L’Irak, il y a dix ans. Les limites du système constitutionnel américain…

Au lendemain du 11 septembre, le discours du président Bush axé sur une tirade manichéenne (« vous êtes avec nous ou contre nous ») a redéfini la ligne de démarcation principale de la politique américaine entre patriotes et traîtres. La peur de paraître « antipatriote », les gesticulations de l’administration et les procédés juridiques du gouvernement en place ont muselé toute dissidence. On a même parlé de « fondamentalisme sécuritaire » pour qualifier cette forme d’intégrisme politique qui a privilégié la sécurité nationale à tout prix.

Du coup, lorsque l’administration Bush a décidé d’aller en Irak, le silence de ces institutions été total. Pendant près de deux ans, malgré les erreurs patentes de l’administration, malgré les mouvements citoyens, les médias ont appuyé la politique du président, le Congrès s’est incliné, tandis que les juges se sont enfermés dans un mutisme presque total.

Or c’est ce silence des cours qui a, pendant les années suivantes, permis une acception très large (pour employer un euphémisme) des « méthodes d’interrogation » par le bureau du Conseil juridique à la Maison Blanche, autorisant de facto le glissement vers les abus d’Abou Graïb et le massacre d’Haditha.

De la même manière, par peur de se voir taxés de traîtres, et parce que le spectre électoral plane en permanence sur eux, les membres du Congrès se sont alignés sur la Maison-Blanche. Les Républicains par solidarité avec le président, les Démocrates car ils ne pouvaient laisser les républicains se prévaloir de représenter seuls le parti de la sécurité. Au point où au cours de l’automne 2002, ils vont adopter – sans amendements ni réels débats –  une résolution large, évasive, quasiment un blanc-seing autorisant l’administration à renverser le régime de Saddam Hussein. Au point où un des rares à exprimer son désaccord à voix haute, le sénateur Byrd dira que le Congrès « ferait mieux de fermer ses portes et d’y apposer un écriteau avec la mention ‘parti à la pêche’ ».

 

Il faudra attendre l’été 2005. La mauvaise gestion de l’ouragan Katrina. Pour enfin pouvoir voir et pouvoir dire que cette administration était faillible sans être mis à l’index par les bien-pensants patriotes. Enfin, la légitimité du président-commandant était érodée, enfin les voix des contestataires pouvaient se faire entendre : c’était (le début de) la fin du désert institutionnel. Mais pendant cinq longues années, le système d’équilibre constitutionnel des « checks and balances » mis en place par les Pères fondateurs aura failli, inapte à contrebalancer l’hyper-présidence bushienne dopée par le discours sécuritaire post-11septembre.

Une version longue de cette analyse est parue dans un chapitre co-écrit avec K. Prémont dans « L’erreur« , chez Septentrion en 2005. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *