Cherchez la femme…

 

Les femmes élues aux États-Unis

 

Avec la ratification par le Tennessee du 19e amendement, le 16 août 1920, les femmes américaines ont enfin obtenu le droit de vote pour lequel elles avaient longuement milité. Depuis, des groupes de pression comme EMILY’s List, American Women Presidents ou le White House Project, appuient les candidatures des femmes aux législatures des États et au Congrès fédéral : le pouvoir législatif étant perçu comme un tremplin vers le pouvoir exécutif, l’objectif avoué de ces organisations est l’accession des femmes à des fonctions politiques toujours plus importantes, pour permettre – un jour – à l’une d’entre elles d’enfin se hisser à la présidence. En ce sens, le cycle électoral de2008 a marqué un tournant avec la présence, pour la première fois dans l’histoire électorale américaine, d’une femme « présidentiable » dans la course à l’investiture démocrate et d’une femme « investie » sur le ticket républicain. Et pourtant. Durant cette année électorale peu conforme aux us de la politique états-unienne, les Américains ont été de plus en plus favorables à l’avènement d’une femme présidente; s’il a paru y avoir un rejet de la gérontocratie, il est resté que, globalement, les sondages favorisent toujours l’homme – peu importe sa couleur – par rapport à la femme.

Il y a, semble-t-il, en partie, derrière ce réflexe traditionaliste, les stigmates de l’échec Mondale-Ferraro qui conduisent une partie de l’électorat ainsi que des délégués à la convention national, par simple calcul politique, à opter pour un homme essentiellementparce qu’il est plus présidentiable.

De ce fait, si les femmes sont présentes à Washington, et ce dans les trois branches de gouvernement, elles y sont toujours en minorité. Il n’y a pas eu – du moins directement – d’effet Clinton-Palin sur le plafond de verre de la capitale fédérale. L’univers politique dans lequel évoluent les femmes à Washington reste conforme aux usages sociaux et aux représentations de genre : les hautes fonctions de la République américaine ne demeurent qu’entr’ouvertes aux femmes dès lors qu’elles touchent à la dimension régalienne de l’État, et a fortiori à la fonction de commandant en chef. Ainsi, dans l’environnement sécuritaire qui a suivi le 11 septembre, les femmes en politique ont, semblerait-il, la tâche ardue de démontrer leur leadership sans pouvoir accéder aux fonctions qui en incarnent l’essence. Et même à l’ère Clinton-Palin, la lente progression des femmes dans l’appareil exécutif américain semble devoir plus relever d’une évolution des institutions politiques sous l’effet de la pression sociétale que d’une véritable révolution de genre au cœur du pouvoir.

Les femmes ont été présentes dès les années 1930 au niveauministériel, et comme membres du Cabinet, mais elles ont été, dès le départ, cantonnées à des fonctions définies par une rhétorique machiste. Frances Perkins a été la première femme nommée – par F. D. Roosevelt – à la tête d’un ministère, le secrétariat au Travail, qu’elle a dirigé de 1933 à 1945. Après elle, 24 femmes ont siégé au Cabinet (et 45 au total ont occupé des fonctions ministérielles ou de direction d’administration – dites « de niveau ministériel »). Pour autant, elles ont été le plus souvent cantonnées aux ministères “sociaux” : secrétariat d’État à l’éducation (2/25), à la santé (6/25), au transport (3/25) au logement (2/25), au travail (7/25) ou de l’Intérieur (1/25). Elles ont été également à la tête, mais dans une moindre mesure, de ministères économiques comme le secrétariat d’État à l’énergie (1/25), au commerce (2/25) ou à l’agriculture (1/25). Si depuis la nomination de Madeleine Albright en 1997 à la tête du secrétariat d’État, deux femmes l’y ont suivie (Condoleezza Rice nommée en 2005 et Hillary Rodham Clinton nommée en 2009), il demeure que les fonctions régaliennes sont largement réservées aux hommes : aucune femme n’a jamais dirigé le secrétariat à la Défense, celui des Anciens combattants, ou encore celui du Trésor. Janet Reno a été la seule femme (nommée en 1993 par Clinton) a tenir les clés duministère de la Justice (qui n’est d’ailleurs pas un ministère per se, puisque ce n’est pas un secrétariat car il s’agit du poste d’Attorney General).

On aurait pu penser que Barack Obama avait peut-être ouvert une brèche dans cet univers régalien exclusivement masculin en nommant, en 2009, à la tête du département du Homeland Security (l’équivalent du ministère de l’Intérieur dans la majorité des démocraties occidentales), la gouverneure de l’Arizona Janet Napolitano. Pour autant, le chemin est encore long puisque, depuis 1933, elle est la seule, avec Janet Reno, à avoir occupé des fonctions ministérielles régaliennes. Il y a d’autant moins lieu de parler de « virage Obama » pour les femmes que le nombre de nominations féminines par le dernier président élu est singulièrement ordinaire . Barack Obama s’inscrit en effet totalement dans la tradition présidentielle : en nommant quatre femmes au Cabinet, il se conforme à ce qu’avait fait George W. Bush en début de mandat (quatre nominations féminines), ne fait que doubler les scores de George H. Bush et de Ronald Reagan (deux nominations féminines) et se situe très en deçà de celui de Bill Clinton (cinq femmes en début de mandat et 9 sur 19 au plus haut de sa présidence) .

Ni notables, ni constants, les progrès des femmes au sein de l’appareil exécutif ne suffisent donc pas à inverser la machine. Plus encore, dans la prévalence des ministères sociaux, se retrouve l’essence même des stéréotypes de genre  qui contribuent à qualifier les femmes en les démarquant des hommes, notamment en ayant recours à un champ sémantique relevant de la maternité ou de la féminité , le « gouvernement » appartenant à une rhétorique plus masculine par exemple que celle de la « représentation ».

C’est la raison pour laquelle la présidence Obama se fait le reflet de l’état d’esprit qui a marqué l’après 11 septembre 2001 et la perpétuelle quête de sécurité. L’opposition entre le « sexe faible » et la masculinité des fonctions régaliennes a été renforcée par la logique et le discours sécuritaires du 11 septembre. En effet, les événements de l’automne 2001, en induisant un souci accru de sécurité et un besoin de leadership fort, ont marqué, selon certaines études, un recul pour les femmes en politique et un renforcement des stéréotypes traditionnels.

Ce recul est à mettre en lien avec la place réservée aux femmes dans l’armée. En effet, alors même qu’il y a de plus en plus de femmes aux postes d’amiraux et de généraux, ces dernières demeurent bien souvent cantonnées à des postes de soutien, réduisant d’autant leur capacité d’acquérir l’aura d’un héros de guerre et, ainsi, la légitimité d’un commandant en chef fondée sur l’expérience. C’est donc une expérience dont elles ne peuvent se prévaloir – à l’inverse de Ike Eisenhower qui avait pu arguer de son expérience dans l’Armée, de John Kerry durant les élections présidentielles de 2004 ou de John McCain en 2008 qui ont tous deux mis en avant leur statut de vétérans du Vietnam. Ce n’est pas la norme mais durant certaines périodes de l’histoire des États-Unis – comme au cours de la guerre du Vietnam ou dans la foulée du 11 septembre – la notion de « leader fort » a été cruciale pour l’issue des élections présidentielles, ce qui tend à survaloriser les candidatures masculines. De surcroît, même si le critère central des élections présidentielles a été, le plus souvent, « la compassion » des candidats – ce avec quoi l’image traditionnelle de la femme serait en conformité, il demeure qu’il ne se traduit pas dans les bureaux de vote : une femme candidate à la présidence « n’a d’autre choix que de générer la perception qu’elle est un leader fort , sous peine de devoir livrer une bataille perdue d’avance.  Il n’est d’ailleurs pas anodin que, même dans la fiction, l’accession d’une femme à la présidence (selon le scénariode la série diffusée par la chaîne ABC, Commander in Chief, qui mettait en scène, durant l’automne 2005, une femme présidente pour pratiquement la première fois depuis Kisses for My President) se fasse non pas par l’élection mais par la succession puisqu’il s’agissait d’une vice-présidente devenue chef d’État à la suite du décès du président en exercice. Dès lors, la femme-candidate doit parvenir à définir son leadership dans les balises que l’Histoire, tracée au masculin, a établies pour l’institution présidentielle. Les représentations traditionnelles de genre sont donc profondément ancrées dans la perception de l’institution présidentielle : elles expliquent en partie pourquoi les femmes y sont encore sous-représentées, et particulièrement lorsque l’on touche au cœur de l’État et de ses fonctions régaliennes. Le second volet de l’explication tient à la réalité électorale et donc à la capacité des femmes à accéder aux fonctions gouvernementales : ici encore la place des femmes n’a connu que peu de progrès, notamment à l’échelle des élections fédérales aux États-Unis.

 Longtemps, à Washington et au sein du pouvoir exécutif, le seul rôle reconnu et dévolu à une femme était celui de Première dame. Du rôle social de Lucy Hayes, à celui de First Lady moderne incarné par la redoutable Eleanor Roosevelt, puis à la mutation de ce rôle avec l’arrivée dans l’aile Ouest (West Wing) d’Hillary Clinton, les Premières dames ont été grandement étudiées, seul symbole du pouvoir féminin – restreint – à la Maison-Blanche (. En effet, les femmes de la Maison-Blanche ont souvent dû se satisfaire de ce strapontin qu’est le rôle de Première dame. Si le terme de First Lady a fait son apparition dans un éditorial de Mary Clemmer Ames, à propos de l’épouse du président Hayes en 1877, il semblerait qu’il soit devenu d’usage courant à la suite de la représentation à New York de la pièce The First Lady in the Land de Dolley Madison. Pendant longtemps, la Première dame a œuvré dans l’ombre du président. Toutefois, de la même manière que son époux a fait considérablement évoluer le rôle du président, Eleanor Roosevelt a ouvert la période moderne pour ce qui est du rôle de Première dame. En poursuivant sa carrière et en promouvant des causes comme la protection des droits civiques, elle a marqué le début d’une nouvelle ère dans laquelle se sont inscrites celles qui lui ont succédé, en particulier Lady Bird Johnson. Hillary Clinton a, quant à elle, irrémédiablement modifié la place de la Première dame. La nature même du tandem « Billary » est sans doute ce qui explique qu’elle ait été la première épouse de président à avoir son propre bureau dans l’aile Ouest (alors qu’auparavant la First Lady était installée, avec son équipe, dans l’aile Est) et à mener une politique gouvernementale, en l’occurrence sur le système de santé. Enfin, l’affrontement entre les épouses des deux candidats à la présidentielle de 2008 témoigne de l’entrée dans l’arène politique des Premières dames. Toutefois cette fonction, même politique, demeure dans l’ombre du président ( comme en témoigne le départ de Lady Bird Johnson de la scène politique à la suite du décès de son mari ou encore le travail de distanciation par rapport à son époux mené par Hillary Clinton lorsqu’elle a choisi de mener sa propre carrière politique).

En ce sens, la nomination de Nancy Pelosi, première femme leader de parti au Congrès en 2003, comme première femme présidente (speaker) de la Chambre des représentants en janvier 2007 aurait pu indiquer les prémisses d’une (r)évolution de genre à Washington. D’abord parce qu’ainsi, Nancy Pelosi inaugurait l’entrée d’une femme dans des fonctions traditionnellement masculines. Mais aussi et surtout, parce qu’en accédant au poste de speaker, elle devenait la première femme à figurer aussi haut dans l’ordre de succession en cas de décès du président – et du vice-président. Jamais femme ne s’était autant approchée de la magistrature suprême. Toutefois, il en est pour souligner que la montée en épingle de cette ascension dans les médias ne fait qu’occulter une réalité autrement plus « genrée » . Ainsi, à l’issue des élections de novembre 2008, au niveau fédéral, les femmes représentent 17 % des membres du Congrès (avec 76 femmes à laChambre des représentants et 17 au Sénat) et seules huit femmes occupent le poste de gouverneur d’État.

Ces données sont essentielles dans la mesure où tous les présidents élus depuis Harry Truman sont issus de ces institutions : cinq avaient été sénateur (Truman, Kennedy, Johnson, Nixon, Obama) deux avaient été représentant (Ford, G.H. Bush) et quatre, gouverneur (Carter, Reagan, Clinton, G.W. Bush) avant d’accéder à la magistrature suprême. Le passage par l’exécutif des États fédérés ou par la législature fédérale s’impose en effet comme un cap incontournable dans la carrière politique d’un aspirant à la Maison-Blanche – ce qui justifie d’ailleurs qu’Hillary Clinton ait choisi le poste de sénateur de New York comme tremplin politique . La sous-représentation des femmes dans ces fonctions électives d’importance qui constituent justement des étapes nécessaires vers de plus hautes fonctions explique en partie le fait qu’elles sont en minorité au sein du pouvoir exécutif, notamment à la Maison-Blanche et particulièrement dans l’exercice de charges régaliennes, traditionnellement perçues comme l’apanage du pouvoir masculin. Elle révèle les limites du phénomène observé avec l’ascension de Sarah Palin et la campagne d’Hillary Clinton en 2008.

En effet, au-delà même des incidences du gender gap et de la définition par leur genre des aspirantes à un poste électif, les candidatures féminines souffrent de deux handicaps récurrents.

En premier lieu, le fait que les femmes commencent leur carrière politique plus tard que les hommes – notamment en raison de la structure familiale traditionnelle et du phénomène d’incumbency (en vertu duquel un candidat sortant à toutes les chances d’être réélu – le taux de réélection au Congrès avoisinant les 90 %) – les amène trop tardivement aux postes qui leur permettraient d’aspirer à la présidence.

En second lieu, le coût des campagnes (pour les élections primaires d’abord, et l’élection générale ensuite) est si élevé que l’aspirant doit s’affirmer avant tout un redoutable opérateur en termes de financement. Et pour l’être, il faut disposer d’un réseau qui est d’autant plus dense qu’il a été constitué de longue date – dès lors, le fait d’entrer plus tardivement en politique est un inconvénient majeur.

En effet, le processus de nomination est sans cesse plus dense et compressé. Et c’est là où le bât blesse, puisque les femmes en arrivant tardivement en politique peinent à constituer un réseau durable et à réunir les fonds nécessaires pour mener une campagne ramassée dans le temps et très onéreuse. Pour autant, Hillary Clinton a infirmé cette norme, puisqu’elle avait dégagé, au cours de la « primaire invisible » qui précède l’ouverture de l’année électorale, plus d’argent que tous ses adversaires démocrates, montrant par là même la capacité d’une femme à mettre en place un réseau efficace de levée de fonds – les bailleurs de fonds du parti démocrate s’étant tournés vers elle dès le début de l’année 2005. Ce qui n’a pas suffit. En 2008, au cœur de l’année électorale et alors qu’Hillary Clinton est encore la favorite des primaires démocrates, les Américains pensaient qu’il serait plus difficile pour une femme de se faire élire à la Maison-Blanche que pour un Noir. Et cela s’est traduit, au cours de l’été 2008, par la désignation de Barack Obama (devant Hillary Clinton) à la tête du ticket démocrate : une plus grande réceptivité n’induisait pas la prévalence d’une candidature féminine.

Texte adapté d’un papier publié dans La Revue de Recherches féministes en mai 2010.

 

Les femmes au Congrès depuis 20 ans


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *