Hollywoodistan? La campagne médiatique de recrutement de l’ÉI

Grenier_C_William2013_web

par William Grenier-Chalifoux
Chercheur- Observatoire de géopolitique
UQAM

 

La branche médiatique de l’État islamique (EI) a mis en marche une redoutable stratégie de communication à l’échelle mondiale visant à recruter des combattants étrangers. C’est par l’entremise de production médiatique de grande envergure, comme le dernier film «Flames of War : The fight has just begun», que le groupe tente de rallier à sa cause les jeunesses occidentales.

 

Plus de 15,000 combattants provenant de 80 nations auraient rejoint la Syrie afin de combattre le régime de Bashar al-Assad. Provenant principalement de l’Arabie-Saoudite, de la Jordanie, de la Tunisie et du Maroc, mais aussi de pays occidentaux tels que la France, l’Angleterre, l’Allemagne et les États-Unis, les combattants étrangers rejoindraient pour la plupart des sous-unités de l’État islamique.

enablers-w1-2Un régiment d’infanterie recruté dans 80 pays – The Washington Post

Si des dizaines de vidéos de recrutement ont été mises en ligne par l’EI depuis quelques mois, Flames of war : The fight has just begun détonne par la qualité de sa production. La vidéo comprend des superralentis de djihadistes au combat ainsi que des explosions de véhicules américains filmés à partir de multiples caméras, le tout en qualité HD. Des effets visuels similaires à ceux des jeux vidéos et films d’action rajoutent au caractère «hollywoodien» du film.

Certaines scènes sont présentées en mode first person shooter , un sous-genre de jeu vidéo très populaires chez les jeunes où le joueur voit l’action à travers les yeux du protagoniste. Certaines images sont d’ailleurs directement tirées de jeux vidéos de guerre tels que Call of Duty :

ecran2

L’exploitation de ce registre culturel ainsi que l’utilisation de l’anglais dans les vidéos semblent spécifiquement conçues pour faire appel aux jeunes recrues potentielles du monde occidental. En rupture avec l’image archaïque de groupes tels qu’Al Qaeda, l’EI propose une image moderne et rafraichissante à laquelle les musulmans occidentaux peuvent facilement s’identifier.

Les contenus vidéos de l’EI sont pour la plupart produits et diffusés par le Al Hayat Media Center, une entreprise moderne mise sur pied par l’EI en mai dernier et employant des professionnels du marketing.

Le Département d’État américain s’est lui aussi engagé dans une guerre de propagande sur les réseaux sociaux. Le projet  »Think Again, Turn Away », visant à dissuader les ressortissants américains à joindre les rangs de l’EI, a son propre compte Twitter, son blogue Tumblr, sa page Facebook et sa chaîne YouTube.

Lancée en décembre 2013 par le Center for Strategic Counterterrorism Communications (CSCC), la campagne vise essentiellement à alimenter une guerre idéologique contre les djihadistes. La stratégie du CSCC consiste à publier de courts et percutants messages, parfois accompagnés d’images saisissantes ou d’articles de médias américains traitant de la menace djihadiste. Des communiqués du type «#ISIS not about Islam, only terror», «Girls marry jihadis, frequently widowed» ou bien «Grand theft innocence» en sont de bons exemples :

ecran4ecran3 Dans la même optique, une vidéo publiée par le CSCC intitulée «Welcome to Islamic State Land» montre des scènes de crucifixion, de décapitation et d’attentats suicides, encore une fois dans le but de dissuader les ressortissants américains à joindre les rangs de l’EI.

Si les vidéos de recrutement mis en ligne par l’EI ne peuvent expliquer à elles seules le flot de combattants occidentaux vers la Syrie, il n’en demeure pas moins que leur stratégie de communication innove en ce qu’elle est parfaitement adaptée à un jeune public international ayant grandi loin de la guerre. Si le combat semble attirer ces milliers de jeunes vers la Syrie, leur retour à la maison reste empreint d’incertitude. C’est que les séquelles physiques et psychologiques seront cette fois bien réelles, et non virtuelles.

NDR: William Grenier-Chalifoux a, à la suite de ce billet, été interviewé par Franco Nuovo à l’émission Dessine-moi un dimanche : « Quand les mouvements terroristes recrutent de jeunes Occidentaux » | Dessine-moi un dimanche – Pour écouter: http://ici.radio-canada.ca/emissions/dessine_moi_un_dimanche/2014-2015/chronique.asp?idChronique=353242

2016: Les États-Unis prêts pour « Madam President »?

wwii___we_can_do_it_by_razornylon-d39vesrEn 2008, elle avait, selon ses propres termes, étoilé le plafond de verre de 18 millions de fissures… sans toutefois parvenir à le fracturer. En 2016, selon toute probabilité, Hillary Clinton se lancera de nouveau à l’assaut de la Maison-Blanche. Pour ce faire, quatre super-PACs, ces monstres financiers issus de la décision de la Cour suprême « Citizens United », sont déjà sur le pied de guerre. Et jamais la « primaire invisible », celle où les candidats remplissent leur coffre de guerre, n’a été amorcée aussi tôt. Jamais l’Iowa, premier État à tenir traditionnellement les premiers caucus de l’année électorale, n’a reçu autant de visites de candidats putatifs… deux ans avant le début officiel du processus. Dans le même temps, le Parti républicain peine à trouver un candidat rassembleur depuis l’explosion en plein vol de la candidature de Chris Christie, et le parti démocrate semble de plus en plus convaincu de l’inévitabilité (73% des électeurs démocrates) de la candidature d’Hillary Clinton. Plus encore, John McCain, candidat défait en 2008 par Barack Obama, se dit persuadé de la réussite d’ « HRC » (Hillary Rodham Clinton). C’est dire.

L’Amérique serait-elle donc mûre pour sa première présidente?

Madame « le » Président ?

Les femmes représentent plus de la moitié de l’électorat aux États-Unis, et la majorité des électeurs inscrits. Depuis 1996, dans chaque élection présidentielle, elles sont plus nombreuses à voter que les hommes (l’écart est de 4 points en moyenne, près de 9 dans la communauté afro-américaine) et depuis 1980, elles penchent très nettement en faveur des démocrates. Le parti ne s’y trompe pas : il a abondamment utilisé le crédo de la « guerre contre les femmes » contre le parti républicain, et l’adoption de lois restreignant l’avortement comme récemment au Texas (ainsi que dans 26 autres États, ce qui touche au final 53% des femmes américaines) semble lui donner raison. Ainsi malgré la prégnance des « guerres culturelles, » la prochaine élection présidentielle pourrait être propice à une révolution. Mais le chemin peut encore être long : presqu’un siècle s’est écoulé entre la mention en 1920 de Laura Clay, première femme à recevoir un vote lors d’une convention nationale (Geraldine Ferraro fut la première en 1984 à figurer sur un Ticket démocrate comme vice-présidente, et Sarah Palin en 2008 côté républicain) et l’avènement en 2008 d’Hillary Clinton, première femme présidentiable, « presque » investie par un parti susceptible de conquérir le bureau ovale.

Les résistances du plafond de verre

Si l’idée d’une femme à la Maison-Blanche a fait son chemin, particulièrement au cours des vingt dernières années (selon un sondage de Emily’s list, 90% y sont favorables), il demeure que ces chiffres sont identiques à ce qu’ils étaient en 2008. À l’époque déjà, les Américains considéraient plus aisé de désigner un président de couleur (Obama) qu’un président septuagénaire (McCain) (si Hillary est élue, elle sera à 9 mois de son 70e anniversaire en janvier 2017). Et surtout, le vote des femmes n’est pas acquis : durant les primaires démocrates de 2008, les donateurs féminins ont été deux fois plus nombreuses pour Barack Obama que pour Hillary Clinton. Il n’y a pas eu d’effet direct Clinton-Palin sur le plafond de verre de la capitale fédérale : les femmes restent minoritaires au sein du pouvoir exécutif fédéral américain (27 femmes au Cabinet entre 1933 et 2014), et notamment dans les fonctions régaliennes (occupées par 5 femmes, sur 27, en 80 ans), encore souvent « des chasses gardées masculines ». Les femmes ne représentent que 19% des membres du Congrès, et même la culture populaire ne fait d’elles que des présidentes incidentes (conquérant le pouvoir à la suite d’un accident du président élu comme dans « Commander-in-Chief » de 2005, et toujours comme second(e) – comme dans « Veep », diffusée en 2012).

Le meilleur atout d’Hillary Clinton c’est… HRC

Or, face à un Barack Obama qui tergiverse et calcule, Hillary Clinton a un style présidentiel actif et engagé, que Robert Gates lui-même (Ministre de la défense de W. Bush puis Obama) louange dans ses Mémoires. Sa vision est moins définie par les déterminants de la politique intérieure mais plus par sa volonté d’affirmer le rôle central des États-Unis dans le monde. Bien sûr, les Républicains vont abondamment utiliser la mort de l’ambassadeur Stevens à Benghazi mais il demeure que l’appréciation de la candidate s’est améliorée dans la population américaine depuis 2008, 53% la jugeait « peu aimable » en 2008, 57% considère que cela ne s’applique pas. En ce sens, sa présidentiabilité, son leadership ne sont pas en doute : elle est à même d’assumer la masculinité de la tâche, telle qu’elle a été définie par l’Histoire exécutive.

En l’état actuel du parti républicain, c’est donc du côté du parti démocrate qu’il faut aller chercher ses vulnérabilités. Car les grandes lignes de fracture qui l’ont lacéré durant la campagne de primaires de 2008 n’ont pas disparu. En effet les grands partis aux États-Unis sont de grandes coalitions étirées sur plusieurs fuseaux horaires politiques. Si rien n’empêche que la candidature d’HRC soit consensuelle (mais l’illusion du consensus avait coûté cher à Nixon en 1960), le parti démocrate connait traditionnellement (lorsqu’il ne s’agit pas de reconduire le président sortant) des campagnes de primaires marquées par une pluralité de candidatures (3,5 en moyenne  depuis 1948 selon Larry Sabato). Et donc une pluralité de courants : les contestations pourraient ici venir de sa gauche, ou encore de la génération du Millénium qui pensait avoir déclassé celle des Babyboomers en élisant Barack Obama. Or, dans le « Hillaryland », ce monde centré autour de l’establishment clintonien et formé de cercles concentriques dont le degré de proximité est déterminé par les liens de loyauté, il y a tous les risques de l’insularité qui a tant nuit à Mitt Romney ou de l’étiquette passéiste qui s’attache à Bill. Dès lors, il reste à Hillary Clinton d’être moins Clinton et plus HRC et de s’assurer de conquérir ses troupes avant de partir à l’assaut du pays.

Article publié initialement par le Devoir, le 18 mars 2014

Syrie: Barack Obama et la fin de la présidence moderne ?

De tergiversations en revirements, la politique américaine menée par Barack Obama sur la question syrienne relève désormais plus du soap-opera que de la Realpolitik. Les commentateurs hésitent encore (ou se divisent) sur l’interprétation des faits. Le président a-t-il fait preuve de fermeté ou de faiblesse ? A-t-il choisi d’amener le Congrès à se prononcer, à se diviser sur une question de politique étrangère pour éviter de porter seul l’opprobre d’une (autre) intervention dans la poudrière moyen-orientale ? A-t-il (véritablement) gaffé lors de la mention de la fameuse « ligne rouge » et a-t-il cherché à se sortir d’affaire en renvoyant la balle dans le camp du Congrès – sachant qu’il ne gagnerait jamais la Chambre ? A-t-il simplement fait un mauvais calcul politique qui va irrémédiablement éroder la suprématie présidentielle en matière de politique étrangère ? En d’autres termes, Barack Obama vient-il de rétrograder la présidence à son ère pré-moderne ?

Un régime dévoyé ?

À l’origine, le régime politique américain n’était pas conçu pour le président : le premier article de la Constitution est consacré au Congrès et le second, dédié au président, est lapidaire. Pourtant, dès les débuts de la République, Jefferson justifie l’acquisition de la Louisiane en 1803 sans l’aval du Congrès par la nécessité d’agir rapidement tandis que le président Polk invoque la sécurité nationale en 1846 pour envoyer, sans l’accord du parlement, les troupes américaines écraser la rébellion indépendantiste à Fort Alamo. Et dès le début du siècle dernier, Theodore Roosevelt et Woodrow Wilson d’abord (au début du 20e siècle), Franklin Delano Roosevelt ensuite (avec le second conflit mondial) tracent les contours de la «présidence moderne» en repoussant les limites de l’exercice du pouvoir exécutif. Si le Congrès a tenté d’enrayer cette progression, il est très vite devenu chimérique de vouloir limiter l’expansion du pouvoir du président. Car bien que ce soit (constitutionnellement) au Congrès de déclarer la guerre (article I, section 8), et malgré l’adoption en 1973 de la loi sur les pouvoirs de guerre (War Powers Act), le pouvoir d’envoyer les troupes au combat revient de facto au président. Les exégètes de la Constitution signalent d’ailleurs que l’Assemblée constituante a délibérément choisi de substituer au pouvoir du Congrès de faire la guerre celui de la déclarer. À cela, il faut ajouter que les « petites interventions » impulsées par le président (Teddy Roosevelt en République Dominicaine, H. Taft au Nicaragua, au Honduras et à Cuba, W. Wilson au Mexique et en République Dominicaine), de même que les opérations de paix ont été avantageusement définies comme étant « en deçà » de la notion constitutionnelle de guerre. Et en cas d’urgence et de légitime défense, la Maison-Blanche est autorisée à mettre sur pied des opérations militaires d’envergure, au-delà du territoire national et contre des nations « ennemies ».

Ainsi au sortir de la Seconde guerre mondiale, la présidence omnipotente, appuyée sur une bureaucratie pléthorique et organisée, magistralement fédérée par des présidents charismatiques ou simplement fins gestionnaires, fait face à un Congrès divisé. Et ce d’autant plus que, dans un monde métamorphosé (où l’avènement du nucléaire militaire a engendré une véritable mutation constitutionnelle) le Congrès a été éclipsé par le chef de l’État qui, pour des raisons d’efficacité et de confidentialité (il est 1 alors qu’eux sont 535), s’est vu remettre le pouvoir de décider du sort du monde. Le déséquilibre a perduré et les traumatismes du Watergate, de l’Iran-Contra, du Monicagate, ou du Powell-gate (sur les armes bactériologiques en Irak) n’y ont rien fait. Les présidents ont continué à dominer le processus décisionnel en politique étrangère. L’élaboration par l’administration Bush de la doctrine de la guerre préventive (une « guerre au cas où ») a bénéficié de l’aval du Congrès qui a fini par donner un blanc-seing au président, dans un texte tellement évasif que l’administration a cru pouvoir aller « jusqu’au bout » en Irak. Pourquoi aurait-elle pensé autrement puisque le Congrès devait voter 14 mois plus tard une hausse du budget pour l’Irak, sans débat ni contestation?

Le retour du balancier ?

Pourtant, lorsque les circonstances l’ont permis, il y a eu un retour du balancier (notamment à la suite du passage de l’ouragan Katrina et des élections de mi-mandat en 2006) : c’est la raison pour laquelle Barack Obama fait face à un Congrès plutôt hostile depuis 2010, qui lui a plusieurs fois mis des bâtons dans les roues… particulièrement en politique intérieure.

En politique étrangère toutefois, le président Obama a continué à utiliser pleinement ses pouvoirs. Impliquer les Etats-Unis en Libye mais à distance (Leadership from behind) au printemps 2011, commander et ordonner la frappe et l’assassinat de Ben Laden au Pakistan en mai 2011, semblaient confirmer l’existence (malgré les tergiversations sur la question libyenne – que l’on pouvait toutefois expliquer par les précédents bushiens) d’un président bien campé dans son rôle de commandant en chef.

Ainsi, sa capacité à mener une politique étrangère musclée en adéquation avec la crispation isolationniste de l’opinion publique après les années Bush, s’est traduite par le maintien et le développement de deux programmes – sur les conseils d’ailleurs de son prédécesseur. Il approuve ainsi dès le début de sa présidence le développement de cyber-armes (notamment avec l’opération « Jeux Olympiques », une véritable cyber-guerre menée notamment contre l’Iran) et l’emploi des drones armés. Il va loin, plus loin même que son prédécesseur en estimant qu’il n’a pas à solliciter l’approbation de quiconque (et notamment du Congrès) pour mettre en œuvre les exécutions par drones, et qu’il lui suffit de centraliser la prise de décision dans le bureau ovale (en approuvant la fameuse liste à tuer – Kill list). Ainsi, avec l’avènement de cette « guerre-nintendo », et en raison des modalités de son exécution, la guerre change de visage pour obérer plus encore l’équilibre des pouvoirs car les actes de guerre peuvent être entendus comme des mesures préventives (preemptive or pre-hostile) –  le zénith d’un président seul maître à bord de l’ultime décision.

De fait, il a pu utiliser à bon escient les succès de sa politique étrangère comme levier dans des moments cruciaux de politique intérieure : le président pouvait se prévaloir de son aura de commandant en chef pour se faire réélire, négocier des accords sur la fiscalité ou le budget, tenir tête aux Républicains qui tendent aisément à taxer les Démocrates de couards. En d’autres termes utiliser pleinement son « pouvoir de persuader » en s’appuyant sur une légitimité accrue. Mais les tergiversations récentes sur la question syrienne, la consultation improvisée (ou pas?) du Congrès semblent devoir redéfinir la place du président dans l’équilibre constitutionnel. Le président, en se mettant à la merci du Congrès dans un domaine où aucun président ne s’était montré aussi démonté depuis Jimmy Carter, en donnant le sentiment (réel ou pas) de ne pas être assez décisif, pourrait bien perdre quelques plumes. Or, dans 15 jours, l’année budgétaire est close et la nouvelle loi de finances est encore dans les limbes. Dans 2 mois, il faudra renouveler le plafond de la dette et le Congrès est hostile aux mesures plus keynésiennes du gouvernement Obama. Et la majorité des Américains ne lui fait plus tout à fait confiance pour gérer la crise économique. Il est donc fort possible que Barack Obama arrive dans un an, aux élections de mi-mandat avec une aura ternie, un cahier de doléances plein et peu de réussites, sans même pouvoir se draper dans la cape d’un commandant en chef accompli. Ce qui ne pourrait être que l’avènement d’un (autre) canard boiteux (lame-duck president) pourrait cependant avoir des implications à plus long terme, sur le rôle du président en politique étrangère et sa capacité à jouer le rôle de commandant en chef. En toile de fond, c’est la pratique constitutionnelle qui est en jeu. Reste à savoir si les tergiversations d’Obama n’auront eu (que) pour effet de réajuster le balancier constitutionnel ou si, au contraire, elles ont restauré pleinement la capacité du Congrès à mener la politique du pays – avec, faut-il le rappeler, l’impact que peut avoir le front des Tea-partiers à la Chambre des représentants.

Pour aller plus loin:

« La présidence des Etats-Unis, présidence impériale ou présidence en péril », Presses de l’Université du Québec

« Comprendre les élections américaines » aux éditions Septentrion.

50 ans plus tard. Mort pour la liberté : Medgar Evers et la lutte pour les droits civiques

evers-web-banner-1

Il y a 50 ans Medgar Evers, militant pour les droits civiques, vétéran de la seconde gurerre mondiale, membre de la NAACP, était assassiné d’une balle dans le dos devant sa maison, au Mississippi. Ce militant qui a marqué la lutte pour les droits civiques (notamment pour la déségrégation à l’université) a été enterré au cimetière d’Arlington avec les honneurs militaires.

108-1

Son assassin, Byron De La Beckwith, membre du White Citizens Council puis par la suite du Ku Klu Klan est arrêté trois jours plus tard mais… acquitté par deux fois avant d’être condamné… trente ans plus tard.

emdeath-of-medgar-evers-covered-in-the-press

beckwith_article

 

 

 

Celui qui aura permis la condamnation de De La Beckwith est journaliste d’enquête  au Clarion-Ledger , un journal publié à Jackson au Mississippi. On parle de Jerry Mitchell – encore aujourd’hui – comme d’une « balle perdue », d’un « traître blanc » à expulser sur un rail avec du goudron et des plumes ou encore du « Simon Wiesenthal du Sud ».

Depuis 1989, méticuleusement, recoupant les informations, avec ténacité, il a notamment permis de mettre derrière les barreaux quatre membres du KKK pour des meurtres commis entre 1963 et 1966. Depuis 1989, Mitchell est une équipe de « Cold case » à lui tout seul. Blanc chrétien pratiquant (comme le décrit Mother Jones), il a vu la lumière lorsque le rédacteur en chef du journal lui a demandé de couvrir en 1989 la première de Mississippi Burning. Depuis, il fait parler les membres du KKK : il les rencontre, les écoute, et recoupe les informations. Et fait rouvrir des dossiers clos depuis longtemps. La condamnation de Beckwith (inculpé en 1990, condamné en 1994) est son premier fait d’armes et c’est ce qui va lui donner les coudées franches pour poursuivre ses enquêtes.

Quant à Medgar Evers, ainsi vengé trente ans plus tard, il appartient désormais à la culture populaire :

Bob Dylan a écrit « Only a Pawn in their game » à propos de l’assassinat :

tandis que Goddam Mississippi, chantée par Nina Simone à la suite de la mort de Evers est devenu l’hymne de la lutte pour les droits civiques :

Eudora Welty publiera d’ailleurs dans le mois qui suit son assassinat, dans The New Yorker, un texte peu connu et pourtant déterminant, écrit à la première personne et entrant dans la peau de l’assassin : « Where is the Voice Coming From ». De son propre aveu, elle cherchait à exorciser par l’écriture ce sentiment que, sans le connaître tout à fait, elle connaissait forcément l’assassin qui appartenait à cette société blanche du Sud.

 22

Le film de Rob Reiner, « Ghosts of Mississippi » retrace le dernier procès et la condamnation de Byron de la Beckwith.

 

Symboliquement, en janvier dernier, c’est une femme, n’appartenant pas au clergé, qui a prononcé la prière publique d’ouverture des cérémonies d’investiture du nouveau président. Afro-américain lui aussi. Cette femme, c’est Myrlie Evers,  la veuve de Medgar Evers, assassiné au Mississippi en 1963. Cinquante plus tard, l’homme pour lequel elle prononce cette prière occupe la Maison-Blanche… Et il est afro-américain.

 

Nixon, 1968, l’élection…. et des urnes pleines en vente sur Ebay !

« Ce qui est arrivé en 2000 n’a fait que révéler une réalité qui imprègne depuis longtemps le système électoral américain. Pendant près de cent ans, alors que la Constitution de 1787 donne aux Etats fédérés pleine compétence sur l’encadrement des élections, ce sont les partis politiques qui ont organisé les élections, fabriqué les bulletins de vote, s’assurant du taux de participation. Avec, en arrière-plan, des suspicions de corruption, de votes frauduleux, de disparition de bulletins. » extrait de : Les fractures électorales de la démocratie américaine, publié sur Visions Carto, le blog du Monde diplo.
Avec, en prime, une découverte faite sur ebay, en août 2008….

Ballot box with ballots from 1968 Nixon elections

Item number: 120286449505
Seller of this item? Sign in for your status
Bidding has ended for this item

Buyer or seller of this item? Sign in for your status.
Additional options:
   Sell an item like this one.
Previous Picture Stop Play Next Picture
1 of 3
Previous Picture Stop Play Next Picture
1 of 3
View larger picture
Starting bid: US $3,500.00 
No payments until 2009 – new eBay MasterCard

Ended: Aug-01-08 10:59:01 PDT
Shipping costs:
US $50.00
UPS Ground
Service to United States
Ships to: United States
Item location: phoenix, AZ, United States
History: 0 bids

You can also: Email to a friend 
Listing and payment details:  ShowShow
Meet the seller
Seller: mgrout1230 ) 
Member: since Feb-22-04 in United States
See detailed feedback
Add to Favorite Sellers
View seller’s other items
Buy safely
1.   Check the seller’s reputation
No feedback reviews at this time
2.   Check how you’re protected
Up to $200 in buyer protection.  See eligibility
Returns: Seller accepts returns.
7 Days Money Back
Description
This ballot box is filled with ballots from the Nov. 15 1968 general election in Washington County, Colorado, Precinct 10. The ballots alone are worth the price and would indicate that they may not have been counted. Ballots are still folded with a rubber bands holding them in folded as they were originally, with some 150 to 200 ballots. Detailed photos of the ballot and ballot box can be sent for interest parties only. The ballot box was manufactured by National Ballot Box mfn by Amos Pettie One from Chicago, Ill. The patents on the ballot box are register on June 17 1884. The top still has the glue for a covering placed over the slot to deposit ballots showing the system used in Washington County Co. Presidential Electors on this ballot are; Democrat Hubert H. Humphrey and Edmund S. Muckie, Republican Richard M. Nixon and Spiro T. Agnew. This is very collectible item with great political importance. The box has been in the family for well over almost 25 years and was discovered in Washington County Co. by my Father. There were only 3 of these ballot boxes when discovered.
Select a picture

 

01219

 

Shipping and handling
Ships to
United States
 Country:
Shipping and Handling To Service Insurance
US $50.00 United States UPS Ground

1 to 6 business days*
Loss/Damage protection included up to $100
*Sellers are not responsible for service transit time. This information is provided by the carrier and excludes weekends and holidays. Note that transit times may vary, particularly during peak periods.

Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?

L’Iran dans la campagne électorale américaine – prise 2

Une attaque israélienne contre l’Iran?

Papier publié initialement dans Le Devoir, le 15 septembre 2012.

À moins d’un événement majeur, ce sont les enjeux de politique intérieure et les questions économiques qui devraient retenir l’attention des candidats et des électeurs américains d’ici l’élection du 6 novembre. Or, selon une formule qui a cours depuis la fin des années soixante, il y a toujours le risque qu’un événement inattendu bouleverse entièrement le déroulement de la campagne électorale présidentielle.

Bien souvent, ce sont des crises internationales qui s’invitent dans l’élection : les tractations secrètes avec le Nord Vietnam en 1968 et 1972, les négociations autour de la libération des otages américains en Iran en 1980 (qui mèneront à la consécration de l’expression « surprise d’octobre » par Gary Sick), les rebondissements de l’affaire Iran-Contra en 1988, l’irruption de ben Laden – par vidéo – en 2004 et en pleine campagne électorale.

Or, le président Obama s’est illustré durant la deuxième partie de son mandat comme un véritable commandant en chef des forces armées, coupant l’herbe sous le pied des républicains qui ont pratiquement renoncé à faire de la politique étrangère leur fer de lance – il s’agit pourtant traditionnellement de leur terrain de prédilection. Toutefois, il pourrait en aller autrement si une surprise survenait dans ce qui reste de la campagne de 2012.

La mort de l’ambassadeur américain à Benghazi et l’envoi de marines en Libye constituent ce genre de scénario imprévu, scénario qui est déjà instrumentalisé par le camp Romney. Mais plus encore, la perspective d’une attaque israélienne contre l’Iran, profitant de l’éclipse politique de la campagne électorale, est redoutée. En effet, la diplomatie israélienne réitère son refus d’un Iran doté de la bombe nucléaire (qu’ironiquement, Israël possède déjà), et les plans militaires sont prêts : alors que Romney est prêt à surfer sur la vague pro-israélienne, qu’Obama ne peut pas se mettre à dos l’électorat juif, l’alignement des astres paraît optimal pour Israël, une occasion dont l’État hébreu pourrait être tenté de profiter.

La détérioration du contentieux israélo-iranien

Plusieurs raisons portent à croire que la situation se détériore avec l’Iran.

Premièrement, sur le plan technique, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a publié le 30 août 2012 un rapport affirmant que l’Iran aurait doublé sa capacité d’enrichissement d’uranium à la centrale de Fordo, située dans un bunker souterrain. Elle signale également l’obstruction systématique de l’Iran en ce qui concerne l’inspection du site de Parchin : l’Iran ferait disparaître toute trace du programme qu’elle y développe pour y conduire des tests explosifs, même si Téhéran persiste à dire que l’enrichissement de l’uranium se fait à des fins uniquement civiles. Cela, l’AIEA n’est pas en mesure de le garantir.

Deuxièmement, le Conseil de sécurité de l’ONU, l’Union européenne et bon nombre de pays, dont le Canada, ont multiplié en vain les mises en garde et imposé quatre séries de sanctions qui affectent l’économie iranienne, mais pas le pouvoir religieux.

Troisièmement, faute de résolution pacifique du différend, les relations diplomatiques entre l’Iran et l’Occident se sont considérablement refroidies et la décision canadienne de rompre les relations avec l’État perse représente un pas de plus vers l’envenimement de la situation (outre son soutien indéfectible à Israël, il semble qu’Ottawa redoute la tournure que pourrait prendre ce dossier).

Quatrièmement, le ralentissement du programme nucléaire iranien avec la propagation du virus informatique Stuxnet et avec la campagne d’assassinat de physiciens nucléaires en sol iranien menée par le Mossad n’a apparemment pas détourné le pouvoir suprême iranien de son objectif d’acquisition de l’arme nucléaire.

Cinquièmement, Israël a reçu l’été dernier du Pentagone un stock substantiel de bombes anti-bunker nouvelle génération (bunker busters), qui pénètrent profondément dans le sol avant d’exploser, nécessaires pour une attaque aérienne contre des installations nucléaires souterraines.

Enfin, l’armée de l’air israélienne est prête à exécuter l’opération la plus complexe, et la plus éloignée de sa base d’opérations, de son histoire. De plus, le climat est propice, puisque les tempêtes de sable sont nettement moins fréquentes dans le désert mésopotamien.

Scénarios d’intervention

Trois plans militaires ont été envisagés. La route du nord passe par la Turquie, mais paraît peu vraisemblable, compte tenu de l’état des relations israélo-turques depuis l’affaire de la flottille de Gaza. La route du Sud passe par l’Arabie saoudite (qui voit dans l’État perse un serpent à décapiter), mais suppose sans doute une escale en sol saoudien qui décrédibiliserait le royaume dans le monde arabe. Enfin, la route centrale est la plus crédible, celle où les escadrons d’attaque traverseraient les cieux jordanien et irakien (dépourvus de batteries antiaériennes), pour aller détruire des cibles précises : les installations d’enrichissement d’uranium de Natanz et d’Ispahan, le réacteur à eau lourde d’Arak, les centrifugeuses de Fordo, la base de Parchin. Les défenses antiaériennes iraniennes (plus encore que les avions de chasse iraniens) représentent alors le défi principal que devra affronter l’armée de l’air israélienne.

Il reste surtout à déterminer à quel moment l’intervention « devra » avoir lieu. Car Israéliens et Américains ont une vision différente de la « ligne rouge » que Téhéran doit franchir pour légitimer une quelconque intervention.

Divergences israélo-américaines

Le débat en Israël est houleux : d’un côté, l’état-major israélien et le Mossad sont très réticents à cette idée et appréhendent ses conséquences, tandis que le gouvernement favorise l’option militaire. De la même manière, le premier ministre israélien et le président américain ne s’entendent pas. Le premier estime que Téhéran est sur le point de franchir « la ligne rouge », soit parvenir à enrichir suffisamment l’uranium pour permettre à l’Iran de se doter de la capacité de produire une bombe nucléaire. Le second juge qu’on en est encore loin, l’Iran devant démontrer la volonté de construire et d’acquérir effectivement cette bombe (ce que les États-Unis, a répété Obama, n’autoriseront jamais). Bref, les deux alliés ne sont pas sur la même longueur d’onde.

Et voilà que Romney dit appuyer toutes les décisions que prendra Israël sur le contentieux nucléaire avec l’Iran. Face à lui, Barack Obama ne peut pas se permettre de perdre l’avantage gagné en politique étrangère et paraître, en plein débat présidentiel, faible ou hésitant. Quoi de mieux pour Benyamin Nétanyahou que la campagne présidentielle américaine pour créer la « surprise d’octobre »…

Les risques que comporte cette attaque pour l’équilibre régional – et par ricochet la sécurité mondiale – sont certes considérables, mais non seulement le gouvernement de Netanyahou juge ces arguments peu convaincants, mais il sait que la fenêtre dont il dispose dans l’espace politique se refermera le matin du 7 novembre.

En effet, la seule contrainte externe pour lui est, depuis longtemps, Washington, et s’il est décidé à attaquer, il lui faut neutraliser ce facteur influent. À défaut, ou après le 6 novembre, un président de second mandat (si Obama était réélu) sera mieux en mesure d’imposer sa vision du règlement de cette crise.

***

Charles-Philippe David et Élisabeth Vallet – Respectivement titulaire et directrice de recherche à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’UQAM

L’Iran s’invite dans la campagne électorale américaine

Alors que le Canada vient de rappeler son personnel diplomatique de Téhéran et d’expulser les diplomates iraniens de son territoire, réduisant l’ambassade à un service consulaire, les rumeurs à propos d’une possible attaque d’Israël sur l’Iran ne cessent de s’amplifier.

Quel danger représente véritablement l’Iran?

L’Iran développe de manière constante depuis 1953 son programme nucléaire. La démarche peut, à certains égards, être d’autant plus compréhensible désormais compte tenu de la perception d’encerclement qu’a le régime iranien depuis la guerre d’Irak:

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/11/08/l-evolution-du-programme-nucleaire-iranien-depuis-1953_1600671_3218.html

Toutefois, l’élément le plus crucial du développement du programme iranien est l’existence du Shahab 3, et le développement du Shahab 4, qui sont des vecteurs susceptibles de projeter une arme – nucléaire – très loin des frontières persanes, en l’occurrence jusqu’en Europe orientale. C’est l’existence de ces vecteurs en l’espèce qui rend les Israéliens extrêmement nerveux – et vulnérables.

source: http://www.uni-graz.at/yvonne.schmidt/wiran12abig.jpg

Pourquoi maintenant?

Quatre facteurs expliquent (probablement) ces rumeurs et l’imminence d’une attaque israélienne sur les centrales iraniennes.

1. Le développement du programme nucléaire iranien

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) fait paraître le 30 août 2012 un rapport faisant état du fait que l’Iran aurait  doublé sa capacité d’enrichissement de l’uranium à la centrale de Fordo, qui est située dans un bunker souterrain. Le nombre de centrifugeuses serait passé de 1065 à 2140 au cours du printemps 2012 même si elles ne sont pas en fonctionnement. Enfin, l’AIEA signale l’obstruction systématique de l’Iran en ce qui concerne l’inspection du site de Parchin: l’Iran chercherait à faire disparaître toute évidence du programme qu’elle y développe. Il s’agirait d’une pièce souterraine en acier pour y conduire des tests exposifs, qui aurait été habillée habilement afin de la soustraire du regard des sattelites.

Bien que l’Iran dénonce cette analyse et réaffirme que son programme nucléaire est développé à des fins civiles, l’AIEA est convaincue que le taux d’enrichissement auquel parvient l’Iran est supérieur à ce que requiert un programme strictement civil et constitue donc un indicateur net que l’Iran cherche à développer des armes nucléaires.

2. Le climat favorable puisqu’il y a nettement moins – voire pas – de tempêtes de sable durant l’automne.

Or l’histoire de la politique étrangère américaine constitue une analogie certainement présente dans l’esprit des décideurs. En effet, en avril 1980, le président Carter approuve l’opération Eagle Claw, pour exfiltrer les 53 otages détenus dans l’Ambassade américaine en Iran.  Huit hélicoptères sont envoyés, mais deux d’entre eux ne résistent pas à la tempête de sable à travers laquelle ils passent: l’un s’écrase, l’autre fait demi-tour. Les six autres arrivent au premier point de rendez-vous, mais l’un d’eux est partiellement endommagé. L’opération est annulée. Alors que les hélicoptères font demi-tour, l’un d’entre eux percute un avion de transport Hercules C-130. L’opération est un fiasco total.

3. L’acquisition, par Israël, de la capacité de détruire une construction souterraine.

En mars dernier, Israël s’est doté d’une arme de précision capable de percer un bunker de béton tandis que les États-Unis, qui ont également développé une nouvelle  bombe conventionnelle (Massive Ordnance Penetrator) de très grande puissance susceptible de frapper une cible souterraine en juillet, promettent de fournir Israël si besoin est.

source: http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-17115643

4. La campagne électorale américaine muselle littéralement l’allié américain.

Le parti démocrate a choisi de remettre sur sa plate-forme électorale la mention de Jérusalem comme capitale d’Israël montrant à quel point la question israélienne et l’appui à cet État est un point sensible de la campagne électorale, attestant de l’existence – même si il est loin d’être unitaire et monolithique – d’un certain lobby. Même si, pour la première fois depuis longtemps, les Démocrates sont parvenus à empêcher les Républicains de les attaquer sur le terrain de la politique étrangère, excluant de facto tout un pan traditionnel du débat électoral, une attaque israélienne pourrait ramener le sujet sur le devant de la scène. Or le sujet est tellement sensible que les États-Unis ne pourront pas s’opposer frontalement à Israël. Ainsi, la fenêtre d’opportunité dont dispose l’État hébreu se situe véritablement entre aujourd’hui et le 5 novembre.

Quels sont les plans d’attaque?

 La route du nord passe par la Turquie, elle paraît peu vraisemblable compte tenu de l’état des relations israélo-turques depuis l’affaire de la flottille de Gaza. la route centrale passe par la Syrie, ce qui paraît également peu vraisemblable car les cieux n’y sont pas vraiment sécuritaires. Il reste la solution saoudienne, crédible  mais en ligne moins directe.source: http://en.rian.ru/images/17287/86/172878640.jpg

source: http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-17115643

 

Quels conséquences fait courir une attaque israélienne sur l’Iran, sur l’échiquier régional ?

Il faut en effet tenir compte des « sensibilités » régionales, de l’équilibre global des puissances entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, de l’impact sur la production et les coûts pétroliers.

source: http://temi.repubblica.it/limes-heartland/the-possible-war/1137

Il y a également la perception qu’ont les États-Unis de la région, compte tenu de leur implication dans plusieurs pays riverains.

source: http://temi.repubblica.it/limes-heartland/obamas-big-game/1344

 Ainsi Israël et l’Iran se sont invités dans la campagne électorale américaine, alors même que Barack Obama imaginait peut-être avoir contourné la question de la politique étrangère – pour une fois – et l’État hébreu n’a que quelques semaines pour faire parler les canons. À défaut, ou après le 6 novembre, le multilatéralisme devra reprendre sa place et un président de second mandat (si c’était lui) sera mieux positionné pour imposer un règlement international de cette crise.

I am not a crook – Corruption, mensonges et élections

 

Dès 1796, c’est la cession d’un territoire de près de 142 000 kilomètres carrés (et couvrant à peu près les territoires de l’Alabama et du Mississippi)  qui secoue la vie politique américaine, aboutissant avec une décision en cour suprême (Fletcher v. Peck) : en effet le territoire du Yazoo a été cédé, sur fonds de corruption de tous les membres du Parlement de la Georgie, de deux sénateurs des États-Unis et d’un magistrat de la Cour suprême à un prix dérisoire. Si l’histoire du 19e siècle est ainsi émaillée d’affaires de corruption d’hommes politiques comme l’a fort bien expliqué par exemple l’américaniste Marie-France Toinet dans ses ouvrages.

Il faudra attendre la présidence de Theodore Roosevelt pour voir évoluer les choses pour la première fois. En effet, Teddy Roosevelt, inquiet de l’influence des grandes entreprises dans le processus électoral, est à l’origine d’une loi prohibant les dons des grandes entreprises dans les élections fédérales : l’interdiction formulée par le Tillman Act, adopté en 1907 par le Congrès, est étendue aux associations syndicales en 1947, avec la loi Taft-Hartley. En 1910, le Federal Corrupt Practices Act (dit Publicity Act) est la première loi fédérale contraignant les partis politiques à révéler l’origine des fonds qui leur sont versés pour des campagnes électorales au Congrès. Elle est amendée en 1911 pour imposer aux candidats de présenter des états financiers sur  « de manière à exiger que tous les candidats aux élections fédérales présentent les états financiers de leur campagnes électorales, incluant les primaires.

Cette loi ne parvient pourtant pas à prévenir le scandale du « Teapot Dome », une affaire de pots-de-vin de compagnies pétrolières à des officiels fédéraux. Le Federal Corrupt Practices Act de 1925 amende donc le Publicity Act en établissant des limites de dépenses pour les candidats aux élections congressionnelles et en renforçant les exigences de transparence. En 1939, le Hatch Act encadre l’implication politique des employés des gouvernements fédéral et du district de Columbia (Washington D.C.), des administrations fédérées et locales en lien direct avec des programmes financés par des subsides fédéraux : ils peuvent personnellement contribuer à la campagne d’un candidat en dehors de l’exercice de leurs fonctions, mais ne peuvent pas utiliser de fonds publics à cette fin, et ne peuvent utiliser leurs fonctions pour promouvoir un candidat ou convaincre des électeurs. Les restrictions sont considérables puisque l’affichage ostentatoire d’intentions partisanes dans l’exercice de leurs fonctions, prohibé par la loi, va jusqu’au port d’épinglettes ou de macarons partisans.

Toutefois, l’ensemble des restrictions mises en place n’affecte que très peu les élections présidentielles. Ce que vient changer l’adoption, en 1971, du Federal Election Campaign Act (FECA). Cette loi requiert que les candidats rendent publient leurs sources de financement et la nature de leurs dépenses électorales. En principe, le FECA encadre le financement public et privé de l’ensemble des campagnes électorales fédérales. Pour autant, la corruption est loin d’être éradiquée des élections présidentielles : ainsi, par exemple, en mars 1971, lors de la campagne électorale présidentielle de 1972, le prix du lait augmente de quelques cents pour le bénéfice (plusieurs centaines de millions de dollars) des coopératives laitières américaines qui viennent de promettre au président Nixon une contribution de plusieurs millions de dollars à sa campagne électorale. Tandis qu’il n’existe alors aucune limite aux dépenses que peut effectuer un candidat en vue de son élection, le scandale de Watergate, survenu quelques années plus tard, crée une onde de choc sans précédent.

Car le Watergate est d’abord un scandale électoral. En effet, quelque temps  avant la convention démocrate de 1972, cinq hommes sont arrêtés, alors qu’ils sont en train d’installer un système d’espionnage électronique dans les locaux du Comité national démocrate, au cœur d’un ensemble d’immeubles nommés le Watergate. À la  veille de la campagne électorale, le parti démocrate choisit d’instrumentaliser et de capitaliser sur l’événement. Mais c’est une commission d’enquête du Sénat qui, en 1973, obtient l’ensemble des éléments : les proches collaborateurs du président Nixon ont orchestré cette effraction et ont délibérément cherché à couvrir leurs traces. Nixon nie toute connaissance de l’affaire et « démissionne » ceux qui sont impliqués. Cependant, lorsque l’on découvre que toutes les conversations qui se tiennent dans le bureau ovale sont enregistrées, la justice demande les bandes ; Nixon invoque le privilège de l’exécutif et démet le procureur spécial qui devient trop insistant. Sommé par la Cour suprême de soumettre les bandes magnétiques, Nixon finit par les remettre et sonne le glas de sa présidence, puisque les enregistrements prouvent hors de tout doute que le président est impliqué dans ce délit. Dans le même temps, les bandes révèlent des financements électoraux dont on a voulu occulter l’origine. Le Congrès amorce une procédure de destitution (impeachment) mais Nixon démissionne avant que la chambre se prononce. C’est donc un besoin de purger la vie politique et de lui redonner une plus grande transparence qui conduit à l’amendement de la loi de 1971.

La fin de la présidence de Nixon permet de révéler un ensemble de pratiques électorales douteuses comme l’explique très bien John Blake :

Il cite des pratiques comme celle qui consistait à aller voir les grosses entreprises, et à leur dire de contribuer à la campagne électorale du président, car ces dernières ne pouvaient pas vouloir être « opposées à l’administration en place » (you don’t want to be against us) pour conclure : « ça s’appelle de l’extortion ». Au point où littéralement, des sacs d’argents étaient apportés au bureau de la campagne (il cite pour ce faire Gerry Keim, qui est à la tête du département de gestion de l’école de commerce de l’Université Arizona State), car les corporations étaient menacées d’audit fiscal. Le chantage fonctionnait bien, et Nixon renvoyait l’ascenseur.

C’est un électrochoc pour la société américaine qui éprouve le besoin de moraliser la vie politique. Et le Congrès, qui a retrouvé l’ascendant sur la présidence, décide de durcir les dispositions du FECA. Il enclenche une ère de réformes importantes pour la démocratie américaine en mettant en place, en 1974 et 1979, la Commission des élections fédérales (FEC) qui est chargée de la mise en œuvre effective des lois sur le financement électoral ainsi que de l’allocation des fonds publics aux élections présidentielles. L’idée était de limiter les montants donnés aux campagnes électorales. Ces mesures ont un but, celui d’intéresser de nouveau les citoyens aux élections et d’accroître le taux de participation.

 En 1976, par la décision Buckley v. Valeo, la Cour suprême précise les contours du FECA dans une décision qui préfigure celle de 2010. Elle a estime que les plafonds de dépenses définit par le FECA sont inconstitutionnels, à l’exception de ceux acceptés volontairement par les candidats, notamment parce qu’ils portent atteinte à la liberté d’expression, telle qu’elle est définie par la Constitution. Par contre, le plafonnement des contributions privées a été jugé conforme à la Constitution pour enrayer le clientélisme électoral. Par contre la Cour ouvre une brèche en autorisant l’usage de soft money pour les « communications électorales » que la loi de 1979 conforte en créant une niche permettant aux partis politiques d’obtenir des dons substantiels via les comités 527 pour financer indirectement la campagne électorale des candidats aux élections fédérales: il n’y a alors pas de limites à ce que les partis peuvent recueillir ni à la façon de le dépenser. La question de leur compatibilité avec le BCRA a d’ailleurs été posé à la FEC par les républicains, début 2004, un groupe d’organisations démocrates ayant indirectement appuyé John Kerry en attaquant le président Bush par le biais de publicités télévisées, au prix de plusieurs millions de dollars mais la décision de la FEC, rendue le 13 mai 2004, donne raison aux démocrates.

Ainsi le dispositif demeure imparfait et n’empêche pas l’explosion des dépenses électorales et le poids croissant des lobbies.

Preuve en est, en 1996, l’utilisation des résidences officielles pour accueillir les plus généreux des bailleurs de fonds électoraux. L’affaire est révélée par un article du New York Times en avril 1998 et porte sur l’élection de Clinton en 1996 : en effet, deux compagnies américaines auraient effectué des transferts illégaux de technologie au profit de la Chine tandis que le lien entre l’approbation par le président du lancement d’un satellite américain par les Chinois et le patron de l’entreprise en cause, Loral Space and Communications, et également l’un des généreux donateurs du parti démocrate, est probant. Il a très vite été établi par les journalistes, et notamment Jeff Gerth auteur du scoop : la campagne de Clinton aurait-elle été financée par la Chine ? Bien que le ministère de la Justice ait statué sur l’absence de corruption, des commissions d’enquête parlementaires et des journalistes ont continué à enquêter, sans résultat évident mais le parfum de corruption est toujours là. C’est également ainsi qu’en récompense de leur appui les plus gros contributeurs aux campagnes électorales ont pu voyager à bord de l’Air Force One, faire partie de missions commerciales à l’étranger, ou encore dormir dans la chambre Lincoln à la Maison-Blanche. La pratique est courante mais lorsque que les médias se sont emparés de l’affaire, la Maison Blanche a été obligée de publier la liste des personnes ayant été accueillies dans la chambre de Lincoln à la suite de l’entrée en fonction des présidents. De la même manière, en juillet 2002, la Maison Blanche a publié une liste des hôtes de la chambre de Lincoln depuis l’entrée en fonction du président Bush en 2001. C’est ainsi, selon l’Associated Press, que six gros donateurs de la campagne électorale (effectuant des levées de fonds supérieures à 100 000 dollars) sont dans cette liste. Rebelote en 2012, c’est cette fois-ci le Washington Post qui met le doigt sur le phénomène: les plus gros donateurs ont un accès garanti aux événements de la Maison-Blanche.

Il faut attendre 2002 pour que les choses évoluent de nouveau. En effet, au début de l’année, la 7e plus grosse entreprise américaine Enron fait faillite, sombrant dans deux scandales. Le premier était d’ordre financier : les dirigeants d’Enron trafiquaient des comptes pour augmenter leurs bénéfices et la cote de l’entreprise en bourse, engloutissant ainsi les fonds de pension de milliers de petits épargnants. Le deuxième scandale est politique. Enron finançait les deux principaux partis politiques américains dans le but d’accélérer la déréglementation du secteur de l’électricité et de gagner de nouveaux marchés. Enron versait de l’argent au président démocrate Bill Clinton d’un côté et au président républicain de la Chambre des représentants Tom Delay de l’autre. Le premier assurait la promotion de l’entreprise lors des missions à l’étranger et le second avait par exemple soumis un projet de loi visant à déréglementer le marché de l’électricité. C’est toutefois sous W. Bush que tout implose, et c’est lui qui est éclaboussé par le scandale ; or le 6 novembre 2002, pour que le Bipartisan Campaign Reform Act vienne compléter le dispositif. Connue sous le nom de ses géniteurs (deux sénateurs, le républicain d’Arizona John McCain et le démocrate du Wisconsin Russ Feingold), cette nouvelle loi réglemente substantiellement le financement électoral : le plafonnement des contributions électorales, l’encadrement des dépenses électorales, le financement public des élections présidentielles et la transparence des comptes de campagne.

Mais elle a un effet pervers et les candidats renoncent de plus en plus fréquemment au financement public de façon à ne pas se voir imposer de seuil de dépenses. Il faut dire que la limite imposée par l’utilisation du financement public ne correspond plus au coût réel des campagnes électorales. Ainsi John Connally (1980), Steve Forbes (1996 et 2000), John Kerry (2004) et George W. Bush (2000 et 2004), Barack Obama (en 2008) (ainsi que John McCain pour les primaires) ont renoncé au financement public. D’ailleurs George W. Bush a été le premier candidat à obtenir la magistrature suprême sans fonds publics.

Une série de décisions juridictionnelles, rendues entre 2009 et 2010, par la Cour d’appel fédérale du DC  et la Cour suprême (Emily’s List v. FEC, Citizens United v. FEC, SpeechNow.org v. FEC), auxquelles s’ajoutent deux avis de la FEC, viennent progressivement modifier le paysage électoral, même si, comme l’explique un rapport complet du CRS en date de 2011, un grand nombre de dispositions demeurent intactes.

En effet, la décision (5 contre 4) de la Cour suprême de janvier 2010, invalide les dispositions du FECA qui interdisent aux entreprises et syndicats de financer des dépenses indépendantes (independent expenditures) et des communications électorales. Ainsi ces personnes morales peuvent donc directement (alors qu’auparavant cela devait se faire par le biais des PACs) financer des publicités soutenant ou décriant tel ou tel candidat ou simplement évoquant leurs noms.

Les Super PACs – dont l’origine réelle demeure l’objet de débats – qui sont des PACs qui peuvent disposer de contributions non limitées (résultat de la décision SpeechNow) afin de financer des dépenses indépendantes seulement (résultat de la décision Citizens United) mais doivent théoriquement les divulguer à la FECthéoriquement car le détour des fonds par des groupes caritatifs relevant de la clause 501c(4) et (6) permet de contourner l’obligation.

Dépenses – Février 2012

Il faut cependant noter, à l’instar du Congressional Research Service, que ces arrêts ne touchent que les dépenses indépendantes et les communications électorales mais pas l’interdiction qui est faite aux corporations et syndicats de contribuer directement aux campagnes électorales fédérales:

Ce n’est pas dans le cadre des élections présidentielles que le pire est à craindre, selon Professeur Hasen,  puisque l’affluence des dépenses aura pour bénéfice d’informer la population, mais bien dans le cadre des législatives. Pour essayer de réduire l’influence extérieure dans le processus électoral que le président Obama redoutait dans son discours sur l’état de l’Union la même année, un projet de loi (Le Disclose Act) a été déposé durant l’été 2010 – mais a été au final rejeté par le Sénat : l’objectif était de limiter les influences étrangères notamment en renforçant la transparence des contributions électorales et en limitant la place de le « dark money » (dont on ne connaît pas la provenance).

L’opacité du processus électoral, le grand besoin de financement des candidats et le «vol» de l’élection de 2000 ont alimenté et attisent encore les théories du complot, à tel point que l’on imagine que certains groupes sont en mesure de «faire» l’élection et par voie de conséquence de monopoliser les canaux de communication une fois le président en place. Seul obstacle à cette thèse, les groupes soupçonnés de vouloir monopoliser l’acquisition et l’exercice du pouvoir (que l’on parle du pouvoir religieux ou de n’importe quel autre lobby) sont bien moins monolithiques qu’il n’appert, et leur division est un empêchement considérable à l’aboutissement d’un complot – sans parler d’une efficace stratégie de conquête. Cela n’empêche pas que ponctuellement, localement, républicains et démocrates s’accusent mutuellement – parfois à juste titre – de comploter pour écarter des pans entiers de l’électorat favorable à l’adversaire. En outre, en 2008 cependant, les plus riches des candidats au début de l’année ont perdu l’investiture: Mitt Romney, côté républicain, et Hillary Clinton, côté démocrate, ont tous deux amorcé l’année en favoris mais ne seront pas parvenus à remporter la nomination pour représenter leur parti. De surcroît, les scores peu reluisants de richissimes candidats comme Ross Perot ou Steve Forbes sont également un contre-exemple. Et la difficulté de Mitt Romney à prendre la tête de la course à l’investiture républicaine en 2012 abonde dans le même sens. L’argent ne ferait peut-être pas le bonheur… électoral.

PS: Yes. Nixon WAS a crook.

Spéculons. Pourquoi la biographie de Marco Rubio paraît-elle plus tôt que prévu?

C’est Politico qui soulève la question. Et il y a plusieurs réponses possibles:

1. rectifier l’histoire « enjolivée » par le républicain en vogue avant que les séquelles ne soient trop grandes

2. l’hypothèse de plus en plus crédible (?) d’une convention ouverte?

3. le poste de vice-président?

En d’autres termes, Rubio met-il ses pions en place pour 2012 ou 2016?

Et vous… qu’en pensez-vous?

Romney et le Mormonisme: Et le dernier État sera… l’Utah

Signalé par Mother Jones:  le cycle électoral se clôt le 26 juin sur l’État de l’Utah et c’est un avantage pour  Romney:

 

 

D’autant que la perception qu’ont les Mormons de leur place en Amérique pourrait alimenter le repli sur un candidat qui appartient à la même église. Une revanche de l’Histoire aussi, puisque le fondateur de l’Église est lynché par une foule en colère en 1844, alors qu’il se présente aux élections présidentielles.

Alors qu’en réalité, le « problème » de Mitt Romney réside beaucoup moins dans son affiliation religieuse que dans son inconstance.

Car au fond, la religion des candidats, plusieurs fois montée en épingle, n’est pas forcément un problème. Même si, comme le signale le Pew Forum on Religion, près de la moitié des présidents était affiiliée à l’église épiscopale ou presbytérienne – donc protestante « classique ». Il n’y a eu qu’un seul catholique, JFK tandis que seuls trois présidents n’appartenaient à aucune église (Thomas Jefferson, Abraham Lincoln and Andrew Johnson), signe que la religion appartient à la tradition politique américaine, au point que l’on parle de religion civile américaine.

Pour aller plus loin sur ce dernier point, il faut lire le livre de Sébastien Fath, « Dieu Bénisse l’Amérique », paru en 2004 chez Seuil et celui de Denis Lacorne, « De la religion en Amérique », paru en 2007 chez Gallimard et dont le premier fait la recension ici.

 

 

 

Les SuperPacs constituent-ils vraiment une nouveauté made in 2012?

Les SuperPacs doivent divulguer la totalité des sommes qu’ils recueillent et l’identité des donateurs de plus de 200 dollars. Bien entendu le problème apparaît lorsque une organisation charitable est le donateur car elle-même n’est pas tenue de divulguer le nom de ses propres mécènes. Le problème que cela soulève est somme toute mineur puisqu’une étude signalée par P. Sherman de l’Institute for Justice confirme que 93% de l’argent des SuperPac est « traçable ».

S’agissant de l’origine des SuperPacs, et contrairement à ce que l’on peut trouver (et trouver cité, du même coup) sur wikipedia, le débat est vif, au point où par exemple le New York Times a été conduit à infléchir sa ligne de conduite et la terminologie employée pour prendre en compte toutes les nuances du débat. ils sont antérieurs à la décision de la Cour suprême Citizens United. Au cours de notre discussion, Paul Sherman ajoute qu’au mieux, la décision de la Cour suprême n’est que très indirectement responsable de l’avènement des SuperPacs.  La décision significative n’est pas Citizens United qui n’a pas affecté la limite antérieurement définie de 5000 dollars pour les donations individuelles à des fins politiques. Mais bel et bien la décision de la Cour d’appel de circuit de DC dans un arrêt SpeechNow.org v. FEC. Toute la question, ajoute Sherman, est est-ce que  SpeechNow.org v. FEC pouvait survenir sans la décision préalable de la Cour suprême. Selon lui CU a facilité les choses mais tôt ou tard le résultat aurait été le même.

De surcroît, selon lui, les groupes 527 ont, durant la campagne de 2004 au niveau fédéral, agi comme des SuperPacs. Bien sûr, la FEC a estimé que leurs agissements étaient illégaux et leur a imposé des amendes. Mais ils ont existé. Et au niveau fédéré, les SuperPacs existaient indéniablement. Par exemple en Californie. Et, selon James Bopp, avocat de Citizens United qui accepté de répondre à nos questions, la Cour d’appel du 4e circuit (qui recouvre le Maryland, La Virginie, les Carolines) avait déjà établi ( North Carolina v. Leake) que les limitations imposées dans le domaine du financement électoral aux groupes contrevenaient au Premier amendement – et ce deux ans avant la Cour suprême.

Le point de vue diffère selon la posture politique de l’interlocuteur, qui va voir tour à tour dans les Super PACs un véritable risque de corruption des élites politique et un espace de liberté accessible pour tous (les groupes de) citoyens. Entre risque de fraude et liberté d’expression, à l’instar de la décision de la Cour Suprême, les SuperPACs continuent donc  à naviguer en eau trouble. Pour combien de temps? 

 

The Road We’ve Traveled… Ben Laden et les excuses à demi-mot de Bill Clinton

L’équipe de campagne de Barack Obama vient de diffuser sur le web ce documentaire, intitulé

« The Road We’ve Traveled », que l’on trouve ici:

Il s’agit d’un bilan, plutôt bien fait (même s’il ne peut être que positif évidemment) du premier mandat d’Obama.La ferveur de novembre 2008, l’ampleur de la crise, les décisions du président, les allusions à FDR, tout y est. Même en politique étrangère.
Et c’est peut-être le point le plus intéressant: on y entend Bill Clinton sur l’assassinat de Ben Laden dire que Barack Obama a choisi la bonne route. Et qu’il aurait aimé avoir fait ce choix-là. En effet, cinq ans avant le 11 septembre le président a le choix: les forces spéciales ont en ligne de mire Ben Laden, peu de civils autour. Mais le président ne donne pas son aval. Ce moment crucial est retracé dans The Path to 9/11, film diffusé sur ABC et dont l’épisode est ici:

https://www.youtube.com/watch?v=kytMi5XqTrc&feature=related

 

 

Le poids du président lui-même dans le processus décisionnel, et surtout ce type de décision, est expliqué dans deux ouvrages.

  (chapitre 11)

 

La religion et la politique

96% des Américains se disent croyants, 70% sont associés à une structure cultuelle, 47% sont pratiquants tandis que 46% sont évangéliques ou « born again ». Dès lors, la mort de Jerry Falwell, grand prédicateur évangéliste, homme d’affaires influent et communicateur sans égal, constitue un événement de la vie politique américaine et peut-être un tournant, dans le rôle qu’y occupe la religion. Jerry Falwell a longtemps été un personnage tout aussi flamboyant que controversé du fondamentalisme aux États-Unis. Pasteur baptiste de Virginie, il était, à la fin de sa vie, à la tête d’une congrégation de 22 000 fidèles (ils étaient 35 en 1956). Personnage polémique dont les propos sur Mahomet à la suite du 11 septembre, ou encore sur les gays et l’avortement n’ont pas manqué de susciter de vives réactions, il a réussi le tour de force d’unir les conservateurs religieux autour d’un agenda politique commun : la décision de la Cour suprême sur l’avortement (Roe v. Wade) a, en 1973, constitué l’électrochoc nécessaire pour fédérer autour de lui les aspirations d’une majorité morale hétérogène, pro-vie, nationaliste, basée sur la famille traditionnelle et les valeurs morales. Il a ainsi fondé un mouvement religieux aux visées politiques – la Moral Majority –, il a animé un programme télévisuel religieux national – le Old-Time Gospel Hour –, et il a établi une université chrétienne fondamentaliste désormais reconnue, la Liberty University. Enfin, en jouant un rôle clé au cours de l’élection du président Ronald Reagan, Jerry Falwell a irrémédiablement inscrit la religion et le fondamentalisme chrétien au cœur du politique.

On retrouve constamment des éléments religieux, tant dans le serment d’allégeance (One Nation Under God – depuis 1954), dans la prestation de serment sur la bible, dans le « In God We Trust » inscrit sur le billet vert depuis 1923, que dans le fait que des prières ouvrent les sessions parlementaires, tandis qu’inlassablement le président ponctue ses discours de « God Bless America ». La diversité cultuelle témoigne d’ailleurs de cette vitalité. La place des Amish ou des Mennonite en Pennsylvanie, des Mormons en Utah, des fondamentalistes dans la Bible Belt attestent de cette réalité et de ce foisonnement. Si, en nombre, le premier groupe religieux aux États-Unis est le mouvement catholique, c’est véritablement la mouvance évangéliste, pourtant protéiforme, qui a réussi à s’imposer de nouveau dans les foyers à compter des années 1950 : les télévangélistes ont alors compris le bénéfice qu’il y avait à utiliser les médias de masse pour poursuivre leur mission d’évangélisation. Billy Graham a ainsi accompli son premier succès télévisé avec Hour of Decision avec, à sa suite, Jim Baker avec Pray the Lord, et Jerry Falwell avec Old Time Gospel Hour. Leur influence atteint un point paroxystique au début des années 80, tandis qu’ils s’appuient sur des lobbies religieux comme la Moral Majority ou la Christian Coalition.

L’omniprésence des valeurs morales dans les campagnes électorales présidentielles récentes laisserait penser que le religieux a récemment envahi la vie politique américaine. Pourtant, la vie politique américaine est émaillée de précédents qui attestent en fait de sa constante présence que l’on évoque le retentissement médiatique et populaire du « procès du singe » en 1925 autour de l’enseignement de la théorie de l’évolution, l’arrivée d’un premier catholique à la Maison Blanche (J.F. Kennedy), d’un premier évangélique (J. Carter), puis d’un Born-again (G. W. Bush) ont également donné une autre dimension à la culture religieuse états-unienne. Avec Reagan, la place de la religion a pris une nouvelle amplitude, caractérisée par l’irruption de la Nouvelle Droite chrétienne et par exemple l’ouverture – pour la première fois – d’une représentation diplomatique au Vatican. Enfin, les Églises aux États-Unis sont un acteur-clé qui pèse désormais plus de 100 milliards de dollars, et elles jouent un rôle constant comme en témoignent la création du White House Office of Faith-Based and Community Initiatives, la récitation quotidienne de la prière à la Maison-Blanche sous George W. Bush ou encore le fait que le prédicateur Billy Graham ait prononcé les deux oraisons inaugurales de Clinton, en 1993 et en 1997 et celle de W. Bush en 2001. Il reste que « Dieu est à la Maison-Blanche » dès les débuts de la République (voir pour ce faire l’excellent reportage de PBS God in America)

La religion est un des éléments fondateurs de la nation américaine. Les Pilgrim Fathers ont jeté les bases de cette étrange alliance entre religion et république. Ils ont sans aucun doute fondé ce messianisme propre à l’Amérique, qui s’est laïcisé progressivement pour arriver jusqu’à porter des mouvements qui se sont résolument distanciés de la religion. L’exceptionnalisme de la république est un double héritage des Lumières et des persécutions religieuses. La supériorité morale des États-Unis est inhérente à cet héritage. Car les États-Unis étaient une Terre promise dont le mythe se confond étrangement au périple des Pélerins qui se sont établis en Virginie au 17e siècle. La religion n’est pourtant pas toujours aux origines de l’immigration car les préoccupations économiques la supplante souvent. La Terre promise n’est en fait qu’un Eldorado. Ainsi, à la fin du 18e siècle, seuls 5% des Américains appartiennent à une église. Mais à compter dès ce 18e siècle, l’Amérique connaît des sursauts de foi, des vagues de religiosité récurrentes, des réveils. L’extraordinaire prégnance de la religion dans la vie politique américaine transparaît dès les premières heures de la République, et transpire dans les textes fondateurs de la nation. Ainsi, les textes constitutionnels – dont on soulignera la quasi-sacralité – sont empreints de cette religiosité que l’on retrouve dans le serment d’allégeance (One Nation Under God – depuis 1954), dans la prestation de serment sur la bible, dans le « In God We Trust » inscrit sur le billet vert depuis 1923, dans le fait que des prières ouvrent les sessions parlementaires, tandis qu’inlassablement le président ponctue ses discours du God Bless America.

L’ethnicité et la religion se sont protégées l’une l’autre des influences extérieures et expliquent la fragmentation du peuple américain et la force des mythes fondateurs de la nation américaine. La cité sur la colline appartient à ces mythes fondateurs. Dès lors, l’appartenance à une église, quelle qu’elle soit, est un attachement à ce mythe fondateur et constitue l’une des caractéristiques communes fondatrices de la nation, tant dans sa conception subjective (car elle représente un des éléments du vouloir-vivre ensemble) qu’objective (en ce qu’elle constitue un dénominateur commun).

Il est certain que la religion a gagné de points à travers la présidence Bush dont on ne peut ignorer les photos de l’incontournable prière-prélude aux travaux du cabinet. Pour autant, comme l’explique Sébastien Fath, et à l’inverse de ce que semble croire le candidat à l’investiture Rick Santorum, « la religion soutient le système sans jamais se confondre avec lui ». Il reste qu’elle imprègne suffisamment la vie politique pour qu’on ne puisse en nier la religiosité. Toutefois, cette prégnance de la religion n’est pas intangible : elle résulte véritablement d’un construit social qui convertit les actes religieux en gestes politiques.

D’ailleurs la foi n’est pas absente de la rhétorique du président Obama, loin s’en faut. De la même manière que la religion est présente dans la formulation de la politique américaine depuis ses débuts. L’historien Andrew Preston, interviewé hier sur NPR, a donc écrit un ouvrage passionnant sur le lien entre religion et politique étrangère.
Sword of the Spirit, Shield of Faith
Dans son ouvrage « Sword of the Spirit, Shield of Faith – Religion in American War and Diplomacy », il examine l’emploi du vocable religieux en appui aux décisions de politique étrangère à travers l’histoire. De Lincoln à Bush fils, en passant par FDR, tous ont invoqué Dieu et la foi pour justifier, expliquer, étayer leurs décisions de politique étrangère. Les traits du style national américain, qu’Élise Marienstras avait étudié, sont là. L’exceptionnalisme américain, le sentiment d’être la nation choisie remonte à la création du pays sur fond de calvinisme. 

Selon Preston, Bush n’était pas une aberration mais correspondait bien à l’état des États-Unis d’aujourd’hui. Un livre à lire, donc.