Vous avez dit complexe? L’Iowa, un vote strictement symbolique

Le 3 janvier à 7 heures du soir s’ouvriront les caucus de l’Iowa. Puisque Barack Obama n’a pas d’adversaire côté démocrate, l’essentiel se jouera donc dans les caucus du GOP. Dans une salle communautaire, un sous-sol d’église, ou chez un particulier, les Républicains s’assembleront pour désigner leurs délégués. Alors que les médias ont déjà commencé le décompte vers le début des votations en Iowa, notamment parce qu’elles marquent le début du cycle électoral présidentiel mais aussi parce que l’Iowa est considéré comme un « État précurseur« , la complexité de la procédure  est passée bien souvent sous silence.

1. seuls les électeurs qui se sont enregistrés comme « républicain » pourront se prononcer dans les caucus républicains. Toutefois, ils pourront modifier ou déclarer leur affiliation au caucus même. C’est ce qui fait craindre à certains Républicains que des Démocrates soient tentés de changer d’allégeance le temps du caucus – alors qu’il pourrait simplement s’agir de défections.

2. les membres du caucus se prononceront deux fois. La première pour exprimer leurs préférences quant aux candidats du parti à l’investiture. La seconde pour désigner leurs délégués à la convention de leur comté. Chaque caucus local (precinct caucus) décide souverainement du lien entre les deux: il peut donc déterminer si les délégués sont liés ou non par le vote préférentiel. Toutefois, en principe, les délégués ne sont pas liés.

3. les délégués ainsi désignés se réuniront le 10 mars en conventions de comtés pour désigner leurs délégués aux conventions de districts (qui se tiendront le 21 avril) et surtout à la convention de l’État.

4. le 16 juin 2012, lors de la convention de l’État, les délégués désignés par ce processus en forme de poupées russes sélectionnent 25 des 28 délégués de l’Iowa qui seront présents à la convention nationale du parti à Tampa en août. 12 délégués sont choisis dans le cadre des caucus de districts qui se retrouvent réunis séparément à la convention de l’État. 13 sont choisis par la convention de l’État elle-même (ce que l’on nomme les délégués « at-large » et les délégués bonus). 3 représentent l’establishment républicain de l’État.

5. Ainsi le caucus de l’Iowa ne contrevient pas aux règles établies par le parti (pour éviter la compression du calendrier électoral – le « frontloading ») qui veut que tout État tenant ses primaires avant le 1er avril ne puisse recourir au système du Winner-take-all et se voit imposer un système de représentation proportionnelle. L’Iowa pourra donc éviter de diviser ses voix.

Peu démocratique puisqu’il s’agit d’un scrutin très très très indirect, très démocratique puisqu’il permet à chaque caucus local d’établir ses propres règles dans les balises assez larges fixées par le parti de l’État et le parti national, le vote du 3 janvier est surtout très très symbolique: le vote préférentiel n’a en effet été instauré qu’à compter du moment où l’Iowa a tenu ses caucus démocrates et républicains simultanément (1976), que les médias ont commencé à y voir une valeur prédictive, et que les retombées des dépenses électorales ont commencé à en faire un événement d’importance pour l’économie locale. Mais le symbole est d’importance car, selon les scénarios, l’Iowa pourrait être un État-pivot, une des clés de l’élection de novembre prochain.

L’argent investi dans les différents États tant par les candidats républicains que démocrate constitue à ce titre un excellent indicateur: peut-être plus encore que le New Hampshire, les scrutins de la Caroline du Sud (encore très disputée parmi les aspirants républicains) et la Floride (enjeu des primaires ET clé de l’élection générale) qui se déroulent d’ici la fin janvier devraient être déterminants.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *