Mardi: combien de délégués pour la Floride?

La Floride a commencé à voter: 534000 bulletins auront été déposés par anticipation avant même que les bureaux de vote n’ouvrent mardi – soit 44% de plus que lors des deux premières primaires du cycle électoral): l’engouement est là et, du côté des candidats, les couteaux volent bas.

Or si la Floride avait suivi le calendrier mis en place par les partis nationaux, les délégués républicains auraient été répartis comme suit: 81 délégués à raison de 3 par districts – il y en a 27 – et 15 pour la totalité de l’État. Il s’agit donc d’un panachage de proportionnelle (représentation par district) et de scrutin majoritaire (winner-take-all au niveau de la circonscription étatique). Le poids de la délégation floridienne aurait été considérable en août prochain, à Tampa.

Toutefois, puisque la Floride a choisi de tenir ses primaires avant la date buttoir du 1er avril, amorçant le bouleversement du calendrier établi par les partis nationaux et compressant de nouveau les primaires sur quelques mois, elle perd la moitié de ses délégués. Du coup, appliquant les règles propres au parti républicain de Floride, à défaut de pouvoir présenter une délégation complète à la convention nationale, les délégués restants sont désignés, lors de la primaire fermée, au scrutin majoritaire  dans la circonscription unique de l’État. En d’autres termes, les 50 délégués iront dans leur totalité à celui des candidats qui emporte la majorité des suffrages.

La mise en oeuvre de cette règle strictement floridienne contrevient toutefois aux règlements établis par le parti républicain national qui imposait que, si les primaires étaient tenues avant le 1er avril, elles devaient impérativement appliquer la proportionnelle. Faute de disposer de moyens de sanction une fois la délégation diminuée de moitié, amputée de ses délégués de droit (membres de l’establishment, ils sont trois), dépourvue des privilèges habituels dont la délégation bénéficie ordinairement à la convention nationale. Le paradoxe va donc être que, dans son propre État (puisque la convention nationale se déroule à Tampa) la délégation de Floride sera logée en-dehors de la ville, dépourvue de sièges de choix, et de laissez-passer.

Les choses pourraient paraître s’arrêter là. Toutefois, il existe encore une possibilité qu’un républicain vivant en Floride saisisse le Republican National Committee de la question, qui devrait alors statuer en mai. Et diluer, via l’application de la proportionnelle (relative, puisqu’elle s’exprime par districts) plus encore le poids de la délégation.

En attendant, puisque le Winner-take-all demeure appliqué, et la délégation amputée de moitié, il devient moins intéressant pour certains candidats de s’échiner dans un État qui paraît depuis longtemps acquis aux têtes d’affiche (comprendre Gingrich ou Romney, comme le confirment les sondeurs). C’est la raison pour laquelle, sans doute, Rick Santorum a choisi d‘abandonner stratégiquement la Floride pour s’assurer une place dans les prochains États à tenir des primaires, à la proportionnelle cette fois-ci : le Nevada, le Missouri, le Colorado, l’Arizona sont des États moins bien dotés en délégués mais appliquant la proportionnelle.

L’analyse du Herald Tribune, en forme d’infographie ci-dessous, apporte un complément d’explication de ces choix stratégiques: la diversité même de la Floride, ce qui lui vaut, pour l’automne, la qualification d’État-pivot.

 





Citer ce billet
Elisabeth Vallet (2012, 30 janvier). Mardi: combien de délégués pour la Floride? À la Maison-Blanche. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v4nw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.