Le Canada à l’assaut de la Maison-Blanche?

La loi sur le financement électoral interdit en principe qu’une personne non citoyenne des États-Unis finance la campagne électorale. Mais la décision Citizens United a ouvert une porte dérobée : si les individus hors des frontières des États-Unis ne peuvent pas contribuer ou soutenir un candidat, il en va autrement pour les entreprises.

Barack Obama, dans son discours sur l’état de l’Union de 2010 l’avait d’ailleurs évoqué, déclenchant d’ailleurs une vive dénégation (il aurait dit « not true », du juge Alito).

Or Barack Obama a peut-être été prophète. Le Center for Public Integrity révélait que Restore Our Future (un Super PAC appuyant Romney) avait obtenu, au cours du mois d’août, un don d’un million de dollars de l’entreprise canadienne Fairfax Financial Holdings Limited via sa filiale américaine OdysseyRe. Ainsi une entreprise établie en sol américain mais détenue par des capitaux totalement étrangers pourrait financer la campagne électorale et contourner la loi. Il y a deux choses à ajouter à cela. Financer une campagne électorale de l’étranger n’a rien d’altruiste: il y a forcément un ordre du jour et une volonté d’obtenir un accès privilégié au président. Et un million de dollars est une somme substantielle à 4 semaines de l’élection, qui donne accès par exemple au marché publicitaire télévisuelle d’un État pivot. Alors que les sondages mettent les deux candidats nez à nez par exemple en Caroline du Nord, on peut se dire que oui, en l’occurrence, la Maison-Blanche est peut-être bien à vendre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *