La police en ligne de mire

Au cours des trente dernières années, il y a eu somme toute peu d’incidents de la nature des événements qui se sont déroulés à Dallas, le jeudi 7 juillet 2016 – la plupart des médias renvoie au 11 septembre 2001 – et les chiffres avancés sont parfois élevés mais ils incluent tous les policiers morts dans l’exercice de leurs fonctions. Mais en réalité, il faut remonter à l’affaire du tireur de la Nouvelle Orléans pour faire des analogies.

 UPI wire photographs January 8-9, 1973: Kummerlowe


UPI wire photographs January 8-9, 1973: Kummerlowe

Fin 1972, et pendant une semaine début 1973, Mark Essex, un ancien militaire et brièvement proche des Black Panthers, va viser et tuer 9 personnes dont 5 policiers,et en blesser 13 autres pour venger la mort de deux étudiants afro-américains de la Black Southern University, tués à Baton rouge: les policiers constituaient alors bien une cible définie.

Selon PBS, ce qui semble devoir être souligné aujourd’hui est que si les morts de policiers en exercice déclinent, le nombre d’officers de police tués par armes à feu augmente de manière importante (+17% en 2016).

Cm3vQpXUMAAxrnd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela s’inscrit selon le Brady Center dans une augmentation continue de la violence par armes à feu, particulièrement visible lorsqu’on regarde les morts dans le cadre des interventions policières.

En moyenne, par année, selon le Brady Center for the Prevention of Gun Violence:

32 964

personnes meurent de violence par armes à feu

75 062

personnes survivent à des blessures par armes à feu

11 184

sont assassinées

55 009

sont blessées dans une attaques

20 511

se sont suicidées

3791

survivent à une tentative de suicides

567

sont tuées accidentellement

16 334

survivent à un accident

440

sont tuées lors d’une intervention policière

827

sont blessées lors d’une intervention policière

261

sont tuées sans qu’on puisse déterminer les circonstances.

 

Mais de le cadre d’interventions policières,  les Afro-américains ont relativement plus de risque d’être tués que les autres franges de la population: le biais est toujours là et le mouvement Black Lives Matter est là pour durer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *