La soif du Sud – un drame californien

Le climat est sec en Californie cette année. Très sec.

Bw0HutaIEAEKMA7.jpg-large

Au point où, après 13 mois d’une sécheresse sans précédent, les récoltes sont à certains endroits en péril, où certaines propriétés agricoles retournent en jachère, et l’eau est rationnée.

20140304_ca_trd-638x501

 

 

 

 

 

 

Les images tournées par l’équipe d’AC360 sur CNN sont d’ailleurs assez claires, ajoutant au pompage excessif des eaux souterraines, le risque accru de tremblements de terre :

Pourtant, explique le magazine Mother Jones, certaines marques, comme Aquafina et Dasani, ou Crystal Geyser et ArrowHead embouteillent leur eau en Californie, en pleine zone de sécheresse.

Final-CA-bottling-map_2

 

Même si les proportions d’eau ainsi pompées n’ont rien à voir avec les niveaux d’Eau utilisés pour l’irrigation (80% des ressources de l’État – conformémement à la moyenne du pays), le paradoxe méritait d’être soulevé.

La Californie fait partie de ces États dont le système de régulation de l’usage des nappes aquifères est plutôt laxe et tolère que lorsqu’une entreprise fore et trouve de l’eau, ce qui est ainsi pompé lui appartient.

Final-US-bottling-map_4 

Le droit de l’eau aux États-Unis

En-dehors de la legislation fédérale (Clean Water Act, Water Safe drinking Act), il y a trois grandes familles de droit de l’eau aux États-Unis:

  • Appropriative rights : le droit de “l’Appropriation”, en vertu duquel le premier à s’approprier une ressource en eau en devient le propriétaire légal
  • Traditional riparian rights: l’eau appartient à une “piscine commune”, disponible pour toute personne capable d’y accéder
  • Regulated riparianism: l’eau est propriété publique, gérée par le gouvernement local ou régional

D’après: P. GLEICK, Water: The Potential Consequences of Climate Variability and Change for the Water Resources of the United States – The Report of the Water Sector Assessment Team of the National Assessment of the Potential Consequences of Climate Variability and Change for the U.S. Global Change Research Program, September 2000, p.120.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.