Coup d’envoi de l’année électorale aux États-Unis: première étape, l’Iowa

Coup d’envoi de l’année électorale aux États-Unis : première étape, l’Iowa

paru dans Le Devoir, 31 décembre 2011

3 janvier 2012. Comme chaque année bissextile depuis 1976, l’Iowa ouvre l’année électorale sous les feux de la rampe : c’est à ce petit État du Midwest que revient la tâche d’adouber, sur la route vers la Maison Blanche, les candidats à l’investiture de l’un et l’autre des partis. Les caucus de l’Iowa jouent en effet un rôle clé depuis que le parti démocrate et le parti républicain ont choisi tous deux d’en faire le coup d’envoi du cycle électoral présidentiel, et surtout depuis que Jimmy Carter, méconnu du grand public, y a tout misé en espérant percer le sérail des politiciens établis… avec succès – le fameux « Jimmy qui? » étant devenu président. Le processus employé – les caucus – y est pratiqué depuis 1840, parfois contesté, mais il donne à cet État de trois millions d’habitants une aura inégalée, parfois déconnectée de la réalité. Car le vote qui se déroulera le 3 janvier est un symbole, que les médias et les façonneurs d’image magnifient et dans lequel s’abimeront près de la moitié des candidats.

Un scrutin symbolique

Tant les Républicains que les Démocrates y tiendront des caucus. Les premiers parce qu’ils doivent commencer à départager lequel de Mitt Romney, Ron Paul, Newt Gingrich ou Rick Perry (pour ne citer que ceux qui caracolent en tête des sondages) pourra mener le « Grand Old Party » à la Maison-Blanche. Les seconds parce qu’ils veulent capitaliser sur l’attention médiatique dont bénéficie l’Iowa pour manifester leur soutien à Barack Obama (faute de concurrents démocrates dans cet État) et commencer à marquer des points en vue de la campagne générale de l’automne.

Pour autant seul 16% de l’électorat de cet État s’est prononcé en 2008, ce qui ne représente qu’une infime fraction des 3 millions d’habitants, et qui ne donnera que 28 des 2286 délégués de la convention républicaine qui se tiendra à Tampa en Floride cet été pour élire le candidat à la présidence. Le 3 janvier, seuls les électeurs dûment enregistrés comme « républicains », âgés de 17 ans et demi et plus pourront se prononcer dans leur caucus de circonscription de vote. Réunis dans un sous-sol d’église, une école, une salle communautaire, un restaurant, voire chez des particuliers, ils ouvriront la séance en votant, à bulletin secret, pour l’un ou l’autre des candidats de leur parti. Mais les 28 délégués qui seront nommés pour se rendre effectivement à la convention nationale du parti ne le seront véritablement qu’entre le 29 avril et le 16 juin prochain.

En effet le votation qui se déroule dans trois jours et dont les résultats seront diffusés le 4 est directement liée à la présence des médias : depuis le phénomène Carter, l’Iowa a compris qu’il pouvait influencer l’investiture tandis les retombées financières étaient mirifiques (multipliées par dix depuis 1976) : dès lors, les caucus tiennent un scrutin strictement symbolique mais hautement médiatisé qui ne liera pas les délégués qui seront désignés dans un deuxième temps.

Un tremplin ou un abîme?

Depuis 1976, date à laquelle l’Iowa est vraiment devenu pour les deux partis la première étape du cycle électoral présidentiel, la règle (statistique) veut qu’il faille gagner l’Iowa ou le New Hampshire (qui se déroulera le 10 janvier) pour remporter l’investiture de son parti. Cette première étape est importante (il suffit de penser à Jimmy Carter en 1976 ou à Mike Huckabee en 2008) : ainsi, l’équipe d’Hillary Clinton en 2008 avait commis un grand nombre d’erreurs (comme ignorer le processus d’allocation des délégués de Californie, ou considérer Edwards comme son principal, voire unique, concurrent) dont la plus grande aura sans doute été de négliger l’Iowa : l’arrivée en tête du scrutin de l’Iowa de Barack Obama, alors qu’Hillary Clinton finissait troisième derrière John Edwards, a complètement – et irrémédiablement – redistribué les cartes. Pourtant cette étape n’est pas toujours décisive : Bill Clinton, qui avait négligé les deux, a pu en 1992 remonter la pente et emporter l’investiture de son parti – d’où sa réputation de « comeback kid ».

L’Iowa peut être autant une tremplin qu’un trou noir dans lequel s’évanouiront les candidats qui ne sont pas parvenus à y faire leur marque. Le départ du chef de campagne local de Michele Bachman vers l’équipe de Ron Paul paraît ainsi enterrer les aspirations de l’égérie du Tea Party. Le porte-à-porte de Rick Santorum, les investissements massifs de Rick Perry n’auront pas suffi à les amener dans le peloton de tête : à l’inverse Ron Paul et Mitt Romney ont des réseaux établis de longue date et c’est probablement la combinaison de ce travail de terrain et d’investissements publicitaires (appuyés en cela par leurs super PACs) qui feront la différence.

Un indicateur non négligeable

L’Iowa est en réalité un indicateur, qui doit être compris comme le premier pilier d’un ensemble de quatre scrutins qui font de janvier le mois déterminant du cycle de primaires républicaines. À ce titre, tandis que Paul et Romney se disputent le petit État du Midwest, Romney paraît très en avance au New Hampshire. Si ces deux États ne désignent pas le même candidat, il appartiendra alors à la Caroline du Sud (le 21 janvier) et à la Floride (le 31 janvier) d’indiquer la tendance. En effet, statistiquement, lorsque les deux premiers scrutins (appelés « First-in-Nation ») ne parviennent pas à s’accorder, c’est traditionnellement la Caroline du Sud qui donne le ton. Or, en Caroline, à l’heure actuelle (mais 20 jours sont une éternité en politique) Newt Gingrich surfe aisément devant les autres candidats. On se tournera alors vers la Floride (le 31 janvier), État clé de la campagne générale, État dissident (car ne respectant guère les règles définies par les partis nationaux), profondément affecté par le chômage et les saisies de maison (pratiquement le plus haut taux au pays) et l’anxiété économique. Ces quatre États précurseurs ne peuvent pas être plus distincts les uns des autres. Pour autant, l’Iowa représente assez bien les préoccupations contemporaines des Américains et c’est sans doute la raison pour laquelle, malgré tout, il bénéficie aussi de l’attention médiatique. Souvent dépeint comme majoritairement blanc, rural et religieux, l’Iowa est en effet plus proche de la réalité américaine. Certes le taux de chômage est plus de deux points inférieur à la moyenne nationale, mais la population hispanique est en hausse (elle a augmenté de 84% en 10 ans), l’agriculture moins pesante (moins du tiers des habitants sont agriculteurs et les manufactures constituent un tissu économique important pour l’État), et des 60% de ceux qui se disaient born-again et fondamentalistes chrétiens en 2008, il n’en reste que 38% aujourd’hui. Ainsi, si l’économie demeure un souci des Iowais, l’immigration y est devenu un enjeu crucial, au même titre que dans le reste du pays : les débats qui s’y déroulent ont donc une résonance nationale – les 7,6 millions de spectateurs d’ABC – une première cette année – lors du débat du 10 décembre en témoignant.

Il revient donc à l’Iowa de « détecter » un candidat présidentiable, consensuel : 35% des Républicains disent qu’ils voteront pour le candidat qui a le plus de chances de gagner l’élection générale, même s’ils sont en désaccord avec lui. Alors que, peut-être de manière contre-intuitive,  près de la moitié des républicains se perçoivent comme modérés et alors que l’électorat américain compte de plus en plus d’indépendants, la volatilité de l’électorat de l’Iowa (très hésitant depuis plusieurs mois) reflète une tendance nationale : il rend compte tant des fractures profondes du parti républicain que des préoccupations des Américains, inégalement affectés par la crise économique mais très anxieux lorsqu’ils regardent l’avenir.

Élisabeth Vallet, professeure associée au Département de géographie de l’UQAM et auteure, avec Karine Prémont, de l’ouvrage Les élections présidentielles américaines (Septentrion), à paraître en janvier et Charles-Philippe David, titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand et coprésident de l’Observatoire sur les États-Unis de l’Université du Québec à Montréal.

À quelques jours des caucus de l’Iowa, le taux de participation en question

À la veille des caucus de l’Iowa, le 3 janvier prochain, se pose la question du taux de participation. Du côté démocrate, les caucus serviront plus de grand-messes à la gloire d’Obama (faute d’adversaire), de ralliement en vue d’un positionnement stratégique pour les élections du 6 novembre prochain. C’est essentiellement symbolique mais, puisque les caméras seront toutes tournées sur le petit État de 3 millions d’habitants, le parti démocrate entend en profiter. Côté républicain par contre, les caucus de l’Iowa sont une des clés de la primaire (tout comme le seront les primaires du New Hampshire, de Caroline du Sud et de Floride).

Le taux de participation tourne en général autour du tiers de la population en âge de voter pour les caucus. On ne peut pas établir de corrélation entre le taux de participation en janvier et celui de novembre prochain mais globalement l’Iowa appartient aux États où les électeurs se mobilisent le plus (le 5e en 2008).

 

source:http://www.nonprofitvote.org/voter-turnout-2008.html

Vous avez dit vice-président?

On commence à spéculer sur les possibles candidats à la vice-présidence côté républicain, histoire d’imaginer que le « ticket » du GOP puisse devenir un peu plus convaincant, un peu plus sérieux, un peu plus pétillant que ce que laisse supposer l’actuelle course… aux prises avec un candidat un peu usé mais riche, un peu mormon mais assez consensuel comme Romney, un politicien expérimenté mais tout à la fois affabulateur et assez égocentré comme Gingrich, un libertaire convaincant mais tout à la fois trop marginal et parfois trop extrême comme Ron Paul (pour ne citer que ceux qui caracolent en tête des sondages des trois premiers scrutins, les plus importants pour amorcer l’année électorale). Le florilège de Newsweek est particulièrement intéressant:

  • Susana Martinez, gouverneure du Nouveau Mexique, parce que femme et hispanique, elle permettrait de gagner les suffrages de minorités influentes et qu’elle a su faire sa marque dans le discours conservateur?
  • Marco Rubio, sénateur de Floride, dont les parents ont immigré de Cuba, qui est donc capable de drainer avec lui l’influente communauté cubaine de Floride, mais aussi les hispanophones. Il séduit globalement tant par sa stature que par son discours.
  • Nikki Haley, fille d’immigrants indiens, elle appartient au clan des « mamas grizzlis » et a pris remporté le poste de gouverneur en Caroline du Sud
  • La sénatrice du New Hamsphire Kelly Ayotte, incarne un tea party très « nouvelle angleterre » 2.0 – Romney la fait figurer dans sa liste de noms pour la vice présidence.

Par contre, il semble que des hommes comme Paul Ryan, leader – originaire du Wisconsin –  intellectuel du parti républicain, le gouverneur du New Jersey Chris Christie, tout comme l’ancien ambassadeur en Chine et ancien gouveneur de l’Utah Jon Hunstsman, ne soient pas envisagés pour jouer un rôle de second couteau mais bien une influence plus importante, et à plus long terme.