Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?

Premier débat – La gaffe de Romney… (celle que personne n’a vu venir)?

C’était mercredi soir. Mitt Romney était en forme. Barack Obama plutôt absent.

 C’est le premier débat de la saison. Et ce n’est traditionnellement pas une réussite pour le président sortant. Rien de nouveau sur ce front là. Mitt Romney a fait des étincelles. James Fallows l’avait prédit.

Par contre, lorsque Mitt Romney se tourne vers l’animateur Jim Lehrer (qui a été lui-même une des pierres angulaires du réseau) et l’interpelle personnellement pour ajouter  « I like PBS » (la télévision publique américaine) et « I love Big Bird » (le fameux personnage de Sesame Street – 1 rue Sésame) en ajoutant qu’il ne financera quelque chose (comme PBS) pour lequel il faut emprunter auprès de la Chine, il ne joue peut-être pas sa meilleure carte:

 

Pendant le débat, « Big Bird » est mentionné à raison de 17 000 tweets par minute. Très vite le compte twitter @FiredBigBird est créé et poste une image du célèbre personnage en plein coeur de la grande dépression :

Le lendemain, selon le National Post,  le compte twitter @FiredBigBird avait plus de 23 000 followers tandis que  @BigBirdRomney avait un peu plus de 8000 et @BlGBlRD un peu moins de 17,000.

L’acteur George Takei  poste d’ailleurs immédiatement une image qui fait référence au fameux blogue Tumblr sur les textos d’Hillary : « c’est confirmé, nous avons l’oiseau, nous le déménagerons demain en lieu sûr ».

Après le débat, le Super-Pac American Bridge 21rst Century (qui a déjà dépensé 6 millions de dollars en faveur des démocrates durant ce cycle électoral) lance une campagne sur le web critiquant Romney en mettant en scène Big Bird.

Les médias sociaux également se sont emparés de l’idée… et ce qui n’était qu’une réflexion anodine est devenu un buzz.

Pendant ce temps, le site Million Muppet March appelle d’ailleurs à une manifestation – sur le Mall à Washington – contre Mitt Romney, le 3 novembre prochain. Ainsi, ce qui appartient pour l’instant au monde télévisuel et virtuel pourrait connaître une traduction concrète.

Et les caricaturistes ont quelque chose à se mettre sous la dent, à la veille des débats qui toucheront la politique étrangère aussi – et au demeurant les points forts  d’Obama.

*

Ce n’est pas la première fois que le parti républicain propose l’idée de couper les fonds à la radiodiffusion publique. De  manière récurrente, les Républicains au Congrès proposent des amendements pour réduire ou supprimer ce financement.D’ailleurs l’un des plans de réduction du déficit de la commission Bowles-Simpson envisageait la suppression.

(L’ex-candidat à l’investiture républicaine) Rick Santorum avoue avoir déjà voté pour « tuer Big bird ».

 

Pourtant, vouloir occire Big Bird et la radio-télé-diffusion publique tient plus du symbole que de la nécessité budgétaire. PBS ne représente que 0,00014 % du budget fédéral. Big Bird est quant à lui est rentable,  depuis sa création en 1969 à la télévision.. L’organisation à but non lucratif qui produit le programme fait 46,9 millions de revenus et embauche 1320 salariés et les produits dérivés représentent pour la compagnie de jouet qui le distribue environ 75 millions de dollars par an. Big Bird dépend de PBS qui distribue l’émission. Des emplois et des petites entreprises en bénéficient également.

Au demeurant, le financement octroyé par le Congrès va à la Corporation for Public Broadcasting  qui est une organisation privée à but non lucratif. Les coupures préconisées par les Républicains  mettraient à mal le réseau des stations locales de NPR qui repose sur ce financement (72% du financement de PBS  va au réseau local de télévision et radio) et contribueraient à l’isolement d’un grand nombre de communautés rurales.

Là où Romney a probablement commis – inconsciemment – une erreur, c’est qu’il a donné à l’équipe de campagne de Barack Obama  un « moment » qui pourrait définitivement marquer ce premier débat, un outil facile à « spinner ». Il pourrait avoir créé une mascotte, qui parle de coupes budgétaires et de chômage, d’économie difficile, ce qui est au coeur des préoccupations des Américains à quelques semaines de l’élection.

L’instrumentalisation de cette déclaration par l’équipe d’Obama ne s’est d’ailleurs pas fait pas attendre. Le président-candidat déclare dans la foulée, à Denver, qu’Elmo (autre personnage célèbre de la série) doit faire attention à lui. Tandis que Big Bird apparaît à Abingdon en Virginie, dans une réunion électorale de Mitt Romney, portant la pancarte : “Crack down on Wall Street, not Sesame Street.”

La protection de Big Bird pourrait donc devenir le cri de ralliement du fameux 47% et des autres (au moins dans les campagnes publicitaires démocrates). D’autant plus aisé que Michèle Obama a déjà fait une apparition sur le plateau de l’émission:

 Comme le dit fort justement James Poniewozik du Time , toute la question n’est pas que Romney ait dit vouloir couper les vivres à PBS et NPR, mais la façon dont il l’a dit. En donnant un visage aux coupes budgétaires et à la rigueur, en utilisant un personnage enfantin donc vulnérable, en personnalisant le débat autour d’un personnage qui touche les enfants, en en faisant une icône.

Est-ce vraiment une gaffe ? Selon le journaliste du Time, la personnalisation du débat et le fait de rapporter les choses à lui (« moi aussi j’aime Big Bird, mais on n’a pas le choix ») est une formule à laquelle Romney recourt souvent car cela lui permet de sortir du registre des guerres culturelles (« les libéraux utilisent l’argent du contribuable pour altérer les valeurs américaines ») et d’être sur un terrain qui lui est plus familier (je vous comprends, on ne peut pas faire autrement).

Est-ce que ce sera payant? Au  Washington Post, Suzi Parker prévoit  que Romney pourrait regretter sa réflexion. Selon elle, d’après un sondage de 2008, «  77 millions de personnes ux États-Unis ont regardé Sesame Street lorsqu’ils étaient enfants. En période de crise économique, la nostalgie est une raison comme une autre d’aller voter…

 

 

Qu’attendre du premier débat Obama-Romney?

Une contribution spéciale de Julien Tourreille

À quelques heures du premier débat présidentiel qui se tiendra à Denver mercredi 3 octobre de 21h à 22h30 heure de l’Est, la dynamique de la campagne semble nettement favorable au président sortant. Les sondages nationaux donnent certes l’impression d’une course indécise (Obama est crédité d’une avance de 3,5 points en moyenne), mais les projections des voix au Collège électoral, clé véritable de l’accession à la Maison-Blanche, sont actuellement très favorables à Barack Obama. Selon les estimations du site RealClearPolitics.com, il flirte en effet avec la majorité des 270 voix requises pour remporter la présidentielle. À un mois de la tenue du scrutin et alors que le vote par anticipation a commencé en Iowa et dans l’Ohio, la course serait-elle donc déjà jouée ? Mitt Romney peut-il s’appuyer sur les débats pour relancer sa campagne ? Quels sont les stratégies et les atouts que devraient mettre en œuvre les deux aspirants à la présidence au cours de ces joutes oratoires ? Quelle est au final l’importance des débats ?

Un regain d’attaques à la veille du premier débat

Dans les deux jours précédents le premier débat présidentiel, les deux candidats ont délaissé le terrain afin de préparer leur premier face à face. Leurs équipes n’ont cependant pas délaissé la campagne. Au contraire, elles ont débuté la semaine en multipliant les attaques contre l’adversaire. Cherchant à profiter de la situation au Moyen-Orient pour déstabiliser Obama sur ce qui est un de ses points forts, Mitt Romney a publié dans le Wall Street Journal du lundi 1er octobre un article d’opinion dans lequel il attaque vigoureusement la politique étrangère mise en œuvre par l’administration Obama. Le candidat républicain soutient par exemple que les Etats-Unis subissent les évènements au lieu de les façonner en faveur des intérêts américains et de ceux de leurs alliés. Dès lors, soutient-il, cette politique est « dangereuse ». Lundi également, le parti républicain a ouvert un site internet, failedpromise.com, dans lequel sont dénoncées les promesses électorales formulées en 2008 et non tenues par le président Obama.

L’équipe de campagne de ce dernier a pour sa part annoncé que des responsables politiques et des fonctionnaires du Massachussetts se rendraient dans des États-clés tels que l’Ohio, la Floride, ou encore la Virginie, pour présenter un bilan négatif de l’expérience de Romney à la tête de cet État. De plus, des syndicats proches des démocrates multiplient les distributions de pamphlets dénonçant les propos du candidat républicain au sujet des « 47 % d’Américains » qui ne paient pas d’impôts sur le revenu, qui dépendent de l’aide gouvernementale, et qui ne voteront jamais pour lui.

Si les deux équipes de campagne multiplient les offensives en ce début de semaine, elles utilisent également une stratégie classique et identique pour présenter le premier débat. Tant dans le camp Romney que dans celui d’Obama, le mot d’ordre est à la diminution des attentes et à l’insistance sur les forces de l’adversaire. L’objectif est simple : mettre la pression sur le candidat de l’autre camp et préparer le terrain pour pouvoir affirmer, une fois le débat achevé, que celui-ci a été un succès car les attentes ont été atteintes, voire même dépassées. Pour autant, Barack Obama et Mitt Romney ne sont pas dans une situation identique à la veille de ce premier débat.

Source : Washington Post – ABC News Poll, 30 septembre 2012, http://www.washingtonpost.com/politics/decision2012/tight-race-nationally-as-first-debate-approaches/2012/09/30/82d0d402-0b28-11e2-a310-2363842b7057_story.html

Une dynamique positive pour Barack Obama

Le président Obama entame en effet la dernière ligne droite de cette campagne dans une position plutôt favorable. Avec un Américain sur deux qui se dit favorable à l’action du président, Barack Obama se situe à un niveau proche de ses trois derniers prédécesseurs ayant obtenu un second mandat à la Maison-Blanche. Il est en tout cas dans une situation bien plus favorable que celle des deux derniers présidents sortants, George H. W. Bush et Jimmy Carter, n’ayant pas été réélus.

Source : Washington Post – ABC News Poll, 30 septembre 2012, http://www.washingtonpost.com/politics/decision2012/public-opinion-ahead-of-first-debate/2012/09/30/f48ad37e-0b53-11e2-bb5e-492c0d30bff6_graphic.html

Un débat crucial pour Mitt Romney

Pour Mitt Romney, la situation est en revanche un peu plus compliquée. Sa campagne a connu des difficultés au cours des dernières semaines. Ses commentaires au sujet des « 47 % d’Américains » qui ne paient pas d’impôts sur le revenu et qui seraient dépendants de l’aide de l’État ont suscité une controverse que les Démocrates n’ont pas manqué d’exploiter. Alors qu’il a cherché à politiser les événements récents au Moyen-Orient, en particulier l’assassinat de l’ambassadeur américain en Libye, Mitt Romney n’est pas parvenu à renforcer sa crédibilité sur un sujet traditionnellement fort du parti républicain : la politique étrangère. Il devrait d’ailleurs prononcer la semaine prochaine un discours majeur sur celle-ci.

Ce premier débat est donc crucial pour un Mitt Romney qui doit saisir l’occasion pour relancer sa campagne. Des figures importantes chez les Républicains, par exemple le gouverneur du New Jersey Chris Christie ou l’ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich se sont montrés pessimistes lors des émissions politiques dominicales le 30 septembre. Gingrich a ainsi soutenu que Romney devait apparaître à l’issu du premier débat comme une alternative crédible afin de donner à sa « campagne une chance de vivre ».

Romney doit également convaincre des bailleurs de fonds influents. Eux aussi commencent à douter de ses chances de remporter la présidence. S’ils s’avéraient déçus de la performance de Romney au cours de ce débat, ils pourraient décider de réorienter leurs fonds vers la course au Congrès où les Républicains espèrent garder leur majorité à la Chambre des représentants et aimeraient faire des gains au Sénat.

Or, ces bailleurs de fonds, à travers les groupes d’action politique qu’ils financent (les PACs et les Super-Pacs), ont joué un rôle crucial au cours de l’été 2012 pour maintenir Mitt Romney dans la course à la Maison-Blanche. De mi-mai à fin juillet, la campagne de Barack Obama a ainsi dépensé 111 millions de dollars ; celle de Romney à peine 42 millions. Cet écart a été atténué, renversé même en faveur de Romney, grâce aux contributions de groupes d’action politique formellement indépendants des candidats, mais qui jouent un rôle de plus en plus important dans le processus électoral. Ces groupes proches des Démocrates ont dépensé au cours de la même période 18 millions de dollars contre 110 millions pour ceux proches des Républicains. L’ancien conseiller de George W. Bush, Karl Rove, dirige deux de ces groupes les plus importants : American Crossroads et Crossroads GPS. Le verdict qu’il portera sur le premier débat sera particulièrement attendu, à tel point que certains observateurs estiment qu’il pourrait décider du sort de la campagne de Mitt Romney.

Romney vs Obama : état des forces en présence

Dans un tel contexte, voici résumés les principaux atouts de Mitt Romney, les plus grands risques pour Barack Obama et leurs objectifs généraux pour le premier débat :

Les atouts de Mitt Romney :

–       Pratique intensive des débats au cours des derniers mois : il en a fait pas moins de 23 au cours de la primaire républicaine, alors que pour Barack Obama le dernier débat remonte à 2008.

–       Projette une image de calme et de confiance.

–       Habile dans l’utilisation de mots clés et de formules percutantes.

Les risques pour Barack Obama :

–       Apparaître ennuyé et condescendant. Lors des primaires démocrates de 2008, le propos qu’il a tenu à l’endroit d’Hillary Clinton, « you are likeable enough », avant le vote dans le New Hampshire avait nettement contribué à relancer la campagne de cette dernière qui l’avait remporté dans cet État.

–       La perception répandue chez une partie de l’électorat que la campagne de Romney est à la dérive et que par conséquent le président sortant pourrait remporter par K.O. ce premier débat.

–       Si Obama est reconnu pour être un grand orateur, ses performances lors des primaires démocrates en 2007-2008 et lors des débats présidentiels de 2008 ont mis en évidence qu’il n’est pas particulièrement à l’aise dans ce type d’exercice.

 

Ce que devrait faire Romney :

–       Etre précis sur les enjeux et sur les solutions qu’il entend apporter aux difficultés que connaissent les Etats-Unis. À cet égard, il lui faudra nettement rompre avec les propos vagues et les platitudes de ses discours.

–       Surprendre. Pour un nombre croissant d’électeurs et d’observateurs, la campagne de Romney est sur une pente descendante depuis quelques semaines, n’arrivant pas en particulier à ciseler son message ni à mener des attaques efficaces contre Obama.

–       Créer un sentiment de proximité avec l’électeur. Un peu d’autodérision permettrait à Romney de briser une image de distance avec l’Américain moyen, de donner un peu de sympathie.

 

Ce que devrait faire Barack Obama :

–       Être présidentiel : la phrase la plus efficace de son discours à la convention démocrate fut sans doute « je ne suis plus uniquement un candidat. Je suis le président ». En prenant ainsi de la hauteur, en rappelant le poids des responsabilités qu’il exerce depuis presque 4 ans dans un contexte pour le moins délicat, il fait apparaître par comparaison Mitt Romney comme inexpérimenté.

–       Être humble. S’il doit éviter d’être condescendant comme il l’a pu l’être à l’encontre de Hillary Clinton en 2008, Barack Obama doit surtout assurer les Américains qu’il a déjà établi les bases pour favoriser un regain économique qui pourra se concrétiser sous son second mandat.

–       Émuler Bill Clinton dont le discours à la convention de Charlotte a permis, selon les observateurs et analystes, de redonner un certain optimisme chez la population quant aux perspectives économiques du pays. En effet, fin août, 42 % des Américains estimaient que le pays irait dans une bonne direction en matière économique si Barack Obama était réélu. Ils sont 47 % fin septembre. (Si Romney était élu, les chiffres sont respectivement de 46 % et 51 %).

L’influence limitée des débats sur l’issue du scrutin

Il y a quelques jours, 69 % des Américains sondés par Gallup affirmaient que les débats n’influenceraient pas vraiment ou pas du tout leur choix. Les débats marquent l’entrée dans la dernière ligne droite de l’élection présidentielle. Ils peuvent donner lieu à des épisodes mémorables. Une étude portant sur la période 1960 – 2004 publiée par Gallup en 2008 tend cependant à démontrer que ceux-ci n’ont eu un impact décisif sur l’issue de la campagne qu’à deux reprises : en 1960 lors des débats entre John F. Kennedy et Richard Nixon, et en 2000 entre Al Gore et George W. Bush.

Mitt Romney peut essayer de garder espoir en se rappelant que le premier débat est habituellement défavorable au président sortant. Outre un bilan parfois délicat à défendre, le président en exercice a significativement moins de temps pour se préparer d’une part, et n’a pas eu l’occasion de pratiquer ce type d’exercice au cours des 4 dernières années d’autre part. Son adversaire a quant à lui un peu plus de latitude pour aménager des sessions de préparation tout au long de la campagne et a acquis une expérience pendant les primaires de son parti. Romney a participé à 23 débats lors de la course à l’investiture républicaine. Rien n’indique toutefois que cela soit suffisant pour inverser le cours de la campagne.