Vers une convention nationale républicaine divisée?

Le résultat du 15 mars, côté républicain, rebat une fois de plus les cartes du Grand Old Party : la probabilité d’une convention divisée, contestée existe.

La victoire de Kasich…

Deux candidats dans la course se devaient de remporter leur État ce soir: John Kasich dans l’Ohio (dont il a été le gouverneur et le représentant) et Marco Rubio en Floride (dont il est le sénateur). Le premier a transformé l’essai et le second a complètement échoué :

CdoU6s2WAAE-zRZ

Et cette carte du New York Times montre à quel point il s’agit d’une défaite de grande ampleur, qui montre au passage que Donald Trump est loin de plafonner , qu’il est susceptible d’aller chercher un électorat plus diversifié au-delà des Angry White Men, et que ce serait une erreur de le sous-estimer encore à ce stade.

Par contre, la victoire de Kasich dans l’Ohio selon Gender Watch 2016 , qui est un État pivot de l’élection générale, se fait avec le vote des femmes républicaines (46-43, 3 points de différence), et nécessairement avec la classe ouvrière dans la ceinture de l’acier.

Cela signifie aussi que la probabilité d’une convention contestée existe… (comprenez que puisque la science politique et les modèles ont failli en cette année exceptionnelle, on cherche à être plus prudent…d’où la formule alambiquée)

Et de toute évidence, le fait que, dans la foulée de sa victoire en Ohio, l’équipe de Kasich se soit élargie pour inclure Stu Spencer, stratège principal de Ronald Reagan (tant au niveau gouverneurial que présidentiel, de 1966 à 1984), Charlie Black (qui a conseillé Reagan, G.H. et G. W. Bush, ainsi que McCain en 2008), Vin Weber (qui a conseillé les candidats Dole, W.Bush, Romney et Gingrich) en soulignant notamment le rôle central de Spencer lors de la dernière convention contestée de l’histoire du parti républican (en 1976) n’est pas un hasard…

Marco Rubio a suspendu sa campagne…

Ce qui veut dire qu’il abandonne l’idée d’être président (il l’a dit clairement) mais qu’il reste légalement dans la course, ce qui permet de continuer le cas échéant à lever des fonds pour payer des dettes de campagne, honorer les contrats

Il conserve également (comme Jeb avant lui) ses délégués jusqu’à la convention. Si jamais il abandonnait, ses délégués seraient redirigés en fonction des normes établies par chaque État. Au Kentucky par exemple, les délégués de Marco Rubio devront se réunir pour voter à bulletin secret sur la réallocation de leurs votes. Le New Hampshire quant à lui libère les délégués de leur lien et ils sont libres de se prononcer. Bref, il y a autant de règles qu’il y a d’États et les délégués ne peuvent pas être redistribués à l’heure où ces lignes sont écrites.

Vers une convention divisée, contestée, ouverte?

Par contre, on parle de plus en plus de « contested », « brokered », « open » convention. C’est là aussi un peu complexe.

  1. D’abord, si aucun candidat n’arrive à Cleveland avec la majorité des délégués plus un, on parle de convention contestée – comme en 1976 côté républicain entre Reagan et Ford ou en 1984 entre Mondale et Hart côté démocrate.
  2. Ensuite, si après le premier tour, il n’y a toujours pas de majorité, on parle alors de convention ouverte, négociée (brokered) en référence au temps où les caciques du parti négociaient un candidat à leur convenance – la dernière a eu lieu côté républicain en 1948 (Dewey contre Taft) et en 1952 côté démocrate (Stevenson contre Kefauver).
    Le « twist » c’est que 72% des délégués qui sont liés par le choix des électeurs à leur arrivée à Cleveland, seront libérés de leur mandat impératif après le 1er tour. Trois tours plus tard, ce sont 90% des délégués qui seront des agents libres. Et la durée du mandat impératif est là aussi déterminée par… les États. Ainsi les 40 délégués de la Géorgie sont libérés de toute allégeance après le 1er tour tandis que les 36 délégués de l’Alabama sont liés impérativement et jusqu’au bout. En Pennsylvanie, seuls 17 des 71 délégués sont liés jusqu’au premier tour.

Et là, il faut ajouter un élément additionnel : dans certains États (pas tous) la liste des délégués est établie par… l’establishment. Ce dernier peut tout à fait parier sur la probabilité d’une convention ouverte et placer des « agents doubles » dans les délégations d’État, prêts à changer d’allégeance après le 1er tour. Car dans 44 États sur 50 (sans compter les territoires), le candidat n’intervient pas dans la sélection des personnes qui vont être déléguées. Ainsi comme l’explique Sasha Issenberg à propos de la Caroline du Sud, pour en être un délégué, il faut avoir été délégué de la convention nationale de 2015  – la probabilité d’être issu du sérail est d’autant plus élevée .

Qui a la haute main sur la convention?

Mais tout n’est pas si simple (!). La convention nationale, dont on ne retient souvent que le dernier jour, est une grand-messe qui se déroule en fait sur 4. Le 2e jour pourrait être déterminant : c’est là que le comité des règles de la convention se réunit et détermine les normes applicables à la désignation des candidats à la présidence et vice-présidence. Il a été crucial en 2012, lorsqu’il a adopté la fameuse règle 40, imposant qu’un candidat, pour être considéré, ait emporté la majorité des délégués dans 8 États, afin de favoriser Mitt Romney. À l’heure actuelle, seul Donald Trump atteint ce seuil, mais le comité qui se réunit le 2e jour (et qui est en principe une émanation, majoritairement, de l’establishment) peut tout à fait modifier les règles pour changer le déroulement prévu de la convention.

Mais voilà, au vu de la manière dont la campagne de Donald Trump se déroule, ça ne devrait pas se dérouler calmement.

Et à quel point les caciques du parti (ou simplement sa frange modérée ou non populiste) sont prêts à confronter cette classe blanche, moins diplômée, plus vulnérable financièrement, qui formule clairement son insécurité économique et parait encore affectée par la crise de 2008 alors que les indicateurs nationaux sont à la hausse? À quel point est-il possible d’alimenter plus encore le cynisme de ces désenchantés de la politique? Le Parti républicain a joué avec le feu depuis plusieurs cycles électoraux, en alimentant la polarisation d’une part et en jouant avec les règles de l’investiture d’autre part. Or, en matière de fracture profonde, de divisions raciales et économiques, de polarisation idéologique, et de violence, l’histoire des conventions nationales a établi des précédents

En attendant…

Capture d’écran 2016-03-15 à 23.57.44

 

 

 

 

 

 

Et il y a toujours une autre option: l’apparition d’un candidat indépendant (poussé par l’establishment républicain). Et non, il n’est pas trop tard, dit Richard Winger: L’histoire, avec John Anderson en avril Robert  La Follette en juillet 1924, Strom Thurmond comme Dixiecrat en juillet 1948, Ross Perot en mars 1992, ont tous plutôt bien réussi. D’autant que les dates limites dans les États pour apparaître sur le bulletin, s’étalent de juin à septembre (à l’exception du Texas pour lequel la date est mai). Et la structure du Constitution Party, déjà présent dans plusieurs États, pourrait être idéale pour ce faire.

(et un grand merci pour sa relecture avisée à Vincent Boucher... il ne fait jamais bon écrire trop tard dans la nuit 😉 )

Savez-vous compter? (controverse arithmétique en élections ou l’inverse).

Au lendemain du Super Tuesday et à la veille des derniers (ou presque) scrutins du Deep South, l’arithmétique est devenue reine. Et la controverse mathématique ou électorale suivant l’angle sous lequel on prend les choses est réelle.




D’autant que personne ne s’accorde sur le nombre de délégués déjà effectivement attribués à tel ou tel candidat:

  CNN Politico Real Clear Politics Democratic Convention Watch RNC (républicains)
Romney 444 424 446 393 339
Santorum 202 212 199 133 95
Gingrich 115 103 117 110 107
Paul 66 45 61 24 22
Huntsman 0 2 X 2 X
Autres x 82 non liés x 197 non liés 42 super délégués + 258 non liés

Car on parle bien souvent seulement de projections et non de chiffres fermes.

D’un côté, Josh Putman, professeur à Davidson College, explique qu’une convention ouverte (brokered convention) en août est quasiment inimaginable, en raison même de la mathématique électorale.

Pour Putman, Santorum devrait performer bien au-dessus de son niveau actuel (il flirte désormais avec 35% du vote) pour pouvoir imaginer emporter les 1144 délégués. Mais plus encore, tandis que le mois de mars lui est favorable avec des votes dans le Deep South qu’il pourrait/devrait emporter, il perd cet avantage à compter du 20 mars avec le scrutin en Illinois. Selon Putman, Romney devrait retrouver un terrain confortable, tandis qu’un nombre conséquent de délégués n’est pas encore attribué (notamment par les États tenant des caucus). En outre, le changement du mode de scrutin à compter d’avril, et le fait qu’il y ait alors des États qui pratiquent le « winner take all » va dans le même sens. Romney n’est pas encore le nominé, loin s’en faut. Mais comme l’explique Putman, tous les scenarii semblent aller dans son sens: les risques d’une convention ouverte paraissent mineurs.

De l’autre côté le professeur Schultz de Hamline University considère que les chiffres vont dans le sens d’une convention ouverte (brokered convention):

selon lui, aucun des candidats n’ira à la convention de Tampa avec, dans son escarcelle, la majorité absolue des délégués (1144).

Selon lui au Super Tuesday:
Romney   a  421 délégués, Santorum    181,Gingrich    107, Paul     47, Huntsmann 2

Entre les 758  délégués déjà attribués et les 129 qui ont été sélectionnés par caucus dans le Maine et le Minnesota mais ne sont pas encore attribués, il reste 61,2% des délégués à gagner.

Or selon ces calculs, Romney, pour emporter l’investiture, doit gagner 723 délégués de plus soit plus de la moitié de ceux qui restent encore en jeu. Pour Santorum, cela représente 68,8%.

Schultz considère que au vu des performances actuelles de Romney, il faudrait attendre le 5 juin (avec la Californie (172), le Montana (26), le New Jersey (50), le Nouveau Mexique (23), et le Dakota du Sud (28)) pour mettre un terme à l’incertitude.

Mais il souligne également que ce sont les États du Sud, du Deep South qui vont se prononcer en mars. Le Kansas, l’Alabama, le Mississippi, puis le Missouri. Viendront ensuite la Louisiane, l’Arkansas, le Kentucky puis le Texas. Or si l’on observe les performances de Romney en Caroline du Sud et dans le Tennessee, ses résultats sont inférieurs à la moyenne dans le Deep South. Le candidat du Nord-Est ne convainc pas les évangéliques conservateurs, loin s’en faut.


source: Pew Forum on Religion and Public Life

Il part donc avec un handicap majeur dans cette région. Or une performance médiocre, particulièrement en mars, donnerait le signal d’une machine qui se grippe, et l’indication qu’il peinera substantiellement pour obtenir la nomination « avant » la convention. (L’auteur est prudent mais le ton est là: Romney mène le bal mais sa position de leader du peloton est infiniment précaire).

Super Tuesday : Le jour où le parti républicain perd l’élection présidentielle?

(version longue)

Dix États, de la Géorgie à l’Alaska, ouvrent leurs bureaux de vote ce mardi pour un Super Tuesday que les Républicains souhaitent décisif. Ce mardi permettra de désigner près de 18% des délégués pour la convention d’août prochain, et dans tous les cas, plus de délégués en un jour (437) que depuis le début de l’année (302). Pour autant ce ne sera pas le « Tsunami » (comme on l’avait dénommé à l’époque) de 2008 avec ses 24 États et la moitié des délégués en jeu. Ce super Tuesday n’en sera pas un, tandis que le parti républicain s’abîme dans des comptes de délégués et paraît se chercher à la fois un leader et une identité, au risque de perdre cette frange de l’électorat qui constitue pourtant la clé de l’élection de novembre prochain.

 

Comptes et décomptes

En 1988, pour contrer l’influence du Nord des États-Unis dans le processus de sélection des candidats à la présidence, un ensemble d’États du Sud choisit d’organiser simultanément leurs primaires. Ce n’est pas un véritable succès mais le principe est acquis. Le procédé du Super Tuesday a progressivement pris de l’importance car ces blocs de primaires ont une résonance pour la suite de la campagne, en termes de collecte de fonds, de mobilisation politique, d’obtention des délégués nécessaires pour emporter l’investiture.

Cette année toutefois, l’impact du Super Tuesday est plus flou. Tout d’abord, le Texas, avec ses 155 délégués (10% des délégués à la convention nationale), a disparu du super Tuesday à l’aune d’une querelle juridique liée au découpage électoral pour se retrouver en queue de peloton, le 29 mai.

Ensuite, deux États présentent des particularités. En Virginie, seuls Mitt Romney et Ron Paul sont parvenus, en réunissant les 10 000 signatures requises, à figurer sur le bulletin de vote. Romney emportera donc une victoire facile que tous imputeront aux méandres électoraux et dont il ne pourra se gargariser. En Géorgie, son État d’adoption, Newt Gingrich espère ressusciter – en concédant qu’il ne peut poursuivre son pari présidentiel sans l’emporter.

De surcroît, le vote devrait se diviser. Au Tennessee et en Oklahoma, Santorum espère emporter cet électorat profondément conservateur et évangélique. Le Dakota du Nord, l’Idaho et l’Alaska (cette dernière étant très en marge des chemins de campagne des candidats) pourraient regarder du côté de Ron Paul. Le Vermont et le Massachussetts devraient tomber dans l’escarcelle de Mitt Romney.

Reste l’Ohio – le centre du monde politique états-unien, État pivot depuis plusieurs élections présidentielles. Preuve en est, Mitt Romney, qui a décidé de ne faire de publicité dans aucun autre des États du Super Tuesday (ce qu’il laisse à son super PAC Restore Our Future pour 7 millions), a choisi d’y investir 1,2 millions de dollars. Le Red, White and Blue Fund de Santorum injecte autant (500 000 $) dans cet État que dans les neufs autres. Pour autant, Santorum part avec un réel handicap arithmétique pouvant représenter jusqu’au quart des délégués en jeu : dans trois des 16 districts, limitrophes de son État de Pennsylvanie, il n’a pas réussi à fournir une liste de délégués, perdant par forfait 9 des 66 délégués de l’Ohio. Dans six autres, il n’est pas parvenu à soumettre une liste complète : ce qui signifie qu’il pourrait emporter le vote populaire dans un district sans obtenir le nombre total de délégués qui lui revient. À l’opposé les cols bleus – évangéliques – de l’État n’ont pas de grande affection pour Romney, qui souffre encore de ses gaffes. Ce n’est donc pas le jeu des délégués que mène Santorum : il s’agit pour lui de gagner le vote populaire et de s’en prévaloir pour asseoir sa légitimité en vue d’une poursuite de la course jusqu’à la convention.

Et c’est probablement ce qui fait faire des cauchemars aux caciques du parti. En effet, en constatant en 2008 les bénéfices d’une campagne prolongée et enlevante de l’autre côté du spectre politique, alors que l’affrontement entre Hillary Clinton et Barack Obama mobilisait un électorat jusque là invisible, l’establishment du parti républicain a choisi de refondre les règles régissant leurs primaires et caucus. Pour éviter que l’essentiel de la course ne soit concentrée sur les premiers mois, que le taux d’abstention n’augmente avec le temps, et finir trop tôt avec un candidat un peu terne, ils ont donc choisi d’imposer une forme de proportionnelle dans la première partie du calendrier électoral.

Y a-t-il un pilote dans l’avion?

Or l’introduction d’une certaine dose de proportionnelle a eu pour effet de révéler les divisions profondes du Grand Old Party. En effet, les primaires/caucus tendent à valoriser les franges traditionnelles des partis : on sait que les candidats tiendront, durant ce premier cycle électoral, un discours tourné vers leur base partisane, plus radical que celui qu’ils adopteront lors de la campagne générale. Toutefois, la proportionnelle a conduit à surévaluer les éléments marginaux de chaque État : d’où la propension des candidats à adopter des positions qu’ils s’empressent de réfuter ensuite, s’engageant dans un exercice de funambulisme politique où ils ne convainquent personne.

Ce faisant, chaque cycle de primaires pose immanquablement la question de l’identité du parti. Les démocrates ont eu leur heure en 2008, tandis que la campagne s’était étirée jusqu’en juin. Toutefois, les divisions du parti de l’Âne sont moins profondes : la gauche religieuse, les libertariens de gauche, les indignés, ou les libéraux semblent toujours trouver un plus petit dénominateur commun. Ce n’est pas le cas du parti républicain. Entre les partisans d’une réduction des impôts et ceux qui préconisent une hausse de la taxation des plus hauts revenus, entre les partisans d’une politique étrangère où les États-Unis demeurent les gendarmes du monde comme les néoconservateurs et ceux qui prônent le désengagement du pays pour se recentrer sur les problèmes internes comme les libertariens, entre les théo-conservateurs et les conservateurs fiscaux, entre les Tea partiers et ce qui reste des Républicains modérés, les lignes de fracture sont profondes. Ces divisions ne sont pas nouvelles : l’opposition entre la droite religieuse et les conservateurs fiscaux a fait couler de l’encre durant les deux mandats de Bush fils, et la disgrâce – relative – des néoconservateurs a simplement laissé un vide que le Tea party a pu occuper. Le grenouillage actuel ne parle donc pas de crise d’identité mais de luttes fratricides avec, à la clé, le contrôle du parti, rappelant l’avènement de Barry Goldwater en 1964.

Le jour où les Républicains ont perdu les indépendants

Mais le timing n’est pas bon. L’administration Obama semble mettre à profit ces dissensions et le prolongement du cycle républicain. Bien sûr, le discours traditionnaliste de Santorum constitue une réponse aux phénomènes anxiogènes (bien accueillie dans le Mid-Ouest, comme en témoignent ses victoires) de la société américaine contemporaine, s’engouffrant parfois dans les divisions de l’administration Obama – par exemple sur la contraception. Mais le parti républicain doit naviguer entre les objectifs des primaires (séduire la base) et celui de l’élection générale (convaincre les indépendants). Ainsi, tandis que les républicains multiplient les initiatives anti-avortement au niveau des votations fédérées, les démocrates rétorquent avec une campagne portant sur « la guerre contre les femmes ». Or dans le même temps, le poids de la religion dans la vie politique décline : désormais plus de la moitié des Américains (en hausse de 12 points par rapport à 2004) considère que l’église doit demeurer en dehors de la vie politique. Sur cette pente pourtant, Santorum a dérapé, en fustigeant JFK sur la séparation de l’église et de l’État – refroidissant tout à la fois l’électorat catholique et évangélique.

Ainsi, face à lui, Mitt Romney paraît être un expert de la poliorcétique et du marathon, s’assurant de tenir le siège en faisant la preuve de sa résilience – une qualité présidentielle. Toutefois, alors que les indépendants n’ont jamais représenté une faction aussi importante de l’électorat américain, même l’homme d’affaire qu’est Romney peine à articuler un message qui corresponde aux attentes des électeurs (dont la première préoccupation est l’économie, devant l’emploi…. et le terrorisme). C’est peut-être là que réside la preuve du désarroi du GOP : alors que le président démocrate fait face à une crise économique sans précédent depuis la seconde guerre mondiale et que le pays affiche un taux de chômage (8,5%) en principe rédhibitoire – 7,2% constituant le sésame de la réélection si l’on en croit l’histoire statistique – le tapis rouge des Républicains se transforme, au fur et à mesure du cycle de primaires, en pente savonneuse.

Bien sûr, la route est encore longue vers l’élection générale. Et depuis 1976, aucune course à l’investiture ne s’est terminée à la convention – et les querelles intestines qui ont marqué les primaires ont toutes sombré dans l’oubli. Mais 2012 pourrait être une exception. On ne saurait oublier que certains scrutins (Iowa, Colorado, Minnesota, Maine) sont non contraignants, à l’instar de ceux qui se déroulent aujourd’hui en Idaho et au Dakota du Nord, et les délégués demeurent jusqu’au bout libres de leur choix. Le Super Tuesday ne devrait donc pas permettre de trancher, de désigner un candidat présidentiable et inévitable. Par contre il pourrait, faute de parvenir à conquérir indépendants et modérés, contribuer à l’éclipse – temporaire – du parti républicain.

Article (version courte) paru dans Le Devoir du 6 novembre 2012.

Par Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David


Bilan de Floride – El Presidente?

La Floride est un État beaucoup plus conservateur qu’il y a 4 ans. Et le portrait de l’électorat d’une primaire républicaine est plus facile à dresser dans la mesure où il s’agit de la première vraie primaire fermée: 8/10 électeurs se disent conservateurs. 2/3 qu’ils appuient le Tea party.

Or Mitt Romney a gagné sans Jebb Bush et sans Marco Rubio. En faisant un meilleur score que prévu même chez les évangéliques. Sans l’establishment. Seul. Pas que cela aurait changé grand chose: le soutien de la gouverneure Nikki Haley en Caroline du Sud n’a pas vraiment changé l’issue du vote. Mais le symbole est fort. Il est (de nouveau) devenu inévitable.

Romney et son super PAC (Restore our future) ont littéralement enterré Gingrich et son super PAC (Winning our Future) sous une avalanche de publicités, dépensant 15,6 millions contre 3, 29. Sans tout à fait changer le profil électoral de l’État:

source: Google politics

Rien n’est arithmétiquement scellé, loin s’en faut, comme l’explique Josh Putman. Mais le symbole est fort et la « présidentiabilité » de Mitt Romney établie, inversement proportionnelle à la perte en crédibilité de Gingrich.

Or la présidentiabilité (oui le barbarisme est désagréable, mais il est efficace) de Romney importe à l’heure où, pour 12 États pivots, le taux d’approbation de Barack Obama est de 43%. Aujourd’hui, en termes absolus, aucun des candidats en lice (de part et d’autre de l’échiquier) ne peut en effet être assuré d’une victoire.

Il reste donc à Romney à faire son chemin dans les prochains caucus (Nevada, Colorado, Missouri), et primaires (Michigan, Arizona) pour éviter de devoir faire face – mais les risques sont-ils réels – à une convention divisée  (brokered convention) en août prochain.

source

Les prochains votes seront un test pour Romney, particulièrement dans une frange de l’électorat qui devrait lui être acquise mais a été échaudée par ses prises de position sur l’immigration. En effet si Mitt Romney a gagné le vote hispanique ce mardi (15% de la population de Floride) par 54% contre 28%, il demeure que, dans cet État, les politiques migratoires n’ont plus vraiment d’incidence sur une population hispanophone implantée de longue date.

Par contre dans les États qui vont se prononcer, les Hispanophones immigrants sont nombreux. Romney devrait avoir une facilité, puisqu’il parle espagnol, puisque son père est né au Mexique, à toucher cette communauté. Cela ne paraît, pour l’instant pas être le cas. Celui que Larry Kaplow décrit comme le (potentiel) premier président latino des États-Unis, « El Presidente« , navigue entre ses racines et sa quête d’une identité conservatrice, pro-mur, en faveur du durcissement des politiques migratoires, opposé au Dream America Act. Dans le même temps, son apologie de l’auto-déportation (self deportation) au cours du dernier débat républicain envoie peut-être le signal que cette position tranchée n’implique pas des décisions immédiates si il devait être élu. C’est sans doute la bonne attitude, alors que l’administration Obama perd des plumes dans la communauté, avec l’augmentation des reconduites à la frontière.


Ainsi, et dans ce contexte, si Romney devient le choix du GOP, le choix du colistier sera plus important encore…

Deux jours avant la Caroline du Sud: qui a (vraiment) gagné l’Iowa?

D’après le Des Moines Register:

 Les résultats: Santorum finit en tête, par 34 votes
Données manquantes: 8 circonscriptions dont les résultats ne seront jamais validés
Verdict du parti: c’est 50-50
 
Au final:
Rick Santorum: 29 839 voix: -168
Mitt Romney: 29 805 voix: -210
Suffrages exprimés: 121 503

En soi, on pouvait s’attendre à un revirement – 8 voix d’avance paraissaient minces. D’ailleurs Mitt Romney faisait figure d’exception puisque, s’il avait conservé sa victoire en Iowa, il aurait été le premier républicain depuis 1976 à avoir remporté consécutivement l’Iowa et le New Hampshire – reste à savoir si l’exception tient toujours. En effet, les 8 bureaux de vote manquants, les irrégularités dans la transmission des résultats (oubli de reporter les résultats sur le formulaire E, signatures manquantes, etc) semblent condamner l’Iowa à demeurer dans l’incertitude. Ce qui n’est pas vraiment une nouveauté non plus: chaque cycle voit ce type d’irrégularités, particulièrement durant les caucus, et par exemple, le caucus républicain de 1980 avait été particulièrement serré au final, avec un grand nombre de voix jamais décomptées.

Les 8 bureaux manquants

 

 Cerro Gordo County’s Mason City Ward 2, Precinct 3

 Emmet County’s Estherville Ward 2

Franklin County’s Geneva-Reeve

Lee County’s Fort Madison 4A

Lee County’s Fort Madison 4B

Lee County’s Franklin-Cedar-Marion

Lee County’s Washington-Green Bay-Denmark

Pocahontas County’s Center-South Roosevelt-North Lincoln

En 2012, Rick Santorum a peut-être gagné arithmétiquement – rien n’est en fait certain faute de pouvoir décompter les votes des huit bureaux manquants – mais il n’a pas véritablement emporté l’Iowa. Le concours de beauté (beauty contest, littéralement) de l’Iowa n’a pour autre but que de retenir l’attention des médias (une réussite!) sans attribuer de délégués aux candidats (pas encore!). Car Santorum, à l’instar de Mike Huckabee qui l’a précédé dans cette dynamique, n’a qu’une petite organisation de campagne, relativement mal financée, et qui sera sans doute bien en mal de soutenir l’effort nécessaire pour passer à travers le Super Tuesday du 6 mars prochain.

Il demeure cependant que deux jours avant que ne s’ouvre la primaire en Caroline du Sud, et quelques heures avant le débat républicain, la nouvelle pourrait rendre Mitt Romney plus vulnérable aux critiques de ses adversaires, devenus plus virulents et ce particulièrement alors que Jon Huntsman puis Rick Perry ont jeté l’éponge, Santorum tente de capitaliser sur ce momentum tandis que Gingrich se rapproche et talonne de nouveau Romney.


Lorsque les publicités négatives font et défont les candidats

L’impact de la publicité, particulièrement de la publicité négative est retentissant alors que le cycle électoral de 2012 vient à peine de s’amorcer en Iowa. Le déclin relatif et continu des publicités négatives depuis 1988 (qui constitue le point paroxystique de ce mode de campagne) devrait être enrayé durant la campagne de 2012. 

1948

1968

2008

Dépenses publicitaires télévisées

0

13 millions

600 millions

Extrait d’un tableau à paraître chez Septentrion – en janvier 2012

En effet, Bloomberg estime que 5.8 millions de dollars ont été dépensés en publicités télévisées dans le seul État de l’Iowa, au 30 décembre 2011, tandis que 3,7 millions ont été investis dans les publicités négatives, tant par les candidats que par leurs super PACs, dont le manque de transparence, et la toute puissance a été relevée par exemple par le Washington Post et le Sacramento Bee. Le premier estimant que le Super PAC de Mitt Romney (Restore our Future) a dépensé en publicité télévisée durant la semaine passée, 603 000 dollars en Iowa.

 

 

 

 

Qui produit des publicités négatives? (Washington Post)

Negative ads % of total
1 American Crossroads / Crossroads GPS $11,923,400 100
2 Americans for Prosperity $2,975,160 100
3 Rick Perry $1,494,380 75
4 Restore Our Future $1,109,040 100
5 Make Us Great Again $1,017,880 66
6 Our Destiny PAC $761,040 100
7 Ron Paul $668,510 52
8 Red, White, And Blue Fund $140,330 100
9 Democratic National Committee $72,160 1
10 Mitt Romney $71,120 9
11 Michele Bachmann $56,600 98
12 Priorities USA Action $28,000 4
13 State Tea Party Express $23,700 100
14 Ending Spending Inc. $23,350 100
15 No American Debt $21,580 100
16 College Republican National Committee $17,520 100
17 Republican National Committee $13,070 100
18 Citizens United $10,940 100
19 Keep America Safe $7,750 100
20 catholicvote.org $6,240 100
21 9-9-9 Fund $6,220 100
22 Sierra Club $6,170 100
23 NumbersUSA $4,670 100
24 Protect Your Care $3,420 100
25 Colbert Super PAC $1,980 100
26 American LP $400 100

L’impact de ces publicités négatives est particulièrement nette pour Newt Gingrich, qui a caracolé pendant un mois (mi-novembre à mi-décembre) en tête des sondages nationaux et en Iowa, et est aujourd’hui en perte de vitesse, incapable même de figurer sur le tiercé gagnant de l’Iowa.

Bloomberg affirme ainsi que depuis le 1er décembre, 45% des publicités (initialement financées par Rick Perry puis par un PAC pro-Romney) diffusées en Iowa étaient critiques de Gingrich. Pour CMAG-Kantar Media, seules 6% de ces publicités vantaient les mérites de Gingrich. Toutefois, comme l’argent investi l’était essentiellement par les PACs, les candidats, à commencer par Mitt Romney ont paru rester au-dessus de la mêlée, puisque leur argent de campagne n’allait qu’en (auto)publicités positives.

L’argent n’achète peut-être pas la Maison-Blanche (quoique)… mais est déterminant pour figurer en tête du peloton.

Vous avez dit complexe? L’Iowa, un vote strictement symbolique

Le 3 janvier à 7 heures du soir s’ouvriront les caucus de l’Iowa. Puisque Barack Obama n’a pas d’adversaire côté démocrate, l’essentiel se jouera donc dans les caucus du GOP. Dans une salle communautaire, un sous-sol d’église, ou chez un particulier, les Républicains s’assembleront pour désigner leurs délégués. Alors que les médias ont déjà commencé le décompte vers le début des votations en Iowa, notamment parce qu’elles marquent le début du cycle électoral présidentiel mais aussi parce que l’Iowa est considéré comme un « État précurseur« , la complexité de la procédure  est passée bien souvent sous silence.

1. seuls les électeurs qui se sont enregistrés comme « républicain » pourront se prononcer dans les caucus républicains. Toutefois, ils pourront modifier ou déclarer leur affiliation au caucus même. C’est ce qui fait craindre à certains Républicains que des Démocrates soient tentés de changer d’allégeance le temps du caucus – alors qu’il pourrait simplement s’agir de défections.

2. les membres du caucus se prononceront deux fois. La première pour exprimer leurs préférences quant aux candidats du parti à l’investiture. La seconde pour désigner leurs délégués à la convention de leur comté. Chaque caucus local (precinct caucus) décide souverainement du lien entre les deux: il peut donc déterminer si les délégués sont liés ou non par le vote préférentiel. Toutefois, en principe, les délégués ne sont pas liés.

3. les délégués ainsi désignés se réuniront le 10 mars en conventions de comtés pour désigner leurs délégués aux conventions de districts (qui se tiendront le 21 avril) et surtout à la convention de l’État.

4. le 16 juin 2012, lors de la convention de l’État, les délégués désignés par ce processus en forme de poupées russes sélectionnent 25 des 28 délégués de l’Iowa qui seront présents à la convention nationale du parti à Tampa en août. 12 délégués sont choisis dans le cadre des caucus de districts qui se retrouvent réunis séparément à la convention de l’État. 13 sont choisis par la convention de l’État elle-même (ce que l’on nomme les délégués « at-large » et les délégués bonus). 3 représentent l’establishment républicain de l’État.

5. Ainsi le caucus de l’Iowa ne contrevient pas aux règles établies par le parti (pour éviter la compression du calendrier électoral – le « frontloading ») qui veut que tout État tenant ses primaires avant le 1er avril ne puisse recourir au système du Winner-take-all et se voit imposer un système de représentation proportionnelle. L’Iowa pourra donc éviter de diviser ses voix.

Peu démocratique puisqu’il s’agit d’un scrutin très très très indirect, très démocratique puisqu’il permet à chaque caucus local d’établir ses propres règles dans les balises assez larges fixées par le parti de l’État et le parti national, le vote du 3 janvier est surtout très très symbolique: le vote préférentiel n’a en effet été instauré qu’à compter du moment où l’Iowa a tenu ses caucus démocrates et républicains simultanément (1976), que les médias ont commencé à y voir une valeur prédictive, et que les retombées des dépenses électorales ont commencé à en faire un événement d’importance pour l’économie locale. Mais le symbole est d’importance car, selon les scénarios, l’Iowa pourrait être un État-pivot, une des clés de l’élection de novembre prochain.

L’argent investi dans les différents États tant par les candidats républicains que démocrate constitue à ce titre un excellent indicateur: peut-être plus encore que le New Hampshire, les scrutins de la Caroline du Sud (encore très disputée parmi les aspirants républicains) et la Floride (enjeu des primaires ET clé de l’élection générale) qui se déroulent d’ici la fin janvier devraient être déterminants.

Coup d’envoi de l’année électorale aux États-Unis: première étape, l’Iowa

Coup d’envoi de l’année électorale aux États-Unis : première étape, l’Iowa

paru dans Le Devoir, 31 décembre 2011

3 janvier 2012. Comme chaque année bissextile depuis 1976, l’Iowa ouvre l’année électorale sous les feux de la rampe : c’est à ce petit État du Midwest que revient la tâche d’adouber, sur la route vers la Maison Blanche, les candidats à l’investiture de l’un et l’autre des partis. Les caucus de l’Iowa jouent en effet un rôle clé depuis que le parti démocrate et le parti républicain ont choisi tous deux d’en faire le coup d’envoi du cycle électoral présidentiel, et surtout depuis que Jimmy Carter, méconnu du grand public, y a tout misé en espérant percer le sérail des politiciens établis… avec succès – le fameux « Jimmy qui? » étant devenu président. Le processus employé – les caucus – y est pratiqué depuis 1840, parfois contesté, mais il donne à cet État de trois millions d’habitants une aura inégalée, parfois déconnectée de la réalité. Car le vote qui se déroulera le 3 janvier est un symbole, que les médias et les façonneurs d’image magnifient et dans lequel s’abimeront près de la moitié des candidats.

Un scrutin symbolique

Tant les Républicains que les Démocrates y tiendront des caucus. Les premiers parce qu’ils doivent commencer à départager lequel de Mitt Romney, Ron Paul, Newt Gingrich ou Rick Perry (pour ne citer que ceux qui caracolent en tête des sondages) pourra mener le « Grand Old Party » à la Maison-Blanche. Les seconds parce qu’ils veulent capitaliser sur l’attention médiatique dont bénéficie l’Iowa pour manifester leur soutien à Barack Obama (faute de concurrents démocrates dans cet État) et commencer à marquer des points en vue de la campagne générale de l’automne.

Pour autant seul 16% de l’électorat de cet État s’est prononcé en 2008, ce qui ne représente qu’une infime fraction des 3 millions d’habitants, et qui ne donnera que 28 des 2286 délégués de la convention républicaine qui se tiendra à Tampa en Floride cet été pour élire le candidat à la présidence. Le 3 janvier, seuls les électeurs dûment enregistrés comme « républicains », âgés de 17 ans et demi et plus pourront se prononcer dans leur caucus de circonscription de vote. Réunis dans un sous-sol d’église, une école, une salle communautaire, un restaurant, voire chez des particuliers, ils ouvriront la séance en votant, à bulletin secret, pour l’un ou l’autre des candidats de leur parti. Mais les 28 délégués qui seront nommés pour se rendre effectivement à la convention nationale du parti ne le seront véritablement qu’entre le 29 avril et le 16 juin prochain.

En effet le votation qui se déroule dans trois jours et dont les résultats seront diffusés le 4 est directement liée à la présence des médias : depuis le phénomène Carter, l’Iowa a compris qu’il pouvait influencer l’investiture tandis les retombées financières étaient mirifiques (multipliées par dix depuis 1976) : dès lors, les caucus tiennent un scrutin strictement symbolique mais hautement médiatisé qui ne liera pas les délégués qui seront désignés dans un deuxième temps.

Un tremplin ou un abîme?

Depuis 1976, date à laquelle l’Iowa est vraiment devenu pour les deux partis la première étape du cycle électoral présidentiel, la règle (statistique) veut qu’il faille gagner l’Iowa ou le New Hampshire (qui se déroulera le 10 janvier) pour remporter l’investiture de son parti. Cette première étape est importante (il suffit de penser à Jimmy Carter en 1976 ou à Mike Huckabee en 2008) : ainsi, l’équipe d’Hillary Clinton en 2008 avait commis un grand nombre d’erreurs (comme ignorer le processus d’allocation des délégués de Californie, ou considérer Edwards comme son principal, voire unique, concurrent) dont la plus grande aura sans doute été de négliger l’Iowa : l’arrivée en tête du scrutin de l’Iowa de Barack Obama, alors qu’Hillary Clinton finissait troisième derrière John Edwards, a complètement – et irrémédiablement – redistribué les cartes. Pourtant cette étape n’est pas toujours décisive : Bill Clinton, qui avait négligé les deux, a pu en 1992 remonter la pente et emporter l’investiture de son parti – d’où sa réputation de « comeback kid ».

L’Iowa peut être autant une tremplin qu’un trou noir dans lequel s’évanouiront les candidats qui ne sont pas parvenus à y faire leur marque. Le départ du chef de campagne local de Michele Bachman vers l’équipe de Ron Paul paraît ainsi enterrer les aspirations de l’égérie du Tea Party. Le porte-à-porte de Rick Santorum, les investissements massifs de Rick Perry n’auront pas suffi à les amener dans le peloton de tête : à l’inverse Ron Paul et Mitt Romney ont des réseaux établis de longue date et c’est probablement la combinaison de ce travail de terrain et d’investissements publicitaires (appuyés en cela par leurs super PACs) qui feront la différence.

Un indicateur non négligeable

L’Iowa est en réalité un indicateur, qui doit être compris comme le premier pilier d’un ensemble de quatre scrutins qui font de janvier le mois déterminant du cycle de primaires républicaines. À ce titre, tandis que Paul et Romney se disputent le petit État du Midwest, Romney paraît très en avance au New Hampshire. Si ces deux États ne désignent pas le même candidat, il appartiendra alors à la Caroline du Sud (le 21 janvier) et à la Floride (le 31 janvier) d’indiquer la tendance. En effet, statistiquement, lorsque les deux premiers scrutins (appelés « First-in-Nation ») ne parviennent pas à s’accorder, c’est traditionnellement la Caroline du Sud qui donne le ton. Or, en Caroline, à l’heure actuelle (mais 20 jours sont une éternité en politique) Newt Gingrich surfe aisément devant les autres candidats. On se tournera alors vers la Floride (le 31 janvier), État clé de la campagne générale, État dissident (car ne respectant guère les règles définies par les partis nationaux), profondément affecté par le chômage et les saisies de maison (pratiquement le plus haut taux au pays) et l’anxiété économique. Ces quatre États précurseurs ne peuvent pas être plus distincts les uns des autres. Pour autant, l’Iowa représente assez bien les préoccupations contemporaines des Américains et c’est sans doute la raison pour laquelle, malgré tout, il bénéficie aussi de l’attention médiatique. Souvent dépeint comme majoritairement blanc, rural et religieux, l’Iowa est en effet plus proche de la réalité américaine. Certes le taux de chômage est plus de deux points inférieur à la moyenne nationale, mais la population hispanique est en hausse (elle a augmenté de 84% en 10 ans), l’agriculture moins pesante (moins du tiers des habitants sont agriculteurs et les manufactures constituent un tissu économique important pour l’État), et des 60% de ceux qui se disaient born-again et fondamentalistes chrétiens en 2008, il n’en reste que 38% aujourd’hui. Ainsi, si l’économie demeure un souci des Iowais, l’immigration y est devenu un enjeu crucial, au même titre que dans le reste du pays : les débats qui s’y déroulent ont donc une résonance nationale – les 7,6 millions de spectateurs d’ABC – une première cette année – lors du débat du 10 décembre en témoignant.

Il revient donc à l’Iowa de « détecter » un candidat présidentiable, consensuel : 35% des Républicains disent qu’ils voteront pour le candidat qui a le plus de chances de gagner l’élection générale, même s’ils sont en désaccord avec lui. Alors que, peut-être de manière contre-intuitive,  près de la moitié des républicains se perçoivent comme modérés et alors que l’électorat américain compte de plus en plus d’indépendants, la volatilité de l’électorat de l’Iowa (très hésitant depuis plusieurs mois) reflète une tendance nationale : il rend compte tant des fractures profondes du parti républicain que des préoccupations des Américains, inégalement affectés par la crise économique mais très anxieux lorsqu’ils regardent l’avenir.

Élisabeth Vallet, professeure associée au Département de géographie de l’UQAM et auteure, avec Karine Prémont, de l’ouvrage Les élections présidentielles américaines (Septentrion), à paraître en janvier et Charles-Philippe David, titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand et coprésident de l’Observatoire sur les États-Unis de l’Université du Québec à Montréal.

À quelques jours des caucus de l’Iowa, le taux de participation en question

À la veille des caucus de l’Iowa, le 3 janvier prochain, se pose la question du taux de participation. Du côté démocrate, les caucus serviront plus de grand-messes à la gloire d’Obama (faute d’adversaire), de ralliement en vue d’un positionnement stratégique pour les élections du 6 novembre prochain. C’est essentiellement symbolique mais, puisque les caméras seront toutes tournées sur le petit État de 3 millions d’habitants, le parti démocrate entend en profiter. Côté républicain par contre, les caucus de l’Iowa sont une des clés de la primaire (tout comme le seront les primaires du New Hampshire, de Caroline du Sud et de Floride).

Le taux de participation tourne en général autour du tiers de la population en âge de voter pour les caucus. On ne peut pas établir de corrélation entre le taux de participation en janvier et celui de novembre prochain mais globalement l’Iowa appartient aux États où les électeurs se mobilisent le plus (le 5e en 2008).

 

source:http://www.nonprofitvote.org/voter-turnout-2008.html

Vous avez dit vice-président?

On commence à spéculer sur les possibles candidats à la vice-présidence côté républicain, histoire d’imaginer que le « ticket » du GOP puisse devenir un peu plus convaincant, un peu plus sérieux, un peu plus pétillant que ce que laisse supposer l’actuelle course… aux prises avec un candidat un peu usé mais riche, un peu mormon mais assez consensuel comme Romney, un politicien expérimenté mais tout à la fois affabulateur et assez égocentré comme Gingrich, un libertaire convaincant mais tout à la fois trop marginal et parfois trop extrême comme Ron Paul (pour ne citer que ceux qui caracolent en tête des sondages des trois premiers scrutins, les plus importants pour amorcer l’année électorale). Le florilège de Newsweek est particulièrement intéressant:

  • Susana Martinez, gouverneure du Nouveau Mexique, parce que femme et hispanique, elle permettrait de gagner les suffrages de minorités influentes et qu’elle a su faire sa marque dans le discours conservateur?
  • Marco Rubio, sénateur de Floride, dont les parents ont immigré de Cuba, qui est donc capable de drainer avec lui l’influente communauté cubaine de Floride, mais aussi les hispanophones. Il séduit globalement tant par sa stature que par son discours.
  • Nikki Haley, fille d’immigrants indiens, elle appartient au clan des « mamas grizzlis » et a pris remporté le poste de gouverneur en Caroline du Sud
  • La sénatrice du New Hamsphire Kelly Ayotte, incarne un tea party très « nouvelle angleterre » 2.0 – Romney la fait figurer dans sa liste de noms pour la vice présidence.

Par contre, il semble que des hommes comme Paul Ryan, leader – originaire du Wisconsin –  intellectuel du parti républicain, le gouverneur du New Jersey Chris Christie, tout comme l’ancien ambassadeur en Chine et ancien gouveneur de l’Utah Jon Hunstsman, ne soient pas envisagés pour jouer un rôle de second couteau mais bien une influence plus importante, et à plus long terme.