L’Iran s’invite dans la campagne électorale américaine

Alors que le Canada vient de rappeler son personnel diplomatique de Téhéran et d’expulser les diplomates iraniens de son territoire, réduisant l’ambassade à un service consulaire, les rumeurs à propos d’une possible attaque d’Israël sur l’Iran ne cessent de s’amplifier.

Quel danger représente véritablement l’Iran?

L’Iran développe de manière constante depuis 1953 son programme nucléaire. La démarche peut, à certains égards, être d’autant plus compréhensible désormais compte tenu de la perception d’encerclement qu’a le régime iranien depuis la guerre d’Irak:

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/11/08/l-evolution-du-programme-nucleaire-iranien-depuis-1953_1600671_3218.html

Toutefois, l’élément le plus crucial du développement du programme iranien est l’existence du Shahab 3, et le développement du Shahab 4, qui sont des vecteurs susceptibles de projeter une arme – nucléaire – très loin des frontières persanes, en l’occurrence jusqu’en Europe orientale. C’est l’existence de ces vecteurs en l’espèce qui rend les Israéliens extrêmement nerveux – et vulnérables.

source: http://www.uni-graz.at/yvonne.schmidt/wiran12abig.jpg

Pourquoi maintenant?

Quatre facteurs expliquent (probablement) ces rumeurs et l’imminence d’une attaque israélienne sur les centrales iraniennes.

1. Le développement du programme nucléaire iranien

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) fait paraître le 30 août 2012 un rapport faisant état du fait que l’Iran aurait  doublé sa capacité d’enrichissement de l’uranium à la centrale de Fordo, qui est située dans un bunker souterrain. Le nombre de centrifugeuses serait passé de 1065 à 2140 au cours du printemps 2012 même si elles ne sont pas en fonctionnement. Enfin, l’AIEA signale l’obstruction systématique de l’Iran en ce qui concerne l’inspection du site de Parchin: l’Iran chercherait à faire disparaître toute évidence du programme qu’elle y développe. Il s’agirait d’une pièce souterraine en acier pour y conduire des tests exposifs, qui aurait été habillée habilement afin de la soustraire du regard des sattelites.

Bien que l’Iran dénonce cette analyse et réaffirme que son programme nucléaire est développé à des fins civiles, l’AIEA est convaincue que le taux d’enrichissement auquel parvient l’Iran est supérieur à ce que requiert un programme strictement civil et constitue donc un indicateur net que l’Iran cherche à développer des armes nucléaires.

2. Le climat favorable puisqu’il y a nettement moins – voire pas – de tempêtes de sable durant l’automne.

Or l’histoire de la politique étrangère américaine constitue une analogie certainement présente dans l’esprit des décideurs. En effet, en avril 1980, le président Carter approuve l’opération Eagle Claw, pour exfiltrer les 53 otages détenus dans l’Ambassade américaine en Iran.  Huit hélicoptères sont envoyés, mais deux d’entre eux ne résistent pas à la tempête de sable à travers laquelle ils passent: l’un s’écrase, l’autre fait demi-tour. Les six autres arrivent au premier point de rendez-vous, mais l’un d’eux est partiellement endommagé. L’opération est annulée. Alors que les hélicoptères font demi-tour, l’un d’entre eux percute un avion de transport Hercules C-130. L’opération est un fiasco total.

3. L’acquisition, par Israël, de la capacité de détruire une construction souterraine.

En mars dernier, Israël s’est doté d’une arme de précision capable de percer un bunker de béton tandis que les États-Unis, qui ont également développé une nouvelle  bombe conventionnelle (Massive Ordnance Penetrator) de très grande puissance susceptible de frapper une cible souterraine en juillet, promettent de fournir Israël si besoin est.

source: http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-17115643

4. La campagne électorale américaine muselle littéralement l’allié américain.

Le parti démocrate a choisi de remettre sur sa plate-forme électorale la mention de Jérusalem comme capitale d’Israël montrant à quel point la question israélienne et l’appui à cet État est un point sensible de la campagne électorale, attestant de l’existence – même si il est loin d’être unitaire et monolithique – d’un certain lobby. Même si, pour la première fois depuis longtemps, les Démocrates sont parvenus à empêcher les Républicains de les attaquer sur le terrain de la politique étrangère, excluant de facto tout un pan traditionnel du débat électoral, une attaque israélienne pourrait ramener le sujet sur le devant de la scène. Or le sujet est tellement sensible que les États-Unis ne pourront pas s’opposer frontalement à Israël. Ainsi, la fenêtre d’opportunité dont dispose l’État hébreu se situe véritablement entre aujourd’hui et le 5 novembre.

Quels sont les plans d’attaque?

 La route du nord passe par la Turquie, elle paraît peu vraisemblable compte tenu de l’état des relations israélo-turques depuis l’affaire de la flottille de Gaza. la route centrale passe par la Syrie, ce qui paraît également peu vraisemblable car les cieux n’y sont pas vraiment sécuritaires. Il reste la solution saoudienne, crédible  mais en ligne moins directe.source: http://en.rian.ru/images/17287/86/172878640.jpg

source: http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-17115643

 

Quels conséquences fait courir une attaque israélienne sur l’Iran, sur l’échiquier régional ?

Il faut en effet tenir compte des “sensibilités” régionales, de l’équilibre global des puissances entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, de l’impact sur la production et les coûts pétroliers.

source: http://temi.repubblica.it/limes-heartland/the-possible-war/1137

Il y a également la perception qu’ont les États-Unis de la région, compte tenu de leur implication dans plusieurs pays riverains.

source: http://temi.repubblica.it/limes-heartland/obamas-big-game/1344

 Ainsi Israël et l’Iran se sont invités dans la campagne électorale américaine, alors même que Barack Obama imaginait peut-être avoir contourné la question de la politique étrangère – pour une fois – et l’État hébreu n’a que quelques semaines pour faire parler les canons. À défaut, ou après le 6 novembre, le multilatéralisme devra reprendre sa place et un président de second mandat (si c’était lui) sera mieux positionné pour imposer un règlement international de cette crise.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.