Hillary v. Clinton. Version 2016.0

Dans une vidéo dans laquelle elle met l’accent sur les femmes, les minorités, les familles, l’inégalité, et l’esprit entrepreneurial américain, sur fond d’accomplissement du rêve américain, et où elle n’apparaît qu’à la fin, Hillary Clinton a annoncé sa candidature:

deux jours après que son directeur de campagne, Podesta, ait annoncé qu’Hillary Clinton se lançait dans la course.
Capture d’écran 2015-04-12 à 21.57.19

Avec des nuances intéressantes, et notamment un appel tout particulier à la communauté hispanique:

Capture d’écran 2015-04-12 à 22.05.03

Elle est déjà sur les routes. Direction Iowa, New Hampshire (ce sont les caucus et primaires qui peuvent changer la campagne – elle a tiré les leçons de 2008), la Caroline du Sud et le Nevada. Une annonce en catimini ou presque, une campagne de proximité, tout est axé pour éviter les écueils de 2008 et tabler sur les grandes forces d’Hillary – qui ne s’expriment jamais dans de larges amphithéâtres.

Capture d’écran 2015-04-12 à 22.53.33

 

 

 

 

 

C’est une nomination qu’elle ne devrait pas perdre, et une élection qu’elle seule peut perdre.

Il n’y a pas, comme en 2008, un candidat susceptible de lui ravir l’adoubement de la convention démocrate. Cela ne va pas dire que rien n’ira pas sans soubresauts. Bien sûr, il y aura, comme toujours des candidats locaux, ou présents dans quelques États. Et au niveau national, si quelques uns peuvent la chatouiller, la plupart demeurera dans les starting blocks.

Elizabeth Warren, sénateur du Massachusetts, ancienne professeur de droit à Harvard, est une « libérale », connue pour ses critiques acérées à l’égard de Wall Street. À la gauche du parti démocrate, elle est peut-être « trop » à gauche pour ratisser large, y compris à la convention du parti. .

Martin O’Malley, ancien gouverneur du Maryland. On parle parfois de lui, car il a son charisme pour lui. Mais ça ne suffit pas à compenser pour son manque d’expérience nationale.

Jim Webb, à peine plus âgé qu’Hillary, est un héros du Vietnam, ancien secrétaire à la Marine de Reagan et ancien sénateur de Virginie. Mais certaines prises de positions un peu rétrogrades torpillent son éventuelle candidature.

Joe Biden est un vieux routier des élections présidentielles (il a essayé en 1988 et en 2008). À 72 ans, il est désormais plus vieux que le plus âgé des présidents jamais élus (Ronald Reagan), et il faut se souvenir que, dans les sondages de 2008, les Américains paraissaient plus prêts à élire un président noir qu’un président septuagénaire. Et c’est sans parler du fait que sa crédibilité laisse parfois à désirer.

Bernie Sanders, sénateur du Vermont se présente comme indépendant, socialiste, et même si il est intéressant, ne peut pas à 73 ans, concurrencer sérieusement Hillary Clinton.

Problème réglé.

D’ailleurs, déjà, des 796 super délégués , nombreux sont ceux qui lui apportent leur soutien pour la convention nationale. Donc dans l’esprit au moins, Hillary Clinton est déjà en septembre 2016.

111

SOURCE: Washington Post-ABC News poll . March 26-29, 2015. | The Washington Post April 2

C’est un retour vers le Future. Comme en 1992. Bush v. Clinton. Le retour.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *