Vers une convention nationale républicaine divisée?

Le résultat du 15 mars, côté républicain, rebat une fois de plus les cartes du Grand Old Party : la probabilité d’une convention divisée, contestée existe.

La victoire de Kasich…

Deux candidats dans la course se devaient de remporter leur État ce soir: John Kasich dans l’Ohio (dont il a été le gouverneur et le représentant) et Marco Rubio en Floride (dont il est le sénateur). Le premier a transformé l’essai et le second a complètement échoué :

CdoU6s2WAAE-zRZ

Et cette carte du New York Times montre à quel point il s’agit d’une défaite de grande ampleur, qui montre au passage que Donald Trump est loin de plafonner , qu’il est susceptible d’aller chercher un électorat plus diversifié au-delà des Angry White Men, et que ce serait une erreur de le sous-estimer encore à ce stade.

Par contre, la victoire de Kasich dans l’Ohio selon Gender Watch 2016 , qui est un État pivot de l’élection générale, se fait avec le vote des femmes républicaines (46-43, 3 points de différence), et nécessairement avec la classe ouvrière dans la ceinture de l’acier.

Cela signifie aussi que la probabilité d’une convention contestée existe… (comprenez que puisque la science politique et les modèles ont failli en cette année exceptionnelle, on cherche à être plus prudent…d’où la formule alambiquée)

Et de toute évidence, le fait que, dans la foulée de sa victoire en Ohio, l’équipe de Kasich se soit élargie pour inclure Stu Spencer, stratège principal de Ronald Reagan (tant au niveau gouverneurial que présidentiel, de 1966 à 1984), Charlie Black (qui a conseillé Reagan, G.H. et G. W. Bush, ainsi que McCain en 2008), Vin Weber (qui a conseillé les candidats Dole, W.Bush, Romney et Gingrich) en soulignant notamment le rôle central de Spencer lors de la dernière convention contestée de l’histoire du parti républican (en 1976) n’est pas un hasard…

Marco Rubio a suspendu sa campagne…

Ce qui veut dire qu’il abandonne l’idée d’être président (il l’a dit clairement) mais qu’il reste légalement dans la course, ce qui permet de continuer le cas échéant à lever des fonds pour payer des dettes de campagne, honorer les contrats

Il conserve également (comme Jeb avant lui) ses délégués jusqu’à la convention. Si jamais il abandonnait, ses délégués seraient redirigés en fonction des normes établies par chaque État. Au Kentucky par exemple, les délégués de Marco Rubio devront se réunir pour voter à bulletin secret sur la réallocation de leurs votes. Le New Hampshire quant à lui libère les délégués de leur lien et ils sont libres de se prononcer. Bref, il y a autant de règles qu’il y a d’États et les délégués ne peuvent pas être redistribués à l’heure où ces lignes sont écrites.

Vers une convention divisée, contestée, ouverte?

Par contre, on parle de plus en plus de « contested », « brokered », « open » convention. C’est là aussi un peu complexe.

  1. D’abord, si aucun candidat n’arrive à Cleveland avec la majorité des délégués plus un, on parle de convention contestée – comme en 1976 côté républicain entre Reagan et Ford ou en 1984 entre Mondale et Hart côté démocrate.
  2. Ensuite, si après le premier tour, il n’y a toujours pas de majorité, on parle alors de convention ouverte, négociée (brokered) en référence au temps où les caciques du parti négociaient un candidat à leur convenance – la dernière a eu lieu côté républicain en 1948 (Dewey contre Taft) et en 1952 côté démocrate (Stevenson contre Kefauver).
    Le « twist » c’est que 72% des délégués qui sont liés par le choix des électeurs à leur arrivée à Cleveland, seront libérés de leur mandat impératif après le 1er tour. Trois tours plus tard, ce sont 90% des délégués qui seront des agents libres. Et la durée du mandat impératif est là aussi déterminée par… les États. Ainsi les 40 délégués de la Géorgie sont libérés de toute allégeance après le 1er tour tandis que les 36 délégués de l’Alabama sont liés impérativement et jusqu’au bout. En Pennsylvanie, seuls 17 des 71 délégués sont liés jusqu’au premier tour.

Et là, il faut ajouter un élément additionnel : dans certains États (pas tous) la liste des délégués est établie par… l’establishment. Ce dernier peut tout à fait parier sur la probabilité d’une convention ouverte et placer des « agents doubles » dans les délégations d’État, prêts à changer d’allégeance après le 1er tour. Car dans 44 États sur 50 (sans compter les territoires), le candidat n’intervient pas dans la sélection des personnes qui vont être déléguées. Ainsi comme l’explique Sasha Issenberg à propos de la Caroline du Sud, pour en être un délégué, il faut avoir été délégué de la convention nationale de 2015  – la probabilité d’être issu du sérail est d’autant plus élevée .

Qui a la haute main sur la convention?

Mais tout n’est pas si simple (!). La convention nationale, dont on ne retient souvent que le dernier jour, est une grand-messe qui se déroule en fait sur 4. Le 2e jour pourrait être déterminant : c’est là que le comité des règles de la convention se réunit et détermine les normes applicables à la désignation des candidats à la présidence et vice-présidence. Il a été crucial en 2012, lorsqu’il a adopté la fameuse règle 40, imposant qu’un candidat, pour être considéré, ait emporté la majorité des délégués dans 8 États, afin de favoriser Mitt Romney. À l’heure actuelle, seul Donald Trump atteint ce seuil, mais le comité qui se réunit le 2e jour (et qui est en principe une émanation, majoritairement, de l’establishment) peut tout à fait modifier les règles pour changer le déroulement prévu de la convention.

Mais voilà, au vu de la manière dont la campagne de Donald Trump se déroule, ça ne devrait pas se dérouler calmement.

Et à quel point les caciques du parti (ou simplement sa frange modérée ou non populiste) sont prêts à confronter cette classe blanche, moins diplômée, plus vulnérable financièrement, qui formule clairement son insécurité économique et parait encore affectée par la crise de 2008 alors que les indicateurs nationaux sont à la hausse? À quel point est-il possible d’alimenter plus encore le cynisme de ces désenchantés de la politique? Le Parti républicain a joué avec le feu depuis plusieurs cycles électoraux, en alimentant la polarisation d’une part et en jouant avec les règles de l’investiture d’autre part. Or, en matière de fracture profonde, de divisions raciales et économiques, de polarisation idéologique, et de violence, l’histoire des conventions nationales a établi des précédents

En attendant…

Capture d’écran 2016-03-15 à 23.57.44

 

 

 

 

 

 

Et il y a toujours une autre option: l’apparition d’un candidat indépendant (poussé par l’establishment républicain). Et non, il n’est pas trop tard, dit Richard Winger: L’histoire, avec John Anderson en avril Robert  La Follette en juillet 1924, Strom Thurmond comme Dixiecrat en juillet 1948, Ross Perot en mars 1992, ont tous plutôt bien réussi. D’autant que les dates limites dans les États pour apparaître sur le bulletin, s’étalent de juin à septembre (à l’exception du Texas pour lequel la date est mai). Et la structure du Constitution Party, déjà présent dans plusieurs États, pourrait être idéale pour ce faire.

(et un grand merci pour sa relecture avisée à Vincent Boucher... il ne fait jamais bon écrire trop tard dans la nuit 😉 )


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *