Des armes et des élections

Par Josselyn Guillarmou

Dans un pays où depuis la conquête de l’Ouest, en passant par la tuerie de l’école primaire Sandy Hook en 2013[1], ou encore le rejet par le Sénat de la réforme des lois sur les armes en 2013[2], la relation entre les armes à feu et l’identité citoyenne semble n’avoir jamais été aussi complexe. En effet, « le débat  intermittent[3] » de la relation du pays avec ses 300 millions de révolvers, pistolets et autres fusils d’assaut[4] pose la question de l’existence d’un « mal américain[5] ». On en viendrait à croire l’argument d’une polarisation extrême de la société américaine entre l’homme blanc républicain membre de la NRA et défendant le droit aux armes comme étant le véritable «idéal politique américain[6] » face au reste de la société, favorable à un contrôle plus important. En mai 2013, 48% de la population américaine estimait qu’il était plus important de protéger le droit de posséder des armes que de légiférer sur un contrôle de celles-ci. Environ 50% de la population estimait l’inverse[7]. De quoi y voir une division totale. Et pourtant, au-delà des données abondantes, parfois partisanes et donc difficilement analysables, il apparait que le droit hérité de la Constitution ne divise pas tant une société plus consensuelle qu’on ne le pense. En revanche, le profil des positions les plus extrêmes divise toujours des deux côtés de l’échiquier, expliquant généralement le manque d’action politique sur le sujet et l’immobilisme du Sénat notamment.

L’héritage historique et culturel américain des armes

 Fin du XVIIIe, début du XIXe siècle. Les capitaines Lewis et Clark sont en expédition à travers le continent. Aux prémices de la conquête de l’Ouest, les États-Unis commencent à définir leurs frontières. Déjà, les premiers arrivants s’emparent des armes à feu pour faire face à un « monde hostile[8]». Les institutions sont alors peu présentes et l’adoption en 1791 du Deuxième amendement de la Constitution prévoit pour le peuple le droit de détenir et de porter des armes. Ainsi, « le lien entre droit aux armes et américanité se fait-il dès les origines de la nation ». Cet héritage explique en partie l’attachement des citoyens américains à la notion de liberté individuelle, et surtout au droit à l’insurrection contre tout gouvernement devenu tyrannique ainsi qu’au droit à l’autodéfense, sorte de garantie de la participation des citoyens au maintien de l’ordre. Pourtant, plus deux siècles après l’adoption du Deuxième amendement, cette vision peut paraitre anachronique.

Source : Combeau, Didier. « Les Américains et leurs armes », droit indéniable ou maladie du corps social, Revue française d’études américaines, 2002/3 n°93, p. 95-109

Aujourd’hui, on dénombrerait environ 300 millions d’armes à feu en circulation dans le pays alors, que dans les années 1990, on en comptait près de deux fois moins[9]. Pour une partie de la population, le pays en subit les conséquences au regard du taux de suicide à l’arme à feu plus élevé qu’ailleurs, du bilan des meurtres de masse toujours plus lourd et du nombre croissant de victimes d’accidents liés à ces armes, victimes notamment mineures. Ainsi, le nombre de victimes de fusillades ne cesse-t-il de croitre, atteignant des niveaux records en 2012, année des fusillades d’Aurora et de l’école Sandy Hook[10]. Le taux d’homicide par armes à feu y est par ailleurs cinq fois plus élevé qu’au Canada[11].

Meurtres_zps1b7e1a42 ScreenShot2014-10-28at101441AM_zpsbeacc99f

(Meurtres de masse) «Gun Rights vs. Gun Control», Pew Research Center, 23 mai 2013. En ligne, http://www.people-press.org/2013/05/23/gun-rights-vs-gun-control/, page consultée le 5 octobre 2014; (Taux d’homicides) « Gun related homicides compared to other countries », Talking Points Memo,  En ligne, http://talkingpointsmemo.com/livewire/chart-u-s-gun-related-homicides-compared-to-other-countries, page consultée le 12 octobre 2014

Toutefois, ces données sont contestées par une partie de la population. Rejetant les analyses présentant les conséquences négatives des armes à feu, certains voient plutôt dans ces chiffres, une nouvelle justification à l’armement. C’est le cas notamment des groupes prônant l’armement en milieu scolaire[12]. Dès lors, il est intéressant de voir que ce sont les conséquences de ces armes (à savoir la sécurité ou l’insécurité) qui clivent la société[13]. Le débat sur les armes anime la nation américaine depuis plus d’un siècle, période d’apparition des premières lois restrictives[14]. Depuis les années 1970, la controverse s’est cristallisée autour de la place de plus en plus importante des données statistiques utilisées pour expliquer le phénomène. Loin d’apporter le consensus, ces données divisent et ne permettent généralement pas de rendre compte de la complexité de la question[15].

L’arme est-elle blanche, républicaine, et du Sud?

Sur 100 personnes penchant vers la défense des armes, 56 sont des hommes, alors que 40 sont des femmes. Sur le même échantillon, 57 sont blanches et 28 sont noires. 75 de ces 100 personnes sont républicaines alors que 23 sont démocrates. 60 habitent des zones rurales. Enfin, 54% des habitants du Mid-Ouest privilégient le droit aux armes à leur contrôle contre 48% des habitants du Sud, et 34% des habitants du Nord Est. Ainsi, tous ces chiffres semblent valider la thèse que le défenseur des armes est plus républicain, plus blanc, et plus Mid-Ouest que l’américain médian.

Source : «Gun Rights vs. Gun Control», Pew Research Center, 23 mai 2013, En ligne, http://www.people-press.org/2013/05/23/gun-rights-vs-gun-control/, page consultée le 5 octobre 2014

Si l’on superpose ces informations avec l’augmentation du nombre d’armes en circulation aux États-Unis, on pourrait croire que le sujet est devenu si polarisant que la société américaine est le terrain d’un affrontement. Et pourtant, il y aurait certes plus d’armes, mais de moins en moins de propriétaires d’armes[16]. Par ailleurs, il semblerait que plus de 70% de la population américaine se trouve en réalité dans une position intermédiaire, c’est-à-dire, en faveur du droit des armes dans un cadre restreint et limité[17]. Par exemple 81% de la population est en faveur de la vérification des antécédents légaux et médicaux avant la vente d’armes à des particuliers et 73% estime qu’une loi reflétant cette idée est nécessaire[18].

Spectre_zps8fed2ff5

Source : Pew Research Center, «Broad support for renewed background checks bill, skepticism about its chances» Dossier Gun control du Pew Research Center, En ligne, http://www.people-press.org/2013/05/23/broad-support-for-renewed-background-checks-bill-skepticism-about-its-chances/, page consultée le 5 octobre 2014.

Ainsi, il ne s’agit pas d’une véritable polarisation de la société, c’est-à-dire d’un processus de division croissante et d’un état de séparation extrême[19], mais plutôt d’une radicalisation des positions les plus marquées et les plus visibles dans le débat[20].

D’autant que le lobby pro-armes établit un classement et une notation des élus selon qu’ils défendent leurs causes ou non[21]. Les prochaines midterms représentent donc un enjeu, en ce que le Sénat devrait basculer côté républicain[22]. Certains Démocrates ne s’y sont d’ailleurs pas trompés au regard de leur prise de position en faveur des armes à feu. La candidate démocrate au Kentucky, Alison Lundgren Grimes, en a d’ailleurs fait un argument de campagne, en s’opposant publiquement à la politique du Président Obama sur les armes à feu[23].

vv v

Source : Extrait de la publicité négative de la candidate Alison Lundgren Grimes (D) au Kentucky contre le Républicain Mitch McConnell. Cette dernière déclare : « Je ne suis pas Barak Obama. Je m’oppose à lui sur sa vision des armes à feu. Et Mitch [McConnell], c’est pas comme ça qu’on tient une arme ».

Pour la NRA, ces élections de mi-mandat représentent ainsi une réelle opportunité, du fait notamment de son lien fort avec les Républicains. Jusqu’à présent, le lobby aurait dépensé plus de 19 millions de dollars dans des courses au Sénat[24]. Aussi, les candidats républicains en Arkansas et en Iowa, Tom Cotton et Joni Ernst, auraient-ils reçu respectivement 2,8 et 2,4 millions de dollars pour leurs seules campagnes. Cela n’a pas échappé aux autres lobbys, comme l’Independance USA PAC, un lobby pour le contrôle des armes, qui aurait quant à lui dépensé presque 1,6 million de dollars sur des candidats démocrates. Enfin, le groupe Americans for responsible solutions militant pour un droit aux armes plus responsable, aurait dépensé plus de 2,5 millions de dollars contre des Républicains trop engagés pour le droit aux armes.

De quoi invalider la thèse d’une véritable polarisation de la société américaine, tout en confirmant celle d’une impasse sociétale.

Les six courses à surveiller au Sénat dans le viseur de la NRA

La notation des élus établie par la NRA varie sur une échelle allant de A+, c’est-à-dire l’élu pro-armes ayant réussi à légiférer sur la question,à F, c’est-à-dire l’élu anti-armes ayant légiféré à l’encontre du droit aux armes. Tous les candidats pour les prochaines élections au Sénat ont ainsi été notés selon cette notation. Or, concernant les six courses à surveiller particulièrement cette année (Alaska, Arkansas, Caroline du Nord, Colorado, Iowa et Louisiane), les six candidats républicains sont appuyés par la NRA avec des notes allant de A+ (Thom Tillis en Caroline du Nord) à Aq (Dan Sullivan en Alaska). Les six candidats démocrates ont quant à eux été notés de A- (Mark Begich en Alaska) à F (Bruce Bradley en Iowa). On voit là tout l’enjeu que ces prochaines midterms représentent pour la NRA

 


[1] Caldwell, Maggie, «Sandy Hook Crime Report : Adam Lanza Obsessed With Mass Murder and Dance», Dance Revolution, Site internet Mother Jones, 26 novembre 2013, En ligne, http://www.motherjones.com/mojo/2013/11/what-we-learned-sandy-hook-crime-report, page consultée le 4 octobre 2014

[2] Silver, Nate, «Modeling the Senate’s vote on gun control. Site internet Five Thirty Eight», 18 avril 2013, En ligne, http://fivethirtyeight.com/features/modeling-the-senates-vote-on-gun-control/, page consultée le 4 octobre 2014.

[3] Combeau, Didier. «27 mots, 27 morts. Des Pères fondateurs aux parents éplorés», Le Débat : 2014, Issue 2, p.173

[4] Follman, Mark, Gavin Aronson et Deanna Pan, «A Guide to Mass Shootings in America», Mother Jones, 20 juillet 2012, En ligne, http://www.motherjones.com/politics/2012/07/mass-shootings-map, page consultée le 4 octobre 2014.

[5] Arte, «Les armes, un mal américain», En ligne, http://info.arte.tv/fr/les-armes-un-mal-americain, page consultée le 5 octobre 2014

[6] Pacoud, Renaud, « Didier Combeau, Des Américains et des armes à feu. Violence et démocratie aux États-Unis», Saul Cornell, A well-regulated militia : the Founding Fathers and the origins of gun control in America, Transatlantica, 1 : 2008, En ligne, http://transatlantica.revues.org/4033, page consultée le 5 octobre 2014.

[7] Pew Research Center for the People and the Press, «Broad support for renewed background checks bill, skepticism about its chances», Pew Research Center, En ligne, http://www.people-press.org/2013/05/23/broad-support-for-renewed-background-checks-bill-skepticism-about-its-chances/, page consultée le 5 octobre 2014

[8] Bellesiles, Michael, «Arming America : the origins of a national gun culture», Alfred A. Knopf, New York : 2000. 444p.

[9] Desilver, Drew, «A minority of Americans own guns, but just how many is unclear», Pew Research Center, 4 juin 2013, En ligne, http://www.pewresearch.org/fact-tank/2013/06/04/a-minority-of-americans-own-guns-but-just-how-many-is-unclear/, page consultée le 6 octobre 2014

[10] D’après Rapport du Federal Bureau Investigation Source : U.S. Department of Justice, «A study of active shooter incidents in the United Sates between 2000 and 2013», 16 septembre 2013, En ligne, http://www.fbi.gov/news/stories/2014/september/fbi-releases-study-on-active-shooter-incidents/pdfs/a-study-of-active-shooter-incidents-in-the-u.s.-between-2000-and-2013., page consultée le 5 octobre 2014 ; «America Under the Gun. A special report on gun laws and the rise of mass shootings», Mother Jones, En ligne, http://www.motherjones.com/special-reports/2012/12/guns-in-america-mass-shootings, page consultée le 5 octobre 2014

[11]«Gun related homicides compared to other countries», Talking Points Memo, En ligne, http://talkingpointsmemo.com/livewire/chart-u-s-gun-related-homicides-compared-to-other-countries, page consultée le 5 octobre 2014

[12] Siebold, Steve, «Every teacher in America should have a gun», Site The Huffington Post, 22 août 2013, En ligne, http://www.huffingtonpost.com/steve-siebold/every-teacher-in-america-_b_3797752.html, page consultée le 5 octobre 2014

[13] Braman, Donald et Dan Kahan, « Overcoming the fear of guns, the fear of gun control and the fear of cultural politics : constructing a better gun debate », Emory Law Journal, vol. 55 n°4 : 2006, pp. 571-607

[14] L’État de New York est le premier à adopter une loi restrictive sur les armes à feu, en 1911 – la loi Sullivan – qui instaure permis d’acquisition, de détention et de port. Source : Combeau, Didier. « Les Américains et leurs armes », Droit indéniable ou maladie du corps social, Revue française d’études américaines, 2002/3 n°93, p. 95.

[15] Braman, Donald ; Kahan, Dan et Grimmelman, James. « Modeling Facts, Culture, and Cognition in the Gun Debate», Social Justice Research, Vol. 18, N° 3, September 2005, pp. 283-304

[16] The Economist, «Fewer owners, more guns», 19 mars 2014, En ligne, http://www.economist.com/blogs/-graphicdetail/2014/03/daily-chart-12, page consultée le 4 octobre 2014

[17] Pew Research Center, « Gun control », chap. in Politicial polarization in the American public, 12 juillet 2014, En ligne, http://www.people-press.org/files/2014/06/6-12-2014-Political-Polarization-Release.pdf, page consultée le 4 octobre 2014

[18]Pew Research Center, «Broad support for renewed background checks bill, skepticism about its chances», Dossier sur le site internet du Pew Research Center, En ligne, http://www.people-press.org/2013/05/23/broad-support-for-renewed-background-checks-bill-skepticism-about-its-chances/, page consultée le 5 octobre 2014; Liebelson, Dana, « Map : most Americans support background checks for all gun buyers», Mother Jones, 11 avril 2013, En ligne, http://www.motherjones.com/politics/2013-/04/map-states-that-support-background-checks, page consultée le 5 octobre 2014

[19] DiMaggio, Paul ; Evans, John et Bryson, Bethany, « Have American’s social attitudes become more polarized? », American Journal of Sociology, Vol. 102, n°3, novembre 1996, pp. 690-755

[20] The Economist, « Fewer owners, more guns », 19 mars 2014, En ligne, http://www.economist.com/blogs/graphicdetail/2014/03/daily-chart-12, page consultée le 6 octobre 2014

[21] NRA Institute for Legislative Action, «Grades and Endorsements», Political Victory Fund, En ligne, https://www.nrapvf.org/grades/, page consultée le 7 octobre 2014

[22] Le parti républicain est en effet en moyenne plus favorable à la cause de la NRA. Source : Enten, Harry, «Senate Forecast», FiveThirtyEight, En ligne, http://fivethirtyeight.com/interactives/senate-forecast/>, page consultée le 6 octobre 2014

[23] Lamonica, Gabe, «Grimes ad blasts away at Obama and McConnell», CNN, 15 septembre 2014, En ligne, http://www.cnn.com/2014/09/15/politics/grimes-shoot-ad-kentucky-mcconnell/, page consultée le 23 octobre 2014

[24] Quinn, Melissa, «Gun show : issue fades, but groups aim to influence midterm races», The Daily Signal, 13 octobre 2014, En ligne, http://dailysignal.com/2014/10/13/gun-show-issue-fades-but-groups-aim-to-influence-midterm-races/, page consultée le 23 octobre 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *