Savez-vous compter? (controverse arithmétique en élections ou l’inverse).

Au lendemain du Super Tuesday et à la veille des derniers (ou presque) scrutins du Deep South, l’arithmétique est devenue reine. Et la controverse mathématique ou électorale suivant l’angle sous lequel on prend les choses est réelle.




D’autant que personne ne s’accorde sur le nombre de délégués déjà effectivement attribués à tel ou tel candidat:

  CNN Politico Real Clear Politics Democratic Convention Watch RNC (républicains)
Romney 444 424 446 393 339
Santorum 202 212 199 133 95
Gingrich 115 103 117 110 107
Paul 66 45 61 24 22
Huntsman 0 2 X 2 X
Autres x 82 non liés x 197 non liés 42 super délégués + 258 non liés

Car on parle bien souvent seulement de projections et non de chiffres fermes.

D’un côté, Josh Putman, professeur à Davidson College, explique qu’une convention ouverte (brokered convention) en août est quasiment inimaginable, en raison même de la mathématique électorale.

Pour Putman, Santorum devrait performer bien au-dessus de son niveau actuel (il flirte désormais avec 35% du vote) pour pouvoir imaginer emporter les 1144 délégués. Mais plus encore, tandis que le mois de mars lui est favorable avec des votes dans le Deep South qu’il pourrait/devrait emporter, il perd cet avantage à compter du 20 mars avec le scrutin en Illinois. Selon Putman, Romney devrait retrouver un terrain confortable, tandis qu’un nombre conséquent de délégués n’est pas encore attribué (notamment par les États tenant des caucus). En outre, le changement du mode de scrutin à compter d’avril, et le fait qu’il y ait alors des États qui pratiquent le « winner take all » va dans le même sens. Romney n’est pas encore le nominé, loin s’en faut. Mais comme l’explique Putman, tous les scenarii semblent aller dans son sens: les risques d’une convention ouverte paraissent mineurs.

De l’autre côté le professeur Schultz de Hamline University considère que les chiffres vont dans le sens d’une convention ouverte (brokered convention):

selon lui, aucun des candidats n’ira à la convention de Tampa avec, dans son escarcelle, la majorité absolue des délégués (1144).

Selon lui au Super Tuesday:
Romney   a  421 délégués, Santorum    181,Gingrich    107, Paul     47, Huntsmann 2

Entre les 758  délégués déjà attribués et les 129 qui ont été sélectionnés par caucus dans le Maine et le Minnesota mais ne sont pas encore attribués, il reste 61,2% des délégués à gagner.

Or selon ces calculs, Romney, pour emporter l’investiture, doit gagner 723 délégués de plus soit plus de la moitié de ceux qui restent encore en jeu. Pour Santorum, cela représente 68,8%.

Schultz considère que au vu des performances actuelles de Romney, il faudrait attendre le 5 juin (avec la Californie (172), le Montana (26), le New Jersey (50), le Nouveau Mexique (23), et le Dakota du Sud (28)) pour mettre un terme à l’incertitude.

Mais il souligne également que ce sont les États du Sud, du Deep South qui vont se prononcer en mars. Le Kansas, l’Alabama, le Mississippi, puis le Missouri. Viendront ensuite la Louisiane, l’Arkansas, le Kentucky puis le Texas. Or si l’on observe les performances de Romney en Caroline du Sud et dans le Tennessee, ses résultats sont inférieurs à la moyenne dans le Deep South. Le candidat du Nord-Est ne convainc pas les évangéliques conservateurs, loin s’en faut.


source: Pew Forum on Religion and Public Life

Il part donc avec un handicap majeur dans cette région. Or une performance médiocre, particulièrement en mars, donnerait le signal d’une machine qui se grippe, et l’indication qu’il peinera substantiellement pour obtenir la nomination « avant » la convention. (L’auteur est prudent mais le ton est là: Romney mène le bal mais sa position de leader du peloton est infiniment précaire).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *