40 ans après le jugement sur l’avortement, où en sont les droits des femmes aux États-Unis ?

Il y a quarante,  les juges de la Cour suprême (à 7 contre 2) ont rendu un arrêt majeur que le droit à l’avortement était un droit constitutionnel fondamental. En effet selon les magistrats ont estimé que le droit au respect de la vie privé établi par le 14e amendement à la Constitution doit être entendu dans une acception large incluant la décision d’une femme d’interrompre sa grossesse. Dès lors, la loi texane qui était à l’origine du recours et qui criminalisait l’avortement violait cet amendement et était donc inconstitutionnelle.

Toutefois, le jugement comportait plusieurs nuances (le fameux Balancing Act), donnant plus de poids aux États au fur et à mesure que la grossesse avance en les autorisant alors à prendre des mesures de plus en plus restrictives dans un autre arrêt rendu le même jour (Doe v. Bolton).

Cet arrêt a eu pour effet d’électriser des groupes de droite qui en ont fait l’un des fers de lance de la guerre culturelle. Ainsi la New Christian Right courant fondamentaliste et surtout selon les termes de J-M. Valantin « une fédération spirituelle intégrée par une idéologie commune, dont la lutte contre l’avortement, la lutte contre le libéralisme, l’emphase mise sur les valeurs familiales les plus traditionalistes sont les traits les plus saillants » s’est lancée dans la batailles. Les fondamentalistes, explique Bill Moyers dans la New York Review of Books, « représentent une force significative… au cœur d’un parti républicain dont le cœur s’est déplacé à droite sous l’impulsion de ses variantes extrémistes ». Et c’est plus le cas encore depuis l’avènement du Tea Party.

Or la guerre culturelle n’a rien de traditionnel, c’est, selon Andrew Wroe,  » une guerre civile entre la gauche et la droite, entre conservateurs et libéraux ; elle porte sur ce que le pays devrait être, et comment les Américains devraient vivre. Elle se déroule aujourd’hui et l’avortement est l’un des champs de bataille « .
Elle est parfois surfaite, cette polarisation, au point de n’être parfois qu’un mythe amplifié au moment des scrutins nationaux et par les franges radicales des partis. Mais elle donne aussi le sentiment d’être bien réelle quand vient le temps de dessiner la carte des États désunis sur les valeurs morales.
Ainsi certains concluent que quarante plus tard, les activistes pro-choix vont de déroutes en défaites:

Pour d’autres, comme Mother Jones, le soutien constant à cette pierre angulaire de la jurisprudence de la Haute juridiction prouve le contraire:

Et le Wall Street Journal abonde dans ce sens, tout en soulignant certaines ambiguités:

Pour autant, la véritable question est moins celle du soutien aux droits des femmes que celle de l’effectivité du droit de ces femmes: en d’autres termes ont-ils progressé dans la foulée de cette décision?

Pas vraiment, selon Kate Michelman et Carol Tracy : En 2012, 42 États et le District de Columbia ont promulgué 122 lois touchant de près ou de loin à des questions liées à la reproduction (et en l’occurrence restreignant d’une manière ou d’une autre le droit à l’avortement). 43 avaient pour objectif affirmé de limiter l’accès à l’avortement (et elles font suite à 92 mesures identiques adoptées en 2011). 20 États, ce qui  est un record, ont restreint la couverture par l’assurance maladie de l’État (telle que prévue par le Affordable Health Care Act) de l’intervention volontaire de grossesse. Enfin, d’autres mesures ont touché (pour le réduire ) au financement des services de planning familial.

Désormais, plus de la moitié des femmes en âge de procréer vivent dans des États aux législations hostiles à l’avortement – ce qui représente une hausse d’un tiers en une décennie.

Au point où le New York Times a établi cette carte sur la disparition non pas « du » droit à l’avortement mais bien « des » droits qui permettent l’avortement… soulignant ainsi la très forte dimension fédérée de cet enjeu:

 

Du plus foncé au plus clair, les obstacles (de plus au moins importants) mis en place pour limiter l’accès à l’avortement. Ainsi la couleur la plus foncée se rapporte aux États qui ont mis en oeuvre au moins 5 restrictions importantes (périodes d’attente obligatoires, séances de « conseil », consentement parental ou tout autre procédé de divulgation qui pourrait affecter des adolescentes en situation difficile comme dans les cas d’incestes, mesures de sécurité coûteuses et additionnelles imposées aux cliniques). Seuls 12 États n’ont aucune mesure de cette nature en vigueur.

Cela va au point où, de fait, un État comme le Mississippi pourrait bien être le premier État à ne PAS avoir de clinique d’avortement (c’est aussi l’État qui a le plus fort taux de grossesses parmi les adolescentes). Et non parce que l’avortement y est illégal mais bien parce que des mesures périphériques mises en place ont pour effet, de facto, de rendre l’existence de ces cliniques impossible. Trois autres États n’en ont qu’une: le Dakota du Nord, le Dakota du Sud et l’Arkansas.

Se pourrait-il qu’il y ait véritable une « guerre contre les femmes »?

À vous de juger…


Une réflexion au sujet de « 40 ans après le jugement sur l’avortement, où en sont les droits des femmes aux États-Unis ? »

  1. Merci pour ces détails précis et convaincants; mais vous oubliez de mentionner qu’aux EUA, on a systématiquement refusé de reconnaître depuis 1920 par un amendement constitutionnel, que les femmes étaient JURIDIQUEMENT égales. Malgré qu’il soit systématiquement déposé au Congrès, l’Equal Rights Amendment a été systématiquement écarté depuis et formellement par un vote en 1982…. Pour donner un sens à ce vote, il faut suggérer que les femmes ne sont pas égales en droit aux EUA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *