Hillary rebat ses cartes. Ain’t I a Woman?

La vidéo annonçant la candidature à la présidence d’Hillary Clinton est très largement tournée sur les femmes, la famille, les enfants.

2016 marque donc un véritable tournant dans le marketing d’Hillary Clinton, qui s’inscrit dans la lignée de son discours de défaite, tenue à la convention démocrate de 2008 et connu pour ses « 18 millions de fissures » dans le plafond de verre :

Moins agressive, moins « commandant en chef des forces armées » (critère qui était redevenu, après le 11 septembre, déterminant pour l’élection), H.R. Clinton veut se muer en Hillary. Moins carriériste, plus à l’écoute. On en veut d’ailleurs pour preuve le fait qu’elle évite les grands rassemblements dans les jours qui suivent l’annonce de sa campagne pour leur préférer une campagne « au détail », de proximité, sur le modèle de celle qui avait fait son succès pour son élection au Sénat (le fameux « listening tour » de 1999).

L’objectif est de faire ce qu’elle avait refusé de faire en 2008 car elle le voyait alors comme une tare et non comme un atout : assumer, voire embrasser son genre. Elle a donc décidé de redistribuer les cartes et de jouer celle du genre. En témoigne la manière dont elle s’identifie sur twitter : « épouse, mère, grand-mère… »

Capture d’écran 2015-04-14 à 08.40.25

Il faut dire qu’elle se présente à l’heure où la démographie est favorable à ce type de discours. En effet, alors que la majorité des citoyens en âge de voter sont des femmes (53% en 2012), elles ne détiennent que 19% des sièges au Congrès et ne représentent que 17% du fameux Fortune 500. Dès lors, les préoccupations des femmes (qui travaillent de plus en plus tout en ayant des enfants, qui sont de plus en plus les premiers soutiens de famille, et de plus en plus fréquemment mères célibataires) demeurent peu prises en considération par des législateurs majoritairement masculins.

Les femmes sont encore parmi les acteurs les plus vulnérables de l’économie. D’abord en raison de l’inégalité salariale (il en est pour dire que le nombre de mères célibataires vivant sous le seuil de la pauvreté se réduirait de moitié avec la simple mise en place de l’équité salariale).

Ensuite parce que, alors que dans 6 ménages sur 10 les deux parents travaillent, les coûts de garderie sont prohibitifs. Or un tiers des votants en 2012 avait des enfants de moins de 18 ans .
Dès lors, certains enjeux devraient devenir cruciaux en 2016.

Par exemple, dans un rapport paru au cours de l’automne 2013, l’organisme Child Care Aware établit que, dans 31 des 50 États américains, le coût d’une garderie est plus élevé que celui des premières années d’université (le « College »). Le Pew Research Center, à son tour, avait repris les données de l’organisme pour souligner le coût moyen (et très élevé en fait au regard de nos propres standards) des crèches:

ChildcareCosts_table2

Si cela explique, crise aidant, le fait que 29% des mères américaines demeurent désormais à la maison pour s’occuper des enfants, il reste qu’une majorité demeure sur le marché du travail, et doit composer avec un droit du travail peu avantageux (congés payés non encadrés, prestations sociales variables, temps maximal travaillé par semaine non défini etc…).

Le parti républicain ne s’y trompe pas : le label, forgé en 2012, de la « guerre contre les femmes » continue à affecter son vivier de votes. Hillary Clinton a saisi la balle au bond : et c’est une offensive qu’elle se prépare à mener.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *