Expliquer le Underground Railway aux enfants

Parler de l’esclavage aux enfants, de la lutte pour les droits civiques, des routes que prenaient les esclaves pour s’enfuir vers le Canada, n’est pas toujours chose aisée. Il faut accepter de parler de la discrimination raciale, de la méchanceté humaine, expliquer l’incompréhensible, tout en trouvant les limites nécessaires à ce que l’enfant peut comprendre, assimiler, admettre, mais aussi à ce que nous sommes, en tant qu’adultes, capables d’expliquer.

L’histoire d’Harriet Tubman, née esclave aux environs de 1820, qui s’est enfuie en 1849 et a refait le trajet maintes et maintes fois pour « libérer » sa famille puis finalement d’autres esclaves, constitue le support idéal.

D’autant qu’un grand nombre d’ouvrages parlent de cette aventure à commencer par celui de Faith Ringgold, « Aunt Harriet’s Underground Railroad in the Sky« , un voyage onirique qui met à la portée des petits cette histoire hors du commun – signalé, je dois le dire ici, par une institutrice hors du commun, celle de mon fils  🙂

L’histoire d’Harriet Tubman est celle d’une esclave maltraitée (si tant est que ceci n’est pas un pléonasme), qui en se portant à la défense d’un esclave en fuite aurait reçu un coup qui ne lui était pas destiné. Atteinte désormais d’une forme d’épilepsie qui aurait considérablement réduit sa valeur marchande, elle fait face à la possibilité qu’elle puisse être vendue dans le Sud profond (elle vit alors dans une plantation du Maryland). Elle choisit de s’enfuir (ce qu’elle fait à plusieurs reprises avant de réussir) en utilisant un réseau mis en place par des Quakers et des militants noirs et blancs du mouvement abolitionniste, « le chemin de fer clandestin », pour aller du Maryland en Pennsylvanie. Elle devient à son tour « conductrice » et fait ainsi passer un grand nombre d’esclaves au Nord et vers le Canada (on estime ainsi qu’entre 30 000 et 100 000 esclaves ont fui grâce à ce réseau, au Canada). Elle s’est rangée dans les rangs du camp nordiste évidemment durant la guerre civile, comme cantinière, infirmière et espion. Elle a été la première femme à mener une armée au combat. « Moïse », comme l’appelaient ses débiteurs, a milité pour les droits civiques, les droits des femmes. Elle est morte il y a exactement 100 ans.


Mémorial de l’Underground Railroad – Windsor, Ontario

Pour en parler, il existe un certain nombre de supports et d’aides à l’enseignement sur le web – en anglais pour la plupart puisque ce sujet est essentiellement couvert par les manuels scolaires américains, les autres puissances occidentales faisant opportunément oeuvre d’amnésie collective en ce qui touche à l’esclavage.

On peut ainsi ici suivre Harriet Tubman, l’une de ces conductrices qui ont permis à un grand nombre d’esclaves de suivre la route de la liberté, de maison sûre en maison sûre, le long d’une route semée d’embûches et entendre le chant d’esclaves et celui des hommes libres.

La maison d’édition Scholastic a un excellent site interactif, (en anglais uniquement) qui part de la vie sur la plantation, avec des photos d’archives, des questions à cliquer, qui permettent d’expliquer un peu mieux aux enfants le type de vie, d’habitat, la fuite, la route et de comprendre le chemin vers la liberté.

On peut utiliser ce petit livre de jeux, mis en place par le service des parcs nationaux américains:

On peut, avec des plus grands, tracer sur cette carte interactive, les routes utilisées par les esclaves vers le Canada ou les Antilles:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *