The Road We’ve Traveled… Ben Laden et les excuses à demi-mot de Bill Clinton

L’équipe de campagne de Barack Obama vient de diffuser sur le web ce documentaire, intitulé

« The Road We’ve Traveled », que l’on trouve ici:

Il s’agit d’un bilan, plutôt bien fait (même s’il ne peut être que positif évidemment) du premier mandat d’Obama.La ferveur de novembre 2008, l’ampleur de la crise, les décisions du président, les allusions à FDR, tout y est. Même en politique étrangère.
Et c’est peut-être le point le plus intéressant: on y entend Bill Clinton sur l’assassinat de Ben Laden dire que Barack Obama a choisi la bonne route. Et qu’il aurait aimé avoir fait ce choix-là. En effet, cinq ans avant le 11 septembre le président a le choix: les forces spéciales ont en ligne de mire Ben Laden, peu de civils autour. Mais le président ne donne pas son aval. Ce moment crucial est retracé dans The Path to 9/11, film diffusé sur ABC et dont l’épisode est ici:

https://www.youtube.com/watch?v=kytMi5XqTrc&feature=related

 

 

Le poids du président lui-même dans le processus décisionnel, et surtout ce type de décision, est expliqué dans deux ouvrages.

  (chapitre 11)

 

Les firmes privées et la guerre en Irak 2007-2012

 

Les firmes privées qui sont venues en appui au ministère de la défense américain ont joué un rôle clé durant la guerre en Irak, un rôle très controversé également, notamment en raison du fait qu’ils ne sont pas soumis aux mêmes types de contrôle que l’armée régulière.

Une infographie d’Al Jazeera: Infographic: US ends Iraq war chapter – Interactive – Al Jazeera English 

Le déclin de l’Empire américain?

À l’heure où la Défense américaine s’apprête à faire face aux plus grosses coupures budgétaires de son histoire – une première depuis la Seconde Guerre mondiale – , au point de mettre en jeu l’intégrité de certains systèmes d’armes et de mener à une redéfinition complète de la stratégie – et donc du rôle –  des États-Unis dans le monde, les yeux se tournent vers les puissances militaires en devenir…. Certes, la Chine vient de se doter d’un nouveau porte-avions  (un ancien bâtiment soviétique – du temps de Gorbatchev – acquis pour un peu plus de 20 millions de dollars et réarmé)… mais il faut regarder plus loin. Selon un papier de Foreign Policy, repris en français par Slate, « non seulement l’Inde n’est pas en reste, mais dans certains domaines, elle progresse plus vite que son voisin chinois ». Des Think Tanks (SIPRI, CSIS) reconnus dans le domaine de la sécurité signalent en effet la hausse des transactions militaires de ce pays, qui devrait injecter « d’ici 2015, quelque 80 millions de dollars [60 millions d’euros] dans des projets de modernisation militaire » et qui représente dès à présent les plus grosses importations d’armes. Cet État se voit comme une puissance maritime, prévoyant d’investir « près de 45 milliards de dollars sur les 20 prochaines années pour se doter de 103 nouveaux navires de guerre, dont des destroyers et des sous-marins nucléaires ».