La vice-présidence, strapontin ou tremplin?

Jusqu’à la fin du 19 siècle, la vice-présidence est une institution accessoire, pratiquement insignifiante. À la mort de Franklin D. Roosevelt, le vice-président Harry Truman accède à la présidence: il n’a même pas été informé de l’existence du projet Manhattan sur la bombe atomique. Dans le même ordre d’idées, le vice-président Johnson n’est pas convié à assister aux réunions des conseillers de JFK qui, pendant treize jours (voir le film du même nom, très fidèle à la réalité), discutent de la résolution de la crise des Missiles en 1962. Il succède pourtant à J.F. Kennedy un an plus tard, à bord d’Air Force One qui ramène le corps du président assassiné de Dallas.

En fait, avec les problèmes de santé de Dwight Eisenhower en 1955 et de l’assassinat de Kennedy en 1963, le poids du vice-président s’accroît véritablement. Alors que l’on ne voyait dans en lui qu’un atout électoral (le complément du candidat à la présidence), il devient véritablement le second timonier de l’administration en place.

Cette évolution est particulièrement patente sous George W. Bush puisque son vice-président, Dick Cheney, a eu une influence déterminante sur les politiques gouvernementales, à commencer par l’intervention américaine en Irak.

Cette influence croissante du vice-président n’est toutefois pas complètement irréversible et l’on peut tout à fait imaginer qu’en raison de la personnalité du président et du vice-président, ou des circonstances, le vice-président soit moins influent sur le plan décisionnel que son prédécesseur. Mais il demeure celui qui devra prendre la présidence en cas d’empêchement du chef de l’État ou de vacance du poste. C’est pour cela que le choix exprimé à la convention – par le candidat à la présidence – est déterminant et c’est un des arguments – l’absence d’envergure présidentielle – qui a sans aucun doute nuit à Sarah Palin en 2008 malgré une entrée en scène remarquée.

De quelle expérience disposent ceux qui, si l’Histoire avait été autre, auraient pu prendre les rênes du pays en cas de vacance du pouvoir?

Le Washington Post a élaboré une infographie:

que l’on retrouve sous un angle différent dans le New York Times:

Et s’il ne fallait lire qu’une seule référence sur le sujet, ce serait le texte de Karine Prémont, primé, dans la revue canadienne de science politique:

Karine Prémont, «La vice-présidence américaine contemporaine: une école pour la présidence?», Revue canadienne de science politique, 41, 2008, p 953-972.

Et dans une version moins universitaire, ici.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *