Débordée? Je suis un hamster…

Je suis un hamster. En train de courir comme une dératée dans une roue.

Version allégée, puisqu’on me l’a demandé, d’un billet presque sérieux sur un sujet très sérieux (lien). À l’occasion d’une chronique pour l’émission de Radio-Canada, Plus on est de fous plus on lit, j’ai eu à lire un livre traitant de la conciliation travail-famille aux États-Unis: Overwhelmed – Work, Love and PLay When No One Has the Time, de Brigid Schulte. Vous l’aurez compris, il s’agit d’une chronique légère sur un sujet qui en est un très sérieux aux États-Unis. En effet, dans un rapport paru au cours de l’automne 2013, l’organisme Child Care Aware affirme que, dans 31 des 50 États américains, le coût d’une garderie est plus élevé que celui des premières années d’université. Et c’est, ajoute le Pew Research Center, ce qui expliquerait, crise aidant, le fait que 29% des mères américaines demeurent désormais à la maison. Pour celles qui restent sur le marché du travail, il faut composer avec des conditions de travail parfois difficiles (congés payés non encadrés, prestations sociales variables, temps maximal travaillé par semaine non défini etc…). Ce qui mène donc un certain nombre d’auteur(e)s à écrire sur le sujet.

Voici donc le texte que j’ai rédigé en lisant le livre qui m’avait été proposé…

Le constat à l’issue de cette lecture est simple :

Je suis un hamster. En train de courir comme une dératée dans une roue. Et le constat que fait Brigid Schulte, je le fais mien.

Je m’explique : j’ai commencé à lire ce livre en préparant le souper (un filet de porc à la bière, mais avec des légumes verts et une soupe parce que junior ne mange pas assez de fruits et de légumes). Je l’ai posé (le livre) pour aller chercher Fiston à l’école, manger ensemble à table, le coller dans le bain, préparer les vêtements du lendemain (et constater que cet enfant n’a plus un seul pantalon-pas-de-trou-aux-genoux), faire les devoirs (en utilisant les méthodes de mémoire kinesthésique qui fonctionnent bien avec lui), lire l’histoire du soir, faire la vaisselle, retourner voir fiston une fois (il avait soif), deux fois (il avait froid), trois fois (il avait une question, qui a gagné la coupe Stanley l’année où il est né – j’en sais quoooooooi moiiiiiiii). J’ai continué ma lecture au fond de mon lit, à minuit, après avoir relu un texte que je devais corriger de toute urgence et rédigé une lettre de recommandation que j’avais com-plé-te-ment oubliée.

Avec ma lampe de camping sur le front pour ne réveiller personne, je me suis endormie sur le chapitre sur la maternité intensive. J’ai lu la suite le lendemain matin à 5h, lorsque je me suis réveillée parce que j’avais oublié de mettre une collation dans le sac à lunch de junior et que j’avais omis de renvoyer ce fameux texte en anglais que j’avais choisi d’enterrer ignorant les rappels incessants de l’éditeur.

 En lisant le chapitre 4, j’ai fait le synopsis de mon prochain livre et ma liste de course pour le brunch de Pâques. En lisant le chapitre 5, j’ai découpé une recette de jambon effiloché dans la Presse (d’ailleurs si quelqu’un l’a déjà essayée ça m’arrangerait car je n’aurais pas le temps de la tester avant pâques et mes cobayes en ont marre de manger des trucs indigestes). Et, bien évidemment, j’ai alors refait ma liste de courses.

Et j’ai pu finir le livre parce que j’ai interverti deux meetings sur mon agenda, et qu’après m’être excusée mille fois auprès des personnes que j’ai laissées en plan, j’ai enfin eu deux heures devant moi. J’ai donc pu rédiger mes notes en me demandant ce que j’ai bien pu oublier de faire – en-dehors du chapitre que je dois à un collègue dans 30 jours, des épreuves qui doivent atterrir sur mon bureau dans une semaine, et du compte-rendu de table-ronde qui était dû pour avant-hier.

 Voilà ce que Brigid Schulte appelle du « temps contaminé », qui fait que sous l’empire du multitasking, on finit par tout faire et ne rien faire en même temps. Où les fonctions se superposent et les tâches s’entremêlent sans qu’on n’ait plus de véritable pause entre chacune. 90% d’entre nous, parents canadiens, faisons preuve selon une étude que cite l’auteure, d’un certain état de débordement ou d’un débordement certain.

Donc ce livre m’a appris que je suis une victime. Victime de cette épidémie culturelle dont parle Brigid Schulte, celle du manque de temps. Nous sommes tous pris dans cette spirale infernale mais, explique-t-elle, en se basant sur des entrevues avec des neurologues, des sociologues, des coachs de vie, les femmes le sont un peu plus que les hommes. Les mères un peu plus que les autres.

Il est intéressant de savoir que Schulte a fait ce livre presque par accident. Elle s’était retrouvée sur un comité qui devait se pencher sur le déclin du lectorat féminin du Washington Post pour lequel elle travaille. Comité qui conclut naturellement (il n’y a que des femmes qui y siègent alors) que les femmes sont juste trop occupées pour lire le Post. Mais bon, il fallait transformer cette intuition en enquête journalistique et l’appuyer sur des données réelles et tangibles. C’est ainsi qu’elle s’est mise à travailler sur le sujet.

Elle a donc commencé en googlant « occupé, femmes, temps » : elle tombe alors sur un sociologue spécialisé sur l’emploi du temps. C’est John Robinson, dont on doit souligner d’entrée de jeu et de manière peut-être déloyale (mais justifiée), qu’il s’agit d’un homme. Donc Robinson, du haut de sa grande sagesse, explique à Brigid que cette sensation d’être débordée, overwhelmed, finalement n’est qu’un construit social : on le dit donc on s’en convainc. Ou autrement dit : c’esttoiquiladis-cesttoiquihiyest. Et d’ajouter Robinson : c’est parce qu’on ne se rend pas compte de toooooooooooout le temps libre que l’on a dans une journée. Dans une semaine. Jusqu’à 40 heures de temps libre par semaine, oui.

Comment comptabilise-t-il cela ? Exemple d’une matinée ordinaire.

  • 10 minutes à attendre devant la porte en essayant de ne pas s’énerver tandis que Junior tente vainement de mettre sa botte gauche et alors-qu’il-braille-sa-vie-parce-que-ce-matin-justement-il-veut-mettre-les-mitaines-rouges-qui-sont-raides-de-crasse-trempées-et-au-lavage ? Ces 10 minutes là ? Du temps de loisir.
  • 5 minutes à attendre l’ascenseur au travail parce qu’il n’y en a qu’un qui fonctionne ce jour là et finalement prendre l’escalier pour ne pas arriver en retard avec l’ordinateur et 15 livres sur le dos ? 10 minutes de temps libre.
  • 5 minutes dans la ligne pour aller-s’acheter-un-café-et-renoncer, puis 5 minutes devant l’imprimante pendant qu’elle daigne se réveiller ? 10 minutes de bon-heur.

Bref, il n’est même pas 9h et on a déjà eu 30 minutes. UNE DE-MI-HEU-RE. De loisir. Bande de fainéants de quoi vous plaignez vous !!!! Cessez de vous sentir opprimés et profitez.

Schulte fait également référence à Ann Burnett (historienne de l’université de North Dakota State) qui étudie le « busyness », jeu de mots entre le business et le fait d’être busy, débordé. Bref, l’industrie du débordement. Et oui, on est toujours prompte à rire de « Madame parfaite » qui vient en semaine au parc avec sa mallette et son tailleur haute couture pour promener Choupette après son travail. Qui revient en fin de semaine au parc en joggant dans un pantalon seyant et tendance et fait son yoga avec Petite-Poulette car chaque moment est précieux. Ce sont les « bragging rights » qui vont avec le « busyness ». En d’autres termes, il est de bon ton de se vanter d’être débordée – ça prouve que l’on existe, et que l’on peut tout faire. SI je suis occupée-je suis quelqu’un. Et pas n’importe qui. Quelqu’un qui ré-us-sit.

J’ai arrêté de rire le jour où je suis arrivée à un conseil d’école en retard en sortant d’un panel où je faisais office de président et que j’en suis repartie avant la fin pour me rendre à une réunion de préparation d’un colloque qui se déroulait le lendemain, tout en ayant vérifié au préalable avec la gardienne si elle pouvait rester plus longtemps avec Junior parce que j’allais finir plus tard que prévu. En fait, je n’étais pas mieux que Madame parfaite. Je me roulais dans mon débordement comme un cochon dans sa fange, et l’espace d’un instant, j’étais sortie de mon double syndrome chronique de culpabilité et d’imposture, puisque j’étais devenue « The Master of the Working Moms », Obi-Wan-hyper-mère.

Las. Ça n’a duré que quelques heures. Et je me suis rendue compte, avant qu’Anakin/Luke/Junior ne passe du côté de la force obscure que ce n’était qu’une illusion…celle d’une vie où je pourrais tout faire et tout contrôler.

En effet, lorsque j’ai vu mon fils patiner pendant 15 minutes ce dimanche matin de manière vraiment déplorable jusqu’au moment où j’ai réalisé que, trop fatiguée de ma semaine/ de ma soirée de la veille /ou tout simplement de devoir me lever à 7 heures du matin un dimanche (Oui. Un Di-man-che), et que j’ai réalisé que j’avais inversé ses patins (pied droit-pied gauche), il a fallu me rendre à l’évidence : je vis dans un bassin de culpabilité constante.

Je suis débordée donc coupable de ne pas être à la hauteur de mes collègues-sans-enfants-dont-je-sens-parfois-l’exaspération-rampante, et je ne suis même pas capable d’être une mère concentrée-à-même-de-mettre-des-patins-correctement. C’est Schulte qui le dit. (Bon, moi un peu aussi).

Il existe, explique Schulte, des études, sur cette profonde ambivalence des mères travaillantes. Qui veulent travailler et réussir (ou au moins avancer) leur carrière mais vont persister à cuisiner ELLES-MÊMES à 2 heures du matin le gâteau d’anniversaire de leur enfant pour amener dans la classe à l’école. Schulte se cite dans cet exemple. Mais comme je l’ai fait aussi je ne peux pas lui jeter la pierre (ou alors je me jette avec).

1016628_10151437265176651_52636247_n(parce que oui, ça donne ça, de cuisiner en pleine nuit)

 Mais revenons à nos fourneaux.

Les années 70-80 ont en effet été un moment clé du mouvement conservateur américain, qui a mené à l’abandon de toute idée de garderies universelles. Schulte fait d’ailleurs une entrevue avec le conseiller spécial de Nixon à l’époque, le très très TRÈS conservateur Pat Buchanan qui a été l’un des artisans du véto apposé par le président à la loi, adoptée par le Congrès, qui aurait permis cette avancée. Et qui 40 ans plus tard, se vante d’avoir permis de tuer cette disposition dans l’œuf et « pour toujours ». De fait, une étude de Child Care Aware America, parue début avril, explique que dans 31 des 50 États aux Etats-Unis, les coûts d’une garderie sont plus élevés que ceux des « Colleges » (Cégep).

L’argument de Buchanan ? Les garderies auraient constitué un repaire de propagande communiste. Et dans sa vision traditionnelle de la famille, les mères qui travaillent ne passeraient pas assez de temps avec leur progéniture et sacrifieraient leurs enfants sur l’autel de leur carriérisme. L’hyper-mère est donc née de ça : le besoin de compenser pour le manque  que l’on aurait généré.

Pire encore, dans notre volonté de tout embrasser, on ferait également des dommages à nos cerveaux et particulièrement au cortex préfrontal siège du raisonnement, de la mémoire et du langage qui, sous la pression, diminuerait.

