Laissez le bon temps rouler

Aujourd’hui en Louisiane, s’est déroulée  une des dernières grandes primaires du Deep South, ces États confédérés qui cultivaient le coton et qui sont restés marqués par leur histoire. La victoire, par près de 20 points, de Santorum y est massive. Rick Santorum a en effet emporté très largement l‘appui de toutes les couches de la société louisaniaise, à l’exception des plus riches et des moins croyants.

Pour autant la victoire de Santorum pourrait ne pas aisément se traduire en délégués. Sur les 46 délégués de Louisiane:

  • 25 délégués « at-large » dont cinq sont déjà désignés comme non-liés (uncommitted)
  • 18 délégués désignés par districts congressionnels (et qui le seront dans les semaines à venir et à compter du 28 avril) et qui pourront (ou pas) être liés
  • 3 délégués automatiques qui ne sont pas liés
Toute la question est de savoir si, une fois tous les résultats des bureaux de vote dépouillés, Mitt Romney atteint, ou non, les 25%. S’il se situe en deçà, il ne pourra pas obtenir une fraction des 20 délégués at-large et tous iront à Rick Santorum.
Quoiqu’il en soit, Rick Santorum continue à marquer sa différence, et l’incapacité de Mitt Romney à séduire la Bible belt, particulièrement en Louisiane où les Catholiques représentent un peu moins du tiers des électeurs et les Évangéliques un peu plus de la moitié de la population de la Louisiane.
Les résultats montrent également pour l’instant que les indécis ont finalement opté pour Santorum… (on peut au demeurant se demander si la fameuse gaffe d’Eric Fehrnstrom, conseiller d’Obama, sur l’écran magique « Etch A Sketch » des primaires qu’il suffirait d’effacer pour repartir à zéro après la convention, a eu une incidence).

À Milwaukee au Wisconsin où il fait déjà campagne, Santorum a appelé à sa rescousse les fantômes de la convention de 1976 arguant du fait qu’en nommant le modéré, le GOP perdrait (Ronald Reagan avait perdu l’investiture face à Gerald Ford, qui incarnait l’aile modérée du parti et ce dernier avait perdu l’élection générale face à Jimmy Carter).

 

I am not a crook – Corruption, mensonges et élections

 

Dès 1796, c’est la cession d’un territoire de près de 142 000 kilomètres carrés (et couvrant à peu près les territoires de l’Alabama et du Mississippi)  qui secoue la vie politique américaine, aboutissant avec une décision en cour suprême (Fletcher v. Peck) : en effet le territoire du Yazoo a été cédé, sur fonds de corruption de tous les membres du Parlement de la Georgie, de deux sénateurs des États-Unis et d’un magistrat de la Cour suprême à un prix dérisoire. Si l’histoire du 19e siècle est ainsi émaillée d’affaires de corruption d’hommes politiques comme l’a fort bien expliqué par exemple l’américaniste Marie-France Toinet dans ses ouvrages.

Il faudra attendre la présidence de Theodore Roosevelt pour voir évoluer les choses pour la première fois. En effet, Teddy Roosevelt, inquiet de l’influence des grandes entreprises dans le processus électoral, est à l’origine d’une loi prohibant les dons des grandes entreprises dans les élections fédérales : l’interdiction formulée par le Tillman Act, adopté en 1907 par le Congrès, est étendue aux associations syndicales en 1947, avec la loi Taft-Hartley. En 1910, le Federal Corrupt Practices Act (dit Publicity Act) est la première loi fédérale contraignant les partis politiques à révéler l’origine des fonds qui leur sont versés pour des campagnes électorales au Congrès. Elle est amendée en 1911 pour imposer aux candidats de présenter des états financiers sur  « de manière à exiger que tous les candidats aux élections fédérales présentent les états financiers de leur campagnes électorales, incluant les primaires.

Cette loi ne parvient pourtant pas à prévenir le scandale du « Teapot Dome », une affaire de pots-de-vin de compagnies pétrolières à des officiels fédéraux. Le Federal Corrupt Practices Act de 1925 amende donc le Publicity Act en établissant des limites de dépenses pour les candidats aux élections congressionnelles et en renforçant les exigences de transparence. En 1939, le Hatch Act encadre l’implication politique des employés des gouvernements fédéral et du district de Columbia (Washington D.C.), des administrations fédérées et locales en lien direct avec des programmes financés par des subsides fédéraux : ils peuvent personnellement contribuer à la campagne d’un candidat en dehors de l’exercice de leurs fonctions, mais ne peuvent pas utiliser de fonds publics à cette fin, et ne peuvent utiliser leurs fonctions pour promouvoir un candidat ou convaincre des électeurs. Les restrictions sont considérables puisque l’affichage ostentatoire d’intentions partisanes dans l’exercice de leurs fonctions, prohibé par la loi, va jusqu’au port d’épinglettes ou de macarons partisans.

Toutefois, l’ensemble des restrictions mises en place n’affecte que très peu les élections présidentielles. Ce que vient changer l’adoption, en 1971, du Federal Election Campaign Act (FECA). Cette loi requiert que les candidats rendent publient leurs sources de financement et la nature de leurs dépenses électorales. En principe, le FECA encadre le financement public et privé de l’ensemble des campagnes électorales fédérales. Pour autant, la corruption est loin d’être éradiquée des élections présidentielles : ainsi, par exemple, en mars 1971, lors de la campagne électorale présidentielle de 1972, le prix du lait augmente de quelques cents pour le bénéfice (plusieurs centaines de millions de dollars) des coopératives laitières américaines qui viennent de promettre au président Nixon une contribution de plusieurs millions de dollars à sa campagne électorale. Tandis qu’il n’existe alors aucune limite aux dépenses que peut effectuer un candidat en vue de son élection, le scandale de Watergate, survenu quelques années plus tard, crée une onde de choc sans précédent.

Car le Watergate est d’abord un scandale électoral. En effet, quelque temps  avant la convention démocrate de 1972, cinq hommes sont arrêtés, alors qu’ils sont en train d’installer un système d’espionnage électronique dans les locaux du Comité national démocrate, au cœur d’un ensemble d’immeubles nommés le Watergate. À la  veille de la campagne électorale, le parti démocrate choisit d’instrumentaliser et de capitaliser sur l’événement. Mais c’est une commission d’enquête du Sénat qui, en 1973, obtient l’ensemble des éléments : les proches collaborateurs du président Nixon ont orchestré cette effraction et ont délibérément cherché à couvrir leurs traces. Nixon nie toute connaissance de l’affaire et « démissionne » ceux qui sont impliqués. Cependant, lorsque l’on découvre que toutes les conversations qui se tiennent dans le bureau ovale sont enregistrées, la justice demande les bandes ; Nixon invoque le privilège de l’exécutif et démet le procureur spécial qui devient trop insistant. Sommé par la Cour suprême de soumettre les bandes magnétiques, Nixon finit par les remettre et sonne le glas de sa présidence, puisque les enregistrements prouvent hors de tout doute que le président est impliqué dans ce délit. Dans le même temps, les bandes révèlent des financements électoraux dont on a voulu occulter l’origine. Le Congrès amorce une procédure de destitution (impeachment) mais Nixon démissionne avant que la chambre se prononce. C’est donc un besoin de purger la vie politique et de lui redonner une plus grande transparence qui conduit à l’amendement de la loi de 1971.

La fin de la présidence de Nixon permet de révéler un ensemble de pratiques électorales douteuses comme l’explique très bien John Blake :

Il cite des pratiques comme celle qui consistait à aller voir les grosses entreprises, et à leur dire de contribuer à la campagne électorale du président, car ces dernières ne pouvaient pas vouloir être « opposées à l’administration en place » (you don’t want to be against us) pour conclure : « ça s’appelle de l’extortion ». Au point où littéralement, des sacs d’argents étaient apportés au bureau de la campagne (il cite pour ce faire Gerry Keim, qui est à la tête du département de gestion de l’école de commerce de l’Université Arizona State), car les corporations étaient menacées d’audit fiscal. Le chantage fonctionnait bien, et Nixon renvoyait l’ascenseur.

C’est un électrochoc pour la société américaine qui éprouve le besoin de moraliser la vie politique. Et le Congrès, qui a retrouvé l’ascendant sur la présidence, décide de durcir les dispositions du FECA. Il enclenche une ère de réformes importantes pour la démocratie américaine en mettant en place, en 1974 et 1979, la Commission des élections fédérales (FEC) qui est chargée de la mise en œuvre effective des lois sur le financement électoral ainsi que de l’allocation des fonds publics aux élections présidentielles. L’idée était de limiter les montants donnés aux campagnes électorales. Ces mesures ont un but, celui d’intéresser de nouveau les citoyens aux élections et d’accroître le taux de participation.

 En 1976, par la décision Buckley v. Valeo, la Cour suprême précise les contours du FECA dans une décision qui préfigure celle de 2010. Elle a estime que les plafonds de dépenses définit par le FECA sont inconstitutionnels, à l’exception de ceux acceptés volontairement par les candidats, notamment parce qu’ils portent atteinte à la liberté d’expression, telle qu’elle est définie par la Constitution. Par contre, le plafonnement des contributions privées a été jugé conforme à la Constitution pour enrayer le clientélisme électoral. Par contre la Cour ouvre une brèche en autorisant l’usage de soft money pour les « communications électorales » que la loi de 1979 conforte en créant une niche permettant aux partis politiques d’obtenir des dons substantiels via les comités 527 pour financer indirectement la campagne électorale des candidats aux élections fédérales: il n’y a alors pas de limites à ce que les partis peuvent recueillir ni à la façon de le dépenser. La question de leur compatibilité avec le BCRA a d’ailleurs été posé à la FEC par les républicains, début 2004, un groupe d’organisations démocrates ayant indirectement appuyé John Kerry en attaquant le président Bush par le biais de publicités télévisées, au prix de plusieurs millions de dollars mais la décision de la FEC, rendue le 13 mai 2004, donne raison aux démocrates.

Ainsi le dispositif demeure imparfait et n’empêche pas l’explosion des dépenses électorales et le poids croissant des lobbies.

Preuve en est, en 1996, l’utilisation des résidences officielles pour accueillir les plus généreux des bailleurs de fonds électoraux. L’affaire est révélée par un article du New York Times en avril 1998 et porte sur l’élection de Clinton en 1996 : en effet, deux compagnies américaines auraient effectué des transferts illégaux de technologie au profit de la Chine tandis que le lien entre l’approbation par le président du lancement d’un satellite américain par les Chinois et le patron de l’entreprise en cause, Loral Space and Communications, et également l’un des généreux donateurs du parti démocrate, est probant. Il a très vite été établi par les journalistes, et notamment Jeff Gerth auteur du scoop : la campagne de Clinton aurait-elle été financée par la Chine ? Bien que le ministère de la Justice ait statué sur l’absence de corruption, des commissions d’enquête parlementaires et des journalistes ont continué à enquêter, sans résultat évident mais le parfum de corruption est toujours là. C’est également ainsi qu’en récompense de leur appui les plus gros contributeurs aux campagnes électorales ont pu voyager à bord de l’Air Force One, faire partie de missions commerciales à l’étranger, ou encore dormir dans la chambre Lincoln à la Maison-Blanche. La pratique est courante mais lorsque que les médias se sont emparés de l’affaire, la Maison Blanche a été obligée de publier la liste des personnes ayant été accueillies dans la chambre de Lincoln à la suite de l’entrée en fonction des présidents. De la même manière, en juillet 2002, la Maison Blanche a publié une liste des hôtes de la chambre de Lincoln depuis l’entrée en fonction du président Bush en 2001. C’est ainsi, selon l’Associated Press, que six gros donateurs de la campagne électorale (effectuant des levées de fonds supérieures à 100 000 dollars) sont dans cette liste. Rebelote en 2012, c’est cette fois-ci le Washington Post qui met le doigt sur le phénomène: les plus gros donateurs ont un accès garanti aux événements de la Maison-Blanche.

Il faut attendre 2002 pour que les choses évoluent de nouveau. En effet, au début de l’année, la 7e plus grosse entreprise américaine Enron fait faillite, sombrant dans deux scandales. Le premier était d’ordre financier : les dirigeants d’Enron trafiquaient des comptes pour augmenter leurs bénéfices et la cote de l’entreprise en bourse, engloutissant ainsi les fonds de pension de milliers de petits épargnants. Le deuxième scandale est politique. Enron finançait les deux principaux partis politiques américains dans le but d’accélérer la déréglementation du secteur de l’électricité et de gagner de nouveaux marchés. Enron versait de l’argent au président démocrate Bill Clinton d’un côté et au président républicain de la Chambre des représentants Tom Delay de l’autre. Le premier assurait la promotion de l’entreprise lors des missions à l’étranger et le second avait par exemple soumis un projet de loi visant à déréglementer le marché de l’électricité. C’est toutefois sous W. Bush que tout implose, et c’est lui qui est éclaboussé par le scandale ; or le 6 novembre 2002, pour que le Bipartisan Campaign Reform Act vienne compléter le dispositif. Connue sous le nom de ses géniteurs (deux sénateurs, le républicain d’Arizona John McCain et le démocrate du Wisconsin Russ Feingold), cette nouvelle loi réglemente substantiellement le financement électoral : le plafonnement des contributions électorales, l’encadrement des dépenses électorales, le financement public des élections présidentielles et la transparence des comptes de campagne.

Mais elle a un effet pervers et les candidats renoncent de plus en plus fréquemment au financement public de façon à ne pas se voir imposer de seuil de dépenses. Il faut dire que la limite imposée par l’utilisation du financement public ne correspond plus au coût réel des campagnes électorales. Ainsi John Connally (1980), Steve Forbes (1996 et 2000), John Kerry (2004) et George W. Bush (2000 et 2004), Barack Obama (en 2008) (ainsi que John McCain pour les primaires) ont renoncé au financement public. D’ailleurs George W. Bush a été le premier candidat à obtenir la magistrature suprême sans fonds publics.

Une série de décisions juridictionnelles, rendues entre 2009 et 2010, par la Cour d’appel fédérale du DC  et la Cour suprême (Emily’s List v. FEC, Citizens United v. FEC, SpeechNow.org v. FEC), auxquelles s’ajoutent deux avis de la FEC, viennent progressivement modifier le paysage électoral, même si, comme l’explique un rapport complet du CRS en date de 2011, un grand nombre de dispositions demeurent intactes.

En effet, la décision (5 contre 4) de la Cour suprême de janvier 2010, invalide les dispositions du FECA qui interdisent aux entreprises et syndicats de financer des dépenses indépendantes (independent expenditures) et des communications électorales. Ainsi ces personnes morales peuvent donc directement (alors qu’auparavant cela devait se faire par le biais des PACs) financer des publicités soutenant ou décriant tel ou tel candidat ou simplement évoquant leurs noms.

Les Super PACs – dont l’origine réelle demeure l’objet de débats – qui sont des PACs qui peuvent disposer de contributions non limitées (résultat de la décision SpeechNow) afin de financer des dépenses indépendantes seulement (résultat de la décision Citizens United) mais doivent théoriquement les divulguer à la FECthéoriquement car le détour des fonds par des groupes caritatifs relevant de la clause 501c(4) et (6) permet de contourner l’obligation.

Dépenses – Février 2012

Il faut cependant noter, à l’instar du Congressional Research Service, que ces arrêts ne touchent que les dépenses indépendantes et les communications électorales mais pas l’interdiction qui est faite aux corporations et syndicats de contribuer directement aux campagnes électorales fédérales:

Ce n’est pas dans le cadre des élections présidentielles que le pire est à craindre, selon Professeur Hasen,  puisque l’affluence des dépenses aura pour bénéfice d’informer la population, mais bien dans le cadre des législatives. Pour essayer de réduire l’influence extérieure dans le processus électoral que le président Obama redoutait dans son discours sur l’état de l’Union la même année, un projet de loi (Le Disclose Act) a été déposé durant l’été 2010 – mais a été au final rejeté par le Sénat : l’objectif était de limiter les influences étrangères notamment en renforçant la transparence des contributions électorales et en limitant la place de le « dark money » (dont on ne connaît pas la provenance).

L’opacité du processus électoral, le grand besoin de financement des candidats et le «vol» de l’élection de 2000 ont alimenté et attisent encore les théories du complot, à tel point que l’on imagine que certains groupes sont en mesure de «faire» l’élection et par voie de conséquence de monopoliser les canaux de communication une fois le président en place. Seul obstacle à cette thèse, les groupes soupçonnés de vouloir monopoliser l’acquisition et l’exercice du pouvoir (que l’on parle du pouvoir religieux ou de n’importe quel autre lobby) sont bien moins monolithiques qu’il n’appert, et leur division est un empêchement considérable à l’aboutissement d’un complot – sans parler d’une efficace stratégie de conquête. Cela n’empêche pas que ponctuellement, localement, républicains et démocrates s’accusent mutuellement – parfois à juste titre – de comploter pour écarter des pans entiers de l’électorat favorable à l’adversaire. En outre, en 2008 cependant, les plus riches des candidats au début de l’année ont perdu l’investiture: Mitt Romney, côté républicain, et Hillary Clinton, côté démocrate, ont tous deux amorcé l’année en favoris mais ne seront pas parvenus à remporter la nomination pour représenter leur parti. De surcroît, les scores peu reluisants de richissimes candidats comme Ross Perot ou Steve Forbes sont également un contre-exemple. Et la difficulté de Mitt Romney à prendre la tête de la course à l’investiture républicaine en 2012 abonde dans le même sens. L’argent ne ferait peut-être pas le bonheur… électoral.

PS: Yes. Nixon WAS a crook.

Romney et le Mormonisme: Et le dernier État sera… l’Utah

Signalé par Mother Jones:  le cycle électoral se clôt le 26 juin sur l’État de l’Utah et c’est un avantage pour  Romney:

 

 

D’autant que la perception qu’ont les Mormons de leur place en Amérique pourrait alimenter le repli sur un candidat qui appartient à la même église. Une revanche de l’Histoire aussi, puisque le fondateur de l’Église est lynché par une foule en colère en 1844, alors qu’il se présente aux élections présidentielles.

Alors qu’en réalité, le « problème » de Mitt Romney réside beaucoup moins dans son affiliation religieuse que dans son inconstance.

Car au fond, la religion des candidats, plusieurs fois montée en épingle, n’est pas forcément un problème. Même si, comme le signale le Pew Forum on Religion, près de la moitié des présidents était affiiliée à l’église épiscopale ou presbytérienne – donc protestante « classique ». Il n’y a eu qu’un seul catholique, JFK tandis que seuls trois présidents n’appartenaient à aucune église (Thomas Jefferson, Abraham Lincoln and Andrew Johnson), signe que la religion appartient à la tradition politique américaine, au point que l’on parle de religion civile américaine.

Pour aller plus loin sur ce dernier point, il faut lire le livre de Sébastien Fath, « Dieu Bénisse l’Amérique », paru en 2004 chez Seuil et celui de Denis Lacorne, « De la religion en Amérique », paru en 2007 chez Gallimard et dont le premier fait la recension ici.

 

 

 

Les SuperPacs constituent-ils vraiment une nouveauté made in 2012?

Les SuperPacs doivent divulguer la totalité des sommes qu’ils recueillent et l’identité des donateurs de plus de 200 dollars. Bien entendu le problème apparaît lorsque une organisation charitable est le donateur car elle-même n’est pas tenue de divulguer le nom de ses propres mécènes. Le problème que cela soulève est somme toute mineur puisqu’une étude signalée par P. Sherman de l’Institute for Justice confirme que 93% de l’argent des SuperPac est « traçable ».

S’agissant de l’origine des SuperPacs, et contrairement à ce que l’on peut trouver (et trouver cité, du même coup) sur wikipedia, le débat est vif, au point où par exemple le New York Times a été conduit à infléchir sa ligne de conduite et la terminologie employée pour prendre en compte toutes les nuances du débat. ils sont antérieurs à la décision de la Cour suprême Citizens United. Au cours de notre discussion, Paul Sherman ajoute qu’au mieux, la décision de la Cour suprême n’est que très indirectement responsable de l’avènement des SuperPacs.  La décision significative n’est pas Citizens United qui n’a pas affecté la limite antérieurement définie de 5000 dollars pour les donations individuelles à des fins politiques. Mais bel et bien la décision de la Cour d’appel de circuit de DC dans un arrêt SpeechNow.org v. FEC. Toute la question, ajoute Sherman, est est-ce que  SpeechNow.org v. FEC pouvait survenir sans la décision préalable de la Cour suprême. Selon lui CU a facilité les choses mais tôt ou tard le résultat aurait été le même.

De surcroît, selon lui, les groupes 527 ont, durant la campagne de 2004 au niveau fédéral, agi comme des SuperPacs. Bien sûr, la FEC a estimé que leurs agissements étaient illégaux et leur a imposé des amendes. Mais ils ont existé. Et au niveau fédéré, les SuperPacs existaient indéniablement. Par exemple en Californie. Et, selon James Bopp, avocat de Citizens United qui accepté de répondre à nos questions, la Cour d’appel du 4e circuit (qui recouvre le Maryland, La Virginie, les Carolines) avait déjà établi ( North Carolina v. Leake) que les limitations imposées dans le domaine du financement électoral aux groupes contrevenaient au Premier amendement – et ce deux ans avant la Cour suprême.

Le point de vue diffère selon la posture politique de l’interlocuteur, qui va voir tour à tour dans les Super PACs un véritable risque de corruption des élites politique et un espace de liberté accessible pour tous (les groupes de) citoyens. Entre risque de fraude et liberté d’expression, à l’instar de la décision de la Cour Suprême, les SuperPACs continuent donc  à naviguer en eau trouble. Pour combien de temps? 

 

Super Tuesday : Le jour où le parti républicain perd l’élection présidentielle?

(version longue)

Dix États, de la Géorgie à l’Alaska, ouvrent leurs bureaux de vote ce mardi pour un Super Tuesday que les Républicains souhaitent décisif. Ce mardi permettra de désigner près de 18% des délégués pour la convention d’août prochain, et dans tous les cas, plus de délégués en un jour (437) que depuis le début de l’année (302). Pour autant ce ne sera pas le « Tsunami » (comme on l’avait dénommé à l’époque) de 2008 avec ses 24 États et la moitié des délégués en jeu. Ce super Tuesday n’en sera pas un, tandis que le parti républicain s’abîme dans des comptes de délégués et paraît se chercher à la fois un leader et une identité, au risque de perdre cette frange de l’électorat qui constitue pourtant la clé de l’élection de novembre prochain.

 

Comptes et décomptes

En 1988, pour contrer l’influence du Nord des États-Unis dans le processus de sélection des candidats à la présidence, un ensemble d’États du Sud choisit d’organiser simultanément leurs primaires. Ce n’est pas un véritable succès mais le principe est acquis. Le procédé du Super Tuesday a progressivement pris de l’importance car ces blocs de primaires ont une résonance pour la suite de la campagne, en termes de collecte de fonds, de mobilisation politique, d’obtention des délégués nécessaires pour emporter l’investiture.

Cette année toutefois, l’impact du Super Tuesday est plus flou. Tout d’abord, le Texas, avec ses 155 délégués (10% des délégués à la convention nationale), a disparu du super Tuesday à l’aune d’une querelle juridique liée au découpage électoral pour se retrouver en queue de peloton, le 29 mai.

Ensuite, deux États présentent des particularités. En Virginie, seuls Mitt Romney et Ron Paul sont parvenus, en réunissant les 10 000 signatures requises, à figurer sur le bulletin de vote. Romney emportera donc une victoire facile que tous imputeront aux méandres électoraux et dont il ne pourra se gargariser. En Géorgie, son État d’adoption, Newt Gingrich espère ressusciter – en concédant qu’il ne peut poursuivre son pari présidentiel sans l’emporter.

De surcroît, le vote devrait se diviser. Au Tennessee et en Oklahoma, Santorum espère emporter cet électorat profondément conservateur et évangélique. Le Dakota du Nord, l’Idaho et l’Alaska (cette dernière étant très en marge des chemins de campagne des candidats) pourraient regarder du côté de Ron Paul. Le Vermont et le Massachussetts devraient tomber dans l’escarcelle de Mitt Romney.

Reste l’Ohio – le centre du monde politique états-unien, État pivot depuis plusieurs élections présidentielles. Preuve en est, Mitt Romney, qui a décidé de ne faire de publicité dans aucun autre des États du Super Tuesday (ce qu’il laisse à son super PAC Restore Our Future pour 7 millions), a choisi d’y investir 1,2 millions de dollars. Le Red, White and Blue Fund de Santorum injecte autant (500 000 $) dans cet État que dans les neufs autres. Pour autant, Santorum part avec un réel handicap arithmétique pouvant représenter jusqu’au quart des délégués en jeu : dans trois des 16 districts, limitrophes de son État de Pennsylvanie, il n’a pas réussi à fournir une liste de délégués, perdant par forfait 9 des 66 délégués de l’Ohio. Dans six autres, il n’est pas parvenu à soumettre une liste complète : ce qui signifie qu’il pourrait emporter le vote populaire dans un district sans obtenir le nombre total de délégués qui lui revient. À l’opposé les cols bleus – évangéliques – de l’État n’ont pas de grande affection pour Romney, qui souffre encore de ses gaffes. Ce n’est donc pas le jeu des délégués que mène Santorum : il s’agit pour lui de gagner le vote populaire et de s’en prévaloir pour asseoir sa légitimité en vue d’une poursuite de la course jusqu’à la convention.

Et c’est probablement ce qui fait faire des cauchemars aux caciques du parti. En effet, en constatant en 2008 les bénéfices d’une campagne prolongée et enlevante de l’autre côté du spectre politique, alors que l’affrontement entre Hillary Clinton et Barack Obama mobilisait un électorat jusque là invisible, l’establishment du parti républicain a choisi de refondre les règles régissant leurs primaires et caucus. Pour éviter que l’essentiel de la course ne soit concentrée sur les premiers mois, que le taux d’abstention n’augmente avec le temps, et finir trop tôt avec un candidat un peu terne, ils ont donc choisi d’imposer une forme de proportionnelle dans la première partie du calendrier électoral.

Y a-t-il un pilote dans l’avion?

Or l’introduction d’une certaine dose de proportionnelle a eu pour effet de révéler les divisions profondes du Grand Old Party. En effet, les primaires/caucus tendent à valoriser les franges traditionnelles des partis : on sait que les candidats tiendront, durant ce premier cycle électoral, un discours tourné vers leur base partisane, plus radical que celui qu’ils adopteront lors de la campagne générale. Toutefois, la proportionnelle a conduit à surévaluer les éléments marginaux de chaque État : d’où la propension des candidats à adopter des positions qu’ils s’empressent de réfuter ensuite, s’engageant dans un exercice de funambulisme politique où ils ne convainquent personne.

Ce faisant, chaque cycle de primaires pose immanquablement la question de l’identité du parti. Les démocrates ont eu leur heure en 2008, tandis que la campagne s’était étirée jusqu’en juin. Toutefois, les divisions du parti de l’Âne sont moins profondes : la gauche religieuse, les libertariens de gauche, les indignés, ou les libéraux semblent toujours trouver un plus petit dénominateur commun. Ce n’est pas le cas du parti républicain. Entre les partisans d’une réduction des impôts et ceux qui préconisent une hausse de la taxation des plus hauts revenus, entre les partisans d’une politique étrangère où les États-Unis demeurent les gendarmes du monde comme les néoconservateurs et ceux qui prônent le désengagement du pays pour se recentrer sur les problèmes internes comme les libertariens, entre les théo-conservateurs et les conservateurs fiscaux, entre les Tea partiers et ce qui reste des Républicains modérés, les lignes de fracture sont profondes. Ces divisions ne sont pas nouvelles : l’opposition entre la droite religieuse et les conservateurs fiscaux a fait couler de l’encre durant les deux mandats de Bush fils, et la disgrâce – relative – des néoconservateurs a simplement laissé un vide que le Tea party a pu occuper. Le grenouillage actuel ne parle donc pas de crise d’identité mais de luttes fratricides avec, à la clé, le contrôle du parti, rappelant l’avènement de Barry Goldwater en 1964.

Le jour où les Républicains ont perdu les indépendants

Mais le timing n’est pas bon. L’administration Obama semble mettre à profit ces dissensions et le prolongement du cycle républicain. Bien sûr, le discours traditionnaliste de Santorum constitue une réponse aux phénomènes anxiogènes (bien accueillie dans le Mid-Ouest, comme en témoignent ses victoires) de la société américaine contemporaine, s’engouffrant parfois dans les divisions de l’administration Obama – par exemple sur la contraception. Mais le parti républicain doit naviguer entre les objectifs des primaires (séduire la base) et celui de l’élection générale (convaincre les indépendants). Ainsi, tandis que les républicains multiplient les initiatives anti-avortement au niveau des votations fédérées, les démocrates rétorquent avec une campagne portant sur « la guerre contre les femmes ». Or dans le même temps, le poids de la religion dans la vie politique décline : désormais plus de la moitié des Américains (en hausse de 12 points par rapport à 2004) considère que l’église doit demeurer en dehors de la vie politique. Sur cette pente pourtant, Santorum a dérapé, en fustigeant JFK sur la séparation de l’église et de l’État – refroidissant tout à la fois l’électorat catholique et évangélique.

Ainsi, face à lui, Mitt Romney paraît être un expert de la poliorcétique et du marathon, s’assurant de tenir le siège en faisant la preuve de sa résilience – une qualité présidentielle. Toutefois, alors que les indépendants n’ont jamais représenté une faction aussi importante de l’électorat américain, même l’homme d’affaire qu’est Romney peine à articuler un message qui corresponde aux attentes des électeurs (dont la première préoccupation est l’économie, devant l’emploi…. et le terrorisme). C’est peut-être là que réside la preuve du désarroi du GOP : alors que le président démocrate fait face à une crise économique sans précédent depuis la seconde guerre mondiale et que le pays affiche un taux de chômage (8,5%) en principe rédhibitoire – 7,2% constituant le sésame de la réélection si l’on en croit l’histoire statistique – le tapis rouge des Républicains se transforme, au fur et à mesure du cycle de primaires, en pente savonneuse.

Bien sûr, la route est encore longue vers l’élection générale. Et depuis 1976, aucune course à l’investiture ne s’est terminée à la convention – et les querelles intestines qui ont marqué les primaires ont toutes sombré dans l’oubli. Mais 2012 pourrait être une exception. On ne saurait oublier que certains scrutins (Iowa, Colorado, Minnesota, Maine) sont non contraignants, à l’instar de ceux qui se déroulent aujourd’hui en Idaho et au Dakota du Nord, et les délégués demeurent jusqu’au bout libres de leur choix. Le Super Tuesday ne devrait donc pas permettre de trancher, de désigner un candidat présidentiable et inévitable. Par contre il pourrait, faute de parvenir à conquérir indépendants et modérés, contribuer à l’éclipse – temporaire – du parti républicain.

Article (version courte) paru dans Le Devoir du 6 novembre 2012.

Par Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David


Bilan de Floride – El Presidente?

La Floride est un État beaucoup plus conservateur qu’il y a 4 ans. Et le portrait de l’électorat d’une primaire républicaine est plus facile à dresser dans la mesure où il s’agit de la première vraie primaire fermée: 8/10 électeurs se disent conservateurs. 2/3 qu’ils appuient le Tea party.

Or Mitt Romney a gagné sans Jebb Bush et sans Marco Rubio. En faisant un meilleur score que prévu même chez les évangéliques. Sans l’establishment. Seul. Pas que cela aurait changé grand chose: le soutien de la gouverneure Nikki Haley en Caroline du Sud n’a pas vraiment changé l’issue du vote. Mais le symbole est fort. Il est (de nouveau) devenu inévitable.

Romney et son super PAC (Restore our future) ont littéralement enterré Gingrich et son super PAC (Winning our Future) sous une avalanche de publicités, dépensant 15,6 millions contre 3, 29. Sans tout à fait changer le profil électoral de l’État:

source: Google politics

Rien n’est arithmétiquement scellé, loin s’en faut, comme l’explique Josh Putman. Mais le symbole est fort et la « présidentiabilité » de Mitt Romney établie, inversement proportionnelle à la perte en crédibilité de Gingrich.

Or la présidentiabilité (oui le barbarisme est désagréable, mais il est efficace) de Romney importe à l’heure où, pour 12 États pivots, le taux d’approbation de Barack Obama est de 43%. Aujourd’hui, en termes absolus, aucun des candidats en lice (de part et d’autre de l’échiquier) ne peut en effet être assuré d’une victoire.

Il reste donc à Romney à faire son chemin dans les prochains caucus (Nevada, Colorado, Missouri), et primaires (Michigan, Arizona) pour éviter de devoir faire face – mais les risques sont-ils réels – à une convention divisée  (brokered convention) en août prochain.

source

Les prochains votes seront un test pour Romney, particulièrement dans une frange de l’électorat qui devrait lui être acquise mais a été échaudée par ses prises de position sur l’immigration. En effet si Mitt Romney a gagné le vote hispanique ce mardi (15% de la population de Floride) par 54% contre 28%, il demeure que, dans cet État, les politiques migratoires n’ont plus vraiment d’incidence sur une population hispanophone implantée de longue date.

Par contre dans les États qui vont se prononcer, les Hispanophones immigrants sont nombreux. Romney devrait avoir une facilité, puisqu’il parle espagnol, puisque son père est né au Mexique, à toucher cette communauté. Cela ne paraît, pour l’instant pas être le cas. Celui que Larry Kaplow décrit comme le (potentiel) premier président latino des États-Unis, « El Presidente« , navigue entre ses racines et sa quête d’une identité conservatrice, pro-mur, en faveur du durcissement des politiques migratoires, opposé au Dream America Act. Dans le même temps, son apologie de l’auto-déportation (self deportation) au cours du dernier débat républicain envoie peut-être le signal que cette position tranchée n’implique pas des décisions immédiates si il devait être élu. C’est sans doute la bonne attitude, alors que l’administration Obama perd des plumes dans la communauté, avec l’augmentation des reconduites à la frontière.


Ainsi, et dans ce contexte, si Romney devient le choix du GOP, le choix du colistier sera plus important encore…

Petit guide des élections présidentielles américaines 2012 – disponible!

  • À propos du livre

    Le 6 novembre 2012, les Américains devront se choisir un nouveau président. Alors que les États-Unis sont à un tournant économique, politique et stratégique, les électeurs feront face à une décision difficile. Quel candidat pourra rassurer l’électorat ? Ramener le pays vers la croissance ? Redonner l’espoir ? Faire croire au changement ?

    Barack Obama, l’orateur charismatique qui galvanisait les foules en 2008, a vu son aura et sa présidence ternies par la lente agonie de l’économie américaine. Seul représentant du Parti démocrate en 2012, les Républicains lui opposeront un adversaire dont l’identité ne sera connue qu’à l’issue d’une longue saison de primaires.

    Les enjeux sont considérables: la situation économique des États-Unis est désastreuse, la réforme de la santé et les politiques migratoires sont contestées en Cour suprême, la politique étrangère américaine bat de l’aile et les restrictions budgétaires condamnent l’empire américain au repli.

    En répondant à sept questions, Karine Prémont et Élisabeth Vallet, de l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand, expliquent la mécanique et les enjeux de cette élection présidentielle mais également le comportement électoral des Américains.

    1. Pourquoi Barack Obama a-t-il gagné en 2008 ?
    2. Quels sont les principaux enjeux de la campagne de 2012 ?
    3. Comment le président est-il élu ?
    4. Combien coûtera la campagne présidentielle ?
    5. Quel est le rôle des médias durant une campagne présidentielle ?
    6. Qui vote et pourquoi ?
    7. Et les autres scrutins de 2012 ?

    Un livre 100% numérique de 20 500 mots, 15 graphiques, 9,99 $.

     

    Catégorie : Essai politique

    80 pages
    Format EPUB : 9.99$, ISBN EPUB : 9782896646852

    2012
    Éditeur : Septentrion

    Voir aussi au Septentrion
    Ouvrages de l’auteur Vallet, Élisabeth

    • Le Duel, les dessous de l’élection présidentielle américaine (2008)

    Ouvrages de l’auteur Prémont, Karine

La critique de Didier Fessou, dans le Journal « Le Soleil »

Un duel sans merci – Sous le soleil de Floride (Version longue)

(Version courte parue dans le Devoir du 24 janvier 2012)

Dix jours. C’est la première fois depuis le début de l’année électorale que les candidats du parti républicain ont autant de temps pour se repositionner et fourbir leurs armes. Direction la Floride. En effet, le rideau vient à peine de tomber sur la Caroline du Sud que tous les efforts de campagne sont déjà à l’œuvre dans l’État de l’Orange, tout au moins pour Gingrich et Romney. Santorum, moins bien placé dans les sondages, mettra peut-être moins d’énergie dans une primaire qui lui offre, compte tenu du mode de scrutin, peu de chances d’emporter des délégués, tandis que Paul a, quant à lui, annoncé qu’il renonçait à mener une bataille de grande envergure pour se concentrer sur la prochaine étape : les caucus du Nevada. En effet, à moins d’un nouveau revirement, le suspense pourrait bien durer jusqu’au Super Tuesday, le 6 mars prochain : en fait de blitz électoral, ce sera un marathon.

La Floride, cet État pas (tout à fait) comme les autres

Par sa diversité démographique, son étendue, son poids dans l’élection générale, la Floride se distingue des trois États précédents à avoir tenu des primaires. Par contre, elle rendra sans doute mieux compte de l’atmosphère de l’élection générale de novembre. Les Hispaniques représentent 22.5% de la population (les Blancs non hispaniques sont 57,9% des Floridiens), et en font le 3e État hispanophone aux États-Unis. Plus du quart des Floridiens parle une langue autre que l’anglais à la maison. Ce n’est donc pas tout à fait un hasard si, Mitt Romney, avec son histoire personnelle mexicaine, part avec un peu d’avance chez les Hispanophones et a lancé une campagne téléphonique de grande ampleur auprès d’eux ; tandis que dans le même temps, Gingrich a embauché d’anciens conseillers du très couru sénateur Marco Rubio. En outre, en Floride, les retraités représentent 17,3% de la population. On y trouve également 25% d’évangéliques, 15% de protestants traditionnels, 26% de catholiques, 16% de non-croyants et très peu de mormons. La population y a augmenté de 17,6% en 10 ans, pour atteindre 18,8 millions d’habitants. Le taux de chômage est supérieur de plus d’un point à la moyenne nationale (9,9%) pour atteindre dans certains comtés les deux chiffres (jusqu’à 12%). 15% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, ce qui est proche des chiffres nationaux. Par contre, le revenu familial moyen est inférieur de 5000$ à la moyenne nationale. Enfin c’est en Floride que l’on enregistre parmi les plus hauts taux de saisie de maison (avec une maison sur 360, elle figure parmi les  cinq États les plus touchés).

La Floride est donc un État difficile à saisir en une phrase, un slogan ou une publicité. Au nord-ouest (le fameux « panhandle) où se concentrent les conservateurs sociaux, ou autour de Miami, terre d’émigration, le portrait est radicalement différent, sans parler de l’afflux des retraités pour beaucoup venant du Nord-Est, plus modérés. Ajoutons à cela qu’il en coûte deux millions par semaine pour couvrir les dix gros marchés médiatiques de la Floride et arroser la totalité de l’État. Ce que Romney fait depuis plusieurs semaines tout en menant une campagne téléphonique active auprès de ceux qui votent par anticipation (200 000 ont déjà voté). Il reste donc à Gingrich, en rebondissant sur l’engouement généré par son succès en Caroline du Sud, de « créer la nouvelle » pour être présent dans les médias. Les deux débats sont donc l’occasion rêvée : d’une part il excelle dans cet exercice à l’inverse de Romney. D’autre part, la Caroline du Sud a montré que les débats comptent, au point d’éclipser le poids des publicités, et de déterminer le vote des indécis, de plus en plus nombreux.

En outre, les primaires de Floride sont fermées : seuls les 4 millions d’électeurs enregistrés comme républicains (il faut s’être déclaré comme républicain sur les listes électorales au moins 29 jours avant la primaire pour pouvoir voter) pourront se prononcer. Ce qui exclut 11 millions d’électeurs enregistrés auprès d’un tiers parti ou comme indépendants qui auraient pu voter dans le cadre d’une primaire ouverte et, ce faisant, assure le primat de la base – plus conservatrice.  Enfin le mode de scrutin est un winner-take-all, où tous les 50  délégués (et non 99 – la Floride étant sanctionnée pour avoir devancé sa date de primaire) vont à celui des candidats qui emporte la majorité des voix : le vote de mardi prochain est donc, sur le plan arithmétique, déterminant

L’entrée d’Obama dans la campagne électorale

Ce soir, devant un congrès divisé et sur fond d’année électorale, Barack Obama entrera pleinement dans l’année électorale. Il prononcera son discours sur l’état de l’Union. La reprise est lente, le chômage flirte avec les 8,5%, tandis que la crise européenne menace l’équilibre économique mondial. Les efforts de la présidence pour obtenir un accord bipartisan afin de réduire le déficit budgétaire se sont soldés par un échec. Et sur le plan de la politique étrangère, les mutations politiques profondes au Proche-Orient et en Corée du Nord, la résurrection de la Russie comme acteur mondial, les gesticulations iraniennes requièrent un leadership accru des États-Unis, le tout en période de restriction budgétaire – y compris pour la Défense. C’est donc un exercice délicat d’équilibriste qu’opèrera Barack Obama : il s’agira pour lui de blâmer le Congrès pour son immobilisme et son obstructionnisme, alors même qu’il parle devant les Congressmen dont il peut encore espérer une certaine collaboration d’ici novembre – car eux aussi sont en élection et doivent rendre des comptes à leur électorat dans neuf mois.

Profitant de cette  tribune exclusive pour lancer sa campagne électorale, Obama invoque déjà le crédo de la justice sociale, justice économique, justice fiscale, face à la croissance des inégalités de revenus, comme il l’a déjà annoncé dans une vidéo diffusée cette semaine. Pour accentuer la résonance de son entrée en campagne, il a prévu une tournée de trois jours dans cinq États pivots, quatre remportés par lui en 2008 (Iowa, Nevada, Colorado, Michigan) et un qu’il compte gagner en tablant sur l’augmentation de la population hispanique (l’Arizona). Cette tournée est d’autant plus importante que quatre des prochaines primaires républicaines s’y déroulent. C’est pour lui le moment de commencer à compter des points, alors que les Républicains s’entredéchirent et avant qu’ils ne s’intéressent à lui, dont le taux d’approbation sombre à 44%.

Ainsi la succession de rebondissements (l’Iowa à Santorum, le maintien de Romney au New Hampshire, la deuxième résurrection de Gingrich en Caroline du Sud, le retour des débats comme armes de campagne) a eu pour effet de révéler plus encore – et si besoin était – les profondes divisions du parti républicain. Gingrich pourtant l’homme de Washington, de l’époque Clinton, de Freddie Mac est parvenu à incarner la colère de la base et le mouvement anti-Obama mais ne convainc pas encore tout à fait. Toutefois, Gingrich a emporté en Caroline du Sud une petite majorité de l’électorat qui mettait en tête de ses critères de choix « l’éligibilité du candidat » : deux fois enterré, il est ressuscité et devenu présidentiable. Au point où de nouveaux sondages le placent en tête du scrutin de Floride, devant un Romney déclassé en quelques jours de plus de dix points tandis que sa levée de fonds prend un envol. C’est sans doute cette volatilité de l’électorat qui va expliquer l’évolution de la campagne en Floride et la radicalisation des slogans, la multiplication des inflexions populistes et des allusions racistes (un peu à l’image du « Food-Stamp President » de Gingrich qui n’était pas sans rappeler la « Welfare Queen » de Reagan dans des circonstances similaires). Le « Dirty South » de Lee Atwater a de beaux jours devant lui. Pendant ce temps, Barack Obama se frotte les mains.

 

par

Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David

Élisabeth Vallet, professeure associée au département de géographie et directrice de recherche à la chaire Raoul-dandurand, elle est l’auteure (avec Karine Prémont) de : Petit guide des élections présidentielles américaines, qui paraît aujourd’hui chez Septentrion

Charles-Philippe David, titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand et co-président de l’Observatoire sur les États Unis de l’UQAM.

Next Stop: South Carolina – portrait du premier État du Sud à se prononcer

La Caroline du Sud, l’État du Palmier, est un pilier du parti républicain : il n’a jamais depuis 1976 voté pour un autre parti aux élections présidentielles. Il a toujours, depuis 1980, voté pour le gagnant de l’investiture républicaine (mais cela pourrait changer).

McCain a emporté l’État lors des primaires de 2008, avec 33% des suffrages , mais seulement parce que l’ancien sénateur Tennessee Fred Thompson et l’ancien Gouverneur de l’Arkansas Mike Huckabee se sont partagés l’électorat conservateur.

Parce que la Caroline du Sud a devancé, au mépris des règles établies par le parti républicain au niveau national, sa primaire, elle est pénalisée et ne pourra envoyer à la convention de Tampa en août que 25 des 50 délégués auxquels elle a normalement droit. La répartition des délégués restant se fait sur la base du winner-take-all pour 11 délégués qui iront au gagnant, tandis que les autres sont répartis par district, à raison de deux par district emporté.


C’est ce qui explique d’ailleurs le positionnement des candidats autour des valeurs morales (plutôt que l’économie) et l’afflux (avec l’appui des Super PACs de publicités électorales – négatives souvent – sur les ondes de l’État).

Une carte du National Journal

Mitt Romney parie d’ailleurs sur une division du vote évangélique, dominant, entre Santorum et Gingrich et les erreurs de ce dernier – la qualification d’Obama de « food stamp president » n’étant pas dénuée d’inflexions racistes et touche une zone sensible de l’histoire de l’État.

car le fait qu’il soit mormon pourrait constituer un handicap.

La Caroline du Sud est le premier État du Sud à se prononcer. Et c’est un État qui pèse lourd: le recensement de 2010 enregistre d’ailleurs une forte croissance démographique  (Charleston + 24,2 %, North Charleston + 22,4 %, Mount Pleasant+ 42,5 %, Rock Hill +32,9 %, Greenville+18,9 %).

 



Au point où cela modifie la carte électorale de l’automne prochain, la Caroline du Sud gagnant un grand électeur. L’élection générale de l’automne prochain n’est donc pas tout à fait absente de l’esprit des équipes de campagne des candidats républicains.

 

Carte de Philippe Rekacewicz du Monde Diplo, réalisé pour le Petit guide des élections présidentielles américaines, 2012 chez Septentrion

Aujourd’hui, le taux de chômage y est de 9,9%, parmi les plus bas, à 8 rangs de la fin – dans certains comtés il est même plus proche de 12%. Or le contraste avec les deux premiers États du cycle électoral des primaires est substantiel : l’Iowa et le New Hamsphire figurent en tête de peloton, respectivement  6e et 4e .

L’essentiel des attaques de Gingrich porte sur les valeurs morales (une ironie!) et non l’économie. En effet, dans cet État conservateur où Romney fait figure de timoré, les personnes les plus touchées sur le plan économique ne se prononceront pas dans une primaire républicaine où nombre d’électeurs au 3e âge (en 2008 ils sont 24% de 65 ans et + à se prononcer lors de la primaire républicaine) et à l’abri des difficultés financières (et compte tenu du climat clément, la population de 65 ans et plus est en augmentation). Comme l’explique David Frum, tandis que les aînés de 65 ans et plus sont couverts par Medicare, 19,4% de la population ne sont pas assurés – or il s’agit là d’un des taux les plus élevés aux États-Unis.

Le taux de pauvreté et de 3 points supérieur à la moyenne nationale tandis que le revenu moyen est de 8000$ inférieur à la moyenne nationale.

 


Portrait démographique de la Caroline du Sud (census bureau)

   


Caroline du Sud

USA

Population, 2010

4,625,364

308,745,538

Population, augmentation en %, 2000 to 2010

15.3%

9.7%

Population, 2000

4,012,012

281,421,906

Personnes de moins de cinq ans, 2010

6.5%

6.5%

Personnes de moins de 18 ans, 2010

23.4%

24.0%

Personnes de 65 ans et plus, 2010

13.7%

13.0%

Pourcentage de femmes, 2010

51.4%

50.8%

Blancs, 2010 (a)

66.2%

72.4%

Afro-américains, 2010 (a)

27.9%

12.6%

Premières nations 2010 (a)

0.4%

0.9%

Asiatiques, 2010 (a)

1.3%

4.8%

Pacifique, 2010 (a)

0.1%

0.2%

Hispaniques 5.1% 16.3%
Blancs non hispaniques 64,1% 63.7%
White persons not Hispanic, percent, 2010
Revenu per capita sur 12 mois (2009 dollars) 2005-2009

$23,196

$27,041

revenu familial moyen, 2009

$42,580

$50,221

Personnes en dessous du seuil de pauvreté, 2009

17.1%

14.3%

 

Saisie de maisons 

Total 
% change  depuis Fev. 2007 % change  depuis  Mars 2006
Nevada 4,738 183 29.42 219.92
Colorado 6,267 292 18.02 16.23
California 31,434 389 35.49 183.88
Georgia 6,769 457 -7.2 -11.59
Arizona 4,476 489 43.65 118.45
Michigan 8,610 490 -7.4 11.43
Florida 14,303 511 -25.29 54.08
Ohio 8,222 582 9.95 74.23
Indiana 4,332 583 26 -12.18
Illinois 7,819 625 18.08 70.27
Texas 12,755 631 2.98 6.73
New Jersey 4,780 693 -4.53 28.91
Massachusetts 3,497 750 39.99 717.06*
Tennessee 3,178 772 -17.15 -6.53
Connecticut 1,517 913 2.99 83.21
Missouri 2,494 977 5.77 60.59
North Carolina 3,241 1,086 -3.71 56.34
Utah 636 1,208 -25 -55.74
Oklahoma 1,138 1,313 -18.25 -16.69
Washington 1,736 1,378 7.16 -5.86
Rhode Island 316 1,392 128.99 15700.00*
Idaho 355 1,481 21.16 66.67
Pennsylvania 2,921 1,797 47.82 -20.69
Oregon 747 1,949 3.03 28.13
Nebraska 357 2,013 21.43 144.52
New York 3,711 2,069 -18.48 -7.11
Alaska 98 2,094 20.99 -3.92
Iowa 580 2,125 -2.36 144.73*
Maryland 965 2,220 160.11 326.99
Arkansas 505 2,323 -61.86 -60.14
New Mexico 326 2,394 -32.08 27.84
Delaware 143 2,399 113.43 472.00*
Alabama 806 2,436 79.51 357.95
Kentucky 700 2,501 11.46 102.31
Kansas 447 2,523 5.67 126.90*
Minnesota 808 2,559 -13.02 44.54
Virginia 1,054 2,738 46.8 293.28
Wisconsin 827 2,785 -15.09 67.75
Louisiana 579 3,252 -24.51 382.50*
Montana 117 3,522 17 -16.43
New Hampshire 115 4,757 219.44 2200.00*
South Carolina 340 5,155 -1.16 -55.67
Hawaii 65 7,085 10.17 44.44
West Virginia 95 8,891 206.45 26.67
Maine 65 10,029 622.22 441.67
South Dakota 32 10,100 45.45 33.33
North Dakota 24 12,070 33.33 14.29
Mississippi 94 13,498 -34.72 28.77
Wyoming 10 22,385 -66.67 -67.74
District of Columbia 5 54,969            — -61.54
Vermont 1 294,382 0 -80
U.S. 149,150 775 6.6 46.81

 

 

Taux de chômage par État

Unemployment Rates for States
Monthly Rankings
Seasonally Adjusted
Nov. 2011p

Rank

State

Rate

1

NORTH DAKOTA

3.4

2

NEBRASKA

4.1

3

SOUTH DAKOTA

4.3

4

NEW HAMPSHIRE

5.2

5

VERMONT

5.3

6

IOWA

5.7

7

WYOMING

5.8

8

MINNESOTA

5.9

9

OKLAHOMA

6.1

10

VIRGINIA

6.2

11

UTAH

6.4

12

HAWAII

6.5

12

KANSAS

6.5

12

NEW MEXICO

6.5

15

LOUISIANA

6.9

15

MARYLAND

6.9

17

MAINE

7.0

17

MASSACHUSETTS

7.0

19

MONTANA

7.1

20

ALASKA

7.3

20

WISCONSIN

7.3

22

DELAWARE

7.6

23

PENNSYLVANIA

7.9

23

WEST VIRGINIA

7.9

25

ARKANSAS

8.0

25

COLORADO

8.0

25

NEW YORK

8.0

28

TEXAS

8.1

29

MISSOURI

8.2

30

CONNECTICUT

8.4

31

IDAHO

8.5

31

OHIO

8.5

33

ALABAMA

8.7

33

ARIZONA

8.7

33

WASHINGTON

8.7

36

INDIANA

9.0

37

NEW JERSEY

9.1

37

OREGON

9.1

37

TENNESSEE

9.1

40

KENTUCKY

9.4

41

MICHIGAN

9.8

42

GEORGIA

9.9

42

SOUTH CAROLINA

9.9

44

FLORIDA

10.0

44

ILLINOIS

10.0

44

NORTH CAROLINA

10.0

47

MISSISSIPPI

10.5

47

RHODE ISLAND

10.5

49

DISTRICT OF COLUMBIA

10.6

50

CALIFORNIA

11.3

51

NEVADA

13.0


« Voting Wars » – Vote, fraude et discrimination aux États-Unis

NB. Voting Wars est un emprunt au titre de l’ouvrage de Rick Hasen à paraître cet été à Yale University Press.

Même si les primaires du New Hampshire ont donné lieu à de possibles fraudes (un groupe notamment a tenté d’en faire la démonstration en video, commentée ici et ici),il reste que globalement elles sont moins courantes que ne le veut la légende urbaine: un rapport du Brennan Center fait le point.

En réalité, l’essentiel des « guerres du vote » repose sur l’accès au bureau de vote, sur l’exercice effectif du droit de vote. 14 États ont désormais des lois en vigueur obligeant l’électeur à présenter une pièce d’identité officielle avec photo. D’autres États ont des projets allant dans le même sens à l’étude. Et 15 États requièrent une forme d’identification officielle. On trouvera une liste sur le site de la National Conference of State Legislatures.

Les trois États du Sud qui ont adopté des lois imposant la présentation d’une pièce d’identité avec photo – la Géorgie, le Texas et la Caroline du Sud où se déroule la prochaine primaire – doivent cependant obtenir l’aval préalable du département (fédéral) de la Justice avant de pouvoir les promulguer : cette manifestation du contrôle fédéral sur une compétence fédérée est un vestige de la (dé)ségrégation, fondé sur l’article 5 du Voting Rights Act qui vise à protéger  le droit de vote.

Or l’un des enjeux de la prochaine primaire, en Caroline du Sud, le 21 janvier prochain, est que le département de la Justice a refusé de valider la loi en question en se fondant sur le fait qu’alors que 8,4% des électeurs blancs inscrits sur les listes électorales n’ont pas de carte d’identité produites par le Department of Motor Vehicles (payantes, sauf exception) tandis que 10% des électeurs non-blancs inscrits sur les listes sont dans le même cas. Cette distorsion a paru suffisante au DOJ pour refuser d’apposer son sceau, considérant qu’il y avait bien discrimination au vote. Pour certains, le fait que le DOJ utilise une disposition mise en place pour enrayer les discriminations raciales pour invalider une loi dont l’objectif est de limiter la fraude électorale est la preuve de l’anachronisme de l’article 5 du Voting Rights Act.

Il reste néanmoins qu’obtenir une carte d’identité – payante – s’apparente dans certains cas au fameux « literacy test » de l’époque ségrégationniste.

La carte (interactive) de la NCSL est également disponible ici.

Et l’ACLU la voit ainsi:

Lorsque l’on parle de « guerres du vote », en réalité désormais les affrontements, lorsqu’ils quittent le terrain du militantisme comme on l’a vu au New Hamsphire, se déroulent en cour, comme le souligne cet article:

Caroline du Sud: La nouvelle loi est rejetée par le département de la Justice sur la base de la violation du Voting Rights Act, et d’une atteinte disproportionnée aux droits des minorités. Le gouverneur, républicain, menace de faire appel.

Mississippi: La nouvelle loi a été adoptée et est en attente de la décision du DOJ.

Texas: La loi préexistante sur l’identification des électeurs a été renforcée (l’élément d’identification doit désormais avoir une photo) mais cet État est également soumis à l’accord préalable du DOJ.

Dans la foulée d’une décision de la Cour suprême validant, en 2008, une loi imposant l’identification photo des électeurs en Indiana, de nouvelles lois ont également été adoptées au Kansas, au Rhode Island (applicable pour ce qui est de la photo à compter de 2014), au Tennessee (où une pétition circule pour appuyer l’abrogation de la loi),  et au Wisconsin (où l’American Civil Liberties Association a formé un recours, arguant de l’exclusion délibérée des minorités).

Alors que chaque vote compte, tandis que les candidats tenteront l’impossible durant l’automne pour mobiliser les électeurs et faire sortir le vote, il est évident, pour NPR, que certaines lois, en décourageant ou prévenant certaines franges de l’électorat d’aller voter, peuvent avoir un impact significatif, notamment dans les États pivots comme l’Indiana, le Colorado, l’Ohio (le bellwether par excellence, c’est-à-dire l’État qui vote pour le candidat gagnant depuis… 1944) ou la Floride. Ainsi par exemple en Floride, Obama n’avait gagné que par 2,5% et avait bénéficié notamment largement du vote par anticipation qui devrait être restreint en application d’une nouvelle loi.


New Hampshire – Boussole républicaine: plein sud

En une semaine, le décor vient de changer radicalement pour les candidats à l’investiture républicaine, tant en raison des résultats des caucus de l’Iowa, que du profil de l’État du New Hampshire qui tient la première primaire du cycle électoral présidentiel de 2012. L’État de granite n’est plus le point de passage obligé sur le chemin de la Maison-Blanche. En effet, si avant 1992, il était nécessaire de le gagner pour obtenir la nomination de son parti, ce n’est plus le cas : Bill Clinton, George W. Bush en 2000, Barack Obama en 2008 n’ont pas emporté le new Hampshire mais ont obtenu l’investiture. Par contre, tous ceux qui ont emporté simultanément l’Iowa et le New Hampshire ont été intronisés par leur convention nationale. C’est pour cela que le New Hampshire est encore considéré tour à tour comme le tremplin ou le cimetière des ambitions présidentielles.

Vivre libre ou mourir

Le paysage politique est en effet tout à fait différent dans cet État dont le moto est « vivre libre ou mourir ». Avec le New Hampshire, l’on passe de caucus fermés où seuls les électeurs dûment affiliés pouvaient voter, à une primaire (quasi)ouverte où les indépendants peuvent se prononcer. Or ces derniers, libres de toute affiliation, représentent 40% de l’électorat et supplantent largement les électeurs inscrits auprès de chacun des deux grands partis – et ce sont eux qui ont façonné la victoire de John McCain en 2008. La volatilité de l’électorat y sera grande puisque, selon le Public Policy Polling, 14% des électeurs qui se sont prononcés dans la primaire démocrate en 2008 se déplaceront cette fois-ci pour la primaire républicaine. Ces électeurs, déçus d’Obama ou simplement non intéressés par la primaire démocrate (qui, malgré la présence de 14 candidats sur le bulletin démocrate parmi lesquels David Richardson ou Randall Terry est sans suspense) pourraient représenter plus de 10% des suffrages exprimés côté républicain en 2008. En effet alors que le taux de chômage au New Hampshire est très inférieur (5,2%) à la moyenne nationale (8,6%), seule une minorité approuve le travail du président en exercice (41%). En outre, ils pourront être tentés par les candidatures de Ron Paul et Jon Huntsman. Tous deux (respectivement 19,8% et 11,2% des intentions de vote) figurent derrière Romney (à 39,8%). Le premier promeut de véritables politiques sociales. Le second, malgré son passé assez conservateur comme gouverneur de l’Utah, est par exemple en faveur des unions civiles de même sexe et a obtenu le soutien du très renommé Boston Globe. Car le New Hampshire, longtemps bastion républicain, ne se reconnaît pas dans le glissement à droite du parti républicain : le conservatisme fiscal y est traditionnel, le conservatisme social y est plus étranger. Dans le même temps, le court laps de temps entre les caucus et cette primaire n’a pas permis à Santorum (qui bénéficie quand même du rebond généré par les résultats de l’Iowa) d’opérer une levée de fonds conséquente et de mettre en place une structure efficace pour se positionner valablement.

Le Sud dans la ligne de mire

Pour autant, un gagnant, aux primaires, n’est pas tant celui qui emporte la victoire, que celui qui fait mieux que ce qui était attendu. La véritable victoire n’est donc pas un gain arithmétique mais un succès perceptuel. C’est la raison pour laquelle Romney a en réalité remporté l’Iowa avec les honneurs (il était, deux mois avant les caucus, loin derrière Gingrich). Du coup, au New Hampshire, qu’il devrait gagner aisément, l’attention sera rivée sur ceux qui arriveront derrière lui, et surtout à quelle distance. Car en réalité, c’est déjà vers le Sud que les regards sont tournés. Avec les primaires républicaines le 21 janvier en Caroline du Sud et le 31 en Floride, ce sont des poids lourds de l’électorat en général, et de la base républicaine en particulier qui vont être sollicités. Très différent du New Hampshire, la Caroline du Sud est un État très religieux : 66 % vont à l’église régulièrement (ils sont 35% au New Hampshire, 54% au niveau national). À grande majorité protestante (74%),  noire (27,9% alors que la moyenne nationale est de 12,6), la Caroline du Sud a un taux de chômage (10%) supérieur à la moyenne nationale. État très conservateur, il n’est pourtant pas insensible à la dynamique du moment. La Floride qui clora le mois de janvier présentera un autre panorama : il s’agit d’un État peuplé (le 5e dans l’Union), assez religieux (57% de pratique régulière), ethniquement hétérogène, où l’impression que laissera celui qui emportera au final l’investiture sera déterminante pour le mois de novembre : la Floride représente dès aujourd’hui un double enjeu car il s’agit d’un État pivot de l’élection de l’automne.

 

Le reflet des divisions du parti républicain

Les primaires ont ceci d’utile qu’elles permettent d’éliminer les candidats trop radicaux, ceux que l’on pourrait par euphémisme qualifier de trop fantaisistes, ceux qui ne sont pas présidentiables. Car au cours des primaires, et de ce cycle électoral en particulier, on ne parle pas que d’investiture. Comme l’a déclaré à plusieurs reprises Newt Gingrich, le nominé définira également le parti. Or le Grand Old Party est, depuis la déconfiture des néoconservateurs qui avaient en apparence phagocyté le parti, littéralement fracturé. Les trois factions traditionnelles se retrouvent désormais dans des candidats différents comme en ont témoigné les résultats de l’Iowa : les conservateurs sociaux se sont reconnus dans le discours doctrinaire de Santorum, le Tea Party a trouvé un certain charme aux propos isolationnistes et constitutionnalistes de Ron Paul tandis que les conservateurs classiques et l’establishment ont répondu à l’appel de Mitt Romney, le tout sur fond de glissement lexical de certains des candidats républicains dans les sables mouvants des distinctions raciales/racistes. Bien entendu, ces lignes de faille ne sont pas nouvelles, pas plus que les querelles intestines qui, durant les primaires, donnent le sentiment que le parti se délite (pour preuve, la guerre fratricide entre Clinton et Obama en 2008). Cependant, le conservatisme du Sud stimulé par les mouvements démographiques et porté par des tribuns reconnus donne du poids à des idéologues comme Santorum et Paul et oblige les candidats à faire du funambulisme électoral pour jongler avec les différentes franges, parfois antinomiques du parti républicain.

Or selon le Pew Research Center, la base républicaine est plus radicale qu’elle ne l’a jamais été. Elle est également plus volatile puisque 6% des électeurs aux primaires républicaines pensent voter pour un tiers parti si leur candidat n’obtient pas l’investiture. Dès lors, plus les primaires sont longues, plus celui qui sera finalement investi en août aura eu l’occasion de commettre des gaffes, d’accumuler un bagage négatif qui pourrait le pénaliser durant la campagne générale. En ce sens, Romney joue fort bien ses atouts puisqu’il concentre déjà ses attaques sur Obama, agissant comme s’il avait déjà été adoubé par la convention nationale du parti, laissant son Super PAC les mains dans le cambouis des publicités négatives et des manœuvres électoralistes. Pourtant, la réunion samedi prochain à Brenham au Texas, d’un groupe de leaders évangéliques, pour déterminer un consensus excluant (éventuellement) Mitt Romney alimente les querelles. Ainsi, les primaires du Sud, si elles parviennent à trancher, pourraient permettre au parti républicain de se doter d’une figure de proue derrière laquelle se regrouper. En ce sens, elles sont déterminantes.

Publié dans Le Devoir, le 10 janvier 2012

Par  Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David

Charles-Philippe David est titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand et co-président de l’Observatoire sur les États-Unis de l’UQAM.

Élisabeth Vallet est professeure associée au département de géographie de l’UQAM et publie en janvier un « Petit guide des élections présidentielles américaines » à paraître chez Septentrion.

Caucus de l’Iowa: une image qui vaut les trois pages pour l’expliquer

La plateforme non-partisane GOOD qui se présente comme une troisième voie, ou tout au moins une alternative aux clivages socio-politiques traditionnels, a mis en images le fonctionnement des caucus républicains (les démocrates ont un fonctionnement différent) en Iowa:

Vous avez dit complexe? L’Iowa, un vote strictement symbolique

Le 3 janvier à 7 heures du soir s’ouvriront les caucus de l’Iowa. Puisque Barack Obama n’a pas d’adversaire côté démocrate, l’essentiel se jouera donc dans les caucus du GOP. Dans une salle communautaire, un sous-sol d’église, ou chez un particulier, les Républicains s’assembleront pour désigner leurs délégués. Alors que les médias ont déjà commencé le décompte vers le début des votations en Iowa, notamment parce qu’elles marquent le début du cycle électoral présidentiel mais aussi parce que l’Iowa est considéré comme un « État précurseur« , la complexité de la procédure  est passée bien souvent sous silence.

1. seuls les électeurs qui se sont enregistrés comme « républicain » pourront se prononcer dans les caucus républicains. Toutefois, ils pourront modifier ou déclarer leur affiliation au caucus même. C’est ce qui fait craindre à certains Républicains que des Démocrates soient tentés de changer d’allégeance le temps du caucus – alors qu’il pourrait simplement s’agir de défections.

2. les membres du caucus se prononceront deux fois. La première pour exprimer leurs préférences quant aux candidats du parti à l’investiture. La seconde pour désigner leurs délégués à la convention de leur comté. Chaque caucus local (precinct caucus) décide souverainement du lien entre les deux: il peut donc déterminer si les délégués sont liés ou non par le vote préférentiel. Toutefois, en principe, les délégués ne sont pas liés.

3. les délégués ainsi désignés se réuniront le 10 mars en conventions de comtés pour désigner leurs délégués aux conventions de districts (qui se tiendront le 21 avril) et surtout à la convention de l’État.

4. le 16 juin 2012, lors de la convention de l’État, les délégués désignés par ce processus en forme de poupées russes sélectionnent 25 des 28 délégués de l’Iowa qui seront présents à la convention nationale du parti à Tampa en août. 12 délégués sont choisis dans le cadre des caucus de districts qui se retrouvent réunis séparément à la convention de l’État. 13 sont choisis par la convention de l’État elle-même (ce que l’on nomme les délégués « at-large » et les délégués bonus). 3 représentent l’establishment républicain de l’État.

5. Ainsi le caucus de l’Iowa ne contrevient pas aux règles établies par le parti (pour éviter la compression du calendrier électoral – le « frontloading ») qui veut que tout État tenant ses primaires avant le 1er avril ne puisse recourir au système du Winner-take-all et se voit imposer un système de représentation proportionnelle. L’Iowa pourra donc éviter de diviser ses voix.

Peu démocratique puisqu’il s’agit d’un scrutin très très très indirect, très démocratique puisqu’il permet à chaque caucus local d’établir ses propres règles dans les balises assez larges fixées par le parti de l’État et le parti national, le vote du 3 janvier est surtout très très symbolique: le vote préférentiel n’a en effet été instauré qu’à compter du moment où l’Iowa a tenu ses caucus démocrates et républicains simultanément (1976), que les médias ont commencé à y voir une valeur prédictive, et que les retombées des dépenses électorales ont commencé à en faire un événement d’importance pour l’économie locale. Mais le symbole est d’importance car, selon les scénarios, l’Iowa pourrait être un État-pivot, une des clés de l’élection de novembre prochain.

L’argent investi dans les différents États tant par les candidats républicains que démocrate constitue à ce titre un excellent indicateur: peut-être plus encore que le New Hampshire, les scrutins de la Caroline du Sud (encore très disputée parmi les aspirants républicains) et la Floride (enjeu des primaires ET clé de l’élection générale) qui se déroulent d’ici la fin janvier devraient être déterminants.