Black Lives Matter – 2016

Les interventions policières musclées sont-elles en hausse? La militarisation de la police a-t-elle un impact sur la violence des interventions? Y a-t-il plus de morts et de blessés dans le cadre des interventions policières aux États-Unis?

Les chiffres sont difficiles à rassembler, puisqu’il s’agit de plusieurs paliers de gouvernements et de police (municipales, comtés, universitaires, États…) et ce faisant de méthodes de comptabilisation différentes, et que beaucoup ne reportent pas les morts de la même manière. Mother Jones a tenté de faire le point:

  • selon le FBI, 410 personnes ont été tuées par la police depuis 2012.
  • le département de la justice avance qu’entre 2003 et 2009, 2900 personnes sont mortes dans le cadre d’arrestations policières, soit 420 morts par année.
  • les Centers for Diseases Control avancent un chiffre de 460 morts dans le cadre d’interventions policières par an.

Toutefois, selon Mother Jones, il reste beaucoup d’approximations et le portrait est loin d’être clair. Ce qui l’est toutefois, est la disproportion avec laquelle la population noire est touchée – on se souviendra qu’elle représente moins de 13% de la population américaine mais 31,8% des morts par armes à feu selon les CDC.

Source:  http://www.bjs.gov/content/pub/pdf/ard0309st.pdf

Source:
http://www.bjs.gov/content/pub/pdf/ard0309st.pdf

Selon les données du groupe Fatal Encounters, et la carte qu’en a fait Vox, les polices auraient tué « au moins » 2614 personnes depuis le 9 août 2014 – date de la mort de Michael Brown à Ferguson au Missouri :Capture d’écran 2016-07-08 à 13.48.29

Et parmi ces morts, la population afro-américaine y est surreprésentée selon les données compilées par Mother Jones:

Capture d’écran 2016-07-08 à 15.02.52

 

 

Ferguson, symptôme d’un mal d’Amérique

Mise à jour du billet posté le 24 novembre

Le grand jury a tranché : le policier blanc Darren Wilson ne fera lobjet d’aucune poursuite judiciaire pour avoir abattu en août dernier le jeune Michael Brown. Déçus, furieux, mais surtout inquiets pour leur avenir, les manifestants ont exprimé hier soir leur rage dans les rues de Ferguson, comme le craignaient les autorités et les parents de Michael Brown.

 Par Zoé Barry – @ZoeBarryBeylotFile0004

Le 9 août dernier, accompagné d’un ami, le jeune Afro-Américain de 18 ans, Michael Brown, croise un véhicule de police avec à son bord, Darren Wilson. Suite à une altercation dont les tenants restaient jusqu’alors incertains, Michael Brown se retrouve à terre, quatre balles dans le bras, deux dans la tête. S’en sont suivi quatre mois d’attente et de manifestations.

Hier soir, les habitants de Ferguson retenaient leur souffle. Puis le verdict est tombé. Dénonçant d’abord la recherche de sensationnalisme des médias, le procureur McCulloch a annoncé qu’au regard des nombreux témoignages, rapports et documents, le grand jury a conclu que Darren Wilson avait agi en légitime défense.

Barricadés dans le commissariat de Ferguson, les parents du jeune défunt ont exprimé leur déception, priant les manifestants d’exprimer «leur frustration par des moyens qui apporteront un changement positif». Malgré leurs appels au calme, Ferguson s’est embrasée et les manifestations initialement pacifiques ont dégénéré. Bâtiments incendiés,  coups de feu, gaz lacrymogènes, équipements et véhicules anti-émeutes, une véritable colère s’est exprimée hier soir dans la petite ville du Missouri.

Une fois de plus, les policiers avaient sorti l’artillerie lourde. Quelques jours plus tôt, l’état d’urgence avait déjà été déclaré et la Garde nationale déployée. Désormais, le gouverneur Jay Nixon prévoit ainsi d’envoyer des troupes supplémentaires pour faire face à des manifestations qui pourraient être d’une violence inédite.

 enhanced-buzz-2228-1416580394-19

Symbole d’un combat mené par toute une communauté contre la discrimination raciale, la mort de Michael Brown n’est pas sans rappeler les émeutes à Los Angeles en 1991 après le passage à tabac de Rodney King par des officiers du LAPD. Loin d’être un acte isolé, ces événements mettent effectivement l’accent sur la brutalité et l’impunité policière aux Etats-Unis.

Données de Mother Jones – Morts dans le cadre d’arrestations policières:

Sans titre1

Sans titre

Cette lutte prend à nouveau tout son sens après qu’un enfant afro-américain de 12 ans ait été abattu avant-hier par la police de Cleveland (Ohio) alors qu’il jouait avec un pistolet à billes. Par-dessus tout, Ferguson lève le voile sur une Amérique rongée par la discrimination raciale et par une ségrégation toujours bien présente dans les faits, comme l’a souligné en août dernier le Comité onusien pour l’élimination de la discrimination raciale. Ferguson en est emblématique : 3/4 des habitants sont Noirs, le taux de pauvreté s’élève à 22% et le Comté de Saint-Louis, dont Ferguson fait partie, se place au 15e rang des villes américaines les plus ségréguées.

 20101

La décision laisse ainsi planer un sentiment d’injustice pour la communauté afro-américaine. D’autant qu’au niveau fédéral, sur 162 300 cas soumis à un grand jury, seuls 11 ont conduit à une inculpation. Et au cours des 10 dernières années, 10 des 13 cas (excluant celui dont on parle ici) d’homicide impliquant des policiers n’ont pas fait l’objet de procédure judiciaire et les 3 autres ont donné lieu au même résultat: aucune inculpation. Ferguson semble donc faire la démonstration, si besoin était, de la prégnance de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Mais cela pourrait également alimenter l’émergence d’un nouveau mouvement et de nouveaux leaders d’une communauté qui peine encore, 150 ans après l’abolition de l’esclavage et 50 ans après les mouvements de lutte pour les droits civiques à obtenir l’égalité raciale.

 

« I have a dream »… 50 ans plus tard.

 

Du haut des marches du Lincoln Memorial à Washington, c’est un président noir qui a pris la parole ce 28 août… Cent cinquante ans après la proclamation d’émancipation mettant fin à l’esclavage… Cinquante ans jour pour jour après que Martin Luther King ait mené une marche et prononcé son célèbre discours devant 250000 activistes rassemblés sur le Mall… Six mois (oui, SIX !) après que le Mississippi ait enfin ratifié l’abolition de l’esclavage… Dix-huit mois après la mort de Trayvon Martin et 40 jours après l’acquittement de son assassin.

Martin Luther King I have a dream (sous-titres…

Lorsqu’il prononce son discours à Washington, en août 1963, le docteur King donne une impulsion sans précédent à la lutte pour les droits civiques au point même où un mémo du FBI en date du 30 août, indique qu’il s’agit là « du plus dangereux des nègres » (sic) pour la sécurité nationale.

1

Il faut dire que les Etats-Unis sont, dans les années 60, marqués par de profondes lignes de fractures et que le Sud-Est peine à s’ajuster à une réalité qu’il refuse. Au Mississippi, alors, il se pratique encore une forme de servage  où, malgré l’abolition de l’esclavage un siècle plus tôt, un certain nombre de familles afro-américaines, sont maintenues dans l’ignorance et continuent à être asservies, battues, terrorisées. Medgar Evers est d’ailleurs assassiné seulement deux mois avant que King ne mène la marche vers Washington. Or la lutte pour les droits civiques s’intensifie au cours de l’année 1963 (elle culminera et trouvera une résonance nationale avec le Freedom Summer au cours de l’année suivante). Elle mènera à l’adoption l’année suivante du Civil Rights Act puis l’année d’après à l’adoption du Voting Rights Act.
Mais aussi à la mort de MLK, tombé sous les balles d’un suprématiste blanc, au Lorraine Hotel à Memphis, au Tennessee, cinq ans plus tard.

2

Photo © Élisabeth Vallet 2008

Aujourd’hui encore, rien n’est joué. Une partie du Voting Rights Act a été invalidée en juin dernier  par la Cour suprême. Et les acquis en termes d’égalité demeurent fragiles et même parfois illusoires. La symbolique de l’élection d’un président afro-américain était forte (mais en un sens, la prégnance de la mouvance du Tea Party l’est tout autant) et c’est sans doute dans cet esprit que le président Obama a inauguré, il y a deux ans, un mémorial non loin de là, en l’honneur du Pasteur King. Car la progression de l’extrême droite aux Etats-Unis est réelle.

3

source : Southern Poverty Law Center 2012

Une image qui raconte l’atmosphère des années 60 dans le Sud des Etats-Unis : le docteur King retire une croix brûlée de son jardin, avec son fils à ses côtés. 1960, Atlanta, Georgia.

4

source

Jerry Mitchell. Un « Juste » de la lutte pour les droits civiques

En ce jour d’investiture présidentielle, symbolique à plus d’un titre mais notamment parce que c’est également le jour de commémoration de Martin Luther King, parlons de Jerry Mitchell.


Symboliquement, pour la première fois qu’une femme, Myrlie Evers, n’appartenant pas au clergé, prononcera la prière publique d’ouverture : elle est la veuve de Medgar Evers, assassiné au Mississippi en 1963 par un membre du KKK, deux fois acquitté – avant d’être finalement condamné… trente ans plus tard.

 

Jerry W. Mitchell est un journaliste d’enquête au Clarion-Ledger , un journal publié à Jackson au Mississippi. On parle de lui – encore aujourd’hui – comme d’une « balle perdue », d’un « traître blanc » à expulser sur un rail avec du goudron et des plumes mais aussi comme du « Simon Wiesenthal du Sud ». Il y a de très nombreux héros de la bataille pour les droits civiques dans le Sud, MLK en fait partie, les leaders du NAACP assassinés par le KKK aussi, de même que tous ceux qui en ont été victimes.

Jerry Mitchell lui serait un des « Justes ». Depuis 1989, méticuleusement, recoupant les informations, avec ténacité, il a permis de mettre derrière les barreaux quatre membres du KKK pour des meurtres commis entre 1963 et 1966.

  • Byron De La Beckwith, pour l’assassinat de Megar Evers
  • Sam Bowers, responsable de l’attentat contre Vernon Dahme
  • Bobby Cherry, pour l’attentat à la bombe de 1963 contre une église de Birmingham
  • Edgar Ray Killen, pour sa participation à l’assassinat de James Chaney, Andrew Goodman et Schwerner (immortalisés dans Mississippi Burning)

On comprend donc qu’il ait reçu la médaille du courage Ralph McGill, et qu’il collectionne les récompenses.

Depuis 1989, Mitchell est une équipe de « Cold case » à lui tout seul. Il ne correspond pourtant pas forcément à l’idée que l’on pourrait se faire d’un chasseur du Klan : c’est un « blanc chrétien pratiquant typique du Sud travaillant pour un journal qui, à une époque a été tellement pro-ségrégation qu’il produisant des éditoriaux contre les adversaires du lynchage » selon les termes mêmes de Mother Jones. Le Clarion-Ledger, longtemps la voix du Klan, a opéré un virage au début des années 1970 sous l’impulsion Rea Hederman (aujourd’hui à la célèbre New York Review of Books) et lorsque Mitchell est arrivé au Clarion-Leger, le tournant avait été pris : c’est lorsque le rédacteur en chef lui a demandé de couvrir en 1989 la première de Mississippi Burning dit-il, que lui a accompli sa propre révolution.

Il sortira dès le mois de septembre 1989 ses premiers papiers d’enquête, sur le rôle de la Commission de la souveraineté, un organe créé en 1956 pour promouvoir la ségrégation.

La « Mississippi State Sovereignty Commission » était une administration fédérée donc une agence publique, dirigée par le gouverneur du Mississippi. Entre 1956 et 1977,  la Sov-Com avait ainsi pour rôle officielde protéger la souveraineté du Mississippi, notamment de l’ingérence fédérale. Officieusement, elle avait pour objectif de promouvoir la ségrégation raciale et l’image de l’État. Pour ce faire, elle avait été dotée de pouvoirs d’enquêtes considérables, et de moyens d’écoute et de surveillance. Ses archives  ont été rendues progressivement publiques à partir de 1998.

Joe Treen raconte d’ailleurs comment Mitchell procède avec les membres du KKK : il les rencontre, les écoute, les fait parler. C’Est ainsi qu’en 1999, Cherry, l’un des suspects de l’attentat à la bombe contre une école de Birmingham (tuant quatre petites filles), accepte de rencontrer Mitchell pendant plusieurs heures. Il explique alors au journaliste qu’il a un alibi, qu’il était à la maison, qu’il regardait de la lutte à la télévision ce soir là. Mitchell fait par la suite des recherches sur l’horaire de télévision, dans les archives du Birmingham News d’abord, puis auprès des réseaux ensuite. Simplement pour vérifier qu’il n’y a pas d’erreur : il n’y a pas eu de lutte diffusée cette nuit là. Ni d’ailleurs dans les mois précédents. C’est l’article écrit à partir de ces éléments qui a permis de rouvrir le cas – clôt en 1965 – et en mai 2002, Cherry était condamné à la prise à perpétuité.  Mais ce n’est que lorsque Beckwith sera inculpé en 1990 (il sera condamné en 1994) que Mitchell finira par avoir les coudées franches pour poursuivre ses enquêtes.

Ainsi, le rôle de Mitchell dans la mémoire de cette période a été crucial, plus de trente ans après les faits.