Obama et la malédiction du second mandat…

C’est un rituel désormais. Alors que la mer devient de plus en plus houleuse pour les présidents alors qu’ils naviguent à vue dans leur second mandat, tout en tentant de mettre le cap sur les livres d’histoires, les observateurs ne cessent d’invoquer la malédiction des seconds mandats.

Et de fait. Si la réélection d’un président sortant est souvent suivie d’un état de grâce, bien souvent, des scandales viennent entacher les «fins de règnes». Au point où Richard Nixon constatait, le lendemain de sa réélection en 1972, que «la plupart des seconds mandats sont désastreux» et qu’il ferait l’impossible «pour que le sien ne le soit pas»… Las. Il échouera: c’est en pleine tourmente du Watergate, déboulonné par la Cour suprême dont il a nommé quatre des neuf membres, désavoué par une population qui ne le soutient plus, qu’il quitte Pennsylvania avenue. Avec moins de retentissement, les seconds mandats de Jimmy Carter (avec, parmi d’autres, l’opération Eagle Claw), Ronald Reagan (frappé par l’affaire Iran-Contra) et de Bill Clinton (avec le Monicagate) ont été aussi   marqués par le «mauvais oeil» du second mandat.

En effet, si les seconds mandats sont théoriquement l’occasion pour un président sortant, (un peu) moins sensible aux pressions électorales,  de marquer l’Histoire, leur bilan décisionnel est souvent décevant.

En son temps, George W. Bush s’était heurté à de multiples écueils avec sa mauvaise gestion de l’ouragan Katrina, l’enlisement en Irak, les affaires de corruption (Delay et Abramoff) et les effets de l’affaire Valerie Plame tandis que son propre parti, à la veille des élections de mi-mandat se faisait plus frileux, le président s’est trouvé  coincé entre une opinion publique qui réclamait des têtes et un parti en campagne électorale. Au point où on pouvait se demander si la présidence impériale qu’il avait réhabilitée avait vécu.

Il y a ceci de commun entre  Obama et W. Bush que leur taux d’approbation réciproques sont particulièrement bas (De 10 points inférieurs à l’année même de leur réélection) au même stade de leur présidence, et tandis que Bush n’a été réélu que péniblement en 2004, Obama a figuré, selon le Pew Research Center, parmi les quelques présidents (à l’instar de Washington, Madison, Wilson, FDR) à remporter leur réélection avec une marge inférieure à leur première élection (et Michèle Obama est bien souvent plus populaire que lui).

L’annus horribilis de Barack Obama repose, à l’instar de Bush et de sa mauvaise gestion de Katrina, sur des erreurs de son administration qui ont été particulièrement perçues par l’opinion publique.

  • L’échange de contrats d’Assurance malade prévu par Obamacare a été plombé par un système informatique défaillant et par le sentiment chez les Américains qu’ils avaient été floués, lorsque beaucoup se sont retrouvés avec des plans de protection moins étendus et plus coûteux qu’auparavant.
  • Alors que Barack Obama jouissait en politique étrangère d’un avantage sans aucun doute lié à l’opération menée pour trouver et assassiner Ben Laden, ses atermoiements sur la Syrie semblent avoir érodé son capital politique dans ce domaine.
  • Son incapacité à faire avancer la réforme de l’immigration, tandis que la sécurisation de la frontière est de plus en plus dure, a ébranlé les Hispaniques qui sont de plus en plus défiants à son égard.
  • La désertion en juin dernier d’Edward Snowden, et surtout la diffusion du niveau de surveillance inégalé et insoupçonné de la NSA ont également fragilisé la confiance des Américains dans l’État fédéral (déjà mise à mal par le Tea Party) désormais devenu orwellien.
  • Les blocages avec le Congrès ont globalement (et aucun parti n’en est exempt) alimenté le cynisme des Américains, de plus en plus désabusés à l’égard de la politique.

Pour autant, statistiquement, il y a un grand risque que cela ne s’améliore pas. Les auteurs s’entendent sur le fait que c’est la sixième année que la malédiction s’abat sur les présidents. Le pire pourrait donc s’abattre sur la Maison-Blanche avec les élections de mi-mandat en novembre prochain. Barack Obama a encore 10 mois pour marquer l’histoire.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.