Hollywoodistan? La campagne médiatique de recrutement de l’ÉI

Grenier_C_William2013_web

par William Grenier-Chalifoux
Chercheur- Observatoire de géopolitique
UQAM

 

La branche médiatique de l’État islamique (EI) a mis en marche une redoutable stratégie de communication à l’échelle mondiale visant à recruter des combattants étrangers. C’est par l’entremise de production médiatique de grande envergure, comme le dernier film «Flames of War : The fight has just begun», que le groupe tente de rallier à sa cause les jeunesses occidentales.

 

Plus de 15,000 combattants provenant de 80 nations auraient rejoint la Syrie afin de combattre le régime de Bashar al-Assad. Provenant principalement de l’Arabie-Saoudite, de la Jordanie, de la Tunisie et du Maroc, mais aussi de pays occidentaux tels que la France, l’Angleterre, l’Allemagne et les États-Unis, les combattants étrangers rejoindraient pour la plupart des sous-unités de l’État islamique.

enablers-w1-2Un régiment d’infanterie recruté dans 80 pays – The Washington Post

Si des dizaines de vidéos de recrutement ont été mises en ligne par l’EI depuis quelques mois, Flames of war : The fight has just begun détonne par la qualité de sa production. La vidéo comprend des superralentis de djihadistes au combat ainsi que des explosions de véhicules américains filmés à partir de multiples caméras, le tout en qualité HD. Des effets visuels similaires à ceux des jeux vidéos et films d’action rajoutent au caractère «hollywoodien» du film.

Certaines scènes sont présentées en mode first person shooter , un sous-genre de jeu vidéo très populaires chez les jeunes où le joueur voit l’action à travers les yeux du protagoniste. Certaines images sont d’ailleurs directement tirées de jeux vidéos de guerre tels que Call of Duty :

ecran2

L’exploitation de ce registre culturel ainsi que l’utilisation de l’anglais dans les vidéos semblent spécifiquement conçues pour faire appel aux jeunes recrues potentielles du monde occidental. En rupture avec l’image archaïque de groupes tels qu’Al Qaeda, l’EI propose une image moderne et rafraichissante à laquelle les musulmans occidentaux peuvent facilement s’identifier.

Les contenus vidéos de l’EI sont pour la plupart produits et diffusés par le Al Hayat Media Center, une entreprise moderne mise sur pied par l’EI en mai dernier et employant des professionnels du marketing.

Le Département d’État américain s’est lui aussi engagé dans une guerre de propagande sur les réseaux sociaux. Le projet  »Think Again, Turn Away », visant à dissuader les ressortissants américains à joindre les rangs de l’EI, a son propre compte Twitter, son blogue Tumblr, sa page Facebook et sa chaîne YouTube.

Lancée en décembre 2013 par le Center for Strategic Counterterrorism Communications (CSCC), la campagne vise essentiellement à alimenter une guerre idéologique contre les djihadistes. La stratégie du CSCC consiste à publier de courts et percutants messages, parfois accompagnés d’images saisissantes ou d’articles de médias américains traitant de la menace djihadiste. Des communiqués du type «#ISIS not about Islam, only terror», «Girls marry jihadis, frequently widowed» ou bien «Grand theft innocence» en sont de bons exemples :

ecran4ecran3 Dans la même optique, une vidéo publiée par le CSCC intitulée «Welcome to Islamic State Land» montre des scènes de crucifixion, de décapitation et d’attentats suicides, encore une fois dans le but de dissuader les ressortissants américains à joindre les rangs de l’EI.

Si les vidéos de recrutement mis en ligne par l’EI ne peuvent expliquer à elles seules le flot de combattants occidentaux vers la Syrie, il n’en demeure pas moins que leur stratégie de communication innove en ce qu’elle est parfaitement adaptée à un jeune public international ayant grandi loin de la guerre. Si le combat semble attirer ces milliers de jeunes vers la Syrie, leur retour à la maison reste empreint d’incertitude. C’est que les séquelles physiques et psychologiques seront cette fois bien réelles, et non virtuelles.

NDR: William Grenier-Chalifoux a, à la suite de ce billet, été interviewé par Franco Nuovo à l’émission Dessine-moi un dimanche : « Quand les mouvements terroristes recrutent de jeunes Occidentaux » | Dessine-moi un dimanche – Pour écouter: http://ici.radio-canada.ca/emissions/dessine_moi_un_dimanche/2014-2015/chronique.asp?idChronique=353242

The Road We’ve Traveled… Ben Laden et les excuses à demi-mot de Bill Clinton

L’équipe de campagne de Barack Obama vient de diffuser sur le web ce documentaire, intitulé

« The Road We’ve Traveled », que l’on trouve ici:

Il s’agit d’un bilan, plutôt bien fait (même s’il ne peut être que positif évidemment) du premier mandat d’Obama.La ferveur de novembre 2008, l’ampleur de la crise, les décisions du président, les allusions à FDR, tout y est. Même en politique étrangère.
Et c’est peut-être le point le plus intéressant: on y entend Bill Clinton sur l’assassinat de Ben Laden dire que Barack Obama a choisi la bonne route. Et qu’il aurait aimé avoir fait ce choix-là. En effet, cinq ans avant le 11 septembre le président a le choix: les forces spéciales ont en ligne de mire Ben Laden, peu de civils autour. Mais le président ne donne pas son aval. Ce moment crucial est retracé dans The Path to 9/11, film diffusé sur ABC et dont l’épisode est ici:

https://www.youtube.com/watch?v=kytMi5XqTrc&feature=related

 

 

Le poids du président lui-même dans le processus décisionnel, et surtout ce type de décision, est expliqué dans deux ouvrages.

  (chapitre 11)

 

Les firmes privées et la guerre en Irak 2007-2012

 

Les firmes privées qui sont venues en appui au ministère de la défense américain ont joué un rôle clé durant la guerre en Irak, un rôle très controversé également, notamment en raison du fait qu’ils ne sont pas soumis aux mêmes types de contrôle que l’armée régulière.

Une infographie d’Al Jazeera: Infographic: US ends Iraq war chapter – Interactive – Al Jazeera English 

Le déclin de l’Empire américain?

À l’heure où la Défense américaine s’apprête à faire face aux plus grosses coupures budgétaires de son histoire – une première depuis la Seconde Guerre mondiale – , au point de mettre en jeu l’intégrité de certains systèmes d’armes et de mener à une redéfinition complète de la stratégie – et donc du rôle –  des États-Unis dans le monde, les yeux se tournent vers les puissances militaires en devenir…. Certes, la Chine vient de se doter d’un nouveau porte-avions  (un ancien bâtiment soviétique – du temps de Gorbatchev – acquis pour un peu plus de 20 millions de dollars et réarmé)… mais il faut regarder plus loin. Selon un papier de Foreign Policy, repris en français par Slate, « non seulement l’Inde n’est pas en reste, mais dans certains domaines, elle progresse plus vite que son voisin chinois ». Des Think Tanks (SIPRI, CSIS) reconnus dans le domaine de la sécurité signalent en effet la hausse des transactions militaires de ce pays, qui devrait injecter « d’ici 2015, quelque 80 millions de dollars [60 millions d’euros] dans des projets de modernisation militaire » et qui représente dès à présent les plus grosses importations d’armes. Cet État se voit comme une puissance maritime, prévoyant d’investir « près de 45 milliards de dollars sur les 20 prochaines années pour se doter de 103 nouveaux navires de guerre, dont des destroyers et des sous-marins nucléaires ».