Et si on ne connaissait pas la couleur du Sénat avant le 6 janvier 2015?

par Josselyn Guillarmou

Un projet pédagogique du cours POL8245 à l’UQAM

L’issue de ces midterms pourrait en effet s’avérer incertaine au soir du 4 novembre. Dans 48 États, c’est la règle du scrutin uninominal majoritaire à un tour, qui est appliquée. Pour ces derniers, le candidat ayant obtenu le plus de suffrages le 4 novembre, sera désigné vainqueur. Toutefois, pour deux courses — la Louisiane et la Géorgie — c’est la règle du scrutin majoritaire uninominal à deux tours qui s’applique (ce sont des runoff elections). Est élu au premier tour le candidat qui obtient la majorité absolue (soit plus de 50% des votes) ; sinon un deuxième tour est organisé entre les deux candidats arrivés en tête au premier tour. Ces deux courses sont majeures pour les Républicains : il pourrait s’agir du cinquième voire sixième siège nécessaire pour le GOP afin d’atteindre la majorité. Or, la bataille qui oppose la sénatrice-candidate Mary Landrieu (D) au Républicain Bill Cassidy (R) en Louisiane ne devrait se régler qu’au terme d’un second tour, qui serait organisé le 6 décembre. Il en va de même en Géorgie où la bataille est serrée entre le sénateur-candidat David Perdue (D) et Michelle Nunn (R). Le second tour attendrait, quant à lui, le 6 janvier 2015. Soit deux mois durant lesquels la couleur du Sénat resterait indéterminée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *