Du pouvoir. Du drame. De l’argent. Bienvenue à Washington

 

La ville est sous tension. Comme toujours. Mais ce soir un peu plus encore : à la veille d’une paralysie budgétaire sans pareille depuis le tournant de l’année 1995, tous les yeux sont braqués sur Washington…

Graphique de Tammy M. Frisby, Hoover Institution

 

Et tous spéculent sur l’aptitude du Congrès à s’entendre pour éviter la mise au chômage technique d’un grand nombre d’agences gouvernementales (environ 400 000 fonctionnaires au moins dans un premier temps, selon le Washington Post .

Mais ce n’est pas vraiment de cela qu’il s’agit mais bien du repositionnement des deux partis au Congrès sur la scène fédérale.

Or à la Chambre, le Speaker républicain John Boener doit composer avec le Tea party qui constitue une faction extrêmement active, virulente et pugnace. Incapable de fédérer les différentes franges du parti, ou encore de museler les dissidences, Boehner ne peut que constater la division du parti. Et cela vient avec un coût : ce sont les Républicains qui paraissent le plus mal, aux yeux de l’opinion publique (26% d’opinions favorables. John Boehner est tout à fait conscient du coût politique que peut avoir la paralysie budgétaire : il était au côté de Newt Gingrich qui a été le principal artisan – et le bouc émissaire ensuite – de la fermeture gouvernementale de 1995-96. Mais Boehner n’a d’autres choix que de composer avec les radicaux. Cela refléterait également la déroute intellectuelle  du (not so) Grand Old Party.

De l’autre côté, les Démocrates ne peuvent pas céder un pouce. Ou une disposition de l’Obamacare en l’occurrence. Car le prochain champ de bataille est celui du relèvement du plafond de la dette. . Et l’objectif clair pour les démocrates, est de définir les termes de la (prochaine) négociation, plutôt que de se faire promener comme cela avait été le cas en avril 2011. En effet, il y a deux ans, ils avaient fait des compromis considérables éviter la fermeture du gouvernement, et ensuite empêcher la cessation de paiement, finissant par accepter plusieurs milliards en coupes budgétaires – ce dont ils se mordent encore les doigts. Or cette fois-ci, ils ont théoriquement pour eux, selon James Fallows , une triple légitimité : le président démocrate a été réélu l’an passé avec 65% pour des voix (donc plus de 51% – une première depuis Dwight Eisenhower), lors des élections sénatoriales qui se sont tenues au même moment, les démocrates ont gagné deux sièges de plus et ont totalisé plus de 10 millions de vote de plus que leurs adversaires, tandis qu’à la chambre, ils ont gagné 8 voix et 1,7 millions de scrutins de plus que les Républicains.

Pour autant la démocratie américaine a du plomb dans l’aile. Particulièrement lorsque ce qui paraît n’être que des querelles de bac à sable menées par les intimidateurs de la classe est susceptible d’avoir des incidences substantielles  sur l’économie – y compris sur l’économie canadienne .

Il y en a encore pour parier que la Chambre jouera le jeu jusqu’au bout mais finira, à la dernière minute, par adopter une loi de finances temporaire (continuing resolution) exempte des cavaliers budgétaires portant sur l’Obamacare. C’est le moment de ressortir vos ouvrages sur la théorie des jeux… il vous reste trois heures.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.