« I have a dream »… 50 ans plus tard.

 

Du haut des marches du Lincoln Memorial à Washington, c’est un président noir qui a pris la parole ce 28 août… Cent cinquante ans après la proclamation d’émancipation mettant fin à l’esclavage… Cinquante ans jour pour jour après que Martin Luther King ait mené une marche et prononcé son célèbre discours devant 250000 activistes rassemblés sur le Mall… Six mois (oui, SIX !) après que le Mississippi ait enfin ratifié l’abolition de l’esclavage… Dix-huit mois après la mort de Trayvon Martin et 40 jours après l’acquittement de son assassin.

Martin Luther King I have a dream (sous-titres…

Lorsqu’il prononce son discours à Washington, en août 1963, le docteur King donne une impulsion sans précédent à la lutte pour les droits civiques au point même où un mémo du FBI en date du 30 août, indique qu’il s’agit là « du plus dangereux des nègres » (sic) pour la sécurité nationale.

1

Il faut dire que les Etats-Unis sont, dans les années 60, marqués par de profondes lignes de fractures et que le Sud-Est peine à s’ajuster à une réalité qu’il refuse. Au Mississippi, alors, il se pratique encore une forme de servage  où, malgré l’abolition de l’esclavage un siècle plus tôt, un certain nombre de familles afro-américaines, sont maintenues dans l’ignorance et continuent à être asservies, battues, terrorisées. Medgar Evers est d’ailleurs assassiné seulement deux mois avant que King ne mène la marche vers Washington. Or la lutte pour les droits civiques s’intensifie au cours de l’année 1963 (elle culminera et trouvera une résonance nationale avec le Freedom Summer au cours de l’année suivante). Elle mènera à l’adoption l’année suivante du Civil Rights Act puis l’année d’après à l’adoption du Voting Rights Act.
Mais aussi à la mort de MLK, tombé sous les balles d’un suprématiste blanc, au Lorraine Hotel à Memphis, au Tennessee, cinq ans plus tard.

2

Photo © Élisabeth Vallet 2008

Aujourd’hui encore, rien n’est joué. Une partie du Voting Rights Act a été invalidée en juin dernier  par la Cour suprême. Et les acquis en termes d’égalité demeurent fragiles et même parfois illusoires. La symbolique de l’élection d’un président afro-américain était forte (mais en un sens, la prégnance de la mouvance du Tea Party l’est tout autant) et c’est sans doute dans cet esprit que le président Obama a inauguré, il y a deux ans, un mémorial non loin de là, en l’honneur du Pasteur King. Car la progression de l’extrême droite aux Etats-Unis est réelle.

3

source : Southern Poverty Law Center 2012

Une image qui raconte l’atmosphère des années 60 dans le Sud des Etats-Unis : le docteur King retire une croix brûlée de son jardin, avec son fils à ses côtés. 1960, Atlanta, Georgia.

4

source

Hawaii: les larmes de Molokai

Molokai est la mémoire de l’autre Hawaï. Une île peu visitée. Violente et sauvage. Déchirée et arrogante. Ni Hilton, ni MacDo, ni clubs. Pour les promoteurs, cette terre de Molokai est kapu, interdite. Pour les touristes, elle peut être dure, voire dangereuse. Tandis que les autres îles se divisent entre ranchs, hôtels-plages et volcans, Molokai vit au rythme de la terre. Au rythme des histoires. Anakala Pilipo se définit lui-même comme un story-teller, un conteur. Et il raconte.

31 mars 1946. Molokai, île d’Hawaï.

Dans la lointaine vallée d’Halawa, les cultivateurs de taro sont rentrés au crépuscule. Laissant derrière eux ces plantes étranges aux feuilles oblongues, baignant dans des terrasses irriguées, étagées le long des collines qui entourent la vallée.

Au milieu de la nuit, une sonnerie qui déchire le silence : celle de l’un des trois téléphones du village. Le grand-père de Pilipo prend le combiné : la conversation est brève. L’ancien opine de la tête durant l’échange. Il raccroche. Puis envoie Pilipo, alors petit, à travers le village pour en rassembler les habitants. Sa main sur la tête de Pilipo, il explique. C’était la police. Et son interlocuteur  lui a dit de se préparer à l’imminence d’un tsunami. Un tsunami. Un tsu-na-mi.

Or, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans la lointaine vallée d’Halawa, le terme « tsunami » n’existe pas. Tsu-na-mi c’est du japonais. Ça ne veut rien dire. Pilipo se souvient de son grand-père, arpentant l’assemblée d’anciens. Ces têtes blanchies, secouées de droite à gauche. Cherchant à comprendre : tsu-na-mi. Que disent les Dieux ? Que va-t-il arriver à Halawa ? Des airs, de la mer, de la terre ? Ici, il y a des volcans, des tremblements de terre, des tempêtes… Il faut pourtant prendre une décision. Ils choisissent – au cas où –, de rassembler les animaux et les enfants dans les maisons en haut du village et d’attendre le matin.

The mouth of Hālawa Valley on the eastern end of the Island of Moloka’i. Photograph by Eric Guinther (Marshman at en.wikipedia) taken December 2000.sous licence créative commons

 

Vallée d’Halawa, Molokai.

Comme à l’accoutumée, à l’aube, quelques heures après le coup de téléphone incompréhensible, les femmes commencent à descendre vers  la plage. L’une d’elles lèvent la tête. Et avise que la mer se retire comme si on avait soudainement ôté la bonde, quelque part au milieu de l’océan. L’eau recule. Recule. Recule jusqu’à la ligne d’horizon. Le ciel même paraît changer de couleur. Elles se souviennent. Elles se rappellent 1933. C’est un raz-de-marée. Elles remontent en criant tidal wave !! En quelques secondes, tous se précipitent sur les hauteurs. Avec les biens les plus précieux à portée de main depuis la veille, ça a été facile. Il y a un promontoire rocheux aisément accessible. Tous sont rassemblés, hommes, femmes, enfants et animaux. De là on surplombe la vallée. De là on voit. Un mur d’eau de 16 mètres. Prêt à tout engloutir sur son passage. Ravager le village une première fois, puis une deuxième, puis une troisième… La mer attrape les maisons et les écrase entre ses doigts sans remords. Elle les broie. Les recrache. Elle emporte l’église pour la poser sur la colline en face, intacte – où elle est toujours aujourd’hui. Elle accroche les poissons dans les arbres et pose des algues géantes à la cime des kukui. Elle lèche les terrasses, noyant le taro sous l’eau salée. Le père de Pilipo se voûte. Il sait : le sel est en train de tuer les terrasses. Il fait pourtant beau ce 1er avril 1946, lorsque la vallée d’Halawa s’éteint.

Les souvenirs d’Anakala

Anakala Pilipo, « Mon oncle » Pilipo a le visage buriné par le soleil… Et il est sur l’île l’un des artisans du renouveau de la culture traditionnelle dont Molokai est le berceau. Molokai est presque la plus petite, assurément la moins développée et la plus authentique des îles hawaïennes. Si effacée que le capitaine Cook ne s’y est pas arrêté. Si diaphane que son lieutenant a même omis de la mentionner dans le livre de bord. Pourtant, lieu de naissance du Hula, la danse traditionnelle, elle est devenue le bastion de la résistance hawaïenne à la modernité qui a défiguré les autres îles d’Hawaï. Pilipo se sait le détenteur de cet héritage. Le porteur de cette mémoire. Parce qu’il a grandi dans la vallée d’Halawa, et qu’il a été le témoin des forces qui ont ravagé son univers, Pilipo est désormais le gardien de l’âme de Molokai. C’est la raison pour laquelle il travaille à la restauration des canaux et des terrasses irriguées. À la réintroduction de la culture du taro.

Il a même réalisé un jardin initiatique, Na Piko, près de la plage de Kaupoa. C’est avec Pilipo que l’on peut aller à Halawa. Une route sinueuse le long de la côte, un ruban d’asphalte s’enroule le long de la montagne, autour des vestiges des missions et des monuments royaux pour plonger abruptement dans la vallée sous une voûte d’arbres barbus qui inclinent leurs têtes grises jusqu’à toucher les passants. Halawa incarne la véritable Hawaï, celle que décrivait Mark Twain avec passion. En se rapprochant, la vallée est une baie protégée, sillonnée de rivières, de cascades et de jungles luxuriantes, les pans des collines de nouveau hérissés de terrasses et sillonnés par un complexe système d’irrigation. Ici, Pilipo parle des ancêtres. De sa culture traditionnelle, pleine de bon sens, loin de la magie noire folklorique qu’inspire parfois l’animisme hawaïen, il enseigne les rites ancestraux avec simplicité. Car Pilipo est un conteur. Il aime sa langue, pourtant anémiée par la modernité. Altérée jusqu’à ne plus pouvoir être le vecteur de la mémoire des premiers habitants des îles.

Aujourd’hui encore, il est l’un des seuls à pouvoir emmener des « étrangers » dans l’Eden d’Halawa, au cœur duquel se sont nichés les polynésiens qui ont peuplé l’île vers 650 avant Jésus-Christ. Il est l’un de ceux qui acceptent d’expliquer Molokai, cette île insolite qui se décline en autant de portraits qu’elle a de paysages. Des lieux « kapu » où nul ne peut aller. Et où aucun étranger ne se risque à aller. Des plages de terre rouge où l’on marche, seul. La sécheresse désertique du Sud. Les petites criques de sable noir, qui rappellent son passé volcanique. Les falaises océaniques de 1000 mètres de haut qui se précipitent dans la mer. La forêt pluviale. Kapu. Les étrangers ne sont pas bienvenus à Molokai.

*

De l’autre côté de l’île de Molokai, sur la péninsule de Manakuala, le village de Kalaupapa est endormi. Personne ne veille. Personne n’éprouve le besoin de veiller. Ni l’envie. Personne n’a jamais eu envie d’y veiller.

1er avril 1946. Péninsule de Manakuala.

On ne sait pas ce qui s’est passé ce matin là à Kalaupapa. Personne n’en parle. Comme si un malheur de plus n’avait rien ajouté à la vie… ou à la mort. Ah si. La maison du tenancier de la buanderie a été avalée par les flots, c’est tout.

Les larmes de Kalaupapa

Les premiers à s’y installer ont été les polynésiens, redoutables navigateurs venus des Marquises, arrivés là il y a plus de 1000 ans. Ils ont cultivé des fruits et des légumes, sont devenus autosuffisants, puis de redoutables exportateurs de patates douces. Et s’ils y étaient encore, cela ferait 2600 ans qu’ils inscriraient leurs pas dans ceux de leurs pères, leurs œuvres aux côtés des pétroglyphes de leurs ancêtres. Mais le roi Kamehameha en avait décidé autrement. Le destin de la péninsule de Makanalua ne pouvait pas ne pas être unique. Pourtant Pilipo le conteur ne fait qu’évoquer Kalaupapa. Il n’en parlera pas. Il faut s’y rendre.

Alors que l’on surplombe la péninsule, les premières images du film Jurassic Park viennent à l’esprit : les clichés que Spielberg imprime sur la pellicule sont en effet les images spectaculaires de la péninsule.

Source Travis Thurston 

Au-delà de ces scènes, Makanalua est surtout le lieu d’accueil, depuis plus d’un siècle d’une léproserie : la colonie de Kalaupapa. De cela nul ne parle sur Molokai. Cette péninsule est d’abord une langue de lave qui s’est jetée dans l’océan. Une excroissance plate de l’île de Molokai, un quasi-triangle de 26 km2. Bordée sur deux côtés par l’océan pacifique, elle est accrochée à Molokai mais inéluctablement séparée d’elle par une falaise infranchissable de plus de 500 mètres du haut de laquelle on peut observer la colonie.

Kalaupapa – la ville de la péninsule. Témoin de vies de parias. Au milieu du 10e siècle, le virus de la lèpre fait des ravages dans les îles d’Hawaï : les autochtones n’ont aucune immunité. La propagation est fulgurante. Le taux de mortalité galopant. À défaut de comprendre la lèpre, avec des réflexes qui ont marqués les rois européens du Moyen-Âge, le roi Kamehameha V décide, au milieu des années 1860 de créer une zone de confinement. Il choisit Makanalua. Lui qui rêvait de construire un empire choisit d’en expulser les premiers habitants, tous déportés lorsque s’achève l’année 1895. C’est là que seront isolés les lépreux. Loin de tout. Loin de tous. La péninsule est pratiquement hors du monde. Et tous espèrent – la royauté d’abord puis le gouvernement des Etats-Unis ensuite – que les malades sauront reproduire le modèle autarcique de ceux qui les ont précédés. Vœu pieux. Ils sont de toute façon laissés à eux-mêmes. La colonie n’est accessible qu’en bravant une mer redoutable, aux périls de récifs dangereux. Et la lèpre est la peste du paradis hawaïen : le plus souvent durant la fin du 19e siècle, les malades sont jetés à la mer au large de la péninsule, avec quelques vivres. L’espoir et les courants marins devant les mener à bon port. Certains ont lutté pour leur salut en nageant de toutes leurs forces vers le rivage. Mais d’autres ont choisi de nager vers le large… Enfants, adolescents, adultes, femmes et hommes arrachés à leur famille, simplement parfois parce que l’on présumait qu’ils avaient contracté la maladie. Sans espoir de revenir. Déporté à Kalaupapa…

En 1887, un sentier est ouvert, seule alternative au bateau pour relier la léproserie au reste de l’île… Mais le trajet, dessiné d’abord par la géographie, était éprouvant (et dissuasif). Il l’est toujours. Et il faut encore aujourd’hui un permis du département fédéral de la santé pour pouvoir y accéder. Par mules ou à pied, sur près de 5 kilomètres, un chemin escarpé s’enroule autour de 26 virages en épingles à cheveux et serpente dans la falaise en descendant les 500 mètres d’à pic.

Une vingtaine d’années après son aménagement, au début du siècle dernier, l’écrivain Jack London l’emprunte non sans appréhension. Il le dit lui-même : un instant d’inattention pourrait valoir un plongeon de plus de 500 mètres en chute libre vers l’océan. À califourchon sur une mule, la jambe droite des cavaliers frotte la paroi tandis que leur pied gauche est à l’aplomb du vide. De ravins en canyons vertigineux, on a alors la juste mesure de l’isolement de ceux que l’on appellent encore « les lépreux ». Au pied de la falaise, le paysage devient moins sévère, se déclinant en terre rouge, plage de sable noir et collines verdoyantes. Mais un regard vers les immenses falaises suffit à donner le vertige. Oppressantes, elles sont les barreaux de la prison. Elles sont sans doute moins imposantes aujourd’hui qu’elles ne l’étaient autrefois, puisque désormais Kalaupapa dispose d’un aéroport qui ravitaille quotidiennement la péninsule.

Au cœur de la léproserie, Richard et Gloria Marks sont le moteur du Damien Tours, la seule façon – ou presque – de visiter la péninsule. Ils perpétuent également la mémoire du père Damien. Ce prêtre belge, arrivé presque par malchance. Qui a organisé la colonie. Les premiers arrivants s’étaient réfugiés dans des huttes de fortune, des grottes ou encore des anfractuosités rocheuses. Désespérés, ils n’avaient pas su s’organiser, et retrouver l’autosuffisance des polynésiens. Sans avenir, ils s’affrontaient sans merci dans un état de nature sans loi ni pitié. En 1873, l’arrivée du père Damien modifie radicalement la vie des survivants : des baraquements sont construits, et des fonds finissent par arriver jusqu’à la colonie. Il est le premier « sain » à choisir de rester. Il est aussi le premier sain à y contracter le virus, pour en mourir en 1889. Le récit de son aventure est surtout celle de son dévouement, alors que des médecins, habillés en apiculteurs, refusaient de toucher les malades ou de les approcher… Comme tous ici, Gloria et Richard Marks portent les stigmates du virus d’Hansen. Comme tous, ils sont arrivés, plus ou moins jeunes, coupés de leur famille, déracinés à jamais. Comme tous, ils ont souffert de l’ostracisme qui affecte encore cette maladie… et de l’éloignement de leurs enfants. De leurs enfants envolés. Car aujourd’hui encore les lois de l’État interdisent aux enfants de moins de 16 ans de se rendre à Kalaupapa, et les visiteurs, dont le nombre est limité chaque jour, doivent être encadrés. Ceux qui ont eu des enfants ont dû se résoudre à les laisser partir pour être élevés en-dehors de la colonie. Bien sûr, à plusieurs reprises, ils ont, les uns et les autres, cherché à cacher les naissances. Juste un moment. Simplement pour les garder un peu. Pour profiter de ce bonheur volé au monde « sain ».

La découverte d’un antidote en 1941 a mis un terme à la contagiosité de la maladie de Hansen. Mais la politique officielle d’isolement n’est abrogée qu’en 1969. Et à ce moment, lorsque le gouvernement des Etats-Unis « libère » enfin les lépreux de Kalaupapa, nombre de patients choisissent de rester dans leur sanctuaire. Parce qu’ils ont vécu trop longtemps hors du monde. Parce qu’à l’extérieur, la lèpre fait encore peur. Parce que les stigmates de la maladie sont une honte à porter pour les familles. De la péninsule, Jimmy Carter a fait un parc national en 1981. Si aujourd’hui les habitants de Kalaupapa refusent le plus souvent de parler, de se montrer et s’il est interdit de les photographier, c’est que leur histoire n’est pas un spectacle. Kalaupapa n’est pourtant pas l’histoire d’une déchéance, ni celle du désespoir. Il y a dans les stigmates de ces visages dévorés, ces moignons décharnés, un irréductible instinct de vie.

Molokai est la mémoire de l’autre Hawaï. Majestueuse et sauvage. Hostile et rude. Témoin encore tangible d’une histoire oubliée. 

Faire le mur – à la frontière mexicano-américaine

L’affaire est sortie sous la plume de McDaniel, au Yuma Sun et continue à battre en brèche l’idée que le mur frontalier entre le Mexique et les Etats-Unis sert « vraiment » à enrayer le trafic de drogues, d’armes et d’êtres humains. Cette fois-ci, les trafiquants ont envisagé, plutôt que de courir le risque d’utiliser des mules, de traverser la rivière du Colorado, pour entrer en territoire américain, tout en étant à l’extérieur de la barrière. Et oui, le mur frontalier a ainsi créé des enclaves de territoire américain, qui sont coincées entre la frontière politique et la barrière physique. Toujours est-il que, de là, le 7 décembre au soir en Arizona, les trafiquants de drogue ont utilisé un canon à air comprimé pour propulser 33 boîtes de conserves contenant plus de 40 kilos de… marijuana. Il y a donc une corrélation étroite entre le durcissement des mesures pour sécuriser la frontière et le recours par les trafiquants à des moyens moins classiques dans des zones habituellement moins marquées par les questions de trafic. Car c’est dans cette même région, rappelle le Yuma Sun, que l’on a découvert, en juillet dernier, un tunnel de 230 mètres de long, 18 mètres sous la surface, reliant un commerce mexicain à un commerce américain de San Luis en Arizona, et qui avait servi, pendant six mois, au trafic d’armes et de drogue. En août, ce sont des ballots de marijuana qui sont découverts après avoir été largués en sol américain depuis un ULM. Enfin, en octobre, ils utilisent une rampe d’accès pour essayer de faire passer une Jeep transportant de la marijuana par dessus la barrière. Bref ce mur ne sert à rien. Ou en tout cas pas à ce pour quoi les gouvernements disent qu’il devrait servir . Ce qui revient sans doute au même, sauf pour les migrants.

 

Les hommes du président

Le Président des États-Unis n’est pas seulement une institution, c’est également une personne qui choisit son entourage en fonction de son histoire personnelle, de ses filtres cognitifs, de sa perception de son propre rôle au sein de l’Exécutif, et Nerd Wallet fait le tour de la question avec cette infographie:

 Le système de prise de décision en matière de politique étrangère est, aux États-Unis, en constant réajustement, à la recherche d’un équilibre précaire et imparfait que chaque alternance politique, chaque événement international est susceptible de remettre en cause. Si la prédominance de l’exécutif n’est pas directement le fait des textes constitutionnels, la pratique, elle, a consacré la réalité, au milieu du 20e siècle, de la présidence moderne. Dès lors, malgré une volonté marquée de restaurer les pouvoirs du Parlement, nombre des victoires remportées par le pouvoir législatif, notamment dans les années 70, se sont révélées illusoires car, en pratique, les parlementaires ne sont pas parvenus à brider l’exécutif. La centralité de l’exécutif est réelle malgré la disparition de la menace soviétique qui aurait pu laisser présager du contraire, et renforcée à la suite des événements du 11 septembre.

À la suite des événements du 11 septembre, l’administration Bush entre dans une nouvelle ère qui altère véritablement le cours de la politique étrangère américaine. Les différentes composantes du processus décisionnel en matière d’affaires extérieures sont redéfinies par l’existence du risque terroriste : les rivalités entre les différentes administrations sont complètement occultées, le besoin d’une réelle réactivité gouvernementale fait sauter des paliers décisionnels et le processus devient moins formel, tandis qu’un « cabinet de guerre », composé des principaux décideurs du Conseil de sécurité nationale (NSC), se met en place et prend des mesures qui vont irrémédiablement orienter les relations internationales en ce début de 21e siècle.

À l’inverse, pourquoi l’administration Obama choisit-elle d’intervenir, mais assez frileusement, et tardivement en limitant ses propres opérations au seul espace aérien, et pour un temps très court? Les désaccords à l’intérieur de l’administration depuis les débuts du printemps arabe sont marqués. Les militaires du Pentagone, le secrétaire à la Défense Robert Gates, le Conseiller pour la sécurité nationale Thomas Donilon, et le conseiller spécial sur l’antiterrorisme du président John Brenan, redoutant un nouvel enlisement américain dans le monde arabe et la présence d’éléments de l’AQMI dans l’Est libyen, y sont farouchement – et parfois publiquement – opposés. Leur « défaite » tient au revirement spectaculaire d’Hillary Clinton alors convaincue par les arguments de Samantha Power qui est au Conseil de sécurité nationale, et de Susan Rice ambassadrice aux Nations unies.

Le processus décisionnel américain a ceci de complexe qu’il est constamment en mouvement, et qu’il s’ajuste sans cesse aux circonstances, et aux relations entre les conseillers et le président, au style personnel du président et à la structure décisionnelle. Mais il est également soumis à des pressions contradictoires, celles des intérêts organisationnels. C’est la raison pour laquelle le Conseiller pour la sécurité nationale joue un rôle déterminant à mi-chemin entre les bureaucraties et la présidence. Impartial et neutre, le Conseiller est un moteur du système de plaidoirie multiple qui permet le débat contradictoire et la soumission d’avis contraires. Par contre, lorsqu’il se fait partisan, lorsqu’il intervient délibérément pour influencer la décision (comme dans le cas de Kissinger, de Brzezinski ou de Condoleezza Rice) il déséquilibre l’ensemble du système et provoque un blocage des rouages. Immanquablement, le Conseiller pour la sécurité nationale joue un rôle clé, qui va prendre – ou non – de l’ampleur avec l’irruption de crises internationales. C’est alors au président qu’il appartient de trouver l’équilibre entre le Conseiller pour la sécurité nationale et les acteurs traditionnels (département d’État, département de la Défense) de la politique étrangère américaine.

Avec la recomposition de son équipe de sécurité nationale, le départ d’Hillary Clinton, les difficultés prévisibles de nomination de Susan Rice pour la remplacer, la démission de Petraeus, la mise en cause de James Clapper (DNI) dans l’affaire de Benghazi, Barack Obama va  refaçonner son entourage en matière de politique étrangère, et donc cette dernière.

Pour aller plus loin: Au sein de la Maison-Blanche, de Charles-P. David, aux Presses de l’Université Laval.

Le mur qui ne servait à rien…

Une version plus courte de ce papier est parue la semaine dernière ici.

30 octobre 2012. Désert d’Arizona, Yuma.

Le Border Patrol l’a découverte,  accrochée en haut de la barrière frontalière de 4 mètres de haut. Une Jeep, laissée là par des passeurs, qui avaient imaginé conduire la voiture par-dessus au moyen de rails en métal. Les rampes ont cédé et, le temps que le Border Patrol arrive, les trafiquants avaient filé avec le contenu du coffre (plein de Marijuana si on en croit les tests).

photos USCBP – domaine public

Comme le signale Rodrigo Nieto-Gomez sur son blogue, ce n’est pas la première fois que les trafiquants testent ce procédé, loin s’en faut :

 mais le paradoxe est que l’agence frontalière américaine présente cet événement comme un de leurs succès (les photos ont été prises et diffusées par leurs services) alors qu’il représente une autre forme de contournement du mur frontalier.

Preuve, si besoin était  qu’un mur ne sert… à rien.

Toute l’ambivalence des murs frontaliers repose sur le fait quela mondialisation a cet étrange effet de pousser des États à ériger de véritables murs le long de leurs frontières, alors que tombent les barrières commerciales et économiques. Il s’agit de ces  murs frontaliers comme il y en a près de cinquante aujourd’hui. Et dont le nombre ne cesse d’augmenter depuis 2001 , (il a triplé depuis la fin de la guerre froide) pour fortifier désormais près de 30 000 kilomètres de frontières.

sous License wikicommons

L’évolution la plus significative est que certaines démocraties (et non des moindres : les États-Unis, l’Espagne, Israël, l’Inde et plus récemment la Grèce) ont estimé que leur sécurité reposait sur le blindage de leur territoire. Même la frontière américano-canadienne connaît des pressions similaires : au point où une étude d’impact diffusée il y a un an par le Homeland Security envisageait un scénario de  « barriérisation sélective » de la frontière parmi les scénarii de rénovation de la frontière.

Or, la frontière septentrionale des Etats-Unis ressemble à ça :

 

Frontière en Colombie-Britannique, Cultus Lake – Crédits photos : Élisabeth Vallet

Alors que la frontière méridionale des États-Unis est, pour sa part, protégée, clôturée, surveillée, armée  le long du Rio Grande, avec des check points, postes avancés de la frontière, positionnés à  l’intérieur des États d’Arizona et de Californie.

 

Surveillance distante – Check point en Arizona; zeppelin au-dessus du désert d’Arizona; barrière dans le désert de Sonora. Crédits photos : Élisabeth Vallet


Nogales, Arizona – Crédits photos : Élisabeth Vallet

Pourtant les murs ne servent généralement pas l’objectif pour lequel ils ont été construits (ex-murer l’Autre, repousser l’Étranger). Plus encore, ils finissent par générer des logiques de transgression, favorisant l’économie et les flux souterrains, les rendant plus difficiles encore à contrôler, et rendent les migrants considérablement plus vulnérables.

Ils multiplient certains effets pervers, allant par exemple aux États-Unis jusqu’à pérenniser une implantation durable des travailleurs clandestins alors que grand nombre d’entre eux suivaient des migrations saisonnières et temporaires – altérant le profil démographique du pays hôte, aboutissant à l’effet inverse de celui recherché.

La construction des murs stimule également une véritable industrie des tunnels, comme en témoigne leur foisonnement sous la ville de Nogales – à cheval sur la frontière de l’État d’Arizona et de Sonora – dont le sous-sol ressemble à l’emmenthal suisse, posant d’ailleurs de véritables problèmes de sécurité (en 2010, un bus s’était enfoncé dans le sol devenu meuble, juste en face du poste frontalier).

 source: http://www.tucsonnewsnow.com/Global/story.asp?S=13448184

 Les murs ont également un impact désastreux sur l’environnement. Ils contribuent à isoler des écosystèmes entiers au point d’altérer durablement leur environnement (comme l’a constaté en 2003 une équipe de l’Université de Pékin, en identifiant des évolutions génétiques différenciées de la flore de part et d’autre de la grande muraille de Chine), ils affectent immédiatement les migrations animales et mettent en danger la biodiversité comme le démontre une étude de 2011 conjointe de l’université du Texas à Austin et  de l’Université de Californie à San Diego. Dûment documentés, les impacts sont parfois très concrets comme par exemple dans le parc du  Organ Pipe National Monument où, en août 2011, lors de précipitations soudaines, la barrière avec la Mexique s’est improvisée d’abord en barrage hydrique, pour ensuite en cédant, littéralement lessiver une zone considérable (et fragile) du parc national.

En fait les gouvernements construisent moins ces murs pour véritablement se protéger que pour apaiser. Les frontières blindées traduisent simplement l’angoisse sécuritaire des États qui se sentent mis à mal par une mondialisation anxiogène.

source: Atlas du Monde diplomatique.

Et les murs frontaliers finissent en fait par être des murs d’argent : ils dissocient les riches des pauvres, le Nord du Sud, les nantis des exclus. Ils constituent également un luxe superfétatoire que seuls certains États peuvent se permettre et constituent plus une thérapie collective nationale qu’un ouvrage de défense au sens classique du terme.

 

Obama gagnera le vote populaire: l’avenir est dans les cartes

L’avenir est au moins dans UNE carte, celle du Washington Post, qui montre que l’écart de voix entre les deux candidats en 2008 est tellement important (au profit d’Obama) que les cartographes de ce journal ne peuvent imaginer, malgré les prédictions des prophètes de malheur, que B. Obama emporte les 270 grands électeurs requis sans pour autant gagner la majorité des suffrages populaires.

La légitimité dont dispose un président est déterminante dans le système constitutionnel américain, car pour l’essentiel, sa capacité de gouverner réellement repose sur son pouvoir de persuader. Évidemment diminué si il part avec une légitimité amoindrie.

L’Amérique violette…

Le mode de scrutin, qui fait apparaître au soir de l’élection une Amérique bleue et rouge, fausse la réalité du vote surle terrain…

Source : Yann Roche, sur usa2012.uqam.ca d’après Elisabeth Vallet, Comprendre les élections américaines. La course à la Maison-Blanche, Septentrion, 2012.
 Or l’Amérique est plus complexe comme en témoignent les clichés de cet atlas interactif:
C’est d’ailleurs ce que raconte également la carte de l’Ohio:
vue autrement par The Economist:

 

Bulletins, Palm Beach County. La saga en fait que commencer

Voici un complément au papier sur les « fractures électorales de la démocratie américaine », publié sur le blog Visions Carto du Monde Diplomatique:

Dans le comté de Palm Beach, rendu célèbre en 2000 en raison des errements autour du recomptage du fameux bulletin papillon, deux erreurs d’impression pourraient de nouveau placer ces fameux bulletins de vote sous la loupe des scrutateurs, des médias et des armées d’avocats déployées sur le terrain par les deux partis.

Incertitude

Photo : Marta Lavandier (http://www.2000presidentialelection.com/)

 

Dans le premier cas, il manquait un entête dans le bulletin de vote par anticipation. Ce qui a conduit à un traitement manuel de 27 000 bulletins, puisque la machine de vote n’était pas en mesure de lire le bulletin en question.

Rebelote avec les nouveaux bulletins émis après que ce problème ait été rectifié. Dans la nouvelle version, une page a été imprimée deux fois, se substituant à une autre qui ne l’a pas été. Ainsi les électeurs risquent de voter deux fois pour de mêmes questions référendaires en l’occurrence (sur les amendements 1, 2, 3 à la Constitution de l’État), et de ne pas se prononcer sur celle qui manque (amendement 4 en partie, et surtout amendement 5 – ce dernier modifiant substantiellement l’équilibre des pouvoirs dans le système politqiue de Floride). Comme le souligne un journal local , les électeurs font donc face à un dilemme. Doivent-ils réclamer un bulletin corrigé (et courir le risque de ne pas le recevoir à temps) ou remplir malgré tout le bulletin partiel qu’ils ont entre les mains (au risque qu’il ne soit simplement pas compté).

La saga du recomptage ne fait que commencer…

Nixon, 1968, l’élection…. et des urnes pleines en vente sur Ebay !

« Ce qui est arrivé en 2000 n’a fait que révéler une réalité qui imprègne depuis longtemps le système électoral américain. Pendant près de cent ans, alors que la Constitution de 1787 donne aux Etats fédérés pleine compétence sur l’encadrement des élections, ce sont les partis politiques qui ont organisé les élections, fabriqué les bulletins de vote, s’assurant du taux de participation. Avec, en arrière-plan, des suspicions de corruption, de votes frauduleux, de disparition de bulletins. » extrait de : Les fractures électorales de la démocratie américaine, publié sur Visions Carto, le blog du Monde diplo.
Avec, en prime, une découverte faite sur ebay, en août 2008….

Ballot box with ballots from 1968 Nixon elections

Item number: 120286449505
Seller of this item? Sign in for your status
Bidding has ended for this item

Buyer or seller of this item? Sign in for your status.
Additional options:
   Sell an item like this one.
Previous Picture Stop Play Next Picture
1 of 3
Previous Picture Stop Play Next Picture
1 of 3
View larger picture
Starting bid: US $3,500.00 
No payments until 2009 – new eBay MasterCard

Ended: Aug-01-08 10:59:01 PDT
Shipping costs:
US $50.00
UPS Ground
Service to United States
Ships to: United States
Item location: phoenix, AZ, United States
History: 0 bids

You can also: Email to a friend 
Listing and payment details:  ShowShow
Meet the seller
Seller: mgrout1230 ) 
Member: since Feb-22-04 in United States
See detailed feedback
Add to Favorite Sellers
View seller’s other items
Buy safely
1.   Check the seller’s reputation
No feedback reviews at this time
2.   Check how you’re protected
Up to $200 in buyer protection.  See eligibility
Returns: Seller accepts returns.
7 Days Money Back
Description
This ballot box is filled with ballots from the Nov. 15 1968 general election in Washington County, Colorado, Precinct 10. The ballots alone are worth the price and would indicate that they may not have been counted. Ballots are still folded with a rubber bands holding them in folded as they were originally, with some 150 to 200 ballots. Detailed photos of the ballot and ballot box can be sent for interest parties only. The ballot box was manufactured by National Ballot Box mfn by Amos Pettie One from Chicago, Ill. The patents on the ballot box are register on June 17 1884. The top still has the glue for a covering placed over the slot to deposit ballots showing the system used in Washington County Co. Presidential Electors on this ballot are; Democrat Hubert H. Humphrey and Edmund S. Muckie, Republican Richard M. Nixon and Spiro T. Agnew. This is very collectible item with great political importance. The box has been in the family for well over almost 25 years and was discovered in Washington County Co. by my Father. There were only 3 of these ballot boxes when discovered.
Select a picture

 

01219

 

Shipping and handling
Ships to
United States
 Country:
Shipping and Handling To Service Insurance
US $50.00 United States UPS Ground

1 to 6 business days*
Loss/Damage protection included up to $100
*Sellers are not responsible for service transit time. This information is provided by the carrier and excludes weekends and holidays. Note that transit times may vary, particularly during peak periods.

États-Unis: La force économique du Sud

Contributeur invité, Ginette Chenard dresse un portrait du Sud des États-Unis.  Elle y a séjourné de 2006 à 2011 à titre de Déléguée du Québec en charge de ce territoire pour le compte du Ministère des Relations internationales du Québec.  Détentrice d’un doctorat en science politique/relations internationales de l’Université de Montréal, elle est maintenant chercheure senior à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand en Études stratégiques et diplomatiques de l’Université du Québec à Montréal. Elle publie une série de textes sur le sujet sur différents supports que l’on pourra retrouver ici :

Le Sud: une région méconnue

Solidarité politique accolée à la question raciale

Stratégie sudiste, conservatisme et polarisation

Mutation démographique et diversité socio-politique

Modèle entrepreneurial et croissance économique

Les forces économiques et les atouts

Le choc des paradoxes

 —————————————————————————————————————————

Des performances texanes qui font rêver

Le Sud d’aujourd’hui jouit d’un grand potentiel de développement et de plusieurs atouts pour attirer travailleurs et entreprises dans la région.  On sait combien les États-Unis ont été affectés, depuis 2008, par l’éclatement de la bulle immobilière, la récession et le ralentissement économique.  Pendant cette période, le Texas, peu affecté par la récession, a néanmoins créé 40% des nouveaux emplois au pays.  En 2010, le Miliken Institute classait dans son registre des 75 régions métropolitaines de grande taille les plus performantes du pays, quatre régions du Texas parmi les cinq en tête de liste.  Avant la crise financière et immobilière de 2008, c’était la Floride qui remportait la palme.  Pour sa part, le magazine Forbes classe depuis plusieurs années, au premier ou au second rang, la Virginie comme l’État de la nation ayant créé le climat le plus favorable aux affaires.

Dans l’ensemble, le Sud compte 19 des 25 principales zones nationales identifiées par le Miliken Institute comme les grandes gagnantes sur le plan de la croissance.  Onze d’entre elles sont situées au Texas, cet État qui a profité de la conjoncture, depuis 2003, pour se hisser au premier rang des États exportateurs américains, devançant maintenant largement la Californie quant à la valeur annuelle des exportations.  Pour sa part, le CNBC Special Report de 2010 confirme ces tendances en classant le Texas, la Virginie et la Caroline du Nord parmi les 5 États les plus performants sur le plan économique pour un ensemble de facteurs de croissance.

Le Sud compte également trois États parmi les cinq principaux qui détiennent les infrastructures de transport les plus efficientes du territoire.  Un tel résultat n’est pas étonnant car ces États sont devenus des pôles majeurs grâce, par exemple, à ses nombreux ports maritimes qui rivalisent entre eux d’efficience.  Dans le cas du transport aérien, en l’occurrence, le Texas compte trois sièges sociaux de compagnies aériennes, American Airlines, Continental et Southwest Airlines; la Géorgie est l’hôte de Delta, le plus grand transporteur aérien mondial, et de l’aéroport Hartsfield-Jackson d’Atlanta qui accueille le plus grand nombre de passagers au monde, à raison de 92 millions en 2011;  tandis que le Tennessee figure comme un pôle de logistique de transport de calibre mondial, grâce notamment au centre de tri de Fed Ex et à son impressionnante flotte de transporteurs.

À ce tableau somme toute sommaire, il faut indiquer que si le Texas est connu comme un leader mondial en matière de production énergétique, avec le pétrole en tête de liste, il s’est aussi employé à développer son industrie aéronautique et une capacité remarquable en matière d’énergie alternative pour notamment devenir le leader national de la production d’énergie éolienne et disposer d’installations en énergie solaire.

Il importe aussi de noter que le Texas accueillait, en 2011, 51 sièges sociaux des grandes compagnies de Fortune 500, faisant de lui le 3ième État en importance à ce chapitre aux États-Unis, après New York (57) et la Californie (53).  Figurent dans la liste Fortune 500, des entreprises qui traduisent fort bien la diversité économique de l’État du Texas, dont plusieurs dans le secteur du pétrole, comme Exxon Mobil, Conoco Phillips, Marathon Oil, mais aussi dans d’autres domaines, tels AT&T, Dell, Sysco, J.C. Penney, Texas Instruments, Whole Foods Market, Radio Shack, Energy Future Holdings, Blockbuster, etc.  Par ailleurs, plusieurs grandes entreprises de ce groupe ont établi leur siège social dans d’autres États du Sud : Office Depot et Publix en Floride;  Coca Cola, Home Depot, UPS et Delta en Géorgie;  Bank of America, Lowe’s, Duke Energy, Reynolds et Goodrich en Caroline du Nord;  Wal-Mart en Arkansas, Federal Express au Tennessee, etc.

Quelques autres fleurons

 La Caroline du Nord a fait du Research Triangle Park (RTP) dans la zone Raleigh-Durham-Chapel Hill, le plus important centre de recherche en haute technologie du Sud des États-Unis.  À beaucoup d’égards, il n’est dépassé sur le plan national que par la Silicon Valley de la Californie.  Créé en 1959, ce parc technologique a fait du partenariat public-privé, impliquant au premier plan les établissements universitaires et de recherche, la raison d’être de son remarquable succès.  Environ 170 firmes multinationales — dont IBM, General Electric, GlaxoSmithKline, Cisco Systems, Nortel Networks, Dupont — et d’autres de plus petite taille, travaillent de concert avec le gouvernement de l’État, des administrations locales, des organisations, des fondations, des universités et des laboratoires de recherche et de développement (R & D).  Fort de ses 45,000 employés, ce parc technologique se classe comme le troisième pôle du pays dans le domaine des biotechnologies et des sciences de la vie, et s’impose également dans les domaines des technologies de l’information et des technologies vertes.  Ce modèle de développement a fait ses preuves et il est aujourd’hui prisé par plusieurs États.

La Virginie et la Floride profitent à plus d’un égard de leur situation géographique.  Ces États s’offrent comme des emplacements stratégiques sur la côte Est en matière de transport, à cause du réseau complexe d’aéroports, de ports, d’autoroutes et de lignes de chemin de fer qui les traverse.  La Virginie tire également de grands avantages de son voisinage immédiat avec Washington D.C., la capitale de la nation, pour s’inscrire comme le 3ième des 50 États américains en termes de subventions en R & D reçues du gouvernement fédéral.  La croissance phénoménale de la Virginie du Nord est grandement redevable de ce voisinage.  L’État en a profité pour y propulser un espace économique prospère et novateur qui mise principalement sur le développement de systèmes dans les technologies de l’information, de logiciels, de centres de données et de télécommunications.  Pour sa part, la Floride fait de sa situation à l’extrémité Sud du pays sa carte maîtresse pour se proposer comme la porte d’entrée commerciale du pays sur les Amériques.  Comme la Virginie, la Floride dispose de multiples atouts pour soutenir une industrie touristique extrêmement florissante.  Elle aussi tire également grand profit des multiples bases militaires installées sur son territoire pour figurer comme un joueur national important dans les domaines de l’aéronautique et de l’aérospatial qui s’appuient sur quelque 1,900 établissements spécialisés.  Les secteurs des sciences de la vie et des technologies de l’information sont également en croissance en Floride.

Dès l’issue de la Deuxième Guerre mondiale, l’industrie de la défense américaine a joué un rôle de catalyseur et de courroie de transmission favorable à la croissance économique du Sud.  En 2009, six États du Sud comptaient parmi les quinze principaux bénéficiaires des dépenses militaires du gouvernement fédéral, à raison du tiers du total des dépenses militaires américaines.  Quand on connait l’ampleur de cette enveloppe budgétaire dans le budget du gouvernement fédéral, (534,8 milliards de dollars en 2009), il faut convenir que le Sud en profite énormément, d’autant plus que s’y ajoutent les considérables effets multiplicateurs de ces dépenses au sein des économies locales.  Les États de la Virginie, du Texas et de la Floride comptent parmi les cinq principaux pôles nationaux du Département de la Défense avec des dépenses respectivement de l’ordre de 67,1, de 46,7 et de 23,2 milliards de dollars pour l’année 2009 dans ces États.

De façon générale, les fonds du gouvernement fédéral, non seulement ceux en matière de défense, ont énormément contribué au grand décollage industriel du Sud.  De multiples programmes d’aide et subventions ont permis la construction des grandes infrastructures – autoroutes, ports, aéroports –, soutenu financement par le biais de subsides la transformation de la production agricole en agro-business, de même que le développement des industries aérospatiale, du pétrole, du gaz naturel, pour ne nommer que ces secteurs.

Un secteur fétiche, l’aéronautique

De nos jours, aucun gouverneur, ni aucun homme d’affaires du Sud n’est à court de mots pour vanter les mérites de leur État respectif et du climat d’affaires qui règne dans chacun d’eux, afin d’attirer les grands joueurs des industries aérospatiale et automobile.  Ils le font en attisant une immense concurrence entre eux, à coups de centaines de millions de dollars, ce qui a néanmoins permis la création de deux grappes industrielles de poids considérable.

L’industrie aéronautique est en pleine croissance.  Bien sûr, le Sud compte sur Gulfstream en Géorgie, mais surtout sur le Texas avec ses grands donneurs d’ordre que sont Lockheed-Martin et Bell Helicopter Textron, mais aussi sur la Floride.  Si le Texas figure, à l’instar d’autres États comme la Californie et l’État de Washington, parmi les principaux pôles de l’industrie aéronautique aux États-Unis, il convient d’indiquer que l’implantation récente dans le Sud des deux plus importants joueurs internationaux dans le secteur des jets commerciaux va certainement contribuer à consolider la grappe aéronautique déjà en croissance.

En juillet 2012, Airbus a fait part de son intention de construire à Mobile, en Alabama, une chaîne de montage.  Il y a là de quoi raviver la concurrence entre les deux grands, Airbus et Boeing, une joute qui se jouera en partie dans cette région des États-Unis.  Il faut sans doute voir cette décision d’Airbus comme une réaction à la virulente campagne menée par son rival et qui a obligé le Pentagone à revenir sur son premier choix qui consistait à confier à un consortium contrôlé par Airbus le renouvellement de sa flotte d’avions ravitailleurs.  Boeing n’est pas en reste.  Sa décision d’ouvrir, à Charleston, en Caroline du Sud, une usine de montage pour son nouvel appareil, le 787 Dreamliner, ajoutera énormément à la capacité du Sud dans le domaine de l’aérospatial, et contribuera à sa prospérité et celle de Boeing.  À elles seules, les compagnies Airbus à Mobile et Boeing à Charleston, créeront respectivement au moins 1,000 et 3,800 emplois directs, sans compter des milliers d’emplois indirects.

Dans un autre créneau de l’aéronautique, il faut aussi noter que Bombardier et Embraer ont également des installations dans le Sud.  Il en est de même de plusieurs firmes d’importance de l’industrie, telles United Technologies, Northrop Grumman, Textron, etc.  Plusieurs États du Sud s’activent afin d’obtenir une part de production dans ce secteur industriel.  Il faut s’attendre à ce qu’un jour prochain, l’industrie aéronautique figure, à l’instar de l’industrie automobile aujourd’hui, comme une autre « success story » du Sud.  Pour y arriver, les leaders politiques et économiques ont les yeux rivés sur les grands pôles mondiaux de l’aéronautique, dont celui de Montréal, afin d’encourager des investissements porteurs.  Cependant, l’arrivée des marchés émergents dans ce secteur, notamment en Chine et en Russie, ne fera que raviver la concurrence pourtant déjà forte au sein de cette industrie.

La « belle histoire » du secteur automobile

L’industrie automobile dans le Sud constitue un cas d’espèce absolument remarquable.  En pleine effervescence, il ne faut pas hésiter à qualifier l’industrie automobile de grand succès.  Elle aura réussi à se former en grappe industrielle solide, à faciliter la restructuration économique du Sud et, dans certains cas, à garantir carrément le décollage économique de plusieurs États. Les grands joueurs de cette industrie dans le Sud proviennent d’Asie et d’Allemagne.

E.  Un secteur automobile en pleine effervescence

Usines de fabrication d’automobiles asiatiques ou allemandes dans le Sud :

Alabama : Mercedes-Benz, Hyundai, Isuzu et Honda;

Caroline du Sud : BMW;

Mississippi : Toyota et Nissan;

Texas: Toyota;

Tennessee: Nissan, Volkswagen, Toyota;

Géorgie : Kia;

Virginie : Volvo et Volkswagen.

Nombre d’emplois créés : 92,700 emplois directs et 574,000 emplois indirects, selon des estimations datant de 2007 de l’Association of International Automobile Manufacturers; soit 33% du total des emplois dans l’industrie automobile américaine.

Effets d’entraînement : chaque investissement supporte des emplois dans au moins cinq secteurs de l’industrie, notamment : l’acier, les pneus, le caoutchouc, les programmateurs et les concessionnaires.


C’est au chapitre des subventions au développement octroyées par les États que l’évolution du secteur de l’industrie automobile est le plus révélateur de la culture d’affaires du Sud.  D’emblée, il convient de souligner le cas de l’aide financière, de l’ordre de 253 millions de dollars, octroyée dès 1993 par l’État de l’Alabama à Mercedes-Benz pour la construction d’une usine d’automobiles dans le comté de Tuscaloosa, un endroit jusqu’alors inconnu de plusieurs, y compris des CEO de la multinationale.  À cette subvention se sont greffées des sommes tout au moins équivalentes en octrois publics alloués à la formation des travailleurs, à l’achat de terrains, etc.

Ce geste de la part d’un État qui figure encore parmi les plus pauvres des États-Unis, a donné le ton et la mesure, dès alors, quant à la définition des moyens et des ressources consentis par les États et les administrations locales privées ou publiques, afin d’encourager la croissance économique.  Et, justement, cet investissement aura largement contribué au décollage économique de l’État.  Selon les estimations de l’économiste en chef de la Southern Legislative Conference, Sujit M. CanagaRetna, cet investissement, allié à d’autres, aura réussi à générer des retombées de l’ordre de 7 milliards de dollars et à créer plus de 41,380 emplois.  Il contribue toujours à la croissance annuelle du PIB de l’État de l’Alabama.

 Autres exemples, au Tennessee et en Géorgie.  Le Tennessee, qui avait déjà généreusement accueilli chez-lui les firmes Nissan et Toyota, s’est engagé il y a quelques années à la hauteur de plus d’un demi-milliard de dollars en subventions directes en faveur d’un investissement de près d’un milliard de dollars de Volkswagen, à Chattanooga.  D’autres offres pourtant audacieuses, comme celle de la Géorgie qui convoitait aussi cet investissement de taille, ont avorté.  La Géorgie s’est toutefois reprise avec succès en consentant un montant d’environ 410 millions de dollars pour attirer à West Point un investissement de Kia évalué à 1,2 milliard de dollars susceptible de créer jusqu’à 2,900 emplois directs et autant d’emplois indirects.  Par ailleurs, Porsche, Lotus et BBS ont choisi d’établir leur siège social américain dans cet État.

 Chacun y trouve son compte.  À cet égard, l’exemple de Toyota est éloquent.  Jusqu’à 2007, Toyota aurait investi au fil des ans 18 milliards de dollars dans 10 unités de fabrication;  créant 9 à 12 modèles d’automobile;  construisant 1,6 million de voitures;  assurant 365,000 emplois directs et presque autant indirects;  se garantissant un chiffre d’affaires d’environ 24,9 milliards aux États-Unis;  et offrant 595 millions de dollars en gestes philanthropiques.  Après s’être d’abord installé en Indiana et au Kentucky, c’est dans le Sud, au Texas et au Mississippi, que Toyota a misé ses derniers pions.

 Le cas de l’industrie automobile du Sud fascine autant à cause de l’ampleur qu’elle a prise depuis 1988, que pour l’importance de ses effets d’entraînement.  Alors qu’en 1997, on estimait à 25% la part de l’industrie automobile occupée par le secteur asiatique et européen, en 2007, elle était estimée à 42%.  L’essentiel du reste de la production industrie, environ 51%, est le fait des trois grandes entreprises américaines du Nord.  Forte d’une telle place dans la production aux États-Unis, l’industrie automobile du Sud pourrait éventuellement constituer une menace à l’empire des « Big Three » que forment Ford, General Motors et Chrysler.

 En somme, l’industrie automobile n’aurait pu se développer de si belle façon, n’eut été des largesses de ce nouveau type d’États-providence qui a émergé dans le Sud.  En dépit d’une idéologie majoritairement républicaine qui s’oppose à l’intervention de l’État en matière de développement économique, les États n’hésitent pourtant pas à mettre le paquet.

 Dans le Sud, on appelle ça avoir du « leadership politique ».  On qualifie ainsi cette escalade de la concurrence conduite par les gouvernements des États en faveur d’un nouveau type de mécénat qui consiste à octroyer de copieuses subventions en retour d’une promesse d’implantation de la part de firmes qui ne répugnent aucunement à se transformer en obscurs objets de grandes convoitises.

 Le rôle des syndicats

 Les entrepreneurs trouvent dans le Sud de nombreuses conditions favorables à leur enrichissement, facteurs qui sont également susceptibles d’assurer une meilleure compétitivité pour leurs entreprises.  Parmi ces facteurs, l’absence presque généralisée de syndicats, partout dans les États du Sud, figure de loin en tête de liste.  Cette situation et son pendant, à savoir le peu d’intérêt des ouvriers de se syndicaliser, résultent de l’application du principe du « Droit au travail » (Right to Work Law).

 Adoptée par le Congrès en 1947, en dépit du veto du président Truman, cette loi défend grosso modo la liberté des ouvriers de s’associer — ou pas — à un mouvement ouvrier et de payer — ou pas — des cotisations syndicales pour conserver leur travail.  Qui plus est, cette loi élimine la responsabilité d’un employeur de négocier une entente syndicale avec ses employés.  Des 23 États américains qui ont entériné une telle loi, est-il étonnant de retrouver les 12 États du Sud?  Un tel choix ne concorde-t-il pas, en effet, avec cet autre qui préconise un développement économique sans contrainte, comme le veut le modèle entrepreneurial adopté par le Sud ?  Ainsi s’explique la résistance au syndicalisme des magasins Wal-Mart de ce monde.

 La question est cependant plus complexe.  Le principe du « Droit au travail » est considéré comme le grand atout du Sud.  L’implantation récente de Boeing en Caroline du Sud a bien fait ressortir l’essentiel de cette problématique qui distingue le Sud, au point où l’on pourrait affirmer que les États s’en servent de façon délibérée et sans fausse pudeur pour offrir des « ponts d’or » aux entreprises.  Il suffit de consulter les dépliants de marketing des États ou de prêter attention aux discours de promotion des leaders pour constater que l’absence de syndicats est célébrée comme le facteur gagnant de leurs stratégies de démarchage.

 Annoncée en 2009, la décision de Boeing d’ouvrir à Charleston, Caroline du Sud, une installation correspondant à un investissement de 2 milliards de dollars a été vertement critiquée par les syndicats concernés du Nord.  En effet, un CEO de la firme avait signifié tout haut sa nette préférence pour un État signataire de la loi « Right to Work », remettant du coup en question le choix contraire de l’État de Washington qui abrite et appuie Boeing depuis des décennies.  Quoiqu’il en soit, la poursuite engagée par les syndicats afin de dénoncer cet état de choses auprès du gouvernement fédéral a été abandonnée en 2011.  Ont joué gros en faveur de ce revers : l’opposition farouche et militante des élus républicains de l’État, avec à leur tête le sénateur pro-Tea Party, Jim DeMint, et le sénateur républicain Lindsay Graham; une conjoncture économique défavorable sur le plan national et la criante nécessité de créer des emplois;  une balance commerciale fortement déficitaire interdisant au gouvernement fédéral de courir le risque de voir filer un tel investissement vers d’autres marchés concurrents, surtout quand on sait qu’un tel avion de vendra au moins 190 millions de dollars l’unité.

 Les syndicats s’étaient insurgés non seulement parce que les 5,000 ouvriers embauchés à Charleston allaient être payés en moyenne 14$, plutôt que 28$ l’heure comme à Seattle, ce qui créait du coup, deux classes d’ouvriers, dans un même secteur, dans un même pays.  Ils se sont surtout emportés parce que le cas Boeing allait engendrer un effet « Ligne Maginot » : une fois la brèche ouverte, d’autres allaient s’y engouffrer.  Ce cas d’espèce, — et d’autres encore comme celui de la firme Electrolux mieux connu au Québec — met bien en relief la complexité du phénomène de la délocalisation dans les économies avancées vers des sites où les coûts de la main d’œuvre sont moins élevés.

Le pari des atouts du Sud

 L’exemple de Boeing fait ressortir deux autres traits caractéristiques du Sud.  Le premier attire l’attention sur les formidables émoluments financiers que la Caroline du Sud, un État plutôt pauvre de seulement 4,6 millions d’habitants, a bien voulu consentir de surcroit à la firme.  Bien que personne ne s’entende sur un montant exact, plusieurs estiment à au moins 450 millions de dollars les subventions directes de l’État.  Une autre étude, celle-là réalisée par un professeur d’une université de l’État, les évalue plutôt à pas moins de 900 millions de dollars.  Ce n’est pas rien!

 Deuxièmement, ce cas met bien en lumière le taux de syndicalisation particulièrement bas dans les États du Sud, ce qui, par ailleurs, est considéré comme un autre grand atout du Sud.  Selon les données du Bureau du travail américain, le taux de syndicalisation moyen aux États-Unis est de 11,8% en 2010-11.  Au premier rang, l’État de New York accuse un taux de 24,1%, tandis que la Caroline du Nord bat le record, à l’opposé, avec un taux de syndicalisation de l’ordre de 2,9%.  Comme la situation est à peu près semblable en Caroline du Sud, Boeing connaitra des jours heureux de production sans aucune contrainte syndicale.

 Somme toute, le Sud a fait le choix de s’offrir comme une nouvelle espèce de zone franche, à mi-chemin entre, d’une part, les économies du Nord à hauts salaires et en mutation et, d’autre part, les économies des pays à très bas salaires et en émergence ailleurs dans le monde.  Tout cela pour accueillir à bras ouverts des entreprises soucieuses d’enregistrer des gains de productivité significatifs dans un espace économique très hospitalier, stable, amical et reconnaissant.

 Voilà pourquoi des firmes en provenance du Nord des États-Unis, du Canada, du Québec et d’ailleurs dans le monde, élisent de s’y installer au grand dam des sociétés d’origine qui avaient pourtant soutenu de leur poche, à une autre époque, ces mêmes entreprises délocalisées.  Pour le moment, c’est là un ordre des choses qui fait grandement l’affaire du Sud.

 

La compétitivité à la manière du « Southern Comfort »

 

En terminant, il convient de noter brièvement d’autres facteurs souvent évoqués quand il s’agit d’attirer des entrepreneurs vers le Sud et de mettre en relief les atouts en matière de compétitivité de cette zone qui donnent tout leur sens au nouveau « Southern Comfort » :

1)   des salaires partout plus bas que la moyenne nationale;

2)   des charges fiscales et autres bien moindres, si bien que dans un État comme la Floride, il n’y a pas d’impôt particulier à payer;

3)   des coûts de production moindres qui attirent des entreprises en provenance du Nord, à l’instar de Boeing et d’autres encore, comme Caterpillar, NCR, Electrolux, etc.

4)   des économies d’échelle du fait de l’existence de grappes industrielles importantes et d’une offre abondante de produits et de fournisseurs à proximité pour ces mêmes grappes;

5)   une multitude d’occasions d’affaires du fait que le Sud offre des espaces neufs à développer et dispose de nouvelles technologies, etc.;

6)   un coût de la vie généralement inférieur à la moyenne nationale, ce qui facilite notamment l’accession à la propriété;

7)   un préjugé pro-entreprise nettement avoué et mis à l’épreuve par les leaders politiques, ce qui séduit presque tous les hommes d’affaires;

8)   une vive concurrence entre les États en matière de promotion de leur marché et de prospection des investissements, ce qui suscite cette forte surenchère tant appréciée par les investisseurs;

9)   une offre de subventions à coup de centaines de millions pour attirer des entreprises structurantes, ce qui rend les implantations attrayantes pour les investisseurs;

10)    de généreux programmes d’assistance pour la formation de la main d’œuvre, des congés de taxes, etc.;

11)    une disponibilité de main d’œuvre mi spécialisée et des partenariats entreprises-collèges-États pour assurer la formation, selon les besoins des entreprises;

12)    une qualité de la vie certaine.

 

 

Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?

Le débat des candidats à la Vice-Présidence… Vu autrement (songify this)

Parce que la politique américaine, c’est ça aussi:

The Gregory Brothers ( 3 frères et la femme de l’un d’eux) ont formé ce groupe Soul et R&B en 2007, connu notamment (mais pas seulement) pour ce type de vidéos (leur fameuse série « Songify This »), qui parodie notamment les hommes politiques.

La guerre contre les femmes: avortement, contraception, viol, droits des femmes, équité salariale gender gap et parti républicain.

Véronique Pronovost et Sarah Veilleux-Poulin

Rédactrices invitées:
Véronique Pronovost est candidate à la maîtrise en science politique et en études féministes à l’Université du Québec à Montréal. Ses recherches portent essentiellement sur la droite chrétienne américaine contemporaine. Elle est notamment récipiendaire des bourses Brian Bronfman (2012-2013) et Marc Bourgie (2010-2011). Elle assure actuellement la coordination de l’Observatoire sur les missions de paix et les opérations humanitaires et est chercheure en résidence à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques.

Sarah Veilleux-Poulin est candidate à la maîtrise en science politique à l’UQAM et chercheure à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques. Elle se spécialise dans la question constitutionnelle américaine, notamment la symbolique attribuée à la Constitution et son rôle dans l’élaboration de la culture et de l’identité américaines. Elle axe également ses travaux sur les polémiques entourant le rôle des armes à feu aux États-Unis et ses implications légales, en plus de se spécialiser dans l’action du Tea Party et sa rhétorique électorale.

 *

Depuis le début de la campagne présidentielle, et davantage même lors des primaires républicaines, de nombreux débats entourant les droits des femmes ont animé la sphère politique américaine et grandement retransmis dans les médias. Au cours de cette période, Mitt Romney et de nombreux candidats du parti républicain ont pris publiquement la parole afin de faire connaitre leurs positions sur différents enjeux concernant les femmes : certains candidats du Grand Old Party ont notamment proposé la redéfinition du viol, la suppression du financement de l’organisation Planned Parenthood engendrant potentiellement la fermeture de plus de huit cents cliniques médicales et centres de planification familiale, la criminalisation de l’avortement ainsi que l’interdiction de l’usage de contraceptifs.

La question de l’avortement (et parallèlement celle du statut du fœtus) n’a jamais été complètement réglée aux États-Unis et ce, malgré l’arrêt Roe c. Wade prononcée par la Cour suprême en 1973. Depuis les années 1970, le système judiciaire américain a été le lieu de diverses tentatives de re-criminalisation de l’avortement. Au Congrès ainsi qu’au sein de plusieurs États, le parti républicain s’est toujours porté garant des droits des fœtus en imposant un nombre important de restrictions et de conditions entourant la pratique de l’avortement. Au cours de la dernière année, de nombreuses mesures ont été adoptées en ce sens par les États : outre les limitations « traditionnelles » notamment relatives à l’âge légal des femmes pour pouvoir avorter sans le consentement des parents ou aux baisses de financement accordé aux cliniques pratiquant des avortements, il a été possible de constater une certaine radicalisation dans les moyens de prévenir les avortements et d’en diminuer l’accessibilité. En mars 2011, le Dakota du Sud est allé jusqu’à adopter une loi décriminalisant potentiellement le meurtre de médecins pratiquant des avortements, en le considérant comme un « homicide justifiable ». Au cours de la même période, une loi  obligeant la majorité des femmes souhaitant se faire avorter à subir un examen intra vaginal invasif et inconfortable a été adoptée en Virginie. Cette nouvelle loi de la Virginie impose aussi aux femmes de subir une échographie avant que l’avortement ne soit pratiqué. Cette stratégie vise à humaniser le fœtus et à créer un lien affectif entre les femmes et leur fœtus. D’autres États, tel que la Caroline du Sud, ont aussi décidé d’imposer un temps de réflexion aux femmes choisissant de se faire avorter. Ce délai varie de vingt-quatre (Caroline du Sud) à soixante-douze heures (Utah) entre l’échographie obligatoire et l’avortement proprement dit. Selon Alexia Newman, une défenseuse de ce type de loi, ce temps de réflexion permettrait aux femmes d’obtenir davantage d’information sur leurs options (dont l’adoption).

Selon plusieurs auteures féministes, dont Susan Faludi, l’histoire des États-Unis serait parsemée de périodes de ressac contre les droits des Américaines[i]. L’auteure cite notamment la période reaganienne, mais il est aussi possible de penser à la percée de la droite chrétienne sous l’administration de George W. Bush. Ainsi, si l’histoire américaine nous apprend que le droit à l’avortement est loin d’être acquis, la campagne présidentielle actuelle nous apprend plus globalement que les droits des femmes peuvent être soumis à débat et sont potentiellement révocables. Pour la première fois depuis l’ère reaganienne, de nombreux droits des femmes – certains droits reproductifs et certains droits concernant l’intégrité physique – sont remis en cause de manière aussi explicite.

Ce qui se cache derrière la rhétorique sexiste : une analyse féministe

 Le concept de « War on Women » (littéralement : guerre contre les femmes), abondamment employé par les médias américains, semble le plus à propos pour décrire le « blacklash » ou le coup de barre que tentent actuellement d’imposer certains républicains aux femmes. Cette « guerre » repose sur une conception différencialiste dont les utilisateurs tentent de faire croire que chacun des deux sexes doit occuper un rôle, une fonction et un espace différents au sein de la société américaine. De ce fait, en affirmant vouloir circonscrire les libertés reproductives des femmes et en opposant les droits des fœtus aux droits des femmes, les républicains réitèrent que la fonction sociale première des femmes concerne la reproduction. Par ailleurs, alors qu’il serait inconcevable de débattre des droits et des libertés fondamentales des Américain-e-s, il est tout à fait permis de débattre des droits spécifiques aux femmes. Cette manière de percevoir les droits des femmes se rapproche grandement de la manière de percevoir les droits des groupes minoritaires et fait des femmes des citoyennes de second ordre. Plus globalement, au cœur de cette série d’attaques se trouve une volonté de freiner l’agenda des féministes, couramment taxées de « féminazis », et plus généralement des progressistes ainsi que d’imposer une vision de la société américaine basée sur un ensemble de valeurs et de convictions conservatrices.

Quelle place pour les droits des femmes au sein de la campagne républicaine?

 L’un des exemples les plus probants de cette rhétorique est le scandale déclenché par Rush Limbaugh, cet animateur radio dont les vues ultraconservatrices ne sont plus à démontrer, qui s’est approprié les audiences du caucus démocrate de la Chambre en matière de contraception[ii] pour traiter une étudiante de Georgetown, militant pour la couverture médicale des pilules contraceptives, de « pute ».  Pendant les deux semaines suivant l’audience, Limbaugh en rajouta en affirmant que si le pays devait payer pour que l’étudiante puisse avoir des relations sexuelles, tous les Américains devraient être en mesure de pouvoir assister à ses ébats. Décriées autant du côté démocrate que républicain, Mitt Romney faisant timidement savoir son désaccord en affirmant que « ce n’est pas le langage qu’il aurait utilisé », les attaques de l’animateur lui auront coûté de multiples contrats publicitaires, en plus de devoir s’excuser à l’étudiante, qui refusa catégoriquement sa volte-face.

 Depuis l’incident, le camp démocrate s’est approprié le terme de « War on Women » pour qualifier la position des candidats et sympathisants républicains sur les droits reproducteurs des femmes, dont les éléments les plus conservateurs poussent désormais vers l’interdiction complète de la contraception et de l’avortement, peu importe le contexte. Cette radicalisation du discours républicain sur la question, ou plutôt le retour du débat dans la sphère publique et politique (notamment lors des primaires républicaines) peut s’expliquer de deux façons : premièrement,  la présence dans le paysage politique américain de partisans du Tea Party, ce mouvement ultraconservateur[iii] qui a réussit à se forger une place au Congrès lors des élections de mi-mandat ; deuxièmement, la volonté de Mitt Romney de se porter à titre de bon candidat du parti lors des primaires républicaines et ce, malgré son bilan mitigé à la tête du Massachussetts Qui n’a pas eu l’heur de plaire aux Tea Partiers. Confronté aux chouchous du mouvement tels Rick Santorum ou Newt Gingrich, Mitt Romney a donc dû courtiser l’électorat ultraconservateur en changeant ses visions sur plusieurs enjeux en cours de route, ce qui lui vaudra le quolibet de « flip-flopper ». Du coup, Romney a dû suivre la tendance que dessinaient du côté républicain les éléments plus conservateurs du parti et s’engager sur le terrain glissant de l’avortement et de la contraception. Malgré tout, le changement de cap de Romney n’avait pas totalement réussit à lui aliéner le vote des femmes durant les primaires : en mai dernier, un sondage CBS News/New York Times démontrait que Romney menait sur le président sortant chez les électrices, par 46% comparativement à 44% chez Obama. C’était avant d’ajouter Paul Ryan au ticket républicain.

Le choix de Paul Ryan : opportunisme ou épine dans le pied?

Reconnu pour sa très austère proposition de budget en 2008, Paul Ryan est un conservateur pur et dur, très prisé du Tea Party et s’étant prononcé à de nombreuses reprises contre l’avortement et la contraception. À cet effet, Paul Ryan aurait appuyé un projet de loi avec le désormais tristement célèbre représentant du Missouri Todd Akin (celui-là même qui affirmait qu’en cas de viol, le corps d’une femme « sécrétait des fluides l’empêchant de tomber enceinte ») qui prescrivait le financement public des avortements dans des cas de risques pour la mère, d’inceste ou de « forcible rape[iv] » seulement[v]. La volonté de restreindre l’avortement aux femmes victimes de « viols par la force[vi] » fût toutefois évacuée du projet de loi, qui ne fût pas soumis alors à la majorité démocrate du Sénat. Appelé à expliquer sa décision, Paul Ryan a tenté de se distancer des propos de Akin en affirmant « qu’un viol, c’est un viol », et qu’une éventuelle administration Romney reconnaîtrait le droit à l’avortement pour les victimes de viol, même si le gouvernement Obama tentait de faire croire le contraire. En conséquence, 50% des femmes sondées après la sélection de Ryan ne compte pas voter pour le ticket Romney/Ryan en raison des positions du colistier sur l’avortement. Au moment du sondage à la fin août, quelques semaines après la nomination officielle de Ryan, Obama menait par une marge de 13 points chez les femmes de six États clés. Considérant que le vote des femmes est crucial lors d’une élection présidentielle, Mitt Romney a décidé d’élaborer sa campagne de charme autour du fait qu’Obama « aurait laissé tomber les femmes en omettant de réduire le taux de chômage ». Une stratégie qui s’inscrit toutefois dans l’argument principal du clan Romney, sans tenter de rejoindre précisément les enjeux qui touchent l’électorat féminin.

Pendant qu’Obama centre sa campagne autour des femmes seules ou monoparentales, ajoutant que Romney allait ramener les droits des femmes « dans les années 1950 », les multiples attaques envers les droits des femmes semblent systématiques du côté républicain. En tentant de courtiser une branche plus radicale du parti républicain par le choix de Paul Ryan, qui vient pallier aux lacunes que présente Romney chez cet électorat, le candidat républicain a dû adopter une ligne dure sur la question de l’avortement et de la contraception sans toutefois se demander si cela pourrait lui nuire face aux électeurs indépendants ou indécis, ceux-là mêmes sur lesquels se joue l’élection. Et à en croire les multiples gaffes du clan Romney, tenter de charmer les femmes pourrait bien être le dernier de leur souci dans le dernier droit de la campagne électorale.


Notes :

[i] Voir : Susan Faludi. Backlash : The Undeclared War Against American Women, New York : Crown Publishing Group, 2006, 592 p.

[ii] Plus précisément devant le Committee on Oversight and Government Reform, qui devait juger si l’obligation pour un employeur de couvrir la pilule contraceptive à ses employées pouvait être exemptée aux établissements religieux (hôpitaux ou institutions scolaires).

[iii] Il faut toutefois comprendre que le Tea Party était, au départ, un mouvement à tendance purement économique; depuis,  certains éléments du mouvement ont décidé d’inclure les enjeux sociaux dans leur doctrine conservatrice, changeant donc une partie de ses revendications.

[iv] Communément appelé le « Hype Amendment ».

[v] Le « No Taxpayer Funding for Abortion Act ».

[vi] Traduction libre.

Une première version de ce texte est parue sur le site usa2012.uqam.ca

Comme une odeur de soufre…

Le Pew Research Center vient de sortir un sondage étonnant à ce stade de la campagne: Romney passerait en avance d’Obama. Ce que confirme Real Clear Politics, avec une marge moindre.

Or l’histoire montre qu’en général, à cette époque ci de l’année, les inversions de tendance sont rares. Et en fait inexistantes depuis plusieurs cycles électoraux comme on peut le constater ci-dessous: