Syrie: Barack Obama et la fin de la présidence moderne ?

De tergiversations en revirements, la politique américaine menée par Barack Obama sur la question syrienne relève désormais plus du soap-opera que de la Realpolitik. Les commentateurs hésitent encore (ou se divisent) sur l’interprétation des faits. Le président a-t-il fait preuve de fermeté ou de faiblesse ? A-t-il choisi d’amener le Congrès à se prononcer, à se diviser sur une question de politique étrangère pour éviter de porter seul l’opprobre d’une (autre) intervention dans la poudrière moyen-orientale ? A-t-il (véritablement) gaffé lors de la mention de la fameuse « ligne rouge » et a-t-il cherché à se sortir d’affaire en renvoyant la balle dans le camp du Congrès – sachant qu’il ne gagnerait jamais la Chambre ? A-t-il simplement fait un mauvais calcul politique qui va irrémédiablement éroder la suprématie présidentielle en matière de politique étrangère ? En d’autres termes, Barack Obama vient-il de rétrograder la présidence à son ère pré-moderne ?

Un régime dévoyé ?

À l’origine, le régime politique américain n’était pas conçu pour le président : le premier article de la Constitution est consacré au Congrès et le second, dédié au président, est lapidaire. Pourtant, dès les débuts de la République, Jefferson justifie l’acquisition de la Louisiane en 1803 sans l’aval du Congrès par la nécessité d’agir rapidement tandis que le président Polk invoque la sécurité nationale en 1846 pour envoyer, sans l’accord du parlement, les troupes américaines écraser la rébellion indépendantiste à Fort Alamo. Et dès le début du siècle dernier, Theodore Roosevelt et Woodrow Wilson d’abord (au début du 20e siècle), Franklin Delano Roosevelt ensuite (avec le second conflit mondial) tracent les contours de la «présidence moderne» en repoussant les limites de l’exercice du pouvoir exécutif. Si le Congrès a tenté d’enrayer cette progression, il est très vite devenu chimérique de vouloir limiter l’expansion du pouvoir du président. Car bien que ce soit (constitutionnellement) au Congrès de déclarer la guerre (article I, section 8), et malgré l’adoption en 1973 de la loi sur les pouvoirs de guerre (War Powers Act), le pouvoir d’envoyer les troupes au combat revient de facto au président. Les exégètes de la Constitution signalent d’ailleurs que l’Assemblée constituante a délibérément choisi de substituer au pouvoir du Congrès de faire la guerre celui de la déclarer. À cela, il faut ajouter que les « petites interventions » impulsées par le président (Teddy Roosevelt en République Dominicaine, H. Taft au Nicaragua, au Honduras et à Cuba, W. Wilson au Mexique et en République Dominicaine), de même que les opérations de paix ont été avantageusement définies comme étant « en deçà » de la notion constitutionnelle de guerre. Et en cas d’urgence et de légitime défense, la Maison-Blanche est autorisée à mettre sur pied des opérations militaires d’envergure, au-delà du territoire national et contre des nations « ennemies ».

Ainsi au sortir de la Seconde guerre mondiale, la présidence omnipotente, appuyée sur une bureaucratie pléthorique et organisée, magistralement fédérée par des présidents charismatiques ou simplement fins gestionnaires, fait face à un Congrès divisé. Et ce d’autant plus que, dans un monde métamorphosé (où l’avènement du nucléaire militaire a engendré une véritable mutation constitutionnelle) le Congrès a été éclipsé par le chef de l’État qui, pour des raisons d’efficacité et de confidentialité (il est 1 alors qu’eux sont 535), s’est vu remettre le pouvoir de décider du sort du monde. Le déséquilibre a perduré et les traumatismes du Watergate, de l’Iran-Contra, du Monicagate, ou du Powell-gate (sur les armes bactériologiques en Irak) n’y ont rien fait. Les présidents ont continué à dominer le processus décisionnel en politique étrangère. L’élaboration par l’administration Bush de la doctrine de la guerre préventive (une « guerre au cas où ») a bénéficié de l’aval du Congrès qui a fini par donner un blanc-seing au président, dans un texte tellement évasif que l’administration a cru pouvoir aller « jusqu’au bout » en Irak. Pourquoi aurait-elle pensé autrement puisque le Congrès devait voter 14 mois plus tard une hausse du budget pour l’Irak, sans débat ni contestation?

Le retour du balancier ?

Pourtant, lorsque les circonstances l’ont permis, il y a eu un retour du balancier (notamment à la suite du passage de l’ouragan Katrina et des élections de mi-mandat en 2006) : c’est la raison pour laquelle Barack Obama fait face à un Congrès plutôt hostile depuis 2010, qui lui a plusieurs fois mis des bâtons dans les roues… particulièrement en politique intérieure.

En politique étrangère toutefois, le président Obama a continué à utiliser pleinement ses pouvoirs. Impliquer les Etats-Unis en Libye mais à distance (Leadership from behind) au printemps 2011, commander et ordonner la frappe et l’assassinat de Ben Laden au Pakistan en mai 2011, semblaient confirmer l’existence (malgré les tergiversations sur la question libyenne – que l’on pouvait toutefois expliquer par les précédents bushiens) d’un président bien campé dans son rôle de commandant en chef.

Ainsi, sa capacité à mener une politique étrangère musclée en adéquation avec la crispation isolationniste de l’opinion publique après les années Bush, s’est traduite par le maintien et le développement de deux programmes – sur les conseils d’ailleurs de son prédécesseur. Il approuve ainsi dès le début de sa présidence le développement de cyber-armes (notamment avec l’opération « Jeux Olympiques », une véritable cyber-guerre menée notamment contre l’Iran) et l’emploi des drones armés. Il va loin, plus loin même que son prédécesseur en estimant qu’il n’a pas à solliciter l’approbation de quiconque (et notamment du Congrès) pour mettre en œuvre les exécutions par drones, et qu’il lui suffit de centraliser la prise de décision dans le bureau ovale (en approuvant la fameuse liste à tuer – Kill list). Ainsi, avec l’avènement de cette « guerre-nintendo », et en raison des modalités de son exécution, la guerre change de visage pour obérer plus encore l’équilibre des pouvoirs car les actes de guerre peuvent être entendus comme des mesures préventives (preemptive or pre-hostile) –  le zénith d’un président seul maître à bord de l’ultime décision.

De fait, il a pu utiliser à bon escient les succès de sa politique étrangère comme levier dans des moments cruciaux de politique intérieure : le président pouvait se prévaloir de son aura de commandant en chef pour se faire réélire, négocier des accords sur la fiscalité ou le budget, tenir tête aux Républicains qui tendent aisément à taxer les Démocrates de couards. En d’autres termes utiliser pleinement son « pouvoir de persuader » en s’appuyant sur une légitimité accrue. Mais les tergiversations récentes sur la question syrienne, la consultation improvisée (ou pas?) du Congrès semblent devoir redéfinir la place du président dans l’équilibre constitutionnel. Le président, en se mettant à la merci du Congrès dans un domaine où aucun président ne s’était montré aussi démonté depuis Jimmy Carter, en donnant le sentiment (réel ou pas) de ne pas être assez décisif, pourrait bien perdre quelques plumes. Or, dans 15 jours, l’année budgétaire est close et la nouvelle loi de finances est encore dans les limbes. Dans 2 mois, il faudra renouveler le plafond de la dette et le Congrès est hostile aux mesures plus keynésiennes du gouvernement Obama. Et la majorité des Américains ne lui fait plus tout à fait confiance pour gérer la crise économique. Il est donc fort possible que Barack Obama arrive dans un an, aux élections de mi-mandat avec une aura ternie, un cahier de doléances plein et peu de réussites, sans même pouvoir se draper dans la cape d’un commandant en chef accompli. Ce qui ne pourrait être que l’avènement d’un (autre) canard boiteux (lame-duck president) pourrait cependant avoir des implications à plus long terme, sur le rôle du président en politique étrangère et sa capacité à jouer le rôle de commandant en chef. En toile de fond, c’est la pratique constitutionnelle qui est en jeu. Reste à savoir si les tergiversations d’Obama n’auront eu (que) pour effet de réajuster le balancier constitutionnel ou si, au contraire, elles ont restauré pleinement la capacité du Congrès à mener la politique du pays – avec, faut-il le rappeler, l’impact que peut avoir le front des Tea-partiers à la Chambre des représentants.

Pour aller plus loin:

« La présidence des Etats-Unis, présidence impériale ou présidence en péril », Presses de l’Université du Québec

« Comprendre les élections américaines » aux éditions Septentrion.

Les hommes du président

Le Président des États-Unis n’est pas seulement une institution, c’est également une personne qui choisit son entourage en fonction de son histoire personnelle, de ses filtres cognitifs, de sa perception de son propre rôle au sein de l’Exécutif, et Nerd Wallet fait le tour de la question avec cette infographie:

 Le système de prise de décision en matière de politique étrangère est, aux États-Unis, en constant réajustement, à la recherche d’un équilibre précaire et imparfait que chaque alternance politique, chaque événement international est susceptible de remettre en cause. Si la prédominance de l’exécutif n’est pas directement le fait des textes constitutionnels, la pratique, elle, a consacré la réalité, au milieu du 20e siècle, de la présidence moderne. Dès lors, malgré une volonté marquée de restaurer les pouvoirs du Parlement, nombre des victoires remportées par le pouvoir législatif, notamment dans les années 70, se sont révélées illusoires car, en pratique, les parlementaires ne sont pas parvenus à brider l’exécutif. La centralité de l’exécutif est réelle malgré la disparition de la menace soviétique qui aurait pu laisser présager du contraire, et renforcée à la suite des événements du 11 septembre.

À la suite des événements du 11 septembre, l’administration Bush entre dans une nouvelle ère qui altère véritablement le cours de la politique étrangère américaine. Les différentes composantes du processus décisionnel en matière d’affaires extérieures sont redéfinies par l’existence du risque terroriste : les rivalités entre les différentes administrations sont complètement occultées, le besoin d’une réelle réactivité gouvernementale fait sauter des paliers décisionnels et le processus devient moins formel, tandis qu’un « cabinet de guerre », composé des principaux décideurs du Conseil de sécurité nationale (NSC), se met en place et prend des mesures qui vont irrémédiablement orienter les relations internationales en ce début de 21e siècle.

À l’inverse, pourquoi l’administration Obama choisit-elle d’intervenir, mais assez frileusement, et tardivement en limitant ses propres opérations au seul espace aérien, et pour un temps très court? Les désaccords à l’intérieur de l’administration depuis les débuts du printemps arabe sont marqués. Les militaires du Pentagone, le secrétaire à la Défense Robert Gates, le Conseiller pour la sécurité nationale Thomas Donilon, et le conseiller spécial sur l’antiterrorisme du président John Brenan, redoutant un nouvel enlisement américain dans le monde arabe et la présence d’éléments de l’AQMI dans l’Est libyen, y sont farouchement – et parfois publiquement – opposés. Leur « défaite » tient au revirement spectaculaire d’Hillary Clinton alors convaincue par les arguments de Samantha Power qui est au Conseil de sécurité nationale, et de Susan Rice ambassadrice aux Nations unies.

Le processus décisionnel américain a ceci de complexe qu’il est constamment en mouvement, et qu’il s’ajuste sans cesse aux circonstances, et aux relations entre les conseillers et le président, au style personnel du président et à la structure décisionnelle. Mais il est également soumis à des pressions contradictoires, celles des intérêts organisationnels. C’est la raison pour laquelle le Conseiller pour la sécurité nationale joue un rôle déterminant à mi-chemin entre les bureaucraties et la présidence. Impartial et neutre, le Conseiller est un moteur du système de plaidoirie multiple qui permet le débat contradictoire et la soumission d’avis contraires. Par contre, lorsqu’il se fait partisan, lorsqu’il intervient délibérément pour influencer la décision (comme dans le cas de Kissinger, de Brzezinski ou de Condoleezza Rice) il déséquilibre l’ensemble du système et provoque un blocage des rouages. Immanquablement, le Conseiller pour la sécurité nationale joue un rôle clé, qui va prendre – ou non – de l’ampleur avec l’irruption de crises internationales. C’est alors au président qu’il appartient de trouver l’équilibre entre le Conseiller pour la sécurité nationale et les acteurs traditionnels (département d’État, département de la Défense) de la politique étrangère américaine.

Avec la recomposition de son équipe de sécurité nationale, le départ d’Hillary Clinton, les difficultés prévisibles de nomination de Susan Rice pour la remplacer, la démission de Petraeus, la mise en cause de James Clapper (DNI) dans l’affaire de Benghazi, Barack Obama va  refaçonner son entourage en matière de politique étrangère, et donc cette dernière.

Pour aller plus loin: Au sein de la Maison-Blanche, de Charles-P. David, aux Presses de l’Université Laval.

Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?

Qu’attendre du premier débat Obama-Romney?

Une contribution spéciale de Julien Tourreille

À quelques heures du premier débat présidentiel qui se tiendra à Denver mercredi 3 octobre de 21h à 22h30 heure de l’Est, la dynamique de la campagne semble nettement favorable au président sortant. Les sondages nationaux donnent certes l’impression d’une course indécise (Obama est crédité d’une avance de 3,5 points en moyenne), mais les projections des voix au Collège électoral, clé véritable de l’accession à la Maison-Blanche, sont actuellement très favorables à Barack Obama. Selon les estimations du site RealClearPolitics.com, il flirte en effet avec la majorité des 270 voix requises pour remporter la présidentielle. À un mois de la tenue du scrutin et alors que le vote par anticipation a commencé en Iowa et dans l’Ohio, la course serait-elle donc déjà jouée ? Mitt Romney peut-il s’appuyer sur les débats pour relancer sa campagne ? Quels sont les stratégies et les atouts que devraient mettre en œuvre les deux aspirants à la présidence au cours de ces joutes oratoires ? Quelle est au final l’importance des débats ?

Un regain d’attaques à la veille du premier débat

Dans les deux jours précédents le premier débat présidentiel, les deux candidats ont délaissé le terrain afin de préparer leur premier face à face. Leurs équipes n’ont cependant pas délaissé la campagne. Au contraire, elles ont débuté la semaine en multipliant les attaques contre l’adversaire. Cherchant à profiter de la situation au Moyen-Orient pour déstabiliser Obama sur ce qui est un de ses points forts, Mitt Romney a publié dans le Wall Street Journal du lundi 1er octobre un article d’opinion dans lequel il attaque vigoureusement la politique étrangère mise en œuvre par l’administration Obama. Le candidat républicain soutient par exemple que les Etats-Unis subissent les évènements au lieu de les façonner en faveur des intérêts américains et de ceux de leurs alliés. Dès lors, soutient-il, cette politique est « dangereuse ». Lundi également, le parti républicain a ouvert un site internet, failedpromise.com, dans lequel sont dénoncées les promesses électorales formulées en 2008 et non tenues par le président Obama.

L’équipe de campagne de ce dernier a pour sa part annoncé que des responsables politiques et des fonctionnaires du Massachussetts se rendraient dans des États-clés tels que l’Ohio, la Floride, ou encore la Virginie, pour présenter un bilan négatif de l’expérience de Romney à la tête de cet État. De plus, des syndicats proches des démocrates multiplient les distributions de pamphlets dénonçant les propos du candidat républicain au sujet des « 47 % d’Américains » qui ne paient pas d’impôts sur le revenu, qui dépendent de l’aide gouvernementale, et qui ne voteront jamais pour lui.

Si les deux équipes de campagne multiplient les offensives en ce début de semaine, elles utilisent également une stratégie classique et identique pour présenter le premier débat. Tant dans le camp Romney que dans celui d’Obama, le mot d’ordre est à la diminution des attentes et à l’insistance sur les forces de l’adversaire. L’objectif est simple : mettre la pression sur le candidat de l’autre camp et préparer le terrain pour pouvoir affirmer, une fois le débat achevé, que celui-ci a été un succès car les attentes ont été atteintes, voire même dépassées. Pour autant, Barack Obama et Mitt Romney ne sont pas dans une situation identique à la veille de ce premier débat.

Source : Washington Post – ABC News Poll, 30 septembre 2012, http://www.washingtonpost.com/politics/decision2012/tight-race-nationally-as-first-debate-approaches/2012/09/30/82d0d402-0b28-11e2-a310-2363842b7057_story.html

Une dynamique positive pour Barack Obama

Le président Obama entame en effet la dernière ligne droite de cette campagne dans une position plutôt favorable. Avec un Américain sur deux qui se dit favorable à l’action du président, Barack Obama se situe à un niveau proche de ses trois derniers prédécesseurs ayant obtenu un second mandat à la Maison-Blanche. Il est en tout cas dans une situation bien plus favorable que celle des deux derniers présidents sortants, George H. W. Bush et Jimmy Carter, n’ayant pas été réélus.

Source : Washington Post – ABC News Poll, 30 septembre 2012, http://www.washingtonpost.com/politics/decision2012/public-opinion-ahead-of-first-debate/2012/09/30/f48ad37e-0b53-11e2-bb5e-492c0d30bff6_graphic.html

Un débat crucial pour Mitt Romney

Pour Mitt Romney, la situation est en revanche un peu plus compliquée. Sa campagne a connu des difficultés au cours des dernières semaines. Ses commentaires au sujet des « 47 % d’Américains » qui ne paient pas d’impôts sur le revenu et qui seraient dépendants de l’aide de l’État ont suscité une controverse que les Démocrates n’ont pas manqué d’exploiter. Alors qu’il a cherché à politiser les événements récents au Moyen-Orient, en particulier l’assassinat de l’ambassadeur américain en Libye, Mitt Romney n’est pas parvenu à renforcer sa crédibilité sur un sujet traditionnellement fort du parti républicain : la politique étrangère. Il devrait d’ailleurs prononcer la semaine prochaine un discours majeur sur celle-ci.

Ce premier débat est donc crucial pour un Mitt Romney qui doit saisir l’occasion pour relancer sa campagne. Des figures importantes chez les Républicains, par exemple le gouverneur du New Jersey Chris Christie ou l’ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich se sont montrés pessimistes lors des émissions politiques dominicales le 30 septembre. Gingrich a ainsi soutenu que Romney devait apparaître à l’issu du premier débat comme une alternative crédible afin de donner à sa « campagne une chance de vivre ».

Romney doit également convaincre des bailleurs de fonds influents. Eux aussi commencent à douter de ses chances de remporter la présidence. S’ils s’avéraient déçus de la performance de Romney au cours de ce débat, ils pourraient décider de réorienter leurs fonds vers la course au Congrès où les Républicains espèrent garder leur majorité à la Chambre des représentants et aimeraient faire des gains au Sénat.

Or, ces bailleurs de fonds, à travers les groupes d’action politique qu’ils financent (les PACs et les Super-Pacs), ont joué un rôle crucial au cours de l’été 2012 pour maintenir Mitt Romney dans la course à la Maison-Blanche. De mi-mai à fin juillet, la campagne de Barack Obama a ainsi dépensé 111 millions de dollars ; celle de Romney à peine 42 millions. Cet écart a été atténué, renversé même en faveur de Romney, grâce aux contributions de groupes d’action politique formellement indépendants des candidats, mais qui jouent un rôle de plus en plus important dans le processus électoral. Ces groupes proches des Démocrates ont dépensé au cours de la même période 18 millions de dollars contre 110 millions pour ceux proches des Républicains. L’ancien conseiller de George W. Bush, Karl Rove, dirige deux de ces groupes les plus importants : American Crossroads et Crossroads GPS. Le verdict qu’il portera sur le premier débat sera particulièrement attendu, à tel point que certains observateurs estiment qu’il pourrait décider du sort de la campagne de Mitt Romney.

Romney vs Obama : état des forces en présence

Dans un tel contexte, voici résumés les principaux atouts de Mitt Romney, les plus grands risques pour Barack Obama et leurs objectifs généraux pour le premier débat :

Les atouts de Mitt Romney :

–       Pratique intensive des débats au cours des derniers mois : il en a fait pas moins de 23 au cours de la primaire républicaine, alors que pour Barack Obama le dernier débat remonte à 2008.

–       Projette une image de calme et de confiance.

–       Habile dans l’utilisation de mots clés et de formules percutantes.

Les risques pour Barack Obama :

–       Apparaître ennuyé et condescendant. Lors des primaires démocrates de 2008, le propos qu’il a tenu à l’endroit d’Hillary Clinton, « you are likeable enough », avant le vote dans le New Hampshire avait nettement contribué à relancer la campagne de cette dernière qui l’avait remporté dans cet État.

–       La perception répandue chez une partie de l’électorat que la campagne de Romney est à la dérive et que par conséquent le président sortant pourrait remporter par K.O. ce premier débat.

–       Si Obama est reconnu pour être un grand orateur, ses performances lors des primaires démocrates en 2007-2008 et lors des débats présidentiels de 2008 ont mis en évidence qu’il n’est pas particulièrement à l’aise dans ce type d’exercice.

 

Ce que devrait faire Romney :

–       Etre précis sur les enjeux et sur les solutions qu’il entend apporter aux difficultés que connaissent les Etats-Unis. À cet égard, il lui faudra nettement rompre avec les propos vagues et les platitudes de ses discours.

–       Surprendre. Pour un nombre croissant d’électeurs et d’observateurs, la campagne de Romney est sur une pente descendante depuis quelques semaines, n’arrivant pas en particulier à ciseler son message ni à mener des attaques efficaces contre Obama.

–       Créer un sentiment de proximité avec l’électeur. Un peu d’autodérision permettrait à Romney de briser une image de distance avec l’Américain moyen, de donner un peu de sympathie.

 

Ce que devrait faire Barack Obama :

–       Être présidentiel : la phrase la plus efficace de son discours à la convention démocrate fut sans doute « je ne suis plus uniquement un candidat. Je suis le président ». En prenant ainsi de la hauteur, en rappelant le poids des responsabilités qu’il exerce depuis presque 4 ans dans un contexte pour le moins délicat, il fait apparaître par comparaison Mitt Romney comme inexpérimenté.

–       Être humble. S’il doit éviter d’être condescendant comme il l’a pu l’être à l’encontre de Hillary Clinton en 2008, Barack Obama doit surtout assurer les Américains qu’il a déjà établi les bases pour favoriser un regain économique qui pourra se concrétiser sous son second mandat.

–       Émuler Bill Clinton dont le discours à la convention de Charlotte a permis, selon les observateurs et analystes, de redonner un certain optimisme chez la population quant aux perspectives économiques du pays. En effet, fin août, 42 % des Américains estimaient que le pays irait dans une bonne direction en matière économique si Barack Obama était réélu. Ils sont 47 % fin septembre. (Si Romney était élu, les chiffres sont respectivement de 46 % et 51 %).

L’influence limitée des débats sur l’issue du scrutin

Il y a quelques jours, 69 % des Américains sondés par Gallup affirmaient que les débats n’influenceraient pas vraiment ou pas du tout leur choix. Les débats marquent l’entrée dans la dernière ligne droite de l’élection présidentielle. Ils peuvent donner lieu à des épisodes mémorables. Une étude portant sur la période 1960 – 2004 publiée par Gallup en 2008 tend cependant à démontrer que ceux-ci n’ont eu un impact décisif sur l’issue de la campagne qu’à deux reprises : en 1960 lors des débats entre John F. Kennedy et Richard Nixon, et en 2000 entre Al Gore et George W. Bush.

Mitt Romney peut essayer de garder espoir en se rappelant que le premier débat est habituellement défavorable au président sortant. Outre un bilan parfois délicat à défendre, le président en exercice a significativement moins de temps pour se préparer d’une part, et n’a pas eu l’occasion de pratiquer ce type d’exercice au cours des 4 dernières années d’autre part. Son adversaire a quant à lui un peu plus de latitude pour aménager des sessions de préparation tout au long de la campagne et a acquis une expérience pendant les primaires de son parti. Romney a participé à 23 débats lors de la course à l’investiture républicaine. Rien n’indique toutefois que cela soit suffisant pour inverser le cours de la campagne.

The state of the democracy….Some things don’t change

This paper was first published in a french newspaper and translated by the website Truthout… 8 years ago. And most of the stuff I wrote at the time is *unfortunately* still relevant. The democracy still suffers from the lack of transparency, of uniformity of the electoral system. Thus the legitimacy of most elections, and particularly at the federal level, is weaken, while conspiracy theories, alleged frauds fuel the judiciarisation of the electoral process.

Elisabeth Vallet | A Real Democratic Deficit

    A Real Democratic Deficit

Monday 18 October 2004

The American people are getting ready to go to the polls November 2 to designate their Electors, and, by so doing, their president… But also to elect officials, judges, sheriffs, prosecutors, and to respond to a number of referendums or local questions.

Colorado voters must also decide on the type of election that will apply to the designation of the state’s Electors. In fact, while the vast majority of American states apply the principle of winner-takes-all to this election, the amendment submitted to referendum this November 2 would allow Colorado to designate its Electors proportionally. And this modification would apply to the election underway. According to present polls, that would have the effect of distributing the nine electoral votes between Bush and Kerry. Which, in view of the results of the 2000 elections, could change the course of history…

The American political system responds to its founders’ two goals: one the one hand, to establish an accomplished democracy contrasting with the tyrannies they left behind in Europe (hence the great number of elected officials and the widely practiced procedure of popularly instigated referenda); on the other, to preserve the federal logic which brought the « united states » into being.

By analogy, the democratic deficit imputable to the American electoral system largely parallels the logic inferred from the new European Constitution: the designation of the future EU president by the European Council broadly corresponds to this federal philosophy. The United States of America were constituted in this same spirit, with each state accepting transfers of its sovereignty, without, all the same, consenting to abandon its sovereignty. In this respect, even today, there are as many similarities between the Texan and the New Hampshire judicial systems as between the English legal order and the Greek system. This diversity is always obscured by the fact that the United States speak with one voice: that of their president… But isn’t that the desired objective of the European member states?

The multiplicity of normative systems in the United States constitutes the heart of the 2004 election problem and is undoubtedly the basis for our incomprehension. But that’s the reality: there are as many electoral systems as there are states and just as many political and legal cultures. Now, since the organization of the election devolves on the federated states, and, because of the cost of elections and the high abstention rate, the states tend to concentrate several elections on the same day, hence the complexity of the lists and the 2000 election imbroglio.

The replacement of the outmoded voting machines in the highly contentious county of Palm Beach does not resolve the problem. On the one hand, because the new touch screen voting machines are subject to warrant. On the other, because the question of the 2000 elections in fact goes well beyond Florida: the cities of New York and Chicago alone saw more ballots unduly invalidated than the whole state of Florida. Several reports (like that of the League of Women Voters) inventory abusive purges of voter rolls and cases of intimidation. Is American democracy in danger? Or, to repeat Georgetown University professor Stephen Wayne, « Is this a way to run a democratic election? »

This much-asked question deserves a nuanced answer. American democracy is certainly surprising. Partisan alignment and the convergence of electoral platforms sometimes mask other political dividing lines. Accordingly, the Electoral College is the object of recurrent controversy. Some flog a centuries’ old, outmoded institution, disconnected from social realities. They emphasize that, contrary to the myth, all the Electors do not have an required mandate, since, once again, the nature of the electors’ mandate is determined at the federated level (only 27 states impose voting in conformity with their initial allegiance on the 270 Electors).

Others raise the Electoral College’s lack of constitutionality. In fact, the term does not figure in American founding law: the Electors represent their state first, meet state by state to elect the president, and transmit their results to Congress, which scrutinizes them. Consequently, this universal suffrage aggregated state by state, according real space for small, less populous states, would represent the essence of American democracy, founded on moderation, consensus, and bipartisanship.

The debate persists. And this method of designating the chief executive will be put to the test again during the upcoming election in November, which is forecast to be very tight. If the American electoral system effects a compromise between democratic logic and federal logic, the fact remains that it is the source of a real democratic deficit. Has the American federal model outlasted its term? Europe is constructing a similar system… In certain European states, minorities have problems attaining the vote, voters vote in constituencies where they no longer live, and sometimes even the dead cast a vote… What’s the difference? We don’t elect a European president… At least, not yet, and with infinitely lesser power!

Elisabeth Vallet is a Doctor of law, researcher for the Raoul-Dandurand Chair in Strategic and International Studies at Quebec University in Montreal. She has just published as coauthor Les lections pr sidentielles am ricaines [The American Presidential Elections] with Quebec University Press.

All republished content that appears on Truthout has been obtained by permission or license.

 

La vice-présidence, strapontin ou tremplin?

Jusqu’à la fin du 19 siècle, la vice-présidence est une institution accessoire, pratiquement insignifiante. À la mort de Franklin D. Roosevelt, le vice-président Harry Truman accède à la présidence: il n’a même pas été informé de l’existence du projet Manhattan sur la bombe atomique. Dans le même ordre d’idées, le vice-président Johnson n’est pas convié à assister aux réunions des conseillers de JFK qui, pendant treize jours (voir le film du même nom, très fidèle à la réalité), discutent de la résolution de la crise des Missiles en 1962. Il succède pourtant à J.F. Kennedy un an plus tard, à bord d’Air Force One qui ramène le corps du président assassiné de Dallas.

En fait, avec les problèmes de santé de Dwight Eisenhower en 1955 et de l’assassinat de Kennedy en 1963, le poids du vice-président s’accroît véritablement. Alors que l’on ne voyait dans en lui qu’un atout électoral (le complément du candidat à la présidence), il devient véritablement le second timonier de l’administration en place.

Cette évolution est particulièrement patente sous George W. Bush puisque son vice-président, Dick Cheney, a eu une influence déterminante sur les politiques gouvernementales, à commencer par l’intervention américaine en Irak.

Cette influence croissante du vice-président n’est toutefois pas complètement irréversible et l’on peut tout à fait imaginer qu’en raison de la personnalité du président et du vice-président, ou des circonstances, le vice-président soit moins influent sur le plan décisionnel que son prédécesseur. Mais il demeure celui qui devra prendre la présidence en cas d’empêchement du chef de l’État ou de vacance du poste. C’est pour cela que le choix exprimé à la convention – par le candidat à la présidence – est déterminant et c’est un des arguments – l’absence d’envergure présidentielle – qui a sans aucun doute nuit à Sarah Palin en 2008 malgré une entrée en scène remarquée.

De quelle expérience disposent ceux qui, si l’Histoire avait été autre, auraient pu prendre les rênes du pays en cas de vacance du pouvoir?

Le Washington Post a élaboré une infographie:

que l’on retrouve sous un angle différent dans le New York Times:

Et s’il ne fallait lire qu’une seule référence sur le sujet, ce serait le texte de Karine Prémont, primé, dans la revue canadienne de science politique:

Karine Prémont, «La vice-présidence américaine contemporaine: une école pour la présidence?», Revue canadienne de science politique, 41, 2008, p 953-972.

Et dans une version moins universitaire, ici.

 

La course à la présidence en images

Parce qu’on aime les infographies, voici la course à la présidence en images, réalisée par The Economist, et signalée par @mlarsenault.

Il s’agit là d’un cliché établi à partir de la situation actuelle, un peu rapide quant à la place respective des États-pivots et n’intégrant pas dans l’équation la possibilité d’une inconnue (crucial) et le sursaut des conventions (cf. McCain-Palin en 2008).  En d’autres termes, l’infographie est superbe mais sa portée relative… comme tous les commentaires que l’on peut formuler aujourd’hui.

Cherchez la femme…

 

Les femmes élues aux États-Unis

 

Avec la ratification par le Tennessee du 19e amendement, le 16 août 1920, les femmes américaines ont enfin obtenu le droit de vote pour lequel elles avaient longuement milité. Depuis, des groupes de pression comme EMILY’s List, American Women Presidents ou le White House Project, appuient les candidatures des femmes aux législatures des États et au Congrès fédéral : le pouvoir législatif étant perçu comme un tremplin vers le pouvoir exécutif, l’objectif avoué de ces organisations est l’accession des femmes à des fonctions politiques toujours plus importantes, pour permettre – un jour – à l’une d’entre elles d’enfin se hisser à la présidence. En ce sens, le cycle électoral de2008 a marqué un tournant avec la présence, pour la première fois dans l’histoire électorale américaine, d’une femme « présidentiable » dans la course à l’investiture démocrate et d’une femme « investie » sur le ticket républicain. Et pourtant. Durant cette année électorale peu conforme aux us de la politique états-unienne, les Américains ont été de plus en plus favorables à l’avènement d’une femme présidente; s’il a paru y avoir un rejet de la gérontocratie, il est resté que, globalement, les sondages favorisent toujours l’homme – peu importe sa couleur – par rapport à la femme.

Il y a, semble-t-il, en partie, derrière ce réflexe traditionaliste, les stigmates de l’échec Mondale-Ferraro qui conduisent une partie de l’électorat ainsi que des délégués à la convention national, par simple calcul politique, à opter pour un homme essentiellementparce qu’il est plus présidentiable.

De ce fait, si les femmes sont présentes à Washington, et ce dans les trois branches de gouvernement, elles y sont toujours en minorité. Il n’y a pas eu – du moins directement – d’effet Clinton-Palin sur le plafond de verre de la capitale fédérale. L’univers politique dans lequel évoluent les femmes à Washington reste conforme aux usages sociaux et aux représentations de genre : les hautes fonctions de la République américaine ne demeurent qu’entr’ouvertes aux femmes dès lors qu’elles touchent à la dimension régalienne de l’État, et a fortiori à la fonction de commandant en chef. Ainsi, dans l’environnement sécuritaire qui a suivi le 11 septembre, les femmes en politique ont, semblerait-il, la tâche ardue de démontrer leur leadership sans pouvoir accéder aux fonctions qui en incarnent l’essence. Et même à l’ère Clinton-Palin, la lente progression des femmes dans l’appareil exécutif américain semble devoir plus relever d’une évolution des institutions politiques sous l’effet de la pression sociétale que d’une véritable révolution de genre au cœur du pouvoir.

Les femmes ont été présentes dès les années 1930 au niveauministériel, et comme membres du Cabinet, mais elles ont été, dès le départ, cantonnées à des fonctions définies par une rhétorique machiste. Frances Perkins a été la première femme nommée – par F. D. Roosevelt – à la tête d’un ministère, le secrétariat au Travail, qu’elle a dirigé de 1933 à 1945. Après elle, 24 femmes ont siégé au Cabinet (et 45 au total ont occupé des fonctions ministérielles ou de direction d’administration – dites « de niveau ministériel »). Pour autant, elles ont été le plus souvent cantonnées aux ministères “sociaux” : secrétariat d’État à l’éducation (2/25), à la santé (6/25), au transport (3/25) au logement (2/25), au travail (7/25) ou de l’Intérieur (1/25). Elles ont été également à la tête, mais dans une moindre mesure, de ministères économiques comme le secrétariat d’État à l’énergie (1/25), au commerce (2/25) ou à l’agriculture (1/25). Si depuis la nomination de Madeleine Albright en 1997 à la tête du secrétariat d’État, deux femmes l’y ont suivie (Condoleezza Rice nommée en 2005 et Hillary Rodham Clinton nommée en 2009), il demeure que les fonctions régaliennes sont largement réservées aux hommes : aucune femme n’a jamais dirigé le secrétariat à la Défense, celui des Anciens combattants, ou encore celui du Trésor. Janet Reno a été la seule femme (nommée en 1993 par Clinton) a tenir les clés duministère de la Justice (qui n’est d’ailleurs pas un ministère per se, puisque ce n’est pas un secrétariat car il s’agit du poste d’Attorney General).

On aurait pu penser que Barack Obama avait peut-être ouvert une brèche dans cet univers régalien exclusivement masculin en nommant, en 2009, à la tête du département du Homeland Security (l’équivalent du ministère de l’Intérieur dans la majorité des démocraties occidentales), la gouverneure de l’Arizona Janet Napolitano. Pour autant, le chemin est encore long puisque, depuis 1933, elle est la seule, avec Janet Reno, à avoir occupé des fonctions ministérielles régaliennes. Il y a d’autant moins lieu de parler de « virage Obama » pour les femmes que le nombre de nominations féminines par le dernier président élu est singulièrement ordinaire . Barack Obama s’inscrit en effet totalement dans la tradition présidentielle : en nommant quatre femmes au Cabinet, il se conforme à ce qu’avait fait George W. Bush en début de mandat (quatre nominations féminines), ne fait que doubler les scores de George H. Bush et de Ronald Reagan (deux nominations féminines) et se situe très en deçà de celui de Bill Clinton (cinq femmes en début de mandat et 9 sur 19 au plus haut de sa présidence) .

Ni notables, ni constants, les progrès des femmes au sein de l’appareil exécutif ne suffisent donc pas à inverser la machine. Plus encore, dans la prévalence des ministères sociaux, se retrouve l’essence même des stéréotypes de genre  qui contribuent à qualifier les femmes en les démarquant des hommes, notamment en ayant recours à un champ sémantique relevant de la maternité ou de la féminité , le « gouvernement » appartenant à une rhétorique plus masculine par exemple que celle de la « représentation ».

C’est la raison pour laquelle la présidence Obama se fait le reflet de l’état d’esprit qui a marqué l’après 11 septembre 2001 et la perpétuelle quête de sécurité. L’opposition entre le « sexe faible » et la masculinité des fonctions régaliennes a été renforcée par la logique et le discours sécuritaires du 11 septembre. En effet, les événements de l’automne 2001, en induisant un souci accru de sécurité et un besoin de leadership fort, ont marqué, selon certaines études, un recul pour les femmes en politique et un renforcement des stéréotypes traditionnels.

Ce recul est à mettre en lien avec la place réservée aux femmes dans l’armée. En effet, alors même qu’il y a de plus en plus de femmes aux postes d’amiraux et de généraux, ces dernières demeurent bien souvent cantonnées à des postes de soutien, réduisant d’autant leur capacité d’acquérir l’aura d’un héros de guerre et, ainsi, la légitimité d’un commandant en chef fondée sur l’expérience. C’est donc une expérience dont elles ne peuvent se prévaloir – à l’inverse de Ike Eisenhower qui avait pu arguer de son expérience dans l’Armée, de John Kerry durant les élections présidentielles de 2004 ou de John McCain en 2008 qui ont tous deux mis en avant leur statut de vétérans du Vietnam. Ce n’est pas la norme mais durant certaines périodes de l’histoire des États-Unis – comme au cours de la guerre du Vietnam ou dans la foulée du 11 septembre – la notion de « leader fort » a été cruciale pour l’issue des élections présidentielles, ce qui tend à survaloriser les candidatures masculines. De surcroît, même si le critère central des élections présidentielles a été, le plus souvent, « la compassion » des candidats – ce avec quoi l’image traditionnelle de la femme serait en conformité, il demeure qu’il ne se traduit pas dans les bureaux de vote : une femme candidate à la présidence « n’a d’autre choix que de générer la perception qu’elle est un leader fort , sous peine de devoir livrer une bataille perdue d’avance.  Il n’est d’ailleurs pas anodin que, même dans la fiction, l’accession d’une femme à la présidence (selon le scénariode la série diffusée par la chaîne ABC, Commander in Chief, qui mettait en scène, durant l’automne 2005, une femme présidente pour pratiquement la première fois depuis Kisses for My President) se fasse non pas par l’élection mais par la succession puisqu’il s’agissait d’une vice-présidente devenue chef d’État à la suite du décès du président en exercice. Dès lors, la femme-candidate doit parvenir à définir son leadership dans les balises que l’Histoire, tracée au masculin, a établies pour l’institution présidentielle. Les représentations traditionnelles de genre sont donc profondément ancrées dans la perception de l’institution présidentielle : elles expliquent en partie pourquoi les femmes y sont encore sous-représentées, et particulièrement lorsque l’on touche au cœur de l’État et de ses fonctions régaliennes. Le second volet de l’explication tient à la réalité électorale et donc à la capacité des femmes à accéder aux fonctions gouvernementales : ici encore la place des femmes n’a connu que peu de progrès, notamment à l’échelle des élections fédérales aux États-Unis.

 Longtemps, à Washington et au sein du pouvoir exécutif, le seul rôle reconnu et dévolu à une femme était celui de Première dame. Du rôle social de Lucy Hayes, à celui de First Lady moderne incarné par la redoutable Eleanor Roosevelt, puis à la mutation de ce rôle avec l’arrivée dans l’aile Ouest (West Wing) d’Hillary Clinton, les Premières dames ont été grandement étudiées, seul symbole du pouvoir féminin – restreint – à la Maison-Blanche (. En effet, les femmes de la Maison-Blanche ont souvent dû se satisfaire de ce strapontin qu’est le rôle de Première dame. Si le terme de First Lady a fait son apparition dans un éditorial de Mary Clemmer Ames, à propos de l’épouse du président Hayes en 1877, il semblerait qu’il soit devenu d’usage courant à la suite de la représentation à New York de la pièce The First Lady in the Land de Dolley Madison. Pendant longtemps, la Première dame a œuvré dans l’ombre du président. Toutefois, de la même manière que son époux a fait considérablement évoluer le rôle du président, Eleanor Roosevelt a ouvert la période moderne pour ce qui est du rôle de Première dame. En poursuivant sa carrière et en promouvant des causes comme la protection des droits civiques, elle a marqué le début d’une nouvelle ère dans laquelle se sont inscrites celles qui lui ont succédé, en particulier Lady Bird Johnson. Hillary Clinton a, quant à elle, irrémédiablement modifié la place de la Première dame. La nature même du tandem « Billary » est sans doute ce qui explique qu’elle ait été la première épouse de président à avoir son propre bureau dans l’aile Ouest (alors qu’auparavant la First Lady était installée, avec son équipe, dans l’aile Est) et à mener une politique gouvernementale, en l’occurrence sur le système de santé. Enfin, l’affrontement entre les épouses des deux candidats à la présidentielle de 2008 témoigne de l’entrée dans l’arène politique des Premières dames. Toutefois cette fonction, même politique, demeure dans l’ombre du président ( comme en témoigne le départ de Lady Bird Johnson de la scène politique à la suite du décès de son mari ou encore le travail de distanciation par rapport à son époux mené par Hillary Clinton lorsqu’elle a choisi de mener sa propre carrière politique).

En ce sens, la nomination de Nancy Pelosi, première femme leader de parti au Congrès en 2003, comme première femme présidente (speaker) de la Chambre des représentants en janvier 2007 aurait pu indiquer les prémisses d’une (r)évolution de genre à Washington. D’abord parce qu’ainsi, Nancy Pelosi inaugurait l’entrée d’une femme dans des fonctions traditionnellement masculines. Mais aussi et surtout, parce qu’en accédant au poste de speaker, elle devenait la première femme à figurer aussi haut dans l’ordre de succession en cas de décès du président – et du vice-président. Jamais femme ne s’était autant approchée de la magistrature suprême. Toutefois, il en est pour souligner que la montée en épingle de cette ascension dans les médias ne fait qu’occulter une réalité autrement plus « genrée » . Ainsi, à l’issue des élections de novembre 2008, au niveau fédéral, les femmes représentent 17 % des membres du Congrès (avec 76 femmes à laChambre des représentants et 17 au Sénat) et seules huit femmes occupent le poste de gouverneur d’État.

Ces données sont essentielles dans la mesure où tous les présidents élus depuis Harry Truman sont issus de ces institutions : cinq avaient été sénateur (Truman, Kennedy, Johnson, Nixon, Obama) deux avaient été représentant (Ford, G.H. Bush) et quatre, gouverneur (Carter, Reagan, Clinton, G.W. Bush) avant d’accéder à la magistrature suprême. Le passage par l’exécutif des États fédérés ou par la législature fédérale s’impose en effet comme un cap incontournable dans la carrière politique d’un aspirant à la Maison-Blanche – ce qui justifie d’ailleurs qu’Hillary Clinton ait choisi le poste de sénateur de New York comme tremplin politique . La sous-représentation des femmes dans ces fonctions électives d’importance qui constituent justement des étapes nécessaires vers de plus hautes fonctions explique en partie le fait qu’elles sont en minorité au sein du pouvoir exécutif, notamment à la Maison-Blanche et particulièrement dans l’exercice de charges régaliennes, traditionnellement perçues comme l’apanage du pouvoir masculin. Elle révèle les limites du phénomène observé avec l’ascension de Sarah Palin et la campagne d’Hillary Clinton en 2008.

En effet, au-delà même des incidences du gender gap et de la définition par leur genre des aspirantes à un poste électif, les candidatures féminines souffrent de deux handicaps récurrents.

En premier lieu, le fait que les femmes commencent leur carrière politique plus tard que les hommes – notamment en raison de la structure familiale traditionnelle et du phénomène d’incumbency (en vertu duquel un candidat sortant à toutes les chances d’être réélu – le taux de réélection au Congrès avoisinant les 90 %) – les amène trop tardivement aux postes qui leur permettraient d’aspirer à la présidence.

En second lieu, le coût des campagnes (pour les élections primaires d’abord, et l’élection générale ensuite) est si élevé que l’aspirant doit s’affirmer avant tout un redoutable opérateur en termes de financement. Et pour l’être, il faut disposer d’un réseau qui est d’autant plus dense qu’il a été constitué de longue date – dès lors, le fait d’entrer plus tardivement en politique est un inconvénient majeur.

En effet, le processus de nomination est sans cesse plus dense et compressé. Et c’est là où le bât blesse, puisque les femmes en arrivant tardivement en politique peinent à constituer un réseau durable et à réunir les fonds nécessaires pour mener une campagne ramassée dans le temps et très onéreuse. Pour autant, Hillary Clinton a infirmé cette norme, puisqu’elle avait dégagé, au cours de la « primaire invisible » qui précède l’ouverture de l’année électorale, plus d’argent que tous ses adversaires démocrates, montrant par là même la capacité d’une femme à mettre en place un réseau efficace de levée de fonds – les bailleurs de fonds du parti démocrate s’étant tournés vers elle dès le début de l’année 2005. Ce qui n’a pas suffit. En 2008, au cœur de l’année électorale et alors qu’Hillary Clinton est encore la favorite des primaires démocrates, les Américains pensaient qu’il serait plus difficile pour une femme de se faire élire à la Maison-Blanche que pour un Noir. Et cela s’est traduit, au cours de l’été 2008, par la désignation de Barack Obama (devant Hillary Clinton) à la tête du ticket démocrate : une plus grande réceptivité n’induisait pas la prévalence d’une candidature féminine.

Texte adapté d’un papier publié dans La Revue de Recherches féministes en mai 2010.

 

Les femmes au Congrès depuis 20 ans

Romney et le Mormonisme: Et le dernier État sera… l’Utah

Signalé par Mother Jones:  le cycle électoral se clôt le 26 juin sur l’État de l’Utah et c’est un avantage pour  Romney:

 

 

D’autant que la perception qu’ont les Mormons de leur place en Amérique pourrait alimenter le repli sur un candidat qui appartient à la même église. Une revanche de l’Histoire aussi, puisque le fondateur de l’Église est lynché par une foule en colère en 1844, alors qu’il se présente aux élections présidentielles.

Alors qu’en réalité, le « problème » de Mitt Romney réside beaucoup moins dans son affiliation religieuse que dans son inconstance.

Car au fond, la religion des candidats, plusieurs fois montée en épingle, n’est pas forcément un problème. Même si, comme le signale le Pew Forum on Religion, près de la moitié des présidents était affiiliée à l’église épiscopale ou presbytérienne – donc protestante « classique ». Il n’y a eu qu’un seul catholique, JFK tandis que seuls trois présidents n’appartenaient à aucune église (Thomas Jefferson, Abraham Lincoln and Andrew Johnson), signe que la religion appartient à la tradition politique américaine, au point que l’on parle de religion civile américaine.

Pour aller plus loin sur ce dernier point, il faut lire le livre de Sébastien Fath, « Dieu Bénisse l’Amérique », paru en 2004 chez Seuil et celui de Denis Lacorne, « De la religion en Amérique », paru en 2007 chez Gallimard et dont le premier fait la recension ici.

 

 

 

Les SuperPacs constituent-ils vraiment une nouveauté made in 2012?

Les SuperPacs doivent divulguer la totalité des sommes qu’ils recueillent et l’identité des donateurs de plus de 200 dollars. Bien entendu le problème apparaît lorsque une organisation charitable est le donateur car elle-même n’est pas tenue de divulguer le nom de ses propres mécènes. Le problème que cela soulève est somme toute mineur puisqu’une étude signalée par P. Sherman de l’Institute for Justice confirme que 93% de l’argent des SuperPac est « traçable ».

S’agissant de l’origine des SuperPacs, et contrairement à ce que l’on peut trouver (et trouver cité, du même coup) sur wikipedia, le débat est vif, au point où par exemple le New York Times a été conduit à infléchir sa ligne de conduite et la terminologie employée pour prendre en compte toutes les nuances du débat. ils sont antérieurs à la décision de la Cour suprême Citizens United. Au cours de notre discussion, Paul Sherman ajoute qu’au mieux, la décision de la Cour suprême n’est que très indirectement responsable de l’avènement des SuperPacs.  La décision significative n’est pas Citizens United qui n’a pas affecté la limite antérieurement définie de 5000 dollars pour les donations individuelles à des fins politiques. Mais bel et bien la décision de la Cour d’appel de circuit de DC dans un arrêt SpeechNow.org v. FEC. Toute la question, ajoute Sherman, est est-ce que  SpeechNow.org v. FEC pouvait survenir sans la décision préalable de la Cour suprême. Selon lui CU a facilité les choses mais tôt ou tard le résultat aurait été le même.

De surcroît, selon lui, les groupes 527 ont, durant la campagne de 2004 au niveau fédéral, agi comme des SuperPacs. Bien sûr, la FEC a estimé que leurs agissements étaient illégaux et leur a imposé des amendes. Mais ils ont existé. Et au niveau fédéré, les SuperPacs existaient indéniablement. Par exemple en Californie. Et, selon James Bopp, avocat de Citizens United qui accepté de répondre à nos questions, la Cour d’appel du 4e circuit (qui recouvre le Maryland, La Virginie, les Carolines) avait déjà établi ( North Carolina v. Leake) que les limitations imposées dans le domaine du financement électoral aux groupes contrevenaient au Premier amendement – et ce deux ans avant la Cour suprême.

Le point de vue diffère selon la posture politique de l’interlocuteur, qui va voir tour à tour dans les Super PACs un véritable risque de corruption des élites politique et un espace de liberté accessible pour tous (les groupes de) citoyens. Entre risque de fraude et liberté d’expression, à l’instar de la décision de la Cour Suprême, les SuperPACs continuent donc  à naviguer en eau trouble. Pour combien de temps? 

 

The Road We’ve Traveled… Ben Laden et les excuses à demi-mot de Bill Clinton

L’équipe de campagne de Barack Obama vient de diffuser sur le web ce documentaire, intitulé

« The Road We’ve Traveled », que l’on trouve ici:

Il s’agit d’un bilan, plutôt bien fait (même s’il ne peut être que positif évidemment) du premier mandat d’Obama.La ferveur de novembre 2008, l’ampleur de la crise, les décisions du président, les allusions à FDR, tout y est. Même en politique étrangère.
Et c’est peut-être le point le plus intéressant: on y entend Bill Clinton sur l’assassinat de Ben Laden dire que Barack Obama a choisi la bonne route. Et qu’il aurait aimé avoir fait ce choix-là. En effet, cinq ans avant le 11 septembre le président a le choix: les forces spéciales ont en ligne de mire Ben Laden, peu de civils autour. Mais le président ne donne pas son aval. Ce moment crucial est retracé dans The Path to 9/11, film diffusé sur ABC et dont l’épisode est ici:

https://www.youtube.com/watch?v=kytMi5XqTrc&feature=related

 

 

Le poids du président lui-même dans le processus décisionnel, et surtout ce type de décision, est expliqué dans deux ouvrages.

  (chapitre 11)

 

Super Tuesday : Le jour où le parti républicain perd l’élection présidentielle?

(version longue)

Dix États, de la Géorgie à l’Alaska, ouvrent leurs bureaux de vote ce mardi pour un Super Tuesday que les Républicains souhaitent décisif. Ce mardi permettra de désigner près de 18% des délégués pour la convention d’août prochain, et dans tous les cas, plus de délégués en un jour (437) que depuis le début de l’année (302). Pour autant ce ne sera pas le « Tsunami » (comme on l’avait dénommé à l’époque) de 2008 avec ses 24 États et la moitié des délégués en jeu. Ce super Tuesday n’en sera pas un, tandis que le parti républicain s’abîme dans des comptes de délégués et paraît se chercher à la fois un leader et une identité, au risque de perdre cette frange de l’électorat qui constitue pourtant la clé de l’élection de novembre prochain.

 

Comptes et décomptes

En 1988, pour contrer l’influence du Nord des États-Unis dans le processus de sélection des candidats à la présidence, un ensemble d’États du Sud choisit d’organiser simultanément leurs primaires. Ce n’est pas un véritable succès mais le principe est acquis. Le procédé du Super Tuesday a progressivement pris de l’importance car ces blocs de primaires ont une résonance pour la suite de la campagne, en termes de collecte de fonds, de mobilisation politique, d’obtention des délégués nécessaires pour emporter l’investiture.

Cette année toutefois, l’impact du Super Tuesday est plus flou. Tout d’abord, le Texas, avec ses 155 délégués (10% des délégués à la convention nationale), a disparu du super Tuesday à l’aune d’une querelle juridique liée au découpage électoral pour se retrouver en queue de peloton, le 29 mai.

Ensuite, deux États présentent des particularités. En Virginie, seuls Mitt Romney et Ron Paul sont parvenus, en réunissant les 10 000 signatures requises, à figurer sur le bulletin de vote. Romney emportera donc une victoire facile que tous imputeront aux méandres électoraux et dont il ne pourra se gargariser. En Géorgie, son État d’adoption, Newt Gingrich espère ressusciter – en concédant qu’il ne peut poursuivre son pari présidentiel sans l’emporter.

De surcroît, le vote devrait se diviser. Au Tennessee et en Oklahoma, Santorum espère emporter cet électorat profondément conservateur et évangélique. Le Dakota du Nord, l’Idaho et l’Alaska (cette dernière étant très en marge des chemins de campagne des candidats) pourraient regarder du côté de Ron Paul. Le Vermont et le Massachussetts devraient tomber dans l’escarcelle de Mitt Romney.

Reste l’Ohio – le centre du monde politique états-unien, État pivot depuis plusieurs élections présidentielles. Preuve en est, Mitt Romney, qui a décidé de ne faire de publicité dans aucun autre des États du Super Tuesday (ce qu’il laisse à son super PAC Restore Our Future pour 7 millions), a choisi d’y investir 1,2 millions de dollars. Le Red, White and Blue Fund de Santorum injecte autant (500 000 $) dans cet État que dans les neufs autres. Pour autant, Santorum part avec un réel handicap arithmétique pouvant représenter jusqu’au quart des délégués en jeu : dans trois des 16 districts, limitrophes de son État de Pennsylvanie, il n’a pas réussi à fournir une liste de délégués, perdant par forfait 9 des 66 délégués de l’Ohio. Dans six autres, il n’est pas parvenu à soumettre une liste complète : ce qui signifie qu’il pourrait emporter le vote populaire dans un district sans obtenir le nombre total de délégués qui lui revient. À l’opposé les cols bleus – évangéliques – de l’État n’ont pas de grande affection pour Romney, qui souffre encore de ses gaffes. Ce n’est donc pas le jeu des délégués que mène Santorum : il s’agit pour lui de gagner le vote populaire et de s’en prévaloir pour asseoir sa légitimité en vue d’une poursuite de la course jusqu’à la convention.

Et c’est probablement ce qui fait faire des cauchemars aux caciques du parti. En effet, en constatant en 2008 les bénéfices d’une campagne prolongée et enlevante de l’autre côté du spectre politique, alors que l’affrontement entre Hillary Clinton et Barack Obama mobilisait un électorat jusque là invisible, l’establishment du parti républicain a choisi de refondre les règles régissant leurs primaires et caucus. Pour éviter que l’essentiel de la course ne soit concentrée sur les premiers mois, que le taux d’abstention n’augmente avec le temps, et finir trop tôt avec un candidat un peu terne, ils ont donc choisi d’imposer une forme de proportionnelle dans la première partie du calendrier électoral.

Y a-t-il un pilote dans l’avion?

Or l’introduction d’une certaine dose de proportionnelle a eu pour effet de révéler les divisions profondes du Grand Old Party. En effet, les primaires/caucus tendent à valoriser les franges traditionnelles des partis : on sait que les candidats tiendront, durant ce premier cycle électoral, un discours tourné vers leur base partisane, plus radical que celui qu’ils adopteront lors de la campagne générale. Toutefois, la proportionnelle a conduit à surévaluer les éléments marginaux de chaque État : d’où la propension des candidats à adopter des positions qu’ils s’empressent de réfuter ensuite, s’engageant dans un exercice de funambulisme politique où ils ne convainquent personne.

Ce faisant, chaque cycle de primaires pose immanquablement la question de l’identité du parti. Les démocrates ont eu leur heure en 2008, tandis que la campagne s’était étirée jusqu’en juin. Toutefois, les divisions du parti de l’Âne sont moins profondes : la gauche religieuse, les libertariens de gauche, les indignés, ou les libéraux semblent toujours trouver un plus petit dénominateur commun. Ce n’est pas le cas du parti républicain. Entre les partisans d’une réduction des impôts et ceux qui préconisent une hausse de la taxation des plus hauts revenus, entre les partisans d’une politique étrangère où les États-Unis demeurent les gendarmes du monde comme les néoconservateurs et ceux qui prônent le désengagement du pays pour se recentrer sur les problèmes internes comme les libertariens, entre les théo-conservateurs et les conservateurs fiscaux, entre les Tea partiers et ce qui reste des Républicains modérés, les lignes de fracture sont profondes. Ces divisions ne sont pas nouvelles : l’opposition entre la droite religieuse et les conservateurs fiscaux a fait couler de l’encre durant les deux mandats de Bush fils, et la disgrâce – relative – des néoconservateurs a simplement laissé un vide que le Tea party a pu occuper. Le grenouillage actuel ne parle donc pas de crise d’identité mais de luttes fratricides avec, à la clé, le contrôle du parti, rappelant l’avènement de Barry Goldwater en 1964.

Le jour où les Républicains ont perdu les indépendants

Mais le timing n’est pas bon. L’administration Obama semble mettre à profit ces dissensions et le prolongement du cycle républicain. Bien sûr, le discours traditionnaliste de Santorum constitue une réponse aux phénomènes anxiogènes (bien accueillie dans le Mid-Ouest, comme en témoignent ses victoires) de la société américaine contemporaine, s’engouffrant parfois dans les divisions de l’administration Obama – par exemple sur la contraception. Mais le parti républicain doit naviguer entre les objectifs des primaires (séduire la base) et celui de l’élection générale (convaincre les indépendants). Ainsi, tandis que les républicains multiplient les initiatives anti-avortement au niveau des votations fédérées, les démocrates rétorquent avec une campagne portant sur « la guerre contre les femmes ». Or dans le même temps, le poids de la religion dans la vie politique décline : désormais plus de la moitié des Américains (en hausse de 12 points par rapport à 2004) considère que l’église doit demeurer en dehors de la vie politique. Sur cette pente pourtant, Santorum a dérapé, en fustigeant JFK sur la séparation de l’église et de l’État – refroidissant tout à la fois l’électorat catholique et évangélique.

Ainsi, face à lui, Mitt Romney paraît être un expert de la poliorcétique et du marathon, s’assurant de tenir le siège en faisant la preuve de sa résilience – une qualité présidentielle. Toutefois, alors que les indépendants n’ont jamais représenté une faction aussi importante de l’électorat américain, même l’homme d’affaire qu’est Romney peine à articuler un message qui corresponde aux attentes des électeurs (dont la première préoccupation est l’économie, devant l’emploi…. et le terrorisme). C’est peut-être là que réside la preuve du désarroi du GOP : alors que le président démocrate fait face à une crise économique sans précédent depuis la seconde guerre mondiale et que le pays affiche un taux de chômage (8,5%) en principe rédhibitoire – 7,2% constituant le sésame de la réélection si l’on en croit l’histoire statistique – le tapis rouge des Républicains se transforme, au fur et à mesure du cycle de primaires, en pente savonneuse.

Bien sûr, la route est encore longue vers l’élection générale. Et depuis 1976, aucune course à l’investiture ne s’est terminée à la convention – et les querelles intestines qui ont marqué les primaires ont toutes sombré dans l’oubli. Mais 2012 pourrait être une exception. On ne saurait oublier que certains scrutins (Iowa, Colorado, Minnesota, Maine) sont non contraignants, à l’instar de ceux qui se déroulent aujourd’hui en Idaho et au Dakota du Nord, et les délégués demeurent jusqu’au bout libres de leur choix. Le Super Tuesday ne devrait donc pas permettre de trancher, de désigner un candidat présidentiable et inévitable. Par contre il pourrait, faute de parvenir à conquérir indépendants et modérés, contribuer à l’éclipse – temporaire – du parti républicain.

Article (version courte) paru dans Le Devoir du 6 novembre 2012.

Par Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David


Bilan de Floride – El Presidente?

La Floride est un État beaucoup plus conservateur qu’il y a 4 ans. Et le portrait de l’électorat d’une primaire républicaine est plus facile à dresser dans la mesure où il s’agit de la première vraie primaire fermée: 8/10 électeurs se disent conservateurs. 2/3 qu’ils appuient le Tea party.

Or Mitt Romney a gagné sans Jebb Bush et sans Marco Rubio. En faisant un meilleur score que prévu même chez les évangéliques. Sans l’establishment. Seul. Pas que cela aurait changé grand chose: le soutien de la gouverneure Nikki Haley en Caroline du Sud n’a pas vraiment changé l’issue du vote. Mais le symbole est fort. Il est (de nouveau) devenu inévitable.

Romney et son super PAC (Restore our future) ont littéralement enterré Gingrich et son super PAC (Winning our Future) sous une avalanche de publicités, dépensant 15,6 millions contre 3, 29. Sans tout à fait changer le profil électoral de l’État:

source: Google politics

Rien n’est arithmétiquement scellé, loin s’en faut, comme l’explique Josh Putman. Mais le symbole est fort et la « présidentiabilité » de Mitt Romney établie, inversement proportionnelle à la perte en crédibilité de Gingrich.

Or la présidentiabilité (oui le barbarisme est désagréable, mais il est efficace) de Romney importe à l’heure où, pour 12 États pivots, le taux d’approbation de Barack Obama est de 43%. Aujourd’hui, en termes absolus, aucun des candidats en lice (de part et d’autre de l’échiquier) ne peut en effet être assuré d’une victoire.

Il reste donc à Romney à faire son chemin dans les prochains caucus (Nevada, Colorado, Missouri), et primaires (Michigan, Arizona) pour éviter de devoir faire face – mais les risques sont-ils réels – à une convention divisée  (brokered convention) en août prochain.

source

Les prochains votes seront un test pour Romney, particulièrement dans une frange de l’électorat qui devrait lui être acquise mais a été échaudée par ses prises de position sur l’immigration. En effet si Mitt Romney a gagné le vote hispanique ce mardi (15% de la population de Floride) par 54% contre 28%, il demeure que, dans cet État, les politiques migratoires n’ont plus vraiment d’incidence sur une population hispanophone implantée de longue date.

Par contre dans les États qui vont se prononcer, les Hispanophones immigrants sont nombreux. Romney devrait avoir une facilité, puisqu’il parle espagnol, puisque son père est né au Mexique, à toucher cette communauté. Cela ne paraît, pour l’instant pas être le cas. Celui que Larry Kaplow décrit comme le (potentiel) premier président latino des États-Unis, « El Presidente« , navigue entre ses racines et sa quête d’une identité conservatrice, pro-mur, en faveur du durcissement des politiques migratoires, opposé au Dream America Act. Dans le même temps, son apologie de l’auto-déportation (self deportation) au cours du dernier débat républicain envoie peut-être le signal que cette position tranchée n’implique pas des décisions immédiates si il devait être élu. C’est sans doute la bonne attitude, alors que l’administration Obama perd des plumes dans la communauté, avec l’augmentation des reconduites à la frontière.


Ainsi, et dans ce contexte, si Romney devient le choix du GOP, le choix du colistier sera plus important encore…

L’entrée en campagne de Barack Obama – côté people

Le livre de Jodi Kantor, The Obamas, ne décrit pas le stéréotype « d’une femme noire en colère » comme le laissait entendre la Première Dame, apparemment froissée. Mais brosse plutôt un portrait avantageux en année électorale d’un couple (presque) ordinaire, propulsé dans un environnement peu familier, amené à vivre, presque contre son gré dans le bocal de la Maison-Blanche.

Alors que Barack Obama paraît, avec son discours sur l’état de l’Union, entré en campagne électorale, et tandis que l’économie ne semble pas aller plus mal, les spin-doctors de la Maison-Blanche travaillent sur le message électoral, et sur le marketing du couple présidentiel, de la vie de la Maison-Blanche…


images abondamment relayées par les réseaux sociaux, et qui ont pour effet de  détourner quelque peu l’attention des chiffres qui font mal – c’est l’une des thèses de Jodi Kantor.

Source: Washington Post

Ainsi, « The Obama Diary », chaîne Youtube du POTUS, vient de diffuser – avec succès – une vidéo d’Obama fredonnant “Let’s Stay Together” de Al Green lors d’un discours. Dans le même esprit, et contribuant à la construction d’une image « ordinaire » , la mise en ligne d’images d’Obama calmant un bébé va dans ce sens. Le besoin de communication de la Maison-Blanche mène la Première Dame (#FLOTUS) à se risquer (la discussion en lien sur la BBC est très instructive) dans les shows de soirée, en évitant certains chausses-trappes.

 

Petit guide des élections présidentielles américaines 2012 – disponible!

  • À propos du livre

    Le 6 novembre 2012, les Américains devront se choisir un nouveau président. Alors que les États-Unis sont à un tournant économique, politique et stratégique, les électeurs feront face à une décision difficile. Quel candidat pourra rassurer l’électorat ? Ramener le pays vers la croissance ? Redonner l’espoir ? Faire croire au changement ?

    Barack Obama, l’orateur charismatique qui galvanisait les foules en 2008, a vu son aura et sa présidence ternies par la lente agonie de l’économie américaine. Seul représentant du Parti démocrate en 2012, les Républicains lui opposeront un adversaire dont l’identité ne sera connue qu’à l’issue d’une longue saison de primaires.

    Les enjeux sont considérables: la situation économique des États-Unis est désastreuse, la réforme de la santé et les politiques migratoires sont contestées en Cour suprême, la politique étrangère américaine bat de l’aile et les restrictions budgétaires condamnent l’empire américain au repli.

    En répondant à sept questions, Karine Prémont et Élisabeth Vallet, de l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand, expliquent la mécanique et les enjeux de cette élection présidentielle mais également le comportement électoral des Américains.

    1. Pourquoi Barack Obama a-t-il gagné en 2008 ?
    2. Quels sont les principaux enjeux de la campagne de 2012 ?
    3. Comment le président est-il élu ?
    4. Combien coûtera la campagne présidentielle ?
    5. Quel est le rôle des médias durant une campagne présidentielle ?
    6. Qui vote et pourquoi ?
    7. Et les autres scrutins de 2012 ?

    Un livre 100% numérique de 20 500 mots, 15 graphiques, 9,99 $.

     

    Catégorie : Essai politique

    80 pages
    Format EPUB : 9.99$, ISBN EPUB : 9782896646852

    2012
    Éditeur : Septentrion

    Voir aussi au Septentrion
    Ouvrages de l’auteur Vallet, Élisabeth

    • Le Duel, les dessous de l’élection présidentielle américaine (2008)

    Ouvrages de l’auteur Prémont, Karine

La critique de Didier Fessou, dans le Journal « Le Soleil »