Premier débat – La gaffe de Romney… (celle que personne n’a vu venir)?

C’était mercredi soir. Mitt Romney était en forme. Barack Obama plutôt absent.

 C’est le premier débat de la saison. Et ce n’est traditionnellement pas une réussite pour le président sortant. Rien de nouveau sur ce front là. Mitt Romney a fait des étincelles. James Fallows l’avait prédit.

Par contre, lorsque Mitt Romney se tourne vers l’animateur Jim Lehrer (qui a été lui-même une des pierres angulaires du réseau) et l’interpelle personnellement pour ajouter  « I like PBS » (la télévision publique américaine) et « I love Big Bird » (le fameux personnage de Sesame Street – 1 rue Sésame) en ajoutant qu’il ne financera quelque chose (comme PBS) pour lequel il faut emprunter auprès de la Chine, il ne joue peut-être pas sa meilleure carte:

 

Pendant le débat, « Big Bird » est mentionné à raison de 17 000 tweets par minute. Très vite le compte twitter @FiredBigBird est créé et poste une image du célèbre personnage en plein coeur de la grande dépression :

Le lendemain, selon le National Post,  le compte twitter @FiredBigBird avait plus de 23 000 followers tandis que  @BigBirdRomney avait un peu plus de 8000 et @BlGBlRD un peu moins de 17,000.

L’acteur George Takei  poste d’ailleurs immédiatement une image qui fait référence au fameux blogue Tumblr sur les textos d’Hillary : “c’est confirmé, nous avons l’oiseau, nous le déménagerons demain en lieu sûr”.

Après le débat, le Super-Pac American Bridge 21rst Century (qui a déjà dépensé 6 millions de dollars en faveur des démocrates durant ce cycle électoral) lance une campagne sur le web critiquant Romney en mettant en scène Big Bird.

Les médias sociaux également se sont emparés de l’idée… et ce qui n’était qu’une réflexion anodine est devenu un buzz.

Pendant ce temps, le site Million Muppet March appelle d’ailleurs à une manifestation – sur le Mall à Washington – contre Mitt Romney, le 3 novembre prochain. Ainsi, ce qui appartient pour l’instant au monde télévisuel et virtuel pourrait connaître une traduction concrète.

Et les caricaturistes ont quelque chose à se mettre sous la dent, à la veille des débats qui toucheront la politique étrangère aussi – et au demeurant les points forts  d’Obama.

*

Ce n’est pas la première fois que le parti républicain propose l’idée de couper les fonds à la radiodiffusion publique. De  manière récurrente, les Républicains au Congrès proposent des amendements pour réduire ou supprimer ce financement.D’ailleurs l’un des plans de réduction du déficit de la commission Bowles-Simpson envisageait la suppression.

(L’ex-candidat à l’investiture républicaine) Rick Santorum avoue avoir déjà voté pour « tuer Big bird ».

 

Pourtant, vouloir occire Big Bird et la radio-télé-diffusion publique tient plus du symbole que de la nécessité budgétaire. PBS ne représente que 0,00014 % du budget fédéral. Big Bird est quant à lui est rentable,  depuis sa création en 1969 à la télévision.. L’organisation à but non lucratif qui produit le programme fait 46,9 millions de revenus et embauche 1320 salariés et les produits dérivés représentent pour la compagnie de jouet qui le distribue environ 75 millions de dollars par an. Big Bird dépend de PBS qui distribue l’émission. Des emplois et des petites entreprises en bénéficient également.

Au demeurant, le financement octroyé par le Congrès va à la Corporation for Public Broadcasting  qui est une organisation privée à but non lucratif. Les coupures préconisées par les Républicains  mettraient à mal le réseau des stations locales de NPR qui repose sur ce financement (72% du financement de PBS  va au réseau local de télévision et radio) et contribueraient à l’isolement d’un grand nombre de communautés rurales.

Là où Romney a probablement commis – inconsciemment – une erreur, c’est qu’il a donné à l’équipe de campagne de Barack Obama  un « moment » qui pourrait définitivement marquer ce premier débat, un outil facile à “spinner”. Il pourrait avoir créé une mascotte, qui parle de coupes budgétaires et de chômage, d’économie difficile, ce qui est au coeur des préoccupations des Américains à quelques semaines de l’élection.

L’instrumentalisation de cette déclaration par l’équipe d’Obama ne s’est d’ailleurs pas fait pas attendre. Le président-candidat déclare dans la foulée, à Denver, qu’Elmo (autre personnage célèbre de la série) doit faire attention à lui. Tandis que Big Bird apparaît à Abingdon en Virginie, dans une réunion électorale de Mitt Romney, portant la pancarte : “Crack down on Wall Street, not Sesame Street.”

La protection de Big Bird pourrait donc devenir le cri de ralliement du fameux 47% et des autres (au moins dans les campagnes publicitaires démocrates). D’autant plus aisé que Michèle Obama a déjà fait une apparition sur le plateau de l’émission:

 Comme le dit fort justement James Poniewozik du Time , toute la question n’est pas que Romney ait dit vouloir couper les vivres à PBS et NPR, mais la façon dont il l’a dit. En donnant un visage aux coupes budgétaires et à la rigueur, en utilisant un personnage enfantin donc vulnérable, en personnalisant le débat autour d’un personnage qui touche les enfants, en en faisant une icône.

Est-ce vraiment une gaffe ? Selon le journaliste du Time, la personnalisation du débat et le fait de rapporter les choses à lui (“moi aussi j’aime Big Bird, mais on n’a pas le choix”) est une formule à laquelle Romney recourt souvent car cela lui permet de sortir du registre des guerres culturelles (“les libéraux utilisent l’argent du contribuable pour altérer les valeurs américaines”) et d’être sur un terrain qui lui est plus familier (je vous comprends, on ne peut pas faire autrement).

Est-ce que ce sera payant? Au  Washington Post, Suzi Parker prévoit  que Romney pourrait regretter sa réflexion. Selon elle, d’après un sondage de 2008, «  77 millions de personnes ux États-Unis ont regardé Sesame Street lorsqu’ils étaient enfants. En période de crise économique, la nostalgie est une raison comme une autre d’aller voter…

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

One thought on “Premier débat – La gaffe de Romney… (celle que personne n’a vu venir)?

  1. Les élections présidentielles aux USA ne me valent pas pour grand chose parce que Mitt Romney n’est pas à mon avis, assez mature pour le poste de Président des USA même pire avec son fameux collistier. Par conséquent,les candidats en liste ne s’équivalent en rien du tout. Quoique Obama a su montrer ses limites et incapacités. Ce qui se prévoit pour les quatre années à venir ne laisse aucun signe prometteur pour les Etats-unis d’Amérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <div align="" class="" dir="" id="" lang="" style="" xml:lang=""> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <img alt="" align="" border="" class="" height="" hspace="" longdesc="" vspace="" src="" style="" width="" title="" usemap=""> <map name="" area="" id=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value=""> <pre style="" name="" class="" lang="" width="">