1964-2014. Cinquante ans de guerre contre la pauvreté

Le 8 janvier 1964, LBJ prononçait son premier discours sur l’état de l’Union, et annonçait le début de la guerre contre la pauvreté: “we shall not rest until that war is won”.

Derrière ce discours, il y avait un programme déjà amorcé sous Kennedy. Mais surtout l’histoire personnelle d’un président qui avoue dans son discours n’avoir jamais imaginé qu’il pourrait un jour être là. D’un président qui, enfant, avait vécu la pauvreté et la misère. La honte de devoir dépendre de la charité. La haine de sa propre pauvreté. S’il devait y avoir un président parmi tous pour déclarer “la guerre” à la pauvreté, ça devait être lui.

La pauvreté touchait 1 Américain sur cinq à l’époque. 19% des Américains. Cinquante plus tard, il a baissé de quatre points (en fait il a été beaucoup plus bas à la fin du millénaire) pour revenir à son niveau de 1965.

us-poverty-rate-2

En janvier 2014, c’est donc un enjeu que devra considérer le président Obama dans son programme (qu’il présentera dans son discours sur l’état de l’Union), alors que le nombre de travailleurs pauvres augmente selon  le US Bureau of Labor Statistics.

working-poor

Notamment en raison du fait que la relance de l’économie s’est avant tout appuyée sur des emplois à temps partiel:

economix-08parttimeworkshare-blog480Et le bon de 40% observé entre 2007 et 2010, est particulièrement patent chez les femmes et les jeunes.

graph2

(Selon la définition officielle, le travailleur pauvre est celui qui a travaillé au moins 27 semaines dans une année mais dont les revenus demeurent au niveau ou en deçà du seuil de pauvreté).

Leur paupérisation est accrue par le fardeau fiscal que les États continuent à faire peser sur des foyers déjà au niveau de / en-deçà du seuil de pauvreté:

PovertyMap

Pour autant, le droit du travail demeure inadapté, ancré dans un dispositif datant de 1938 et répondant à des logiques d’un autre siècle. La précarisation et la paupérisation du travailleur doit donc être prise en compte dans une réforme de grande ampleur du salaire minimum notamment, comme l’avance l’Institute for Research on Poverty de l’Université de Wisconsin-Madison, dans un rapport complet en date de décembre 2013.

Ainsi, selon le Census Bureau, à la suite du dernier recensement décennal de 2012:

  • le taux de pauvreté officiel est de 15%.  Soit 46,5 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté (1,3 fois la population canadienne totale!). Certaines organisations élargissent la notion de pauvreté aux “presque pauvres”, qui passent péniblement le seuil de pauvreté, pour réévaluer le taux à 100 millions.

chart-census-poverty.top

  • le taux de 2012 représente une augmentation de 2,7% par rapport aux chiffres pré-récession (2007).
  • le taux est globalement constant dans la plupart des groupes sociaux observés, avec toutefois, une augmentation chez les personnes de plus de 65 ans, les personnes vivant dans le Sud et dans les zones rurales, comme l’illustre cette carte des Centers for Disease Control and Prevention:

07_0091_05lg

  • le taux de pauvreté en 2012 chez les enfants de moins de 18 ans est de 21,8%, alors qu’il est de 13,7 chez les 18-64 ans, et de 9,1% chez les plus de 65 ans.

Et a, bien entendu, une incidence manifeste sur l’accès à la nourriture:

food

Tandis que l’insécurité alimentaire conduit 6% de la population à avoir recours aux bons d’alimentation.food-stamp-record-2012

Et a, bien entendu, des incidences en termes de santé publique.

C’est sans doute la raison pour laquelle Barack Obama a commencé à tester, dans les jours précédant son discours sur l’état de l’Union, l‘idée d’une augmentation par décret du salaire minimum horaires dans les contrats fédéraux, de 7,25 à 10,10 dollars. Car la relance doit aussi, à terme, comporter une dimension keynésienne, la confiance des consommateurs représentant traditionnellement le moteur de la croissance américaine.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.