Prefrontal1

Mais, dit Schulte pour nous décomplexer, tout est la faute du système capitaliste nord-américain qui nous renvoie à un traditionalisme rampant s’imprimant aussi bien à la cellule familiale qu’au milieu de travail. Schulte raconte d’ailleurs ce matin de Thanksgiving où, en train de cuisiner le repas, elle voit son mari ouvrir le frigo (pour y prendre la dinde et la mettre au four croit-elle) et en sortir un pack de 12 bières, puis traverser la rue pour aller chez le voisin ‘pour lui donner un coup de main’, la laissant, elle et sa cuisine, face à sa volaille farcie. Cet homme stéréotypé, qui ne sait pas où est le carnet de vaccination des enfants ni le nom de leur dentiste, représente selon une étude que cite l’auteure (de 2010), une réalité criante aux Etats-Unis où à situation égale, la femme prendrait en charge à la maison deux fois plus de tâches que l’homme.

 En utilisant par contraste le cas danois, Schulte montre que l’on perpétue en Amérique du Nord le mythe du travailleur idéal.  Celui qui n’a pas d’enfants, pas de contraintes. Un homme de préférence. Sans vie sociale, disponible 24h sur 24, 7/7. Elle ajoute à cela que ce que les coachs de vie et autres gourous tentent de nous faire passer comme une simple perception (celle du manque de temps) est en fait une réalité : aux Etats-Unis, un couple de parents travaille en fait 28 jours de plus au total et par année que leurs alter ego des années 60.

996516-gf

 

Donc oui. Les femmes ne peuvent visiblement pas tout avoir (Women can’t have it all). Elles sont condamnées à être des mères indignes avec la suce accrochée à un touilleur planté dans un verre de gin (en référence à la couverture du tome 2 des chroniques d’une mère indigne de Caroline Allard).

 

 

On peut donc conclure cette lecture en trois temps.

wwii___we_can_do_it_by_razornylon-d39vesr

Premièrement, soyons honnêtes. L’Hyper-Mère que décrit Schulte et qui transcende (un peu) les genres (pour toucher les super-pères), et ses questions existentielles ou le besoin de s’imposer et de briser le plafond de verre (le fameux Lean in de Sheryl Sandberg), ça ne transcende pas les classes sociales. Il s’agit là (encore) un livre écrit pour ces femmes diplômées, qui ont vu leur carrière ralentir par rapport à leurs alter ego masculins, et un peu plus lorsqu’elles ont eu leurs enfants. C’est une réflexion de nantie à usage des nanties, à des années lumières des réalités ouvrières.

Deuxièmement, les recettes que Shulte avance (Diviser le temps en tranche mono-focale, dédiée à UNE SEULE activité, relativement courte, réduire le temps de email/médias sociaux, prendre du temps pour des activités ludiques) ne permettront pas per se de vaincre les forces obscurantistes du traditionalisme (la reproduction des structures sociétales machistes, les réflexes traditionalistes, les stéréotypes de genre, instrumentalisés par le parti républicain dans sa guerre contre les femmes – War on Women) : on peut donc lui reprocher, à l’instar de ce qu’a fait une journaliste du New York Times, de tenter de combattre le commando d’élites des forces spéciales américaines (le fameux Seal Team six) avec une paire de ciseaux à ongles (ça c’était un exemple qui me parlait). Bref. À trop secouer le cocotier, on pourrait finir par prendre une noix de coco sur la tête.

Toutefois et dernièrement. Se faire dire des évidences n’est pas forcément néfaste. Donc on gagnerait sans doute à faire une chose à la fois. Dire et redire la condition de la femme travaillante, militer pour des aménagements du temps de travail (dont le besoin est particulièrement criant puisque un quart de la population active américaine n’a AUCUNE vacance) demeurent des nécessités. Et il faut reconnaître qu’il s’agit d’un livre qui est plus qu’un ouvrage de développement personnel, un livre intéressant, TRÈS documenté et agréable à lire.

Bon. C’est pas tout ça, mais j’ai des choses à faire, moi!

exwonderw

(une image de l’excellente illustratrice, Céline Théraulaz, dont on peut consulter le blogue ici et la page Facebook ici

Débordés? Une génération d’Américains face à la conciliation travail-famille

Billet presque sérieux sur un sujet très sérieux.

Explication: J’ai décidé de prendre exemple sur mon ami Arthur Charpentier, @freakonometrics, avec lequel je jase de cartographie, qui blogue sur des choses vraiment sérieuses (c’est un mathématicien qui met du R partout) mais y mêle parfois des anecdotes personnelles. On peut avantageusement lire son blogue ICI.

Bref, c’est à  l’occasion d’une chronique pour l’émission de Radio-Canada, Plus on est de fous plus on lit, @plusonlit, que j’ai eu à lire un livre qui traite de cette conciliation travail-famille aux États-Unis: Overwhelmed – Work, Love and PLay When No One Has the Time, de Brigid Schulte. Vous l’aurez compris, il s’agit d’une chronique légère sur un sujet qui en est un très sérieux aux États-Unis. (fin du préambule).

Dans un rapport paru au cours de l’automne 2013, l’organisme Child Care Aware affirme que, dans 31 des 50 États américains, le coût d’une garderie est plus élevé que celui des premières années d’université (le « College »). Sur la base de cette étude, le Washington Post a donc publié, le 9 avril 2014, cette carte :

gar

 

Le Pew Research Center, à son tour, reprend les données de l’organisme pour souligner le coût moyen (et très élevé en fait au regard de nos propres standards) des crèches:

ChildcareCosts_Map2-2

 

Ce qui, en chiffres, est quand même impressionnant:

ChildcareCosts_table2Et c’est, ajoute le Pew Research Center, dans cette étude, ce qui expliquerait, crise aidant, le fait que 29% des mères américaines demeurent désormais à la maison pour s’occuper des enfants. Mais pendant ce temps, un certain de nombre de mères demeure sur le marché du travail, et doit composer avec un droit du travail peu avantageux (congés payés non encadrés, prestations sociales variables, temps maximal travaillé par semaine non défini etc…). Ce qui mène donc un certain nombre d’auteur(e)s à écrire sur cette difficile conciliation.

Voici donc le texte que j’ai rédigé en lisant le livre qui m’avait été proposé.

Le constat à l’issue de cette lecture est simple : Je suis un hamster. En train de courir comme une dératée dans une roue. Le constat que fait Brigid Shulte, je le fais mien.

Je m’explique : j’ai commencé à lire ce livre en préparant le souper (un filet de porc à la bière, mais avec des légumes verts et une soupe parce que junior ne mange pas assez de fruits et de légumes). Je l’ai posé (le livre) pour aller chercher Fiston à l’école, manger ensemble à table, le coller dans le bain, préparer les vêtements du lendemain (et constater que cet enfant n’a plus un seul pantalon-pas-detrou-aux-genoux), faire les devoirs (en utilisant les méthodes de mémoire kinesthésique qui fonctionnent bien avec lui), lire l’histoire du soir, faire la vaisselle, retourner voir fiston une fois (il avait soif), deux fois (il avait froid), trois fois (il avait une question, qui a gagné la coupe Stanley l’année où il est né – j’en sais quoooooooi moiiiiiiii). J’ai continué ma lecture au fond de mon lit, à minuit, après avoir relu un texte que je devais corriger de toute urgence et rédigé une lettre de recommandation que j’avais com-plé-te-ment oubliée.

Avec ma lampe de camping sur le front pour ne réveiller personne, je me suis endormie sur le chapitre sur la maternité intensive. J’ai lu la suite le lendemain matin à 5h, lorsque je me suis réveillée parce que j’avais oublié de mettre une collation dans le sac à lunch de junior et que j’avais omis de renvoyer ce fameux texte en anglais que j’avais choisi d’enterrer ignorant les rappels incessants de l’éditeur.

 En lisant le chapitre 4, j’ai fait le synopsis de mon prochain livre et ma liste de course pour le brunch de Pâques. En lisant le chapitre 5, j’ai découpé une recette de jambon effiloché dans la Presse (d’ailleurs si quelqu’un l’a déjà essayée ça m’arrangerait car je n’aurais pas le temps de la tester avant pâques et mes cobayes en ont marre de manger des trucs indigestes). Et, bien évidemment, j’ai alors refait ma liste de courses.

Et j’ai pu finir le livre parce que j’ai interverti deux meetings sur mon agenda, et qu’après m’être excusée mille fois auprès des personnes que j’ai laissées en plan, j’ai enfin eu deux heures devant moi. J’ai donc pu rédiger mes notes en me demandant ce que j’ai bien pu oublier de faire – en-dehors du chapitre que je dois à un collègue dans 30 jours, des épreuves qui doivent atterrir sur mon bureau dans une semaine, et du compte-rendu de table-ronde qui était dû pour avant-hier.

 Voilà ce que Brigid Schulte appelle du « temps contaminé », qui fait que sous l’empire du multitasking, on finit par tout faire et ne rien faire en même temps. Où les fonctions se superposent et les tâches s’entremêlent sans qu’on n’ait plus de véritable pause entre chacune. 90% d’entre nous, parents canadiens, faisons preuve selon une étude que cite l’auteure, d’un certain état de débordement ou d’un débordement certain.

Donc ce livre m’a appris que je suis une victime. Victime de cette épidémie culturelle dont parle Brigid Schulte, celle du manque de temps. Nous sommes tous pris dans cette spirale infernale mais, explique-t-elle, en se basant sur des entrevues avec des neurologues, des sociologues, des coachs de vie, les femmes le sont un peu plus que les hommes. Les mères un peu plus que les autres.

Il est intéressant de savoir que Schulte a fait ce livre presque par accident. Elle s’était retrouvée sur un comité qui devait se pencher sur le déclin du lectorat féminin du Washington Post pour lequel elle travaille. Comité qui conclut naturellement (il n’y a que des femmes qui y siègent alors) que les femmes sont juste trop occupées pour lire le Post. Mais bon, il fallait transformer cette intuition en enquête journalistique et l’appuyer sur des données réelles et tangibles. C’est ainsi qu’elle s’est mise à travailler sur le sujet.

Elle a donc commencé en googlant « occupé, femmes, temps » : elle tombe alors sur un sociologue spécialisé sur l’emploi du temps. C’est John Robinson, dont on doit souligner d’entrée de jeu et de manière peut-être déloyale (mais justifiée), qu’il s’agit d’un homme. Donc Robinson, du haut de sa grande sagesse, explique à Brigid que cette sensation d’être débordée, overwhelmed, finalement n’est qu’un construit social : on le dit donc on s’en convainc. Ou autrement dit : c’esttoiquiladis-cesttoiquihiyest. Et d’Ajouter Robinson : c’est parce qu’on ne se rend pas compte de toooooooooooout le temps libre que l’on a dans une journée. Dans une semaine. Jusqu’à 40 heures de temps libre par semaine, oui.

Comment comptabilise-t-il cela ? Exemple d’une matinée ordinaire.

  • 10 minutes à attendre devant la porte en essayant de ne pas s’énerver tandis que Junior tente vainement de mettre sa botte gauche et alors-qu’il-braille-sa-vie-parce-que-ce-matin-justement-il-veut-mettre-les-mitaines-rouges-qui-sont-raides-de-crasse-trempées-et-au-lavage ? Ces 10 minutes là ? Du temps de loisir.
  • 5 minutes à attendre l’ascenseur au travail parce qu’il n’y en a qu’un qui fonctionne ce jour là et finalement prendre l’escalier pour ne pas arriver en retard avec l’ordinateur et 15 livres sur le dos ? 10 minutes de temps libre.
  • 5 minutes dans la ligne pour aller-s’acheter-un-café-et-renoncer, puis 5 minutes devant l’imprimante pendant qu’elle daigne se réveiller ? 10 minutes de bon-heur.

Bref, il n’est même pas 9h et on a déjà eu 30 minutes. UNE DE-MI-HEU-RE. De loisir. Bande de fainéants de quoi vous plaignez vous !!!! Cessez de vous sentir opprimés et profitez.

Schulte fait également référence à Ann Burnett (historienne de l’université de North Dakota State) qui étudie le « busyness », jeu de mots entre le business et le fait d’être busy, débordé. Bref, l’industrie du débordement. Et oui, on est toujours prompte à rire de « Madame parfaite » qui vient en semaine au parc avec sa mallette et son tailleur haute couture pour promener Choupette après son travail. Qui revient en fin de semaine au parc en joggant dans un pantalon seyant et tendance et fait son yoga avec Petite-Poulette car chaque moment est précieux. Ce sont les « bragging rights » qui vont avec le « busyness ». En d’autres termes, il est de bon ton de se vanter d’être débordée – ça prouve que l’on existe, et que l’on peut tout faire. SI je suis occupée-je suis quelqu’un. Et pas n’importe qui. Quelqu’un qui ré-us-sit.

J’ai arrêté de rire le jour où je suis arrivée à un conseil d’école en sortant d’un panel et que j’en suis repartie avant la fin pour me rendre à une réunion de préparation d’un colloque qui se déroulait le lendemain, tout en ayant vérifié au préalable avec la gardienne si elle pouvait rester plus longtemps avec Junior parce que j’allais finir plus tard que prévu. En fait, je n’étais pas mieux que Madame parfaite. Je me roulais dans mon débordement comme un cochon dans sa fange, et l’espace d’un instant, j’étais sortie de mon double syndrome chronique de culpabilité et d’imposture, puisque j’étais devenue « The Master of the Working Moms », Obi-Wan-hyper-mère.

Las. Ça n’a duré que quelques heures. Et je me suis rendue compte, avant qu’Anakin/Luke/Junior ne passe du côté de la force obscure que ce n’était qu’une illusion…celle d’une vie où je pourrais tout faire et tout contrôler.

En effet, lorsque j’ai vu mon fils patiner pendant 15 minutes ce dimanche matin de manière vraiment déplorable jusqu’au moment où j’ai réalisé que, trop fatiguée de ma semaine/ de ma soirée de la veille /ou tout simplement de devoir me lever à 7 heures du matin un dimanche (Oui. Un Di-man-che. Chose que je m’étais promise de ne ja-mais faire), et que j’ai réalisé que j’avais inversé ses patins (pied droit-pied gauche), il a fallu me rendre à l’évidence : je vis dans un bassin de culpabilité constante.

Je suis débordée donc coupable de ne pas être à la hauteur de mes collègues-sans-enfants-dont-je-sens-parfois-l’exaspération-rampante, et je ne suis même pas capable d’être une mère concentrée-à-même-de-mettre-des-patins-correctement. C’est Schulte qui le dit. (Bon, moi un peu aussi).

Il existe, explique Schulte, des études, sur cette profonde ambivalence des mères travaillantes. Qui veulent travailler et réussir (ou au moins avancer) leur carrière mais vont persister à cuisiner ELLES-MÊMES à 2 heures du matin le gâteau d’anniversaire de leur enfant pour amener dans la classe à l’école. Schulte se cite dans cet exemple. Mais comme je l’ai fait aussi je ne peux pas lui jeter la pierre (ou alors je me jette avec).

1016628_10151437265176651_52636247_n(parce que oui, ça donne ça, de cuisiner en pleine nuit)

 Mais revenons à nos fourneaux.

Les années 70-80 ont en effet été un moment clé du mouvement conservateur américain, qui a mené à l’abandon de toute idée de garderies universelles. Schulte fait d’ailleurs une entrevue avec le conseiller spécial de Nixon à l’époque, le très très TRÈS conservateur Pat Buchanan qui a été l’un des artisans du véto apposé par le président à la loi, adoptée par le Congrès, qui aurait permis cette avancée. Et qui 40 ans plus tard, se vante d’avoir permis de tuer cette disposition dans l’œuf et « pour toujours ». De fait, une étude de Child Care Aware America, parue début avril, explique que dans 31 des 50 États aux Etats-Unis, les coûts d’une garderie sont plus élevés que ceux des « Colleges » (Cégep).

L’argument de Buchanan ? Les garderies auraient constitué un repaire de propagande communiste. Et dans sa vision traditionnelle de la famille, les mères qui travaillent ne passeraient pas assez de temps avec leur progéniture et sacrifieraient leurs enfants sur l’autel de leur carriérisme. L’hyper-mère est donc née de ça : le besoin de compenser pour le manque  que l’on aurait généré.

Pire encore, dans notre volonté de tout embrasser, on ferait également des dommages à nos cerveaux et particulièrement au cortex préfrontal siège du raisonnement, de la mémoire et du langage qui, sous la pression, diminuerait.

Prefrontal1

Mais, dit Schulte pour nous décomplexer, tout est la faute du système capitaliste nord-américain qui nous renvoie à un traditionalisme rampant qui s’imprime aussi bien à la cellule familiale qu’au milieu de travail. Schulte raconte d’ailleurs ce matin de Thanksgiving où, en train de cuisiner le repas, elle voit son mari ouvrir le frigo (pour y prendre la dinde et la mettre au four croit-elle) et en sortir un pack de 12 bières, puis traverser la rue pour aller chez le voisin ‘pour lui donner un coup de main’, la laissant, elle et sa cuisine, face à sa volaille farcie. Cet homme stéréotypé, qui ne sait pas où est le carnet de vaccination des enfants ni le nom de leur dentiste, représente selon une étude que cite l’auteure (de 2010), une réalité criante aux Etats-Unis où à situation égale, la femme prendrait en charge à la maison deux fois plus de tâches que l’homme.

 En utilisant par contraste le cas danois, Schulte montre que l’on perpétue en Amérique du Nord le mythe du travailleur idéal.  Celui qui n’a pas d’enfants, pas de contraintes. Un homme de préférence. Sans vie sociale, disponible 24h sur 24, 7/7. Elle ajoute à cela que ce que les coachs de vie et autres gourous tentent de nous faire passer comme une simple perception (celle du manque de temps) est en fait une réalité : aux Etats-Unis, un couple de parents travaille en fait 28 jours de plus au total et par année que leurs alter ego des années 60.

996516-gf

 

Donc oui. Les femmes ne peuvent visiblement pas tout avoir (Women can’t have it all). Elles sont condamnées à être des mères indignes avec la suce accrochée à un touilleur planté dans un verre de gin (en référence à la couverture du tome 2 des chroniques d’une mère indigne de Caroline Allard).

 

 

On peut donc conclure cette lecture en trois temps.

wwii___we_can_do_it_by_razornylon-d39vesr

Premièrement, soyons honnêtes. L’hypermère que décrit Schulte et qui transcende (un peu) les genres (pour toucher les super-pères), et ses questions existentielles ou le besoin de s’imposer et de briser le plafond de verre (le fameux Lean in de Sheryl Sandberg), ça ne transcende pas les classes sociales. Il s’agit là (encore) un livre écrit pour ces femmes diplômées, qui ont vu leur carrière ralentir par rapport à leurs alter ego masculins, et un peu plus lorsqu’elles ont eu leurs enfants. C’est une réflexion de nantie à usage des nanties, à des années lumières des réalités ouvrières.

Deuxièmement, les recettes que Shulte avance (Diviser le temps en tranche mono-focale, dédiée à UNE SEULE activité, relativement courte, réduire le temps de email/médias sociaux, prendre du temps pour des activités ludiques) ne permettront pas per se de vaincre les forces obscurantistes du traditionalisme (la reproduction des structures sociétales machistes, les réflexes traditionalistes, les stéréotypes de genre, instrumentalisés par le parti républicain dans sa guerre contre les femmes – War on Women) : on peut donc lui reprocher, à l’instar de ce qu’a fait une journaliste du New York Times, de tenter de combattre le commando d’élites des forces spéciales américaines (le fameux Seal Team six) avec une paire de ciseaux à ongles (ça c’était un exemple qui me parlait). Bref. À trop secouer le cocotier, on pourrait finir par prendre une noix de coco sur la tête.

Toutefois et dernièrement. Se faire dire des évidences n’est pas forcément néfaste. Donc on gagnerait sans doute à faire une chose à la fois. Dire et redire la condition de la femme travaillante, militer pour des aménagements du temps de travail (dont le besoin est particulièrement criant puisque un quart de la population active américaine n’a AUCUNE vacance) demeurent des nécessités. Et il faut reconnaître qu’il s’agit d’un livre qui est plus qu’un ouvrage de développement personnel, un livre intéressant, TRÈS documenté et agréable à lire.

Bon. C’est pas tout ça, mais j’ai des choses à faire, moi!

exwonderw

(une image de l’excellente illustratrice, Céline Théraulaz, dont on peut consulter le blogue ici et la page Facebook ici