Ce 4 novembre, Dieu sera-t-il démocrate?

 

P7323-09a

Avec 88 % d’Américains qui se disent croyants et 84 % qui se réclament d’une confession, les Églises constituent un acteur-clé représentant plus de 100 milliards de dollars aux États-Unis et un pilier de la politique nationale. Or, si la société américaine évolue rapidement (travail des femmes, augmentation du taux de divorce, du nombre des couples non mariés ou de même sexe) et minore la prégnance du fondamentalisme, il reste que les 26 % d’évangéliques et les 40 % de pratiquants américains ont un rôle électoral déterminant…

1qle48qBTd2IS8xTuSSC_dollar-bill-in-god-we-trust.jpg

La mobilisation du fait religieux  ne s’opère pas uniquement à droite. Depuis 2008, le parti démocrate a compris l’intérêt de séduire la gauche religieuse. Il faut dire que pendant longtemps, le Parti démocrate a choisi de confiner la question religieuse à la sphère privée, se résignant à voir partir traditionalistes et pratiquants dans le camp républicain, faute d’assimiler l’existence d’un véritable réveil religieux accompli par les télévangélistes comme Jerry Falwell, Pat Robertson et Billy Graham. Or Obama a tranché avec cette démarche, dès 2004, dans son discours congrès national démocrate. De même la présence remarquée de Leah Daughtry, la prédicatrice pentecôtiste de Brooklyn, à la tête du congrès démocrate de 2008 s’est inscrite dans ce sens. Or, les guerres culturelles et les valeurs morales ayant perdu de leur lustre, le socle religieux du Parti républicain s’érode au profit d’un crédo plus sécuritaire et économique, correspondant en réalité aux priorités des Américains. Du coup, à la droite religieuse, qui a pour fer de lance la lutte contre l’avortement et les droits des gais, fait face une gauche religieuse qui promeut la justice sociale et la protection de l’environnement. Hétérogène, la gauche religieuse est pourtant  insaisissable: elle compte dans ses rangs des évangéliques, des protestants, des catholiques, mais aussi des juifs réformateurs et des noirs protestants…

Mais dans le cadre des votations locales de mi-mandat, le facteur géographique est sans doute le plus criant. Particulièrement marqué dans la Bible Belt, le facteur religieux risque tout de même de jouer dans l’isoloir.

6_g

 Pour aller plus loin: Robert N. Bellah. Civil Religion in America. Daedalus, 96 (1), 1967. Julien Tourreille, Charles-Philippe David. Le conservatisme Américain. Presses de l’Université du Québec, 2007. Elisabeth Vallet, Dieu vote-t-il démocrate, Le Devoir, 24 octobre 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *