« I have a dream »… 50 ans plus tard.

 

Du haut des marches du Lincoln Memorial à Washington, c’est un président noir qui a pris la parole ce 28 août… Cent cinquante ans après la proclamation d’émancipation mettant fin à l’esclavage… Cinquante ans jour pour jour après que Martin Luther King ait mené une marche et prononcé son célèbre discours devant 250000 activistes rassemblés sur le Mall… Six mois (oui, SIX !) après que le Mississippi ait enfin ratifié l’abolition de l’esclavage… Dix-huit mois après la mort de Trayvon Martin et 40 jours après l’acquittement de son assassin.

Martin Luther King I have a dream (sous-titres…

Lorsqu’il prononce son discours à Washington, en août 1963, le docteur King donne une impulsion sans précédent à la lutte pour les droits civiques au point même où un mémo du FBI en date du 30 août, indique qu’il s’agit là « du plus dangereux des nègres » (sic) pour la sécurité nationale.

1

Il faut dire que les Etats-Unis sont, dans les années 60, marqués par de profondes lignes de fractures et que le Sud-Est peine à s’ajuster à une réalité qu’il refuse. Au Mississippi, alors, il se pratique encore une forme de servage  où, malgré l’abolition de l’esclavage un siècle plus tôt, un certain nombre de familles afro-américaines, sont maintenues dans l’ignorance et continuent à être asservies, battues, terrorisées. Medgar Evers est d’ailleurs assassiné seulement deux mois avant que King ne mène la marche vers Washington. Or la lutte pour les droits civiques s’intensifie au cours de l’année 1963 (elle culminera et trouvera une résonance nationale avec le Freedom Summer au cours de l’année suivante). Elle mènera à l’adoption l’année suivante du Civil Rights Act puis l’année d’après à l’adoption du Voting Rights Act.
Mais aussi à la mort de MLK, tombé sous les balles d’un suprématiste blanc, au Lorraine Hotel à Memphis, au Tennessee, cinq ans plus tard.

2

Photo © Élisabeth Vallet 2008

Aujourd’hui encore, rien n’est joué. Une partie du Voting Rights Act a été invalidée en juin dernier  par la Cour suprême. Et les acquis en termes d’égalité demeurent fragiles et même parfois illusoires. La symbolique de l’élection d’un président afro-américain était forte (mais en un sens, la prégnance de la mouvance du Tea Party l’est tout autant) et c’est sans doute dans cet esprit que le président Obama a inauguré, il y a deux ans, un mémorial non loin de là, en l’honneur du Pasteur King. Car la progression de l’extrême droite aux Etats-Unis est réelle.

3

source : Southern Poverty Law Center 2012

Une image qui raconte l’atmosphère des années 60 dans le Sud des Etats-Unis : le docteur King retire une croix brûlée de son jardin, avec son fils à ses côtés. 1960, Atlanta, Georgia.

4

source


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *