui produit le programme fait 46,9 millions de revenus et embauche 1320 salariés et les produits dérivés représentent pour la compagnie de jouet qui le distribue environ 75 millions de dollars par an. Big Bird dépend de PBS qui distribue l’émission. Des emplois et des petites entreprises en bénéficient également.

Au demeurant, le financement octroyé par le Congrès va à la Corporation for Public Broadcasting  qui est une organisation privée à but non lucratif. Les coupures préconisées par les Républicains  mettraient à mal le réseau des stations locales de NPR qui repose sur ce financement (72% du financement de PBS  va au réseau local de télévision et radio) et contribueraient à l’isolement d’un grand nombre de communautés rurales.

Là où Romney a probablement commis – inconsciemment – une erreur, c’est qu’il a donné à l’équipe de campagne de Barack Obama  un « moment » qui pourrait définitivement marquer ce premier débat, un outil facile à « spinner ». Il pourrait avoir créé une mascotte, qui parle de coupes budgétaires et de chômage, d’économie difficile, ce qui est au coeur des préoccupations des Américains à quelques semaines de l’élection.

L’instrumentalisation de cette déclaration par l’équipe d’Obama ne s’est d’ailleurs pas fait pas attendre. Le président-candidat déclare dans la foulée, à Denver, qu’Elmo (autre personnage célèbre de la série) doit faire attention à lui. Tandis que Big Bird apparaît à Abingdon en Virginie, dans une réunion électorale de Mitt Romney, portant la pancarte : “Crack down on Wall Street, not Sesame Street.”

La protection de Big Bird pourrait donc devenir le cri de ralliement du fameux 47% et des autres (au moins dans les campagnes publicitaires démocrates). D’autant plus aisé que Michèle Obama a déjà fait une apparition sur le plateau de l’émission:

 Comme le dit fort justement James Poniewozik du Time , toute la question n’est pas que Romney ait dit vouloir couper les vivres à PBS et NPR, mais la façon dont il l’a dit. En donnant un visage aux coupes budgétaires et à la rigueur, en utilisant un personnage enfantin donc vulnérable, en personnalisant le débat autour d’un personnage qui touche les enfants, en en faisant une icône.

Est-ce vraiment une gaffe ? Selon le journaliste du Time, la personnalisation du débat et le fait de rapporter les choses à lui (« moi aussi j’aime Big Bird, mais on n’a pas le choix ») est une formule à laquelle Romney recourt souvent car cela lui permet de sortir du registre des guerres culturelles (« les libéraux utilisent l’argent du contribuable pour altérer les valeurs américaines ») et d’être sur un terrain qui lui est plus familier (je vous comprends, on ne peut pas faire autrement).

Est-ce que ce sera payant? Au  Washington Post, Suzi Parker prévoit  que Romney pourrait regretter sa réflexion. Selon elle, d’après un sondage de 2008, «  77 millions de personnes ux États-Unis ont regardé Sesame Street lorsqu’ils étaient enfants. En période de crise économique, la nostalgie est une raison comme une autre d’aller voter…

 

 

L’Iran dans la campagne électorale américaine – prise 2

Une attaque israélienne contre l’Iran?

Papier publié initialement dans Le Devoir, le 15 septembre 2012.

À moins d’un événement majeur, ce sont les enjeux de politique intérieure et les questions économiques qui devraient retenir l’attention des candidats et des électeurs américains d’ici l’élection du 6 novembre. Or, selon une formule qui a cours depuis la fin des années soixante, il y a toujours le risque qu’un événement inattendu bouleverse entièrement le déroulement de la campagne électorale présidentielle.

Bien souvent, ce sont des crises internationales qui s’invitent dans l’élection : les tractations secrètes avec le Nord Vietnam en 1968 et 1972, les négociations autour de la libération des otages américains en Iran en 1980 (qui mèneront à la consécration de l’expression « surprise d’octobre » par Gary Sick), les rebondissements de l’affaire Iran-Contra en 1988, l’irruption de ben Laden – par vidéo – en 2004 et en pleine campagne électorale.

Or, le président Obama s’est illustré durant la deuxième partie de son mandat comme un véritable commandant en chef des forces armées, coupant l’herbe sous le pied des républicains qui ont pratiquement renoncé à faire de la politique étrangère leur fer de lance – il s’agit pourtant traditionnellement de leur terrain de prédilection. Toutefois, il pourrait en aller autrement si une surprise survenait dans ce qui reste de la campagne de 2012.

La mort de l’ambassadeur américain à Benghazi et l’envoi de marines en Libye constituent ce genre de scénario imprévu, scénario qui est déjà instrumentalisé par le camp Romney. Mais plus encore, la perspective d’une attaque israélienne contre l’Iran, profitant de l’éclipse politique de la campagne électorale, est redoutée. En effet, la diplomatie israélienne réitère son refus d’un Iran doté de la bombe nucléaire (qu’ironiquement, Israël possède déjà), et les plans militaires sont prêts : alors que Romney est prêt à surfer sur la vague pro-israélienne, qu’Obama ne peut pas se mettre à dos l’électorat juif, l’alignement des astres paraît optimal pour Israël, une occasion dont l’État hébreu pourrait être tenté de profiter.

La détérioration du contentieux israélo-iranien

Plusieurs raisons portent à croire que la situation se détériore avec l’Iran.

Premièrement, sur le plan technique, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a publié le 30 août 2012 un rapport affirmant que l’Iran aurait doublé sa capacité d’enrichissement d’uranium à la centrale de Fordo, située dans un bunker souterrain. Elle signale également l’obstruction systématique de l’Iran en ce qui concerne l’inspection du site de Parchin : l’Iran ferait disparaître toute trace du programme qu’elle y développe pour y conduire des tests explosifs, même si Téhéran persiste à dire que l’enrichissement de l’uranium se fait à des fins uniquement civiles. Cela, l’AIEA n’est pas en mesure de le garantir.

Deuxièmement, le Conseil de sécurité de l’ONU, l’Union européenne et bon nombre de pays, dont le Canada, ont multiplié en vain les mises en garde et imposé quatre séries de sanctions qui affectent l’économie iranienne, mais pas le pouvoir religieux.

Troisièmement, faute de résolution pacifique du différend, les relations diplomatiques entre l’Iran et l’Occident se sont considérablement refroidies et la décision canadienne de rompre les relations avec l’État perse représente un pas de plus vers l’envenimement de la situation (outre son soutien indéfectible à Israël, il semble qu’Ottawa redoute la tournure que pourrait prendre ce dossier).

Quatrièmement, le ralentissement du programme nucléaire iranien avec la propagation du virus informatique Stuxnet et avec la campagne d’assassinat de physiciens nucléaires en sol iranien menée par le Mossad n’a apparemment pas détourné le pouvoir suprême iranien de son objectif d’acquisition de l’arme nucléaire.

Cinquièmement, Israël a reçu l’été dernier du Pentagone un stock substantiel de bombes anti-bunker nouvelle génération (bunker busters), qui pénètrent profondément dans le sol avant d’exploser, nécessaires pour une attaque aérienne contre des installations nucléaires souterraines.

Enfin, l’armée de l’air israélienne est prête à exécuter l’opération la plus complexe, et la plus éloignée de sa base d’opérations, de son histoire. De plus, le climat est propice, puisque les tempêtes de sable sont nettement moins fréquentes dans le désert mésopotamien.

Scénarios d’intervention

Trois plans militaires ont été envisagés. La route du nord passe par la Turquie, mais paraît peu vraisemblable, compte tenu de l’état des relations israélo-turques depuis l’affaire de la flottille de Gaza. La route du Sud passe par l’Arabie saoudite (qui voit dans l’État perse un serpent à décapiter), mais suppose sans doute une escale en sol saoudien qui décrédibiliserait le royaume dans le monde arabe. Enfin, la route centrale est la plus crédible, celle où les escadrons d’attaque traverseraient les cieux jordanien et irakien (dépourvus de batteries antiaériennes), pour aller détruire des cibles précises : les installations d’enrichissement d’uranium de Natanz et d’Ispahan, le réacteur à eau lourde d’Arak, les centrifugeuses de Fordo, la base de Parchin. Les défenses antiaériennes iraniennes (plus encore que les avions de chasse iraniens) représentent alors le défi principal que devra affronter l’armée de l’air israélienne.

Il reste surtout à déterminer à quel moment l’intervention « devra » avoir lieu. Car Israéliens et Américains ont une vision différente de la « ligne rouge » que Téhéran doit franchir pour légitimer une quelconque intervention.

Divergences israélo-américaines

Le débat en Israël est houleux : d’un côté, l’état-major israélien et le Mossad sont très réticents à cette idée et appréhendent ses conséquences, tandis que le gouvernement favorise l’option militaire. De la même manière, le premier ministre israélien et le président américain ne s’entendent pas. Le premier estime que Téhéran est sur le point de franchir « la ligne rouge », soit parvenir à enrichir suffisamment l’uranium pour permettre à l’Iran de se doter de la capacité de produire une bombe nucléaire. Le second juge qu’on en est encore loin, l’Iran devant démontrer la volonté de construire et d’acquérir effectivement cette bombe (ce que les États-Unis, a répété Obama, n’autoriseront jamais). Bref, les deux alliés ne sont pas sur la même longueur d’onde.

Et voilà que Romney dit appuyer toutes les décisions que prendra Israël sur le contentieux nucléaire avec l’Iran. Face à lui, Barack Obama ne peut pas se permettre de perdre l’avantage gagné en politique étrangère et paraître, en plein débat présidentiel, faible ou hésitant. Quoi de mieux pour Benyamin Nétanyahou que la campagne présidentielle américaine pour créer la « surprise d’octobre »…

Les risques que comporte cette attaque pour l’équilibre régional – et par ricochet la sécurité mondiale – sont certes considérables, mais non seulement le gouvernement de Netanyahou juge ces arguments peu convaincants, mais il sait que la fenêtre dont il dispose dans l’espace politique se refermera le matin du 7 novembre.

En effet, la seule contrainte externe pour lui est, depuis longtemps, Washington, et s’il est décidé à attaquer, il lui faut neutraliser ce facteur influent. À défaut, ou après le 6 novembre, un président de second mandat (si Obama était réélu) sera mieux en mesure d’imposer sa vision du règlement de cette crise.

***

Charles-Philippe David et Élisabeth Vallet – Respectivement titulaire et directrice de recherche à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’UQAM

L’Iran s’invite dans la campagne électorale américaine

Alors que le Canada vient de rappeler son personnel diplomatique de Téhéran et d’expulser les diplomates iraniens de son territoire, réduisant l’ambassade à un service consulaire, les rumeurs à propos d’une possible attaque d’Israël sur l’Iran ne cessent de s’amplifier.

Quel danger représente véritablement l’Iran?

L’Iran développe de manière constante depuis 1953 son programme nucléaire. La démarche peut, à certains égards, être d’autant plus compréhensible désormais compte tenu de la perception d’encerclement qu’a le régime iranien depuis la guerre d’Irak:

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/11/08/l-evolution-du-programme-nucleaire-iranien-depuis-1953_1600671_3218.html

Toutefois, l’élément le plus crucial du développement du programme iranien est l’existence du Shahab 3, et le développement du Shahab 4, qui sont des vecteurs susceptibles de projeter une arme – nucléaire – très loin des frontières persanes, en l’occurrence jusqu’en Europe orientale. C’est l’existence de ces vecteurs en l’espèce qui rend les Israéliens extrêmement nerveux – et vulnérables.

source: http://www.uni-graz.at/yvonne.schmidt/wiran12abig.jpg

Pourquoi maintenant?

Quatre facteurs expliquent (probablement) ces rumeurs et l’imminence d’une attaque israélienne sur les centrales iraniennes.

1. Le développement du programme nucléaire iranien

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) fait paraître le 30 août 2012 un rapport faisant état du fait que l’Iran aurait  doublé sa capacité d’enrichissement de l’uranium à la centrale de Fordo, qui est située dans un bunker souterrain. Le nombre de centrifugeuses serait passé de 1065 à 2140 au cours du printemps 2012 même si elles ne sont pas en fonctionnement. Enfin, l’AIEA signale l’obstruction systématique de l’Iran en ce qui concerne l’inspection du site de Parchin: l’Iran chercherait à faire disparaître toute évidence du programme qu’elle y développe. Il s’agirait d’une pièce souterraine en acier pour y conduire des tests exposifs, qui aurait été habillée habilement afin de la soustraire du regard des sattelites.

Bien que l’Iran dénonce cette analyse et réaffirme que son programme nucléaire est développé à des fins civiles, l’AIEA est convaincue que le taux d’enrichissement auquel parvient l’Iran est supérieur à ce que requiert un programme strictement civil et constitue donc un indicateur net que l’Iran cherche à développer des armes nucléaires.

2. Le climat favorable puisqu’il y a nettement moins – voire pas – de tempêtes de sable durant l’automne.

Or l’histoire de la politique étrangère américaine constitue une analogie certainement présente dans l’esprit des décideurs. En effet, en avril 1980, le président Carter approuve l’opération Eagle Claw, pour exfiltrer les 53 otages détenus dans l’Ambassade américaine en Iran.  Huit hélicoptères sont envoyés, mais deux d’entre eux ne résistent pas à la tempête de sable à travers laquelle ils passent: l’un s’écrase, l’autre fait demi-tour. Les six autres arrivent au premier point de rendez-vous, mais l’un d’eux est partiellement endommagé. L’opération est annulée. Alors que les hélicoptères font demi-tour, l’un d’entre eux percute un avion de transport Hercules C-130. L’opération est un fiasco total.

3. L’acquisition, par Israël, de la capacité de détruire une construction souterraine.

En mars dernier, Israël s’est doté d’une arme de précision capable de percer un bunker de béton tandis que les États-Unis, qui ont également développé une nouvelle  bombe conventionnelle (Massive Ordnance Penetrator) de très grande puissance susceptible de frapper une cible souterraine en juillet, promettent de fournir Israël si besoin est.

source: http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-17115643

4. La campagne électorale américaine muselle littéralement l’allié américain.

Le parti démocrate a choisi de remettre sur sa plate-forme électorale la mention de Jérusalem comme capitale d’Israël montrant à quel point la question israélienne et l’appui à cet État est un point sensible de la campagne électorale, attestant de l’existence – même si il est loin d’être unitaire et monolithique – d’un certain lobby. Même si, pour la première fois depuis longtemps, les Démocrates sont parvenus à empêcher les Républicains de les attaquer sur le terrain de la politique étrangère, excluant de facto tout un pan traditionnel du débat électoral, une attaque israélienne pourrait ramener le sujet sur le devant de la scène. Or le sujet est tellement sensible que les États-Unis ne pourront pas s’opposer frontalement à Israël. Ainsi, la fenêtre d’opportunité dont dispose l’État hébreu se situe véritablement entre aujourd’hui et le 5 novembre.

Quels sont les plans d’attaque?

 La route du nord passe par la Turquie, elle paraît peu vraisemblable compte tenu de l’état des relations israélo-turques depuis l’affaire de la flottille de Gaza. la route centrale passe par la Syrie, ce qui paraît également peu vraisemblable car les cieux n’y sont pas vraiment sécuritaires. Il reste la solution saoudienne, crédible  mais en ligne moins directe.source: http://en.rian.ru/images/17287/86/172878640.jpg

source: http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-17115643

 

Quels conséquences fait courir une attaque israélienne sur l’Iran, sur l’échiquier régional ?

Il faut en effet tenir compte des « sensibilités » régionales, de l’équilibre global des puissances entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, de l’impact sur la production et les coûts pétroliers.

source: http://temi.repubblica.it/limes-heartland/the-possible-war/1137

Il y a également la perception qu’ont les États-Unis de la région, compte tenu de leur implication dans plusieurs pays riverains.

source: http://temi.repubblica.it/limes-heartland/obamas-big-game/1344

 Ainsi Israël et l’Iran se sont invités dans la campagne électorale américaine, alors même que Barack Obama imaginait peut-être avoir contourné la question de la politique étrangère – pour une fois – et l’État hébreu n’a que quelques semaines pour faire parler les canons. À défaut, ou après le 6 novembre, le multilatéralisme devra reprendre sa place et un président de second mandat (si c’était lui) sera mieux positionné pour imposer un règlement international de cette crise.

Une course serrée? Les États pivots au coeur de la campagne

Le système de scrutin (suffrage universel indirect, grands électeurs attribués par État, poids du Winner-take-all) a pour effet de figer le plus souvent la carte électorale qui présente en fait une grande stabilité d’une élection à l’autre, n’évoluant que de manière cyclique, lentement, presque de manière décennale.

 

Barack Obama a pourtant , en 2008, emporté des États qu’aucun Démocrate n’avait gagné (Virginie, Caroline du Nord, Indiana, Colorado) auparavant et il a obtenu les suffrages d’États traditionnellement volatiles comme la Floride et l’Ohio.

Ils appartiennent à la catégorie des États pivots, ces États remportés par une faible marge (en général et à quelques exceptions près inférieure à cinq points) lors des élections précédentes. Plus fragiles, moins stables, ils sont donc plus susceptibles de basculer d’un côté ou de l’autre. Ils ont également pour eux qu’ils représentent un large bassin de grands électeurs.

En 2012, une douzaine d’États entre dans cette catégorie. Sept États détiennent, ensemble, la clé de l’élection avec un total de 85 grands électeurs : le Colorado, la Floride, l’Iowa, le Nevada, le New Hampshire, l’Ohio et la Virginie. On ajoute le plus souvent le Michigan, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie, le Nouveau Mexique et l’Indiana.

Et au lendemain de la convention républicaine, à la veille de la convention démocrate, la course paraît serrée:

source: http://www.knowtex.com/nav/election-presidentielle-aux-etats-unis_36068

 Deux éléments viennent brouiller les cartes. D’un côté, la répartition des grands électeurs est proportionnelle à la démographie et, sur la base du recensement décennale cette redéfinition est véritablement favorable aux Républicains. D’autre part, la réforme de l’identification de l’électeur dans un grand nombre d’États pourrait avoir une incidence sur le taux de participation et le taux de votes valides. Comme le dirait le professeur Rick Hasen, le spectre de l’élection de 2000 n’est jamais très loin.