Romney et le Mormonisme: Et le dernier État sera… l’Utah

Signalé par Mother Jones:  le cycle électoral se clôt le 26 juin sur l’État de l’Utah et c’est un avantage pour  Romney:

 

 

D’autant que la perception qu’ont les Mormons de leur place en Amérique pourrait alimenter le repli sur un candidat qui appartient à la même église. Une revanche de l’Histoire aussi, puisque le fondateur de l’Église est lynché par une foule en colère en 1844, alors qu’il se présente aux élections présidentielles.

Alors qu’en réalité, le « problème » de Mitt Romney réside beaucoup moins dans son affiliation religieuse que dans son inconstance.

Car au fond, la religion des candidats, plusieurs fois montée en épingle, n’est pas forcément un problème. Même si, comme le signale le Pew Forum on Religion, près de la moitié des présidents était affiiliée à l’église épiscopale ou presbytérienne – donc protestante « classique ». Il n’y a eu qu’un seul catholique, JFK tandis que seuls trois présidents n’appartenaient à aucune église (Thomas Jefferson, Abraham Lincoln and Andrew Johnson), signe que la religion appartient à la tradition politique américaine, au point que l’on parle de religion civile américaine.

Pour aller plus loin sur ce dernier point, il faut lire le livre de Sébastien Fath, « Dieu Bénisse l’Amérique », paru en 2004 chez Seuil et celui de Denis Lacorne, « De la religion en Amérique », paru en 2007 chez Gallimard et dont le premier fait la recension ici.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *